Voici un conseil qu’on a tous reçu dans notre apprentissage de la photo : « fais attention à bien garder le soleil dans ton dos pour ne pas être en contre-jour ! ».

Et c’est globalement vrai : prise sans aucune précaution, votre photo en contre-jour peut ressembler à ça. En fait, c’est un de mes premiers essais, pour vous mettre tout à fait à l’aise 😀

photo en contre-jour ratée

Pour beaucoup de gens (et j’en faisais partie il n’y a pas si longtemps), éviter le contre-jour fait partie des règles divines de la photographie, comme le respect de la règle des tiers.

En réalité, c’est un peu plus nuancé (et moins simpliste) que ça. Vous ne serez certes pas foudroyé sur place par le dieu de la photo si vous photographiez en contre-jour, mais pour obtenir de bons résultats, vous avez besoin de maîtriser certains réglages techniques de l’appareil et d’avoir quelques notions sur la lumière.

Rien d’insurmontable dans tout ça, mais suffisamment technique pour ne pas réussir du premier coup. Alors allons-y donc étape par étape 🙂

Contre-jour : définition

Selon le Petit Robert, le contre-jour est « l’éclairage d’un objet qui vient du côté opposé à celui d’où l’on regarde ». Voici donc un petit schéma de vous en train de photographier un joli moineau à contre-jour :

photo en contre-jour principe

Dit autrement, c’est comme s’il existait un plan imaginaire qui contienne : le moineau, le soleil, et vous. Comme l’alignement des trois n’est pas toujours parfait, le plan peut être un peu tordu hein 🙂

photo en contre-jour oiseaux
Un éclairage en contre-jour (oui, ce ne sont pas des moineaux^^) – Licence CC BY-NC-ND 2.0 – Ib Aarmo

Mais tout de même, qui dit contre-jour, dit soleil plus ou moins en face de vous pour éclairer le sujet par l’arrière. Par exemple dans la photo ci-dessous, l’éclairage est latéral, et ce n’est donc plus du contre-jour 😉

photo en contre-jour latéral
Licence CC BY-NC-ND 2.0 – lergik

Pour créer un contre-jour, je vous ai parlé du soleil jusqu’à présent car c’est le plus courant, mais ça marche aussi avec toute lumière artificielle (projecteur, flash).

Cette source de lumière, artificielle ou naturelle, doit posséder certaines propriétés. Regardons cela ensemble sur ce petit aparté sur la lumière 🙂

Rappels sur la lumière

Promis, je ne vais pas vous faire un cours magistral d’une heure sur la lumière. En prérequis, vous pouvez relire l’article sur la lumière qui vous présente en détail ses quatre caractéristiques.

Parmi elles, deux vont nous intéresser plus particulièrement pour comprendre l’intérêt de la photo en contre-jour : la direction et la qualité de la lumière.

La direction : c’est le plus facile. La lumière doit venir « du côté opposé à celui d’où l’on regarde le sujet » comme on a vu plus haut.

La qualité de la lumière désigne en fait l’aspect des ombres sur le sujet que nous photographions. Et cet aspect dépend de la taille relative de la source lumineuse qui l’éclaire :

  • Si votre source lumineuse est petite par rapport au sujet, les ombres seront très marquées, c’est-à-dire très noires. On parle de lumière dure. C’est typiquement le cas du soleil d’été à midi, par grand beau. Vous pouvez bien sûr le voir sur le visage de la jeune fille, à gauche ci-dessous

    C’est important de bien comprendre la notion de « taille relative » : le soleil a beau être immense (son diamètre est quand même de plus d’un million de kilomètres), sa taille relative par rapport à nous est petite car il nous apparaît comme un petit disque dans le ciel.
  • Si votre source lumineuse est grande par rapport au sujet, les ombres sur le sujet seront plus douces et estompées. C’est exactement ce qu’il se produit par temps gris : les nuages devant le soleil agissent comme une immense boîte à lumière (softbox) qui diffuse la lumière sur l’ensemble du ciel. Vous remarquerez que ces ombres plus douces sont plus flatteuses pour mettre en valeur un visage, mais là encore, il n’y a pas de règle divine 🙂

    Vous pourriez faire la même chose par grand soleil, soit en utilisant un diffuseur qui augmente la taille relative de votre source lumineuse – comme sur la photo de droite ci-dessous – soit en vous approchant suffisamment de la surface du soleil pour que sa taille relative augmente (demandez à Thomas Pesquet ou SpaceX si c’est prévu^^)
photo en contre-jour qualité de lumière
Crédits Manfrotto pour les images originales.

Évidemment, vous avez des cas de figure intermédiaires, par exemple quand le ciel est juste voilé et le soleil partiellement caché, mais je pense que vous avez compris 🙂

Mais pourquoi donc je vous raconte tout ça ?

Eh bien parce que bien comprendre cette notion de qualité de lumière va vous aider à savoir QUAND photographier en contre-jour.

Pourquoi prendre des photos en contre-jour ?

Eh oui ! Car si vous prenez des photos en contre-jour, mieux vaut le faire en pleine conscience en sachant ce que ça apporte à vos images. Je vais vous montrer quelques exemples, pour que vous visualisiez bien l’effet du contre-jour. Attention cette liste n’est pas exhaustive et n’hésitez pas à me faire part de vos trouvailles en commentaires !

L’idée de cette partie est juste est que vous voyiez ce qu’apporte le contre-jour à une image. Je vous suggère donc de vous concentrer uniquement sur ce que fait la lumière dans les images qui vont suivre !

Juste après, nous verrons comment faire en pratique, avec l’aspect technique et tout !

Portraits en contre-jour

Comme je vous ai dit, quand la lumière est dure – typiquement en milieu de journée quand le soleil est au zénith – voilà ce qui risque de se produire si vous placez le soleil en face de votre sujet :

portrait lumière dure

Voyez les ombres dures et disgracieuses qui apparaissent à côté du nez et sous les arcades sourcilières et donnent un magnifique look de raton laveur 😉 C’est normal : le soleil est une source ponctuelle située au-dessus du sujet.

Ces zones contrastées sur le visage du sujet ne le mettent pas en valeur. En plus, il a quasiment les yeux fermés tellement il est ébloui par le soleil de face 🙂 Autant vous dire qu’il est difficile d’arranger ça au post-traitement (et de toute façon, aucun logiciel ne propose encore de curseur « ouvrir les yeux » :D)

A ce moment-là, vous avez plusieurs options :

  • Ranger l’appareil faire une petite sieste en attendant que le soleil soit plus bas dans le ciel. Certes, vous serez débarrassé des ombres disgracieuses, mais votre modèle risque d’être toujours ébloui par le soleil de face. Voyez ici, il n’a pas l’air bien à l’aise :
portrait lumière rasante
  • Continuer à exploiter ces heures de la journée où la lumière est trop dure en photographiant en CONTRE-JOUR, tadaam !

En vrai, il y a d’autres options que je passe volontairement sous silence, notamment vous placer à l’ombre. Je vous mets cet article sur la photographie en plein soleil pour ceux qui veulent creuser !

portrait en contre-jour

Voyez, ce portrait est légèrement plus flatteur. Et le modèle peut enfin ouvrir les yeux sans forcer. Je n’ai pas utilisé de réflecteur ici pour éclairer le visage, mais juste rehaussé l’exposition et les ombres en global en post-traitement.

Effet kiss-cool bonus : le contre-jour fait apparaitre de la lumière dans ses cheveux en créant un contour esthétique qui le détache de l’arrière-plan. Vous pouvez bien sûr utiliser cet effet pour d’autres sujet (animaux, fleurs, etc)

Mais le contre-jour ne sert pas que pour les portraits, loin de là, comme nous allons le voir !

Effet silhouette en contre-jour

Cette utilisation est assez classique et vous permet de tirer profil du contre-jour pour mettre en valeur des formes ou des silhouettes.

Dans ce cas, le soleil peut être masqué par les formes, comme c’est le cas dans l’image ci-dessous.

Remarquons que dans ce cas, ce n’est pas un problème si les ombres sont bouchées et ne comportent pas de détail, puisque le but est justement de faire ressortir les formes des silhouettes pour que notre œil les identifie immédiatement !  

