Soyez un artiste, pas un artisan

L’idée de cet article m’est venue grâce à 2 choses : tout d’abord, j’ai constaté que les 5 articles les plus commentés du blog traitaient de matériel, ce qui donnait le plus souvent lieu à des débats stériles sur le soi-disant « meilleur » appareil, objectif, ou sandwich au poulet. La deuxième, c’est la lecture d’un excellent bouquin qui s’appelle « Art & Fear » (l’Art et la Peur).

La photo est par nature un art qui demande forcément une assez bonne maîtrise technique : les appareils sont relativement complexes, et la courbe d’apprentissage est un peu raide au début. Ce n’est pas le seul art qui le demande (je vous invite à essayer de sculpter un bloc de marbre :D), mais disons qu’il y a sans doute plus de choses à maîtriser mentalement qu’en dessin ou en peinture (même si tenir un crayon correctement n’est pas si simple que ça, ça ne demande pas de lire un manuel de 300 pages :P).

Et cette caractéristique totalement intrinsèque à la photo provoque un effet secondaire qui me semble absolument néfaste : beaucoup confondent faire de l’art, et faire de l’artisanat.

 

(Je vous avertis, c’est un article de réflexions sur la photo, pas avec 5 techniques secrètes pour faire la photo de vos rêves 😉 C’est très important, mais je suis prêt à parier qu’il ne sera pas autant commenté qu’un autre, malheureusement.)

Quelle est la différence entre l’art et l’artisanat ?

Mona Lisa Leonardo da Vinci la JocondeNe fuyez pas si vous avez l’impression de vous retrouver en cours de philo au lycée avec le poussiéreux et ennuyeux Monsieur Richard. Vous allez voir, c’est intéressant ! 🙂

 

Si on a deux mots différents, c’est bien parce que ce n’est pas la même chose. Intuitivement, quand on parle d’artisanat, on pense à de beaux meubles, à de la marqueterie, à du fait main, à un bel instrument de musique, etc. Quand on parle d’art, on pense plutôt au concerto pour clarinette de Mozart, à la Joconde, au Petit Prince de Saint-Exupéry ou à Heroes de David Bowie. (oui, j’en profite discrètement pour vous ravir les oreilles 😛)

 

Ces exemples sont simples, la distinction est facile. Mais comment définir la différence concrètement ? Si je prends la Joconde et une hypothétique parfaite copie de la Joconde, est-ce que c’est de l’art ? De l’artisanat ? Comment les distinguer ?

Ce simple exemple (que je pique au livre dont je vous parle plus haut et plus bas) permet de mettre en avant une chose : il n’y a pas de limite claire entre les deux, car l’art nécessite forcément un certain savoir-faire, qui est le propre de l’artisanat.

L’artisanat

Stradivarius violin Palacio Real Madrid violonEn effet, l’artisanat est basé sur un savoir-faire acquis. C’est même le but premier de l’artisanat : le savoir-faire le meilleur possible. Le but final d’un objet d’artisanat est d’obtenir quelque chose de parfait : un meuble, un instrument de musique, etc.

Les imperfections enlèvent quelque chose à un objet d’artisanat : vous paierez moins pour un meuble imparfait que pour un meuble parfait.

L’art

David de Michel-Ange statue David Gaya

Licence CC BY-SA David Gaya

À l’inverse, en art, l’imperfection n’enlève rien à l’œuvre, voire elle y ajoute quelque chose. Certaines œuvres sont belles grâce à leur imperfection. Je pense par exemple au David de Michel-Ange, avec ses mains disproportionnées, et sa jambe gauche plus longue que la droite (ce qui était volontaire d’ailleurs).

Et dans tous les cas, la perfection n’est pas le but d’une œuvre d’art. C’est l’expression de l’artiste, qu’il veuille simplement créer quelque chose de beau ou exprimer une émotion particulière, c’est ça qui est primordial dans son œuvre, et non la perfection technique et la qualité du savoir-faire, qui ne sont que des outils au service de son expression.

La différence

La différence entre les deux ne réside donc pas tant dans les outils ou dans le savoir-faire, mais dans l’intention qu’il y a derrière.

Pour l’artisan, le savoir-faire est une fin en soi. Pour vous, l’artiste, le savoir-faire est le véhicule nécessaire à l’expression de votre vision. Le savoir-faire est la face visible de l’art.

(je cite ici le bouquin, car cette phrase est magnifique)

Et en photo ?

Alors concrètement, qu’est-ce que ça change, qu’est-ce que ça doit changer pour vous, en photo ?

 

En commençant, vous vous concentrez sur le savoir-faire, et c’est bien normal. Vous en avez besoin d’un minimum pour pouvoir vous exprimer à travers l’outil photographique : impossible de faire une faible profondeur de champ sans comprendre le concept d’ouverture par exemple. Et attention, je ne suis pas en train de dire qu’il faut abandonner ça : c’est très important et fait partie du processus.

 

Mais l’important, c’est que ça ne doit pas devenir un but en soi. Produire la photo la plus nette possible, trouver la plus grande profondeur de champ grâce à l’hyperfocale, avoir le moins de distorsion possible, un objectif avec un bon piqué, n’a jamais fait une bonne photo ! Personne n’est jamais tombé en pâmoison en disant « Oh mon Dieu, qu’est-ce que cette photo est nette ! Je suis ému ! ». Ce qui fait qu’une photo arrête les gens, les émeut, les frappe en plein cœur, ce n’est pas votre savoir-faire avant tout, c’est votre expression.

À partir d’un certain moment, il faut arrêter de se concentrer uniquement sur le développement de son savoir-faire technique en photo (qui de toute façon s’améliore principalement avec la pratique une fois les bases bien acquises), mais il faut se concentrer sur son expression.

 

Alors oui, c’est effrayant. Il est plus facile de se concentrer sur l’obtention du meilleur piqué possible. Au moins, si ce n’est pas le cas, ce n’est pas de votre faute, c’est celle du matériel. Ou de votre savoir-faire (mais vous avez une excuse, vous débutez encore).

Par contre, si vous avez mis toutes vos tripes dans une image, et que quelqu’un n’aime pas, ça fait mal. Car c’est vous, cette image. Et donc s’exprimer pleinement, ça fait peur. Et c’est normal.

Mais ce qui fera que vos photos seront vraiment les vôtres, que vous vous exprimerez grâce à elles, que vous serez heureux ou ému en les voyant, c’est votre intention derrière. Celle de produire une œuvre d’art (n’ayons pas peur des mots), et non pas une pièce d’artisanat (ce qui n’a rien de péjoratif hein, j’ai beaucoup de respect pour l’artisanat).

Donc arrêtez de passer à des heures à vous demander comment obtenir l’hyperfocale parfaite, ou quel objectif vous donnera un tout petit peu plus de piqué que le voisin. Exprimez-vous, photographiez.

 

Et si cet article vous a intéressé, je vous conseille le livre que je suis en train de lire. Il existe une traduction française, même si le titre a comme d’habitude été mal traduit : « Petit éloge de l’art : Repérer et surmonter les peurs propres à toute pratique artistique ».
 

Cet article vous a plu ?

Vous pouvez le télécharger au format PDF pour le lire tranquillement chez vous:
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 5,00/5)

Loading...

Recherches utilisées :

artiste et artisan, artiste ou artisan, soyez un artiste pas un artisan, apprendre la photo soyez un artiste pas un artisan, artiste artisan, ART-ARTISANAT DIFFERENCE, article photo artiste artisan art and fear, artisan ou pas?

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

148 commentaires

  • L’art c’est la sublimation du réel

    25 octobre 2013
    • je dirais même que l’art c’est une interprétation personnel et sensible du réel
      le but étant de faire passer un message tel qu’il sois. Tout images (ou création en général) auxquels ont porte un intérêt à un sens, et c’est toujours ce sens, implicite ou explicite, que l’on va rechercher. Je compléterais pour dire que pour moi « le côté technique » est donc un outil à utiliser pour pouvoir s’exprimer correctement. Il est donc indispensable de savoir un minimum l’utiliser pour pouvoir retranscrire ce que l’on souhait exprimer. Cependant comme tu le disais il ne faut pas que cela sois un blocage car la technique s’acquière en pratiquant

      25 octobre 2013
      • Pourquoi l’art devrait être une interprétation du réel ? Cela peut être une interprétation de l’imaginaire…

        25 octobre 2013
        • parce que pour moi l’imaginaire est déjà une interprétation du réel
          Pour qu’un imaginaire fonctionne il emprunter certaines « notions » du réel
          Pour être déjà considérer comme imaginaire on dois avoir conscience du réel (je sais pas si je m’explique très bien)
          Mais oui l’interprétation peux être totalement imaginaire 🙂

          25 octobre 2013
  • A l’approche de l’hiver, ne pas confondre faire de l’art et faire du lard….

