Je vous présente la lumière

Sans lumière, pas de photographie. Autant dire que la lumière peut être notre meilleure amie, comme notre pire ennemie. Le propre du photographe, c’est de savoir apprivoiser la lumière, et pour ça, il faut d’abord la connaître. Alors faisons connaissance !

– Salut Lumière, comment ça va ?

– Nickel, je rayonne !

– Ha ha ! On a le même humour de merde je vois ! Est-ce que tu pourrais nous parler un peu de toi ? Oui parce qu’on se voit tous les jours, mais en fait on ne se connaît pas beaucoup ! 😀

– Je suppose que tes lecteurs et toi, vous vous en foutez complètement de ma double nature, particulaire et ondulatoire ?

– Absolument, on est pas physiciens et donc on s’intéresse plutôt à ce qui peut influencer nos photographies !

– Bon, alors il faut savoir que j’ai 4 caractéristiques principales qui jouent sur le rendu d’un cliché :

(note : Bon on arrête le style interview pour le reste de l’article hein, sinon ça peut rapidement devenir lourd :P)

Prenez note d’une chose avant tout : chaque source de lumière possède ces 4 caractéristiques, et il y a parfois plusieurs sources de lumière selon la situation. Il faut donc savoir en tenir compte.

1. Mon intensité

Portrait coucher de soleil lumière
Ici, la lumière du coucher de soleil n’était pas assez intense pour éclairer correctement le sujet. Sans autre source de lumière, on devait choisir entre sous-exposer le sujet, et surexposer l’arrière-plan, soit entre la peste et le choléra. Le photographe a donc utilisé une deuxième lumière (un flash) afin d’exposer correctement à la fois l’arrière-plan et le sujet. (Licence CC BY-NC-ND R Kurtz, cliquez sur l’image pour voir en grand sur Flickr)

C’est assez facile, cela correspond à la « force », à la luminosité d’une source de lumière donnée. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’elle est relative. En gros, les phares d’une voiture en pleine nuit vous paraissent beaucoup plus puissants qu’en plein jour.

Cette intensité pose plusieurs questions :

  • Tout d’abord, la lumière est-elle assez forte pour éclairer correctement votre sujet ? Autrement dit, allez-vous avoir des problèmes avec l’exposition de l’image ? Et si elle n’est pas assez forte, comment allez-vous résoudre le problème ?
  • Quelles sont les intensités des différentes sources de lumière, et est-ce que celle qui éclaire votre sujet est suffisamment forte par rapport à celle qui éclaire l’arrière-plan ?

Si vous pouvez contrôler une ou plusieurs des sources de lumière (si vous travaillez en lumière artificielle), la problématique est plus simple car vous pouvez en général contrôler leur intensité. Dans le cas contraire, l’intensité des sources de lumière présente est importante, et il faut la déterminer pour éventuellement pouvoir s’adapter (en déplaçant votre sujet ou vous-même si besoin).

2. Ma direction

Lumière et ombre direction
Licence CC BY-NC-SA Iain Alexander, cliquez pour voir en grand sur Flickr)

Oui, ça paraît évident mais c’est très important : la direction de la lumière influence beaucoup l’image. En plein jour vers midi, elle vient du dessus, alors qu’au lever ou au coucher du soleil, par exemple, elle vient du côté, ce qui donne des rendus très différents. Essayez un peu un portrait avec une lumière qui vient du dessus ou une lumière qui vient du côté, vous verrez que l’effet n’est pas du tout le même !

Pensez aussi à la lumière qui vient d’en face, de derrière un objet : celle qui crée des contre-jours, des effets de silhouette ou encore des rais de lumière à travers les arbres d’une forêt… Vous voyez de quoi je veux parler ? Et bien dans ce cas, la simple direction de la lumière crée une ambiance particulière, souvent un peu mystérieuse ou féérique.

Évidemment vous pouvez aussi utiliser à votre avantage une lumière qui vient de dessus. Le tout est d’être conscient de cette direction, de savoir comment elle va influencer l’ambiance de votre image, et de savoir l’utiliser à votre avantage pour produire l’effet que vous désirez.

