Divers
0

Je sors mon premier livre



Cliquez ici pour afficher/masquer la transcription complète

Je sors mon premier livre.

À force de vous parler de livres photo tout le temps, de soutenir la photographie en tant qu’objet, et de vous partager mes projets et séries photographiques, il était temps que je sorte le mien.

À l’origine, ça ne devait pas être celui-ci. J’ai un projet en cours, et je pensais que ce serait mon premier livre photo. Mais il est loin d’être terminé, et entre deux, j’ai eu une idée.
Je l’ai dit plusieurs fois auparavant : si la créativité, c’est connecter des points, il faut d’abord les coLLecter.

Il y a un an environ, j’ai découvert Café Royal Books, un petit éditeur britannique qui publie très régulièrement (quasi une fois par semaine !) des petits carnets de photographes connus ou moins connus, toujours en noir et blanc. Il les regroupe parfois en petits coffrets comme ceci, et j’ai acheté celui de Martin Parr l’année dernière, donc.

 

Quelque temps plus tard, j’ai fait la connexion : et si je pouvais m’inspirer de ça pour faire naître mes séries photographiques sous forme d’objet ?

En effet, comme vous le savez peut-être, ces dernières années, j’ai produit 5 séries photographiques, dont je vous ai déjà parlé sur la chaîne. Si jamais vous n’avez pas vu, je vous mets la playlist en fin de vidéo, vous pourrez même me voir avec une barbe trop longue quand je la laissais pousser pour la première fois 😀

Le souci, c’est que ce sont des séries de 12 à 24 photos, donc trop courtes pour un vrai livre. Et les réunir dans un seul livre me semblait un peu bizarre.
Et c’est là que j’ai fait le rapprochement : un petit coffret de carnets, c’est la forme parfaite !

Il y a à la fois un objet séparé pour chaque série, puisqu’elles n’ont pas de lien de sens entre elles. Et un coffret pour les réunir, car elles ont quand même le point commun d’être produites dans la même période, de la même façon et dans le même contexte (sur une semaine, dans une ville à chaque fois). Sans compter que ça rentre mieux dans la bibliothèque 😀

Je vous présente donc : mes Carnets de Voyage, mon premier livre photo. Enfin, plutôt mon premier objet photographique 🙂

Je suis très content de les avoir en main et de pouvoir vous les présenter aujourd’hui, et de lancer la campagne de crowdfunding qui vous permettra de très bientôt les retrouver chez vous !

Avant de vous parler des autres contreparties (et rappeler ce que c’est que le crowdfunding pour ceux qui ne connaissent pas), parlons des carnets !

J’ai souhaité vous proposer un bel objet, et je suis donc allé voir l’Atelier Escourbiac, qui est sans doute le meilleur imprimeur français pour accompagner les projets en auto-édition.

Je tiens à les remercier, et notamment Alain Escourbiac qui a été d’une aide précieuse dans le choix des papiers et la conception de cet objet.

Le but était de vous proposer un bel objet, et dont la conception faisait sens par rapport aux photos, et surtout d’être cohérent avec la manière dont je souhaite montrer mon travail photographique. Je me place dans une démarche artistique ici, donc mon but n’est pas de faire le truc qui se vendra forcément le mieux, mais de faire les choses de la manière dont j’ai envie.

Et pour moi, l’objet passe avant tout par le toucher. La sensation tactile est TRÈS importante. Sinon, autant regarder une photo sur un écran.
Et dans mon imaginaire, je pense que le voyage reste attaché à une certaine texture. Je n’aime pas quand c’est lisse, j’aime quand ça accroche un petit peu, quand il y a des petites irrégularités. Pas que pour les objets photo d’ailleurs, j’aime aussi ça dans ma déco, dans mes vêtements… c’est assez omniprésent chez moi.

Les Japonais ont un concept pour ça : le wabi-sabi, qu’on pourrait traduire par “la beauté dans l’imperfection”, mais qui renvoie aussi à l’action du temps sur les objets. La patine d’un vieux jean, la rouille sur un vieux bateau, c’est wabi-sabi.

Alors, évidemment, ces carnets sont neufs, hein, ils n’ont pas été vieillis au sel de Guérande pendant 10 ans, mais ça n’empêche pas de chercher un peu de texture.

Pour la couverture, on a donc choisi un papier “Les Naturals”, de couleur différente pour chaque carnet (celle que m’inspirait la série), qui fait 325 g/m2, donc un papier assez épais, avec une belle main, et une texture un peu rugueuse. C’est un papier fabriqué en France, et composé à 100 % de papier recyclé en plus.

À l’intérieur, pour les photos, j’ai choisi un papier Symbol Tatami White de 135 g/m2 : je voulais un papier avec une belle main, sans être trop épais pour s’adapter au format carnet, et surtout pas trop blanc. D’une manière générale, je n’aime pas le blanc optique, trop neutre et presque froid, et je préfère le blanc légèrement chaud. Après m’en avoir présenté quelques échantillons, je n’ai pas eu de doute sur celui-ci.

