Comment choisir son appareil photo numérique en 2020 : marque ? Reflex, bridge, compact ou hybride ?

La question du choix d’un appareil photo est la première que se pose toute personne désireuse de se lancer dans le grand monde de la photographie. Depuis les tous débuts du blog, c’est sans doute LA question qui revient le plus dans les mails que je reçois.

Si vous préférez la vidéo, j’en parle aussi dans cet épisode sur YouTube :




Epinglez cet article sur Pinterest pour le consulter dans le futur !

Le but de cet article est donc de faire un genre de « guide ultime » pour vous aider à choisir un appareil photo. Comme je ne veux pas qu’il soit périmé dans 15 jours avec la sortie d’un nouvel appareil photo, je ne conseillerai pas UN modèle en particulier, mais je chercherai au contraire à vous orienter dans votre choix sans non plus me transformer en maman : vous êtes des adultes, c’est à vous de faire le choix final de votre appareil selon ce qui est le plus important pour vous.

Je vais donc commencer par vous exposer les 4 grandes familles d’appareil photo, les 3 critères les plus importants pour en choisir un, une méthode étape par étape pour choisir le modèle final, et enfin une revue des principaux appareils du marché.

Le type d’appareil : compact, bridge, hybride ou reflex

En premier lieu, je suis prêt à parier que vous avez fait vos propres recherches avant de tomber sur ce blog, et que vous avez déjà entendu parler de ces 4 types d’appareils.

Quelles sont donc les différences entre ces 4 grandes familles, leurs avantages, et leurs inconvénients ?

Compact, bridge, reflex et hybride : quelles différences type d'appareil
Compact, bridge, reflex et hybride : quelles différences ?

Les appareils photo compacts entrée de gamme

Je commence ici par les appareils les plus entrées de gamme : les petits compacts grand public. Il n’en reste plus beaucoup car ils ont largement été remplacés par les smartphones, et leur cible est très large. Ce n’est en général pas les modèles vers lesquels on va se diriger quand on veut “mieux que son smartphone“.

Budget : de 70 à 200€

Avantages :
  • Petite taille (possibilité de le mettre dans la poche)
  • Abordable financièrement
Inconvénients :
  • Capteur de petite taille (on y revient)
  • Donc incapacité à réaliser une faible profondeur de champ (flou d’arrière-plan)
  • Rendu souvent mauvais en basse lumière (en intérieur par exemple)
  • Dynamique assez faible (difficulté pour obtenir un bon rendu dans des situations contrastées)
  • Manque de réactivité (tant en termes de mise au point que de vitesse de déclenchement)
  • Objectif non interchangeable
  • Visée par écran dans la plupart des cas

Honnêtement, vous aurez des résultats assez similaires avec un smartphone, et je ne pense pas que ce soit encore une option intéressante aujourd’hui.

Les compacts experts

Depuis quelques années sont apparus des compacts plus experts, dans lesquels il n’est pas forcément facile de s’y retrouver : certains ont des petits capteurs, d’autres des capteurs déjà plus grands (1 pouce voire carrément micro 4/3 ou APS-C !), et des fonctions plus avancées, avec des prix variables.

Certains modèles haut de gamme avec des capteurs assez grands sont des appareils tout à fait crédibles (par exemple les gammes Panasonic Lumix LX100 ou encore Sony RX100), mais si vous commencez la photo, je conseille toujours plutôt un appareil à objectif interchangeable à ce prix, pour avoir plus de possibilités à l’avenir.

Budget : de 500 à 1000€

Avantages :
  • Petite taille (possibilité de le mettre dans la poche)
  • Très bon rapport qualité/encombrement
  • Pour ceux qui en possèdent, tous les avantages des grands capteurs (faible profondeur de champ, bon rendu en basse lumière, bonne dynamique)
Inconvénients :
  • Budget conséquent pour un compact
  • Objectif non interchangeable et donc polyvalence plus limitée
  • Visée par écran dans la plupart des cas

Les appareils photo bridges

Budget : de 200 à 750€

Avantages :
  • Zoom plus important que sur les compacts
  • Présence d’un viseur dans la plupart des cas
Inconvénients :
  • Tous les inconvénients des compacts
  • Encombrement plus important que les compacts

Malgré sa “gueule de petit reflex”, le bridge est souvent plus proche d’un compact : objectifs non interchangeables, etc.

Notez que les bridges entrée de gamme sont assez proches des compacts entrée de gamme, mais en plus gros. Bref pas très intéressants.

Ces dernières années sont apparus des “bridges expert“, à la manière des compacts experts, qui sont relativement convaincants. Cependant, la plupart conservent un petit capteur, ce qui limite forcément (on en reparle plus bas).

Censé être un compromis entre compact et reflex, j’ai le sentiment que le bridge n’est qu’un moyen de faire passer l’utilisateur de compact au reflex en douceur, tout en y laissant quelques euros au passage. Au prix des reflex et bridges d’entrée de gamme, il me semble que le bridge est un investissement qui ne durera pas, et moins intéressant qu’un bon compact à mon sens (qui permet au moins de le conserver partout sur soi).

Le seul argument vraiment fort pour le bridge à mon sens, c’est la capacité d’embarquer un zoom important (qui va d’un grand-angle à un téléobjectif assez long) dans un format réduit.

Les appareils photo reflex

Un reflex se compose de deux parties : le boîtier tout d’abord, ce que vous tenez en main, avec le déclencheur, l’écran, et les boutons de réglage. Il est important en ce qui concerne l’ergonomie et les capacités de réglage, mais aujourd’hui la plupart des capteurs sont excellents.

L’objectif que vous montez dessus influera sans doute davantage le rendu final de l’image !

Ces deux parties de l’appareil étant indépendantes, cela implique que vous pouvez changer votre objectif selon la situation. En effet même sans avoir de connaissance en photo, vous imaginez bien qu’il faut des objectifs différents pour photographier un minuscule insecte posé sur une fleur, un portrait ou encore des oiseaux un peu timides qui restent à grande distance.

Les objectifs peuvent parfois revenir assez cher, mais ils sont un investissement sur le long terme et permettent de réaliser les clichés que vous souhaitez. Mais rassurez-vous, pour commencer l’objectif du kit suffit largement, tant qu’il est de qualité ! Si par la suite vous souhaitez acquérir un autre objectif, je vous conseille plutôt de vous tourner vers mon guide d’achat d’un objectif.

