Photographier un sujet en mouvement : quelle vitesse choisir ? Comment éviter le flou ?

Vous êtes déjà demandé comment photographier un sujet en mouvement, que ce soit pour le figer ou au contraire pour mettre en valeur son mouvement ? En effet, il est souvent bien plus difficile de travailler avec ce type de sujet qu’avec un sujet fixe bien sage, qui laisse tout le temps de composer son image et de régler son appareil. Voyons donc ensemble comment relever ce défi.

Prérequis

Avant d’en arriver aux 3 façons de traiter un sujet en mouvement, faisons le point sur les connaissances à avoir en tête, et ce à quoi vous devez penser. Pas de panique, rien de trop compliqué 😉

La vitesse d’obturation

Je ne fais pas vous refaire tout le topo là-dessus, car j’ai déjà écrit un article sur la vitesse d’obturation. Si vous n’êtes pas au point sur ce sujet, pensez à le lire ou le relire avant de continuer, c’est une base qu’il faut maîtriser pour bien comprendre cet article.

Mais bref, vous avez compris que notre principale préoccupation pour photographier un sujet en mouvement, ce serait la vitesse d’obturation, puisqu’elle influence la manière dont est perçu le mouvement. Nous reviendrons sur les manières dont on peut l’utiliser.

Soyez prêts

On va parler un peu plus de technique juste après, mais cet article serait incomplet si je ne mettais pas l’accent sur un point : être prêt à tout moment. Tout dépend si vous faites de la photo de sport ou de la photo animalière, mais dans tous les cas, un sujet en mouvement, ça bouge (admirez mon intelligence supérieure :D).

Et donc, par définition, vous n’aurez pas le temps d’y penser à plusieurs fois. Ce qui signifie qu’il faut être prêt à déclencher à tout moment. Ce qui inclut notamment :

  • d’avoir l’appareil prêt : sans cache d’objectif, allumé, et pré-réglé pour la situation de lumière actuelle (ou la plus probable)
  • d’être attentif
  • d’être concentré
  • et on y pense moins souvent : d’observer attentivement son environnement afin d’avoir 1 ou 2 compositions en tête à tout moment. Et oui : si vous êtes assez vifs pour réagir au bon moment, mais que votre photo est mal cadrée ou mal composée, ça fait toujours un mauvais cliché 😉

Définissez la photo que vous souhaitez

C’est bien beau tout ça, mai le préalable indispensable, c’est de savoir ce que vous voulez obtenir comme cliché :

  • un sujet bien net, où le mouvement est figé ?
  • un environnement net mais un sujet légèrement ou fortement flou pour mettre en valeur son mouvement ? (ça peut également être une partie d’un sujet flou, comme les bras d’un batteur par exemple 😉 )
  • un sujet net, mais un environnement avec un flou « directionnel », selon la technique plus difficile du filé (si vous ne savez pas ce que c’est, je l’explique plus bas, pas de panique 😉 )

Un sujet bien net

photo mouvement
Ici, les deux oiseaux qui décollent du gnou sont très rapides ! Il m’a fallu une vitesse de 1/1250 pour figer leur mouvement en plein vol.

Vous l’aurez donc compris : plus votre sujet ira vite, plus il faudra augmenter la vitesse d’obturation pour le figer. Là encore, ça paraît assez intuitif.

Il faut savoir qu’il y a deux paramètres qui vont déterminer si le mouvement de votre sujet va être figé sur l’image ou non : la vitesse d’obturation comme on l’a dit, mais aussi (et on y pense moins) la vitesse à laquelle le sujet se déplace. Je m’explique.

 

Plus vous allez augmenter votre vitesse d’obturation (c’est-à-dire diminuer le temps de pose), moins votre sujet aura le temps de bouger pendant que votre appareil prend la photo. Et donc, plus vous aurez de chance de figer le mouvement.

Seulement voilà : vous vous doutez bien que pendant le même laps de temps (mettons 1/200ème de seconde), une formule 1 à pleine vitesse parcourt une distance plus importante qu’un sprinter (oui, même Usain Bolt ou Kylian Mbappé 😉 ). Donc si la distance parcourue est plus importante, il y a plus de chance que la formule 1 bouge sensiblement pendant ce laps de temps. Ça paraît assez intuitif.

 

J’entends déjà votre question : et comment on sait quelle vitesse est nécessaire pour saisir Usain Bolt ou une formule 1 ? Et bien il n’y a pas de réponse simple. Il doit bien exister des calculs physiques complexes, mais soyons honnête, on s’en fout 😀

Le seul moyen de déterminer ça, c’est en essayant, et ça viendra de plus en plus intuitivement grâce à l’expérience. Essayez, et si c’est flou, essayez plus rapide la prochaine fois.

 

Comment faire concrètement ? Le plus simple est de régler votre boitier en mode priorité à la vitesse (Tv ou S), de sélectionner une vitesse qui vous paraît suffisante (en général au minimum plus rapide que 1/100ème, sauf si vous photographiez un escargot :P).

Astuce bonus : réglez votre autofocus en continu ! Parce que figer le mouvement c’est bien, mais votre sujet peut également être flou parce que la mise au point est mal faite.
(Pour en savoir plus, vous pouvez lire mon article sur l’autotofocus)

Flouter le sujet et mettre en valeur le mouvement

photo mouvement flou du sujet
Vous voyez le cycliste au premier plan ? Il est flou, et si vous regardez bien vous verrez des traînées dans le sens de son mouvement : c’est le flou de mouvement du sujet !
Ce qui m’a permis de réaliser cet effet, c’est une vitesse de seulement 1/25 (j’ai du être bien stable pour que l’arrière-plan reste net, et la stabilisation a aidé).

C’est exactement le même principe que pour le point précédent, mais appliqué à l’envers. Il va falloir baisser votre vitesse d’obturation afin de capter le mouvement du sujet. Plus vous la baisserez, et plus le mouvement de celui-ci sera rapide, plus vous capterez une grande partie du mouvement, et donc plus l’effet sera fort.

C’est une autre façon de mettre en valeur un mouvement : un environnement net (arrière-plan et avant-plan), mais un sujet en partie ou totalement flou. Mais pas un flou tout moche comme si vous aviez foiré votre mise au point, ou comme si vous aviez trop bu. Un flou avec de jolies trainées qui montrent bien l’amplitude et la direction du mouvement de votre sujet.

flou de bouge vitesse d'obturation
Cette (très vieille) photo toute moche est prise à 1/5s : la vitesse est insuffisante et mon mouvement se voit sur l’image. C’est du flou de bougé, on ne voit rien, bref : on veut éviter ça.

Cela dit, il faut faire attention à ne pas trop ralentir la vitesse, sous peine de flou de bougé. Voilà donc la méthode que je vous propose :

  • réglez la vitesse au minimum nécessaire pour avoir un environnement net. Ce n’est pas forcément évident à déterminer, donc lisez l’article sur le coefficient de conversion pour bien comprendre).
  • Vous pouvez la diminuer de  1 ou 2 crans si votre objectif est stabilisé
  • Prenez garde à être le plus stable possible

Si lorsque vous déclenchez, votre sujet n’est pas assez flou, c’est qu’il ne bouge pas assez vite. Vous pouvez attendre qu’il bouge plus vite, ou alors diminuer la vitesse. Mais dans ce cas, vous risquez fortement un flou de bougé. Songez donc à vous stabiliser encore plus (en vous appuyant contre un mur par exemple), voire à utiliser un trépied.

Le filé : technique avancée mais du plus bel effet

Quand je dis technique avancée, ça ne veut pas dire qu’elle est incompréhensible du débutant (bien au contraire), mais simplement qu’elle nécessite une certaine habileté, et surtout beaucoup d’entraînement.

Pour faire simple, l’idée de la technique du fond filé est la même qu’au point précédent, sauf qu’à la place de flouter le sujet, on va flouter le fond. Vous allez me dire que le fond ne bouge pas. Certes, mais vous, vous pouvez. Je vais essayer d’expliquer l’idée par écrit, ce qui n’est pas forcément évident.
Le principe est d’utiliser une vitesse d’obturation relativement faible. Pendant le temps de la prise de vue, vous allez suivre votre sujet avec votre appareil, à la même vitesse que lui. C’est-à-dire que le sujet sera net, mais le fond flou (avec des traînées, d’où le nom de fond filé), car il aura bougé par rapport à vous.

C’est un peu comme le Soleil par rapport à la Terre : on a l’impression qu’il bouge, mais en fait c’est nous qui bougeons par rapport à lui (si si, je vous assure ! :D)

 

C’est une technique difficile à maîtriser car il faut bouger à la même vitesse que votre sujet bouge dans le viseur (non, vous n’êtes pas obligés d’aller à 300km/h pour photographier une formule 1 :P), mais tout en restant assez stable pour qu’il n’y ait pas de flou de bougé (ou tout au moins, pas ailleurs que sur le fond).
Je ne maîtrise pas moi-même cette technique, principalement parce que je n’ai jamais essayé, n’en ayant pas particulièrement l’utilité dans ce que je fais comme photos. Cela dit, il apparaît que la meilleure méthode est de commencer à suivre votre sujet avec l’appareil avant de prendre le cliché, ce qui vous fait prendre le bon rythme, et de déclencher quand vous le souhaitez sans arrêter ce mouvement. L’utilisation d’un monopode peut vous aider, mais il est possible de le faire à main levée.

Comme vous vous en doutez, c’est une technique qui demande de l’entraînement pour être maitrisée, mais qui est du plus bel effet. Et un article sur les sujets en mouvements sans parler de filé aurait été incomplet 😉

 

Voilà, j’espère que les différentes manières de gérer un sujet en mouvement sont maintenant plus claires, et que vous saurez utiliser ces connaissances pour être créatifs la prochaine fois que vous chercherez à saisir ou à mettre en valeur un mouvement. Laissez un commentaire si vous avez une question ou quelque chose à rajouter !
(Oh, et puis pour ceux qui ne sont pas inscrits à la newsletter, il y a 2 bonus sympas, et en plus vous ne ratez aucun des prochains articles ! 😉 )

Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (28 votes, moyenne : 4,61 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

49 commentaires
  1. Je voyais bien les chose comme ça (sauf pour le filé que je découvre). Mais comment ouvrir suffisamment longtemps sans être surexposé ? Je souhaiterais prendre une roue de moulin en mouvement avec un fond fort heureusement couleur brique mais compte tenu de l’ensoleillement je suis surexposé (j’ai même essayé en ouvrant au minimum et en baissant l’iso au plus bas, mais rien n’y fait). Dans l’immédiat je vais attendre le début de la soirée.

    1. Bonjour,
      Si tu souhaites faire une pose longue (=ouvrir longtemps) en plein jour, le mode priorité vitesse t’indiquera vite la limite de ton appareil qui ne peut pas diminuer l’ouverture indéfiniment 🙂
      Attendre le début de soirée est une bonne option en effet.
      Sinon tu peux aussi utiliser un filtre à densité neutre.
      Tu trouveras des conseils sur la pose longue ici et sur ces filtres ici 😉

  2. Pour ma part, des photos de motos sur circuit au 125 eme avec un 300 mm apportait de très beau filés. il faut etre parfaitement stable sur ses pieds ( gauche et droite a 90° ) pour que le haut du corps puisse pivoter sur 180°. faire beaucoup d’entrainement pour bien suivre les sujets, quand on choisi de déclancher si l’objet en mouvement est toujours dans le viseur après que le miroir est revenu en place c’est tout bon

  3. Salut Laurent,

    Merci pour cet article très instructif! J’aurais une petite question s’agissant du filé qui je le vois, plaît également beaucoup aux autres lecteurs!

    Quelle ouverture recommanderais-tu pour un filé? Par là même je n’attends pas une valeur universelle (car de toute façon il n’y en a pas), simplement, une grande ouverture (f.3.5 – 5), ouverture moyenne (f.11) ou une faible ouverture (f.18 – 22)?

    Je serais tenté de dire qu’il faut une grande ouverture pour faire entrer un maximum de lumière et ainsi avoir une photo bien exposée (en plus d’accentuer le flou d’arrière plan) mais étant donné qu’on ralentit en plus la vitesse d’exposition, cela ne risque-t-il pas de rendre une image surexposée?

    Merci par avance pour tes conseils avisés!

    Philippe

    1. Bonjour Philippe!
      Effectivement, en pleine journée et avec une vitesse lente, tu ne pourras pas utiliser de trop grandes ouvertures au risque de surexposer (à moins d’utiliser un filtre pour limiter l’entrée de lumière, pourquoi pas…).
      A toi de tester, à chaque situation ses paramètres 😉
      Si tu te mets en priorité vitesse (la priorité c’est quand même elle, pour créer l’effet de filé ^^), c’est l’appareil qui décidera de ton ouverture, de toutes façons 😉
      Si tu veux contrôler aussi l’ouverture, mets toi en mode P ou M et fais des tests pour vérifier que ton exposition est bonne et la corriger si besoin.
      Tu peux regarder des photos sur flickr, par exemple et t’inspirer des exifs. Mais le mieux c’est d’essayer 😉
      à bientôt!

  4. Un cas pratique :une séance d’équitation dans un manège .
    ça bouge mais pas trop .
    Je me suis attaché à utiliser la règle de vitesse : inverse de la focale ;et c’est bon, mais suite votre exposé je reprends ces clichés pour les analyser et corriger pour une autre séance.
    J’aurais pu baisser en ISO et réduire la vitesse d’obturation
    J’aurais du voir ces vilains poteaux électriques en arrière plan.
    Difficile de choisir le bon moment pour déclencher en maniant le Zoom …
    Donc la prochaine fois je tente une focale fixe en grande ouverture ,et toujours le mode rafale et autofocus en continu .

  5. Salut,
    Merci pour cet article, c est vraiment tout ce que j attendais pour faire le premier pas. Simple et synthétique. Reste a savoir si les possibilités de mon pentax q10 vont suivre. Merci!

  6. Merci beaucoup pour ce site clair et à la portée de tous !Je m’y réfère souvent !
    J’aimerais faire de la photographie animalière mon métier, cet article m’intéresse donc particulièrement… pour les sujets en mouvement je joue déjà avec la vitesse d’obturation, mais forcément, plus je l’augmente et moins il y a de lumière sur la photo. J’ai donc énormément de mal à avoir à la fois une photo nette ET lumineuse. Est-ce qu’il y a quelque chose que je ne fais pas correctement ?
    Merci,
    Célia

  7. Bonjour Laurent,

    Je viens de découvrir ton blog et j’avoue que c’est une mine d’informations pour débutants.
    Cependant j’avais une question. Je shoote depuis 1 an pour mon club de boxe thaï. Les conditions en gala sont parfois très difficiles niveau éclairage au bord du ring d’autant plus que les boxeurs sont extrêmement rapides et donc mes vitesses d’obturation sont élevées.
    Je shoote avec un objectif CANON EF 28-80 f/3.5-5.6 (+ collerette) sur 600D et j’ai parfois du mal à concilier vitesses et sensibilité. As-tu des conseils pour ce genre de situation difficiles ?
    Bien sur je rêverais de m’offrir une série L mais pour le moment pas les moyens donc exit le changement d’objo !

    1. Bonjour Alexandra,

      Tu as un souci en basse lumière. Comme tu dois utiliser une vitesse rapide, tu ne peux jouer que sur la sensibilité et l’ouverture de ton objectif. Pour le coup, tu atteins une limite matérielle.

      Cela dit, pas besoin de série L pour avoir une grande ouverture ! Prends-toi un zoom qui ouvre à f/2.8 comme le Tamron 17-50 f/2.8 (ou le 24-70 si tu préfères ces focales), ça t’aidera énormément et te coûtera nettement moins cher 🙂

  8. Bonjour,
    Petite question. Si on reduit le temps d’ouverture, moins de lumiere rentre. D’ou l’idée ce week end d’utiliser mon flash SB700 en ajoutant le cash pour diffuser, j’ai tout fait en automatique et ttl pour le flash, le resultat etait plus flou que sans flash… quelqu’un a t’il une explication à ce sujet?
    sinon pensez vous que l’utilisation du flash dans ce genre de situation (coureur en sous bois par temps nuageux avec un objectif peu lumineux: Nikon 55-200 f/4-5,6
    Merci d’avance

    1. pardon il manque la fin de la phrase:
      sinon pensez vous que l’utilisation du flash dans ce genre de situation (coureur en sous bois par temps nuageux avec un objectif peu lumineux: Nikon 55-200 f/4-5,6) peut etre judicieux?
      Merci d’avance

Voir plus de commentaires