3 raisons pour lesquelles un objectif 50mm f/1.8 fera de vous un meilleur photographe

Oui, rien que ça, un meilleur photographe ! Il y a de ça un mois, j’ai acheté un objectif 50 mm f/1.8 et après 1 mois à l’expérimenter, je peux vous dire que ce caillou (comprenez objectif 😉 ) a fait de moi un meilleur photographe, et que si je ne devais garder qu’une optique, ce serait celle-là. Découvrons ensemble pourquoi !

Alors déjà, si pour vous « 50 mm f/1.8 » a autant de signification que טשתסנצ (ceci ne veut sans doute rien dire en hébreu, je ne le parle pas plus que vous :P), commencez par lire l’article sur le choix d’un objectif qui devrait vous éclairer sur ces caractéristiques. Surtout que c’est un objectif lumineux (ceci était une tentative de jeu de mots : si vous avez ri, vous avez le même humour pourri que moi, sinon vous pouvez quand même continuer à lire le blog, promis après j’arrête :D).

Pour résumer, c’est donc une focale fixe (ce qui veut dire qu’on ne peut pas changer sa distance focale, on ne peut pas zoomer quoi), qui possède une ouverture maximale très importante (f/1.8 alors qu’un 18-55 mm du kit ouvre en général à f/3.5), et qui a en plus l’amabilité d’avoir une excellente qualité d’image pour un prix modique (autour des 100€ !).

Ce caillou existe chez Canon et Nikon, mais aussi dans d’autres marques. Sur micro 4/3 par exemple, cherchez plutôt un 20 ou un 25mm pour avoir une équivalence. (on en reparle en fin d’article, pas d’inquiétude)

Voyons donc ce qui me pousse à faire un article complet sur cette optique tellement je la trouve géniale :

Indispensable en basse lumière

C’est l’avantage technique le plus évident : une grande ouverture suppose que plus de lumière peut entrer, et donc qu’il est possible de photographier dans des conditions de basse lumière.

Le premier exemple qui me vient à l’esprit est la photo de concert : il n’y a quasi pas de lumière, et à part dans les moments où les spots sont à fond, il vous sera très difficile d’obtenir une image correctement exposée avec l’objectif du kit, qui à 55 mm n’ouvre qu’à f/5.6 : la différence est tout simplement é-nor-me !

De plus, les musiciens bougeant en général beaucoup, il vous faut utiliser une vitesse d’obturation assez importante afin de figer le mouvement, d’où l’intérêt d’avoir une grande ouverture pour compenser. C’est donc une excellente optique pour le concert, le seul souci étant qu’il est un peu plus difficile de cadrer puisque vous ne pouvez pas zoomer.

Photo de concert guitariste basse lumière Furykane

La photo de concert est une chose, mais après tout vous n’aimez sans doute pas tous ça, ou n’êtes pas amenés à en faire régulièrement.

Mais les concerts ne sont pas la seule situation où la lumière est basse. Prenons une journée d’automne/hiver classique, genre avant-hier, où le soleil se couche vers 17h, et où il pleut des cordes. Bon ok je suis dans le Nord, mais quand même 😛

En gros, il fait très sombre toute la journée, et il fait nuit noire quasi dès 17h30. C’est une situation où vous atteignez déjà les limites techniques de l’objectif du kit, qui galère nettement à vous sortir une photo où on voit autre chose qu’un amas de pixels noirs.

Et bien un 50mm f/1.8 adore ça, tout simplement. Et avant-hier justement, j’étais bien content de prendre tranquillement des clichés sans me battre constamment avec les limites de mon optique. J’avais déjà suffisamment à faire en essayant de tenir le parapluie en même temps 😀

Par exemple je n’ai eu aucun problème à obtenir l’image ci-dessous, alors qu’il était 18h05 ! Elle est un peu sombre, mais c’était ma volonté, et j’aurais pu sans problème l’exposer un peu plus en post-traitement sans trop diminuer sa qualité.

Photo rue bâtiment basse lumière Hors du temps

Une profondeur de champ inédite

Dès le premier cliché que j’ai pris avec cette optique, j’ai su qu’avant ça je ne savais pas vraiment ce qu’était la profondeur de champ. En effet, comme vous le savez si vous avez lu l’article sur l’ouverture, plus l’ouverture est grande (= f petit), plus la profondeur de champ est faible.