    25 octobre 2013
  • Oui Laurent, c’est la différence entre une photo jolie – une n-ieme parmi des millions – et une photo qui a vraiment quelque chose à dire. Et celle exige du photographe d’être lui-même et pas simplement un spectateur.

    25 octobre 2013
  • Bonjour à tous,
    Derrière « l’art » la technique sait, et doit, se faire oublier !
    Cependant elle existe …

    25 octobre 2013
  • Bon sujet! Merci de faire des piqûres de rappel.
    Quel est le nom du bouquin en anglais?
    Merci pour le taff fourni c’est de la bombe

    25 octobre 2013
  • Effectivement, si on regarde les sites de partage de photos, la majorité des commentaires et des critiques se focalisent sur les détails techniques : un qui dit: »beau ou mauvais piqué » l’autre qui dit: ‘Jolie photo mais, si l’ouverture était F1.4 au lieu de F1.8 ça serait plus belle ». Rare qu’on trouve des commentaires sur l’intention du photographe, l’idée véhiculée ou à la limite reçu en contemplant la photo.

    25 octobre 2013
  • Bonjour Laurent,

    Bon sujet et bonne réflexion que toute personne ayant une démarche artistique doit considérer.

    L’art et la technique, deux aspects importants de la finalisation d’une oeuvre. L’art sans la technique reste du non manifesté de l’incréé. La technique sans l’art, n’a aucune utilité.

    On peut dire que la technique doit être au service de l’art et non l’inverse. Il ne faut donc jamais perdre de vue cela, sans pour autant négliger la technique, sans quoi l’émotion présente au fond de nous n’aura pas la possibilité d’être exprimée et donc matérialisée.

    Bonne journée!

    Philippe

    25 octobre 2013
  • Merci Laurent pour cette article. Beau travail. Cela fait maintenant 1 an 1/2 que j’ai mon reflex et pourtant je continue toujours à acheter des magazines pour la technique. Il faut que je me concentre maintenant sur le coté artistique. Bonne journée.

    25 octobre 2013
  • bjr Laurent,
    comme souvent c’est un plaisir de lire tes articles, concernant celui-ci tu as mis des mots sur un ressenti…rappel toi lorsque je te demandais comment aiguiser son oeil 😉 finalement une fois la technique comprise en théorie ont se dit « ok trés bien..et aprés?? pourquoi mes photos me semblent-elles dénuer de sens..de beauté..d’emotion…? » a mon sens et pour te rejoindre il faut aussi prendre en compte l’art.
    a bientot

    25 octobre 2013
  • Et comme dans tout art, il ne faut pas avoir peur des essais, des esquisses, des études… Une « oeuvre » (j’ai du mal à employer le mot car j’en suis loin !) ne naît pas toujours instantanément :
    « Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage,
    Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage ;  » (Nicolas Boileau, L’art poétique)
    Merci pour cette réflexion.
    Je suis toute nouvelle sur ce blog et je n’ai pas encore tout fouiné… mais j’y travaille !

    25 octobre 2013
    • Bonjour Evelyne,
      Exactement ! Il ne faut surtout pas avoir peur de faire de mauvaises photos, et même plein ! Après tout, on choisit ce qu’on montre 😉

      Chaque mauvaise photo est un pas de plus vers une bonne.

  • C’est peut être pour cela que l’on trouvera plus beau (je parle pour moi) un portrait avec quelques imperfections à une photo trop photoshopée un peu plus fade et moins réaliste.

    25 octobre 2013
  • Personne n’est jamais tombé en pâmoison en disant « Oh mon Dieu, qu’est-ce que cette photo est nette ! Je suis ému ! » : ceci m’a fait rire 😀

    Mais revenons à nos moutons. Beaucoup ont le problème inverse aussi. J’ai tendance à ne pas aimer mes photos si elles ne sont pas « artistiques ». Même pour une simple photo souvenir, je me mets énormément la pression. Est-ce du perfectionnisme, de la bêtise ? Je ne le sais toujours pas…

    • Bonjour Emeline ! 🙂

      Ton problème est intéressant. Il faut savoir faire la part des choses et aussi photographier parfois sans prétention.

      Ce n’est pas parce que l’une de nos activités principales est d’essayer de faire de la photo artistique que ça nous empêche de faire parfois de la photo artisanale (une soirée entre amis, ce genre de choses…). L’important est l’intention qu’on y met.
      Par exemple, j’ai fait peu de photos de paysage que j’aime vraiment beaucoup, mais ça ne me préoccupe pas : je n’y ai pas mis une énergie folle, car ce n’est pas ce qui m’intéresse le plus.

    • J’ai le même problème…!
      Je pencherais pour du perfectionnisme, mais ça n’a jamais tué personne, au contraire!

      25 octobre 2013
    • De la bétise surement pas Emeline,tu essayes peut être de « trop » bien faire,perfectioniste oui,je trouve que c’est une qualité ça !
      Pour la bétise va voir ma page sur « ipernity »,ça c’est de la bétise !!! 😉

      25 octobre 2013
  • Je dirais même qu’il faut arriver à mettre la technique au service de la créativité. Plus une chose semble simple, plus c’est beau car toute la technique nécessaire pour réaliser la photo laisse la place à la beauté de la photo.

  • ben moi ça me sert beaucoup de lire cela. Car en tant que débutante je ne comprenais pas pourquoi certaine photos avaient du succés alors qu’elles avaient pas mal de défauts et d’autre que je pensais réussies ne plaisaient pas. Merci Laurent

    25 octobre 2013
  • Salut,

    Merci pour cet article!!! Je suis tout à fait d’accord, maitriser l’appareil c’est bien et essentiel mais après…. Et là je suis entre les deux eaux, ok super je sais gérer (plus ou moins hein) la profondeur de champ et comment je fais maintenant pour mettre de l’expression, émotion, ou tout autre truc en -tion dans ma photo.
    Je dois pas avoir une ame d’artiste à la base, j’essaie de développer ce coté mais c’est pas facile…. Il n’y a pas de mode d’emploi pour ça si ? 😀

    A+
    Karine

    25 octobre 2013
    • C’est une grande question ça, à laquelle il n’y a pas de réponse simple évidemment 🙂

      Je pense sincèrement que tout le monde peut faire de l’art. Nous avons tous des émotions, qu’il faut libérer pour ça, dans le média qui nous plaît (pour nous c’est la photo, d’autre l’écriture, etc.). Développe ta sensibilité, et lis ce livre, je crois qu’il va t’intéresser !

      • Merci! Je vais voir si je trouve ce bouquin 🙂

        25 octobre 2013
    • Bonjour Karine,
      Une piste pour t’aider à développer ce côté, à arriver à mettre de l’expression, pourrait être la suivante : quand tu aperçois un lieu, une chose ou une situation que tu aimerais photographier, parce que tu te dis à ce moment-là, hmmmm là, il y a quelque chose que je trouve bien ou que j’aime bien, pose-toi alors la question, pourquoi est-ce que tu aimerais faire cette photo ? Qu’est-ce qui est plaisant ici au point de déclencher ? Si c’est par exemple les couleurs automnales d’un arbre qui t’ont attirées, garde ensuite cela à l’esprit quand tu composes ton image de sorte que cela soit l’élément moteur pour déclencher, ton intention et tu verras que cela t’aidera à avoir un rendu qui vient de toi. Dans l’image dont tu trouveras le lien Flickr ci-dessous, l’endroit à Bruxelles me rappelait Montmartre, quartier que j’adore à Paris, et la belle couleur dorée du soir sur les façades me plaisaient énormément. Je n’ai pensé qu’à cela en déclenchant mais aussi en développant la photo avec Lr. C’était mon intention du début à la fin. Est-ce une grande photo d’art ? Sûrement pas mais elle a le mérite d’avoir été initiée par une intention, une envie propre, personnelle que j’ai essayé de garder du début à la fin.
      http://www.flickr.com/photos/yvessouris/10462061903/

      25 octobre 2013
      • Merci beaucoup pour cette piste! Je vais essayer de développer cela!

        Il est vrai que tous les matins où il fait beau, quand je regarde l’arbre en face de mon bureau pendant que le soleil se lève, je me dis « flute j’ai encore oublié mon appareil photo », cette lumière me plait bien… Je vais essayer de mettre en pratique!

        merci!!

        28 octobre 2013
      • non seulement ta photo est très belle mais ta suggestion est très pertinente…je la retiens!!!

        29 octobre 2013
  • eh boby, lard de vivre, c’est de ne pas abuser des jambons…

    sympa cet article, je cours emprunter ce livre !

    25 octobre 2013
  • Bonjour Laurent,

    Ton article est intéressant et il soulève une question que beaucoup de photographes se posent à un moment donné dans leur parcours.

