Ce week-end, j’ai été confronté à un cas pratique que j’ai résolu simplement, mais a posteriori je me suis rendu compte que beaucoup d’entre vous pouvaient y être confrontés, et que ce n’était pas forcément évident d’y répondre. Revenons donc sur des notions importantes déjà abordées sur le blog, mais appliquées en pratique.

Epinglez cet article sur Pinterest pour le consulter dans le futur !

(Tout d’abord, je vous conseille de lire ou relire l’article sur les modes de mesure de la luminosité, qui sont la solution à cette situation.)

Samedi, les prévisions météo donnaient de l’orage sur Lille, à peu près au moment du coucher du soleil ou après. Je suis donc parti avec mon appareil, mon trépied, mon parapluie et ma télécommande achetée en urgence à la Fnac du coin, dans l’idée de faire de la photo d’orage depuis mon spot préféré de paysage urbain dans la capitale des Flandres. (Pour ceux qui l’auraient raté sur Facebook et Twitter, j’ai écrit un article sur le sujet chez Focus Numérique.)

Bref, j’arrive sur ce que j’aime appeler « le toit de Lille », et malgré quelques nuages menaçants, ce que je vois surtout c’est un ciel de coucher de soleil tout bonnement magnifique, à moitié caché derrière les nuages, qui éclaire toute la ville d’une lumière dorée.

(En regardant les cartes d’impact de foudre juste après, j’ai constaté que l’orage avait soigneusement évité notre belle capitale des Flandres pour s’abattre impitoyablement sur la Belgique et les Pays-Bas avant de redescendre vers l’est de la France… J’étais un peu vert ! :P)

Soit, adaptons-nous à la situation ! Je prends donc un premier cliché de ce ciel, qui donne ça :

coucher de soleil ville mesure évaluative photo surexposée

Vous m’avouerez que le ciel magnifique, on le cherche un peu 😛 La raison de ce ciel surexposé ? L’appareil est réglé en mesure évaluative (matricielle), et a donc cherché a exposer correctement toutes les zones de l’image. Dont les zones sombres, c’est-à-dire les immeubles. Et comme la différence de luminosité était trop grande, le ciel est cramé.

La solution : choisir le mode de mesure spot

La solution est donc de « dire » à l’appareil qu’on souhaite surtout bien exposer le ciel. Pour ça, il faut utiliser un mode de mesure qui ne prend en compte qu’une partie de l’image. Ici, j’ai utilisé le mode de mesure spot, mais on pouvait aussi utiliser le mode de mesure sélective.

Vous allez me dire : « c’est tout, c’est déjà fini ? » Et bien non, car un autre problème se pose : sur Canon, ces modes de mesure tiennent compte de la partie centrale de l’image. Voyons pourquoi c’est un problème.

Quand la mesure d’exposition par l’appareil se fait-elle ?

Juste avant la prise de vue : elle n’est pas verrouillée en même temps que la mise au point quand vous appuyez à mi-course sur le déclencheur.

Faites le test :

  • Placez en priorité ouverture (A ou Av), et ouvrez au maximum
  • Choisissez une mesure spot
  • Visez par votre fenêtre n’importe quel élément bien lumineux (le ciel par exemple)
  • Appuyez à mi-course sur le déclencheur pour verrouiller la mise au point
  • Dans le viseur doit s’afficher une vitesse d’obturation élevée (1/4000ème peut-être)
  • Recadrez sur une zone sombre chez vous (votre rideau opaque à contre-jour par exemple)
  • Dans le viseur s’affiche une vitesse bien inférieure

Donc si vous choisissez une mesure spot et que vous ne voulez pas placer votre sujet au centre de l’image, vous allez avoir un problème en recadrant : l’appareil va refaire la mesure de l’exposition, peut-être sur une zone qui ne vous convient pas. Mais là encore, il y a une solution 😉

La solution n°2 : la mémorisation d’exposition AE-L ou *

Normalement présente sur la plupart des appareils qui ont un mode de mesure de la luminosité, la touche mémorisation ou verrouillage de l’exposition est en général figurée par un astérisque * (chez Canon) ou AE-L/AF-L (chez Nikon).

Son utilisation est simple :

  • Vous placez au centre la partie que vous souhaitez utiliser pour faire votre mesure spot. Dans notre cas pratique, le ciel.
  • Vous appuyez sur la touche * ou AE-L/AF-L
  • Une * s’affiche dans le viseur, signifiant que l’exposition a bien été mémorisée.
  • Vous faites votre mise au point et recadrez comme vous le souhaitez.
  • Vous déclenchez.

Et ça donne ceci :

coucher de soleil ville mémorisation d'exposition photo


Vous m’avouerez que ça rend déjà mieux 😉 (et encore, ce n’est pas ma photo préférée de la série, que je vous livre plus bas)

Voilà donc comment une bonne connaissance de votre appareil vous permet de gérer en quelques secondes une situation lumineuse qui peut être problématique. J’avais déjà abordé ces notions de façon théorique dans l’article sur les modes de mesure, mais il me semble toujours utile de vous exposer des utilisations concrètes des principes que je vous enseigne, parce qu’après tout on est là pour faire des images 😀

J’espère donc que la prochaine fois que vous serez confronté à cette situation, vous n’aurez plus de problème, et saurez comment obtenir l’image que vous souhaitez, sans laisser passer un moment qui peut être fugace. En ce qui me concerne, heureusement que je connaissais bien cette fonction, car 1 minute plus tard, le soleil réapparaissait, rendant impossible une photo de ce genre :

coucher de soleil ville mémorisation d'exposition photo canon
(Canon EOS 550D + 18-55mm du kit : 32mm, f/18, 1/200ème, ISO 100)

Voilà, j’espère que cet article vous aura éclairé sur la combinaison astucieuse de 2 fonctions parfois obscures de votre appareil. Laissez un commentaire s’il vous reste des questions, ou si vous aussi ça vous a déjà sauvé la vie ! 😉

Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

 

 

Laurent Breillat
Download the post in PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (95 notes, moyenne : 4,75 sur 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

226 commentaires
  1. Bonjour
    je n’ai toujours pas finalisé ma compréhension du contre jour /mesure spot/ silhouette !!!
    j’ai un D800 avec réglage toucheAF-On pour la map
    en pratique je procède comment :
    1. je fais une visée sur le ciel ( avec ou sans MAP??)
    2. j’appuie sur le bouton AE L ( réglé pour mémo expo seule) : il garde l’expo en mémoire ?? mais quand je déplace l’appareil en relâchant le bouton AE L l’expo n’est plus en mémoire ( le petit signet lumineux s’éteint )
    3.donc je vise >mémo expo>>recadre et MAP ( faut-il à un moment ré appuyer sur AE L merci pour votre réponse je patauge toujours !!! j’ai suffit plusieurs formations ds Apprendre la photo mais cela reste un souci

    1. Bonjour Jacques,
      Ton appareil calcule l’exposition en fonction du mode de mesure de la lumière et, si c’est ce n’est pas matriciel, en fonction de l’emplacement du collimateur.
      Il n’est donc pas nécessaire de faire la MAP, mais de faire attention à l’emplacement de ton collimateur lorsque tu appuies sur “AE-L”.
      Pour qu’il garde en mémoire l’exposition que tu viens de lui faire calculer, tu dois :
      1. soit maintenir le bouton “AE-L” enfoncé
      2. soit appuyer une fois (“AE-L” reste alors affiché dans ton viseur) et l’exposition reste en mémoire jusqu’au prochain déclenchement
      3. soit appuyer une fois (“AE-L” reste alors affiché dans ton viseur) et l’exposition reste en mémoire jusqu’à la mise en veille
      Tout cela selon le réglage de la commande que tu auras choisi (menu f6)(tu as de la chance, j’ai aussi un D800 😉 )

      Du coup, si tu restes en réglage de type 1 tu te sers de AF-ON, tu devras forcément faire la MAP avant (à moins que tu aies 2 pouces ou 3 mains ^^), relâcher AF-ON pour pouvoir maintenir le bouton AE-L enfoncé. Pas super pratique !

  2. Merci Laurent pour ce super article !
    Juste une question : Tu as pris la mesure sur quelle partie du ciel : la plus claire ou la plus foncée ?
    Encore merci pour ton partage.

  3. Salut,
    Merci pour cet article et ses photos magnifiques !
    Juste une question pour savoir si je comprend bien. Il aurait été possible d’arriver au même résultat en gardant la mesure matricielle en utilisant la correction d’exposition n’est ce pas

  4. J’ajoute ma pierre à l’édifice des commentaires, merci pour ces explications, j’ai un Canon 7000D et je n’avais pas bien compris comment la mesure d’exposition se faisait (je pensais que c’était associé à la mise au point…) je vais enfin pouvoir exposer correctement avec sujet décentré.
    merci !

  5. Bonjour, super article mais une simple question tout de même.
    La mesure d’exposition ne se fait quand mode semi manuel et non pas en mode full manuel ? ou je me trompe ?

    1. Bonjour Quentin,
      Tu ne te trompes pas! 🙂
      En mode full manuel – donc avec les 3 paramètres choisis manuellement : vitesse, ouverture, sensibilité – l’exposition est “figée” quelle que soit le cadrage de l’appareil, donc la mémoriser n’a plus de sens.
      Alors qu’elle aurait bougé (1 ou 2 paramètres auraient été changés par l’appareil) avec n’importe quel mode semi-auto, ou en manuel avec “iso-auto”.

  6. Merci pour ces infos ! Voyageant beaucoup, je prends beaucoup de photos de paysages et j’étais tout le temps confronté à ce problème.
    J’ai passé quelques minutes à chercher la fonction mesure d’exposition, mais mes photos sont plus captivantes maintenant, plus sombres mais ça donne un effet dramatique comme dit Vincent.

  7. Super explication et avec des exemples en images !
    J’avais déjà expérimenté ces manipulations avec mon Alpha6000, je fais une mesure d’expo sur le ciel, puis redescend mon cadrage sur le sujet, par temps nuageux ça donne un bel effet “dramatique” !

  8. Bonjour à tous,

    Très bonne exemple, c’est une fonction que je n’utilise pas mais je pense que c’est un tord.
    Par contre, faire le calcul de la lumière + recadrer + faire la mise au point tout ceci sur un trépied ce n’est pas trop dur ?

    Merci par avance.

  9. Sur mon P7700, j’ai une option “Mesure avec mise au point”
    “Lorsque l’option Mesure ) est définie sur Matricielle, la
    luminosité est mesurée en donnant la priorité à la zone de mise au point.
    Lorsque l’option Mesure est définie sur Spot, la luminosité est mesurée
    dans la zone de mise au point”
    Faut il la désactivé ? C’est un peu comme une mesure pondérée centrale mais sur la mise au point. Du coup, on a jamais une mesure matricielle.

  10. Bonjour Laurent,

    Merci d’avoir illustré l’utilisation de cette fonction!
    Mais sur ce coup un détail qui n’a rien a voir me titille… Y a-t-il une (quelle est la) raison pour l’effet miroir sur la dernière photo au post-traitement?

    Merci d’avance 😀

      1. Désolé je suis allé un peu vite… La dernière image est inversée de 180° “en miroir” par rapport aux autres (clochers à gauche puis à droite de la photo).

        Il doit certainement s’agir d’un choix au niveau composition ou alors pour la lecture de l’image… J’aurais bien aimé connaître la réflexion qu’il y a derrière ce choix.

  11. Bonjour Laurent. Merci pour ce blog vraiment très facile à consulter et qui contient une mine de renseignements présentés de façon abordable pour tout niveau.
    Je connaissais cette technique de mémorisation de l’exposition que j’utilise pratiquement systématiquement quand je fais des photos de spectacle où il y a de gros écarts de lumière sur scène.Je conseil à tous les lecteurs d’utiliser cette technique, le résultat est souvent bluffant.
    Bonne continuation.

  12. Il y a aussi la 2emes solution qui consiste à appuyé a mi course sur le déclencheur pour verrouiller l expo et ensuite sans lâcher le bouton, recadrer.
    Sur nikon cela fonctionne.

  13. Très bel et bon article.
    enfin! on sait.

    Mais deux petites questions tout de même (rien n’est parfaitement parfait).

    1- Nous lisons “sur Canon, ces modes de mesure tiennent compte de la partie centrale de l’image.” Est-ce pareil sur Nikon? Les 9, ou 51 points de mise au point ne permettent donc pas de mémoriser l’exposition spot non plus. c’est bien cela?

    2a- AE-L/AF-L ne permet-il pas de mémoriser à la fois l’exposition (E) et la mise au point (F). Dans ce cas, s’il y a recadrage, ne perd-t-on pas la mise au point? est-il requis de garder AE-L/AF-L pour mémoriser l’exposition et refaire la mise au point en appuyant le déclencheur à mi course?

    2b- Comment se libérer de AE-L/AF-L pour l’exposition suivante?

    Merci Laurent pour le blog et l’Accessibilité du discours. S.P.E. Simple, pratique et efficace !

  14. Bonjour Laurent, Comment utiliser la mémorisation d’exposition lorsque l’on utilise le AF-ON? Back focusing. Merci
    Ghislaine

  15. Un grand merci pour l’article.
    Je me demandais pourquoi certaines photos de portraits en extérieur étaient sous exposées ou surexposées. J’ai compris.
    Je faisais la mise au point sur l’oeil du modèle bien éclairé et puis je recadrais sur un fond de verdure foncé sans verrouiller l’exposition.

  16. Est-ce que la manipulation d’enfoncer le déclencheur les courses et d’attendre le bip de mise au point et ensuite de recadrer est exactement la même chose ?

  17. Bonjour Laurent , est ce que lorsque que j’appuie mis course sur le déclencheur et apres le bio de mise au point je recarde juste derrière est une manœuvre similaire à la mémorisation d’expo? Merci pour vos tutos et je suis prêt si il reste de la place pour l’inscription pour lightroom.

Voir plus de commentaires