Comment ne pas faire attendre vos proches en vacances ?

En vacances ou plus généralement quand vous êtes accompagné lors de vos sorties photo, il se pose une contrainte évidente : vous avez peut-être envie de passer 30 minutes à bien régler ou à attendre la bonne lumière, mais les autres non. Comme il faut bien faire avec, voyons quelques astuces pour faire vos réglages rapidement. (Apprendre la Photo, le blog pour la paix dans les familles ! :P)

Merci à Laurent Vaissade de jogg.com pour le logo ! 🙂

 

Note : Cet article est écrit dans le cadre de la deuxième édition de la Boîte à Photos, événement qui réunit une douzaine de blogueurs autour d’un même thème. Après la créativité, cette fois-ci c’est le thème des vacances qui a été choisi. Cette deuxième édition est organisée par le blog de Mon Cours Photo, sur lequel vous retrouverez lundi une synthèse des articles postés au long de la semaine.

 

Si vous ne voulez rien rater, pensez à suivre la Boîte à Photos sur Facebook ou Twitter ! 😉

 

 

 

Le mythe des réglages « parfaits »

A mon sens, si vous avez comme problème de passer 10 minutes à trouver les bons réglages (et donc d’énerver passablement votre femme, vos enfants ou vos amis qui eux, veulent aller bronzer), c’est parce que vous êtes victime d’un mythe, qui est aussi tenace que celui du prince charmant sur son cheval blanc (désolé les filles), des petits bonhommes verts (désolé les frères Bogdanov) ou des pommes dont le goût serait proportionnel à la taille et à la brillance (désolé si vous achetez vos fruits en grande surface).

 

Bref, d’une pure légende : celle des réglages parfaits. J’ai cherché dans des livres poussiéreux de bibliothèques secrètes, mais je n’ai pas trouvé l’origine de ce mythe. Mais j’ai l’intuition qu’il est de la même famille que le mythe du tout manuel.

Tout ce que je sais, c’est qu’il est particulièrement tenace chez les débutants, un peu perdus face à leurs réglages. Et qui se posent la question : « est-ce qu’il vaut mieux que je photographie à 100 ISO, f/16 et 1/125ème, ou alors 100 ISO, f/13 et 1/200ème ? »

 

La réponse est : on s’en bat l’oeil, ça vous passez 100 pieds au-dessus de la tête, on s’en tamponne l’oreille avec une babouche, bref, on s’en fout !

 

La plupart du temps, ce genre de nuance n’a pas d’impact sur vos images.

 

Mais vous allez me dire : « mais alors, en vacances, je photographie en mode vert juste pour gagner du temps ? »

Vous auriez pu me jeter des pierres si j’avais dit ça, mais rassurez-vous, ce n’est pas l’idée 😛 Ne faites pas ça, à moins de voir le flash intégré de votre appareil s’échiner misérablement à essayer d’éclairer les buissons ombragés à 15m de vous (si ce n’était pas évident, le flash de votre appareil ne peut pas éclairer la Lune hein, c’est un peu loin ; ça marche aussi pour la scène dans un concert, merci.)

 

L’idée est de vous reposer en partie sur les automatismes de l’appareil, grâce aux modes créatifs, c’est-à-dire priorité à l’ouverture, à la vitesse, et éventuellement programme (oui oui), afin de ne décider que des paramètres importants pour obtenir le résultat que vous souhaitez.

Quels sont les paramètres importants pour vos images ?

La réponse à cette question n’est pas simplissime, mais vous allez voir qu’on peut y répondre assez facilement.

La vitesse d’obturation

Vous n’avez besoin de contrôler la vitesse d’obturation que si vous souhaitez faire quelque chose de particulier avec le mouvement :

  • figer un sujet rapide (un kite surfer, un jet-ski bruyant et polluant, une mouette, votre pote qui saute dans une chute d’eau, …)
  • réaliser une pose longue (de nuit, pour faire un joli effet avec des cascades ou des fontaines, pour vider un lieu public de ses passants, …)

 

Dans ces cas-là, vous allez donc utiliser le mode priorité vitesse et laisser l’appareil décider du reste.

Le reste du temps, vous pouvez laisser l’appareil décider de la vitesse, tout en vérifiant qu’elle est suffisante pour ne pas qu’on voie votre tremblote sur les images (avis aux fumeurs et buveurs de café ;P),. J’y reviens après.

L’ouverture

Balangan plage photo vitesse d'obturation

Ici, la vitesse d’obturation ne compte pas (tant qu’elle est suffisante).
Balangan by r03digunawan

C’est ce qui importe le plus souvent, car l’ouverture influence la profondeur de champ, qu’il vous est souvent utile de contrôler, que vous la souhaitiez grande (pour un paysage, de l’architecture) ou faible (pour un portrait, des détails, …). Dans ce cas, vous allez donc utiliser le mode priorité à l’ouverture, et laisser l’appareil décider de la vitesse. Il faudra juste vérifier qu’il y a assez de lumière pour ne pas qu’elle tombe trop. Et c’est là qu’intervient le dernier paramètre…

La sensibilité ISO

Par temps ensoleillé, 100 ISO est suffisant la plupart du temps pour obtenir une vitesse d’obturation suffisante. Donc vous pouvez laisser comme ça. Si vous voyez que la lumière change (un nuage passe, vous allez à l’ombre, …), c’est là qu’il faut vérifier si votre appareil ne va pas faire une bêtise en shootant à 1/15ème de seconde (hop, un joli flou de bougé !). Comment ? Et bien avant de prendre une photo, votre appareil vous affiche dans le viseur les paramètres qu’il décide pour vous.

Par exemple, si vous êtes en priorité ouverture, quand vous appuyez à mi-course sur le déclencheur, il va vous afficher « 1/125ème ». Si vous voyez qu’il affiche une valeur limite pour du flou de bougé, augmentez les ISO.

 

Pour vous donner une idée, vous aurez peut-être besoin de l’augmenter à 200 ISO par temps légèrement couvert, 400 ISO s’il commence à y avoir pas mal de nuages, 800 ISO si le ciel vous crie « rentrez chez vous ou vous allez prendre une grosse averse » et après le coucher du soleil.

Mais ça dépend évidemment de l’ouverture que vous utilisez. Si vous ne faites que du f/2,8, vous avez une plus grande latitude. Mais comme je l’ai dit, il suffit de regarder dans le viseur.

Et c’est tout ?

Et bien oui, la plupart du temps vous n’avez pas besoin de vous soucier plus que ça (même hors vacances d’ailleurs). Ce qu’il faut c’est savoir quel(s) paramètre(s) est/sont important(s) pour retranscrire votre intention photographique, et de ne contrôler que ça. Le reste, laissez-le à l’appareil.

S’il se trompe dans l’exposition (ça arrive), la solution la plus simple et qui est le plus souvent très efficace, c’est d’utiliser la correction d’exposition.

Pour les autres réglages :

  • le mode de mesure évaluative fonctionne très bien le plus souvent
  • l’autofocus continu ne sert que pour le suivi de sujets rapides
  • la balance des blancs, vous pouvez la fixer au post-traitement, et sinon l’automatique fonctionne assez bien. Jetez un coup d’oeil sur votre écran pour le vérifier, au pire.

Profitez-en pour soigner votre composition

Comme grâce à la lecture de cet article vous allez gagner un temps fou au moment de prendre une photo, vous pourrez aussi en passer un peu plus à soigner votre composition !

(Oui, la paix dans les familles ça va 2 minutes, les bonnes photos c’est mieux :D)

Evidemment, n’y passez pas 3 heures sinon on revient au point de départ, mais la liberté d’esprit que vous avez gagnée sur les réglages vous permet de vérifier quelques éléments et de les corriger en un coup d’oeil, très facilement :

  • gardez l’horizon droit
  • évitez de trop centrer (l’horizon, le sujet, …)
  • surveillez les bords du cadre : vous êtes responsable de tout ce qui est dedans, virez-moi ce bout de branche qui dépasse dans le coin.

 

Voilà, j’espère que ces quelques conseils vous éviteront de trop faire râler votre compagne ou compagnon, vos enfants, ou tata Jeannine, et n’oubliez pas d’aller lire les articles des autres blogs de la Boîte à Photos ! 😉

 

Et vous, comment vous faites pour ne pas trop faire attendre tout le monde ? 🙂
 

 

Cet article vous a plu ?

Vous pouvez le télécharger au format PDF pour l’imprimer et le lire tranquillement chez vous :
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00/5)

Loading...

Recherches utilisées :

Des photos de vacances à ne pas montrer, reglage photo londres, ce soir vous aller en apprendre un peu plus sur vos proches, vos vacance recente composition, claude bourtembourg, comment attendre les vacances, comment attendre ses vancances, comment ne pas voir le temps passer en vacances

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

65 commentaires

  • Bon article, comme toujours Laurent
    Personnellement, ce que je fais pour ne pas trop faire attendre tout le monde:
    Mon boîtier est toujours prêt à faire feu, en mode P, et en fonction de mon sujet, je change les réglages si besoin.

    Si j’ai le temps de réfléchir, je change les isos en fonction de la lumière, je personnalise la balance des blancs, et je met priorité vitesse ou ouverture en fonction de ce que je veux comme résultat.