Je voulais également qu’il ait un rendu plutôt mat, et une légère texture, pour garder ce côté tactile qui m’importe tant, mais sans pour autant complètement prendre le pas sur la photo.

Pour chaque carnet, j’ai voulu insérer du texte au début, pour donner un peu de contexte à la série. Je me suis pas mal posé la question de le faire ou non, et j’en reparlerai dans une prochaine vidéo, mais je veux que ce travail puisse être apprécié par tout le monde, y compris quelqu’un à qui vous pourriez l’offrir et qui n’aurait pas vu mes vidéos où j’explique ma démarche.

En plus, c’était l’occasion de m’amuser un peu avec les papiers 😀 Pour ce feuillet, qui vient s’insérer entre la couverture et les pages photo, j’ai choisi un papier non couché, c’est-à-dire qui n’a pas de couche supplémentaire pour traiter le papier, ce qu’on fait car ça a certains avantages, notamment pour le contraste des photos.

Ici, comme c’était du texte, la problématique n’était pas là, et j’ai donc pu mettre le texte sur du papier Arena Ivory Bulk, d’une épaisseur de 90 g/m2. Un papier assez léger donc, sans non plus être fin comme du papier à cigarettes, et qui a une jolie texture, et une couleur nettement plus chaude. C’est le même fabricant que le papier couché qui accueille les photographies, et la cohérence entre les deux fonctionne bien.

On a utilisé le même papier pour le feuillet des remerciements, avec le nom des contributeurs d’ailleurs 🙂

Le papier des couvertures étant très beau, et pour ne pas non plus transformer cet objet en catalogue La Redoute des papiers existants, on a choisi le même papier pour concevoir le coffret que pour la couverture des carnets.

Bref, j’ai vraiment voulu faire un effort sur les papiers proposés, même si ça augmente forcément le coût final. De toute façon, hein, je ne fais clairement pas ce projet pour faire fortune, ce serait une assez mauvaise idée vu les coûts associés 😛
Voilà, vous savez tout sur les carnets !

Comment vous les procurer ? Via la campagne de crowdfunding qui commence dès maintenant, et se terminera dans deux semaines !

Pour ceux qui ne connaissent pas le crowdfunding, ou financement participatif, le système est simple : il s’agit en gros d’un système de précommande, avec un seuil à partir duquel le projet se fait.

En gros, vous choisissez maintenant ce que vous précommandez (seulement les carnets, ou l’une des autres contreparties que je vous propose en plus), et si on atteint le seuil minimal de commandes, le projet se fait.

Une fois la campagne terminée, tout le monde est prélevé, je reçois l’argent, et je peux faire ma commande chez Escourbiac. Vous recevrez ensuite votre commande dans les semaines qui suivent, le temps que ce soit produit, emballé, et expédié chez vous.

En plus des carnets, je vous propose plusieurs autres contreparties que vous pouvez ajouter à votre commande :

Tout d’abord, bien évidemment, des tirages ! En 10×15 ou en 20×30, voire en 30×45 sur caisse américaine pour les plus gourmands, tous les tirages sont faits sur du papier d’art Hahnemuhle FineArt Baryta 315. Ceux qui ont suivi ma formation Réussir son premier tirage en 7 jours savent que c’est mon préféré. 🙂
Certains sont proposés numérotés à 15 exemplaires maximum, ce qui en fait donc des tirages d’art à proprement parler. Si un jour je deviens connu vous serez peut-être riche, mais à votre place je ne spéculerais pas trop là-dessus non plus. 😀

• Ensuite, j’ai également décidé de vous proposer un atelier vidéo, dans lequel je vais revenir en détail sur l’éditing et la retouche des photos de chaque série. L’idée ce n’est pas de répéter ce qui est sur YouTube, mais de vous montrer dans Lightroom les photos que j’ai prises sur place, comment mon travail a évolué, pourquoi j’ai choisi telle photo plutôt qu’une autre, les hésitations que j’ai pu avoir sur le séquençage des photos, etc.
Cette mini-formation sera disponible une fois que vous aurez reçu les carnets, directement sur formations.photo 🙂

Je n’ai pas prévu 50 000 autres contreparties, pour des raisons que je vous expliquerai dans une prochaine vidéo le dernier jour du crowdfunding, pour ne pas faire trop long aujourd’hui !

Je vous invite à aller voir la page du crowdfunding, pour choisir quelles contreparties vous souhaitez recevoir chez vous, et surtout donner un départ du TONNERRE à la campagne ! En effet, c’est très important que ça parte fort, pour assurer le minimum pour que le projet se fasse déjà, et puis en faire parler 🙂

Merci d’avance à toutes celles et ceux qui vont soutenir ce projet, j’y ai vraiment mis tout mon cœur, et je suis impatient que vous puissiez avoir un petit bout de moi dans votre bibliothèque et sur votre mur.
À bientôt, et bonnes photos !

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de note)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *