Comment utiliser le mode de mesure de la lumière ? Mesure spot, matricielle/évaluative, pondérée…

Vous avez lu attentivement les articles sur l’exposition, et maintenant vous commencez à en comprendre les mécanismes, et à la travailler quand vous prenez un cliché.

Cela dit, dans certaines situations un peu difficiles (notamment en contre-jour ou en faibles luminosités), vous avez toujours du mal à obtenir une exposition correcte à moins de photographier en mode Manuel total, ce qui n’est pas toujours des plus pratiques. Et puis vous avez vu dans le manuel et sur votre appareil ce truc « mode de mesure », mais vous ne savez pas vraiment à quoi ça sert, ni comment l’utiliser. Suivez le guide.

Voyons un peu comment ça se passe dans votre appareil quand vous utilisez un mode semi-automatique comme le mode priorité à l’ouverture (Av ou A) ou à la vitesse d’obturation (Tv ou S).

Si par exemple vous sélectionnez le mode priorité à la vitesse d’obturation et que vous réglez sur 1/250ème, l’appareil va déterminer lui-même l’ouverture et la sensibilité ISO nécessaires pour obtenir une exposition correcte sur la photo.

 

Evidemment, il ne détermine pas ses paramètres par magie, mais en faisant des mesures. En fait, l’appareil mesure la luminosité de l’image et détermine avec quels réglages elle sera exposée correctement. Mais comment mesure-t-il cette luminosité ?

Par défaut, l’appareil mesure la luminosité sur la totalité de l’image. Mais vous avez la possibilité de modifier ce comportement grâce au mode de mesure de la luminosité. Voyons les différents modes en général proposés par les reflex modernes (mais aussi par certains bridges et compacts).

Le mode de mesure évaluative / matricielle / multiple

Le nom change beaucoup selon les marques : on parle de mesure évaluative chez Canon, matricielle chez Nikon, ou encore multiple chez Panaosnic Lumix.

Cela dit, c’est le même principe : c’est le mode par défaut utilisé par votre appareil, celui qui mesure la luminosité sur la totalité de l’image.

Schéma mode de mesure évaluative luminosité
Un petit schéma explicatif, ici pour le viseur du Canon 450D, mais vous voyez l’idée : tout ce qui est en gris fait partie de la zone mesurée..

Il permet d’obtenir une image qui est correctement exposée dans toutes ses parties : aucun endroit n’est sur-exposé (ou « cramé ») ni sous-exposé (ou « bouché »), dans la limite des capacités techniques du matériel bien sûr, notamment de sa plage dynamique.

Pour bien comprendre, j’ai pris volontairement une scène contrastée que vous pouvez reproduire chez vous : c’est juste une figurine devant une fenêtre.

L’extérieur est très lumineux (on est en plein jour), mais la table et la figurine sont assez sombres. La mesure évaluative / matricielle fait ce qu’elle peut pour éviter de surexposer le ciel : on a une image exposée pour la moyenne des tonalités.

photo mode de mesure de la lumière évaluative / matricielle
f/1.7, 1/1000, ISO 200, mesure « multiple »

Ce n’est pas pour rien que c’est le mode par défaut : il fonctionne dans la plupart des situations, et le plus souvent vous n’aurez pas besoin de le modifier.

Mais parfois, ce mode fonctionne assez mal avec la situation, comme par exemple si l’image est fortement contrastée, comme ici : scène en contre-jour, photo de concert où le chanteur est éclairé par un seul spot et le reste plongé dans l’ombre, etc…

Le mode de mesure spot / point

Ce mode mesure la luminosité uniquement sur la partie centrale de l’image, c’est-à-dire le cercle que vous voyez au centre de votre viseur. Ceci représente environ 4 à 5% de l’image totale, soit un cercle très réduit.

schema mode de mesure spot

Il permet d’obtenir une exposition correcte du sujet quand le reste de l’image est éclairé de façon très différente, comme dans le cas d’un contre-jour.

Attention, dans ce cas la partie lumineuse de l’image (le ciel par exemple), sera clairement sur-exposée. Il faut le savoir, et jouer avec. Il n’est en général pas utilisé pour réaliser des effets de silhouette, au contraire, sauf si on mesure la luminosité sur le soleil par exemple : dans ce cas le soleil/ciel sera bien exposé, et le reste de l’image très sombre et donc en silhouette.

 

Reprenons notre exemple : sur mon appareil, je peux sélectionner précisément où je veux faire la mesure spot (on en reparle plus bas). J’ai mis le point sur la tête de mini Groot. L’appareil fait donc l’exposition pour que ce point là soit bien exposé. Et c’est le cas : mini Groot est dans les tons moyens, ni trop clair, ni trop sombre.

Mais du coup, le reste de l’image est évidemment beaucoup plus clair ! (ce qui n’est pas forcément toujours très grave hein, même si ici c’est un peu moche).

photo mode de mesure de la lumière spot
f/1.7, 1/80, ISO 200, mesure spot

Notez que sur certains appareils, notamment les reflex Canon, il existe également un mode de mesure assez proche, la mesure sélective, qui est en gros la même chose mais avec un cercle plus élargi, de l’ordre de 9 à 10% de l’image.

schema mode de mesure sélective
Sur un cercle un peu plus grand que la mesure spot donc.

Le mode de mesure pondérée centrale

Ce terme un peu barbare signifie en réalité que la luminosité est mesurée prioritairement au centre, mais que le reste de l’image est également pris en considération.

Autrement dit, l’appareil mesure la lumière sur la totalité de l’image, mais donne plus de poids aux mesures effectuées au centre qu’à celles effectuées en périphérie. Ici le schéma est très utile pour comprendre la façon dont est évaluée la luminosité :

schema mode de mesure pondérée centrale

Ce mode est un peu un intermédiaire entre le mode de mesure évaluative et le mode de mesure spot. Il peut être utilisé plus ou moins dans les mêmes situations, en particulier quand vous ne savez pas vraiment sur quel point mesurer la lumière et que vous savez juste que vous voulez exposer correctement le centre (centre plus élargi que dans une mesure spot).

Ici, j’ai utilisé ce mode sur la même scène. Vous voyez qu’on a une scène encore plus sombre que sur le premier. Je pense que l’appareil a simplement bien détecté les tons moyens (le reflet du ciel sur le bois de la table), mais n’a pas pris en compte les ombres autour (qui ne devaient pas faire partie de la zone prise en compte). Du coup, il a encore un peu diminué l’exposition.

photo mode mesure lumière pondérée centrale
f/1.7, 1/1600, ISO 200, mesure pondérée centrale

Pour ce qui est d’utiliser ces différents modes, je vous renvoie au manuel de votre appareil, je ne vais pas le faire pour toutes les marques évidemment 😉

ATTENTION : le réglage du mode de mesure est conservé quand vous éteignez votre appareil : pensez donc à le vérifier quand vous prenez une nouvelle série de photos 😉

Où la luminosité est-elle réellement mesurée ?

Je pose cette question car j’ai toujours parlé de « centre » de l’image. Mais comme vous le savez, on ne veut pas toujours (voire pas souvent) placer son sujet au centre, comme l’indique la règle des tiers. Comment faire alors ? Accrochez-vous un tout petit peu, ce n’est pas forcément très simple 😉

 

Sur beaucoup de reflex (notamment les Canon), la mesure spot va se faire au centre de l’image, quel que soit le collimateur utilisé pour faire la mise au point.

Sur certains hybrides et également certains reflex (notamment les Nikon), la mesure spot se fera par contre à l’endroit où on fait la mise au point, ce qui est souvent plus logique.

 

Donc si vous utilisez le mode de mesure spot sur un reflex, la mesure va souvent se faire au centre de l’image, même si votre sujet est placé ailleurs. Comment contourner ce problème ? En utilisant le bouton mémorisation d’exposition, souvent représenté par un astérisque : *.

 

Comment fonctionne ce bouton ? C’est simple. Vous placez le sujet que vous souhaitez exposer avec une mesure spot au centre de l’image. Vous appuyez sur le bouton *. Apparaît alors un * dans le viseur. L’exposition est alors mémorisée, et vous n’avez plus qu’à mettre au point et cadrer votre image comme vous le souhaitez, et déclencher bien sûr. C’est un peu l’équivalent d’enfoncer le déclencheur à mi-course, mais au lieu de verrouiller la mise au point, cela verrouille la mesure de luminosité (et donc l’exposition).

 

Voilà, vous avez maintenant les clés pour utiliser ces différents modes de mesure à leur plein potentiel. Cela dit, il n’est pas aisé de les maîtriser (en particulier le mode de mesure spot), et il vous faudra un peu de pratique avant de les utiliser intuitivement à leur plein potentiel. Mais cet outil est souvent indispensable dans des situations d’éclairage difficiles, et le connaître vous permettra de mieux les gérer.

Si cet article vous a plu, partagez-le avec vos amis, et abonnez-vous gratuitement à la newsletter pour être averti des prochains. Je tiens à préciser que j’ai rédigé cet article suite à des commentaires dans un précédent article, devinant que tout le monde ne comprendrait pas ce qui s’y tramait. Alors vous aussi laissez un commentaire ! 😉

Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (52 votes, moyenne : 4,67 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

176 commentaires
  1. Article simple et efficace, pour le mode spot, on m’a souvent raconter que l’on pouvait zoomer (si possible) sur le sujet de façon à ce qu’il rentre entièrement dans la zone de mesure, appuyer sur la mémorisation d’exposition puis de recadrer l’image. Est-ce une bonne façon de faire ?

  2. Bonjour, Avec mesure évaluation sélectionnée et collimateur central si je prend une photo en faisant la MAP sur le sujet (la tête du garçon dans un paysage) en appuyant à mi-course puis je recompose alors la mesure de lumière se fait quand?
    À la MAP ou quand j’enfonce. La réponse est-elle différente si je travaille en mode M ou Tv et Av?

  3. Bonjour,

    J’aimerais savoir si il faut appuyer sur le bouton déclencheur à mi course avant d’appuyer sur *?
    Ou si il suffit de viser et d’appuyer directement sur * sans appuyer sur le bouton de MAP ?
    Merci d’avance pour votre réponse
    Cordialement

  4. Bonjour,

    Est-t-il possible de faire la mise au point sur un sujet et faire la mesure de l’expo sur un autre? Par exemple, une silhouette en contre jour. Mémoriser l’expo sur le ciel avec la mesure spot par exemple et ensuite faire la mise au point sur la silhouette et composer la photo. Mais si l’on choisit une grande profondeur de champ peut-être que cela n’est pas nécessaire de dissocier les deux?
    J’ai essayé et ça a l’air de marcher, mais dans quel cas l’utiliser et est-ce bien utile? Merci 🙂

    1. Bonjour Mathilde,
      Oui c’est tout à fait possible, et pour une silhouette sur fond de ciel c’est très utile (avec une faible ouverture il y a moins de risque, mais il y a risque quand même, surtout si la silhouette est proche de toi).
      Ça peut aussi être utile lorsque tu veux vraiment éviter de « cramer » la partie de l’image sur laquelle tu mesures l’exposition, quitte à augmenter l’exposition du sujet en post-traitement par la suite.
      Il y a sans doute encore plein d’autres exemples 🙂

  5. Bonjour,
    Merci pour cet article très instructif.
    Je me pose une question : je commence à utiliser le bouton AF-ON de mon boiter Canon 70D. Je fais donc ma mise au point indépendamment du déclenchement de la prise de vue.
    Si j’ai bien compris, lorsque je recompose le cadre de ma photo, la mesure de l’exposition se fera avec le collimateur central, mais pas sur le sujet (qui lui est décentré).
    Il faudrait pour cela que j’appuie d’abord sur AF-On pour faire la mise au point sur mon sujet, puis sur le bouton * pour faire la mesure de l’exposition, et enfin que je recompose mon cadre et que j’appuie sur le déclencheur pour shooter ! 3 boutons pour faire 1 photo ?
    Ou alors j’ai mal compris ? Est-ce que la mesure d’expo se fait

    1. Bonjour Francesco,
      En effet c’est fastidieux! 🙂
      Cela dit je me trompe peut-être mais je ne vois pas vraiment l’utilité du bouton AF-ON en mise au point-recadrage…
      Autant utiliser le bouton déclencheur principal pour tout faire, du coup.
      Pour moi le AF-ON n’a d’intérêt que si justement tout le reste est déjà réglé (cadrage, exposition…), sur trépied par exemple.

  6. Haaa franchement merci , c’est con mais je pigeais pas à l’instant pourquoi,j’arrivais pas à shooter la lune…tout simplement parce que j’étais en visé sélective et non en visé spot, c’est tout con…Mais ça à sauver ma soirée et j’ai pu faire plaisir d’avoir la lune pour ma chérie! Merci!

  7. Après plusieurs essais, je n’ai toujours pas compris comment on utilise le mode mémorisation de l’exposition. J’ai bien compris le principe, mais je n’arrive pas aux résultats escomptés :
    – soit mon sujet est toujours dans l’ombre,
    – soit la source lumineuse est surexposée.

    Quelqu’un pourrait m’aider ?
    Merci !
    🙂

    1. (re!) Bonjour Guillaume,
      Le mode de mesure de la luminosité (et non la mémorisation) ne résout pas les problèmes de sous-exposition et de surexposition, elle permet simplement d’adapter le calcul au type de sujet.
      Donc ça améliore la mesure, mais ça n’élimine pas les sous et surexposition (qui auraient pu être voulues d’ailleurs!).
      Pour gérer cela, je t’invite à lire cet article qui devrait bien t’aider 😉
      Et sinon, la mémorisation d’exposition, c’est plutôt ça 🙂
      à bientôt!

  8. je lisais
    « Si par exemple vous sélectionnez le mode priorité à la vitesse d’obturation et que vous réglez sur 1/250ème, l’appareil va déterminer lui-même l’ouverture et la sensibilité ISO nécessaires pour obtenir une exposition correcte sur la photo. »
    Oui, mais à condition que le mode auto soit réglé pour la sensibilité, sinon les variables se feront sur la vitesse et la sensibilité choisies par le photographe. L’appareil déterminera seul une ouverture qui donnera une exposition correcte, s’il y a assez de lumière.
    Automatiser le choix de la sensibilité peut exposé le photographe à des photos plus ou moins bruitées, selon la qualité de l’appareil utilisé.
    Ou alors placer le mode auto sensibilité dans une fourchette d’Isos que l’appareil pourra gérer efficacement.
    Enfin, il me semble, non?

  9. Eh bien voilà ! Je viens enfin de comprendre pourquoi mes photos d’aigrettes garzettes étaient toujours ratées ! Elles sont d’un blanc immaculé, je suis toujours en mode spot, le fond est très sombre… Il suffisait de lire votre article ! J’y retourne dès demain en changeant le mode ! Merci, merci, et encore merci ! Et je vais de ce pas aller lire les autres articles !

Voir plus de commentaires