Photographier en ville : oui mais quoi ?

Un des conseils que je donne couramment pour vous améliorer en photo, c’est de sortir avec votre appareil photo et de photographier, tout simplement. Seulement voilà, il n’est pas forcément évident de trouver quoi. De trouver un sujet. Et j’en ai bien conscience. C’est pourquoi je vous propose un peu d’inspiration pour sortir en ville avec votre appareil.

Oui, il n’y a pas que la ville, mais je suis un citadin (comme la majorité des français), et à l’aise dans ce milieu pour photographier. Etant quand même un peu naturaliste sur les bords (j’ai juste 6 ans de fac dans le domaine :P), j’ai aussi l’habitude de la nature quand même, et je ferai peut-être un article de ce type à propos des balades en nature si ça vous intéresse (dites-le moi en commentaire).

Bref, vous avez suivi mes conseils, et vous vous êtes retrouvé en ville, avec votre appareil autour du cou, peut-être même avec un charmant 50mm f/1.8 😉 Et maintenant, vous faites quoi ? Vous marchez, vous marchez, et rien ne vous frappe l’œil. Vous ne voyez pas de photo, vous manquez d’inspiration. Pas de panique, ça arrive à tout le monde. Voyons ensemble comment y remédier.

Retrouvez une âme d’enfant

Le Petit PrinceAu-delà des conseils un peu plus concrets que je vais donner plus bas, c’est sans doute la chose la plus importante, et c’est une règle générale qui s’applique quelque soit le type de photo (et même d’art, à mon avis). Il vous faut regarder le monde avec les yeux d’un enfant. C’est très, très important. Alors vous l’avez peut-être oublié (non pas que vous soyez vieux hein, je l’oublie aussi parfois), mais un enfant regarde le monde d’une façon très différente d’une « grande personne ». Il est curieux de tout : absolument tout l’intéresse, du mégot de cigarette par terre aux pigeons. Et tout est nouveau pour lui : chaque élément de son environnement est une expérience nouvelle, et l’objet de découvertes sensorielles. Un enfant regarde, écoute, touche voire goûte tout ce qu’il voit. Parce qu’il apprend en permanence.

Alors l’exercice que vous allez faire maintenant, aujourd’hui, c’est de regarder autour de vous comme si vous étiez un gosse. Si vous n’êtes pas au travail ou en rendez-vous avec votre banquier, couchez-vous par terre. Ou asseyez-vous par terre au moins. Sans rire, faites-le maintenant. Arrêtez de lire et couchez vous par terre. Et regardez le monde comme si vous aviez 2 ans. Evitez quand même d’essayer de manger un balai ou d’avaler du destoop canalisation hein 😀

Trêve de plaisanteries, il faut vraiment intégrer ça à votre pratique photographique, et le moyen le plus efficace est d’avoir des yeux d’enfants absolument tout le temps. Vous verrez, vous aurez tout de suite plus d’idées. Si vous avez du mal, relisez le Petit Prince de Saint-Exupéry. Je lis beaucoup, mais c’est encore (et de loin) un de mes livres préférés, tant il donne l’envie de dire : « Je chante la vie, je danse la vie, je ne suis qu’amour ! » 😉

Cherchez un point de vue original

Je l’ai déjà dit dans l’article sur le développement de votre créativité, mais je le répète car c’est une conséquence du point précédent : si vous regardez le monde comme un enfant (pas seulement en termes de taille mais d’émerveillement), vous allez sans doute imaginer des points de vue intéressants. Quand je parle de ramper, je le fais volontiers en public si ça sert la photo que j’ai en tête. Pas plus tard que vendredi, je me suis littéralement allongé par terre en shootant un concert, et j’ai chopé un cliché que j’aime beaucoup (il n’est pas encore passé par la case développement numérique, donc je ne vous le montre pas). Il ne faut pas avoir honte, car l’important c’est l’image.

Que photographier concrètement ?

Bon, vous allez me dire «arrête ton baratin de créatif, et donne-nous des idées !». Bon, celui qui a pensé ça sort, merci 😛 Plus sérieusement, voici quelques idées pour ce qui est de photographier en ville. Vous allez en aimer certaines et pas d’autres en fonction de votre sensibilité, mais peu importe, l’important est d’essayer de vous indiquer des « déclencheurs » (ha ha), qui vous donneront envie de vous arrêter et de traduire en images ce que vous ressentez.

