Comment être plus libre pour prendre des photos en voyage ?

26 juin 2014

Comme vous le savez peut-être si vous me suivez depuis un moment, je voyage pas mal. C’est vraiment une des choses qui m’enthousiasment le plus. Découvrir de nouveaux paysages, de nouvelles villes, de nouvelles cultures, parler à plein de gens tout le temps, il n’y a aucune expérience qui arrive à la cheville du voyage pour moi. Et c’est aussi l’occasion, évidemment, de prendre des photos.

En ce qui me concerne, le voyage booste terriblement ma créativité photographique. Toute cette nouveauté d’un coup me donne l’index droit qui démange, et je déclenche donc beaucoup.

Seulement voilà, je pense que pour profiter à fond de l’opportunité du voyage, il faut avoir un certain état d’esprit, une certaine façon de voyager. Et en particulier, il faut être plus libre. Si vous êtes avec un groupe, d’une manière générale, ça va forcément vous freiner : vous ne pourrez pas prendre le temps que vous voulez, revenir aux meilleures heures de la journée, bref… vous allez rater plein d’occasions photographiques ! (et humaines aussi, car aucun local n’adressera la parole à un groupe de touristes 😉 )

photo de voyage mer barques pecheurs lever de soleil golden hour

Je vais donc vous donner mes astuces pour être beaucoup plus libre en voyageant, et je peux vous promettre que si je prends la peine d’écrire un article complet pour vous expliquer tout ça, c’est que j’ai la certitude que ça va réellement vous aider à faire de meilleures photos. Donc ne prenez pas ça à la légère tout ça parce que je n’utilise pas de mots compliqués 😛

 

1. Ne vous pressez surtout pas

Photo point de vue mer crique noir et blanc rochers vagues

Je n’aurais jamais pu prendre cette photo sans prendre le temps de m’arrêter, de marcher, et de chercher le meilleur point de vue.

C’est probablement LA raison n°1 pour laquelle vous allez rater des occasions photo. Si vous voulez « profiter un max » de votre temps dans votre pays de destination, surtout si vous n’avez que 2 semaines par exemple, vous allez souvent avoir le réflexe de vouloir voir le maximum de choses.

Le problème, c’est que vous n’allez pas prendre le temps d’apprécier pleinement les endroits que vous visitez. Par conséquent, vous allez manquer de temps pour photographier et chercher le meilleur point de vue, mais surtout surtout vous n’allez pas avoir le temps de vous imprégner du lieu, de laisser parler les émotions qu’il vous inspire, ou d’attendre 30 minutes la bonne lumière avec un thé 😉

Croyez-moi, vous apprécierez 1000 fois mieux votre voyage si vous en faites un peu moins, mais si vous prenez pleinement le temps d’apprécier ce que vous découvrez à chaque seconde. En plus, si vous n’êtes pas pressé, vous serez moins stressé. Et vous n’êtes pas en voyage pour stresser, si ? 🙂

 

2. Soyez libre de votre logement

Portland photo de rue vélo soleil ombre noir et blanc

À Portland, je n’aurais pas eu la subite envie (ni la possibilité) d’aller faire de la photo de rue si j’avais été dans un hôtel.

Le réflexe quand on part à l’étranger, c’est de réserver un hôtel pour dormir. Si vous partez dans des pays exotiques, ce sera parfois une auberge, mais de toute façon ce sera souvent la seule solution.

Vous allez me dire : « bah oui, et alors, tu proposes de dormir dans la rue ? ». Rassurez-vous, je ne vous dis pas de dormir sur une natte à même le sol (j’ai essayé, ce n’est pas exactement confortable :D). Mais le souci des hôtels (surtout les chaînes), c’est qu’ils sont impersonnels, aseptisés, et que les chambres sont souvent petites pour le prix. En plus, ils sont parfois concentrés dans un « quartier des hôtels », rempli de touristes, avec finalement assez peu de locaux avec qui discuter (et à photographier 😉 ).

Je ne sais pas vous, mais moi ce genre de cadre me déprime un peu, bride ma créativité, et ne me donne pas l’impression de découvrir le pays. Ce que je veux quand je voyage, autant que possible, c’est vivre dans des quartiers où les locaux vivent, vont au restau, dans les bars, bref où il se passe quelque chose (autre que des cars de touristes en shorts/sandales/chaussettes :P).

 

Et fort heureusement, il existe une alternative aux hôtels. Certains d’entre vous connaissent déjà, mais je prends la peine d’en parler car c’est un service génial, dont je ne peux plus me passer du tout, que j’utilise systématiquement lors de mes déplacements, et je suis sûr que nombre d’entre vous ne connaissent pas : AirBnB.

L’idée est simple : des particuliers vous louent leur appartement (ou seulement une chambre dans leur appart), pour quelques nuits. C’est plus personnel et plus grand pour le même prix qu’un hôtel, et si vous cherchez bien vous trouverez sans doute moins cher.

Honnêtement, je ne vois plus de raison rationnelle de prendre un hôtel : il y a des tonnes de logements disponibles dans le monde entier (en particulier dans les pays occidentaux pour le moment), c’est toujours mieux qu’un hôtel, souvent moins cher, c’est beaucoup plus agréable, et parfois vous tombez dans des endroits véritablement magnifiques. À Portland, j’ai loué un loft de 90m2 entièrement meublé en mobilier des années 60, avec terrasse, pour… 113€ la nuit ! (soit moins cher que des chambres d’hôtel moyenne gamme dans le même quartier)

Et en bonus, vous pouvez même parfois rencontrer l’hôte et passer de bons moments, discuter, et souvent il se fera un plaisir de vous donner des conseils sur le meilleur restau du coin !

 

Portland Airbnb loft voyage photo hotel

C’est quand même mieux qu’un hôtel non ? 🙂

Maintenant que vous n’attendez que ça de loger dans un endroit super sympa lors de vos prochaines vacances, j’ai une bonne nouvelle pour vous ! 🙂

AirBnb vient de lancer son programme de parrainage : si vous vous inscrivez en cliquant sur le bouton ci-dessous, vous gagnez 18€ sur votre première réservation (ça se prend ! 🙂 ). (Transparence totale : moi aussi je gagnerai la même chose sur ma prochaine réservation, comme ça tout le monde est gagnant 🙂 )

Inscrivez-vous sur AirBnb

 

(Oh, et vous pouvez aussi louer votre appartement pendant que vous êtes parti, ça peut vous rembourser une partie des vacances !)

 

Si vous êtes à petit budget, vous pouvez également utiliser le site CouchSurfing : l’idée est que des inconnus vous accueillent chez eux, pour le simple plaisir de rencontrer de nouvelles personnes 🙂 C’est donc gratuit pour être clair, mais on attend quand même en général que vous achetiez à manger 😉 (et surtout que vous ne preniez pas l’appartement de l’hôte pour un hôtel gratuit, mais que vous soyez dans un bon état d’esprit)

L’idée est basée sur le partage, la solidarité, et 99,9 % des couchsurfeurs sont des gens absolument géniaux et chaleureux. Par contre, vous n’avez pas de logement pour vous tout seul, donc c’est peut-être moins adapté si vous voyagez en couple ou en famille, c’est vous qui voyez 🙂 Je l’ai moi-même utilisé de nombreuses fois, et ça a toujours été génial.

 

3. Soyez libre de vos mouvements

Peut-être encore plus importante que la liberté de logement, qui vous permettra d’être dans un cadre qui stimule votre créativité, est la liberté de déplacement. En effet, si vous êtes enchaîné à un dernier bus, un train ou autre, forcément vous pourrez un peu moins vous attarder à certains endroits.

Attention, j’ai beaucoup bougé en train, en bus, en jeep et autres moyens de transport à moteurs quand j’étais en Asie, parce que c’est souvent le moyen le plus simple, rapide et sûr de voyager sur de longues distances (je vous défie d’essayer de conduire dans une ville indienne en survivant plus de 3 secondes :P).

