Aujourd’hui, je vais casser un mythe, vite fait bien fait. đŸ˜‰


Cliquez ici pour afficher/masquer la transcription complĂšte
Bonjour Ă  tous et bienvenue sur Apprendre la Photo !

Aujourd’hui je vous fais une petite vidĂ©o suite Ă  quelque chose que j’ai vu passer plusieurs fois sur le groupe Facebook Apprendre la Photo, du coup je me dis que si je l’ai vu passer plusieurs fois, c’est sans doute une croyance courante, et il faut casser le mythe.

En passant, si vous n’ĂȘtes pas encore dans le groupe Facebook Apprendre la Photo, vous devriez : on est dĂ©jĂ  plus de 3 000, l’ambiance est cool, les membres critiquent leurs photos entre eux, bref c’est un bel espace de discussion, car ma prioritĂ© est d’en conserver la bienveillance.

Je vous mets le lien dans la description juste en dessous si vous voulez demander l’adhĂ©sion au groupe. Et n’oubliez pas de rĂ©pondre aux questions en demandant Ă  vous inscrire au groupe, sinon vous ne serez pas acceptĂ©. 😃

Cet apartĂ© Ă©tant terminĂ©, parlons de ce mythe : « pour une photo sur internet, il faut exporter en 72 dpi ».

ALORS.

Non.

Tout d’abord, je tiens Ă  prĂ©ciser que cette vidĂ©o est largement basĂ©e sur l’excellent article d’Arnaud Frich qui explique pourquoi, juste, non.

Faire la distinction entre


Pour commencer, il faut bien distinguer des choses qui sont bien différentes et qui sont pourtant en permanence confondues.

Alors, c’est normal parce que c’est quand mĂȘme des concepts un petit peu techniques et en plus ce n’est pas toujours trĂšs grave, parce que franchement vous n’allez pas prendre des mauvaises photos Ă  cause de ça hein, calmons-nous, mais disons que ça peut vous faire faire des erreurs Ă  l’export, pas toujours graves, mais quand mĂȘme, et surtout ça peut vous faire perdre du temps Ă  vous prendre la tĂȘte pour rien. C’est plus ça, en fait.

Donc d’abord, vous avez la DÉFINITION d’une image. La dĂ©finition, c’est sa taille en pixels. Donc par exemple 6 000 x 4 000 pixels.

Ensuite, vous avez la RÉSOLUTION d’une photo. Elle s’exprime en DPI, c’est-Ă -dire en « dot per inches », en points par pouce (1 pouce = 2,54 cm parce que les AmĂ©ricains continuent de ne pas utiliser le systĂšme mĂ©trique).

Donc quand on dit points par pouce, dpi, ça veut dire le nombre de points imprimĂ©s sur une surface donnĂ©e de papier. En pouce, mais on peut trĂšs bien en cm si on veut. Je prends un exemple complĂštement fictif, mais simple Ă  comprendre :

Si vous imprimez une image de 6 000 pixels de large sur du papier en utilisant une rĂ©solution de 300 dpi, elle va ĂȘtre imprimĂ©e sur une largeur de 6 000/300 = 20 pouces, soit 50,8cm.
L’image sur le papier va faire 50,8 cm de large.

Pour les Ă©crans

Bon, ça, c’est sur du papier. Mais sur un Ă©cran, que se passe-t-il ?

Eh bien, par exemple si je prends le cas de mon Ă©cran d’ordinateur de bureau. Il fait environ 59 cm de large, et a une dĂ©finition de 5120 px de large.
Je vous passe les calculs, mais ça fait une rĂ©solution de
 220 dpi ! Oui oui, 220 ! Bon, OK, c’est un Ă©cran 5K donc c’est le haut de gamme, mais mĂȘme sur un Ă©cran normal qui fait juste du HD, on atteint aisĂ©ment les 90 Ă  100 dpi.

Bref, la lĂ©gende des 72 dpi date de l’époque oĂč les Ă©crans ressemblaient Ă  ça :

CELA DIT, ne paniquez pas, car mĂȘme si exporter vos images pour le web Ă  72dpi est une erreur basĂ©e sur un mythe, c’est une erreur qui n’a
 aucune consĂ©quence !

En effet, il y a une diffĂ©rence fondamentale entre une imprimante et un Ă©cran, c’est qu’une imprimante a la capacitĂ©, jusqu’à une certaine limite, d’imprimer plus ou moins de points sur une mĂȘme surface. Donc elle peut imprimer Ă  300 dpi par exemple, ou alors Ă  beaucoup moins (ce qui donnera une image qui apparaĂźtra moins nette de prĂšs).

Mais sur un Ă©cran, c’est diffĂ©rent : un pixel, c’est un pixel !

Donc si je reprends mon image de 6 000 px de large, et que je l’affiche en plein Ă©cran sur mon Ă©cran de 5 120 px de large en dĂ©finition, et bien il affichera
 5120 px ! Il ne peut pas physiquement inventer des pixels, il est limitĂ© par ce qu’il a.
C’est un Ă©cran qui fait 5 120 px de large, c’est tout.

Donc que vous ayez choisi 72 dpi, 300 dpi, ou 1 trouzillion de dpi en rĂ©solution de votre fichier, ça ne change rien du tout. Et ça ne changera mĂȘme pas le poids du fichier.

VoilĂ , ce n’est pas une erreur qui est franchement dramatique puisqu’elle n’a pas de consĂ©quence, mais simplement, rassurez-vous : ne vous prĂ©occupez pas de la rĂ©solution de sortie quand vous exportez pour le web. Mettez 72, 300, ce que vous voulez, en fait peu importe.

Juste, de toute façon, si vous allez exporter une photo avec sa pleine dĂ©finition, donc tous ses pixels, dans tous les cas elle va s’afficher pareil, partout. Et elle va s’afficher bien.

Par contre, si vous voulez rĂ©duire le poids, vous pouvez Ă©ventuellement rĂ©duire la dĂ©finition, c’est-Ă -dire la taille en pixels, si vous voulez que le fichier soit moins lourd.

Par exemple, pour un export sur Facebook, il est conseillé de réduire à 2048 px de large, aux derniÚres nouvelles.

Pour l’impression

Et pour l’impression ? Alors, le but de cette vidĂ©o n’est pas de faire un tuto complet sur comment on imprime correctement. Ça prendrait plus longtemps que ça, c’est juste de parler de ce mythe-lĂ . Mais, en gros, imprimez Ă  300 dpi, faites la mise en page depuis Lightroom qui vous donnera un aperçu du rĂ©sultat que vous devriez obtenir, trĂšs simplement, dans un utilitaire d’impression qui est vraiment simple Ă  utiliser, et ça suffira pour vos usages.

Moi, je ne m’embĂȘte pas Ă  faire autrement que ça, Lightroom fait trĂšs bien le boulot.

VoilĂ , j’ai aussi fait cette vidĂ©o pour pouvoir la poster en commentaire quand je reverrai le mythe tourner quelque part. Par contre, je ne l’ai pas faite pour que des physiciens de la photo viennent en commentaire. đŸ˜‰

Je vous encourage fortement à aller voir l’article d’Arnaud Frich dont je vous mets le lien juste en dessous, parce qu’il est plus complet, ce que j’ai fait là, c’est une simplification juste pour ne plus entendre ce mythe-là, ainsi que le reste de son site qui vous expliquera tout ce qu’il faut savoir sur ces sujets un peu techniques d’impression et compagnie.

C’est vraiment LA rĂ©fĂ©rence sur le sujet ! Je pense que mĂȘme en anglais oĂč, en gĂ©nĂ©ral, les connaissances sont plus fournies parce qu’il y a plus de personnes qui parlent anglais, eh bien, mĂȘme en anglais il n’y a rien de mieux que ça.

Donc on a la chance d’avoir en français une des meilleures connaissances du monde sur l’impression, donc, allez-y, si vous avez des questions, allez juste sur son site, vous aurez normalement toutes vos rĂ©ponses et c’est quand mĂȘme assez clair.

 

VoilĂ , pensez Ă  partager cette vidĂ©o quand vous verrez ce mythe quelque part tourner, et Ă  vous abonner et tĂ©lĂ©charger votre guide si ce n’est pas dĂ©jĂ  fait.

Je vous dis Ă  plus dans la prochaine vidĂ©o, et d’ici lĂ  Ă  bientĂŽt, et bonnes photos !

 

 

 

Laurent Breillat
J'ai crĂ©Ă© Apprendre.Photo en 2010 pour aider les dĂ©butants en photo, en crĂ©ant ce que je n'avais pas trouvĂ© : des articles, vidĂ©os et formations pĂ©dagogiques, qui se concentrent sur l'essentiel, battent en brĂȘche les idĂ©es reçues, tout ça avec humour et personnalitĂ©. Depuis, j'ai formĂ© plus de 14 000 photographes avec mes formations disponibles sur Formations.Photo, sorti deux livres aux Ă©ditions Eyrolles, et Ă©ditĂ© en français des masterclass avec les plus grands photographes du monde comme Steve McCurry.
Télécharger l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 notes, moyenne : 4,88 sur 5)
Loading...