3. Ma qualité

Portrait de bébé lumière douce
Licence CC BY-NC-SA Jeremy Kunz (cliquez sur l’image pour voir en grand sur Flickr)

Ce qu’on appelle « qualité » de la lumière se réfère en fait à une lumière douce (ou diffusée, comme par exemple la lumière du soleil par temps couvert, ou celle d’un flash enveloppé d’un mouchoir) ou à une lumière dure (non diffusée, comme par exemple celle du soleil à 14h au mois d’août en Méditerranée, ou celle d’un flash puissant). Et à moins de vouloir créer un effet particulier, une lumière douce est en général plus flatteuse (en particulier pour le portrait).

Attention de ne pas confondre une lumière très directionnelle et une lumière dure ! Par exemple, sur l’image de gauche (qui est un excellent portrait au passage), la lumière est à la fois très directionnelle (elle vient nettement d’une seule source de lumière à droite), et plutôt douce (on voit que les transitions entre zones d’ombre et de lumière sont assez progressives). Vous voyez la différence ?

La « qualité » de la lumière est directement liée à sa taille :

  • Plus une source de lumière sera petite, plus elle sera dure.
  • Plus une source de lumière sera grande, plus elle sera douce.

C’est pourquoi pour diffuser votre flash, je vous avais conseillé de l’entourer d’un mouchoir : ceci agrandit en fait la source de lumière 😉 Vous pouvez aussi utiliser ça avec de la lumière naturelle : si celle qui passe par la fenêtre est trop dure, vous pouvez placer un fin rideau, une grande feuille de papier calque… Bref n’importe quoi qui augmente la surface qui émet de la lumière !

Mais vous allez me dire : « Oui mais le Soleil, lui, il est très grand, et pourtant en plein mois d’août, il peut être une source de lumière très dure ! » Et vous avez raison, car un deuxième paramètre rentre en jeu : l’éloignement de la source.

  • Plus la source de lumière est proche du sujet, plus la lumière est douce.
  • Plus la source de lumière en est éloignée, plus la lumière est dure.

On peut difficilement rapprocher le Soleil (et puis ça se réchauffe suffisamment comme ça, évitons d’empirer les choses ! :D). Par contre cette notion peut vous être d’un grand secours quand vous utilisez une source de lumière artificielle. Mais n’oubliez pas que si vous rapprochez votre source, elle va sans doute paraître plus intense (car moins de lumière sera perdue), et qu’il pourrait falloir adapter son intensité !

4. Ma température de couleur

L'heure dorée golden hour température couleur lumière chaude froide balance des blancs
Prise vers le coucher du soleil, l’ambiance de l’image fait la part belle aux couleurs chaudes. (Licence CC BY Anemone Jones)

Vous connaissez déjà un peu ce concept, qu’on a pu aborder en parlant de balance des blancs. En effet, toute source de lumière a une dominante colorée : elle peut être plus ou moins chaude (rouge, orange) ou froide (bleue). Ceci influence beaucoup l’ambiance générale de votre image. Il n’est pas possible de modifier cette température quand vous travaillez en lumière naturelle, mais bonne nouvelle : si vous shootez en RAW, vous pourrez aisément choisir votre propre balance des blancs grâce au développement numérique, et ainsi donner une ambiance plus ou moins chaude (ou froide) à votre image. Vous verrez, c’est souvent l’un des réglages qui interviennent en premier au développement, et un choix photographique important !

– Merci Lumière, et à bientôt à travers le viseur ! 😉

Voilà, j’espère que cette présentation de la lumière vous servira. D’ailleurs, j’ai un petit exercice pour vous. A chaque fois que vous êtes dans une situation photographique, demandez-vous :

  • Quelle est l’intensité de la lumière ?
  • Quelle est sa direction ?
  • Quelle est sa qualité ?
  • Quelle est sa température de couleur ?

Et surtout, jouez avec ces paramètres, et adaptez-vous selon le rendu que vous souhaitez pour vos images ! N’hésitez pas à poser vos questions à la lumière en commentaire, elle n’hésitera pas à vous répondre, et pensez à vous abonner à la newsletter si ce n’est pas déjà fait 😀
 
Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (43 votes, moyenne : 4,40 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

66 commentaires
  1. Bonjour,
    je ne suis pas très bon en photo mais je suis observateur, et je vois passer bon nombre de photos de mauvaises qualités, trop sombres et sur lesquelles les gens se font pleins de films dans le sens ou ils voient des orbes partout, des visages dans les coins sombre etc.
    Pour le fait des visages etc j’ai réussi a trouver que c’était de la Paréidolie. Par contre pour les « orbes » je vois bien que quand il y a une lumière vive quelque part cela fait bien une sorte de tache de lumière a un autre endroit de la photo. J’ai l’impression qu’il y a un angle, est ce qu’il existe une formule mathématique en photo qui l’explique ? Merci de votre réponse.

  2. Merci beaucoup pour cet article trés pédagogique.
    La maîtrise de la lumiére est donc plus simple s’il celle ci est artificielle.
    Par contre est ce que les capacités techniques d’un appareil réflexe par exemple peuvent suffire à maîtriser la lumiére naturelle en extérieur? Ou doit on par moment être dans l’obligation de bouger le sujet ou bouger soit même pour avoir « une bonne lumiére » ou l’effet voulu?

  3. Bonjour, et bravo pour ce blog d’abord,
    On sent le travail du passionné et cela fait plaisir de lire tout ça.

    J’ai une remarque quant aux deux lois que vous utilisez en milieu d’article, sur lesquelles j’aimerais beaucoup échanger, car cela me passionne moi-même :

    Tout d’abord, je ne suis pas d’accord avec cette formule :
    Plus la source de lumière est proche du sujet, plus la lumière est douce.
    Plus la source de lumière en est éloignée, plus la lumière est dure.

    Je pense qu’il serait plus correct de dire :

    Plus la source de lumière est proche du sujet, plus la lumière est CONTRASTEE.
    Plus la source de lumière en est éloignée, moins la lumière est contrastée.

    C’est la loi de Lambert, du carré inverse, peut-importe comment vous la nommez.
    Le fait est que plus la lumière est proche du sujet, plus la différence de luminosité entre deux points de ce sujet sera importante.

    Je reviens ensuite sur l’exemple du soleil.
    Effectivement, le soleil est très gros. Pourquoi alors crée-t-il une lumière dure?
    Simplement car vu d’ici, il est très petit, il s’assimile donc à une lumière ponctuelle 🙂

    La seconde formule sur laquelle je veux revenir n’est donc pas :

    Plus une source de lumière sera petite, plus elle sera dure.
    Plus une source de lumière sera grande, plus elle sera douce.

    MAIS

    Plus une source de lumière RELATIVE AU SUJET est petite, plus elle sera dure.
    Plus une source de lumière RELATIVE AU SUJET est grande, plus elle sera douce.

    Je suis très volontier disponible pour échanger sur ces points de vue, en tout cas encore bravo pour ce site, et bonne continuation,

    Jonathan

  4. Bravo,
    Je commençais à m’ennuyer à lire tes recommandations liminaires, enfin tu nous donne quelques clés de réflexion, c’est ce que j’attendais de ta part.
    J’ai lu le livre « Manuel d’éclairage photo » il est très bien, je le recommande à mes collègues, c’est un livre qu-il est indispensable d’avoir lu si l’on veut être photographe.
    Merci Laurent, continue à nous donner de tels conseils.
    Au revoir et à bientôt.
    Henri TOURTOULOU

  5. Bonjour laurent, juste pour vous dire Merci pour le temps que vous prenez pour les néophytes que nous sommes, j’ai pris il y a peu votre « faites vous plaisir en photographiant » et j’ai commencé à le lire, ainsi que cette première page sur l’éclairage qui m’à indubitablement fait comprendre que je n’étais pas une lumière en photographie, ce pourquoi je m’attelle à lire vos articles, qui j’espère me feront voir mon appareil sous un nouveau jour. Je viens de me porter acquéreur d’un Nikon 1 J5 afin de me faire la main, et peut être plus tard prendrais je un reflex (la taille de ces appareils me posent problème pour le moment), et puis il ne sers à rien d’acheter une Ferrari si tu n’as pas encore ton permis…. donc encore Merci et peut être reviendrais je si j’ai qq questions qui me trottent dans la tête. Bonne continuation

  6. Bonjour Laurent, Bonjour à tous,
    Je profite de cet article sur la lumière pour poser une question concernant l’éclairage en studio.
    Sur les sites marchands, on trouve des éclairages fixes ou flashs dit de studio qui apparemment n’ont rien à voir avec des cobras. Comment sont alimentés ces éclairages? Secteur ou batteries qui semblent être appelées générateurs.
    Ces flashs de studio peuvent-ils être synchronisés avec l’appareil photo. Si oui comment?
    Excellente formation et excellent site, merci pour votre réponse.
    Bonne journée.
    G. Le Camus

Voir plus de commentaires