Cela dit, par moments, il peut être très utile pour le photographe de pouvoir être totalement libre de ses déplacements. Dans les pays exotiques, la meilleure option est souvent de louer un scooter ou une moto : c’est très peu cher, pratique pour circuler, et vous pouvez attendre tranquillement 30 minutes que le soleil se couche si besoin.

 

Photo de voiture paysage course route mer

S’arrêter au bord de la route devant un tel paysage, c’est quand même sympa 🙂 (et vous pouvez aussi faire ça avec une voiture moins pimpante hein 😉 )

Ailleurs dans le monde, ça peut être super de louer une voiture et de faire tout votre périple comme ça. J’ai choisi de faire ça pour descendre la côte Ouest des États-Unis (pays très adapté pour la voiture s’il en est !), et franchement c’était une excellente décision 😀 J’ai pu voir énormément de choses qu’il m’aurait été impossible de découvrir en aussi peu de temps sans voiture, et être très libre de mes déplacements pour trouver les meilleurs points de vue photo. Pour être très clair, la voiture a été mon meilleur outil photographique du voyage, juste après… mon appareil lui-même 😛 (et en bonus, ça devient très facile de se balader avec un trépied 😉 )

Louer une voiture coûte en général cher en Europe (je trouve même les tarifs franchement scandaleux), par contre aux États-Unis, surtout vu le prix de l’essence et le taux de conversion €/$, c’est quasi « gratuit », comparé au service que ça vous rend.

 

Petit bémol : les villes. Dans les pays où la voiture est utile pour se déplacer sur de longues distances, elle est aussi en général pénible pour se déplacer sur de courtes distances, c’est-à-dire en ville. Le plus souvent, il vaut mieux la laisser au parking. Utilisez les transports en commun s’ils sont bons (ce n’est pas toujours le cas), et sinon, je vous conseille Uber, dans les pays où il est implanté. C’est rapide, pas très cher (choisissez l’option UberX pour une petite voiture simple et peu chère) et extrêmement pratique : vous utilisez l’application pour votre smartphone, et en un clic vous pouvez commander une voiture, qui sera là en moins de 5 minutes (souvent plus rapide dans les pays où c’est très développé comme les États-Unis). Vous ne payez rien dans la voiture, c’est directement débité sur votre carte bancaire, donc vous pouvez tranquillement courir pour ne pas rater le coucher de soleil 😛

Bonne nouvelle pour vous numéro 2 : Uber a aussi un programme de parrainage, et vous pouvez gagner 10€ sur votre première course si vous vous inscrivez via le bouton ci-dessous :

Inscrivez-vous sur Uber

(ou en utilisant le code promo xz9k7 directement sur l’application)

Oui je sais, aujourd’hui c’est la fête des codes promos, profitez-en 🙂

(Je suis au courant du débat avec les taxis, et il n’a pas sa place ici : merci donc de ne PAS poster à ce sujet dans les commentaires pour éviter que les esprits s’échauffent, et rester sur le sujet de la photo 😉 )

 

4. Investissez du temps sur UNE photo

Le problème du voyage, c’est que ça peut aussi un peu nous « déborder » : il y a tellement de choses à voir et à photographier, qu’on ne sait plus où donner de la tête, on veut prendre des photos de tout, tout le temps, et on finit par ne plus prendre le temps de soigner chaque image.

Ce que je veux que vous compreniez, c’est que vous allez devoir faire des choix. Si vous passez une seule nuit dans une ville, vous n’aurez qu’un coucher de soleil. Il peut y avoir 3 points de vue merveilleux, il va falloir en choisir un. Il ne sert à rien d’essayer de tout faire, pour finalement… tout faire mal.

Si vous avez un temps limité (ce qui est toujours le cas de toute façon !), investissez dans une seule image. Trouvez le meilleur point de vue, la meilleure lumière, prenez votre temps, et n’essayez pas de courir plusieurs lièvres à la fois, car vous n’allez en attraper aucun.

 

Painted Ladies à San Francisco photo de nuit 45mm, f/11, 20s, ISO 160

J’ai attendu à peu près 30 minutes dans un vent glacial pour avoir cette photo de San Francisco 😉

N’ayez pas non plus peur de faire le mauvais choix : parfois, vous allez vous arrêter pour prendre une photo, parce que le cadre + la lumière sont magnifiques. Vous allez rentrer dans votre voiture, et 2 km plus loin, la vue sera 1000 fois mieux. Ça arrivera. Ça m’est arrivé tellement de fois que j’ai arrêté de compter. Mais vous ne pouvez jamais savoir ce qu’il y aura après le prochain virage, alors autant profiter de celui-ci 🙂

 

La photo qui est en en-tête du blog par exemple, m’a pris facilement 2 heures au total : j’ai recherché sur internet quels étaient les meilleurs points de vue pour photographier le centre de Miami, j’ai choisi mon endroit, j’y suis allé en voiture suffisamment à l’avance pour ne pas arriver trop tard (et heureusement parce que ce n’était pas évident à trouver), et une fois sur place, j’ai attendu un moment que la lumière soit vraiment comme je le voulais.

J’ai beaucoup investi pour une photo, qui me plaît, et ça vaut 1000 fois mieux que 10 photos médiocres. Donc faites-moi confiance, choisissez une image et investissez dessus, vous aurez de bien meilleurs résultats.

 

 

Voilà, j’espère qu’à votre prochain voyage vous serez plus libre pour prendre les photos dont vous rêvez grâce à ces quelques conseils et bons plans 🙂 Et vous, quelles sont vos astuces pour avoir plus de liberté photographique en voyage ? (jeter votre famille sur le bas-côté ne compte pas :D)
Cet article vous a plu ?

Vous pouvez le télécharger au format PDF pour le lire tranquillement chez vous :
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 4,40/5)

Loading...

Recherches utilisées :

comment faire de bonnes photos de voyage, comment apprendre des photos, devoir 3 imaginez que pendant votre voyage vous avez pris plusieurs photos choisissez une photo pour la présenter à votre ami/e, activité 3 imaginez que pendant votre voyage vous avez pris plusieurs photos choisissez-en une pour la présenter à votre ami/e, prendre beaucoup des photos, voir les photo des personnes qui voyage, comment etre super en voyage, et prennent des photos

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

76 commentaires

  • Encore un très bon article comme toujours avec Laurent!
    100% d’accord avec toi, même si nous (ma compagne et moi) ne sommes pas de « grands voyageurs » nous avons toujours fuit les voyages organisés (ce qui ne nous empêche pas d’organiser nos voyages) privilégié la rencontre avec les autochtones, un moyen de déplacement local et un planning largement modulable (en fonction de la météo, du spectacle offert par les paysages…)
    Merci Laurent c’était bon de rappeler tout ça (et les liens en plus c’est super)

    26 juin 2014
  • Plein de bon tuyau dans cet article. Cool !!

    26 juin 2014
  • Super article à la veille des vacances! c’est noté merci 😉

    26 juin 2014
  • Bon, je sais, cela ne se fait pas, mais je vais me permettre de faire un copié-collé de mon commentaire à propos de l’article sur la photo de rue.
    J’y voie un lien direct, parce que j’ai fait mes premières armes puis photo et en photo de rue en voyage.

    Pour ma part, j’ai commencé à prendre au sérieux la photos lorsque j’ai voyagé muni d’un hybride.

    Lors de mes précédentes excursions, j’affectionnais tout particulièrement la forêt tropicale, mais la photo ( avec un compact qui plus est), me privait du plaisir de cette rencontre avec la nature, qui n’appartenait qu’à elle et moi. Si ce n’est le plaisir de partager à vos proche ce que vos yeux ont vu, cette pratique semblait m’éloigner du but de mes crapahutages.
    J’ai donc vite abandonné.