    Personnellement je pense qu’il y a de la place pour les deux approches. Tout le monde n’a pas ou ne souhaite pas forcément développer une sensibilité artistique.

    Si je prend le domaine de la photo de nature (que je connais bien) on trouve grosso modo deux types de photographes. Ceux qui développent une vision artistique à travers leurs photos et ceux qui cherchent plutôt à obtenir une représentation fidèle du paysage, de l’animal ou de la plante qu’ils ont devant eux.

    Tout est une question de sensibilité personnelle. A mon avis il n’y a pas une approche qui est meilleure que l’autre. Le plus important est de trouver sa place et de se faire plaisir !

  • Merci pour cet article. Je fais déjà de l’art dans ma vie de tous les jours, alors c’était moins une révélation pour moi que pour d’autres puisque je prends toujours en photo ce qui me fait ‘triper’ comme on dit en québécois X3 Et j’essaie de faire comprendre aux gens la beauté de ce que j’ai immortalisé. Après, bon, les gens souvent ils s’en foutent de la feuille morte au milieu du trottoir… Et oui, ça fait mal, surtout quand on a fait un méga ‘trip d’artiste’ dessus. Mais les gens qui ont aimé et qui le disent ouvertement, ils soulagent notre petit coeur d’artiste qui a été piétiné. Et ça aide à parler encore plus avec nos photos.

    Donc voilà, c’était juste une petite expérience personnelle =)

    Bonne journée!

    25 octobre 2013
  • Bonjour à tous, bonjour Laurent,
    Pour en avoir fait pendant 4 ans, j’associe la photo d’art à la « céramique »: en effet, celle-ci fait appel à une théorie qu’il est bon de connaître pour réaliser des pièces, mais pour que la pièce soit « parfaite », le céramiste y ajoute cette petite touche originale issue en direct de son imagination, éventuellement de son imaginaire (en céramique, toutes les pièces ne se font pas uniquement au tour de potier!) …
    Merci de partager tes états d’âmes, Laurent, ils sont riches d’informations diverses.
    Amicalement,

    25 octobre 2013
  • tout à fait d’accord avec toi, une photo se prend pour et par plaisir… à chaque fois que je déclanche, j’essaie de faire au mieux pour la partie technique mais je pense surtout au rendu que je veux arriver à donner… même si je fais des erreurs de débutant photo, je n’ai pas ce complexe la…
    tu as bien fait de le rappeler…

    PS. ça me rappelle dans un autre temps aux érudits de la hi fi qui écoutaient leur chaine stéréo avant d’écouter de la bonne musique, ils ne parlaient que de puissance, de db..mais ils ne connaissaient pas grand chose en musique…

    25 octobre 2013
    • Tu me parles avec la hi-fi 🙂 Je suis passionné de musique et de bon son, et ce qui me plaît dans ma hi-fi vintage 70’s, ce n’est pas sa puissance ou ses caractéristiques (que je ne connais pas), mais qu’elle puisse me faire profiter à fond de la musique et de ses subtilités (contrairement à la merde qu’on essaye de vendre comme de la « hi-fi » aujourd’hui 😉 ).

      • le parrallele m’a sauté aux yeux, moi aussi je suis passionné de musique, et j’en ai fait pendant pas mal de temps, peut être un jour, nous pourrons discuter de nos goûts respectifs…(je possède encore 3 basses que j’envisage de photographier et mettre dans flickr… 2 fender et une hofner)

        25 octobre 2013
  • Bonjour

    J’aime beaucoup l’article
    Car je préfère le côté artistique à celui de la technique. Mais malheureusement les 2 sont nécessaires.
    Pour moi la sensibilité me guide dans mes choix.
    En tous cas merci Laurent pour tes cours aussi intéressants, utiles, les uns que les autres

    25 octobre 2013
  • Je ne dirai rien sur l’article de laurent, mais simplement je dirai à boby de se passer de faire des commentaires completement idiot.

    25 octobre 2013
  • Article clair, sobre et imagé!:)

    25 octobre 2013
  • Alors là Laurent je suis obligé d’intervenir pour lever un gros malentendu.
    Oui tu as entièrement raison sur l’art et la photo, mais sur l’artisanat !!!
    Mais je ne suis pas trop étonné car tu fait référence à un ouvrage anglo-saxon. Alors sais-tu que la France compte plus de 217 métiers d’art exercés par des artisans d’art pour lesquels la création est une part essentielle de leur métier. Je t’invite à découvrir ces merveilleux métiers et leurs créateurs et créations sur le site des Ateliers d’Art de France http://www.ateliersdart.com/ ou de L’institut national des métiers d’art http://www.institut-metiersdart.org et tu te découvriras combien ces artisans sont des artistes à part entière.
    Bien à toi,
    Un ébéniste contemporain épris de création et de photo -;

    25 octobre 2013
    • Oui, mais tu noteras qu’on dit « artisans d’art« , justement pour faire la distinction et signifier l’aspect créatif et expressif, grâce au mot « art ».
      Il n’en reste pas moins que pour un artisan « pas d’art », le but premier est le savoir-faire. Mais la limite entre les deux est évidemment un peu floue 😉

  • Oui Laurent,
    Il y a du vrai dans ce que tu dis, mais moi je n’ai même pas de vision artistique.
    Je ne sais pas comment on « se concentre sur son expression ». Je ne fais pas de la « photographie ». J’en suis encore à tenter de faire des photos de ce qui m’entoure.
    De sorte que l’état d’esprit de l’artisan me convient mieux. D’ailleurs, j’aime beaucoup les artisans toutes ces personnes anonymes qui ont développé un savoir-faire parfois extraordinaire…
    PS ce n’est pas une critique contre les artistes.
    Ton article était contrairement à ce que tu penses interpellant. Mais il faudrait que tu développes, les notions abordées.

    25 octobre 2013
  • « Ce qui fait qu’une photo arrête les gens, les émeut, les frappe en plein cœur, ce n’est pas votre savoir-faire avant tout, c’est votre expression »

    J’aime beaucoup ton article, et j’adhère totalement. A chacune de mes publications, j’espère que les gens reçoivent ce que j’ai voulu exprimer. Et j’aime recevoir un commentaire, ou un mail qui m’explique ce qu’ils ont ressenti…. C’est à chaque fois un plaisir 😀 Et parfois surprenant 🙂

    25 octobre 2013
  • je vais sans doute en faire crier mais,
    la maîtrise de la photo c’est quand même de la rigolade à côté du dessin et de la peinture!!
    2-3 petits réglages, CLIC, et le boîtier fait le reste!!
    dans le dessin pas d’informatique embarquée…
    des années de pratique pour maîtriser son trait
    prenez un pinceau et de l’aquarelle par exemple et vous verrez si il ne faut rien maîtriser mentalement pour superposer les couches de pigments..
    je pratique la photo depuis peu
    un vrai repos mental comparé au dessin…!!

    25 octobre 2013
    • On s’est mal compris. Ce que je veux dire dans le début de l’article, c’est qu’en photo, on passe en premier lieu (et pendant un moment) par une compréhension purement théorique, qui est préalable à la pratique. Ce qui a tendance à nous laisser coincer dedans, dans cette compréhension et cette maîtrise purement technique, jusqu’à chercher à maîtriser des choses dont on a pas forcément besoin d’ailleurs.

      Alors qu’en dessin et en peinture, il me semble (ce n’est pas mon domaine hein), la maîtrise du savoir-faire (tenue du crayon, maîtrise du trait, des couches, etc.) ne peut se faire que par la pratique, ce qui a force à créer quelque chose.

      Ce que je veux dire, c’est qu’en photo, la tendance générale est à perdre beaucoup de temps à chercher comment ça fonctionne plutôt qu’à créer. Dans d’autres domaines, chercher comment ça fonctionne oblige à créer.

    • Mouais, si la photo c’est juste 2-3 petits réglages clic et le boitier fait le reste, alors le dessin c’est juste poser son crayon sur un bout de papier et le faire bouger dessus…
      Ce débat de qui c’est qui est le plus technique qu’un autre est un peu stérile quand même… D’autant que ce n’était pas le fond du sujet dans ce billet…

      25 octobre 2013
    • Le dessin et la peinture ont un gros avantage que la photo n’a pas : on peut facilement réinterpréter.
      Exemple : on peut peindre un paysage sans les poteaux électriques, les lignes hautes tensions, et tous les détails qui ne nous semblent pas inutiles. En photo, on est bien obligé de composer avec dans un premier temps.

      Autre point : il faut prendre en compte la chaine totale de production, incluant donc aussi la post-prod, donc les logiciels, et ensuite la mise sur papier. Qui n’a jamais eu du mal au début à obtenir sur papier ce qu’il voit sur son écran ?!