  • Une jolie lumière : Nous ne serions pas photographes sans lumière, et parfois c’est juste une lumière particulière qui peut capter notre attention, comme dans cette photo de la fontaine dont j’ai fait un article. Essayez de shooter assez rapidement si la lumière est changeante pour ne pas rater le moment. Mais n’en négligez pas pour autant la composition 😉
  • Des lignes ou des motifs : Parfois, ça peut suffire à attirer l’œil, et nos villes en sont remplies : poteaux, lignes électriques, routes, voies ferrées, etc. Le tout est de bien les utiliser pour que l’image soit claire. Pensez à utiliser la perspective, à utiliser les lignes pour guider le regard dans une image, ou à cadrer serré les motifs pour créer des images presque abstraites.
  • Des couleurs : parfois, l’association de 2 couleurs complémentaires ou encore de la même couleur dans des éléments différents peut être très graphique et donner lieu à une bonne image. Inspirez-vous de ce que dit Anne-Laure Jacquart sur les couleurs, notamment dans son premier livre.
  • Des reflets : On ne s’en rend plus compte à force de passer aux mêmes endroits, mais les reflets sont assez courants en ville, où les vitres sont très courantes (bureaux, magasins, panneaux publicitaires). Si on peut voir sur l’image à la fois ce qu’il y a derrière la vitre et le reflet, ça peut créer de très intéressantes associations d’images décalées.
  • Des détails : Je trouve que les détails sont une source absolument formidable de photos uniques. 99,9% des gens ne s’arrêtent pas sur les petits détails. Et si vous étiez les 0,1% ? Si vous regardiez précisément autour de vous, que vous scrutiez le moindre petit détail original ? Par exemple la (déjà vieille) photo qui illustre le haut du blog est celle d’une peluche qui était abandonnée à Paris. Combien de personnes l’ont vue ? Combien de personnes se sont arrêtées ? Combien de personnes l’ont photographiée ? 😉
  • Les gens : Je trouve l’humain absolument fascinant. Chaque individu est unique, et en même temps on peut tellement s’y reconnaître. Il y a quelque chose qui attire systématiquement l’œil de la personne qui regarde. C’est d’ailleurs un des éléments qui attirent le regard en photo. Si vous arrivez à ce que la personne qui regarde la photo se reconnaisse un petit peu dedans, que ça lui évoque quelque chose de profondément humain, vous avez gagné, vous avez une photo forte. Vous pouvez choisir de vous éloigner un peu pour photographier des scènes de vie, ou au contraire choisir de faire des portraits de rue, ce qui est plus difficile humainement mais aussi très enrichissant 😉

Voilà, j’espère que vous aurez un peu plus d’idées une fois dans la rue, et que vous ramènerez des images que vous n’auriez même pas imaginées avant de partir. D’autres idées ? Laissez un commentaire !

 
Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 5,00 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

47 commentaires
  1. Bonsoir,
    En quelques phrases vous d’éclairer ma soirée. C’est tout à fait le problème que je rencontre: que puis-je photographier qui ne soit pas banal, pas carte postale etc, etc…
    J’ai intégré depuis un certain temps les reflets et les gros plans qui deviennent quasiment abstraits. J’envisage les cimetières…
    Quoiqu’il en soit un grand merci pour vos articles et… votre humour!.
    Cordialement,
    Chantal.

  2. concretement comment photographier une rue dans une ville que l’on découvre! pas de la photographie de scènes de rue avec des personnes mais la totalite de la rue!!

  3. Bonjour Laurent
    J’ai besoin d’un conseil : j’hésite entre l’objectif CANON EF 100 mm f/2 USM ou le 50 mm f/1.4 : je vais faire du portrait de rue en Inde, je cherche à faire de beaux bokehs et une netteté impeccable.
    Merci pour tes conseils.

  4. Bonjour !
    C’est le genre d’article que j’apprécie tout particulièrement sur ton blog Laurent et que je trouve rarement (jamais ?) ailleurs.

    Je suis d’accord avec Thomas Leuthard « La photographie de rue n’est pas juste un autre style de photographie, c’est un style de vie » . Je trouve que le rapport à l’autre est beaucoup plus important que dans les autres styles photographiques… D’ailleurs, je ne comprend pas son attitude dans la vidéo qui me semble en totale contradiction avec sa citation… Ceci dit, c’est un style qui demande de combattre sa timidité. Je pense qu’il faut aimer les gens pour les prendre en photos dans la rue.

    C’est ce style photographique qui m’est le plus difficile à cause de la crainte de froisser les gens que je prendrai en photo, de l’appréhension de les aborder avant de les prendre en photos… Je ne me permettrais jamais de faire ce qu’a fait T. Leuthard sur la vidéo. Par contre, ta vision des choses m’aide beaucoup a appréhender ce style avec moins de réticences.

  5. L’année dernière, je me rendais au travail en vélo et devais parcourir les vieux quartiers piétonniers du centre ville. Superbes couleurs du matin, rues désertes : des conditions idéales pour la photo et un régal pour les yeux avant d’aller bosser.

    1. Bonjour Viivii,
      Tout dépend de l’ouverture maximale de ton 28-75 mais le principal avantage d’un 50mm c’est qu’il est très lumineux (f1.8 voire f1.4) et qu’il te permet donc de jouer avec la profondeur de champs en plus de la possibilité de prendre des photos avec peu de lumières (rue sombre) plus facilement.

      1. Bonjours LoX , j’ai un 28-75 qui ouvre a 2.8 constant.
        Mais j’ai aussi le 50mm 1.8 mais comme je voyais souvent des photos urbaines prisent avec focal fixe je me suis demandé si il y avait une raison particulière.

    2. a priori, tu as un 550D avec notamment un Tamron 28-75,
      la focale mini que tu peux utiliser est donc 45mm (équiv. en 24×36) ce qui correspond exactement à la focale normale.

      Je pense que sur des sujets type « urbex » il vaut mieux privilégier ce zoom au lieu de ton 50mm, pour ne pas te retrouver avec un cadrage trop serré sur certains sites.

      Et tu trouvera plus ou moins rapidement qu’il te manque un grand-angle : le Samyang 14mm f/2.8 IF ED UMC Aspherical est excellent pour ton boitier et pas trop cher.

  6. Message inspirant, en effet! L’image ci-dessus a été prise très créative. Je me suis assis pendant un certain temps (comme un enfant) et j’ai vu qu’il ya des superbes arènes de croissance d’avance sur moi. Merci pour l’excellent rappel!

Voir plus de commentaires