Et puis vous n’êtes pas du tout obligé de plonger ces ombres dans le noir complet. C’est vous qui décidez en fonction de ce qui va renforcer votre intention photographique.

silhouettes en contre-jour

Donner plus de profondeur à l’image

Quand votre image comporte plusieurs plans, le contre-jour permet d’accentuer l’effet de profondeur dans la photo. Cela se comprend bien puisque le contre-jour augmente le contraste dans l’image (la différence entre les tons clairs et les tons sombres de votre image).

Cette photo de Sebastião Salgado en est un bon exemple. Les animaux ressortent mieux visuellement sur les différents plans, et cela rend la photo plus immersive, comme si nous faisions partie de la scène.

contre-jour Salgado
Sebastião Salgado, 2006

Le contre-jour pour mettre en valeur la lumière

C’est lié au point précédent : en photographiant en contre-jour dans la brume, vous pouvez littéralement montrer les rayons d’une source lumineuse. Cela fonctionne très bien en forêt avec les rayons du soleil qui filtrent à travers les arbres. Ça peut marcher aussi avec une machine à fumée en concert 🙂

contre-jour en forêt

Comment prendre une photo en contre-jour : méthode étape par étape

Mettez-vous en face du soleil, appuyez sur le déclencheur. Merci et à bientôt pour un nouvel article !

Non, quand même pas 😀

A ce point de l’article, vous avez compris l’intérêt de photographier en contre-jour, et vous êtes presque opérationnels ! Il ne me reste juste à vous partager quelques aspects techniques.

Placer le soleil et exposer votre sujet

C’est la première question à se poser.

Comme nous l’avons vu, une photo en contre-jour a un fort contraste, c’est-à-dire un fort écart entre les tons sombres et les tons clairs. Vous avez plusieurs actions possibles :

  • Si le soleil fait partie intégrante de votre composition, l’inclure dans le cadre. C’est souvent le cas en photo de paysage (par exemple la photo de forêt ci-dessus). Ainsi, vous augmentez encore l’écart entre les hautes lumières et les ombres. Vous verrez souvent deux bosses sur l’histogramme : une à gauche et une à droite.
contre-jour histogramme type
Histogramme de la photo en forêt ci-dessus : une bosse à gauche dans les ombres pour les sous-bois, et une bosse à droite dans les hautes lumières pour le soleil.

Pour vous en sortir, vous pouvez exposer à droite afin d’avoir plus de latitude au post-traitement. Notez qu’un léger écrêtage à droite n’est pas un drame, car la source lumineuse ne comporte pas de détail.

  • Si le soleil n’est pas vraiment le sujet de votre photo : l’inclure dans le cadre mais le masquer derrière le sujet ou derrière un élément de l’image (arbre, bâtiment). C’est une astuce classique en portrait par exemple – surtout en fin de journée quand le soleil est bas dans le ciel.

     En faisant ça, vous diminuez la dynamique de l’image. Ensuite, vous allez exposer pour le sujet (en utilisant le mode de mesure spot ou le mode de mesure matriciel/évaluatif avec une valeur positive de correction d’exposition). Attention, même si le soleil est masqué, il se peut que le ciel soit surexposé, comme sur la photo ci-dessous :
portrait contre-jour avec surexposition
Licence CC BY-NC-SA 2.0 – elvinj
  • Troisième solution, vous pouvez carrément exclure le soleil du cadre, le plaçant à environ 30 ou 45° derrière votre sujet, (mais pas plus, sous peine de voir une tâche de lumière toute blanche apparaître sur sa joue). Exposez ensuite pour le sujet comme juste avant 🙂

    Autre petite astuce, si vous ne voulez pas que l’arrière-plan soit surexposé, vous pouvez ajuster votre composition pour que l’arrière-plan soit d’une tonalité plus sombre que celle de votre sujet. C’est le cas de la photo du début avec une pente d’herbe à l’arrière-plan :
portrait en contre-jour
Une astuce pour ne pas surexposer votre arrière-plan

Pour limiter la différence d’exposition entre votre sujet et son environnement, vous pouvez aussi utiliser un réflecteur ou un flash pour éclairer le visage du sujet. Si vous voulez tester, commencez avec un réflecteur, c’est le plus simple à gérer !

Vous avez compris, tout l’art consiste à limiter la différence de luminosité entre les hautes lumières et les ombres pour éviter la surexposition, ou bien de l’assumer complètement en faisant un choix franc. Vous seul pouvez prendre cette décision 🙂

Utiliser votre pare soleil pour éviter le flare

Le flare est un phénomène optique qui se produit quand on a une source lumineuse dans le viseur. Parfois, il se produit même si le soleil est en dehors du cadre, dès lors que les rayons lumineux peuvent rentrer directement dans la lentille frontale de votre objectif.

Le flare se manifeste par des halots lumineux colorés et par un effet de voile qui diminue le contraste de l’image globale. J’en avais parlé en détail dans ce paragraphe de l’article sur les filtres photo, mais le plus simple c’est encore que vous regardiez la première photo de l’article, vous allez tout de suite comprendre ! Ce phénomène peut être recherché dans certains cas, mais pour l’éviter, le pare soleil de votre objectif sera votre meilleur allié. Très simplement, le pare soleil va empêcher que les rayons de la source lumineuse n’éclairent directement la lentille frontale de votre objectif :

contre-jour principe pare-soleil
Principe du pare-soleil pour éviter le flare : il empêche que les rayons de la source lumineuse ne s’engouffrent directement dans l’objectif

Photographiez en RAW et post-traitez vos images

Même si vous avez mis toute votre fougue à la prise de vue, le travail n’est pas fini, et je vous conseille de passer par la case post-traitement pour régler vos tonalités aux petits oignons, et donc accessoirement de shooter en RAW 🙂

Généralement, vous allez souvent modifier l’exposition, le contraste, les tons moyens pour trouver un équilibre qui vous convient. Pour la photo de portrait en contre-jour, vous serez sans doute amené à faire quelques retouches locales sur le visage du sujet ! Si vous n’êtes pas encore convaincu par le format RAW, je vous OBLIGE à lire cet article (oui je suis directif :D) Et pour choisir un logiciel qui correspond à vos besoins, c’est par ici !

J’arrive au terme de cet article, j’espère qu’il vous donnera envie de transgresser la règle divine et de photographier volontairement en contre-jour ! Et si vous êtes souvent embêté pour prendre des photos en conditions de lumières difficiles (dont le contre-jour), sachez qu’il y a une formation sur le sujet où on reprend tout pas à pas 🙂

Vous pouvez poster en commentaire des liens vers vos photos en contre-jour qui inspireront d’autres lecteurs, me poser des questions, ou bien me partager votre botte secrète que j’aurais oubliée ! D’ici là, bonnes photos 🙂

 

 

Clément Belleudy
Je connais Laurent depuis le tout début d’Apprendre.Photo. Depuis 2020, je lui prête main forte sur la création contenu, et comme apprendre est plus efficace en s’amusant, j’ai à cœur de créer des contenus pédagogiques et plaisants à lire, sans jamais trop se prendre au sérieux.
Télécharger l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (56 notes, moyenne : 4,75 sur 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 commentaires
  1. slt bnj
    comment faire réglage de l’appreil photo pour garantir des photos idéales on cas de trouver des écran LED Lumineuse ou soure de lumière blanche forte

  2. Il existe encore une solution, se servir d’un pose mètre pour mesurer la lumière. Dans ce cas nous somme avec une mesure incidente et non une mesure réfléchie faite avec le boitier.

  3. Bonjour,
    J’aime beaucoup photographier en contre-jour même si cela complique la prise de vue pour les effets que cela apporte. J’essaie en général de tenir compte de tes conseils dans ces situations.
    J’ai obtenu également des fonds noir en plein soleil sur des sujets très éclairés ce qui les mets en valeur.

  4. Bonjour Laurent
    Merci pour cet article, comme d’habitude à la fois très clair et très instructif.
    J’utilise souvent le mode HDR/bracketing dans ces cas là
    Je suis étonné que tu ne l’ai même pas évoqué car dans certains cas ça peut être très utile.