[Vidéo] La profondeur de champ

Vous avez toujours rêvé de faire un flou d’arrière-plan ou de premier plan et vous ne savez pas comment faire ? Je vous explique ça en 5 minutes et 42 blagues 😉


 
Vous avez aimé cette vidéo ?

Téléchargez-la pour la regarder chez vous :
Cliquez ici pour télécharger la vidéo
 
 

Cliquez ici pour afficher/masquer la transcription complète
Hellooooowwww, ici Laurent Breillat du blog Apprendre la Photo ! Aujourd’hui, je vais vous parler d’une notion connue, mais souvent mal comprise : la profondeur de champ. Bien la maîtriser va vous permettre d’obtenir de jolis flous d’arrière-plan ou au contraire d’avoir une photo nette sur toute la profondeur.

Allez, prenez un thé et un carré de chocolat, et on va voir ça ensemble, et pas à pas !

Est-ce que vous vous êtes déjà demandé comment avoir une photo avec un beau flou d’arrière-plan ? Même si vous n’aimez pas l’effet, la profondeur de champ est une notion indispensable à maîtriser pour avoir la main sur vos images et éviter les mauvaises surprises.

Alors qu’est-ce que la profondeur de champ ? Eh bien, c’est simplement la zone de netteté, c’est-à-dire la partie de l’image dans laquelle les objets sont nets. On peut aussi dire que c’est la distance entre le premier plan net et le dernier plan net dans l’image. Le mot distance est important : la profondeur de champ s’exprime en centimètres ou en mètres.
Quand on dit qu’il y a une faible profondeur de champ, ça veut donc dire que la zone de netteté est réduite, et donc qu’il y a beaucoup de flou d’arrière-plan. Une grande profondeur de champ signifie que la zone de netteté est importante, et donc qu’il y a peu ou pas de flou d’arrière-plan.

Une chose qu’il est important de comprendre avant de commencer, c’est que la profondeur de champ se répartit AUTOUR de l’endroit où on fait la mise au point. Si je fais la mise au point sur mon nez, la zone nette commencera un peu devant, et finira un peu derrière.

Si vous n’êtes pas au point là-dessus, vous pouvez regarder l’épisode précédent en cliquant ici.

1 – L’influence de la taille du capteur

Je ferai sans doute une vidéo plus complète sur le sujet, mais sachez que la taille du capteur influence la profondeur de champ. Pour simplifier à l’extrême, si vous avez un appareil avec un capteur de plus petite taille, vous aurez plus de mal à voir les effets d’une faible profondeur de champ.

Attention, quand je parle de taille, je ne parle pas du nombre de mégapixels, qui n’a aucune influence, mais bien de la taille physique du capteur. Par exemple, celui-ci est plus petit que celui-là. Comme quoi, en photo, la taille compte.

2 – Les 3 facteurs qui l’influencent

Sur votre appareil, la profondeur de champ est influencée par 3 facteurs indépendants.

A/ L’ouverture du diaphragme : allez, vous vous souvenez quoi, on en a déjà parlé avant ! Bon, allez, si vous avez oublié, cliquez là. Si vous utilisez une grande ouverture, c’est-à-dire un petit chiffre, vous aurez une profondeur de champ plus réduite qu’avec une faible ouverture.
C’est simple à retenir : petit chiffre = petite zone de netteté / grand chiffre = grande zone de netteté.

B/ La longueur focale
C’est ce que vous appelez peut-être « le zoom », c’est-à-dire le nombre de millimètres inscrit sur l’objectif. Pour résumer, une courte focale est ce qu’on appelle un grand-angle : vous voyez une grande partie de la scène devant vous, mais tout est petit. Une longue focale est un téléobjectif : vous voyez une petite partie de la scène devant vous, mais tout est grossi.

En ce qui concerne la profondeur de champ, c’est simple : plus vous zoomez, plus elle sera faible, plus vous aurez du flou d’arrière-plan. Si vous dézoomez, c’est l’inverse.

Tout ceci en admettant que vous ne changiez aucun autre paramètre bien sûr. Si maintenant, comme moi vous habitez Lille et que vous aimez bien les boissons de type eeeuuuuh… alcoolisé, oubliez tout ce que je viens de dire 😀

C/ La distance de mise au point
On a parlé de la mise au point dans l’épisode précédent, donc on va faire court : plus vous faites la mise au point proche de l’appareil, plus la profondeur de champ sera réduite, et inversement. Je vous avais prévenu, c’est très court !

3 – Dans la pratique

Alors c’est bien joli tout ça, mais dans la pratique on fait comment ? Et bien le souci de la longueur focale et de la distance de mise au point, c’est qu’ils vont aussi modifier votre composition. Donc la plupart du temps, vous allez utiliser le réglage de l’ouverture.
C’est très simple : utilisez le mode priorité à l’ouverture (A ou Av), sélectionnez un petit chiffre pour une faible profondeur de champ, et un grand chiffre pour une grande profondeur de champ.