Et à f/1.8, ça se voit vraiment. On voit une différence entre f/3.5 et f/8, mais on découvre réellement ce que c’est à f/1.8. C’est un peu compliqué à expliquer, c’est réellement un ressenti photographique que je trouve exceptionnel.

Pour essayer de vous montrer quand même, demandons un coup de main à notre ami Jack, qui avait déjà eu l’amabilité de se prêter au jeu pour un article sur les différents modes de mesure de la luminosité.

photo exemple profondeur de champ mode de mesure de la luminosité
f/1.8 VS f/5.6

La différence apparaît déjà nettement, mais utiliser un 50mm f/1.8 est sans doute la meilleure façon de s’en rendre compte.

Vous allez me dire que c’est bien joli, mais est-ce que ça change vraiment la vie ? Et bien, il est évident que vous avez ainsi plus de possibilités photographiques, plus d’amplitude pour créer l’image que vous souhaitez, notamment pour isoler le sujet de l’arrière-plan. Le meilleur argument est encore une image :

Alexandra photo isoler le sujet de l'arrière-plan

J’adore tout simplement ce portrait (modestement), car il montre bien comment cette grande ouverture permet d’utiliser le flou artistique pour créer une image forte. Je ne sais pas vous, mais moi j’adore voir ce visage qui se perd doucement dans un joli flou artistique. C’est réellement une optique excellente pour du portrait.

Vous êtes obligés de bouger

Ça ne vous aura pas échappé : cette optique est une focale fixe, ce qui veut donc dire que vous ne pouvez pas zoomer (La Palisse est mon ami). Tant que vous n’avez vécu qu’avec des zooms, ça peut vous paraître un handicap.

Ce que je pense, c’est que les zooms sont un handicap. Un handicap énorme. Quand vous utilisez un zoom, vous êtes soudainement cloués au sol, occupés à zoomer ou dézoomer au lieu de BOUGER vos fesses. Et quand je dis cloué au sol, je parle presque littéralement.

Pas plus tard qu’hier, j’ai dû changer d’optique car j’avais besoin d’une focale plus importante que 50mm. J’ai donc monté mon 55-250mm. Et bien je me suis retrouvé subitement immobile, occupé à zoomer et dézoomer. J’ai réellement dû faire un effort conscient pour me déplacer.

Vous allez me dire que vous ne trouvez pas de problème à rester pépères à zoomer/dézoomer. Bande de fainéants ! 😛 En réalité, le fait de travailler avec une focale fixe vous oblige à être créatifs : vous êtes forcés à travailler votre composition finement pour éliminer les éléments gênants, à adopter un point de vue original, à cadrer subtilement votre image. Vous êtes sans cesse mobiles : je me suis surpris à faire des pas de côté genre danseur pour mieux cadrer ! Ça doit être assez drôle à voir je vous l’accorde, n’empêche que mes images sont meilleures 😉

Photo exemple composition cadrage focale fixe point de vue original

Oui, rien que ça, je n’hésite pas à le dire. Pourquoi mes images sont meilleures ? Parce que cette optique me permet :

  • De pouvoir exprimer ma créativité dans un plus grand nombre de situations.
  • D’avoir un champ de possibilités plus grand en termes de profondeur de champ (selon moi l’élément fondamental d’une photo réussie est une profondeur de champ maîtrisée).
  • De renforcer ma créativité en me forçant à bouger avec mes pieds.
  • De travailler mes compositions plus finement.

C’est simple, sur une centaine de clichés pris lors de ce fameux jour d’automne avant-hier, j’en ai gardé huit. Sachant que j’en ai pris certains en 20 exemplaires en testant différents angles de vue. Ça peut paraître peu, mais c’est un ratio bien plus important qu’avant.

Un autre indice : cet objectif est resté monté quasi en permanence sur mon appareil photo depuis que je l’ai.

Je pense sincèrement que ce sont les 100€ que j’ai le mieux dépensé de ma vie. Et je n’en rajoute pas. Si vous souhaitez développer votre créativité, faire un peu d’art en photographie, c’est le premier achat à faire après votre boîtier muni de l’objectif du kit. Pour le prix, vous ne le regretterez pas ! Vous avez donc maintenant une idée pour écrire votre lettre au Papa Noël ! 🙂

Sélection d’objectifs 50mm pour toutes les marques

Pour vous aider, j’ai décidé de rajouter à cet article une sélection d’objectifs selon la marque de votre appareil. Je n’ai mis que les objectifs pas chers ici, le but étant d’obtenir tous ces avantages pour un petit prix.

Note : Depuis, j’ai écrit un article pour répondre à la question très courante : sur un capteur APS-C (comme celui de la plupart des reflex), faut-il choisir un 50mm ou bien un 35mm ? Vous devriez peut-être le lire avant de regarder cette sélection 🙂

Canon

Le Canon EF 50mm f/1.8 STM est vendu environ 130€, et il fera parfaitement le boulot.

Vous pouvez l’adapter sur tous les reflex Canon EOS, et aussi sur les hybrides Canon EOS R via l’adaptateur.

Nikon

Le Nikon AF-S NIKKOR 50mm f/1.8G fera l’affaire pour tous les appareils reflex Nikon D ou hybrides Nikon Z.

Si vous avez un reflex Nikon à capteur APS-C, vous pourriez aussi être intéressé par un Nikon AF-S DX Nikkor 35mm f/1.8G, qui vous donnera un équivalent proche du 50mm monté sur un appareil à capteur plein format.

Sony

Le Sony FE 50mm F1.8 est un peu plus cher (dans les 180€), mais vous ne trouverez malheureusement pas moins cher. Vous pourrez l’utiliser sur la série des Sony A.

Malheureusement les 35mm chez Sony sont encore plus chers, donc difficile d’avoir un équivalent 50mm sur capteur APS-C pour pas cher.

Fujifilm

Les hybrides Fujifilm n’étant dotés “que” de capteurs APS-C, je vous conseille le FUJINON
XF35mmF2 R WR
.

Malheureusement il coûte pas loin de 400€, on est loin d’un objectif pas cher.

Panasonic / Olympus (micro 4/3)

Sur format micro 4/3, c’est un peu particulier, car Panasonic et Olympus se sont mis d’accord sur un standard, et les optiques d’une marque sont adaptables sur les boîtiers de l’autre marque.

Panasonic propose donc le Panasonic LUMIX G 25mm F1.7 ASPH, pour 170€.

Olympus ne propose qu’un 25mm f/1.8 pour 360€ environ, donc ça ne rentre pas trop dans notre budget !

Voilà, j’espère que cet article vous aura aidé et vous fera découvrir le merveilleux univers des focales fixes 🙂

N’hésitez pas à poster un commentaire pour vous exprimer sur cette optique ou poser vos questions, et pensez à vous inscrire à la newsletter si vous souhaitez être mis au courant des prochains articles 😉

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (320 votes, average: 4,53 out of 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 199 commentaires
  1. Bonjour
    Je suis de votre avis sur l’objectif 50mn f 1.8 notamment sur les possibilités artistiques flou luminosité et obligation de se bouger
    J’ai un canon EOS 6D 1 obj 50mm et un zoom lens ef 24/70 mm 1:4 L IS USM
    Je pars en voyage comment utiliser au mieux mes 2 objectifs pr des photos de marché de rue de paysage je débute en essayant
    Le minimalisme
    De ces 2 objectifs quel est celui qui sera le plus intéressant pour des photos de marché et de rue de paysage
    Merci chantoune

  2. Bonjour je débute dans la photo, j’ai investi dans un Olympus OMDEM10-3 j’utilise beaucoup l’objectif de base 14-42 mm pour faire des photos de mon fils de 18 mois. Est ce que l’objectif dont vous parlez m’aiderait à faire de plus belle photo de lui? J’ai du mal à ce qu’elles ne soient pas floues car les bébés bougent beaucoup!! Et qu’elle est l’équivalent chez Olympus. Merci

  3. Bonjour,
    Malgré votre article clair et bien détaillé, je reste un peu dans le “flou” (c’est le cas de le dire), concernant mon projet d’achat. Je vous explique, je possède un Lumix GX9 et je souhaite acheter une focale fixe pour réaliser des portraits. J’ai le choix entre :
    – Objectif Lumix G H-H020A (20 mm / F1.7 II ASPH.)
    – Objectif LUMIX G H-HS043 (42,5 mm / F1.7 ASPH. / Power O.I.S.)
    Dans une tranche de prix équivalente, sachant que l’encombrement n’est pas un critère pour moi, et que je souhaite réaliser de jolis bokeh, lequel est d’après-vous le mieux adapté ? 🙂
    En vous remerciant pour votre aide, continuez ainsi, votre site est une mine d’information ! 😉

    1. Bonjour Franck,

      tout dépend de votre tendance à vous reculer par rapport à votre sujet, si vous avez tendance à cadrer serré le 42.5 permettra de plus jolis flous et vous laissera une plus grande distance de confort avec vos modèles, avec un meilleur AF en plus d’être stabilisé ce qui ne sera pas indispensable en portraits (éventuellement si vous faites des vidéos).

  4. Bonjour, je comprends bien l’intérêt d’un 50 mm par rapport à un zoom de kit peu lumineux, mais personnellement j’ai un zoom 12-40 (équivalent 24-80) à ouverture constante f2.8. Du coup je me demande si j’ai vraiment un intérêt à investir dans une focale fixe équivalent 50 mm, qu’en pensez vous ?

    1. Je précise que l’objectif équivalent 50 mm pour mon boîtier ouvre à F1.8 et coûte 300 €, ça compte pour savoir si ça vaut vraiment le coup de l’acheter par rapport à l’objectif que j’ai déjà.

    2. Bonjour Aurore,
      Je ne connais pas ton budget donc je te laisse jauger si le prix est acceptable pour toi.
      Pour ce qui est de l’intérêt pour toi, c’est à toi de faire le point sur tes besoins.
      Par exemple, le 50mm permet un encombrement moindre que le 24-80mm en cas de déplacement fréquent, de poids supportable par tes bras.
      Il permet également beaucoup plus de luminosité.
      Personnellement, j’ai le 24-70mm 2.8 ET le 50mm 1.4 et je ne regrette pas du tout mon 50mm qui a toute sa place lorsque je pars en vacances l’hiver en train dans ma famille où la plupart des photos se feront en intérieur et que je supporterai bien plus longtemps à bout de bras !

  5. Bonjour,
    Je me remets à la photo après plusieurs années d’arrêt.
    Je faisais de la photo en argentique avec un Nikon FM-2.
    Je redémarre la photo avec un Fuji X-T3, Fujinon 16-55 f2.8 et un Fujinon 10-24 f4.
    Je suis en train de lorgner sur un Fujinon XF 23 mm F/1.4 pour la photo de rue.
    Un ami photographe m’a fait la même réflexion que j’ai pu lire dans votre article. Le zoom sont les pieds, un pas en avant, en arrière ou de côté pour avoir une vision différente.
    Les réglages reviennent gentillement mais je dois vraiment me mettre à jour.
    Le digital, ça change et aussi avec le programme Capture One Pro pour Fujifilm.
    Merci pour vos articles dont je vais essayer d’appliquer vos conseils.
    Meilleures salutations
    AlMe

  6. Toujours bon à rappeler, le 50 mm est le meilleur rapport qualité prix . C’est le premier objectif à posséder pour débuter. Lors de mon arrivée à l’école photo il y a bien longtemps, il faisait parti de la liste du matos à acheter pour la rentrée.

  7. Je pratique la photo depuis quelques mois maintenant et je suis d’accord à 100%.
    Je possède un GX80 auquel j’ai offert (à moi aussi au passage 🙂 ) , un 25 mm f/1.7 avec lequel nous nous éclatons royalement.

  8. Bonsoir
    Je suis sur le point d’acheter vot formation de 7 mois
    J’ai une question urgente pour une soirée dans 6 jours
    Photos à prendre à table pour un anniversaire en famille
    J’ai un lumix g7 objectif du kit 14-140 pas assez lumineux pour l’intérieur
    J’hésite entre un 25 mm et un 42,5 f 1, 8 qu’en pensez vous ? Merci d’avance

      1. Et bien j’ai déjà vu ces deux ressources super d’ailleurs et c’est ta pédagogie humouristique qui m’a fait commander ta formation pour mon anniversaire

        La photo typique d’un anniversaire à table vu ma maison c’est environ 3 personnes en même temps (du même côté de la table) ou 6-8 personnes (cette fois je me mets en bout de table)
        J’ai deux craintes : pas assez de recul pour le 42,5 ?? mais le 25 lui n’est pas stabilisé et mon boîtier non plus … alors flou de bouger ?
        Merci d’avance

  9. Bonsoir Laurent. J’ai lu et relu ton commentaire sur le 50 m/m “fixe” (1.8) . Mais également lu et relu les commentaires de Franzz ! Force est de constater que vous avez raison tous les deux !!! Le seul critère de sélection , à mon sens , c’est la finalité du cliché ……. : Portrait , paysage décalé , etc , ou plus prosaïquement une simple photo souvenir par exemple .
    Du coup , moi qui travaillais avec un 28-80 1:3.3-5.6 , bin je vais me procurer un 50 “fixe” !!! car il est vrai que les quelques portraits que j’ai “tiré” sont d’une grande banalité ! Merci pour ton partage…

  10. Bonjour Laurent,

    Peux – tu nous décoder les lettres utilisées comme suffixes sur les libellés des objectifs stp ? Exemple : Nikon 50mm AF Nikkor f/1.8D ou Nikon 50mm AF-S Nikkor f/1.8G ou encore Nikon 50mm D-AF Nikon F ?

    Merci beaucoup

    Laurent

  11. Salut merci pour ton article, cependant je ne suis pas totalement d’accord avec toi sur l’utilisation du 50 mm pour faire du portrait.

    Considérons simplement la focale : 50 mm. A quoi correspond t-elle ?
    Pour ceux qui ne le savent pas, le 50 mm correspond au champ de vision humain. Avec un 50 mm on voit tout simplement ce que l’on verrait si l’on se tenait à la place de l’appareil photo. Si tu essayes de faire un portrait avec cette focale et que tu cadres bien ton sujet, tu auras l’impression que vous allez vous embrasser (petites oreilles etc…) ce qui n’est à priori pas le but recherché pour un portrait (en général tout du moins). Pour du portrait, il faut généralement des focales plus longues type 75 mm mais pas trop sinon à ce moment là, on écrase le portrait de la personne.

    Enfin concernant l’usage pur du 50mm, je dirai qu’il est à prendre avec des pincettes car difficile de faire de belles photos avec. Je ne dis pas ça dans le sens de réussir une photo mais plutôt dans le sens du ressenti que donne la photo.

    Lorsque tu prends des champs plus larges (du 28 ou même du 35 mm pour nos vieux 😉 , les personnes qui regardent ressentiront immédiatement un sentiment d’espace car le champ de vision est plus large. Inversement, les focales supérieures à 50 créent un effet de focalisation sur l’image car elle est moins large et attire plus facilement le regard du spectateur sur le sujet.

    Mais alors à quoi sert le 50 mm ? Eh bien à rendre compte de la réalité. Il est à double tranchant car on ne peut plus faire dire wouah simplement avec la perspective de l’image mais cette fois ci, il va falloir faire un cliché vraiment extraordinaire dans une situation bien particulière pour qu’il transmette des choses aux personnes qui le regardent.

    Après il y a aussi Lightroom pour redresser les perspectives mais j’appelle ça de la triche puis sur des impressions grand format ça peut se voir…

    Bien à toi

  12. merci pour cet article. petite question : j’ai un canon mark ii avec l’objectif 50 1.8. est ce qu’il y’a un moyen de s’approcher d’un objet et le prendre en photo sans que l’appareil ne se bloque ? l’objectif se floute si on se rapproche trop..

    1. Bonjour,
      J’en achète un cet après midi, c’est exactement mon ressenti avec mon 18-55 ! On fait tout et rien !
      Du coup est il nécessaire de garder son 18-55 mm ? Sincèrement ?

Voir plus de commentaires