    Cela laisse plus de possibilité pour choisir son cadrage, sa focale, soigner l’arrière plan…

    6 juin 2012
  • Bonjour Laurent. Merci pour ces astuces! C’est vrai qu’au début j’avais toujours tendance à vouloir faire en « tout manuel » pour des résultats pourtant meilleurs et surtout plus rapides en mode créatifs. Conseilles tu néanmoins de toujours shooter en RAW? Et en qualité max? Même en vacances? Mon disque n’aime pas trop ça!

    • Moi oui, je conseille de toujours shooter en RAW. En vacances, je pense que le meilleur compromis est encore RAW + JPEG : on a des fichiers tout prêts pour les photos qui ne nécessitent pas grand chose (petite pose en groupe sur la plage), et on peut sublimer les perles (un magnifique paysage avec LA belle lumière, le portrait spontané de la petite dernière qui se révèle être vraiment bon, …).

      Alors évidemment, ça prend de la place sur le disque, mais on peut trouver des disques durs externes de grande capacité (500 Go c’est plus que suffisant) pour des prix très raisonnables. Je pense que c’est vraiment un investissement à faire.

    • D’ailleurs, je vends un 250GB 3.5″ externe pour 30€
      Et un 500GB 3,5″ sans boitier pour 39€ ^^
      #jeMePermetsDenProfiter

  • On dirait presque du Ken Rockwell ! ;))
    Je déconne, j’adhère sur tout. Ayant moi-même fondé une petite famille, j’ai appris à être très rapide (de toute façon mes photos sont toujours aussi mauvaises !). J’ajouterais que la très bonne montée en sensibilité des appareils récents permet même de se placer en ISO auto, en fixant toutefois une vitesse minimum et une sensibilité maximum si c’est possible. Si en plus on travaille en raw, les petites erreurs d’exposition, de balance des blancs et le bruit sont facilement rattrapables…

  • C’est mon compagnon qui va etre content si je suis plus rapide … Merci pour ces conseils. Le seul problème c’est qu’en vacances mes yeux sont ouverts et j’ai plus d’inspiration que d’ordinaire aussi j’ai envie de prendre des photos tout le temps … La seule chose qui parvient à me canaliser: me donner un projet précis. quand je cherche 1 chose je regarde moins le reste ….

  • Merci pour cet article…

    Ma solution ? « Passe devant, je te rejoins… euh, en fait non ne m’attends pas !!! »

    Plus sérieusement, je me demandais surtout comment gérer le changement d’objectif quand on en a plusieurs avec soi et que l’on arrive pas à choisir ! (non non, j’y arrive vraiment pas !) Ou comment le conjoint devient « porteur et changeur d’objectif) 🙂

    6 juin 2012
    • Morgane, le changement d’objectif dépend beaucoup de la volonté du photographe.
      le plus simple pour débuter c’est de n’avoir/sortir qu’avec un seul objectif. pour plus de polyvalence, un objectif avec une plage de focale assez grande (18-105 par exemple pour nikon)

      le 18-55 permet déjà beaucoup, du paysage au portrait. la macro et l’animalier sont des domaines à part, et si vous partez en voyage pour ce type de photo vous devez être équipé en conséquence.
      en photo de voyage, la majorité des personnes photographie leurs lieux de vacances, c’est pourquoi le range du 18-55 ou du 18-105 est amplement suffisant.

      dans mon cas, je ne fonctionne qu’avec un objectif fixe afin de prioriser la composition et je pars du principe que si je n’ai pas le bon objectif pour faire un type de photo je ne fais pas la photo, elle sera de toute façon mauvaise et ainsi je développe ma curiosité pour un autre élément photographique que je n’aurai pas vu si j’avais un autre objectif.

      en plus de ceci je voyage léger et je ne m’encombre pas l’esprit/le dos de chose superflues.

      pour votre prochaine sortie, emportez avec vous une seule optique et recherchez la meilleure composition qu’elle vous offre, attardez vous sur le sujet et non sur la technique 😉

      7 juin 2012
      • Il est vrai que cela doit développer l’oeil que d’emporter avec soi qu’un seul objectif. Le tout étant de se raisonner avant le départ… 😉

        8 juin 2012
        • Parfois se forcer à travailler avec un seul objectif permet de s’améliorer considérablement, surtout s’il ne s’agit pas d’un zoom. Mais effectivement mieux vaut réfléchir un peu à l’avance à la nature de ce que tu vas shooter.

          11 juin 2012
  • Moi j’ai un homme qui mate les plantes (prof de biologie) pendant que je prends des photos, ça aide ^^

    • Etant biologiste à la base, je fais les deux ! 😀 Du coup, je pars en vacances seul ! 😛

      • Encore un biologiste !!? Oo
        Je dis ça mais j’en ai fait pdt 5 ans aussi. Je trouve que ça va bien avec la passion pour la photo. Le goût d’observer tout ça tout ça ^^

        • très joli blog que le tien ! de très belles réalisation 😉

          7 juin 2012
          • Le mien ? Merci c’est gentil ^^ Il est un peu en chantier quand même ^^

            8 juin 2012
  • Félicitations pour votre article.
    Cela fait plaisir de voir qu’il y a quand même des gens attachés à —vraiment— guider les débutants, surtout en incitant à l’utilisation des automatismes !
    Ça donne un écho à ce que j’ai pu écrire et on se sent moins seul ^^
    http://tazintosh.com/?p=3493 (Le problème du débutant, nous sommes aussi coupables !)

  • Très bon article Laurent !
    Tu rappelles les principes de base et finalement il n’y a pas besoin d’en savoir beaucoup plus pour ramener de belles photos de vacances !

    6 juin 2012
  • L’article est intéressant : on en revient toujours aux fondamentaux. Cependant je vais être un peu à contre-courant, voire provocateur : en vacances ou en sortie, c’est justement l’occasion de fouiller les profondeurs de son boîtier, de faire des essais, de manipuler, bref de chercher à faire mieux, et en plus les opportunités de prendre une belle photo sont plus nombreuses, alors pour toutes ces raisons, tant pis, la famille attendra que j’ai fini mes réglages!

    6 juin 2012
  • Amandine, moi, c’est les « belles plantes » que je regarde… Ce qui m’étonne un peu, c’est de ne lire aucun commentaires sur le choix de l’objo en ralation avec le sujet… Ben oui… THE objectif magique qui sert en toutes cirsconstances… Alors ce qui est encore plus ….. c’est le sac qui te donne des bleus aux fesses et aux hanches en fin de journée. Et qui t’a permit aussi de te faire eng…. parce que t’as osé demandé « Euhhh, louloute, tu peux me tenir ça une seconde??? »… ensuite… CENSURE!?!!! Qui n’a pas encore connu ça? Ou bien : « Pfffft encore???? Bon… allez grouille toi un peu quand même hein… » « Ton sac, le chien, ton objectid et ton truc là… C’est plus une promenade hein, ça devient une corvée maintenant »…
    Vous sentez??? comment quoi???? LE VECU pardi!!!!

    6 juin 2012
    • Si si j’en ai parlé plus haut du conjoint porteur d’objectifS… 😉

      6 juin 2012
  • Merci Laurent pour cet article, au fil des jours que je relis à plusieurs reprises certains passages de ce site je me sens moins stressé à savoir si c’est le bon moment, le bon réglage, ou la bonne composition! Mais vient le moment des vacances ou ta femme attend sur le bas côté que tu fasses TA photo! Et là tu sens l’impatience montée dans ta bien-aimée, alors soit tu fais un bon truc ou alors t’appuie sur le déclencheur sans conviction pour écourter l’attente de ta belle!! Alors avec cet article vivement les prochaines vacances!!

  • Toujours très intéressant et toujours cette approche simple et pédagogue des conseils, trucs et astuces.
    Merci, merci

    6 juin 2012
    • That’s really thinking at an impssreive level

      29 août 2014
  • Bonjour Laurent,

    Ta description, c’était un peu moi et peut etre un peu chacun d’entre nous avec notre premier reflex.

    Nous avons tous été éduqué en suivant des codes et en passant des accords avec nos proches, avec nos professeurs ou avec nous-même.

    Normal qu’en photographie nous cherchions un minimum de références, de bases sur lesquelles nous reposer… Cela nous permet d’avoir confiance en notre matériel, mais ne nous fera pas faire de meilleures photos pour autant.

    Pour ma part, je reflechi en premier à la luminosité et je decide des ISO, ensuite l’ouverture fonction de la lumiere encore une fois et de la profondeur de champ / du piqué que je désire. Enfin je controle ma vitesse afin de ne pas faire de flou de bougé.

    Aymeric

    6 juin 2012
  • Pour répondre à la question Laurent, je pense que le mieux est encore de prendre les photos sans que personne ne s’en aperçoive. La photo, c’est le problème du photographe pas du sujet. Surtout que les photos « Cheeeeese » et « Ouïstiti », même s’il en faut quelques unes ne doivent pas être notre seul motivation.

    A nous, photographes, de nous entraîner en suivant tes conseils toute l’année pour passer le moins de temps à composer-régler-déclencher, et plus de temps avec nos proches (voeu pieux).

    Et merci pour tous ces rappels de base que je trouve fort bien résumés en quelques paragraphes. A emmener dans son sac à dos en + du matériel donc.

    6 juin 2012
    • Tout à fait d’accord !! J’aime être toute entière dans mon rôle de maman pendant les sorties, et que mes filles soient ravies, le soir, de voir que j’ai aussi été la photographe du groupe, sans qu’elles s’en soient vraiement rendu compte !
      Ybisram.

      16 juin 2012
  • voilà un bon article pour se rappeler de ce qui est vraiment important en photo.

    6 juin 2012
  • Très bon article et, pour une fois, je suis dans les clous ! J’applique en effet déjà les recettes que tu préconises, même si j’ai la chance d’avoir une épouse photographe. Mais nos enfants, eux, n’ont pas toujours cette patience…

    Au dela du fond de l’article, je note la forme… L’humour se fait de plus en plus présent, pour notre grand plaisir !

    Bref, keep it up !

    Yan

    6 juin 2012
  • Si Laurent n’existait pas il faudrait l’inventer. En terme de conseil c’est du bon sens et du vécu, pas de blabla inutile . C’est le style anti-notice, ces trucs qui font « suer » et qui servent à rien.
    L’essentiel en quelques phrases, de plus c’est drôle, pas à faire péter des LOL XD et autre MDR , mais on termine l’article avec le sourire.

    6 juin 2012
  • Et bien moi, Laurent, je pars seul faire mes photos dans la nature. Je la capte pour moi. Et si des personnes les aiment, je les laisserai rêver à ce qu’elles (les photos) suscitent chez elles. La photo est un mode de communication qui révèle une part d’inconscient, de la part du créateur comme de celui qui décode « l’oeuvre’.

    Bref, je m’écarte du sujet. Mais seul, je n’ai pas de timing à respecter !

    7 juin 2012
  • Bonjour et merci pour cet article !!
    En effet, je me déculpabilise !!! Eh oui, j’applique déjà ces conseils (je suis TOI sans le savoir !!lol !!) mais étant débutante, je culpabilisais !!! Ben tu m’as soulagée et je ne culpabiliserai plus du tout !! Ouf !! Merci !
    Mais j’ai aussi des problèmes pour changer les objectifs… je trouve que ce n’est pas très pratique. Vous n’avez pas des astuces pour éviter de ne pas savoir comment s’y prendre pour mettre l’objectif choisit rapidement pour éviter les poussières, ranger l’autre…..

    • Bonjour,

      Merci Laurent pour cet article, je me sens moins seul et rassuré …

      Muriel, concernant le changement d’objectif, j’ai repéré par hasard ce tuto qui me semble intéressant mais je ne l’ai pas mis en pratique car … je n’ai qu’un seul objectif pour le moment 😉

      http://youtu.be/BqwPkI04luo

      8 juin 2012
  • J’ai résolu depuis longtemps ce problème (après une crise familiale) en gérant les temps de préparation en amont de nos sorties: je réfléchis juste avant de partir aux conditions de prise de vue et j’enregistre mes réglages basiques (modes vitesse, ouverture et en fonction de l’appareil que j’emmene les autres modes…)

    bref, je n’ai plus qu’à choisir le mode qui m’interesse sur l’instant, de me concentrer sur le cadrage / la recherche de l’instant décisif et le tour est joué ! le reste sera rattrapé en post production.

    7 juin 2012
  • Voilà comment le problème a été résolu…ils ne m’attendent pas, à moi de voir je fais des photos ou je suis avec eux, des fois je fais des photos avec eux, parfois je pars seule, je me lève très tôt en plus je profite de la belle lumière, ça ne les gêne pas d’être devant et si l’endroit vaut le coup ça ne me gêne pas de faire des photos alors qu’ils sont loin devant moi! Personne n’embête personne, tout est affaire de compromis!
    Sinon au niveau réglages, souvent priorité à l’ouverture comme tu le dit Laurent!
    Pour les objectifs j’en ai deux, un bon zoom de Zeiss, 16/80 et une focale fixe 35 mm, du coup en ballade en montagne c’est plutôt le zoom, qd je suis seule, j’emmène les deux et change les objectifs au dessus de mon sac le plus près possible pour éviter les poussières.

    7 juin 2012
  • bonnes précisions!
    il est important de ne pas tomber dans cet excès en effet.

    Cependant, il est aussi important de noter qu’en vacances on a le temps, par forcément pour les réglages mais pour la composition et pour trouver le meilleur endroit!

    pour ma part, je reste à 90% en A pour controler la PDC.
    et 100% en RAW.
    Mais il est important de faire le maximum à la prise de vue.
    c’est pourquoi, pour gagner du temps en poste traitement, je tente de rester cohérent lors de la prise de vue, un paysage identique avec les mêmes réglages est très rapide à post-traiter : on fait les réglages sur la première photo, et on applique sur les suivantes.

    Pour finir, je dirai que la majorité de la photo de voyage / paysage doit se faire sans l’appareil! vous devez déjà découvrir et rechercher la meilleur composition, la meilleure lumière…
    la technique est très loin derriere tout ceci.

    le seul point technique à s’assurer c’est la mise au point

    7 juin 2012
  • Merçi Laurent,bien que je passerai les vacances chez moi avec ma compagne,mes biquettes et mon vieux toutou,j’ai trouvé cet article des plus interressant.

    7 juin 2012
  • Comment ne pas faire attendre ses proches ?

    Partir photographier sans eux aux heures propices à la photo de paysage est le plus pragmatique pour moi…

    Sinon, lorsque je suis en groupe, appareil avec le zoom type 18 – 70mmm ou 17-50mm et boitier réglé en mode priorité ouverture pour être prêt à toute opportunité.
    Autre solution, lors d’une pose restauration, jeux ou autre, on a bien le temps de prendre des photos tranquille.

    Personnellement je suis toujours en RAW, mais les JPEG par beau temps sont très bons aussi.

    7 juin 2012
  • Le disque dur à 30 euros peut m’intéresser, il vaut combien neuf ?

    Laurent ton article m’a fais rire, car mon père qui est passionné de photo depuis 40 ans et qui ne se ballade jamais sans son gros sac photo avec ses 15 objectifs, nous à soulé toute notre enfance par le temps qu’il passait à attendre « la » bonne lumière, le rayon de soleil, et surtout que la rue se vide de passants !!! Il peut attendre des heures comme ça devant une église, c’est horrible… j’ai ralé toute mon adolescence, mais maintenant que je fais de la photo je comprends mieux… même si je trouve cette attente démesurée parfois. Je pourrais moi même patienter plus d’une heure pour une magnifique photo très rare, mais pas pour une église de village assez banale…

    Je dois partir à Venise avec le chéri et je pense que le temps que je vais passer à prendre mes photos va vraiment le souler… du coup j’ai aussi pensé a partir seule, la on est vraiment tranquille, mais c’est super triste 🙁

    Je crois que l’idéal est encore de partir avec un ami passionné de photo aussi !

    8 juin 2012
  • Personellement pour essayer de limiter le temps passé à prendre la photo, je repères d’abord les lieux que je veux photographier dans l’endroit où je vais sur internet ( par exemple à londres, je veux photographier les maisons colorées de camden, les punks, l’intérieur du célèbre magasin…) du coup je sais à l’avance qu’il me faut mon grand angle et mon 50 mm en priorité à l’ouverture. Je prend le temps de cadrer, d’essayer 2-3 reglages différents et surtout de rechercher un point de vue original. Je ne vais shooter qu’en manuel seulement dans les cas où mon appareil est dépassé comme pour photographier la lune au zoom de nuit, où si je veux un effet artistique très précis et que je connais mes réglages 😉

    8 juin 2012
  • Pour ce qui est du mode d’exposition, je ne suis JAMAIS en manuel (même quand je ne suis pas en vacances !) De toute façon, si on est en A ou en S, le résultat de la cellule sera toujours le même, il faudra adapter le second paramètre en fonction de la lumière, donc autant laisser faire l’appareil; si je veux ajuster mon exposition, soit j’utilise le correcteur, soit je me mets en mode spot.
    Pour ce qui est des cartes mémoires, je crois qu’il ne faut pas s’affoler : je suis partis l’an dernier 3 semaines en Chine, et j’ai fait plus de 2000 photos en Raw avec deux cartes mémoires de 16 Go, et avec 2 accus que je n’ai eu à recharger q’une seule fois !
    Pour ce qui est des objectifs, je n’aime pas les zooms, et j’ai un 24, plutôt pour les paysages, un 50, un 85 plutôt pour les portraits et scènes de rue, un 150 macro pour… la macro et aussi le paysage.
    Pour ce qui est de mes accompagnateurs, de toute façon, on se retrouve toujours à l’arrivée !

    8 juin 2012
  • excellent ton article, j’utilise beaucoup le mode av pour ma part, comme ça ça va plus vite, le mode M je l’utilise chez moi quand j’ai du temps pour bien comprendre ce que je fait et que j’ai envie de me prendre la tête^^.

    J’aime bien cette idée de boite a photo j’avais suivie les premiers articles, je vais aller lire les autres.

    8 juin 2012
  • Pour ma part, j’utilise quasi tout le temps le mode « P ». Le cas échéant j’utilise la correction pour intervenir sur le couple vitesse/ouverture, et la correction d’exposition quand les conditions de lumière se compliquent.

    Bien sur, je passe en Tv quand il faut figer un mouvement, et j’utilise le mode Av quand je veux obtenir un effet particulier de profondeur de champ.

    Je réserve en général le M aux photos de nuit.

    Le réglage de l’iso , on peut toujours le faire « a priori », avec un peu d’habitude on voit intuitivement jusqu’ou il faudra pousser l’iso. Dans certains cas en revanche, je concentre le réglage sur les choix des collimateurs actifs.

    Coté objectif, mon 15-85 répond a quasi tous les besoins (compte tenu du coeff multiplicateur du boitier a 1.6 par rapport au 24×36), il est rare que je monte le 70-300. De plus ma compagne dispose d’un 17-135 sur son boitier qui complète bien cet équipement.

    Le plus souvent, ce ne sont donc pas les réglages qui me font attendre mais plutôt les éléments extérieurs : le nuage qui passe, la camionnette qui est venue s’arrêter devant mon sujet, ou les touriste qui veulent se prendre en photo devant le site, sans doute pour prouver a leurs amis qu’ils y étaient !

    Pour ma part, le plus gros soucis en voyage, comme nous avons en général des itinéraire au planning assez … ajusté, c’est de ne pas avoir les conditions optimales d’exposition en fonction du moment de la journée. C’est l’éternel problème de la tranche 11h-17h!

    10 juin 2012
  • super ton article !
    il me conforte dans mes choix quand je pars en vacances : mode A quasi tout le temps (sauf parfois mode priorité vitesse quand necessaire), je laisse l’appareil régler les ISO, et je me concentre sur ce que je photographie sans perdre de temps pour ceux qui m’accompagnent. Juste à régler l’ouverture, ca me va ! 😉

    11 juin 2012
  • C’est super difficile de faire des photos quand on se balade avec des gens qui n’en font pas… Mais oui c’est quand même gérable et puis là l’important c’est de partager le moment… Mais c’est vrai que je préfère partir seule… Merci Laurent pour cet article.

    18 juin 2012
  • Moi, ma famille a l’habitude que je sois tout le temps à la traine (d’ailleurs ça m’est arrivé plus d’une fois qu’on se perde tellement j’était en retard) alors ça facilite les choses, ou en tout cas on me presse pas. Ton article était sympa ,surtout pour le réglage de la mesure et de la balance des blancs ça je me poser la question encore 😉

    27 juin 2012
    • Chez moi, la balance des blancs est en automatique. Je ne la règle réellement qu’au développement des RAW. Ca fait ça de moins à traiter sur le terrain.

  • Comment ne pas faire attendre nos proches ?

    Alors, si je fais une sortie photo animalière, j’y vais seul. De toute façon, à plusieurs, c’est d’autant plus difficile d’être discret vis-à-vis de la faune. En macro aussi, c’est solo parce que là, pour le coup, tu passes des plombes à bien régler et cadrer (ou attendre qu’un coup de vent passe…) donc autant dire que personne ne patiente.

    Après, ça m’arrive de faire des sorties orientées photo. Tout le monde a un appareil (reflex pour la plupart) et shoote. On s’attend mutuellement et/ou on part dans tous les sens et on se retrouve après. Pas de râlerie : on fait tous pareil.

    Sinon, tu shootes vite. En général, lors d’une sortie donnée, tu as déjà en tête le genre de réglage que tu veux et le type de photo qui sera possible de faire. Tu sélectionnes 1 voire 2 objectifs, tu règles la première photo et pour les suivantes, les réglages sont souvent proches. On peut très bien au passage se servir des modes personnalisés genre C1 photo des gens, C2 je suis à contre jour et C3 les enfants qui courent partout.

    Autre technique : on peut doubler tout le monde. Ca permet de shooter les gens de face et de ne pas avoir à ce qu’ils vous attendent. Alors ça demande un peu de sport parce qu’il faut redoubler les gens quand tu as fait une série de photo mais en général, tu ne fais pas que ça.

    Et puis, en sortie, même si on marche, on fait des pauses. C’est l’occasion de photographier sans que les gens vous attendent vous.

  • encore mille MERCIS pour vos articles!!
    Je suis débutante, je viens d’acheter mon 1er reflex il y a 1 mois (trop contente 🙂 )
    Et, depuis que je vous ai découvert, je dois avouer que je suis totalement accro, je passe des heures à lire et relire vos différents articles! Continuez!

    18 juillet 2012
  • Très intéressant article! Cela faisait longtemps que je n’étais pas venu!

    20 juillet 2012
  • Ce site est génial ! Merci beaucoup pour cet article très utile, je pars en vacances bientôt !!

    1 août 2012
  • Ecoute, je fais suivre cet article à ma femme, même si j’adore ses photos c’est vrai que les temps de réglages peuvent être très longs parfois 😉

    7 août 2012
  • vive les préjugés comme « jet ski polluant et bruyant » . il y a des normes de protection d’environnement respectées par les constructeurs !!!!!!
    Allez donc faire un tour du coté des pétroliers, vedettes… petits bateaux de particuliers, vous trouverez l’erreur !