      25 octobre 2013
  • Bonjour,

    Article intéressant sur la dissociation entre la forme et le fond.
    En ce qui me concerne je ne pense pas qu’il soit nécessaire de faire du beau pour faire de l’art et le pire qui puisse arriver à une oeuvre n’est pas d’être moche mais de laisser indifférent. Quand on regarde « le cri » de Munch ce n’est pas « beau » mais c’est saisissant. En photo, la difficulté réside dans le fait qu’on travail avec le réel, difficile de tricher même avec de la retouche (si votre modèle exprime de la joie vous ne pourrez pas le faire pleurer). Grâce à l’avènement de la photographie, les peintres ont pu dépasser la simple représentation pour l’expression purement artistique et subjective. Mais cette limite est aussi la source artistique du challenge photographique, le sujet devenant acteur de l’oeuvre.

    Enfin, je pense que l’art ne demande pas forcément une maîtrise de l’artisanat. Je m’explique, il est évident que la connaissance technique facilite considérablement le passage du message artistique. Toute fois, l’art se vit plus qu’il ne s’apprend malheureusement. On est (ou naît) artiste et on fait le choix d’exprimer cette capacité (avec plus ou moins de talent) parce qu’on le désire. Par exemple, je n’aime pas Janis Joplin, ni sa musique, ni sa voix. Cependant quand je l’écoute, je n’ai aucun doute quand à son talent et l’expression de son art pourtant « techniquement » je n’apprécie pas sa musique.

    Cependant, cela reste un excellent papier sur l’importance de la démarche artistique en photo qui mériterai plus d’un article 😉

    25 octobre 2013
    • Bonjour Magali,

      Merci pour ton commentaire intéressant et réfléchi ! 🙂

      J’hésite beaucoup dans ma propre définition de l’art sur la nécessité ou non de l’esthétique. J’aurais tendance à dire que l’art doit être beau, mais avec une définition large de la beauté (qui est de toute manière subjective). Je pense que si quelque chose nous touche, il devient beau.
      Bref, je suis à peu près d’accord avec toi et l’exprime différemment.

      Pour ce qui est de la maîtrise, il en faut au moins un minimum. Tous les grands photographes en avaient une, et il me semble tous les grands artistes. Même minime. (Arrête-moi si je me trompe, et donne-moi des exemples, ça m’intéresse 😉 ).
      J’ai une vision plus « démocratique » de l’art quand même. Le talent à mon sens, ce sont simplement des facilités à quelque chose, une capacité à l’apprendre plus vite (le piano, la peinture, whatever), plus une sensibilité particulière. Malgré tout, je n’aime pas dire « on naît artiste » car ça décourage beaucoup de gens, or je pense sincèrement qu’on a tous la capacité à s’exprimer artistiquement, et qu’elle se développe, tant sur le versant de la sensibilité (voir le monde d’un oeil différent) que sur celui du savoir-faire.

      • Bonjour Laurent, 🙂

        Si effectivement par beau tu veut dire expressif (touchant) alors nous sommes en effet d’accord 🙂

        En ce qui concerne la maîtrise, je n’ai pas dit qu’il n’en fallait pas , j’ai dit qu’un apprentissage plus « empirique », fruit de l’expérience; était à mon sens, plus formateur. Si les artistes ont tous une maîtrise de leur art, ils ne sont pas tous passé par une formation à cet art (autodidacte quoi).

        Pour finir, par « on naît artiste » je ne veut pas dire que c’est un talent que certain ont et d’autre pas, je me suis visiblement mal exprimée. Je suis d’accord avec toi, c’est quelque chose que nous avons tous en nous. Après, je pense que nous n’avons pas toujours l’opportunité de découvrir notre « vecteur » artistique, et qu’il reste du choix de chacun de vouloir le chercher aussi.
        Après je suppose que lorsqu’on s’intéresse à un domaine artistique, quel qu’il soit, c’est que quelque part on est en recherche de ce « vecteur ».
        L’art c’est un peu comme l’amour, tout le monde le cherche, personne ne sait ce que c’est mais nous pouvons tous le pratiquer 😉

        25 octobre 2013
  • Bonjour Laurent,

    Bravo pour le site ! tu as l’ART (!!!!) de faire partager ta passion pour la photo, on se sent à l’aise « chez toi », c chouette et rare. Concernant l’art, je crois que cela fait peur a beaucoup de gens, car cela suppose de se mettre en avant, de faire le « show » devant les autres et c un cap difficile a franchir pour pas mal d’entre nous, comme faire sa première impro en public, pour un musicien de jazz, on a l’impression d’être TOUT NU !!! c un peu le paradoxe du photographe, il faut être DEVANT sa photo, et surtout pas DERRIERE son appareil, pas facile, mais le jeu en vaut la chandelle, je crois

    25 octobre 2013
    • J’aime beaucoup la phrase « Il faut être devant sa photo, pas derrière son appareil. » 🙂

  • Ta plume serait-elle influencée par Rousseau? 😀

    « La différence entre les deux ne réside donc pas tant dans les outils ou dans le savoir-faire, mais dans l’intention qu’il y a derrière. » Laurent

    « Ce n’est donc pas tant l’entendement qui fait parmi les animaux la distinction spécifique de l’homme que sa qualité d’agent libre » Rousseau

    De la philosophie en photo? J’aime l’idée! 😀
    Très bel article bravo!

    25 octobre 2013
    • Wow, Rousseau, rien que ça ! ^^ Arrête, je vais rougir 😛 Ca fait longtemps que je ne l’ai pas lu, mais les Rêveries du Promeneur Solitaire sont sur ma liste.

  • Bonjour Laurent‚
    Trés bon sujet ‚ maintenant‚ après la technique‚ continu à nous aider à cultiver notre art.
    Amicalement

    25 octobre 2013
  • bonjour,
    amateur photo et déjà quelques jolies expos je ne suis pas du tout une technicienne du tout !!! merci pour cet article qui rappelle que l’œil et le cœur sont aussi primordiales ! transmettre nos sensations et faire ressentir aux autres le moment que l’on a « figé » ! mais effectivement la technique est parfois nécessaire cela va de soi pour allez plus loin.
    Merci pour l’article

    25 octobre 2013
  • Vive l’art

    25 octobre 2013
  • Bonjour Laurent,

    Merci pour ton article qui, avec le livre que tu nous indiques, va nourrir ma réflexion et ma pratique.

    Bien amicalement,

    Jacques

    25 octobre 2013
  • Bonjour,

    L’article est intéressant et nous amène à une réflexion, mais l’art et l’artisanat ne sont que les résultats.
    J’aurais plutôt posé la question : Quelle est la différence entre un artiste et un artisan ?

    25 octobre 2013
  • Finalement, il y a beaucoup de commentaires !
    Merci de ce point de vue très intéressant, cela remet bien les choses en perspective.
    Merci aussi Laurent de ta curiosité et ta vivacité d’esprit qui nous ouvrent de beaux horizons grâce à tes découvertes sur le net et en librairie.
    C’est effectivement plus intéressant que les centaines de pages dissertant sur le piqué d’un objectif que l’on trouve sur certains forums, même s’il m’arrive de les consulter (mais là il faut trier les informations évidemment…).
    @ Didier : « art » et « artisanat » ou « artiste » et « artisan », ça doit revenir un peu au même, non ?

    25 octobre 2013
  • la technique est important mais la créativité l’est bien plus!
    une petite vidéo qui a déjà fait parler d’elle..
    http://www.ted.com/talks/ken_robinson_says_schools_kill_creativity.html

    25 octobre 2013
  • Et bien c’est dommage si ce n’est pas autant commenté que des articles sur la technique, le matériel, …

    Moi ce qui me parle tout de suite, c’est
    « Et dans tous les cas, la perfection n’est pas le but d’une œuvre d’art. C’est l’expression de l’artiste, qu’il veuille simplement créer quelque chose de beau ou exprimer une émotion particulière, c’est ça qui est primordial dans son œuvre, et non la perfection technique et la qualité du savoir-faire, qui ne sont que des outils au service de son expression. »

    Parce qu’effectivement faire une photo pour exprimer une idée, une envie, qu’elle soit insignifiante ou majeure, ça devrait être dans l’esprit de tout un chacun…
    Je dis cela car je suis l’activité d’un groupe FB qui critique de la photo et je trouve que parfois (voire « très parfois »), les commentateurs oublient un peu cela et sont très « rêches » dans les commentaires qu’ils adressent, comme s’ils étaient des « sachants » universels, oubliant par là que derrière l’image, il y a… un artiste…

    Merci pour cet article

    25 octobre 2013
  • @ vavaloo
    Non pour moi ce n’est pas tout à fait la même chose.
    Comme je le disais, art et artisanat sont des résultats, artiste et artisan sont les manières (l’intention) d’arriver à un résultat.
    Mais la notion d’art en elle-même n’est déjà pas bien définie et a évoluée au fil du temps.

