Vous pensiez que pour augmenter le contraste d’une photo un peu fade il fallait simplement jouer sur le curseur du contraste ? Détrompez-vous ! Cette vidéo vous apprendra à vous servir des niveaux en photo, un outil bien plus subtil pour jouer sur le contraste d’une image.

Avant que vous regardiez avidement cette vidéo, je vous invite à lire l’article sur l’histogramme si ce n’est déjà fait, car il est indispensable à la compréhension de ce tutoriel.

(Si vous voyez mal, pensez à mettre la vidéo en plein écran et à cliquer sur “HD”)

A la fois simple et efficace n’est-ce pas ? Et encore, vous n’avez rien vu ! J’ai également fait une vidéo sur les courbes, outil encore plus efficace que vous pouvez utiliser aussi sur des images RAW sans aucune perte de qualité. Pour ceux qui veulent aller plus loin, il y a également une vidéo sur le contraste avancé dans RawTherapee. Si vous ne voulez pas rater les prochaines vidéos, pensez à vous abonner à la newsletter (à droite) 😉

Laurent Breillat
J'ai créé Apprendre.Photo en 2010 pour aider les débutants en photo, en créant ce que je n'avais pas trouvé : des articles, vidéos et formations pédagogiques, qui se concentrent sur l'essentiel, battent en brêche les idées reçues, tout ça avec humour et personnalité. Depuis, j'ai formé plus de 14 000 photographes avec mes formations disponibles sur Formations.Photo.
Télécharger l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 notes, moyenne : 4,88 sur 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

26 commentaires
  1. Bonjour,
    Peut on faire la même chose avec le logiciel ” Adobe photoshop lightroom ” ?
    Si oui, connaissez vous un site présentant l’utilisation de ce logiciel ? car je suis un peu perdue…
    Merci d’avance.
    Cordialement

  2. Bonsoir Laurent,

    Qu’est-ce qu’on apprend ici !!! pas assez de 24 heures par jour…
    Je viens de télécharger GIMP, et faire qq. essais; je glisse une photo JPEG de mes “images” sur Gimp, bidouille un changement et ensuite, il faut que j’enregistre la nouvelle image, et là, le logiciel me la remet parmi mes “images” mais cachée derrière le “petit renard” du logiciel, je ne la vois plus, j’ai juste la référence 100_0002 par exemple. Donc je me pose la question de savoir comment revoir cette photo corrigée sans devoir réouvrir GIMP…
    J’espère être clair, car pour moi, c’est assez sombre…
    Merci, et à bientôt.
    Bonne nuit.
    Olivier

    1. Bonsoir Olivier

      Je ne sais pas si vous consulterez les commentaires 1 mois après, mais dans le doute, et éventuellement pour d’autres utilisateurs de Gimp, je vais vous répondre.

      Si j’ai bien compris, vous ouvrez une image jpeg avec gimp, faites une modification, puis enregistrez l’image. Ensuite, quand vous allez dans le dossier dans lequel est stocké l’image, vous n’avez qu’un icone de gimp, et vous devez ouvrir gimp pour consultez l’image.

      Le “problème” vient du fait que vous n’avez pas exporté votre image. Quand vous l’enregistrez sous gimp, gimp applique son format de fichier (“.xcf”). Cela permet de garder les réglages (ex les différents calques créés), et de continuer à travailler l’image.

      Quand vous estimez votre travail terminé,vous devez “exporter” votre image (Fichier >> exporter vers). Vous aurez alors la possibilité de choisir votre format d’enregistrement, et par conséquent, l’enregistrer en jpeg. Cela vous permettra de consulter la photo sans réouvrir gimp.

      En espérant vous avoir aidé.

  3. salut et merci pour tes explications . J’ai personnellement Capture nx2 . Mais je prends pleins d’infos partout.Je possede un D800 un D700 et un D4 . A bientot et encore bravo.

  4. et ensuite je vais aller dormir…

    via les calques on peut faire un hdr facilement… le hdr c’est quoi ?

    on prends une photo sous exposée à -2 ev donc en fait le centre de l’image contient les parties claires de l’image… celle à -1 ev a au centre les parties un peu moins claires et la sur exposition les parties sombres de l’image initiale.

    donc on prends les 4 calques “fichier, ouvrir selon des calques”

    ensuite les niveaux de sortie de la partie centrale sous exposée, on les envoies vers les niveaux de sorties les plus clairs. le calque au dessus on envoie la partie centrale vers les niveaux de sorties 1/2 3/4 de l’image finale, et ainsi de suite vers les ombres..
    si gimp avait une profondeur de bits de 32 bits et bien on se fait nos images hdr. Mais gimp ne sort pas encore en 32 bits… faut attendre la version 2.10 pour sortir en 32 bits et là on fera du hdr de bonne tenue…

  5. bonsoir

    je fais une remarque que l’on m’a faite en formation photoshop.

    les niveaux ca sert surtout pour imprimer à la fin des retouches. On fait vos corrections comme indiqué ici… et ensuite on passe dans photoshop pour imprimer. en fait on fait du flashage, disons que l’on envoie sur une imprimante qui a des defauts.
    logiquement on pense que dans un monde parfait, l’imprimante recoit des couleurs qui vont de 0 à 255 si on est en 8 bits. donc 0 c’est noir… 255 c’est blanc et bien sur 1 c’est un gris 1/255 fois plus clair… en fait le probleme est que l’imprimante n’est pas si précise que ca…

    donc le 1 honnetement ca fait aussi du noir… donc on commence à voir quelque chose d’un peu visible à partir de 10. donc le noir pour l’imprimante c’est 8 le noir et ensuite à 10 on a une différence…

    alors on va régler les niveaux de sorties sur photoshop et alors mettre le niveau de sortie à 8 pour les noirs… ici sur gimp on a les niveaux de sortie et on rentre 10 pour le niveau du noir. et on fait ca pour les 4 composantes…

    et c’est pareil pour le blanc… sauf que l’on perds encore plus… l’oeil reconnait mieux les différences dans le noir que dans la lumiere. Donc on va mettre en niveau de sortie 240 pour avoir des blancs… alors l’image de sortie va permettre d’imprimer l’identique de l’image.

    mais cela provoque un gros probleme. Surement qu’en roulant de nuit vous avez remarque qu’en croisant une voiture une etoile sur le pare brise… genéralement ca ebloui et c’est désagréable. C’est du à des particules de matieres disposées régulierement sur la vitre et ca fait des interférences.

    le rapport avec les niveaux alors ?

    et bien on a mis le noir à 8 et le blanc à 240 pour éviter les aplat sur l’impression. Donc le probleme c’est que l’on recalcule une plage de 0 à 255 vers une autre de 8 vers 240.

    donc un pixel devient plus un entier… 0 on envoie 0 et 1 on envoie 1 mais en fait on devrait dire que 256 niveaux vont vers 240-8 donc un “niveau imprimé” fait en fait 232 / 256 niveaux sur l’ordinateur.

    alors ca se voit ce probleme sur la courbe qui devient en peigne au niveau de photoshop et de gimp. et sur l’imprimante en sortie bien sur que l’on traduit en entier. mais alors, l’imprimante imprime sur des matrices avec bien sur 256 points de couleurs pour un pixel et une couleur (le rouge par exemple). Donc la matrice va commencer à 15 points pour faire le blanc et 245 points pour le noir (ou saturation de la couleur de 100%)

    et alors à certains endroits on aura des motifs 1 0 1 0 1 0 et au niveau de la matiere c’est quoi si on eclaire par de la lumiere ? et bien la meme choses que l’huile sur la vitre. et donc des interférences.

    donc faut surtout éviter que l’on ait des séries de 1 0 1 0 1 0 et donc on a le gamma qui au lieu d’etre à 1 comme ca devrait, on va le mettre de facon à compenser de facon à jamais avoir les fameuses séries qui interferent.

    donc on va corriger via le gamma de facon à ce qu’un gris 50% le soit pas vraiment et donc que l’on ait pas 1 0 1 0 1 0 mais pour revenir au meme à 1 0 1 1 0 0 et donc on mets un gamma qui est lié à l’imprimante.

    alors les imprimeurs font du calque de réglage sur les tons de gris de facon à prevoir que l’on va les avoir les 1 0 1 0 et ensuite traduire en un gris diférrent connaissant le fonctionnement de la flasheuse (au lieu d’imprimante)

