J’ai essayé l’argentique !


Cliquez ici pour afficher/masquer la transcription complète

Bonjour à tous, et bienvenue dans cette nouvelle vidéo sur Apprendre la Photo.

Aujourd’hui, je voulais partager avec vous une expérience que j’ai faite récemment, c’est l’expérience de l’argentique.

J’ai eu envie de faire un peu de photo argentique, pour voir, pour essayer.

Pour les plus jeunes d’entre vous, l’argentique, c’est de la photo avec une pellicule.

Alors, je sais qu’il y en a peut-être certains, parmi mon audience – parce que je sais qu’il y en a qui sont encore jeunes, j’ai eu des fois des commentaires de gens qui avaient 14 ans –, qui n’avez même pas connu. Alors, vous connaissez peut-être le principe, mais en tout cas vous n’en avez pas eu entre les mains.

Moi, quand j’étais gamin, on faisait encore des photos en argentique, donc, quand même, je suis encore de cette génération, mais c’est vrai que ma pratique photo est née avec le numérique et donc l’argentique, ce n’est pas quelque chose dont j’ai l’habitude.

J’en connais l’existence, et j’avais un appareil que j’avais acheté à la braderie il y a quelques années, qui dormait sur une étagère, mais ça s’arrêtait là.

Et j’ai décidé d’en faire en allant dans la famille pendant un week-end. Donc, pas trop d’enjeux, je voulais juste me dire “au pire, si je les rate, c’est pas très grave. Je ne pars pas en voyage photo exprès.

Du coup, je ne vais pas vous montrer beaucoup d’exemples de ces photos-là, parce que ce sont des photos un peu perso, donc je choisis de séparer ma vie privée.

Mais ce n’est pas le point, aujourd’hui, ce n’est pas tellement de vous partager les images, c’est plus de partager ce que ça m’a apporté, les avantages et les inconvénients que j’y vois, et puis peut-être de vous encourager à essayer, pourquoi pas.

Comme je sais qu’on va me poser la question, je vous le dis tout de suite : j’ai utilisé un Canon AE1 que j’avais acheté il y a longtemps, comme je l’ai dit, avec un 50 mm f/1.4 dessus, et j’ai utilisé une pellicule Kodak TX 400, que j’ai poussée à 1 600 et puis de la Portra 800 qui est une pellicule couleur.

Comme je le disais, ce n’est pas le point aujourd’hui de parler du matériel, de comment faire, etc., c’est plus de parler de mon expérience, de ce que moi j’en ai retiré.

Qu’est-ce que ça m’a apporté ?

– La première chose, c’est que quand on fait de l’argentique, je trouve qu’on déclenche avec plus de soin. On fait plus gaffe quand on déclenche, pour plein de raisons.

Déjà, la mise au point est manuelle. Il y a des appareils avec mise au point automatique, évidemment, mais ce n’est pas le gros du panier, on va dire. La plupart des appareils argentiques que vous allez utiliser seront à mise au point manuelle.
Donc, évidemment, quand on fait la mise au point manuellement, surtout à une faible profondeur de champ (j’étais en intérieur, etc.), il faut faire gaffe.

Du coup, il y a plein de moments où on voit que ça va être flou, en tout cas que la netteté ne va pas être à l’endroit où on veut, et du coup on ne déclenche pas.
C’est vrai que ça pousse vraiment à déclencher de manière beaucoup plus parcimonieuse que quand on fait en numérique.

– Deuxième chose, la sensibilité est fixe. Donc, parfois, ça peut être trop sombre ou trop clair. On ne peut pas adapter la sensibilité à chaque prise de vue.
Du coup, parfois vous voyez que votre appareil vous signale que ça va être trop sombre ou trop clair et donc vous ne déclenchez pas, parce que ce n’est pas la peine de gâcher une photo si l’exposition est complètement à la ramasse.

Même si l’argentique a quand même une tolérance qui est quand même assez importante, notamment quand on surexpose, ce n’est pas très grave en argentique.

– Et puis, également, chaque photo coûte quand même un peu des sous. On revient sur le budget après, mais contrairement au numérique où prendre une photo de plus ou de moins, ça ne va pas vous coûter grand-chose, là, pour le coup, ça coûte un peu, donc, évidemment, on ne va pas en prendre 50 du même sujet sans réfléchir.

– Deuxième conséquence que ça a, c’est que les heureux accidents sont plus fréquents. Parce que, du coup, on rate plus facilement sa mise au point, par exemple, mais ça peut être bien de rater sa mise au point.

