Diffusez ou réfléchissez le flash intégré de votre appareil pour moins d’1€ en moins de 2 minutes !

Oui, rien que ça ! D’une manière générale, je n’aime pas utiliser de flash et préfère de loin la lumière naturelle. En effet, le flash intégré de l’appareil écrase les images, rend les visages blafards, produit des grosses ombres portées bien grasses partout. Bref, c’est moche. Découvrez comment contourner ce problème par vous-même et sans dépenser des fortunes !

Et oui, dans certaines situations la lumière manque vraiment, et à moins de disposer d’un objectif très lumineux et d’un boîtier qui peut monter très haut dans les sensibilités ISO, il est impossible d’y voir quoi que ce soit. On se retrouve donc obligé d’utiliser le flash intégré de l’appareil, et franchement… bêrk !

Mais pourquoi c’est moche en fait ?

Pour faire simple et rapide, la lumière du flash de votre appareil est quasi unidirectionnelle, et en plus elle arrive directement face à votre sujet.

  • Trop directive : pour vous donner une idée, un pointeur laser c’est une lumière unidirectionnelle, et la lumière du soleil voilé par les nuages c’est l’inverse, c’est-à-dire une lumière diffuse. Autrement dit, une lumière trop directionnelle vient d’un seul point, et donc elle produit des ombres portées très marquées et très nettes. Et ça, en général, c’est moche.
  • Face au sujet : Une lumière face au sujet aplatit les reliefs, ce qui donne l’impression que les gens photographiés au flash ont le visage complètement plat. D’autant plus qu’en général ils sont tout blancs, car le flash est trop puissant. Et ça, en général, c’est moche aussi.
Photo prise au flash
Voilà en général ce que ça donne : un visage tout blanc, une grosse ombre derrière, … Ça ne rend franchement pas bien.

Quelles sont les solutions ? Et bien pour que la lumière devienne plus diffuse, il faut la… diffuser. Si si. Et pour qu’elle n’arrive plus directement face au sujet, il faut la réfléchir, c’est-à-dire faire « rebondir » les rayons lumineux sur une surface afin qu’ils arrivent sur le sujet depuis une autre direction. Et par la même occasion, ils sont aussi diffusés.

Le diffuseur-mouchoir

Un moyen simple pour qu’une lumière soit diffusée, c’est de placer quelque chose de blanc et semi-opaque autour. Se fabriquer un diffuseur avec une balle de ping-pong fonctionne bien, mais si vous n’avez pas fait arts plastiques, j’ai une solution encore plus simple pour vous.

Le mouchoir en papier. Neuf de préférence 😀 En général vous en avez tout le temps sur vous, et si ce n’est pas le cas demandez-en un, de préférence à une femme, qui en général ont 10 000 choses dans leur sac 😛

Il suffit de le déplier, puis de le plier en deux ou trois, et de l’enrouler autour du flash de votre appareil, comme j’ai fait sur la photo ci-dessous. Ça marche aussi avec de l’essuie-tout hein, surtout que c’est plus grand donc plus pratique ! Si ça tient mal, placez un bout de scotch pour vous aider à le tenir.

Diffuseur mouchoir flash apprareil
C’est moche parce que c’est pris avec mon portable, mais vous voyez l’idée 😉

Et voilà ce que ça donne à l’utilisation :

Photo prise au flash diffusé mouchoir
On voit que l’ombre est beaucoup plus diffuse et le visage plus détaillé et moins blafard.

Voyez ? 15 secondes pour faire un diffuseur, environ 2 centimes d’euro, et ça change sacrément la donne ! Ici l’ombre reste un peu dure à mon goût, mais vous pouvez mettre une épaisseur de plus pour diffuser un peu plus.

On constate également qu’on perd un peu de luminosité. C’est normal, une partie de la lumière du flash ne passe plus. Si les photos sont réellement sous-exposées à cause de cette différence, n’hésitez pas à utiliser la compensation d’exposition à +1/3 ou +1/2.

Le réflecteur papier-canson

Normalement un réflecteur s’utilise plutôt avec un flash qui est déjà orienté dans une autre direction que celle du sujet, et donc ne fait que réfléchir la lumière une fois.

Ici, il va nous falloir bloquer cette lumière avant. Une seule solution la manifestation, nous allons réfléchir la lumière vers le plafond (ou un mur), qui réfléchira une deuxième fois la lumière vers le sujet. Corollaire : si vous avez des murs ou un plafond trop sombres, ça fonctionnera moins bien.

Nous allons donc utiliser un petit rectangle de papier épais et blanc, type Canson. Il ne faut pas que vous voyiez à travers, sinon il y aura une ombre de la forme de votre carton sur la photo. A part ça, utilisez ce que vous avez sous la main. En ce qui me concerne j’ai utilisé la carte de membre d’une association qui fait environ 6,5 cm sur 4,5 cm, pour vous donner une idée 😀 Plus petit ça va être dur, mais vous pouvez opter pour plus grand.

