Le piège de la photo naturaliste documentaire

30 septembre 2010

En débutant la photographie, l’un des premiers sujets qui nous intéressent souvent est la nature. Paysages mais surtout faune et flore, la nature nous fascine et constitue une ressource intarissable de sujets photographiques exceptionnels. Si vous vous êtes déjà essayés à la photo de fleurs, d’insectes, ou d’oiseaux, avez-vous déjà été déçus par le résultat ? Découvrez le piège dans lequel il est trop facile de tomber lorsqu’on s’intéresse à ce sujet.

Après quelques premiers essais infructueux et quelques critiques de personnes éclairées (ou de soi-même), la première chose qu’on va rechercher en photo naturaliste est d’améliorer la technique. Plus de netteté, mise au point exactement là où on veut, meilleure gestion de la profondeur de champ, et pourquoi pas trépied, objectif macro, etc… Améliorer l’aspect technique est une bonne chose, mais même une photo techniquement bonne peut être décevante.

Je prends l’exemple d’une photo que j’ai réalisée en juin, lors d’une sortie dans ma région à la recherche d’une libellule rare par chez nous, et qui m’a d’ailleurs valu de me retrouver dans la vase jusqu’à la taille 😀 (mais c’est une autre histoire). Bref, au cours de la journée les libellules étaient nombreuses. La lumière un peu dure, mais il faut bien faire avec les conditions météo. J’ai donc pris pas mal de clichés de libellules techniquement bons, parmi lesquels celui-ci :

photo naturaliste documentaire libellule profondeur de champ

Techniquement pas mauvaise, mais il lui manque ce petit quelque chose, non ? (Pour l’info, c’est une femelle de Libellule déprimée 😉 )

Certes, techniquement elle est plutôt bonne. Mais en ce qui me concerne, je trouve qu’il lui manque ce petit supplément d’âme. C’est juste une photo de libellule. Une jolie photo de libellule, à la limite. Si c’était une espèce rare, elle ferait tout au plus l’extase des naturalistes (moi y compris), tout simplement pour sa rareté. Mais c’est tout.

Ce jour-là j’en ai pris quelques autres de bonne qualité, même beaucoup plus près des bestioles. Mais dans tous les cas, je n’étais jamais réellement satisfait du résultat, parce que je ne ressentais aucune émotion en regardant la photo. Et pourtant, je suis un grand admirateur de la nature.

En y réfléchissant, je me suis dit que la photo naturaliste recelait un très grand piège : celui de tomber dans le documentaire. C’est-à-dire la simple représentation de la réalité. Ça peut être un but, et on a besoin de ces photos, notamment comme document pour Wikipédia par exemple. D’ailleurs c’est très honorable, et les excellents photographes documentaires sont rares tant l’exercice est difficile. Seulement, ce que je cherche en photographie, c’est apporter ma propre vision, quelque chose de plus. Que mes images reproduisent mes émotions plus que ce que je vois.

J’ai donc cherché parmi mes photos celles qui me faisaient un petit quelque chose, et j’ai choisi ces deux-là :

photo naturaliste documentaire papillons Gammas jumeaux

Gammas jumeaux

photo naturaliste documentaire fleur plante Anémones pulsatilles

Anémones pulsatilles

A première vue, ces deux photos n’ont pas grand chose en commun, à part leur sujet vivant. Mais je pense que ce qui fait qu’elles sont bonnes (à mon avis), c’est qu’elles apportent quelque chose en plus par rapport au simple cliché d’une fleur ou d’un papillon.

La photo de l’anémone apporte un point de vue assez différent : j’étais couché à terre, presque en contre-plongée, volontairement à contre-jour, et j’ai cherché à mettre en valeur ces fleurs qui ressemblaient un peu à des cheveux de fées.

Les deux papillons, je les ai eus par hasard, vous vous en doutez. Ils font partie d’une série de plusieurs centaines de clichés que j’ai pris pendant environ 1 heure, et quand je les ai vus j’ai déclenché en rafale en essayant de cadrer le mieux possible. J’ai eu la chance d’avoir cette douce lumière rasante qui souligne la fleur et les insectes, alors qu’il était environ 12h.

Vous allez me dire « c’est bien joli, mais ça ne nous dit pas comment sortir de ce piège ! ». Et vous avez raison. J’ai moi-même encore du mal à en sortir, mais voici les quelques pistes que je peux vous donner, et que je développerai sans doute par la suite :