    25 octobre 2013
  • Très belle article, et surtout très interessant comme quoi une seule photo est différentes suivant qui la regarde.

    25 octobre 2013
  • Si cela vous dit, je débute vos commentaires et critiques sont les bienvenues merci 🙂

    25 octobre 2013
  • Merci pour ce nouvel article fort instructif.
    Si je me fie à ma propre expérience, au début, j’avais besoin de technique pure, je m’intéressais aussi beaucoup au matériel.
    D’abord parce que ce sont les bases nécessaires pour commencer à comprendre ce que l’on fait et, surtout, pour faire ce que l’on a envie de faire.
    Mais, quelques mois plus tard, je me suis rendu compte que si je m’attachais autant à cela, c’est parce que ça me rassure: je ne suis pas sûr d’avoir une fibre artistique; j’en doute même fortement. Me concentrer sur le matériel et la technique me permet de ne pas avoir à penser à ce que je pense être une faiblesse quand on veut, comme moi, se mettre à ce que je considère être un art, justement.
    Et puis, je dois aussi l’avouer, à ma grande honte, quand je fais des photos ratées (d’un point de vue tecnhico artistique), je me raccroche justement à la technique et au matériel pour expliquer mon ratage, plutôt que d’avouer que je n’ai pas su m’exprimer de manière photographique…
    Oui, je sais: honte sur moi…
    😉

    25 octobre 2013
    • Bonjour !

      Ton témoignage est très intéressant, et il confirme ce que j’avais déjà perçu à de nombreuses reprises.

  • J’ai failli bondir en lisant ton titre…
    En effet, rien de mal à faire de l’artisanat plutôt que de l’art.
    Ensuite en lisant l’article j’ai compris le propos, mais j’aurais du me souvenir que tes titres sont souvent faits pour nous choquer un peu.
    Un savant mélange de technique et d’inspiration fait le boulot.
    La technique doit devenir instinctive tout comme la vision de ce qui touchera son public.

    25 octobre 2013
    • Effectivement, le titre est volontairement un peu provocateur (il faut faire cliquer :D), mais je n’ai bien entendu rien contre l’artisanat. Je suis même un amateur de belles choses et de travail bien fait, et notamment de choses anciennes (époque où on ne se foutait pas ouvertement du consommateur comme aujourd’hui !).

  • Salut Laurent ,

    je suis complétement d’accord avec ce que tu as écrit et justement j’en parlais a un amis photographe amateur comme moi pas plus tard que la semaine dernière .
    Le truc c’est que juste apres avoir appris les bases techniques pour savoir me servir d’un APN je faisait beaucoup de photo je ne réfléchissait pas trop a la technique mes clichés etaient spontanés au feeling quoi et le resultat n’etais pas dutout mauvais .
    par la suite j’ai voulu me perfectionner j’ai donc bouquiné et bouquiné , ça fait maintenant environ 2 ans que je fais de la photo et si je doit faire un bilan bhaa j’étais beaucoup plus productif au debut que maitenant car je suis plus exigent mais paradoalmentça bloque le coté artistique et je suis quelque fois bien frustré j’espere tout simplement que ce n’ais qu’une phase et que je vais bientot retrouvé la créativité et la magie de mes débuts . Voila c’est mon premier commentaire au fait le titre me parlais vraiement . Bonne continuation et merci pour tes précieux conseils .

    Bien à toi

    Adéola

    25 octobre 2013
  • j’ai oublié de mettre le lien :-/ donc si vous le voulez bien, venez visiter et aimer ma page photo, je débute critiques et compliments sont les bienvenues 🙂

    https://www.facebook.com/CDcreation?

    25 octobre 2013
  • je vois que la distinction art/artisanat déchaîne les passions!!
    Pour moi, professeur de philosophie dans un lycée normand, c’est un régal, cette discussion, car on sort de la simple discussion partage de recettes photographiques pour rentrer dans l’essentiel résumé par cette pense du peintre Paul Klee :  » l’Art ne rend pas le visible,il rend visible »
    A méditer avant de déclencher

    25 octobre 2013
    • J’aime beaucoup cette citation ! 😀

      (je suis content d’avoir ouvert un débat qui touche à la philo, il y a des tas de commentaires très riches)

  • Hello,
    Billet intéressant, ca me donne envie de jeter un coup d’oeil à ce bouqin, tiens !
    Quelques remarques cependant (sinon ca ne serait pas drôle) :
    Je ne suis pas spécialement d’accord avec le terme utilisé ( « artisan » ) dans ce billet… Je pense que « technicien » aurait eu plus de sens vu le contenu que tu développes :
    – la technique/savoir-faire au service de l’intention photographique pour l’artiste
    – la technique/savoir-faire « per-se » pour le technicien.
    Ce d’autant plus que la distinction que je ferais entre l’artisan photographe et l’artiste photographe serait beaucoup plus basé sur les statuts juridiques du photographe en france. Mais ca doit être la conséquence d’avoir passé trop de temps à essayer de trouver un statut professionnel adapté pour mon cas 😉
    Enfin, sur un dernier axe, la distinction que je mettrais entre l’artiste et l’artisan est que l’artisan voit son savoir-faire reconnu de son vivant le plus souvent alors que l’artiste ca commence en général après sa mort ;). Mais c’était plus vrai il y a quelques dizaines / centaines d’années que maintenant ^^

    25 octobre 2013
    • Salut Sébastien,

      Je suis d’accord avec toi, technicien est également adapté. Mais opposer avec l’artisan m’a permis de prendre les exemples que j’avais en tête pour parler d’objets d’artisanats qui ne sont pas des oeuvres d’art malgré un très grand savoir-faire.

  • Moi je dirais que la différence entre l’artiste et l’artisan se trouve dans le résultat :
    le résultat chez l’artisan c’est l’objet créé.
    Alors que le résultat chez l’artiste ce n’est pas l’oeuvre mais le public.

    25 octobre 2013
    • Si l’objet reste la finalité de l’artisan, il n’en demeure pas moins que l’œuvre a une importance capitale chez l’artiste. Elle demeure quand bien même l’artiste n’est plus là. Ce qui confère d’ailleurs à l’artiste son immortalité.
      Mais son oeuvre n’est pas un simple objet, car il y a quelque chose qui dépasse l’objet.
      Dans son livre, « L’Origine de l’Oeuvre d’art », Heidegger s’intéresse à l’essence de l’art et non aux œuvres:
      « Ce d’où artiste et œuvre d’art tiennent leur nom : l’art. ». L’art est origine de l’artiste et de l’œuvre. Ainsi, « la question de l’origine de l’œuvre d’art devient celle de l’essence de l’art. ».

      25 octobre 2013
      • Tout à fait, l’oeuvre est extension de l’artiste mais elle n’est pas une fin en soi.

        25 octobre 2013
  • Bonjour Laurent et tous les autres,
    merci beaucoup pour votre article
    il tombe à pic pour me recentrer sur les choses essentielles
    Un grand merci
    https://www.sylviehdphotography.com
    https://www.facebook.com/SDH Photo

    25 octobre 2013
  • Un artisan fabrique, crée quelque chose
    Un artiste y met son âme en plus
    une œuvre d’art est un aboutissement

    Mais la notion d’œuvre d’art n’est pas la même pour tout le monde (les gouts et les couleurs …)

    En ce qui concerne la technique et les moyens, bien sûr que cela à son importance. Je ne dis pas qu’il faut le meilleur mais il faut un minimum, tant dans les connaissances du savoir-faire que dans les outils utilisés.

    25 octobre 2013
  • Super article qui lance la réflexion! La lecture des com est vraiment super aussi. 🙂
    Je me suis aperçu que parfois l’on photographie plus « ce que l’on pense / ressent de ce que l’on voit » (réflexion / émotion) et non directement « ce que l’on voit » (réalité plus ou moins subjective et interprétée). Penser à cette différence de regard peut peut-être permettre de libérer son expression artistique et son inconscient. C’est pas vraiment claire, ce que je dis mais, pour illustrer, voilà 3 exemples de photos non préméditées, techniquement bidons mais un peu expressives.
    http://sylvie-bidaux.wix.com/portfolio#!Espoir/zoom/c1han/image1gwr
    http://sylvie-bidaux.wix.com/portfolio#!Caboche/zoom/c1han/imageim8
    http://sylvie-bidaux.wix.com/portfolio#!Dakar/zoom/ckra/image2rq

    25 octobre 2013
  • Artiste ou artisan changez votre titre qui condamne les gens qui travaillent, très mauvaise orientation à l’époque que nous sommes, les artisans comme vous dites eux au moins font gagner de l’argent à l’état, les artistes non.

    25 octobre 2013
    • Prenez la peine de vraiment lire l’article, et je prendrai la peine de lire votre commentaire.