Voilà ce que ça donne :

Reflecteur de flash en carton appareil

L’important ici est d’orienter la carte vers le haut, de façon à :

  1. bloquer la lumière qui ne doit pas atteindre le sujet directement
  2. réfléchir la lumière vers le plafond

Pour que ça tienne, j’ai fait deux petites encoches d’environ 2mm dans la carte, qui correspondent aux deux montants du flash sur mon appareil. Ce n’est peut-être pas très clair, donc voyons en photo :

Détail de la fixation du réflecteur flash carton

La façon dont vous allez le maintenir dépend des marques bien entendu, donc avisez selon votre appareil. Ne faites surtout pas les encoches trop larges, sinon ça ne tiendra pas, évidemment.

Et voilà ce que ça donne :

Photo au flash avec réflecteur carton appareil
Magique, non ?

On remarque qu’il n’y a plus d’ombre. La luminosité est plus ou moins la même que quand on diffuse le flash. Mais ici, on remarque que la lumière vient de la gauche (cliquez sur l’image pour agrandir si vous ne voyez pas). En effet, je tenais mon appareil en mode portrait : la lumière s’est réfléchie sur la carte, puis sur le mur à gauche principalement, et enfin a atterri sur Jack, par sa gauche.

Voilà, j’espère que ces deux accessoires ne vous quitteront plus, ça peut toujours servir, et ça vous permettra d’économiser pour l’achat de matériel plus utile, genre un objectif lumineux au hasard 😉 Postez un commentaire si vous avez des questions ou d’autres idées, et pensez à vous abonner à la newsletter si ce n’est pas déjà fait 😉
 
Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (38 votes, moyenne : 4,58 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

82 commentaires
  1. Bonjour
    Dans le cas du carton avec le flash intégré, est-ce que l’appareil prend en compte la perte de puissance de l’éclair du fait de l’augmentation de distance et du pouvoir réfléchissant du dit plafond, ou doit-on surexposer pour compenser ?
    Cordialement,
    D.M

  2. Ouaou ! Je ne m’attendais pas à ça :O
    Merci beaucoup, c’est tellement simple, rapide et efficace ! Je me déplace tout le temps avec un rouleau de scotch et un paquet de mouchoir maintenant 🙂
    ça marche aussi pour des plans plus, larges (une table par ex ?)

  3. Hmm pour le carton orienté vers le plafond ça ne marche pas du tout, je me retrouve avec l’ombre (énorme) du carton, un truc m’échappe.
    en tout cas ça m’a inspiré un compromis carton+mouchoir :
    http://i.imgur.com/dnjIKSS.jpg
    Ca fonctionne pas trop mal, je n’ai pas les ombres aussi floues que sur vos exemple mais au moins elles sont éclaircies, ça change tout 🙂

  4. Clair, très clair !
    J’ai économisé de l argent en plus, tout en pouvant me lancer à fond dans les portraits ! Que demander de plus.
    Le gain de place entre une feuille canson et un diffuseur professionnel n est pas négligeable non plus. C’est plus facile à emporter.
    Tout ça pour vous dire merci. Les gens passionnés, ouverts, créatifs et altruistes, c’est ce qu’il y a de plus beau.

  5. Je croyais que l’achat d’un flash était l’unique solution pour contrer les résultats décevants de l’utilisation du flash incorporé ! J’ai suivi tes conseils, mais j’ai taillé le carton plus grand. (10,5cm X 9cm ). La lumière est plus diffuse à mon goût ! Je l’aurais maintenant toujours dans mon sac ! J’aurai aussi toujours un (ou deux!) papiers mouchoirs et un peu de papier collant ! Ca ne prend pas de place, j’ai épargné plusieurs centaines d’euros…et ca convient très bien à mes besoins !puisque j’utilise la lumière naturelle dans 90% de mes photos !

  6. La première solution OK, la plupart du temps.
    La deuxième, ça marche mais:
    -Il faut qu’il y ait un plafond ou un mur blanc de préférence « à proximité », grand hall impossible.
    – Que la réserve d’énergie du flash soit conséquente, avec de nombres guides de 30 à 50 pas de problèmes, mais avec les mini-flashs intégrés sur les reflex qui ont de nombres guide de 6 ou 8, même avec les meilleurs automatismes TTL je doute que tu fasse des photos de groupe bien exposées à 100 ou 200 ASA en salle.
    Du coup le bénéfice n’est pas certain, surtout si l’objectif est ouvert, autant fonctionner sans flash!

Voir plus de commentaires