  • Connaître ce que vous photographiez. Sans forcément devenir un expert, essayez d’apprendre sur les sujets qui vous intéressent : leur comportement, les meilleures heures pour les photographier, … Saviez-vous que les insectes s’envolent quand on leur fait de l’ombre ? Ou que certaines libellules se posent sur la main si on s’y prend bien ? Avoir quelques connaissances dans le domaine servira autant pour faire de bonnes photos que pour respecter la nature (ne pas s’approcher trop près des nids d’oiseaux pour éviter qu’ils les abandonnent, par exemple)
  • Prendre beaucoup de clichés : Par définition, les animaux sauvages sont imprévisibles. Prendre des rafales et d’une manière générale beaucoup de clichés est souvent le meilleur moyen de s’assurer de capturer la bonne posture, la bonne composition, bref le « moment« . N’ayez pas peur de remplir des cartes mémoires, vous n’aurez souvent qu’un ou deux bons clichés sur plusieurs centaines. C’est normal.
  • Les règles classiques s’appliquent : Ce n’est parce que ce sont des animaux que les règles de la photo ne s’appliquent plus (qu’elles soient d’exposition ou de composition) . Pensez à la règle des tiers, à laisser de l’espace à votre sujet, à faire la mise au point sur l’œil (toujours !), ou à photographier pendant les golden hours. On oublie facilement tout ça dans le feu de l’action, enthousiasmé par une rencontre impromptue, et c’est une erreur.
  • Créez. Cherchez l’originalité. N’ayez pas peur de photographier des sujets qui ne vous attirent pas au premier coup d’œil (des moustiques par exemple). Sortez des sentiers battus. Je me répète peut-être, mais en photo naturaliste peut-être plus qu’ailleurs, c’est extrêmement important !

J’espère que ces conseils vous aideront à mieux mettre en valeur la nature et à créer de belles images ! Si vous en voulez plus sur le sujet, laissez un commentaire, et pensez à vous abonner gratuitement à la newsletter pour être tenu au courant des nouveaux articles.
 
Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂
 

 
Vous avez aimé cet article ?

Vous pouvez le télécharger au format PDF pour l’avoir chez vous :
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 5,00/5)

Loading...

Recherches utilisées :

photographe naturaliste, photo naturaliste, photographie naturaliste, Photos Naturalistes, naturaliste photo, appareil photo naturaliste, photographie naturaliste définition, photos naturaliste quel appareil

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

14 commentaires

  • Celle des papillons est tip top, mais la suivante également 😉
    Rien à ajouter et c’est valable pour tous les sujets. Une maison à l’architecture banale deviendra mystérieuse, si par exemple, on se baisse un peu, ou plus si affinité, pour prendre sa photo. Par contre, il faut faire du sport pour entretenir la mécanique, car elle rouille vite 😉
    PS S’obliger souvent à sortir avec un objectif fixe, ça aide à chercher un cadrage original.

    1 octobre 2010
    • Merci 🙂 Effectivement il faut chercher un point de vue différent d’une manière générale !
      Mon prochain achat sera une focale fixe, et je suis déjà convaincu que ça va beaucoup me plaire 😉

      2 octobre 2010
  • Tout à fait d’accord, les meilleurs photos sont la plupart du temps celles qu’on prend dans des positions où l’œil humain n’a pas l’habitude de regarder.

    Ce qui dans le fond est plutôt logique, c’est probablement ce qui probablement créer une partie de la beauté de la photo : la surprise pour celui qui regarde de découvrir un point de vue peu habituel.

    2 avril 2011
  • Bonsoir,

    est-ce que il est possible de connaitre les conditions de prise de vue des trois photos présente dans cet article ????

    temps de pose, ouverture, ISO, boitier, et objectif ???

    Merci d’avance

    26 avril 2011
  • et….Focale de prise de vue ????

    26 avril 2011
    • Bien sûr 😀

      Pour la libellule, je n’ai plus les EXIF exacts en tête, mais elle a été prise à 250mm avec un Canon EF-S 55-250mm f/4-5.6 IS monté sur un Canon EOS 450D. C’est un (gros) recadrage car j’étais assez loin de la bête. Il faisait très beau, donc je suppose que j’étais à une vitesse d’obturation assez élevée, et quelque chose comme f/8 je pense, vu la profondeur de champ.

      Sache que pour les 2 dernières, en cliquant sur l’image tu peux les voir sur Flickr, où les données EXIF sont affichées (il faut cliquer sur le nom de l’appareil à droite).

      26 avril 2011
  • Bonjour,

    ok super merci beaucoup pour l’infos 🙂

    PS: j’avais un suggestion d’article ç faire, mais le formulaire pour te contacter n’apparait sur la page 😮

    26 avril 2011
    • C’était un bug momentané, merci de me l’avoir signalé !
      C’est maintenant réparé, n’hésite pas à m’envoyer ta suggestion 😉

      27 avril 2011
  • Super 🙂

    27 avril 2011
  • moi aussi j’aime les « gammas jumeaux »

    et pourquoi pas une petite rotation pour remettre la fleur parfaitement verticale, histoire d’amplifier la symétrie…?

    suggestion amicale bien entendu

    23 juillet 2011
  • Il y a plein de façon de faire de la photo naturaliste !
    Ce que vous avez decris c’est de la photo nature d’art.
    La photo naturaliste est très utile pour identifier l’espèce. Bien sur, le cote artistique n’est pas tenue en compte…
    Mais rien n’empêche de combiner les deux…

    28 juillet 2012
  • bonjour ; etant amateur de libellules ; c est quoi cette histoire : une libe se pose sur la main avec une certaine technique ? j avoue que je cale sur cette affaire ! merci de m èclairer et votre site est indispensable ! Merci

    27 août 2014
  • Je suis d’accord avec vous, un peu d’âme à la photo-nature pour mettre en évidence sa fragile pureté ! J’adore vos deux choix de photos. Continuez à nous épater ! améthyste ;

    14 décembre 2014