Comment faire et recevoir une critique photo

La critique, ce n’est pas facile tant à donner qu’à recevoir.

Je vous explique comment donner une critique constructive qui soit bienveillante, mais qui serve quand même à quelque chose, et comment en recevoir afin d’avancer dans votre pratique.


Cliquez ici pour afficher/masquer la transcription complète
Bonjour à tous et bienvenue dans cette nouvelle vidéo sur Apprendre la Photo. Vous ne le savez sans doute pas, mais j’ai ouvert il y a quelques mois un groupe Facebook réservé aux membres de mes formations.

Alors, c’est à la fois une volonté de ma part et une volonté des élèves, mais l’activité du groupe est surtout concentrée sur la critique des photos, et c’est un peu normal, parce que, finalement, tout le monde recherche ça, c’est un peu la valeur ajoutée qu’on peut avoir.

Et j’ai mis dans le groupe deux principes fondamentaux qu’il faut toujours respecter : le premier, c’est d’apporter de la valeur, c’est-à-dire de ne pas juste dire “hey, belle photo” ; et le deuxième, c’est d’être bienveillant, c’est-à-dire pas de “c’est de la merde” et pas non plus de comportement passif agressif.

Mais, évidemment, la critique, ce n’est pas facile tant à donner qu’à recevoir. Et suite à des échanges dans le groupe des modérateurs qu’on a, eh bien, j’ai décidé de faire une vidéo pour discuter un peu de comment donner une critique constructive qui soit bienveillante, mais qui serve quand même à quelque chose.

L’idée, ce n’est pas de tomber dans le bisounours de “tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, toutes les photos sont jolies”, sinon ça ne sert à rien, la critique photo si c’est pour dire que tout est joli.

Et aussi, mais on y pense moins, comment recevoir cette critique, parce qu’évidemment, quand on met ses photos sur un groupe, il faut aussi être prêt à accepter les critiques qu’on reçoit et à la comprendre et en tirer le maximum.

Donc cette vidéo va particulièrement vous servir si vous êtes sur le groupe, et dans ce cas-là, regardez-la bien, mais si vous n’y êtes pas, vous avez sans doute l’occasion soit de donner soit de recevoir des critiques photo, et donc évidemment, ça devrait vous aider aussi à en tirer un meilleur parti.

La première chose dont je veux parler, c’est comment donner une critique.

1. Donner une critique

Le défi quand on donne une critique, c’est de pointer les défauts, ou les “axes d’amélioration” tout en restant sympa. La première chose à faire, c’est de faire preuve d’empathie, c’est-à-dire se mettre à la place de la personne, notamment en ce qui concerne l’objectif et l’ambition de la personne qui poste sa photo.

Même si on est un photographe qui est un peu “avancé” et qu’on veut être exigeant avec soi-même et uniquement bosser sur des séries, vraiment avoir un haut niveau, on va dire, ce n’est pas le cas de tout le monde. Certains veulent juste, en tout cas pour le moment, faire de plus jolies photos et puis c’est tout à fait respectable. On a tous commencé comme ça, il faut s’en rappeler.

Il faut savoir respecter ça et pas forcément supposer que les gens ont un objectif plutôt qu’un autre, vous ne le savez pas. Donc, pensez juste à ça quand vous donnez une critique, c’est que tout le monde n’est pas au même niveau.

Deuxièmement, il faut toujours trouver quelque chose de bien à dire sur ce qu’a fait quelqu’un.

Alors, c’est très rare qu’il n’y ait rien, et s’il n’y a rien, eh bien, dites juste “félicitations d’avoir le courage de soumettre ta photo à la critique”. Après tout, c’est vrai qu’il y a plein de gens qui ne le font jamais, et ça peut sembler un peu bisounours de dire ça, mais le simple fait de dire ça, ça va mettre la personne dans la bonne disposition pour recevoir votre critique, et elle a plus de chance de l’écouter et de s’améliorer.

C’est important, parce que si vous faites une critique, tant qu’à faire, c’est pour qu’elle soit écoutée et que ça aide la personne. Si c’est juste pour balancer quelque chose sans considération si ça va l’aider ou pas, ça n’a pas spécialement d’intérêt.
Donc, ça, ça met juste la personne dans de bonnes dispositions, et c’est important de dire ce qu’il y a de bien aussi.

Troisièmement, il faut se concentrer sur les axes d’amélioration, dans une démarche qui soit plutôt du type “tu devrais sans doute travailler sur ce point” ou alors “tu devrais essayer telle ou telle chose”, plutôt que sur les défauts du type “ça, c’est pas bien”.