    Mais il y avait toujours ces gens qui me fascinaient.
    Et autant vous dire que j’ai pour habitude de voyager seul dans des endroits qui ont « mauvaises réputation », à tord.

    – Ici je me permets de préciser que je rejoins tout à fait Laurent sur le fait de voyager seul pour être libre de ses mouvements, et de prendre son temps, ou en groupe très restreint et autonome, tel que un ou quelques amis très proche capables de se débrouiller ( ce qui permet également de jouir d’autres facettes du voyage que la photo à proprement parler. Il suffit de pouvoir s’octroyer des « moments photo et de s’y consacrer »).
    En ce qui concerne l’hébergement et les transports, je n’ai recours exclusivement qu’au transports en commun, qui vous permettent de vous rapprocher un maximum de la population, et aux auberges ou « posadas »-

    A mes débuts, il m’a fallu trois jours pour me fondre dans la masse et faire partie du décors dans cet environnement qui me paraissait hostil dès que j’entreprenais de vouloir prendre des clichés, alors que je m’y sentais bien sans mon appareil. J’ai fini par prendre confiance en moi, à me sentir plus à l’aise aux contact de ces gens qui me fascinaient et que je voulais immortaliser.

    Je me suis alors aventuré dans des endroits moins fréquentables à visiter, et trouver ce que je voulais. T-shirt noir, hybride noir, j’ai eu ce que je voulais.

    Bien entendu, en tant que néophyte, je suis plutôt réticent à montrer ces clichés aux amateurs éclairés, mais j’y ai pris beaucoup de plaisir. Les situations qui me paraissaient les plus périlleuses se sont vite révélées être les plus intéressantes.

    Durant ces trois jours, à la dure, j’ai naturellement, petit à petit, appliqué ces astuces données dans l’article.

    Je ne me considère pas comme un bon photographe, mais faites un tour en Amérique Centrale ou en Russie pour ce genre d’exercice, et je vous garantie que les rue de Paris seront pour vous un vrai jardin d’enfant après cela. Même la barrière de la langue ne constitue pas un obstacle pour le contact que cette pratique photographique peut vous procurer.

    J’ai toutefois un bémol, à savoir la religion et/ou la culture. Il peut arriver de se trouver dans des régions ou il est très mal vu de prendre quelqu’un en photo, et il convient de se renseigner sur les moeurs en vigueur au préalable. Mais celles-ci restent rares, et je n’ai jamais eu de réel problème.

    Il n’en tient qu’à vous de faire la part des choses pour vous faire plaisir.

    26 juin 2014
    • Comme je me retrouve dans tous vos posts, et pour qui aime aussi voyager un peu organisé, toutes ces réflexions devraient être les règles des organisateurs… ce que je ne manque jamais de ressasser aux organisateurs, voir dans les agences de voyages locales… vous proposez toujours trop de km en trop peu de temps… arrêtez avec vos hôtels usines à dormir.

      Si comme moi vous aimez voyager dans des pays pas faciles, vous succomberez peut-être à quelque proposition de tours opérateurs, alors un conseil, faites bien attention au nombre de KM parcourus par jour… au delà de 150 km et pas tous les jours, ça sera une course de fond et vous rentrerez quelque peu frustré… Laurent et tous les autres participants ont tous raison d’insister, limitez les distances, et y retourner une autre fois sera beaucoup plus satisfaisant.
      Bravo pour ce post

      26 juin 2014
  • Bonjour Laurent,
    ce que j’apprécie sur ce blog c’est que non seulement j’y trouve des astuces de techniques photographiques vraiment TRES utiles, mais les articles « non photographiques » au service de la photo ont le mérite de mettre en evidence les choses qu’on fait parfois de manière instinctive. Mais du coup les choses sont dites et on y récupère de nombreuses astuces.
    Merci pour le partage et bonne continuation (et accessoirement bravo pour le blog !)

    26 juin 2014
  • Le temps est la clé, se presser ne mène à rien de bon,… C’est un peu comme pour un cadrage : il vaut parfois mieux un cadrage rentre dedans car bien souvent en voulant tout montrer, et bien on ne montre rien ! Pareil avec le temps en vacances. A vouloir tout faire, vite, on ne fait rien de bien. Mieux vaut donc prendre le temps, que ce soit pour la photo ou non, de s’imprégner du lieu, des gens, de la lumière, bien observer les choses autour de nous, c’est essentiel. Bien sûr on voyage parfois loin de chez nous et nous savons qu’il y a sans doute très peu de chance de retourner au même endroit dans le futur, il y a donc cette envie de ne rien « louper » mais faire vite les choses n’apportera rien de bien. Pas si facile finalement !!!
    https://www.flickr.com/photos/yvessouris/

    26 juin 2014
  • Article utile, Eric Heymans avait écrit aussi un article dans le même esprit, l’an passé je crois
    Merci à toi aussi

    26 juin 2014
  • Pour ceux qui, comme Laurent et moi, en ont un peu marre des hébergements touristiques standardisés aux normes de l’hôtellerie internationale, je suggère d’essayer les « logements dans l’histoire », ces hôtels, auberges, chambres d’hôtes et gîtes aménagés dans des demeures d’époque. En particulier lorsque ces logements ont conservé leur authenticité… Frissons historiques garantis !
    Le seul problème, c’est qu’il en reste peu (tant les propriétaires se sont empressés de les mettre au goût du jour, sans égard pour ce qui faisait leur charme) et qu’ils sont donc plus difficiles à trouver. Cherchez bien (à la manière d’un archéologue), vous serez d’autant plus heureux d’avoir déniché la perle rare. Puis surtout, rendez vie à ces vieilles bâtisses en captant, à travers l’objectif de votre appareil de photo, les ambiances, proportions et détails les plus évocateurs !

  • Tu as raison Laurent, le meilleur moyen de faire de belles photos, est d’être seul et prendre son temps.

    26 juin 2014
  • Bonjour Laurent,
    Merci beaucoup pour tous tes conseils. Depuis longtemps, je souhaitais me mettre à la photo, c’est chose faite grâce à l’achat d’un appareil, et à la découverte de ton blog.
    Tes conseils sont clairs, simples et les explications très bien limpides.

    Bonne continuation.

    Etienne

    26 juin 2014
  • Merci Laurent! C’est ça aussi avoir la même passion: partager ses astuces, et tu es champion toutes catégories !

    J’adore aussi voyager, mon « astuce » principale est de prévoir de chez moi tous les lieux que je veux voir (aidée de bons guides papier ou internet), lister et confier la « mission » à mon mari (que la photo n’attire pas particulièrement mais qui a un sens infaillible de l’orientation) de nous amener sur ces lieux, par le moyen qu’il choisit, ainsi je suis déchargée de ceci et lui est bien occupé à préparer le déplacement suivant, à la terrasse d’un café par exemple! pendant que je fais mes prises de vue… Chacun y trouve son compte…
    Bon, le plus dur est de trouver « LE » compagnon de voyage idéal 😉
    2° astuce éprouvée lors de notre récent voyage au Maroc: dénicher une bonne agence de visite locale connaissant les jolis coins hors sentiers battus et touristiques, qui vous proposera un programme adapté à vos souhaits et budget, individualisé, avec logements en chambres d’hôtes, donc chez l’habitant: belles rencontres, et totale liberté, pour un prix pas excessif (750€ par personne, 5 jours tout compris, déplacement en taxi privatif, notre chauffeur nous proposant de nous arrêter à la demande, guide locaux extraordinaires !)
    De plus tourisme solidaire: on fait vivre les habitants et on ne remplit pas les poches déjà bien pleines des grands « tours operators » …

    Bon voyage à tous et bonnes photos!

    26 juin 2014
    • Merci pour ton retour 🙂

      Ces agences authentiques sont assez rares, en général c’est plutôt l’inverse qui se produit, donc il vaut mieux dénicher le bon plan 😉

  • Encore une fois de très bons conseils avant de partir en vacances.
    Merci Laurent!

    26 juin 2014
  • Excellent article et judicieux conseils, merci Laurent.

    Si je peux me permettre de ramener ma fraise, je donnerai le conseil suivant : essayez de vous reposer avant de partir en voyage histoire d’être en forme.

    Ça peut paraître paradoxal car bien souvent, on se dit que les vacances sont faites pour se reposer mais pour les mordus de la photo que nous sommes, bref vous voyez où je veux en venir (^_- )

    De toutes façons, que vous ayez prévu de faire de la photo ou pas, aborder les vacances en étant épuisé est une erreur car vous ne les apprécierez pas à leur juste valeur.

    De même, une fois sur site, ménagez-vous un minimum : quand je suis parti au Japon, j’ai voulu « tout faire, tout voir » résultat des courses, le matin je me levai plus tard parce que besoin de récupérer, ratant ainsi quelques jolies occasions photographiques.

    26 juin 2014
    • Très intéressant en effet. Je partage tout à fait ton avis.

      Il se fait que bien souvent, point de vue charge de travail (du moins dans mon cas), ce n’est pas possible.

      C’est ainsi que j’essaie de privilégier le repos pendant mes premiers jours de vacances, pour être en forme ensuite.

      Mais bon pas facile quand on aime la photo, et aussi par rapport aux prévisions météo … Si la pluie arrive dans les 3 ou 4 prochains jours … C’est un des paramètres à prendre aussi en compte … la météo !!!

      26 juin 2014
    • Je te rejoins complètement sur le fait de prendre sont temps. C’est pour moi le deuxième point le plus important abordé dans cet article. Il faut toutefois souligner qu’il n’est pas donné à tout le monde d’en disposer à outrance.
      Si je peux me permettre de partager ma façon de voyager, la voici. Je ne prends pas de billet retour. Je ne sais pas où mes pas me mènerons, et j’aime à écouter les gens m’indiquer les endroits qui pourraient me plaire. Si j’ai une carte lorsque je voyage, et c’est indispensable, je n’ai pas de plan prédéfini. Par expérience, je sais que ma curiosité me mènera ailleurs et les mettra à mal. Et lorsque je trouve un endroit intéressant, et souvent inattendu, je m’y attarde quelques jours, parfois plus.
      J’ajouterai que le fait d’être seul permet de se découvrir des ressources inattendues qui sont en totale adéquations avec la photo et la désinhibition qu’elle requière parfois.

      26 juin 2014
  • De très bon conseils et c’est particulièrement vrai en voyage. Rien ne sert de courir, il vaut mieux voir 50% du pays en prenant son temps que de courir et au final ne pas profiter de son voyage.

  • Bon article. Portland est une ville géniale, j’ai eu beaucoup de mal à en partir. Je rajouterais que pour un long voyage, dès 2 mois, acheter et revendre un véhicule, bien que ça puisse faire un peu peur, est la solution la moins chère, surtout si vous pouvez dormir dedans.

    26 juin 2014
    • Bonjour Flo,
      J’ai adoré Portland également, j’y suis même retourné (!) 2 jours à la fin de mon voyage car j’étais en avance.

      Pour ce qui est d’acheter et de revendre un véhicule, c’est une bonne idée, mais ça dépend les pays. Au prix de la location aux USA, je ne suis pas sûr que ce soit le plus rentable, surtout que je ne crois pas que tu aies le droit de dormir dans ta voiture là-bas (même si j’ai vu des gens le faire).

      • Cette interdiction concerne uniquement la Californie, et n’est appliquée que sur la côte. En tout cas nous n’y avons eu aucun problème. Et dans les déserts (Utah, Arizona…), quel plaisir de dormir au pied d’une Mesa, avec quelques fennecs qui courent au loin 🙂

        28 juin 2014
      • Aux USA oui mais pas en Australie

        28 juin 2014
  • Je suis a 100% d’accord avec toi, mais pour des pays commes les USA, il y a une autre alternative tres interessante pour le logement: nous avons loué un campervan, c’est une grosse voiture dans laquelle on peut dormir… comme ca on a la voiture et le logement pour pas cher et on s’arrete quand on veut.

    On peut meme se faire chauffer le repas en attendant que le soleil se couche 😉

    26 juin 2014
  • J’ajouterai ne pas s’encombrer de tout son matériel photo, mais le choisir en fonction du type de photo et de prérégler son boitier. La réactivité est souvent importante

    26 juin 2014
  • Salut Laurent,
    Toujours de bonnes idées à nous faire partager.
    Une autre bonne idée : l’invasive fenêtre pour ton livre « Faites-vous plaisir en photographiant » a disparu, remplacée par un lien en fin d’article. Je ne grognerai plus à chaque visite 😉

    26 juin 2014
  • Merci Laurent pour cet article très dynamique et et les bons conseils pratiques et pragmatiques.

    Je dirais que même sans penser vacances, tes conseils sont très bons pour nos photos « au quotidien » quand nous sommes près de chez nous.

    Je trouve qu’il est effectivement efficient de bien s’imprégner des lieux, de prendre son temps, et de travailler au mieux avec la lumière. Je ne dis pas forcément ici d’attendre la bonne lumière. C’est bien sûr mieux, mais nous n’en avons pas toujours l’occasion.

    Voici quelques points que je pratique régulièrement pour mes sorties photos, près de chez moi ou plus loin :

    * se renseigner sur les lieux, et donc regarder beaucoup de photos de ces lieux sur des sites (notamment flickr)

    * je l’ai lu dans un livre, mais regarder dans les librairies les cartes postales vous renseigne effectivement bien sur les points d’intérêts. Attention que ceux-ci restent en général très/trop touristiques.

    * privilégier des lieux et ambiance qui correspondent à vos préférences photographiques. Vous en tirerez le meilleur. A contrario, oser aussi des contextes inhabituels

    * préparer des cartes (genre GoogleMaps sur tablette) avec vos points d’intérêt, sur place, en fonction de votre état d’esprit et ou de fatigue, préparer des sous-carte avec des petits parcours

    * En fonction de vos parcours, vous découvrirez des endroits inattendus. Si vous n’avez pas le temps, tirez-en le meilleur tout de suite. Si vous avez du temps et que vous pouvez y revenir plus à l’aise ou pour une meilleure lumière, pointez cela sur votre carte de votre tablette. Vous pourrez ainsi le reprogrammez dans une prochaine sortie.

    * Dans une zone, penser à tourner autour dans l’idée de 360° (oui prenez le temps si vous le pouvez, sur plusieurs jours, parfois les points de vue changent tout à fait.

    * Lorsque vous êtes dans des villes, essayer de trouver des points de vue surélevé comme les beffrois, le toit de certains monuments (bon attention aussi que parfois les temps d’attente pour grimper sont très longs – j’avoue j’ai du mal à prendre cette patience)

    * bien qu’on puisse préparer une sortie, l’intérêt une fois dans la zone, voire même pendant le voyage, est d’être curieux … N’hésiter donc pas à vous arrêter dans les petits villages, de prendre des ruelles (penser à votre sécurité quand même), dépasser les premiers bosquets (on ne sait jamais ce qu’il y a derrière le prochain virage).

    * essayer aussi de prendre de la hauteur pour vos photos de paysage … Privilégier donc les côtes dans vos parcours, souvent on tombe sur de beaux points de vue qui n’ont rien à voir avec ceux dans les vallées encaissées.

    * tout en pensant à votre sécurité, n’hésitez pas à prendre des photos la nuit ou en soirée … Les lieux prennent une tout autre ambiance à ces moments-là.
    * ce point est délicat vu qu’il s’agit en général d’un compromis. Il s’agit du matériel à emporter avec soi. Il m’est arrivé de nombreuses fois de ne pas avoir le bon objectif avec moi, ou un filtre polarisant, ou mes filtres pour mes poses longues. Quand on part en périple photo, que ce soit dans notre pays ou ailleurs, on n’est jamais certain de ce qu’on va voir réellement. Un photographe averti en vaut donc deux. Dès que j’ai une voiture avec moi, je prends donc un set assez complet d’objectifs, mes filtres et mon trépied. Arrivé dans une zone qui m’intéresse, j’ai opté pour un sac à dos confortable et d’une capacité me permettant d’emporter mon matériel. Même si cela est un peu plus lourd, je me déplace rarement plusieurs heures à pied de suite. Au besoin, quand je suis dans une zone sans trop de monde, plutôt nature, je dépose alors mon sac à mes pieds pendant que je fais des photos.

    * lorsque vous partez à l’étranger, mais aussi dans votre pays, si votre équipement commence à prendre de la valeur, envisagez de prendre une assurance vol. Je me suis fais une fois tout voler, et c’était un désastre, comparé au prix d’une assurance vol du matériel.

    Voilà quelques avis.

    A bientôt, Didier
    http://www.facebook.com/didierhannotphotography

    26 juin 2014
    • Je rejoins Didier sur la bonne idée d’assurer le matériel ayant récemment eu mon sac photo volé en Tunisie : 3000 € de matos envolé ça fait mal. Mais je ne sais pas qu’elles sont les assurances possibles. Merci d’avance pour des infos

      26 juin 2014
    • Je rejoins Didier pour l’assurance vol, et là-dessus je peux témoigner.
      Je me suis aussi fait voler l’intégralité de mon sac (3000€ de matériel) au Brésil à Rio. Sur les circonstances du vol, il y a aussi de quoi témoigner pour les voyageurs… pour ma part je suis juste contente que les dommages n’aient été que matériels (et psychologiques, allez)!
      Mais pour revenir à l’assurance :
      – à l’achat de l’appareil, je savais que je partais avec dans un pays « à risque élevé » 2 mois après. J’ai pris l’assurance « Bris et vol » de Darty. Par contre on ne peut y souscrire qu’à l’achat, et en gros elle couvre 1,5 vol/an. C’est SPB, et je n’ai eu aucun pb à la faire fonctionner. Je l’avais d’ailleurs déjà testée pour mon smartphone à Paris 🙂
      – Pour une assurance aussi couvrante voire plus pro et un peu plus chère (mais que je prendrai sans hésiter si je refaisais un voyage à risque) je crois que http://www.pixel-assur.com est une référence.
      – pour couvrir moins de risque mais moins cher aussi (en attendant que SPB soit de nouveau active), j’ai pris une extension « mobilité » à mon assurance habitation. Il y a un plafond à 1800€ pour la mienne, mais elle peut couvrir soit l’ordinateur portable, soit le smartphone, soit l’appareil photo. Et il faudrait vraiment avoir la poisse (ou se balader avec moi!!) pour tout se faire voler d’un coup! Je n’ai pas encore « testé » cette dernière mais a priori les conditions sont les mêmes… pour moins de 10€/mois pour 2.

      Par contre je précise : quelque soit l’assurance vol (du moins à ma connaissance, mais faites moi confiance, j’ai cherché!), pour un appareil photo, seuls les vols avec agression (physique ou verbale) sont pris en compte. Pour les smartphones, suivant les assurances, les vols à la tire ou à la sauvette peuvent être pris en charge aussi, ce qui se comprend, c’est plus petit et plus discret à dérober dans un sac ou une poche!

      29 juin 2014
  • Bonjour,

    Très bon article avec de bons conseils

    Dans quel pays tu as dormi à même le sol ? ><

    Non je n'ai pas d'autre question tout est bien expliqué 😀

    26 juin 2014
    • Aux Philippines, dans un petit village au milieu des montagnes, chez l’habitant, à 4h de marche du plus proche grand village (1 seul hôtel, jeep quotidienne pour aller à la ville la plus proche).
      Oh, et en Inde aussi une fois, dans une école, après le premier jour d’un mariage (oui, ça dure 2 jours là-bas :P).

  • Très bon article encore Laurent ! Je me reconnais dans certaines situations, j’ai toujours envie de voir tout ce qu’on peut voir à un endroit donné, et finalement, je me sentais pressée voire stressée, et cet été j’ai décidé d’y aller plus cool, pour profiter plus de mes vacances et moins me stresser, et tant pis si je loupe quelques occasions photos. Ça me permettra également de mieux me concentrer sur une seule chose, et peut-être plus m’appliquer !

  • Merci Laurent pour ces infos.
    Je me suis retrouvée dans tes remarques sur les visites de groupe quand c’était à mon tour de prendre les photos (on alterne avec mon mari). Quel plaisir ensuite les visites en solo.
    Pour l’hébergement, nous avons toujours privilégié l’hotel, pour le confort des lits, pas de ménage ou repas à préparer.

    Depuis quelques années nous allons au japon et nous passons par une ligne d’hôtel pas si chère pour ce qu’on recherche (niveau 2*) car plutôt dédiée aux business man, qui finissent tard du boulot, et près des gares ou arrets de bus (très utile au japon).
    Airbnb a l’air sympa, on veut essayer pour le prochain voyage d’au moins passer quelques jours dans un appartement. Ton parrainage a une date limite, car ce ne sera que pour l’année prochaine?

    26 juin 2014
    • Je ne pense pas que ça ait une date limite, mais si tu t’inscris maintenant en tout cas, normalement tu auras 18€ sur ta prochaine location, même si elle est l’année prochaine je pense.
      AirBnb ne t’oblige pas à faire à manger non plus hein, tu peux aller aux restaus du coin (et le ménage est inclus dans le prix).

  • Encore des conseils avisés,Merci
    Serez vous a la braderie de Lille?
    Salut
    Jean Domant Sarreguemines

    26 juin 2014
  • Bonjour Laurent et merci,

    Pour moi cet article est l’un des articles les plus importants que j’ai lu sur ce blog. À quoi bon posséder du bon matériel, avoir de bonnes bases théoriques, voyager pour découvrir toujours plus de lieux et ne malheureusement ne pas prendre le temps de mettre toutes les chances de son coté pour réussir les photos.

    Je ne vais pas reprendre l’intégralité du contenu de l’article, ce qui serait au passage complètement inutile, mais plutôt parler de mon expérience.

    En effet, quand on ne voyage pas seul il n’est vraiment pas évident de pouvoir prendre son temps. Surtout quand la personne avec qui on voyage ne comprend pas l’intéret d’attendre une « bonne lumière » (C’est quoi d’ailleurs une bonne lumière? ;)) ou de repasser plusieurs fois aux mêmes endroits à différents moment de la journée pour capter une atmosphère particulière.
    J’ai la chance d’être accompagné la plupart du temps par des personnes qui comprennent cet état d’esprit (sans pour autant l’adorer :p), et il est vrai que d’un point de vue photographique, c’est super intéressant.

    Pour les raisons cités dans l’article, je m’arrange également toujours pour sortir un maximum aux heures où la plupart des touristes ne sortent pas, à savoir très tot le matin. En plus cela permet bien souvent de profiter de magnifiques levés de soleil comme j’ai eu la chance de photographier à Prague récemment.
    Quel bonheur de déambuler LIBREMENT dans les rues de lieux touristiques, sans bousculade et sans craindre pour le matériel onéreux que nous possédons.

    Je n’ai personnellement jamais utilisé de services similaires à AirB&B, mais je m’arrange la plupart du temps pour éviter les hotels des grandes chaines, au profit de petites auberges ou petits hotels locaux, qui ont à mon sens bien plus de charme et de valeur si on souhaite s’immerger (ce n’est pas le cas de tout le monde!).