  6. je trouve ton blog très bien fait et utile concrètement ..plus que les cours auxquels je suis inscrite
    bien à toi
    estelle

  7. Bonjour Laurent
    Pouvez vous me dire pourquoi vous utilisez Gimp avec des images en jpeg alors que vous nous conseillez de travailler les raw ; les vidéo sur les niveaux et les courbes sont très intéressantes mais comment les appliquer dans rawtherapie ?
    Merci pour vos lumières
    Françoise

  8. Bjr
    Je suis abonné a votre newletter et votre tweeter. Depuis mon iPhone il n’est pas possible de voir vos vidéos ( merci le conflit Apple/flash), quel dommage.

  9. Merci Laurent, cette vidéo m’a permise de voir que je n’étais pas dans l’erreur.

    Je m’excerce maintenant au macro mais vos conseils sont tout aussi précieux. Car, je faisais malgré tout quelques erreurs que j’ai pu corriger sur d’autres articles que vous avez présentés.

    Merci de votre aide, c’est sympa de nous faire pofiter votre savoir. Je sais le travail que vous ont donné ce petit livre et vidéos.

    Encore merci

  10. Bonjour,
    Merci pour cette vidéo et ces explications.
    Je me lance dans les tutos vidéos pour expliquer comment améliorer ses photos et les tiens sont vraiment bien fait.
    J’ai encore pas mal de chemin à faire 😉
    Dominique

  11. Merci pour cette vidéo et surtout, c’est l’occasion pour moi de voir que le développement photo est riche en subtilités surtout avec des histogrammes qui, au départ, rebutent plus qu’autre chose.

  12. Bonjour,
    Merci pour tout ces tutoriels sur le raw, je viens de m’y mettre et je bosse, car c’est quand même pas mal, il faut effectivement démystifier, mais y a quand même un peu de taff et c’est pas immédiat.
    J’ai commencer à bidouiller un peu, sur des exemples , que j’ai fait exprès mauvais ou bof, et effectivement on peut pas mal jouer ..
    Lorsque qu’on fait des photos, on aime bien avoir un beau ciel bleu, mais c’est pas toujours le cas, y a t-il un moyen avec raw de récupérer quelque chose de pas mal, à partir d’un ciel nuageux, laiteux, voire sombre ?
    Merci de vos précieux conseils…

  13. Génial !!!!

    J’ai enfin pris le temps de regarder cette vidéo qui me permet d’avoir les bases car je pars de 0 en connaissances photo et pas mieux niveau retouche …

    Merci

    1. Si je puis me permettre, en espérant Ben que tu suives les réponses de ce fil… car 2 mois sont déjà passés ^^ :

      Je ne parlerais pas ici de retouche photo, mais plutôt de développement. (bien que Laurent travaille dans cet exemple sur du Jpeg)

      Pour moi, la retouche photo, c’est par exemple lorsque il y a un poteau télégraphique sur ta superbe image de paysage, et que tu l’enlèves artificiellement à l’aide d’outils tel que le clonage et autre. (en gros tu triches)

      Dans le cas d’ajustement de contraste, de luminosité, de gestion des couleurs, je pense que cela s’apparente plus à un développement d’une photo.
      En effet, à l’époque de nos arrières grands parents (comment ça, c’est pas aussi vieux ??) lorsqu’ils prenaient une photo, celle-ci était développée à l’aide de différents produits chimiques et d’exposition à de la lumière.
      Suivant le temps de trempage et d’exposition, le résultât obtenu lors du passage du négatif au papier était complément différent. Ils pouvaient même exposer plus longtemps certaines parties de l’image pour leur donner un rendu particulier.
      L’utilisation d’un papier de développement plutôt qu’un autre donnait encore des résultats différents !

      Bref, je joue un peu sur les mots, mais j’entends souvent cette phrase : “oui mais ta photo est belle parce qu’elle est retouchée”
      Bah non !! Elle est belle, parce que j’ai pris le temps de la développer, comme un certain Robert Danoiseau le faisait pour ces superbes clichés (oui oui je sais… j’ose la comparaison, j’ai même pas peur pour mes chevilles ^^)

      Sinon, pour rester dans le sujet, bravo pour cette vidéo, qui comme le reste de ce site, est simple et compréhensible de tous.