Budget : de 400€ à l’infini

Avantages :
  • Grand capteur (dès l’entrée de gamme) :
  • Possibilité de réaliser de faibles profondeurs de champ (joli flou d’arrière-plan)
  • Meilleur rendu en basse lumière
  • Bonne dynamique du capteur (meilleure gestion des situations contrastées)
  • Objectif interchangeable : Objectif spécialisé pour chaque occasion, qui délivre le meilleur rendu possible
  • Meilleure réactivité au déclenchement et à la mise au point que les bridges et compacts
  • Viseur optique systématique : vous voyez ce que vous photographiez directement, sans intermédiaire électronique (écran ou visée électronique)
Inconvénients :
  • Encombrement assez important (selon la gamme de l’appareil et l’objectif choisi)
  • Objectif interchangeable : donc plus coûteux et plus encombrant
  • Difficile d’obtenir une bonne qualité d’image et un bon rendu en basse lumière avec un zoom de type 18-200mm ou 18-300mm (qui reproduit l’amplitude de zoom d’un bridge)

Les appareils photo hybrides (ou « compacts à objectifs interchangeables »)

Je termine par les hybrides, car c’est plus compliqué à décrypter pour vous, d’autant plus qu’ils s’implantent réellement depuis moins longtemps que les autres. En gros l’idée des constructeurs, c’était de cumuler les avantages des reflex (grand capteur, bonne qualité d’image, objectifs interchangeables), avec ceux des compacts (petite taille, faible poids). D’où le nom de « compacts à objectifs interchangeables ».

Vous lirez aussi “mirrorless” ici et là, qui veut dire “sans miroir“. En effet, on arrive à cet exploit en se débarrassant du miroir des appareils reflexs.

Ca c’est en théorie, dans la pratique c’est plus compliqué, à tel point qu’il m’est difficile de mettre des avantages/inconvénients comme pour les autres familles. En effet, il existe beaucoup de modèles différents, qui ne sont pas équivalents du tout :

  • Des compacts à objectifs interchangeables (COI) mais avec un capteur de petite taille, et donc perdent une bonne partie des avantages des reflex (mais gagnent en compacité). Heureusement ils n’existent presque plus aujourd’hui.
  • Des appareils avec un grand capteur, mais avec un objectif fixe (non interchangeable). Ils se classent plutôt dans la catégorie des compacts experts, mais on les confond parfois avec les hybrides, surtout quand les constructeurs les ont conçu comme des versions “light” de leurs appareils hybrides.
  • Et enfin des appareils avec un capteur relativement grand (micro 4/3, APS-C ou Full Frame, on va y revenir), et des objectifs interchangeables. Bref, le meilleur des deux mondes ! Attention quand même : les hybrides avec un capteur Full Frame ont des objectifs souvent très volumineux, et la compacité totale n’est pas tellement inférieure à un reflex.

Voici quand même ce qu’on peut résumer comme avantages et inconvénients communs à tous les hybrides ou assimilés :

  • Compacité (ne tient pas dans la poche, mais dans un petit sac)
  • Souvent mais pas toujours un grand capteur, avec les avantages associés (faible profondeur de champ, rendu en basse lumière et situations contrastées)
  • Bonne réactivité (meilleure que les compacts et bridges, équivalente aux reflex)
  • Le cas échéant, objectifs interchangeables avec leurs avantages et inconvénients
  • Présence d’un viseur électronique sur certains modèles

Budget : de 400€ à l’infini (ou presque)

Bon, comme vous le voyez, ça nous fait une belle jambe, car la moitié des caractéristiques dépendent des modèles. Mais ce n’est pas grave, c’est pour ça que la suite de l’article est là ! 🙂

Les principaux critères de choix d’un appareil photo

Après cette mise au point indispensable (jeu de mots ! :D), je vais pouvoir vous détailler quels sont les critères indispensables à regarder quand vous achetez un appareil photo, en particulier votre premier appareil « sérieux ».

En effet, j’imagine que si vous êtes là, c’est que vous ne faites pas que des photos avec vos amis en soirée et 3 clichés en vacances. Dans ce cas, franchement, utilisez votre smartphone, ça sera bien suffisant ! 🙂 Mais si vous cherchez à faire de belles photos à vocation artistique, voire à vous professionnaliser, choisir selon les critères ci-dessous est indispensable.

Les modes créatifs

PASM modes créatifs molette appareil photo

Ce qui est très important, c’est que vous puissiez effectuer des réglages précis sur les caractéristiques techniques de l’appareil telles que l’ouverture du diaphragme, la vitesse d’obturation, la sensibilité ISO, la balance des blancs, etc… Sans rentrer dans les détails ici, ces paramètres sont importants pour obtenir de bons clichés et des effets particuliers qui contribuent à vous exprimer en photographiant.

(Je ne rentre pas plus dans le jargon : ces termes sont indispensables à connaître, et pour ça cliquez sur les liens des articles pour plus de détails 😉 )

LE critère le plus important, c’est donc que votre appareil vous permette l’accès aux modes créatifs, c’est-à-dire les modes Programme, Priorité à l’ouverture, Priorité à la vitesse et Manuel. Ils sont vraiment très importants pour maîtriser vos images. La plupart des appareils les proposent, mais il faut y faire attention sur les compacts peu chers.

De plus, vous verrez qu’à l’usage, il est nettement plus confortable d’avoir une molette dédiée qui permet de changer de mode facilement, plutôt que d’aller dans les menus. En ce qui me concerne c’est un critère d’achat pour un appareil : si la molette n’est pas présente, je n’achète pas.

Attention : certains appareils permettent l’accès à ces modes via les menus, y compris parmi des hybrides. En ce qui me concerne, ça m’embête, mais là c’est personnel 🙂

Notez aussi que chez Fuji par exemple, il n’y a pas de molette des modes, mais l’ergonomie reste intéressante. Fuji a choisi de faire quelque chose qui se faisait beaucoup du temps de l’argentique : le réglage de l’ouverture se fait par une bague autour de l’objectif, et celui de la vitesse et des ISOs par des molettes sur l’appareil.

On le voit bien sur cette photo : ISO à gauche du viseur, vitesse à droite, et correction d’exposition tout à droite. L’ouverture se règle sur l’objectif.

Personnellement, je trouve ça plus pratique si vous travaillez en mode manuel, mais c’est plus lent pour passer du mode A au mode S par exemple.

Le format RAW

Si vous avez déjà bien lu le blog, vous connaissez sans doute l’importance que je donne à l’utilisation du format RAW. C’est vraiment très important pour la qualité finale de vos images que de passer par la phase post-traitement, qui est beaucoup plus souple avec ce format. Sa présence est donc pour moi un critère indispensable si vous achetez un appareil sérieux.

Si vous vous tournez vers les hybrides ou reflex, vous aurez le RAW, mais ce ne sera pas toujours le cas sur les bridges et compacts : veillez bien à ce qu’ils le proposent si vous vous tournez vers ces solutions.

La taille du capteur

Les deux critères précédents sont indispensables et non négociables, d’autant plus qu’ils ne sont pas compliqués à réunir, même pour des budgets assez serrés.

Mais il y a un critère qui est vraiment important pour beaucoup de choses :

  • la qualité des images
  • la polyvalence de l’appareil
  • vos possibilités créatives

Si vous avez bien lu la première partie, vous devez le deviner : c’est la taille du capteur. Attention, je parle bien de taille physique du capteur, pas du nombre de mégapixels (qui est toujours suffisant aujourd’hui). Si vous voulez des détails là-dessus, je vous renvoie vers mon article sur le sujet, mais pour résumer, un grand capteur va vous permettre plusieurs choses très sympas :

  • Réaliser de faibles profondeurs de champ, c’est-à-dire un flou d’arrière-plan prononcé et esthétique. Vous ne serez pas obligé de l’avoir sur toutes vos images hein, ce sera juste possible. C’est un effet recherché par nombre de photographes, surtout pour le portrait, mais qui peut servir de manière créative dans tous les domaines. Sans grand capteur, n’y pensez même pas.
Ca c’est une faible profondeur de champ. Ici à 42.5mm et f/1.2 sur un capteur micro 4/3.
  • Second effet kiss cool : un meilleur rendu en basse lumière. Un grand capteur va générer moins de bruit et des images de meilleure qualité quand vous allez manquer de lumière (c’est-à-dire assez souvent en réalité).
    Exception quand même : si vous comparez un petit capteur d’aujourd’hui à un grand capteur d’il y a 6 ans, le plus récent pourrait être meilleur. Mais à génération équivalente, le grand capteur bat le petit à plates coutures !
Ici à ISO 4000 sur un Canon 5D MkIII : c’est très propre !
  • De la même façon, un grand capteur a une plus grande dynamique qu’un petit. C’est un critère dont on ne vous parle presque jamais sur les comparatifs mais qui est pourtant très important : une grande dynamique va vous permettre de mieux gérer les situations de lumière très contrastées, genre un ciel très lumineux en pleine après-midi d’été. Attention hein, pas de miracle non plus si vous photographiez avec le soleil en face ! Mais vous verrez la différence entre un compact et un reflex par exemple. Pour plus de détails, regardez aussi ma vidéo sur la dynamique du capteur 😉
Si vous cliquez sur la photo pour la voir en grand, vous distinguerez encore quelques détails dans les ombres. J’aurais pu les pousser un peu, mais ce n’est pas ce que je souhaitais faire ici 🙂

Mon gros conseil d’achat est donc de vous diriger vers un appareil à grand capteur si votre budget le permet. C’est toujours mieux, sauf si vous voulez vraiment le prendre dans votre poche (et encore, il y a des hybrides de plus en plus petits).

Qu’est-ce qu’un grand capteur ?

Alors vous allez me dire : « qu’est-ce que tu appelles un grand capteur précisément ? ». C’est une très bonne question ! Pour moi, un grand capteur c’est, dans l’ordre décroissant :

  • un Full Frame
  • un APS-C
  • un micro 4/3
Taille des capteurs photo

Plus petit que ça, c’est à mon sens trop petit pour offrir une vraie différence par rapport aux bridges et compacts, qui possèdent dans l’extrême majorité des cas des capteurs vraiment ridicules (sauf des modèles récents et hors de prix comme le Sony RX1 par exemple).

Pour faire simple :

  • Tous les reflex (même en entrée de gamme), possèdent un grand capteur. APS-C pour la plupart, Full Frame pour les plus grands.
  • Pour les hybrides, certains possèdent un capteur APS-C, c’est-à-dire de même taille que la plupart des reflex. C’est le cas de certains Sony (avec un nom de modèle à 4 chiffres), des Fujifilm X Pro et XT, et de la gamme Canon EOS M.
    Inconvénient : pour des raisons techniques, les objectifs demeurent assez grands, et donc ils sont loin de se glisser dans la poche.
  • Les grands constructeurs ont désormais presque tous lancé leur gamme d’hybrides à capteur plein format (Full Frame) : ce sont les gammes des Nikon Z, Canon EOS R, Sony A7, et Panasonic Lumix S. La qualité est en général au rendez-vous, mais pour beaucoup ce sont des boîtiers qui visent le haut de gamme, et le prix va avec, sans compter que les optiques sont le plus souvent très volumineuses, et donc on perd un peu l’avantage de la compacité.
  • D’autres hybrides possèdent un capteur micro 4/3, un peu plus petit qui conserve d’excellentes possibilités. On trouve la série des Panasonic G et des Olympus PEN. Ils ont eu une bonne idée : se réunir autour d’une table pour se mettre d’accord sur un même standard. Gros avantage pour vous : les objectifs micro 4/3 des 2 marques sont compatibles avec les appareils micro 4/3 des 2 marques, donc vous avez accès à beaucoup plus d’objectifs différents.
    L’avantage de ce capteur un peu plus petit, c’est que les objectifs le sont aussi, notamment ceux qu’on appelle les « pancakes », et donc que l’ensemble gagne clairement en compacité.
  • Enfin, il existe d’autres COI qui ont des capteurs trop petits pour présenter un réel intérêt face aux compacts à mon sens (qui resteront moins encombrants grâce à leur objectif rétractable). C’est par exemple le cas des Nikon 1 ou des Pentax Q. Ce type de modèles tendent à disparaître aujourd’hui, vu leur manque de succès et la montée en puissance des compacts experts.

Voilà, donc là, vous avez bien compris les grands critères essentiels dans le choix de votre appareil photo. Vous allez déjà pouvoir éliminer pas mal d’options, en faisant quelques recherches en ligne : il est très simple de taper « [nom de votre appareil] taille du capteur » dans Google pour savoir quelle est sa taille (là encore, je ne suis pas votre maman, je ne vais pas le faire à votre place 😉 ).

Mais vous n’êtes toujours pas arrivé à un choix final, comme Lauriane le disait dans son mail.

Comment choisir le modèle d’appareil : méthode étape par étape

Maintenant que vous avez bien compris les tenants et les aboutissants, vous allez voir que ça va être beaucoup plus simple ici, et presque automatique. On va utiliser un comparatif en ligne à partir de maintenant, puisqu’on a nos critères principaux en tête. Je vous conseille les Numériques, ça marche bien 🙂 Vous pouvez aussi regarder la revue du marché en partie suivante.

La marque

Avant tout, je tiens à attirer votre attention sur un point très important : il est inutile de trop se prendre la tête. À gamme équivalente, 2 appareils de marques différentes sont bien souvent aussi bons l’un que l’autre, et ne feront pas de différence fondamentale dans votre pratique photo. Ce que je veux dire, c’est qu’un compact à 200€ de l’une ou l’autre marque sera souvent à peu près équivalent. Idem si vous hésitez entre 2 reflex d’entrée de gamme chez Canon ou Nikon. J’y reviendrai, mais ça me semble important de le préciser dès maintenant.

Si vous voulez en savoir plus sur ce que je pense du choix de la marque, vous pouvez lire mon article “Choisir son premier reflex : croissant ou pain au chocolat ?“, ça devrait vous faire déstresser 😉

Le budget

  • En dessous de 150-200€ : je vous suggère d’utiliser votre smartphone tout en continuant à économiser pour un futur achat. (c’est ce que j’ai fait à mes débuts, mais à l’époque les photos des smartphones étaient pourries 😉 ). Pas besoin de vous prendre la tête.
  • Environ 300€ (voire 400€ en vendant un rein) : pensez à vous tourner vers l’occasion, ou prenez un compact expert si vous avez vraiment besoin de compacité. Vous trouverez des reflex (voire des hybrides) de 2 à 3 ans d’âge, qui fonctionnent très bien et seront suffisants pour commencer. Vous en serez sans doute bien plus content qu’un bridge ou un compact tout neuf. Ne vous laissez pas avoir par les trucs du genre wi-fi, GPS et compagnie : ce n’est franchement pas essentiel.
  • Plus de 400-500€ : choisissez un reflex ou un hybride. Même entrée de gamme, vous allez vous faire vraiment plaisir avec.

Hybride ou reflex ?

C’est LA question que vous vous posez beaucoup aujourd’hui. Clairement, de nombreux hybrides ont atteint une qualité équivalente aux reflex. Or un encombrement réduit est toujours un gros avantage (encombrement, poids, déplacements et voyages, discrétion, etc.). Alors dans quelles situations faut-il encore choisir un reflex ?

Pour tout vous dire, dans la version précédente de cet article, je conseillais encore le reflex pour la photo animalière, de sports et de spectacles. Mais dans les années 2020, ce n’est plus vrai : il y a de nombreuses options d’hybrides très réactifs, à l’autofocus rapide, avec d’excellentes capacités en basse lumière, et une gamme optique complète qui répond à tous les besoins.

Bref, aujourd’hui, vous ne verrez pas de différence fondamentale dans le rendu entre hybride et reflex. Surtout si la taille de capteur est la même.

Donc là c’est vraiment une question de préférence personnelle : la différence réelle à l’utilisation se fait surtout sur le type de visée. Je pense que certains n’aimeront jamais la visée électronique, mais personnellement, je trouve aujourd’hui le viseur électronique supérieur au viseur optique.

Comment choisir entre les 2 ou 3 finalistes ?

Normalement, à ce stade, vous allez avoir 2 ou 3 appareils photo qui vous tentent, sans pouvoir choisir : vous avez gardé les appareils qui correspondent aux 3 grands critères cités plus haut, vous avez filtré avec votre budget, vous avez choisi entre hybride et reflex. Et il vous reste encore 2 hybrides ou 3 reflex au même prix, en regardant les boîtiers les mieux notés sur les sites de comparatifs. Et vous n’avez pas la moindre idée des différences entre eux, malgré la lecture de nombreux tests ou comparatifs.

Et bien bonne nouvelle : il y en a peu ! Comme je le disais plus haut, à gamme égale, les différences sont assez peu nombreuses entre les appareils concurrents. Un Olympus PEN et un Panasonic GF de même génération sont assez proches. Idem pour des reflex Canon et Nikon de même gamme.

Donc il n’y a pas de réponse à « est-ce que le Nikon Machin est meilleur que le Canon Truc ? » ! 😉

Mon meilleur conseil ici est d’aller les prendre en main en magasin : regardez avec lequel vous vous sentez le plus à l’aise. Manipulez l’appareil, voyez si vous trouvez facilement les réglages, si les menus sont intuitifs pour vous, s’il vous « tombe sous la main ». C’est un peu comme chercher un appartement finalement : vous avez le coup de cœur ou non. Ça peut vous paraître anodin, mais c’est vraiment très très important d’avoir une prise en main intuitive : ça va vous faciliter la prise de vue, et le plaisir de photographier.

Cette prise en main va également vous permettre de remarquer des petits détails que vous aviez peut-être zappés dans les tests, mais importants pour vous :

  • la présence d’un viseur
  • un écran orientable

Ces critères sont vraiment très personnels, personnellement je ne trouve pas l’écran orientable important, mais vous avez le droit de prendre ça en considération 😉

Quel objectif pour commencer ?

Le choix d’un objectif est un sujet très vaste lui aussi, que je ne peux pas traiter en entier ici, cet article étant déjà très long ! Si ça vous intéresse, j’ai écrit un article sur le sujet, et carrément un livre numérique complet, et son adaptation en livre papier chez Eyrolles 😉

Je vais donc me concentrer sur l’objectif à prendre pour commencer. Si vous avez un budget limité, ne vous embêtez pas : prenez l’appareil avec l’objectif du kit, car il est quasi gratuit (le kit est à peine plus cher que l’appareil seul). Il est limité mais ce n’est pas une catastrophe non plus, et vous permet de vous essayer à plein de choses. Par exemple, j’ai pris cette photo avec un 18-55mm tout bête :

18-55mm photo falaise route golden hour objectif

Si jamais vous avez un peu plus de budget, je vous conseille de prendre un objectif du même genre de focale (12-50mm sur micro 4/3, 17-50mm sur APS-C), mais avec une grande ouverture maximale comme f/2.8. Pensez à chercher chez les marques tierces genre Tamron et Sigma, qui ont de bonnes alternatives à moindre coût.

Choisir ce type d’objectif va vous éviter de nombreuses embûches rencontrées par 99 % des débutants : obtenir un joli flou d’arrière-plan, et avoir des photos nettes en basse lumière.

État des lieux du marché

Je vous avais dit que je n’allais pas choisir votre appareil pour vous, car je ne suis pas votre maman 🙂 Ça n’a pas changé je vous rassure, mais maintenant que vous avez en tête 2 ou 3 appareils photos qui vous tentent, je vais vous faire un état des lieux du marché pour vous aider à aller au bout de votre choix. Donc je vais passer en revue les gammes des différents constructeurs, classées par famille (compacts experts, bridges, hybrides et reflex).

Avant de commencer, un petit préambule : je me limite volontairement aux modèles disponibles dans le catalogue des marques. Bien sûr, si vous vous tournez vers l’occasion, pensez à regarder aussi les générations précédentes, qui peuvent être des choix crédibles à très bon rapport qualité prix. Par exemple le Canon 5D Mark II, superstar des reflex plein format en 2009, était vendu 2800 euros boîtier nu à sa sortie, et on le trouve actuellement à 400 euros sur le bon coin. Pensez-y !

Les compacts experts

Plus haut dans l’article, je vous avais fortement encouragé à opter pour un appareil à grand capteur (FF, APS-C, micro 4/3), sauf si vous avez vraiment besoin de mettre votre appareil dans votre poche ou que vous avez un budget limité. Dans les compacts experts, on retrouve des grands capteurs (FF, APS-C, micro 4/3) et des capteurs plus petits, mais je fais le choix de ne pas vous parler des compacts avec capteurs inférieurs à 1 pouce (1’’) car à mon sens en 2020, votre smartphone sera probablement équivalent ! Donc ne vous étonnez pas si certaines marques ne figurent pas dans cette partie (bonjour Nikon et Olympus !). De la même façon, je ne vous présente ici que des appareils ayant le format RAW et les modes créatifs.

Les compacts experts de chez Sony

Les Sony RX100

Sony a bouleversé le marché des compacts en 2012, en sortant un appareil qui tient dans une poche, avec un capteur 1’’, c’est-à-dire bien plus grand que celui des compacts de l’époque. De plus, le RX100 possède un objectif de qualité, une belle qualité d’image même en basse lumière.

Depuis, les autres constructeurs ont tous fait la même chose, d’autant plus rapidement que la montée en puissance des smartphones faisait progressivement disparaître du marché les modèles dotés d’un capteur plus petit.

Au fil des années, Sony a réalisé 7 mises à jour du RX100, qui sont encore toutes au catalogue. Ça n’est donc pas toujours facile de s’y retrouver !

Pour résumer, le RX100 reste un choix crédible avec un rapport qualité prix imbattable pour un compact expert (environ 300€). Il a l’avantage de proposer une ouverture de f/1.8 à sa plus faible focale 28mm, et une bonne montée en ISO, ce qui vous permettra des bons résultats en basse lumière. Les modèles qui suivent offrent des améliorations successives, comme un capteur rétroéclairé (meilleure montée en ISO), une stabilisation, une ouverture maximale et un zoom plus importants, un viseur électronique, un écran orientable, etc. Très honnêtement, les derniers modèles sont des bijoux technologiques hors de prix (1200€ pour le RX100 VII !).

Néanmoins, si vous tenez à avoir un appareil qui tient dans la poche, le RX100 premier du nom ou le RX100 III sont des bonnes options !

Le RX1 RII

Ce compact est à part puisqu’il possède un capteur plein format de 45 Mpx (rien que ça), un viseur électronique rétractable et une focale fixe de 35mm f/2. Vendu au prix fort (4000€), il est à mon sens davantage un défi technologique d’ingénieurs qu’un réel choix crédible pour vous (pensez donc à tous les voyages ou livres photos que vous pourriez vous offrir avec cette somme 😉 ).

Le ZV-1

Lancé en 2020, ce modèle est un RX100 VII optimisé pour les vidéastes, avec par exemple l’apparition d’un viseur sur rotule. Il est en concurrence avec le Canon G7X Mark III. Cet article étant destiné aux photographes, je ne vais pas détailler davantage.

Les compacts experts de chez Panasonic

Chez Panasonic, vous allez retrouver deux grandes familles de compacts experts : ceux avec un capteur 1’’ et ceux avec un capteur micro 4/3 pour un public plus averti.

Le LX15

Cet appareil à capteur 1’’, lancé en 2016, vient concurrencer frontalement le Sony RX100 III, avec une optique lumineuse équivalente 24-72mm f/1,4-2,8. Il possède en plus une stabilisation du capteur. Il peut être une bonne option de compact expert !

Les TZ100 et TZ200

La philosophie de la famille TZ est de proposer des compacts à capteur 1’’ avec une gamme focale digne d’un bridge (25-250 f/2,8-5,9 pour le TZ 100 et 24-360mm f/3,3-6,4 pour le TZ 200) sans sacrifier l’encombrement.

Malheureusement, la faible ouverture maximale de l’objectif risque de vous limiter à trois niveaux :

  • pour le rendu en basse lumière
  • pour créer une faible profondeur de champ (déjà que ce n’est pas facile avec un capteur 1’’ !)
  • et aussi pour figer votre sujet avec une vitesse d’obturation suffisamment rapide à grande focale. Donc n’espérez pas trop faire des photos animalières propres au 250mm avec !
Les LX100 I et II

En 2014, Panasonic répondu à Sony avec le LX100, un RX100 avec un capteur micro 4/3 à l’intérieur un objectif équivalent 24-75 mm f/1,8-2,8 ! Il a une ergonomie similaire aux appareils argentiques (bague de diaphragme sur l’objectif, molette des vitesses sur le dessus), à la manière des appareils Fujifilm X-T. Le boîtier est un peu plus volumineux que ses confrères avec capteur 1 pouce.

Son grand frère le LX100 II, sorti en 2018, reprend les caractéristiques du LX100 avec notamment un meilleur buffer pour la rafale. Est-ce que cela justifie un tarif 250€ plus élevé ? Honnêtement : probablement pas 🙂

Les compacts experts de chez Canon

Canon est depuis longtemps sur le segment des compacts experts avec sa famille G. À partir de 2012, ces modèles comportent des capteurs d’au moins un pouce. On peut distinguer deux sous-familles : les Powershot G1X avec leur capteur APS-C et les autres, comportant un capteur d’un pouce.

Le Powershot G1 X Mark III

C’est le fleuron de la gamme compact expert de Canon. Le G1 X Mark III comporte un capteur APS-C et ressemble à un mini-reflex, et sa raison d’être est d’ailleurs de les concurrencer avec un encombrement moindre. Avec son capteur APS-C de 24 Mpx, son objectif 24-72mm f/2,8-5,6, sa qualité d’image est logiquement au-dessus de la plupart des compacts.

Cependant, à 1100€, on peut se demander s’il est judicieux de se limiter à un seul objectif pas extrêmement lumineux. Ce détail peut potentiellement vous frustrer si vos besoins photos évoluent avec le temps (par exemple pour faire du portrait, adieu le 50mm f/1.8 !).

Les compacts Canon à capteur un pouce : G5 X, G7 X et G9 X

Sur ce segment, il y a beaucoup de modèles qui sont sortis en parallèle et dont le nom n’est pas très évocateur, donc je vous propose d’y aller par ordre croissant de numéro !

En 2015 sort le G5 X, qui ressemble lui-aussi à un mini-reflex, avec une optique lumineuse 24-100mm f/1,8-2,8, et un écran sur rotule. Il pourrait par sa taille se classer dans la catégorie des bridges. C’est un concurrent du Sony RX100 III avec moins de compacité.

La deuxième version de ce compact, le G5 X Mark II, sort en 2019. Cette version est plus compacte que la première, et la gamme focale s’élargit à 24-120 mm f/1,8-2,8. On comprend que ce modèle concurrence le RX100 VI

Le G7 X Mark II, quant à lui, est semblable au G5 X mais sans viseur électronique, donc plus compact. La mise à jour de 2019, le G7 X Mark III, améliore la réactivité de l’appareil et intègre des fonctions vidéo avancées.

Enfin, le G9 X Mark II, est une version grand public du G7 X Mark II, avec une interface plus minimaliste privilégiant le tactile.

Les compacts experts de chez Pentax : les Ricoh GR

Depuis 2011, Ricoh est la filiale de Pentax qui s’occupe des produits photographiques. Mais c’est un peu compliqué, car leurs reflex et hybrides sont toujours vendus sous la marque Pentax, tandis que leurs compacts experts le sont sous la marque Ricoh.

Dans la lignée du Sony RX100, Ricoh lance en 2013 le GR. Il s’agit d’un compact expert embarquant un capteur APS-C et une focale fixe de 28mm. Cet appareil, petit et discret, est clairement conçu pour les photographes de rue et de reportage. Il est d’ailleurs le descendant direct du Ricoh GR1, un compact argentique qui a atteint un certain culte, par ses qualités, et aussi son utilisation intensive par Daido Moriyama, un des maîtres de la photo de rue japonaise et du mouvement Provoke.

Portrait Daido Moriyama photo Sebastian Mayer
Portrait de Daido Moriyama à Tokyo (Sebastian Mayer, 2010)

Le Ricoh GR ressemble à un compact bas de gamme ce qui peut aider pour passer inaperçu et prendre des clichés plus candides. À noter que ce modèle propose un mode Snap, qui permet de prérégler sa mise au point et d’utiliser l’hyperfocale pour maximiser sa profondeur de champ, et ainsi être encore plus réactif sur le terrain.

Depuis, Ricoh a revu sa copie, et les modèles au catalogue actuellement sont les GR II et III. Les principales différences sont la définition du capteur (16 Mpx sur le GR II et 24 Mpx sur le GR III), et la réactivité (le GR III est logiquement plus rapide).

Les compacts experts de chez Fujifilm : les X100 et le XF10

La lignée des X100 a été lancée en 2011. Le concept consiste en un boîtier à focale fixe équivalent 35mm f/2, avec un capteur APS-C, qui ressemble beaucoup aux appareils télémétriques argentiques, avec un viseur optique qui peut se transformer en viseur électronique d’une pression de gâchette (comme sur son grand-frère le X-Pro, mentionné dans mon article dédié aux hybrides). Ils se démarquent aussi par leur capteurs X-Trans (une technologie différente des CMOS utilisés par la plupart des constructeurs). À l’instar des Ricoh GR, les Fujifilm X100 sont pensés pour la photo de rue et de reportage. Souvenez-vous, le 35mm est la focale par excellence du photojournalisme, dont Robert Capa est l’un des ambassadeurs 🙂

Après plusieurs itérations, les modèles au catalogue sont le X100F et le X100V. Comme toujours, si cet appareil se retrouve dans votre sélection, allez le prendre en main en magasin : soit vous allez l’adorer, soit vous préférerez les ergonomies plus classiques (comme moi 🙂 ).

Le petit dernier des compacts est le XF10. Presque la même recette que le X100 en plus compact : la focale passe à 28 mm f/2,8, les viseurs optiques et électronique disparaissent, l’ergonomie des molettes est plus classique. À ce titre, son concurrent direct serait le Ricoh GR III.

Les bridges

Vous le savez sans doute, je ne porte pas les bridges dans mon cœur, car ils combinent à mon sens les inconvénients des compacts et des reflex. Ceci étant dit, l’apparition des capteurs 1’’ depuis plusieurs années ont tiré leur qualité d’image vers le haut. Comme pour les compacts, je fais le choix de ne pas vous présenter les bridges à capteur inférieur à 1’’ (typiquement 1/2,3’’), car en 2020, leur qualité d’image est trop proche de celles des smartphones.

Les bridges experts de chez Sony : les RX10

Comme pour le RX100, Sony a secoué le marché des bridges dès 2013 en lançant le RX10, un bridge au capteur 1’’ avec une belle optique lumineuse 24-200mm f/2,8 stabilisée. Malgré cet objectif, la taille reste contenue, et le RX10 ressemble à un petit reflex.

Les modèles actuellement en production sont le RX10 II, III et IV. Les différences fondamentales sont la gamme de focale, avec un 24-200 f/2,8 pour le RX10 II, et un monumental 24-600 f/2,4-4 pour ses deux grands frères. Ces deux derniers sont également plus réactifs.

Alors évidemment, le ticket d’entrée à 1200€ ne le place pas à la portée de toutes les bourses, et à ce budget, vous pouvez avoir accès à un beau reflex ou hybride. À vous de voir si vous avez vraiment besoin de focales supérieures à 200mm dans votre pratique (j’insiste, il faut que vous ressentiez une limitation, que vous sachiez pourquoi ces longues focales sont importantes pour vous).

Les bridges de chez Panasonic : les FZ

Comme Sony, Panasonic a choisi de développer une gamme de bridges à capteur 1 pouce.

On retrouve donc le FZ2000, sorti en 2016, avec un zoom optique 24-480 f/2,8-4,5, et le FZ1000 II, sorti en 2019, avec un zoom 25-400 f/2,8-4. La qualité d’image n’est pas au niveau du RX10 IV, mais le prix presque deux fois inférieur (700€ pour le FZ1000 II).

Le bridge de chez Canon : le PowerShot G3 X

Canon arbore un seul bridge à capteur 1 pouce à son catalogue, le PowerShot G3 X, qui propose un objectif 24-600 mm f/2,8 -5,6. Datant de 2015 et sans successeur en vue, on ne peut pas dire qu’ils se soient beaucoup investis dans cette gamme et il est possible qu’elle disparaisse à l’avenir. Vous l’aurez compris : je ne vous recommande pas un bridge de 5 ans d’âge 😉

Les hybrides

Les hybrides, ou encore mirrorless ou compacts à objectifs interchangeables prennent de plus en plus d’ampleur ces dernières années. Comme je vous le disais plus haut, de nombreux hybrides ont atteint une qualité équivalente aux reflex, et peuvent répondre à une grande variété de besoins.

Pour en savoir plus, je vous renvoie vers mon article « Pourquoi choisir un hybride » récemment mis à jour avec une partie entière qui vous détaillera les différentes familles d’appareils. J’y ai mis du cœur, alors j’espère qu’il vous aidera 🙂

Les reflex

Dans cette partie nous allons donc détailler les principaux reflex du marché, par taille de capteur (APS-C ou Full Frame) puis par marque. Vous le constaterez, les reflex sont souvent un peu moins chers que les hybrides à gamme et taille de capteur équivalente. Il y a encore quelques années, on entendait souvent « les hybrides ne pourront jamais remplacer complètement les reflex ! ». Comme je vous le disais plus haut, ce n’est plus vrai en 2020, même dans les domaines les plus exigeants comme la photo sportive et animalière. Donc il s’agit ici avant tout d’une affaire de goût personnel.

Même si les constructeurs consacrent désormais moins d’énergie pour développer leur gamme de reflex Full Frame, le parc optique des constructeurs est déjà bien développé, et le prix des boîtiers et objectifs reflex est souvent inférieur à leurs équivalents pour hybrides.

Et pour finir, n’oubliez pas de toujours relier un appareil à votre besoin : d’accord, le nouvel hybride qui vient de sortir a une rafale de 25 images/secondes, ce qui est plus que le reflex que vous visiez, mais en avez-vous vraiment besoin au juste ? Vous seul avez cette réponse 😉

Les reflex APS-C

Les différents reflex Canon APS-C

Chez Canon, les reflex sont désignés par un nombre suivi de la lettre D. Depuis quelques années les reflex qui sortent dans cette gamme APS-C sont d’entrée ou de milieu de gamme. Ces modèles sont compatibles avec les objectifs EF-S (pour capteur APS-C) et EF (pour capteur Full Frame).

Le haut de gamme : 7D Mark II

Il s’agit du fleuron de gamme APS-C, sorti en 2014 et non mis à jour depuis. Néanmoins, c’est un reflex toujours performant en 2020, avec une ergonomie confortable (écran LCD sur le dessus), un viseur confortable 100%, une bonne montée en ISO et une rafale à 10 images/seconde. Son capteur est de 20 Mpx. Pour vous dire, en 2013 je faisais déjà des photos de concert à 1600 ISO très propres avec son prédécesseur le 7D.

Le milieu de gamme : 90D et 77D

Le 90D, sorti en 2019, offre des performances équivalentes voire supérieures au 7D Mark II : viseur 100%, capteur 32 Mpx, mais une finition moins haut de gamme.

Le 77D, quant à lui, se positionne dans la gamme du dessous, avec notamment un capteur moins défini (24 MPx), un viseur 95%, une autonomie moindre et une rafale moins performante, mais suffisante pour la majorité des usages.

L’entrée de gamme : 2000D, 4000D, 250D et 800D

Les reflex de cette gamme sont davantage axés grand public, ils se distinguent surtout de leurs grands frères par des différences ergonomiques (pas d’écran LCD ni de roue codeuse à l’arrière), et aussi une réactivité un peu en retrait.

On trouve d’abord les 250D et 800D puis les 2000D et 4000D qui sont des modèles très abordables et légers : une bonne option pour commencer sans se ruiner. D’ailleurs, vous le savez peut-être, mon premier reflex était le 450D, ancien de cette gamme 🙂

Les différents reflex Nikon APS-C

Ces reflex sont compatibles avec tous les objectifs Nikkor F au format DX (pour capteur APS-C) et FX (pour capteur Full-Frame). Bonne nouvelle pour vous, ces objectifs Nikkor F sont souvent moins chers que ceux de la nouvelle gamme Nikkor Z pour les hybrides.

Le haut de gamme : D500

Le D500, sorti en 2016, est le reflex APS-C professionnel de Nikon (1700€), destiné aux photographes de sport et d’action. Avec son capteur de 20 Mpx, il a une montée en ISO impressionnante, un autofocus très réactif, et possède une rafale rapide de 10 images/seconde.

Milieu de gamme : D7500

Le D7500, est un peu l’équivalent en 2017 du 7D Mark II de chez Canon. Rafale de 7,5 image/seconde, même capteur que le D500, mais un peu moins réactif et ergonomique que ce dernier.

Entrée de gamme : D3500 et D5600

Vous avez deviné, ces boîtiers sont équivalents à ceux de la même gamme chez Canon. À noter ces modèles ne possèdent pas de moteur d’autofocus intégré, et donc les anciens objectifs AF et AF-D seront à mise au point manuelle (ce n’est pas un drame). Appareils parfaits pour commencer, ils possèdent la qualité d’image que l’on peut attendre des grands capteurs !

Les différents reflex Pentax APS-C

Les appareils Pentax sont connus pour pouvoir endurer des conditions extrêmes, et sont tous tropicalisés. Les objectifs compatibles sont à monture K. Privilégier la série DA, spécialement conçus pour les Reflex APS-C, bien que la série FA et D-FA pour les Full Frame soit elle aussi compatible.

On retrouve actuellement au catalogue deux boîtiers : le haut de gamme KP (1099€) concurrent du Nikon D7500, et le K-70 (700€), qui correspond plus à un modèle entrée de gamme de chez Canon ou Nikon.

Les reflex Full Frame

Depuis les débuts, cette gamme vise en majorité les professionnels, mais comme la côte de ces appareils est globalement à la baisse avec l’avènement des hybrides, vous pouvez trouver des modèles très performants à prix intéressants. N’oubliez pas que le Full Frame induit des objectifs plus volumineux que pour l’APS-C et le micro 4/3.

Les différents reflex Canon Full Frame
Les Canon EOS-1D X Mark II et Mark III

Il s’agit des reflex les plus haut de gamme de la marque, développés spécifiquement pour les photographes professionnels sportifs. Massifs, vendu à 7300€ pour le Mark III, le public cible ne fait pas de doute ! Comme il ne va pas intéresser la majorité d’entre vous (ni moi d’ailleurs ^^), je vais être rapide : rafale 20 images/secondes, autofocus de compétition, montée en ISO stratosphérique. Si vous connaissez la gamme hybride, c’est l’équivalent du Canon R5.

Le Canon 5D Mark IV

Dernier-né (2016) de la célèbre série 5D, ce modèle propose un capteur de 30 Mpx, une rafale à 7 images/seconde et la réactivité propre au haut de gamme. Il possède aussi de bonnes performances en vidéo.

Le Canon 5DSR

Il s’agit du modèle haute définition de chez Canon, avec un capteur de 50 Mpx. Sur les performances, il est forcément un peu moins réactif que de 5D Mark IV.

Le Canon EOS 6D Mark II

C’est le Full Frame d’entrée de gamme de la marque (1300€). Il offre néanmoins une belle ergonomie (avec écran LCD sur le dessus), une montée en ISO performante et une rafale à 5 images/seconde qui suffit pour la plupart des usages.

Les différents reflex Nikon Full Frame
Les Nikon D5 et D6

Ces reflex sont les concurrents directs des Canon EOS-1D X, il n’y a pas grand-chose à ajouter 🙂

Le Nikon D850

Cet appareil est sorti en 2017 pour les 100 ans de la marque. Il combine tout le savoir-faire de Nikon : définition (45 MPx), très bonne montée en ISO, rafale 9 images/secondes, autofocus de course, grande autonomie. Les derniers Nikon hybrides font presque aussi bien, donc c’est sans doute la présence du viseur optique ou bien d’un parc d’objectifs Nikkor F que vous avez déjà qui peut vous décider…

Les Nikon D750 et D780

Ce sont les modèles semi-pro assez proches du Canon 5D Mark IV. Petits frères du D850, ils embarquent un capteur plus raisonnable de 24 Mpx dans un boîtier plus compact.

Le Nikon D610

L’entrée de gamme dans la gamme plein format (1100€). Il date déjà de 2014, et est un peu en dessous de son homologue Canon 6D Mark II en termes d’ergonomie et de performances. Si vous pouvez, je vous conseille plutôt le D750, 200€ plus cher…

Les différents reflex Pentax Full Frame

Pentax n’a gardé deux modèles dans son catalogue, le Pentax K-1 et K-1 II. Il s’agit d’un modèle haut de gamme avec un capteur de 36 Mpx. Le Mark II est le concurrent du Nikon D850, même s’il est légèrement en retrait sur la réactivité et la qualité d’image (même si le niveau reste excellent).

Quand et pourquoi changer d’appareil photo ?

J’ai écrit cet article pour ceux qui cherchent à acheter leur premier appareil photo sérieux, mais je tiens à faire quelques lignes pour aider ceux qui en ont déjà un, et hésitent à en changer. Dans ce cas, il faut vous poser les bonnes questions, et raisonner en termes de besoins et de limitations de votre matériel actuel. Il faut avoir une bonne raison de changer de matériel, pas simplement vouloir acheter un modèle plus récent (sinon gardez vos sous et achetez-vous une guitare, du champagne ou encore une Ferrari :D)

L’idée est de savoir sur quels points vous vous sentez limité actuellement. Dans beaucoup de cas, ça pourra être comblé par un objectif plutôt qu’un nouvel appareil. Je vous conseille d’abord de regarder de ce côté-là, car l’objectif va vous durer plus longtemps, et va beaucoup plus influencer la qualité de l’image.

Si vous devez changer de boîtier, sachez pourquoi : meilleur autofocus, plus grande sensibilité ISO, vitesse de la rafale, etc.

Voilà, j’espère que ce (long) article vous aidera lors du choix de votre appareil photo. Pensez à le partager avec vos amis qui se posent la question, car je vous rappelle que ces conseils seront toujours valables, même dans 1 ou 2 ans ! 🙂

Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 213 notes, moyenne : 4,71 sur 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

879 commentaires
Voir plus de commentaires