C’est-à-dire que des fois, vous allez avoir, peut-être, un sujet qui va bouger à ce moment-là, qui va complètement sortit de votre zone de netteté au moment où vous déclenchez, et vous allez avoir quelqu’un complètement flou, mais ça va donner quelque chose de bien, en fait.

Et c’est un accident que vous allez moins souvent avoir en numérique, parce que vous avez l’autofocus et vous allez pouvoir refaire le focus facilement, et puis vous allez en reprendre une autre, au final, et vous n’allez peut-être pas voir cet accident heureux pour ce qu’il est.

Mais là, quand vous avez un ou deux accidents heureux sur une pellicule de 36 poses, vous les voyez beaucoup plus que un ou deux accidents sur 1 000 photos et que vous allez juste chercher celle que vous vouliez avoir à la base.

Tant mieux. Du coup, les accidents heureux, je trouve que ça permet de peut-être varier un peu ce qu’on fait en photographie.

– Tout ça permet quelque chose qui, pour moi, est sans doute le plus gros avantage de l’argentique et qui servirait peut-être à pas mal d’entre vous, c’est d’avoir un certain lâcher-prise sur la perfection.

Tout ça plus le grain, aussi, parce que la pellicule argentique, ça a du grain.

On ne peut plus trop parler de piqué avec l’argentique. En fait, c’est complètement hors de propos, hors sujet de parler de piqué, ce n’est pas du tout le sujet.

Il y a du grain… ce n’est pas parfait, vous pouvez avoir des images qui sont très nettes, hein, aucun problème avec ça, mais simplement, c’est une image qui a du grain, ce n’est pas la “perfection lisse” qu’on peut avoir dans le numérique, parfois.

Ce n’est pas une photo prise à 50 ISO sur un 5D MARK E50, et du coup, ça permet de lâcher prise quant à la perfection, parce que de toute façon, vous n’aurez pas un truc tout lisse, tout net sans grain. Ça n’existe pas.

Et du coup, peut-être que ça détend à la prise de vue, je pense. Parce que vous savez que ce ne sera pas parfait, donc vous lâchez un peu plus.

– Il y a aussi une conséquence intéressante de ça qui est que vous êtes incité à finir la pellicule.
Parce qu’une pellicule de 36 poses, mine de rien, comme vous prenez beaucoup plus le temps, ben, 36 poses on ne les fait pas non plus comme ça, donc en fait ça incite à photographier plus.

D’ailleurs, il m’en restait à peu près une demi-douzaine sur la pellicule couleur, que j’ai finalement terminée en photo de rue, parce que j’en avais marre d’attendre avant de voir le reste de la pellicule, en fait. Et je suis sorti un samedi d’hiver un peu ensoleillé pour les terminer en photo de rue.

Là, je les ai filées au labo, dont j’attends le résultat, donc je ne les ai pas encore vues. Je les mettrai dans la vidéo quand je les aurai.
En plus, c’est des photos que je peux vous montrer puisque c’est de la photo de rue.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Alors, ce que je vous ai dit là, c’est un peu les avantages que je vois.
Dans l’esprit de mes articles, qui ont très bien marché, d’ailleurs, un des plus vieux articles du blog qui s’appelle “3 raisons pour lesquelles un 50 mm 1.8 fera de vous un meilleur photographe”, dedans je ne dis pas vraiment que le matériel fera de vous un meilleur photographe en soi, mais simplement que le fait de l’utiliser fait que vous allez, peut-être, prendre des habitudes ou voir d’autres aspects de la photo qui peuvent être intéressants pour vous.

Donc ce que je vous ai dit sur l’argentique jusqu’à présent, c’est un petit peu pareil. C’est : qu’est-ce que ça peut vous faire voir, qu’est-ce que ça peut vous apporter ?

 

Mais, évidemment, ce n’est pas complètement tout rose au monde des Bisounours.

Déjà, évidemment, ce n’est pas parce que vous faites de l’argentique que ça va forcément rendre vos photos meilleures.
Ce n’est pas magique. Ça va donner un rendu qui est intéressant, mais une photo qui est mal cadrée, mal composée, mal exposée, etc., où il n’y a rien d’intéressant qui se passe dedans, ça va rester une photo ennuyeuse, même en argentique.

Peut-être qu’au début le rendu vous fera dire que “ah, oui, c’est mieux”, mais en fait, en réalité une photo ennuyeuse, ça reste une photo ennuyeuse.

Donc, ce n’est pas un bouton magique non plus, il ne faut pas le prendre comme ça.
C’est juste que ça a certaines bonnes influences sur le photographe, dont je viens de vous parler juste avant.