  • Excellent artique une nouvelle fois!! Ce sont des choses qui font du bien à entendre!!
    Je débute en photo et j’essai de m’exprimer à travers l’outil… Mais j’ai encore du taf pour apprendre à bien me servir de mon appareil car, comme tu le dis il n’y a pas d’art sans un minimum d’artisanat donc de svoir-faire!! Je compare cela à la musique comment s’exprimer convenablement avec son instru quand on ne connait pas ses gammes ou n’a pas acquis assez d’aisance technique…
    Je pense que ce qui peut faire bien progresser c’est aussi les commentaires extérieurs sur nos prises de vues et essais photographique. Etpour ça ya flickr que tu conseilles !!
    Et d’ailleurs voici le lien qui mène à ma galerie. Je suis friand de toutes les critiques positives comme négatives, tant que cela reste constructif et non insultant ;-))
    Merci pour les conseils que tu prodigues et pour le temps investis que cela doit te prendre !!!! Des gars comme toi qui transmettent ça n’a pas de prix !!
    galerie flickr : flow-to-graff
    http://www.flickr.com/photos/102802986@N07/

    25 octobre 2013
    • Effectivement, le parallèle avec la musique est bon. Impossible de s’exprimer avec un instrument si on ne possède pas la dextérité suffisante pour que la technique s’efface face à l’expression.

  • Merci Laurent pour cet article,

    effectivement, c’est un sujet très peu développé dans les magazines et autres revues pseudo-techniques qui fleurissent de nos jours, et pourtant c’est la clé de la photographie ! Ceci est à mon sens d’autant plus vrai que dorénavant, la technologie fait que quasiment tout le monde peut prendre une photo « techniquement bonne », méme sans avoir compris comment il/elle a fait. (D’où le nombre croissant de gens qui se croient photographes simplement parce que leur porte-monnaie est passé dans une béte qui fait tout à leur place, ou d’autres qui, croyant s’y connaitre, nous gratifient d’un « c’est vrai que ton appareil fait de belles photos » lorsqu’ils voient nos clichés préférés, ceux pour lesquels on a mis tout ce qu’on avait….mais tout ça me rappelle un autre de tes articles, pas vrai ? 😉 )

    Finalement, peu importe la technologie et les époques, une photo ne reste qu’un objet froid si elle ne véhicule aucune émotion. Il suffit de regarder « le Baiser » d’H. Cartier-Bresson pour s’en rappeler 😉

    En y repensant, je me souviens que lorsque j’ai commencé, je me satisfaisais d’avoir réussi une photo a priori difficile techniquement (ah…mes premières photos de nuit 😀 ). Quelques années plus tard, lorsque je regarde à nouveau ces photos (tiens, encore un autre de tes articles 😉 ), je me rends compte que peu d’entre elles valaient finalement le détour, la plupart étant au mieux de jolies cartes postales (ce qui est déjà bien, cela dit !). A n’en pas douter, les livres et articles que j’ai pu lire (y compris les tiens, bien entendu) m’ont fait prendre du recul par rapport à ce que je croyais étre une bonne photo avant.
    A présent, la pratique aidant, je suis beaucoup moins focalisée (haha 😀 ) sur le coté technique, je me laisse porter par l’émotion tout en cherchant à donner à chaque photo ce petit plus qui fait « que ». Et ce qui me réjouit le plus maintenant, c’est de me rendre compte que tout cela vient de plus en plus naturellement.

    Bref, tout cela pour te remercier de prendre soin également de notre fibre artistique au travers de tes articles !

    25 octobre 2013
    • Bonjour Emilie,

      Oui, ça évolue énormément avec le temps ! Cet article est plutôt destiné à ceux qui maîtrisent déjà à peu près les bases : difficile de penser à s’exprimer si on galère encore à faire quelque chose de basique comme une bonne mise au point ou une faible profondeur de champ.

      P.S. : Le Baiser de l’Hôtel de Ville est une photo de Doisneau 😉

  • « Par contre, si vous avez mis toutes vos tripes dans une image, et que quelqu’un n’aime pas, ça fait mal. Car c’est vous, cette image. Et donc s’exprimer pleinement, ça fait peur. »

    Alors d’abord, merci pour cet article. Je ne me considère pas comme une artiste car ce serait prétentieux, mais pour moi qui fais du dessin, de la peinture et, depuis quelques mois, de la photographie, cette phrase reflète parfaitement la réalité. Surtout quand des gens sans imagination demandent certains détails sur une œuvre réalisée et que je n’ai pas envie de l’expliquer car ça me mettrait trop à nue, le résultat étant personnel. De plus, je sais parfaitement que ces personnes ne comprendraient pas. Je ne sais pas si j’arrive à m’exprimer correctement.

    Mais c’est une excellente idée que tu as eu en nous parlant ici de la différence entre l’art et l’artisanat.

    25 octobre 2013
    • Bonjour Nhafra,

      Rien qu’en lisant ton message, je me dis que tu es une artiste. Il n’y a pas de prétention à le dire je trouve (enfin, là encore ça dépend de l’intention derrière :P). Pour moi, être un artiste, c’est avoir créé une oeuvre d’art. Et une photo dans laquelle on met ses tripes, avec une vraie intention et une expressivité, c’est une oeuvre d’art.

      Elle peut être maladroite peut-être, imparfaite techniquement, mais pour moi ça rentre dans la définition de l’art. N’oublions pas que même pour les plus grands artistes, les oeuvres précoces, tout le début de ce qu’ils ont fait, n’est pas forcément absolument excellent techniquement, ni même novateur (ils ont parfois d’abord appris à copier).

      Tu devrais lire le bouquin que je conseille je pense, ça te décomplexerait 🙂

  • Un excellent article de fond qui amène à la réflexion. Mais es- tu sûr de la frontière entre l’artisan et l’artiste ? Dans quelle catégorie classes-tu Stradivarius ou les bâtisseurs de cathédrales ? N’étaient-ils pas les deux à la fois ? Artiste ou technicien m’aurait semblé un titre plus pertinent.

    25 octobre 2013
    • A mon sens, Stradivarius est un artisan. Un artisan de génie certes, mais un artisan. Justement car il a atteint la perfection, ce qui n’est pas atteignable en art.
      Il était sans doute porté par une vraie passion et le désir profond de produire des violons exceptionnels, mais malgré tout ça reste du savoir-faire. Poussé à l’excellence, mais du savoir-faire.

      (Après, c’est ma modeste définition hein, ça se discute 😉 )

  • En voilà un article qui tombe à pic !
    Je suis en pleine crise photo ; et Laurent avec son œil vif, sa jeunesse, et son à-propos, me sort une évidence lumineuse entre la technique parfaite et la démarche artistique !
    Je ne l’avais jamais vu aussi clairement !
    Souvent je me suis trouvé devant des photos trop parfaites techniquement et n’arrivai pas à formuler mon malaise.
    Inversement je voyais des photos (de flous notamment) qui me semblaient limite « foutage de gueule ».
    Je vais reconsidérer ma réflexion et écarter mes œillères.
    Ou comment je me sentais en butée… et pfuit…! Tu me débloques !
    Merci Laurent. Et bravo ! Je crois que je me servirai de ton argumentaire.

    25 octobre 2013
    • Bonjour Claude,

      Ca me fait plaisir que ça débloque quelque chose chez toi. C’était un peu le but inavoué de l’article, et puis ça fait toujours plaisir de faire avancer les gens 😀

      Note que mon mérite est d’avoir combiné ma lecture avec mes propres réflexions et simplifié le tout. C’est ce qu’on appelle l’inspiration : il faut inspirer des idées, des influences, avant de pouvoir l’expirer 😉 (il faut aussi que j’écrive un article là-dessus, mais je dois encore le laisser mûrir un peu)

  • « n’ayons pas peur des mots »

    Définition du mot « oeuvre » sur Wikipedia :

    Une œuvre (du latin opera = « travail ») est l’objet physique ou virtuel résultant d’un travail anthropique, c’est-à-dire réalisé par l’homme, ou plus généralement d’interactions naturelles. Plus prosaïquement, c’est aussi un synonyme d’ouvrage, c’est-à-dire le travail et son résultat, produit par l’ouvrier, par extension, celui de l’artisan ou de l’artiste.

    Oeuvre ≠ Oeuvre d’Art ≠ Chef d’Oeuvre

    Oeuvrons donc nous tous à exprimer notre singularité..liée à notre histoire, nos expériences : notre sensibilité. Pas évident dans un monde globalisé aux modes de vie uniformisés et où il faut, en plus, être « normal » ou politiquement correct.
    Déranger ? oui mais pas trop s’il-vous plaît. Changer ? ahh mais biensûr pourvu que ça ne bouge pas trop (vous connaissez le slogan politique maintenant: changer…pour ne pas changer).

    ex: cette station service en premier plan de ce superbe paysage. Pourquoi ai-je l’envie de la capturer sur ma pellicule/carte mémoire ?
    Le paradoxe évident de la composition ?
    l’esthétique de l’opposition ?
    ou parce que ça me remue intérieurement ?
    et le problème c’est qu’aussi intéressant est ou plutôt a pu être cette photo, elle a déjà été faite et refaite parce que notre formatage de pensée est une oeuvre presque parfaitement achevée de notre belle société démocratique libérale où la plupart d’entre nous avons accès aux mêmes choses et sommes théoriquement en mesure de faire les mêmes les choses.