En gros, l’idée c’est de ne pas être directif, en disant “fais ci ou fais ça”, mais plutôt poser des questions ouvertes à la fois sur ce qu’elle voulait faire passer, et pour orienter doucement vers des pistes d’amélioration, du genre “comment est-ce qu’on pourrait mettre en avant le sujet” ou alors “comment est-ce qu’on pourrait rendre ton message plus clair”, etc.
Ça permet à la personne de trouver les réponses toute seule, et donc de mieux les accepter, puis aussi il faut que ça vienne d’elle.

Quatre, vous pouvez employer la technique de la critique sandwich, qui est de commencer par un bon point, continuer par les pistes d’amélioration et finir par un bon point, pour en fait finir sur une note positive. C’est un truc qui marche toujours très bien.

Cinq, concentrez-vous sur le pourquoi vous aimez quelque chose ou non. Qu’est-ce que vous aimez précisément dans l’image : le cadrage ? la composition ? le moment ? l’utilisation des lignes ? le traitement des couleurs ou du noir et blanc ? Et puis aussi ce que vous n’aimez pas.

Mais essayez de comprendre pourquoi vous aimez ou vous n’aimez pas une image. Parce que juste “j’aime ou j’aime pas”, ce n’est pas un feed-back très intéressant, au final, ce qu’on veut savoir, c’est pourquoi, notamment parce que si vous êtes plusieurs à avoir le même pourquoi, au bout d’un moment sans doute que c’est vrai.

Six, pensez à filer de l’inspiration, ça peut être un excellent moyen de bouger quelqu’un, voire de le secouer, mais de manière douce, en lui disant de regarder le travail d’un photographe qui est pertinent pour lui, par rapport à ce qu’il fait. Ça peut beaucoup l’aider à progresser en voyant ce qu’il est possible d’atteindre.

Sept, il faut garder en tête que votre critique exprime votre avis personnel et non une vérité universelle. Donc restez plutôt dans le “j’aime ceci » qui est un avis personnel plutôt que “ceci est bien” qui est présenté comme une vérité universelle. C’est une question de vocabulaire, ça peut paraître anecdotique, mais au final, vraiment, exprimer ça comme un “je quelque chose”, ça permet à la personne de mieux le prendre, de ne pas forcément le prendre comme un jugement universel sur son image.

Et enfin, huitième point, n’oubliez pas que vous n’êtes pas obligé de critiquer une photo si elle ne vous semble pas assez intéressante à vos yeux.
Sincèrement, je comprends. Je forme des débutants, et c’est vrai que dire “ta photo est floue est-ce que c’était voulu ?”, quand on sait que non, en plus, c’est ennuyeux très vite. Donc, c’est normal qu’au bout d’un moment, vous n’ayez plus envie de critiquer certaines images parce que vous pensez que, honnêtement, vous l’avez suffisamment fait. C’est OK, vous avez le droit, juste vous n’êtes pas forcé de le faire. Parce que si vous vous forcez à le faire, vous allez finir par être désagréable, c’est assez humain aussi, donc juste ne le faites pas, tout va bien.

2. Recevoir une critique

Deuxièmement : comment recevoir une critique, qui est tout aussi important, voire plus.

Alors, première chose, il ne faut pas poster sa photo juste pour se faire gonfler les chevilles. Si vous postez votre photo juste pour avoir des félicitations et rien d’autre, eh bien il y a un espace pour ça, et c’est votre maman. Simplement, montrez-la à votre maman.
Perso, si je vois quelqu’un qui poste une photo sur un groupe, je présuppose qu’il cherche une critique constructive dans le but de s’améliorer. Si c’est juste pour la montrer, vous avez votre compte Instagram, votre page Facebook, votre famille, ce que vous voulez, mais l’idée c’est quand même de s’améliorer.

Deuxième chose, c’est d’accepter dès le départ l’idée que, non seulement on peut recevoir des critiques négatives, mais qu’on doit. Parce qu’une critique constructive, qui va vous faire avancer, elle n’est jamais entièrement positive.
Alors, négative, ça ne veut pas dire “c’est pas bien”, ça veut dire “il y a des pistes d’amélioration que tu veux peut-être explorer”.
Il faut comprendre ça. Si vous n’avez rien de négatif qui est dit sur votre photo, vous n’allez pas tellement avancer. Ça fait partie du processus, admettez ça.

Troisième chose, vous êtes votre pire ennemi. Vous allez avoir tendance à penser que vous avez raison, que vos choix sont bons, et que les autres ont tort de les mettre en doute.
Alors, dans la mesure où vous avez quelqu’un de bienveillant en face, évidemment, vous avez sans doute tort. En tout cas, ses remarques méritent sérieusement d’être prises en compte, donc dites-vous bien que vous êtes votre pire ennemi et que c’est tout à fait possible que vous vous empêchiez d’avancer par la manière dont vous prenez la critique. Donc, prenez ce recul-là, quand même.