    En tout les cas, une excellente piqure de rappel et de très bonnes idées pour la planification de mes futurs voyages…

    Encore merci à Laurent à vous tous également pour les commentaires constructifs que j’ai pu lire. 🙂

    26 juin 2014
  • Merci Laurent! Je partage ton point de vue:-)!

    Il faut se donner les moyens de prendre tout notre temps, de bien se préparer, d’apprécier tous les instants, quelque soit l’endroit.

    La récolte (photo) en est plus fructueuse. Et je commence tout juste à le découvrir:-)!

    Au plaisir!

    26 juin 2014
  • Je peux témoigner concernant AirBnb, cela fait 2 fois que je réserve par AirBnb, début avril pour mon voyage à Londres, c’était très sympa, conforme à ce qui a été annoncé, et là pour cet été, nous testons en France, en tout cas, les prix sont tout à fait raisonnables.

    • Article intéressant une fois de plus. Pour le logement je rajouterais aussi les guesthouse, ou chambre d’hôtes. Les propriétaires sont souvent sympa et vous envoie sur des lieux peu connus. Par contre attendre la bonne lumière, facile quand on est seul, pas toujours évident à deux…

      26 juin 2014
  • Très instructif, bien détaillé : chapeau.
    Je suis chimiste/photographe retraité.
    Merci pour les liens!
    René Prégardien

    26 juin 2014
  • on utilise déjà ce site de location de chambre ou d’appart, on un compte chez eux,
    bonne soirée

    26 juin 2014
  • Merci Laurent pour toutes ces réflexions fortes utiles.
    Il est vrai qu’en voyage, je planifie tout, et hélas perd bien souvent en liberté. Il y a des lieux ou je n’ai réservé qu’une nuit alors qu’une fois sur place, je me dis que j’aurais dû rester plus longtemps. Et la réciproque est vraie. Du coup c’est très frustrant, surtout quand on a trouvé un bon « spot » de ne pas pouvoir y revenir pour photographier à différentes heures de la journée et sous différentes lumières. Il n’y a qu’à Morro Bay en Californie (ou tu es peut etre passé dans ton périple sur la Pacific Highway), que j’ai pu passer du temps à peaufiner mes photos du fameux Morro Rock.
    Merci encore pour ton article.

    26 juin 2014
  • Merci pour l’article. C’est assez intéressant.
    En ce qui concerne Airbnb, j’utilise aussi fréquemment ce service. C’est vraiment agréable de se sentir comme habitant d’une ville différente de celle de tous les jours. On nous propose souvent pleins d’adresses, de bons endroits du quartier où aller. C’est vraiment agréable de voyager de cette façon.

    Ceci dit, lorsque je demeure dans une ville pour une seule journée, j’opte en général pour l’hôtel. Je n’aime pas déranger les gens pour une nuité(car souvent les hôtes sont présents lorsqu’on nous remet les clefs).

    26 juin 2014
  • Bonjour,

    Encore un bon article. Je comprends tout à fait ton point de vue. Mais j’avoue humblement ne pas le partager entièrement, à cause de mes choix évidemment.

    À part quelques voyages proches (Allemagne, Lichenstein, Espagne, Corse, Italie et Crête) où nous avions réservé des hôtels et loué des voitures, pour bénéficier d’une liberté totale, nous sommes beaucoup plus prudents à l’étranger. Pour deux raisons :

     – sécurité (la liste des pays où l’on peut se rendre seul et sans problème diminue constamment (même en Italie, attaque d’une touriste en bordure d’un groupe). Bientôt on ne pourra que rester en France (et encore) ;

     – sans guide, on rate beaucoup de choses. Témoin un ami qui a visité avec deux copains Monument Valley aux USA, seuls. Selon lui, il n’a pas trouvé comment s’en approcher et l’a trouvée nulle (« Petits tas à l’horizon »). J’y suis allé en voyage organisé, longue visite et déjeuner organisé par les indiens, au milieu de Monument Valley. C’était merveilleux.

    Donc, voyages organisés aux USA, Tunisie, Canada, Jordanie et en fin d’année, Tanzanie. Mais abandon de l’Égypte, par exemple.

    J’ai donc pris l’habitude de prendre massivement et rapidement des photos, car en voyage organisé on court le plus souvent (à part dans les souks et les magasins des copains du guide, pour dépenser de l’argent). Je m’entraine longuement et régulièrement avant les voyages, pour ne pas être débordé, ni stressé et détecter la bonne photo à faire du premier coup d’œil :

     – réglages préréglés personnels (rafale, haute vitesse, faible luminosité, profondeur de champ), choisis en une seconde. Problème : souvent des gens indésirables, ils seront effacés en post-production ;

     – accessibilité et rapidité d’échange de deux objectifs (24-70 réel et 70-200 réel – Full-frame – ouverture max. 2.8 sur toutes les focales, avec doubleur = 140-400 ouverture max. 5,6 sur toutes les focales). Il faut dégainer comme Lucky Luke et être prêt à temps. L’IS est apprécié ;

     – habitude et entrainement avant, pour réaliser des prises de vues rapides (panoramiques, y compris verticaux, relief, macro à photos multiples pour profondeur de champ), sans oublier les films en NTSC 720 p 60 i/s pour des ralentis possibles. Ou mieux, avec GoPro à écran, 720p 120 i/s ;
     – en attente : drone pour GoPro avec écran de suivi et télécommande de prise de vue, portée 1 km (les lions de Tanzanie, attaquant la gueule ouverte… 🙂 ).

    Les locaux : problème de la langue, si l’on est seul. Pour les photographier… et la législation ? Demander un document écrit, j’ai abandonné. Seuls les birmans acceptaient d’être photographiés, verbalement (et présentaient de l’intérêt). Photographier les bandes de japonais en plein Paris, très peu pour moi. 🙂 

    Pour les monuments en Europe (mare de ces interdictions), j’avoue avoir craqué. Surveillance de « l’ ennemi » pour prises de vue pirates. Ou Gopro camouflée et télécommande dans la poche. Oui, je sais, c’est interdit le plus souvent. Mais comment résister devant la vraie statue du David de Michel Ange, les merveilleuses cathédrales d’Italie ou la collection de statues de Gina Lollobrigida, que tout le monde photographie avec des smartphones malgré les braillements des surveillants ? Et comme c’est précieux, une photo interdite ! (à ne pas mettre sur Internet, évidemment).

    AirBnB, CouchSurfing, Uber : c’est de la pub ? 🙂 Chez l’habitant, j’ai donné. Je préfère de loin les hôtels, avec leur luxe et leurs petits déjeuners aux buffets à choix immenses. Un sandwich à midi pour ne pas perdre de temps (si liberté) et un bon repas le soir, dans un restaurant. Oui, je sais, bonjour la ligne, mais au retour c’est régime maigre.

    Cela n’empêche pas que j’apprécie ton point de vue et tes conseils, quand c’est possible.

  • Article très sympa et instructif. Je ne connaissais pas airbnb et je l’utiliserai pour mon prochain voyage. Surement le Japon l’an prochain.
    Sinon, j’aime bien les auberges de jeunesse quand je voyage seul. On rencontre moins de locaux mais il y a une bonne mixité des peuples.
    Pour mon dernier périple en solo, j’ai été en Argentine. Malheureusement, la plupart des spots que je visais étaient des parcs nationaux et avaient des horaires de fréquentation. Donc je n’ai pas pu être présent pour les « bonnes lumières ». J’avais organisé mon voyage en fonction des lieux à photographier. Par contre, je suis allé à l’inverse de toi et j’ai cavalé aux 4 coins du pays. Donc j’ai eu beaucoup de transport. J’essayais quand même de rester au moins 2 jours dans les villes. Si j’y retourne un jour, je ciblerais plus mes destinations. Pour le Japon, je pense que je ferais moins de lieux mais que j’y resterais plus longtemps.
    Quand je voyage ou randonne avec des gens, je les préviens. Mes amis me connaissent et la plupart acceptent volontiers la pause photo. Cependant, j’ai bien conscience que je ralentis le groupe. Donc je prends moins le temps de cadrer. Quant à attendre une belle lumière… ! Ou alors j’ai du bol 🙂 Il m’arrive aussi de dire que je vais faire ma vie photographique et que je rejoindrais les gens à tel endroit à telle heure. Je fais surtout ça en ville pour avoir l’heure bleue et faire de photo de nuit. Les gens comprennent, du moment qu’on passe du temps ensemble par la suite 🙂

    26 juin 2014
  • Pour les logements, je suis 100% d’accord avec toi. Loger dans un appart c’est une excellente chose quand cela n’est pas interdit comme à New York !

    27 juin 2014
  • Merci Laurent pour ce super article.
    Petite question nous nous rendons dans l’ouest americain en octobre et allons notamment nous arrêter à SF. Peux tu me dire d’où cette superbe vue de SF (celle de l.article) a été prise.

    Merci beaucoup

    Laurent

    27 juin 2014
    • Hello !

      Réponse tard mais pas trop tard : au premier plan il s’agit des painted ladies, des maisons victoriennes très connues (google pour la localisation). Il y a une petite colline à côté, c’est simple d’avoir un point de vue similaire en cherchant un peu 😉

      7 août 2015
  • Hello,
    merci pour cet article qui me conforte dans mon comportement quand je voyage (ça fait du bien de ne pas se sentir seul ou de ne pas être le seul fou 😉 en voyage). Pour faire mes photos je prépare bien avant mon voyage (merci internet) et répère ce qu’il faut voir et faire. Une fois le si-déchirant tri fait (je reste rarement plus de 4j sur place boulot oblige) je fais un premier repérage photo puis y reviens plusieurs fois s’il le faut. Je marche beaucoup et du coup un tas de détails appareissent et rendent mes photos moins touristiques et plus naturelles que d’autres. Maintenant y’a la technique et d’autre chose à acquérir (c’est pour ça que je me suis inscrit au stage d’ailleurs…). Merci pour cet article 🙂

    28 juin 2014
  • Merci Laurent !
    Un article très intéressant, vivement ma prochaine sortie que je mette tous ces conseils (au moins quelques-uns) en pratique.

    28 juin 2014
  • je partage totalement ton avis sur la liberté de mouvement. Et c’est particulièrement le cas quand on se déplace avec au moins une personne qui ne partage pas forcément la passion de la photographie. j’ai fait l’expérience récemment au cours d’un voyage dans l’état de New York. Utilisant le Amtrak d à partir de New York City, pour me rendre dans d’autres villes. Je me suis déplacé avec un ami, avec qui durant les trajets je partageais mes connaissances sur la photo, la composition, la lumière. Cela l’a fasciné et non seulement il m’a amené dans des coins remarquables, car il vità NY, mais en plus il s’est laissé prendre au jeu, utilisant son portable pour des photos, et ne voyant même pas le temps passer.

    28 juin 2014
  • Mille mercis pour l’article. Je pensais que passer du temps n’était que pour la débutant que je suis parce que j’ai encore besoin de beaucoup d’essais pour avoir la photo que j’ai en tête. Je suis rassurée, ces moments de recherches vont encore m’accompagner longtemps. Et c’est finalement, ces moments de créativité que font que le temps passe vite et qu’on rentre dans la quatrième dimension 🙂
    Encore merci.

    28 juin 2014
  • J’apprécie les astuces pour voyager en toute liberté et se donner du temps pour photographier le lieu choisi. Je rejoins cet avis, moins de photo mais mieux choisir le lieu, le cadrage, la lumière…merci Laurent pour ces informations.

    29 juin 2014
  • Merci Laurent pour ton article avec lequel je suis 100% d’accord. En fait, la photo est un excellent moyen de profiter de l’instant présent….
    A bientôt

    29 juin 2014
  • Bonjour. Bien sûr qu’il faut s’appliquer pour faire une bonne photo. La question est:je fais un voyage juste pour faire de bonnes photos? Ou pendant mon voyage j’en profite pour faire des photos. La qualité des photos détermine-t-elle la qualité du voyage? Le débat sur le voyage organisé par une agence ou organisé par nos soins(qui reste un voyage organisé)ne rentre pas dans le cadre photographique. Ceci est un point de vue pas une attaque contre Laurent(il est difficile de trouver un seul avis divergeant dans les commentaires!!!). Les articles sont intéressants,ne sortons pas de l’aspect purement technique de la photographie. La façon de voyager ne peut en aucun cas faire l’objet d’un débat dans un blog traitant de la photo. Une bonne photo est ce forcément une photo techniquement parfaite. A force d’être dans les réglages ne risque-t-on pas de passer à côté de quelque chose?

    29 juin 2014
    • Bonjour,

      Bonnes questions. Personnellement, je profite du voyage pour faire des photos, je ne pars pas en voyage pour faire des photos. Dans un but double :

      - en conserver un souvenir (quand on a pris une photo et qu’on la regarde, même longtemps après, on se replonge instantanément dans des souvenirs très vifs. Je me souviens de quelqu’un qui me disait qu’il préférait conserver les choses dans sa mémoire. Oui, eh bien c’est fou ce que l’on peut oublier comme choses, par la suite. En regardant ses photos, des détails oubliés reviennent à l’esprit, pratiquement comme si on était projeté dans le passé ;

      - en profiter pour disposer de sujets hors du commun, impossibles à voir chez soi. Par exemple, en Birmanie j’ai eu l’impression d’atterrir dans un autre monde. Tout était différent, nouveau, d’une beauté exceptionnelle.
      Donc, pour moi photo et voyage sont deux choses tout à fait différentes. Mais l’une profite de l’autre. Et je ne perds pas mon temps à mettre au point des réglages savants, je me suis entraîné et tout est préparé à l’avance (mémorisation de préréglages personnels, modes priorité vitesse ou ouverture conservant leurs autres réglages, flash et commande radio à distance. Visée avec collimateur central puis décalage très rapide déclencheur à mi-course, cadrage instinctif (pas besoin d’afficher la règle des tiers, par exemple, c’est cadré au mieux par habitude, par goût esthétique et en fonction du sujet. Puis regard à l’écran pour vérifier, en une seconde. Je ne suis jamais endormi, j’ai l’habitude de réfléchir très vite. Et ensuite, travail important en post-production.

      Mais toujours une priorité absolue : être toujours prêt et agir vite, l’esprit clair. L’appareil toujours à la main, avec une poignée de maintien. C’est une question d’entraînement. Et c’est fou ce que j’ai pu capter comme images exceptionnelles bien que fugitives, qu’autrefois j’aurais ratées. Et, en effet, une bonne photo… c’est tout simplement une bonne photo, même si elle n’obéit pas aux canons habituels, que l’on croit à tort quasi imposés. Comme je le dis toujours : si un jour je tombe sur un martien, je vais jeter la photo prise trop rapidement, parce que son réglage n’était pas adapté ?

      • Oui, il n’y a pas besoin « d’être dans le réglage », en fait. Avec les bonnes compétences et la pratique, les réglages sont très rapides. Mais il reste indispensable de les maîtriser suffisamment pour réussir sa photo.

        7 août 2015
  • Superbe article où je te rejoins sur tous les points. De même pour moi, les vacances boostent énormément ma créativité et mon imagination ce qui peut faire des merveilles lors de voyages ! La photo de San Francisco vaut les 30 minutes de fraîcheur elle est magnifique 🙂

    30 juin 2014
  • c’est un excelelnt article.
    j’aime beaucoup tous ces informations.

    3 juillet 2014
  • Outre les bons plans transport/hébergement, dans le thème « être plus libre pour prendre des photos en voyageant », il faut insister sur la capacité à aller où on veut, quand on veut et comme on veut. Par conséquent partir tout seul ou éventuellement avec un pote passionné de photo !
    Mais pour la plupart des gens, le voyage se fait avec femme et enfants, et donc c’est bien souvent contraire à tout ça.
    Si tu as des recettes (miracles) pour conjuguer voyage en famille (avec bien sûr une famille peu patiente et peu compréhensive) et optimisation de sortie photo… je suis preneur !
    Nombre de photographe (semi pro ou amateur)que je connais, ont ce discours, la photo c’est une passion de solitaire.

    3 juillet 2014
    • Cher Christophe,

      Partager des émotions avec sa famille est un privilège. Les immortaliser « en même temps » sur photo est un défi…

      Ces dernières années notre famille (nous avons 3 filles) a réalisé deux voyages « importants »: en 2012 en Afrique du Sud, et en 2013 dans l’ouest des Etats-Unis.
      Dans l’un et l’autre cas mon appareil ne m’a pour ainsi dire pas quitté. J’ai ramené plus de 4000 photos d’Afrique du Sud, parce qu’il y a tant de choses à voir, et que lorsque le temps manque pour s’attarder, c’est le nombre (et un minimum de savoir-faire acquis surtout avec de l’expérience) qui remplace l’attention que certaines photos mériteraient.

      Ai-je donc une réponse à ton / notre problème?
      Pas de réponse magique, mais une invitation au consensus: accepter, et faire accepter à la famille, que tu traînes systématiquement en arrière, que tu « ralentis ». En contrepartie, montrer quelques beaux clichés dont tout le monde sera heureux, et qui, comme le dit Jean-Jacques plus haut, même imparfaits, contribueront grandement à perpétuer les émotions vécues ensemble.
      Dans le déroulement du voyage, il y aura, forcément, des occasions de prendre son temps, de s’appliquer ou de se laisser complètement aller.
      L’acte photographique est donc largement le résultat d’un consensus, c’est-à-dire d’un pas effectué par chaque membre du groupe l’un vers les intérêts de l’autre.

      La seule alternative: voyager seul! Et cela peut être très bien aussi (5 semaines dans l’Ouest américain en 1990 restent parmi mes plus beaux souvenirs).

      Merci à Laurent pour ces textes!

      27 octobre 2014
  • Une bonne idée d’être libre de son logement ! Cela permet d’être plus libre et donc de pouvoir plus souvent voyager même pour quelques jours !

  • Explications très claires que je vais m empresser de mettre en pratique dès demain. Merci Jackie

    7 juillet 2014
  • Le premier point est le plus important à mon avis.
    J’ai l’habitude de partir régulièrement visiter des villes européennes le temps d’un week-end prolongé, 3 à 5 jours max.
    Si on commence à vouloir tout voir et tout photographier, on ne profite de rien, et surtout, on reviens avec des photos moyennes.
    Autre point important, c’est de préparer son voyage.
    Savoir à l’avance ce qui vaut le coup d’être photographié vous fera gagner du temps une fois sur place.
    Et si vous avez le temps, une fois sur place, faites un premier tour de la ville (en bus de tourisme par exemple) pour repérer ces endroits, avoir une notion de leur éloignement, et voir à quelle heure il serait intéressant de revenir.
    Merci en tout cas pour cet article, super intéressant.

    8 juillet 2014
  • Superbe article ! On sent tout le travail réalisé, bravo.
    Comme beaucoup sur ce blog, je suis à la recherche de renseignements sur la photo et je dois dire que votre blog est une mine d’or. Je vous remercie 🙂

    8 juillet 2014
  • Merci pour cet article ! J’ai commencer la photo il y a 5 mois et j’ai lu la plupart de tes articles pleins de conseils, je te remercie pour ce magnifique site qui est vraiment bien fait !
    Je te souhaite une continuation pour la suite avec tes belles photo et ton site!

    8 juillet 2014
  • Il existe une autre alternative a Uber si vous venez aux US, il s’agit de Lyft, qui est environ 10 a 15% moins cher que Uber. Crée a San Francisco il y a 2 ans, le système s’est développé dans une 60aines de villes US.
    (on reconnait les voitures Lyft grace aux grosses moustaches rose présente sur le devant de la voiture).

    Sinon toujours aux US (et surement ailleurs) par rapport à la location de voitures, c’est de bien se renseigner sur les assurances supplémentaires (Resp civile « liability » et assurance dommages « CDW »). C’est pas trop le sujet de l’article mais selon votre situation vous pouvez ou non vous en dispenser… Les assurances pourraient faire d’ailleurs un articles complets tellement c’est des questions importantes, avec souvent des réponses peu claires, pour le voyageur passionné…

    20 juillet 2014
  • pourriez vous développer le sujet « comment gérer ses photos en voyage ? »
    format raw , raw+jpeg, stockage: carte, transfert sur ordi (mais poids), sur tablette, sur clé ?????

    merci d’avance et bonne vacances

    JP

    1 août 2014
  • Article super utile, je pars à NYC dans quelques jours et j’ai trop envie de faire de belles images… j’ai acheté un trépied (depuis le temps que je le voulais) pour les photos nocturnes.
    Merci pour ces bons conseils 🙂

    3 août 2014
  • Bonjour Laurent,

    Perso, je ne me verrai pas louer mon appartement à des inconnus mais je connais aussi des personnes qui sont adeptes de ce mode de fonctionnement et vivent des trucs incroyables à condition d’être seul. Dommage pour moi 🙁

    5 août 2014
  • L’un des meilleurs articles du site pour moi !
    J’ai pour rêve de faire le tour du monde, mais pas n’importe comment: en prenant le temps, en faisant pleins rencontres, un peut à l’improviste et surtout découvrir toutes ces cultures si différentes les unes des autres. Oui, la photo passe après le voyage selon moi, mais grâce tout les tuyaux évoqués dans cet article (aussi bien en photographie, qu’en réservations de chambres ou de transports), je pense pouvoir faire les deux en même temps ! Merci beaucoup pour toutes ces petites astuces bien pratiques, c’est génial !

    15 août 2014
  • Nous voyageons beaucoup avec le sac à dos ma miss et moi, et depuis trois ans nous avons aussi opté pour un bon gps, l’avantage est de pouvoir vraiment se perdre dans les sentiers et découvrir des endroits qu’aucune carte papier ne mentionne. nous n’hésitons pas à prendre cette route ou ce chemin non mentionné, j’ai ainsi pu découvrir au VIET NAM des endroits formidables, rencontrer des habitants qui ouvraient de grands yeux à notre arrivée, et là les photos quel plaisirs. là je reviens juste des Emirats (doubaï) quel régal dans les dunes, dans les montagnes et les Wadis, sans ce gps j’aurai loupé de sacrés endroits.

    17 octobre 2014
  • Bonjour,
    je viens de lire cette article, je suis entrain de préparer un petit voyage en Martinique et Guadeloupe, merci pour ces précieux conseils.
    j’aurais tout de même une question: je pensais transféré mes photos,en RAW évidement, sur ma tablette (androïd) pour pouvoir les trier chaque soir et les post traiter sous lightroom une fois rentrer a la maison. pence tu que ce soit faisable et avec quelle appli ?

    Merci de me donné ton avis et encore merci pour ton Travail formidable

    26 décembre 2014
  • Je pars en Nouvelle Zélande et Australie en octobre. Tes conseils me seront bien utiles pour réaliser mes photos de vacances. La location de voiture est déjà faite…Mais nous sommes quatre…Nous logeons chez l’habitant, de belles rencontres en perspective. Merci de cet article intéressant comme d’habitude !

    13 août 2015