Lasagnes, golden hour et araignée

Cet article inaugure une rubrique un peu particulière où je raconterai l’histoire de séances photos réussies, ratées ou tout simplement de clichés qui m’ont appris quelque chose. Surtout, j’essaierai d’analyser le pourquoi et le comment des résultats que j’obtiens. Je vous invite à donner votre avis sur cette forme d’article en commentaires 😉


(Récemment) Un soir d’été, seul dans le bled paumé où je loge pour un stage, je travaille (ou plutôt je m’amuse) sur la longue série de clichés pris à Paris les jours précédents. Il a beaucoup plu dans les 2 ou 3 heures qui précèdent, et le temps s’est éclairci depuis une petite demi-heure.
Vers 21h30, l’appétit me sort de mon logiciel de traitement d’images après avoir obtenu 2 clichés dont je suis particulièrement satisfait. Bref, j’ai faim. Je sors donc de ma chambre pour aller à la cuisine, et remarque distraitement que le ciel commence à se teinter de jolies lueurs orangées. Normal, me dis-je, c’est bientôt le coucher du soleil, et c’est donc la golden hour 😉 Sauf qu’il n’y a rien de bien exceptionnel aujourd’hui, il a beaucoup plu quand même…

Je mets donc mes lasagnes Carrefour au micro-ondes (14 minutes), et je ressors quelques minutes plus tard. Et là, le ciel est juste sublime. Connaissant la fugacité de ces instants magiques qui précèdent un coucher de soleil, je cours dans ma chambre chercher mon appareil. Drame, la carte mémoire n’est pas dans l’appareil. Je l’attrape au passage, et la remets dans l’appareil pendant que je me dépêche de trouver un coin dégagé pour essayer de tirer quelque chose de ce ciel. Il reste de la place pour 24 photos en RAW, et pas le temps de formater. Il ne va pas falloir la jouer en mode rafale !

Quelques dizaines de secondes plus tard, je suis à l’endroit le plus dégagé que je puisse trouver. Je commence par quelques clichés pour immortaliser ce ciel merveilleux.

photo lumière golden hour Coucher de soleil

Au cas où la lumière s’atténuerait plus vite que prévu, quelques clichés pour immortaliser cet instant.

Malheureusement, un ciel, aussi beau soit-il, ne se suffit pas à lui-même. Il faut un décor, il faut un avant-plan ou un arrière-plan pour lui donner toute son ampleur. Je reviens un peu en arrière, je m’arrête et je trouve un endroit d’où je peux prendre quelques clichés en ayant pour avant-plan des feuillages proches.

Vu la luminosité, les feuillages seront en contre-jour, mais je souhaite avoir leurs contours nets. Il me faut donc une grande profondeur de champ, ce qui nécessite une ouverture réduite. Je manque de lumière, je travaille sans trépied, techniquement je vais être limite ! Mais les quelques clichés semblent corrects sur l’écran.

photo lumière golden hour Coucher de soleil ouverture profondeur de champ

Avec des feuillages devant ? Insuffisant.

Cela dit, il me manque encore quelque chose. Des feuillages, c’est du remplissage, pas un avant-plan digne de ce nom. Je cherche du regard un vrai sujet, et là je constate et en même temps je me rappelle qu’il a plu. Pourquoi ne pas s’intéresser aux gouttes qui s’accrochent à ces branches ?

Photo Coucher de soleil après la pluie lumière

Mettre en valeur les gouttes d’eau ? Pas vraiment ça…

Un ou deux clichés, je remarque une araignée qui se détache du ciel en contre-jour, semblant flotter dans le vide, soutenue par sa toile totalement invisible. Et là, je SAIS que je tiens mon sujet. Reste à en faire un bon cliché.

Mon principal problème est qu’elle est un peu haute cette petite bête. Je suis donc obligé de passer en Live View (visée directe sur l’écran, comme pour un compact) pour cadrer (promis, je ne dirai plus jamais de mal de ce mode !). Je tiens l’appareil à bout de bras, et vu la lumière je suis obligé de déclencher à des vitesses qui sont déjà limite quand on tient l’appareil à deux mains. En plus de ça, je suis en mise au point manuelle, l’araignée étant trop petite et trop sombre pour que l’autofocus de l’appareil se débrouille.
Je me demande comment je vais avoir une photo nette…

Mais je me concentre, je retiens ma respiration avant chaque déclenchement et j’essaye de juger de mon mieux de la mise au point de la minuscule araignée sur l’écran LCD qui est déjà trop loin de moi à mon goût. Mais il faut croire en sa chance, car finalement j’obtiens une photo dont je suis satisfait :

Photo Araignée au coucher de soleil lumière

Et voilà celle qu’il me fallait ! (Cliquez sur l’image pour voir en plus grand)

La lumière disparaît quelques minutes plus tard, je rentre. Ding ! Les lasagnes sont prêtes !
 
Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂
 

 
Cet article vous a plu ?

Vous pouvez le télécharger au format PDF pour l’imprimer et le lire tranquillement chez vous :
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00/5)

Loading...

Recherches utilisées :

araignee qui disparait a la lumiere, couché de soleil araignée, vleminckx laurent ne le 24/06/1969

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

12 commentaires

  • Les meilleures sont les deux dernières, si on compare avec les précédentes! Il y un coté magique avec le flou d’arrière plan.

    11 août 2010
    • Effectivement, le flou fait beaucoup, et le fait qu’il y ait un vrai sujet aussi je pense ! Même si les deux sont liés 😉

  • Ben honnêtement, je préfère de loin la 2ème photo et la suivante… enfin, l’avant-dernière et l’antépénultième, enfin bref… la 2ème et la 3ème image… à la dernière !

    Je ne prétends pas avoir plus d’expérience ou d’oeil que toi bien sûr mais je me demande si tu n’as pas cherché un sujet très précis à tout prix. Je trouve que l’araignée est bien trop petite et l’arrière-plan bien qu’assez joli est gâché par ces feuilles en bas et à droite qui ont l’air fort « coupées » (quoiqu’elles fassent penser à des oiseaux voulant gober l’araignée 🙂 )

    En revanche, j’adore la 3ème photo, les gouttes d’eau sont juste magnifiques. Les feuilles auraient été mieux mises en valeur si elles n’avaient pas été à contre-jour mais les conditions ne permettaient pas mieux…

    PS : si je te tutoie ce n’est pas par condescendance mais parce que tu as 17 ans et moi 21…

    29 février 2012
  • Ah j’avais cru lire dans un article de l’année passée que tu avais 16 ans… Mea culpa.

    Comme c’est ma première intervention sur ce blog que j’ai découvert il y a moins d’une semaine, j’en profite pour d’ores et déjà te remercier (j’ai déjà lu ou parcouru un bon tiers des articles) et me présenter : ne connaissant rien à la photo j’ai fait l’acquisition d’un 600D il y a un mois et j’espère progresser rapidement. En fait si j’ai fait le grand pas ce n’est pas tant pour la photo que pour la vidéo : après comparaison je suis arrivé à la conclusion que pour des courts-métrages un reflex est meilleur en vidéo qu’un caméscope du même prix. Mais maintenant je découvre la photo un peu comme un « bonus » et je suis très content de cet appareil et du 50mm f/1.8 🙂

    Merci beaucoup pour ces articles qui, plus que de donner de simples astuces, transmettent une démarche et une volonté de progression.

  • Bonsoir, Laurent,
    voici des clichés magnifiques, laisser errer ses pensées, cela me rappelle : il ne reste plus que sur la page la rosée du vent du large.; M Leforestier…..cela m’y fait penser ces clichés parlent.. exaltent bravo laurent et merci. j’ai grand hâte de m’essayer a tes conseils.

    5 juin 2013
  • Ces couleurs sont tout simplement fantastiques, et c’est vrai que c’est un vrai bonheur quand on peut sortir son appareil dans des moments comme ça 🙂

    9 janvier 2014
  • Merci beaucoup pour ce partage d’expérience : j’ai trouvé cela autant parlant et instructif qu’un cours magistral ! A refaire !
    Cordialement.

    8 avril 2015
  • Bonjour Laurent,
    je découvre cet article un peu tard mais je ne suis accro de la photo que depuis peu au travers de tes deux formations ( Ben oui les deux en même temps … ).
    Comme nous en sommes au stade de « Analyser ses photos » je regarde ce que produisent les experts du domaine.
    Même si ces photos sont très belles je dirais qu’avec la dernière on a perdu l’objectif ( sans jeu de mot ) initiale qui était de saisir la ciel de cet instant.
    Mais que vient faire cette araignée là au milieu de tout ça et en plus on ne voit plus le ciel ?
    Ma question est simple : Faut-il absolument un premier plan qui doit capter l’attention pour faire une belle photo au sens académique du terme ?

    Au passage je te remercie et te félicite pour la qualité de tes formations.

    9 décembre 2015