    26 août 2012
  • Au risque de vous contre dire le mode manuel n’est pas un mythe car ok pour le mode priorité vitesse ou ouverture mais pas toujours. Car si par exemple vous souhaitez gérer un beau flou de mouvement avec une faible profondeur de champ , vous n’aurez quasi aucune chance de pouvoir le faire avec un mode priorité, seul le mode manuel sera votre sauveur !
    * Par exemple pour illustrer le marathon (sujet principal les coureurs) mais indiquer dans quelle ville a eu lieu le marathon (sujet secondaire avec un flou de profondeur d’un batiment significatif de Paris)

    18 septembre 2012
  • Moi je pars tout seul :p

    30 juillet 2013
  • Sauf que … ce qui fait attendre les gens qui nous accompagnent, ce n’est pas la recherche d’un potentiel réglage parfait, ni l’envie de photographier en manuel, mais plutôt la recherche d’une perspective, d’un cadrage, d’une lumière intéressants ; et ce sont ces points qui prennent autrement plus de temps…
    Cela peut être aussi chercher à exposer au mieux la scène sans voir de zone cramée ni bouchée…
    Ca peut etre aussi sortir le trépied, changer l’objectif, poser un filtre…

    Sinon sur le fond on est d’accord, il faut privilégier les modes prio ouverture, voir éventuellement vitesse, 99.99% du temps.
    Le mode manuel prend tout son sens en environnement contrôlé, avec un posemètre, donc plutôt en studio.

    30 juillet 2013
  • Salut Laurent,
    Une question simple : le mode P étant la solution pour des modifications basiques si nécessaire, peut-on toutefois (après réglage de la balance des blancs) utiliser les modes « scène » (ou appellations équivalentes selon les APNs), comme par exemple « Paysage » et « Portrait » qui se trouvent d’ailleurs souvent accessibles par la molette principale ? Le résultat est-il vraiment différent compte tenu de la facilité de la chose ?
    Dans l’attente, bravo et merci 😉

    6 août 2013
  • En vacance, j’utilise un réglage un peu universel (peut-être pas dispo sur tout les reflex)
    – Priorité Vitesse avec réglage à 1/100s (utilisé avec un 26 – 105 mm APS-C soit 17-70 24×36)
    – Plage iso auto sur une page de 200 à 800 (Merci Pentax pour cette fonctionnalité, ça évite d’avoir des clichés à 3200…)
    – Mais surtout le mode Rafale paramétré à 3 prises avec écart -2/3IL , 0 IL , 2/3IL et lorsque mon cobra est déployé (et avale sans trop de difficulté les 3 déchargements) j’utilise les écarts -1,1/3 IL , -2/3IL , 0 IL à cause des Pentax qui ont tendence à surexposer avec un flash

    Après à la maison, il suffit de choisir parmis les 3 photos qui ont été prise en moins d’1 seconde ! CLac Clac Clac tout en restant appuyer.

    L’essayer c’est l’adopter !

    19 octobre 2013
  • Salut Laurent,

    un autre conseil pour ne pas faire attendre la personne avec qui vous partez en vacances: allez-y avec quelqu’un de lent! mdr. Pour les hommes (en grande partie), si votre femme se plaint, rappelez-lui que c’est ce que vous vivez quand vous faites les boutiques avec elle 😉 lol. Bon, y’a pleins d’autres vannes à faire là-dessus, de plus ou moins bon goût (si quelqu’un trouve ça un peu méchant/myso, mon cerveau malade en avait imaginé des pires 😉 ).

    9 mars 2015
  • Ce que j’aime ce sont les expressions très imagées des articles « on s’en tamponne l’oreille avec une babouche » arrive en tête ! Je compatis avec les photographes 🙂

    10 avril 2015
  • J’ajouterais un élément, d’expérience, au risque de faire râler les puristes. Quand vous photographiez un événement ou êtes en vacances avec de la famille, photographiez en RAW +JPG, parce que votre belle soeur ne comprendra jamais que vous devez rentrer et traiter vos images bla bla bla bla. Tout ce qu’elle voit c’est l’opportunité manquée d’inonder Facebook du visage de la petite dernière ou, pire encore, les mettre quand tout est dépassé deux semaines plus tard. Et n’essayez même pas de promettre que vous les enverrez sur Dropbox ou picasa, c’est du chinois. Alors vous donnez tout de suite un paquet de jpeg somme toute tout à fait convenables et vous traitez tranquillement le reste à la maison. Puristes, vous m’accordez cette incartade?

    8 juillet 2015
  • Bonsoir,

    Déjà évoqué mais pour ne faire attendre personne, je ne pars photographier avec personne…Pas de stress ainsi…

    Et effectivement si je dois partir en famille, l’appareil est hors du sac en permanence (j’ai acheté un système d’accroche à la bandoulière du sac à dos vraiment génial) et les réglages probables sont enregistrés !

    14 juillet 2015