Cela dit, il est utile de connaître l’influence des autres paramètres : si vous êtes au grand-angle et loin de votre sujet, vous allez avoir du mal à obtenir une faible profondeur de champ.
Exemple : moi en train de tourner cette vidéo sur ce fauteuil maintenant.
Autre exemple : à 24mm sur Full Frame, même à f/2.8, vous aurez toute l’image nette s’il n’y a aucun élément à moins de 7 m de vous. Donc si vous photographiez une falaise au loin et qu’il n’y a aucun élément proche de vous, vous ne pourrez pas avoir un effet de faible profondeur de champ.

Voilà, vous connaissez maintenant tout sur la profondeur de champ, et vous êtes capable de faire un flou d’arrière-plan facilement.
Si vous avez aimé cette vidéo, cliquez sur le pouce vers le haut pour être sympa avec moi, partagez-la avec vos amis pour être sympa avec eux. N’oubliez pas de télécharger mon guide offert « Faites-vous plaisir en photographiant ! » si vous souhaitez aller plus loin, en cliquant sur le visuel, le cadre, la fiche ou  le lien dans la description.

Je vous dis à plus dans la prochaine vidéo, et d’ici là à bientôt, et bonnes photos !

Et n'oubliez pas de partager l'article ! 🙂


Cet article vous a plu ?
Allez encore plus loin en téléchargeant mon guide "Faites-vous plaisir en photographiant", qui élimine les 5 problèmes les plus courants des débutants : Cliquez ici pour le télécharger tout de suite !

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (10 votes, moyenne : 4,80/5)

Loading...

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

10 commentaires

  • Article très utile et efficace ! Cela m a permis d y voir plus clair, merci beaucoup

    18 septembre 2016
  • Merci pour toutes ces infos.

    20 septembre 2016
  • pour mes portraits j ‘ai choisi un 2.8 et si je veux faire un plan serré pour une autre scène je me déplace.Ce type d’objectif oblige le photographe à toujours se déplacer.C’est drôle.ça change des grandes lances !

  • J’en profite pour une question tiens !

    Je me force le plus souvent possible à passer à « A » au lieu de l’automatique sans flash, quand je ne mets pas le « M ». Seul souci, j’ai l’impression qu’à ouverture max il me fait une photo systématiquement plus sombre qu’en auto…

    Il y a un principe qui m’échappe ou c’est une question de paramétrage interne variable selon les appareil ?

    Sinon, j’ai vraiment l’impression de bien mieux choisir ce que je photographie (et d’être encore plus frustré quand je n’arrive pas au résultat escompté du coup) depuis que je me suis vraiment intéressé à la profondeur de champs. C’est vraiment un savant dosage !

    9 novembre 2016
    • Bonjour Mealin,
      C’est étonnant en effet, il n’y a pas de raison…
      Après, je ne connais pas tous les appareils et Laurent non plus, donc je ne peux pas vous aider plus 🙂

      • *revient en traînant sa honte…*

        Après une virée photo où je me suis penché sur mes paramètres, il s’avère que j’avais accidentellement baisser la balance des blancs spécifiquement dans ce mode avec une combinaison de bouton/molette dont j’ignorai l’existence.

        Bref, je repasse pour lever le voile et surtout que mon commentaire plus haut ne freine personne à tenter de jouer avec l’ouverture 😉

        21 novembre 2016
        • Bonjour Mealin,
          Il n’y a aucune honte à faire des erreurs quand on débute!
          Sauf si on est un cyborg ^^
          Faire des erreurs est le meilleur moyen de mémoriser une bonne fois pour toutes et de ne plus les refaire!
          Et honnêtement, il vaut mieux faire ses erreurs au début 🙂
          Cela dit je pense que tu parles de la correction d’exposition (bouton +/-) et non de la balance des blancs 😉

  • En ce qui concerne le diaphragme Moi j ai l habitude de résumer en disant petit f-flou.et à force ce « petit f-flou » est devenu « petit filou ».voilà c’est mon mnémonique à moi

    26 juillet 2017
  • Salut,

    Super travail 🙂 Un blogue que j’ai découvert depuis peu et qui est vraiment aidant pour s’y retrouver au début.

    Je me demande si une faible focale sur un téléobjectif est équivalente à celle d’un objectif à focal fixe (mise à part la diaphragme qui est plus élevée mais moins nécessaire) pour des prises de paysage fixe.

    J’ai actuellement un AF-S DX 18-140 mm f/3.5. Je me questionne sur l’opportunité d’acquérir un AF-S 20 mm f/1.8. Mon boîtier est au format DX.

    En fait, l’on peut augmenter le temps de pose pour un paysage. Je comprends donc que le grand angle AF-S 20 mm serait plus pour prendre des places avec des personnes ou des animaux mobiles ?

    Merci

    27 novembre 2017
    • Bonjour Vincent,
      Ravie que le blog te plaise! 🙂

      Si tu es sur trépied pour prendre un paysage qui ne bouge pas, en effet, pas besoin d’une grande ouverture pour faire rentrer la lumière, puisque tu peux compenser par une pose longue.
      Donc ton objectif zoom qui ouvre à f/3.5 sera amplement suffisant 🙂
      Une ouverture plus grande (f/1.8) pour la focale fixe que tu cites, par exemple, te permettra en effet de faire rentrer plus de lumière pour un temps de pose moins long, et donc de prendre des sujets en mouvement dans des conditions de moindre luminosité.
      NB : attention à ne pas confondre focale et ouverture 😉