    Difficile de briser les chaines, oui mais pas impossible évidemment. Remettre en question sa notion d’esthétique et ses actes. Pourquoi je fais ça ? Qu’est ce que je ressens là ? Qu’est ce que ça me donne envie de dire ? Comment ?

    Avoir des références (analyser et interpréter le travail d’artistes) peut grandement aider pour s’inspirer mais aussi et surtout à briser les codes établis et apporter sa pierre à l’édifice.

    Il me semble ainsi plus dur de parvenir à se libérer de nos réflex et de notre instinct conditionné pas les mass media débilitants et les multiples sollicitations visuelles du quotidien que d’arriver à maîtriser le côté technique de base en matière de photographie. C’est aussi valable dans d’autres formes d’art.

    Un autre moyen pour s’aider ? Allez recyclez votre télé et débarassez-vous en une bonne fois pour toute. Fuyez comme la peste les modes du mieux que vous pouvez. Redécouvrons notre unicité ensevelie sous nos prêts à penser et nos déguisements laineux.

    Soyons marginaux et bientôt ce mot n’existera même plus avec les connotations et les difficultés qui lui incombe et nous serons Artistes ! ja mein general !

    Un très bon numéro de Philosophie Magazine de Juin 2013 : n°70 L’Art nous aide-t’il à mieux vivre ?
    Très intéressant et bien mieux organisé que mon commentaire minable (j’ai eu 7 à l’épreuve Philo du Bac il y’a quelques années – pas glorieux héhé).
    ( je ne suis pas non plus actionnaire du magazine ) / disponible sur Delcitr****

    my 50cent…

    ɟ l ǝ s ʎ ɯ s s ǝ ɹ d x ǝ I – exexexpress exexexpress

    et débattons mes soeurs et mes frères ( si j’oublie pas de revenir sur cet article : D

    25 octobre 2013
  • Très bon sujet de fin de soirée entre membre de club photo. Avec ça on tient le bar ouvert jusqu’à la dernière goutte 🙂

    25 octobre 2013
  • Bonsoir à tous,

    Cet article me fait penser à une anecdote très récente…..j’ai pris une cascade, avec beaucoup de végétation autour…..j’ai ressenti de l’émotion en la photographiant…..je l’ai envoyée à mes amis, pour leur faire partager mon ressenti, et une réponse m’est revenue sans tarder : « dis donc, elle est floue ta photo »…..et vlan……car toute à la joie de prendre cette photo, je n’avais pas regarder de trop près mes règlages, et j’étais au 1/20 ème sans trépied…..ça ne pardonne pas…..

    25 octobre 2013
  • Bonsoir Laurent,

    Toi qui croyait que cet article n’allait pas être beaucoup commenté, je crois que tu as perdu ton pari… Ton article est très intéressant, moi qui manque de créativité, à vouloir chercher à tout prix la perfection, j’en oubli l’émotion… Les commentaires laissés par tous sont aussi très intéressant et amène à la réflexion, l’interrogation…
    Merci.

    25 octobre 2013
  • Pour oublier un peu la technique et développer sa sensibilité, je pense qu’il est aussi très important de compulser les livres photo des « grands maîtres ». C’est d’ailleurs là que l’on peut apercevoir quelques imperfections qui ne nuisent pas du tout à la qualité de la photo !

    Laurent, quand tu dis « J’aurais tendance à dire que l’art doit être beau, mais avec une définition large de la beauté … Je pense que si quelque chose nous touche, il devient beau. ». Je dirais plutôt que si la photo nous touche, c’est une photo réussie sans qu’elle corresponde forcément à notre idéal esthétique. D’un côté on peut être touchée esthétiquement par une belle photo, mais d’un autre côté une image peut aussi nous interpeler par son sujet, sans qu’elle soit forcément belle. Une photo réussie est une photo qui fait réagir positivement ou négativement.

    La beauté, les sentiments,… voilà des critères bien subjectifs mais qui font justement qu’un tableau, une photo deviennent des œuvres d’art : certains aiment, d’autres pas, certains détestent, d’autres adorent…

    J’ai déjà constaté lors d’exposition que certaines de mes photos plutôt « cartes postales » semblaient plaire à une majorité de monde, dans une espèce de consensus mou. Lorsque je présentais des photos plus « artistiques » certains n’aimaient pas (ce qui me déstabilisait au départ) alors que d’autres réagissaient avec un fort enthousiasme. Finalement je préfère ce deuxième cas où les photos provoquent des réactions importantes positives ou négatives, et qui font parler, preuve qu’elles touchent le spectateur.

    25 octobre 2013
  • L’article a le mérite de faire parler.

    Il y a un point primordial à l’artisanat, c’est la transmission du savoir, comme pour les compagnons du devoir par exemple. Cela permet ainsi de transmettre les techniques à travers les générations.

    L’Artiste est lui par contre souvent seul, et son but est de produire des oeuvres, donc de transmettre uniquement un « résultat », donc plutôt

    25 octobre 2013
  • Tout a fait d accord mais ce qui signifie une bonne maitrise du cadrage voir meme de la composition avant tout….

    26 octobre 2013
  • Excellent article avec lequel j’adhère à 100 %. Avec du travail et de la volonté on peut devenir un très bon artisan mais il faut un »plus » pour devenir un artiste : savoir transmettre sa sensibilité ce qui ne s’ acquiert pas dans les livres ni lors de stages. N’est pas artiste qui veut !

    26 octobre 2013
  • Salut Laurent,a tous,

    C’est vrais que ton titre choque un peu (seulement pour ceux qui ne te connaissent pas) 😉 ,je pense que tu aimes ou que tu essayes de provoquer une réaction…….c’est gagné………tu t’attendais a peu de commentaire……….c’est loupé 😉

    Je suis de l’avis de Neida.

    Au plaisir de te lire,

    p’titJo (pas artisan et encore moins artiste)

    26 octobre 2013
  • Certaines mauvaises photos se transforment une fois sur l’ordinateur en photo d’art 😉

    C’est vraiment marrant de voir des fois que certaines photos plaisent alors qu’au départ on les pensait bonnes à jeter !

  • Bonjour Laurent,
    Bravo… Vu le nombre de commentaires (que je n’ai pas encore eu le temps de tous lire) il semble que tu aies touché un point sensible. Le débat est très vite philosophique entre beauté, expression, esthétique, artiste, oeuvre, etc.
    Mais ce que j’aime dans tes articles c’est qu’ils nous ramène à notre « condition humaine », nos propres limites ou défauts qui font nos forces et nos qualités, et cela sans concession ni abattement.
    Pour moi le désir et le plaisir de faire de la photo à travers des sujets, des contextes et des cadrages nouveaux sont les moteurs qui servent l’émotion que je ressens et que je souhaite partager lorsque je les vois. Et cela, avec juste ce qu’il faut de technique et de matériel pour garder l’émotion intacte. Alors Art ou Artisanat ???….
    Comme dit la pub Mc cain « Ce sont ceux qui en parlent le plus, qui en mangent le moins ! »
    Mais c’est bien d’en parler aussi… merci à toi.

    26 octobre 2013
  • Super article, très intéressent 🙂

    26 octobre 2013
  • Bonjour,
    pour le manque de commentaire ….. c’est loupé ! il y en a beaucoup !
    Très simplement : un artiste doit parfaitement maitriser ses outils pour laisser sa créativité artistique s’exprimer.
    Et puis de toutes façons il faut faire des images plus qu’en parler !
    Gil

    26 octobre 2013
  • Bravo Laurent, c’est le plus long échange auquel il m’a été donné d’assister sur ce forum!!
    Quel dieu de l’Olympe t’a inspiré!!!
    Merci pour cette ouverture d’esprit qui témoigne des grands âmes!!

    26 octobre 2013
  • en effet, c’est l’article qui fait mouche, ça fait du bien de temps en temps…
    méditons tous sur le sujet …

    26 octobre 2013
  • Bojour tout le monde ! Bonjour Laurent !

    Je ne suis vraiment pas sûre que tu reçoives peu de commentaires ! ^^
    Ceci dit, je suis tout à fait d’accord avec toi. Il en va de même en musique. Je fais du violon et de la guitare électrique, et je remarque très régulièrement que pas mal de musiciens « renommés » sont plus en train d’épater la galerie que de faire de la Musique avec un grand M. Ils vont vite, ils bougent beaucoup sur le manche, ils font des acrobaties, mais on s’ennuie. En photo, c’est pareil. On a besoin de la technique pour pouvoir exprimer nos émotions, notre ressenti.