Quatrième point, soyez reconnaissant. N’oubliez pas qu’un parfait inconnu vient de prendre sur son temps personnel pour vous aider à progresser. C’est quand même génial. Voilà, pensez à ça.

Cinq, ne prenez pas les choses personnellement. Gardez en tête que même si la personne qui est en face partage quelque chose sous la forme vérité absolue, genre “ceci est bien” ou “ceci n’est pas bien”, ça reste son avis personnel. Et aussi, que les gens critiquent vos photos et pas votre personne. Vous avez le droit de faire de mauvaises photos, ça ne remet pas en cause votre personne entière ; je fais encore de mauvaises photos, très régulièrement, comme tous les photographes sauf ceux qui mentent.

Alors, six, je l’ai dit plus tôt, une critique exprime un avis personnel et non une vérité universelle. Pour autant, il ne faut pas tomber dans le relativisme total. Le relativisme, en gros, c’est l’idée que toutes les opinions se valent. Ce qui est évidemment parfaitement invalide, puisque si vous dites que la Terre est plate, votre opinion vaut moins que la mienne qui est que la Terre est ronde, puisque la mienne est basée sur des faits et des arguments et la vôtre sur des croyances démontables en dix secondes.

Évidemment, toutes les opinions ne se valent pas. Alors, ici on est sur une pratique artistique, donc évidemment il y a une grosse part de subjectivité, ce n’est pas de la science, mais il faut quand même savoir accepter qu’il existe des gens qui ont une culture visuelle et une opinion plus pertinente que d’autres.

Ce n’est pas politiquement correct de dire ça, et je sens que je vais me faire insulter en commentaire, tant pis, je le dis quand même. Si vous prenez quelqu’un qui n’a jamais vu une expo de sa vie, son opinion sur votre photo sera sans doute moins intéressante, moins profonde et vous permettra moins d’évoluer que celle de quelqu’un qui s’intéresse à la photographie, qui ouvre régulièrement des livres, qui va dans des expos et qui cherche constamment, on va dire, un niveau de compréhension supérieur de l’image.

Autrement dit, et tant pis si quelques personnes me détestent pour ça, vous allez plus progresser si je critique vos photos que Gérard, sur un forum quelconque, qui a fait trois photos de coucher de soleil dans sa vie et qui affirme que si ça ne suit pas la règle des tiers, c’est mauvais.

Alors, attention, quand je dis ça, ça ne veut pas dire que n’importe qui ne peut pas apprécier de l’art. C’est-à-dire qu’on peut tout à fait apprécier une œuvre, même sans culture visuelle du tout, simplement, quand vous cherchez un retour sur ce qui est à améliorer dedans, vous allez l’avoir de personnes qui en général sont habituées à faire ça, qui ont une certaine manière de décrypter l’image.

Sept (je crois), si vous avez un bon “critiqueur” en face – sinon montrez-lui cette vidéo –, il devrait vous poser des questions plutôt que d’affirmer des choses.

Dans ce cas, prenez la peine de rentrer dans la discussion et d’expliquer vos choix. C’est une interaction, la critique, ce n’est pas à sens unique. Parfois il faut un petit dialogue de quelques commentaires pour vraiment aller profondément. Faites de votre mieux, l’essentiel c’est d’essayer, et si vous n’arrivez pas à expliquer un choix, c’est peut-être justement qu’il n’était pas conscient et du coup ça peut être un indice du point à améliorer.

Après, évidemment, il faut toujours relativiser, ça dépend de la personne en face. Si c’est quelqu’un qui est à un niveau de compréhension très élevé, qui est directeur de galerie ou de collection et qui vous dit qu’une photo est mauvaise, il a sans doute raison. Même s’il est assez tranché dans son avis. Il ne faut pas non plus se dire que si la personne ne pose aucune question et qu’elle affirme quelque chose, c’est forcément mauvais. Ça dépend aussi, évidemment, de son niveau.

Voilà, j’espère que cette vidéo vous aura aidé à donner ou à recevoir de la critique. Si vous l’avez aimée, mettez-lui un pouce bleu et puis partagez-la à vos amis photographes pour, eux aussi, les aider à donner ou à recevoir de la critique. Et puis, si ce n’est pas encore le cas, pensez à vous abonner à la chaîne et à cliquer sur la petite cloche pour être notifié des prochaines vidéos. Et si vous débarquez sur la chaîne, pensez à télécharger mon guide “Faites-vous plaisir en photographiant”, qui vous permettra d’éliminer les erreurs les plus courantes des débutants en photo.

Je vous dis à plus dans la prochaine vidéo, et d’ici là à bientôt, et bonnes photos !

Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *