Le développement d’une image de A à Z

Les vidéos précédentes utilisant RawTherapee se concentraient sur les outils. Voyons maintenant comment les mettre en pratique concrètement !

RawTherapee post traitement développement photo

J’ai donc choisi d’enregistrer le développement numérique d’un cliché (de paysage en l’occurrence) pour vous montrer ma façon de procéder et d’utiliser les différents outils. Dans cette vidéo, nous verrons donc toutes les étapes de la création de l’image, de l’objectif que j’avais en prenant ce cliché au développement numérique, en passant par les choix techniques et l’explication de la composition choisie. Nous allons donc voir comment développer une image avec RawTherapee.

(Si vous voyez mal, pensez à mettre la vidéo en plein écran et à cliquer sur « HD »)

J’ai volontairement choisi une image à laquelle je n’ai pas fait subir de modifications spectaculaires, pour vous montrer que le RAW n’est pas utile que dans des situations difficiles, mais qu’il permet surtout un contrôle total de ses images et d’avoir une réflexion poussée sur la lumière, la composition, et tout simplement le résultat final que l’on souhaite obtenir.

Postez un commentaire si vous avez des questions ou si vous aviez procédé différemment au développement, et pensez à vous abonner à la newsletter pour recevoir les prochaines vidéos et articles 😉

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 5,00 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

45 commentaires
  1. Merci pour la vidéo et tous ces nombreux conseils. J’aimerai beaucoup que tu mettes à notre disposition une photo de départ que l’on pourrai nous même développer et que par la suite tu nous donnes ta version des choses pour voir si je suis à des années lumières ou pas ! Merci ! A bientôt.

  2. bonjour,
    j’essaie d’ouvrir un fichier RAW (nikon D80) dans photoshop ….;il ne veut pas venir !!!
    pourquoi …. que n’ai-je pas fait .. ou mal fait ?
    cordialement
    jean

  3. Je suis avec attention toutes tes vidéos qui me font beaucoup progresser.
    Quelle version de RawTherapee utilises-tu ? Je ne trouve pas tous les outils sur la mienne (4.2.74), particulièrement le « rehaussement » de couleur ? de ton ? je ne me rappelle plus
    Merci pour le temps passé à toutes ces vidéos.
    J.

  4. Ah ça me fait plaisir de voir que tu es toujours actif sur le blog.
    (désolé pour la pique;)
    J’aime tes articles et vidéos en général, et moi qui suis passé récemment au numérique (mais je continue le noir & blanc argentique ) j’ai beaucoup progressé garce à toi.
    Je me sentais un peu seul, sous Linux (Mageia) avec Gimp, Digikam et Rawtherapee…
    Maintenant, ça va!

  5. La vidéo est très intéressante, dommage que la version date un peu (on est est à la 4.0.11.0) et il y a beaucoup de choses de changées au niveau de l’interface ainsi que des paramètres plus détaillés dans les onglets.
    Dommage aussi que le blog ne « vive plus » il a l’air en standby…
    Laurent serait-il passé à autre chose ?

    1. Bonjour !
      Effectivement, une vidéo sur un logiciel ne peut pas être indéfiniment à jour.

      A un article par semaine depuis début janvier, je connais pas mal de blogs qui aimeraient être en stand by comme ça ! 😉

  6. J’ai beaucoup apprécié votre vidéo et j’allais commencer à développer mes photos quand je m’aperçois qu’elles se chargent avec un masque rosé qui les recouvrent complêtement.
    Et cela que je les charge avec shotwell, avec digikam ou en les copiant/collant à partir de la carte de mon appareil.
    Quel peut être le problème ?
    Merci de votre réponse.
    Danièle Godard-Livet

  7. Bonsoir à tous,

    j’écris ce commentaire car j’ai besoin d’aider. J’utilisais raw therapee pour le développement des me raw. Mais en le comparant avec un autre logiciel, je me suis aperçu que toutes mes photos étaient mates, manquaient complètement d’éclat (ce n’est pas a cause de la mauvaise qualité de la photo promis) et tout ça sur raw therapee. Je ne sais comment modifier cela mas ca m’ennuie grandement car j’aime beaucoup ce logiciel.

    Quelqu’un peut-il m’aider?

    Je vous en suis reconnaissant. MErci beaucoup.

  8. Bonjour, même si ça parait évident à la lecture des différents messages j’ai besoin d’une confirmation.

    J’ai l’intention de me mettre au traitement photo (gratuit)
    il me faut donc RAWTHERAPEE ET GIMB ?

    ou alors j’ai loupé un épisode ?

  9. Salut,

    Très intéressant et très pédagogique.
    Je trouverais intéressant de mettre sur la page web, la photo avant et après le traitement. Histoire de montrer que l’idée n’est pas de modifier la photo mais plutôt de préparer le tirage de ce que tu appels « l’intention de la photo ».
    Car je t’avouerais que j’ai encore du mal à accepter l’idée de modifier la photo à travers l’informatique. Trop facile! Mais je suppose que cette idée repose sur des apprioris. En y réfléchissant je commence à me dire que, quelque soit le logiciel utilisé, on ne pourra pas rendre belle une photo qui n’est pas terrible au départ; on la rendra moins moche.
    De plus, il est peut être d’autant moins facile pour moi d’accepter ce post-traitement que je sais pas encore faire une bonne photo avec les bons réglages.

    Voilà! J’ai beaucoup apprécié la vidéo.

    A+

  10. Laurent,
    Une petite remarque d’enseignant concernant les tutos vidéos : ces excellents pas à pas gagneraient encore en impact en travaillant deux points .
    1-parler moins (et moins vite), en évacuant les longueurs.
    2-ralentir la souris, pas toujours facile à suivre.
    Ce faisant, tu réduirais ton temps de vidéos tout en renforçant ton message.
    Merci pour ton travail, véritable booster de ma pratique numérique naissante.

  11. c’est tout à fait géniale, cette idée de « Ensemble pas à pas », cela me donne déja une idée sur mon ou mes futures blogs, et ce grâce à vous et surtout à olivier Roland.

  12. Bonjour,

    tout d’abord merci pour la mine d’information qu’est ce site ! Concernant les logiciels pour traiter des raws, je n’ai pas vu ici (sur ce site) aborder des logiciels de tonemapping, tels que, dans le domaine des logiciels gratuits – et ici libre -, luminance HDR (disponible au moins pour linux, http://qtpfsgui.sourceforge.net/ , connu avant sous le nom de qtpfsgui). La philosophie n’est pas du tout la meme que celle de RawTherapee, n’offrant pas un controle détaillé de plein d’aspects différents, où le fichier raw est vu comme une version boostée d’une image standard.

    Plutôt, le fichier raw est considéré comme un fichier de mesures physiques (grosso modo), et on obtient des images affichables à partir de ces fichiers raw en appliquant divers modèles prenant (ou non) en compte directement la perception humaine (des exemples – par forcément très jolis cela dit… – avec les différents modèles : http://osp.wikidot.com/parameters-for-photographers ). Ca permet notamment d’obtenir ce que beaucoup appellent des images HDR (meme si c’est fondamentalement incorrect comme appellation, les raws étant eux des images HDR) à partir d’un seul fichier raw. Pour cet usage, tant que la vitesse d’obturation est assez faible (sans etre trop faible non plus) pour avoir des mesures précises pour chaque pixel – 1/60 ca devrait aller -, la qualité devrait être comparable à ce qu’on peut obtenir avec 3 ou 5 images normales combinées, sans avoir le soucis du mouvement entre les photos. Par contre forcément à l’affichage sur l’appareil, il se peut que ce soit complètement cramé partout, mais ici le but est d’avoir des mesures précises pour chaque pixel, après comment on les interprète pour obtenir une image affichable c’est le logiciel qui s’en charge, en regardant les valeurs relatives entre chaque pixel plutôt que des valeurs absolues.

    En tout cas encore merci pour tout ces articles, très interessants et agréables à lire !

Voir plus de commentaires