Et je pense que c’est aussi très intéressant de s’y essayer, au moins. Ça ne veut pas dire en faire tout le temps et abandonner le numérique, mais si vous ne connaissez pas, déjà ça vous permet d’avoir une connaissance de ce qui existait avant le numérique – et je pense que c’est quand même une bonne chose de connaître ça, de se rendre compte des facilités et du confort qu’on a en numérique.
Et puis également pour les effets positifs que je viens de citer.

Le prix

Maintenant, parlons du prix, parce que c’est évidemment un aspect important.
Le prix d’accès à l’argentique est assez raisonnable, puisque vous pouvez vraiment avoir un très bon boîtier avec une très bonne optique pour une somme très raisonnable, genre 100 balles, ça suffit largement, a priori.
Vous allez trouver des choses à ce prix-là.

Mais, ensuite, c’est plus cher, en fait.
C’est qu’à l’achat vous allez payer sans doute moins cher qu’un numérique, par contre, c’est vrai qu’ensuite c’est un peu plus cher.

Une pellicule un peu bien – il y a des pellicules entrée de gamme très peu chère, à 3 €, donc vous pouvez commencer par ça, mais il est vrai que ce n’est pas toujours les résultats qu’on attend de l’argentique. Les pellicules un peu bien, on va être plus entre 8 et 13 €. La Portra 800 que j’ai prise, c’est quand même 13 € la pellicule. Ce n’est pas gratuit du tout pour 36 poses, on ne va pas se mentir.

Et puis, ensuite, il faut les faire développer, ce qui coûte à peu près 6 € pour une pellicule.

Et les faire scanner, ce qui coûte à peu près 20 balles.
Alors, le scan, c’est évidemment pas obligatoire, vous pouvez juste les faire tirer en papier si vous le voulez, mais c’est vrai que, à notre époque, on aime bien les scanner quand même pour les avoir en numérique.
20 € c’est pour un scanner en haute définition, mais tant qu’à faire… Du coup, on atteint facilement quelque chose comme 1 € la photo, ce n’est pas du tout négligeable.
Il faut le prendre en compte, après, si vous faites ça de temps en temps, c’est un petit plaisir et ce n’est pas forcément si cher que ça.

Est-ce que je vais continuer l’argentique ?

Eh bien, je pense que oui, je vais continuer à en faire dans plus ou moins le même contexte. Dans des contextes un peu privés, je trouve que ça donne une démarche un peu différente qui marche bien dans ce contexte-là.

Ça permet d’avoir quelque chose de physique, parce qu’après vous avez le négatif de la pellicule avec les photos de vos proches dessus.
Et il y a un petit côté – je ne sais pas, je suis peut-être un grand romantique –, un petit côté sympa à ça.

Je ne vais pas faire ça en voyage, par contre, parce que c’est trop contraignant, il faut passer les pellicules à l’aéroport, enfin, voilà, c’est autre chose.

En photo de rue, c’est beaucoup plus compliqué, donc je ne vais pas changer pour l’argentique, mais c’est vrai qu’avoir ça un peu dans ma pratique, c’est quand même quelque chose d’assez sympa.

Je ne prévois pas de vous en parler davantage pour le moment. Peut-être que j’en reparlerai plus après si jamais j’en fais un peu plus, parce que ce n’est pas du tout ma spécialité.
Mais je vous conseille deux ressources, si vous souhaitez vous y mettre et en savoir un peu plus.

D’abord, la chaîne YouTube EMGK Photographie, dont je vous mets le lien juste en dessous – qui en plus est un Lillois, je n’ai pas fait exprès, mais qu’est-ce que vous voulez, apparemment il y a un gang de Lillois. 😉

Et puis il y a également le site Dans ta cuve, qui parle également beaucoup d’argentique.
Donc entre ces deux ressources-là, vous devriez trouver tout ce qu’il vous faut pour vous y mettre un petit peu si vous souhaitez essayer.

Voilà, c’est la fin de cette vidéo. Si vous l’avez aimée, mettez-lui un pouce bleu, partagez-la avec vos amis.
Et puis n’hésitez pas à partager, en commentaires, si vous faites de l’argentique, les résultats que vous avez eus, des liens vers vos photos, n’hésitez pas.
Et puis, si vous découvrez la chaîne, avec cette vidéo – d’habitude je parle de photos numériques, là c’est vraiment la première vidéo où je parle d’argentique –, j’ai un guide pour débutants que vous devriez télécharger en premier, c’est le meilleur moyen de découvrir mon contenu et puis à partir de ce guide, vos verrez plein de liens vers des choses intéressantes, et vous trouverez ce qu’il vous faut parmi mes articles et mes vidéos.

Voilà, je vous dis à plus dans la prochaine vidéo, et d’ici là, à bientôt, et bonnes photos !

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 4,50 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *