La balance des blancs

Le développement numérique des images est complexe et de nombreuses composantes sont à maîtriser avant de pouvoir développer vos clichés en toute sérénité. La balance des blancs en est une : découvrez ce qui se cache derrière ce terme et comment l’utiliser pour donner une ambiance à vos clichés grâce à une vidéo.

Je vous répète souvent de prendre des photos en RAW car cela vous laisse une plus grande liberté après coup pour développer la photo et sublimer votre cliché. Je vous avais aiguillé vers des logiciels photo gratuits pour effectuer ce travail, mais faut-il encore en comprendre tous les principes.
Nous commencerons donc simplement par la balance des blancs, qui est relativement simple à comprendre et à maîtriser, mais qui peut changer l’impact de vos photos de façon assez spectaculaire. Vous verrez que l’essayer, c’est l’adopter !

Suivez le guide dans cette vidéo :
(J’ai utilisé le logiciel UFRaw, mais le fonctionnement de la balance des blancs est le même quel que soit le logiciel employé.)

(Si vous voyez mal, pensez à mettre la vidéo en plein écran et à cliquer sur « HD »)

N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des questions, et à vous abonner à la newsletter (à droite) si vous souhaitez recevoir automatiquement et gratuitement des prochains articles dans votre boîte mail !

Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 4,33 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

53 commentaires
  1. je suis tout nouveau et je suis conquis par ces premières explications; Super et très pédagogue …….bravo et merci; celà me donne vraiment envie de poursuivre et de progresser!

  2. Un bonjour du Québec. Merci pour la vidéo!

    De mon côté, je suis encore un amateur et je me suis créé un studio à domicile (avec toile « rouleau papier/carton » et 3 flashs). Je sais que mon problème avec mes photos est du côté de la balance des blancs… car mon studio est située dans mon sous-sol, éclairé avec des lumières au plafond (modèle avec 3 lumières). Donc, j’essaye de configuré ma balance des blancs de mon Nikon avec la lumière ambiante, mais je présume qu’en prenant mes photos avec mes 3 flash, ce n’est pas la bonne configuration… ?!??!

    Si quelqu’un a une suggestion… Sinon, je devrai faire l’ajustement manuellement en logiciel 🙁

    1. Bonjour Stéphane!
      Sans surprise, je ne vais faire que répéter ce que dit déjà Laurent : shooter en RAW te permet la plus grande liberté dans l’ajustement de la balance des blancs après coup, voire même créer des variantes créatives! donc pourquoi s’en passer ?
      Sinon, je ne peux pas te donner de valeur pour ta balance des blancs, ni te conseiller de régler sur « auto » puisque l’appareil ne peut pas se baser sur la lumière ambiante avant le déclenchement des flashs! Je ne peux que te conseiller de tester et de la régler ensuite manuellement si après tout ça tu veux vraiment rester en jpeg 🙂

      1. Bonjour Antonine,

        Effectivement… Si Laurent et toi proposé souvent d’utiliser le RAW, c’est que nous (les amateurs) n’avons sûrement pas le réflexe d’utiliser ce mode. Est-ce de la paresse de devoir convertir en jpg par la suite pour partager les photos, la frousse de l’inconnu? Même les adultes n’écoutent pas toujours, il faut parfois répéter… 🙂

        Je vais dès maintenant enregistrer le mot RAW dans ma tête pour ne pas l’oublier.

        Merci d’avoir pris le temps de répondre et surtout pour ce suivi si évident.

        À bientôt.

        1. Bonjour Stéphane,
          avec un éclairage assuré par des flashs, il vaut mieux utiliser les mêmes modèles pour éviter les écarts de température de couleurs.
          Si les amateurs ont tendance à shooter en jpeg, c’est aussi par habitude et ignorance car ils ont été habitués aux compacts qui ne shootent qu’en jpeg et ne connaissent simplement pas le RAW. Ensuite, convertir soi-même ses RAW implique du matériel informatique, un logiciel et du temps pour apprendre à s’en servir et à l’utiliser. Sans compter ceux qui n’ont pas intégré le fait que le jpeg n’est pas un format concurrent du RAW mais une résultante de celui-ci et pensent que c’est de la « triche » de passer par un logiciel.
          Pouvoir shooter en jpeg reste intéressant dans les situations où on veut se passer de perdre du temps au traitement, comme les photos souvenirs de voyages. Mais dans les situations compliquées ou si on veut pouvoir personnaliser le traitement, le RAW est idéal.

          1. Merci Alex,

            Le monde de la photo est encore nouveau pour moi et il est tellement vaste. On avance par petits pas, mais plus j’avance et plus j’aime ça 🙂

            À bientôt!

          2. De rien stéphane,
            la photo est un monde tellement riche, comme tout art, qu’on n’a jamais fini d’en apprendre 😉 . Heureusement, la plupart des réglages et techniques existent depuis très longtemps, on peut donc facilement trouver des aides comme ce super blog 🙂 .

  3. bonjour ,
    lorsque je veux modifier la BB dans lightroom 6, je n’ai pas la possibilité autre que telle que, personnalisée ou auto alors que normalement, il y a tungstène, nuageux etc. quelle est la manipulation que je dois faire. merci beaucoup

Voir plus de commentaires