    26 octobre 2013
  • Bonjour à tous , bonjour Laurent,

    Merci pour cette article , pour ma part , je ne me sens pas artisan et encore moins artiste . ce qui me parait important c’est d’avoir toujours du plaisir en saisissant l’appareil photo. Pourquoi vouloir donner forcément une dimension aux choses. Il est plus important d’y trouver un sens . La première déjà c’est l’humilité .. Se poser la question de savoir si on n’est un artiste ou un artisan, on à déjà un début de réponse intrinsèque ..La photo ce n’est pas si grave, déjà qu’elle vous plaise à vous, c’est bien, si elle plait aux autres , tant mieux, c’est encore mieux….. trouvez un bonne raison, la vôtre, de faire Simplement de la photo. Si vous n’êtes pas satisfait, alors travailler la technique, et jetez votre oeuvre d’art à la corbeille en espérant faire mieux la prochaine fois …. Soyez heureux et fier lorsque votre photo est Magnifique … Mais soyez lucide, la photo c’est génial, mais a moins de travailler souvent sous la pluie , ça ne doit pas vous rendre malade .

    27 octobre 2013
  • Patrick je suis 150 % d’accord.

    27 octobre 2013
  • …Au passage,  » merci  » pour la philo et les profs de philo…(Ça ne mange pas de pain, de nos jours, de casser du sucre sur le dos des  » profs  » !)

    27 octobre 2013
    • que pensez-vous du magazine dont j’ai parlé « Philosophie Magazine » et du numéro de Juin 2013 avec un dossier sur l’Art : Nous aide-t’il à mieux vivre ?

      Si vous l’avez lu bien évidemment 🙂

      Je suis curieux de connaître l’avis d’un professeur car en bon profane que je suis, je me réserve le droit à l’erreur sur cette référence partagée plus haut dans mon commentaire

      28 octobre 2013
  • Bonjour,

    Comme quelqu’un l’a mentionné quelque part dans ce thread, je pense le titre mal choisi (même si on pourra me rétorquer qu’étant un rien provocateur, il suscite d’autant plus de commentaires, ce qui anime la discussion).

    Il tend en effet à opposer artiste et artisan, en tendant à laisser croire qu’être artiste est préférable à être artisan, et donc devient pénible à entendre pour ces derniers.

    Bien sûr je comprend la teneur du discours, et ne peux qu’y sourscrire, cependant:

    Si tous les photographes étaient ‘au moins’ un minimum artisan (au sens de maîtriser son savoir-faire) celà se saurait et celà se verrait, or c’est bien loin d’être le cas. Comme dans bien des disciplines, se disent artistes beaucoup qui mettent en avant une originalité dont la majeur partie n’est due qu’à un manque de maîtrise.. ne pas oublier que Picasso, avant et en marge d’être le Picasso avec un grand P que l’on connait, était aussi un énorme dessinateur au talent très classique.

    D’une certaine manière, les deux démarches sont à la fois très différentes mais compatibles. Un artiste va exprimer son émotion propre, une vision du monde, et dans une certaine mesure essayer de la partager (éventuellement, on peut être artiste sans trouver l’adhésion chez autrui) avec d’autres, ou plus exactement susciter chez d’autres la survenue d’une émotion qui peut être du même ordre, ou tout à fait différente, et c’est là la beauté de la chose.

    Cette capacité de ‘savoir exprimer/savoir susciter’ peut ou non s’appuyer sur un ‘savoir faire’ technique très abouti.

    Il n’est reste pas moins qu’un minimum de ‘savoir faire’ est indispensable, au risque de se cantonner bien souvent à un même mode d’expression et en la répétition systématique d’une même technique et donc d’une production très limitée et répétitive.

    Je reste toujours très admiratif du travail bien fait et de la large palette d’expression de l’artisan : en effet de lui seul on peut dire qu’il maîtrise son art.

    Après pour ce qui est de l’Art avec un grand A il faut rester un petit peu humble et d’abord beaucoup travailler.. mais travailler en sachant oser.

    27 octobre 2013
  • Au risque de te donner tort, ceci est mon premier commentaire (et pourtant j’en ai lu des articles, tous meilleurs les uns que les autres). Mais après tout c’est ce que tu cherchais, bien joué ! haha

    « Par contre, si vous avez mis toutes vos tripes dans une image, et que quelqu’un n’aime pas, ça fait mal. Car c’est vous, cette image. Et donc s’exprimer pleinement, ça fait peur. »

    Sinon je me retrouve totalement dans la fin de cet article. Pas plus tôt que ce matin j’ai publié une compo’ sur laquelle j’ai bien du passer 2 ou 3 heures (prises + post traitement) afin d’exprimer tout ce que j’avais dans la tête… J’ai partagé sur FB et l’indifférence qu’elle rencontre est toujours dure à digérer, mais étant compositeur et musicien depuis 6 ou 7 ans, je connais bien la situation et ce n’est pas ce qui m’empêchera de continuer, car en moi elle produit un effet.

    A dire vrai, je suis fraîchement convaincu que dans l’art, l’indifférence est bien pire que la critique négative, car dans ce dernier cas, votre création a réussi à susciter un intérêt.

    27 octobre 2013
  • Je ne lis pas tout le temps tous les articles (très nombreux) que je reçois par mail, mais, là je dois avouer que le titre m’a attiré et j’ai tout lu, même les commentaires. Je revendique mon côté artiste en photographie tout en maîtrisant un minimum de technique. Cet article me conforte dans mon idée de continuer à faire de l’art et à aimer les photos des autres par l’intermédiaire de l’art. Pour qu’une photo me plaise, il faut que je sois touchée, que la corde sensible vibre. C’est d’ailleurs valable dans les autres domaines artistiques. Un morceau de musique peut être parfaitement exécuté, mais s’il n’y a pas une âme, une sensibilité, alors je m’ennuierai.
    Merci pour cet article qui m’encourage à avancer dans le sens de l’art.

  • Voilà qui est un article bien vu…

    Certains fois, je pense avoir fait une image super sympa et elle ne produit absolument pas l’effet escompté sur d’autres personnes…
    Et lorsque l’on remet en question ton travail, lorsque tu as du aller sur un endroit plusieurs fois pour avoir ce que tu voulais… et que ça passe pas… ça fait mal…
    Cela m’est arrivé quelques fois, dont une image avec une personne sur un ponton regardant le paysage avec la pluie arrivant sur le côté au loin… ben je l’adore… d’autres la déteste…
    J’ose mettre le lien ici… http://www.visionlarge.ch/Blog/pensif/

    Comme quoi l’art plait ou déplait… reste d’arriver à assumer ce que l’on aime!

    27 octobre 2013
  • Merci Laurent
    A méditer

    28 octobre 2013
  • Bonjour !
    Excellent billet qui m’a fait replonger dans mes années de philo, et à la lecture duquel je me suis remémoré la conception platonicienne de l’art où Platon l’assimile à l’artifice. L’art serait une image travestie du réel, et donc trompeuse.
    Mais là où je veux en venir, c’est lorsque l’artisanat, en produisant force artifice, conduit à une autre forme de l’expression artistique. Ici, par « artisanat » nous n’avons abordé que la maîtrise de l’appareil photo lui-même (et de tous les accessoires qui peuvent s’y greffer), mais on peut également y inclure tous les outils de post-traitement.

    En retravaillant une photographie sur Photoshop, on entre pleinement dans le domaine de l’artifice, et aussi en grande partie dans celui de l’artisanat (la part théorique à assimiler avant de maîtriser Photoshop est elle aussi conséquente), mais a-t-on vraiment quitté celui de l’art ?
    A travers le rendu que chacun souhaitera donner à son image, il exprimera tout autant une part de lui-même, de sa sensibilité propre et de sa vision. Pourtant, nous avons là affaire à une « monstruosité », une image tellement modifiée qu’elle n’est presque plus une représentation de la réalité.

    Est-ce toujours de la Photographie ? Est-ce encore de l’art malgré cette surabondance d’artisanat et d’artifices ?
    Ne devrait-on pas plutôt penser qu’il n’y a pas qu’une seule forme de photographie, quasi canonique, mais au contraire une infinité de formes d’art photographique en fonction de la concentration d’artisanat qu’on y mélange ?

    28 octobre 2013
  • Bonsoir Laurent ,

    Quel débat as-tu déclenché !!!!!!!
    T’attendais-tu à autant de commentaires ?
    Ok pour l’artiste et l’artisan mais rude est ta provoc cependant !.

    Après toutes ces interventions , je dois dire qu’il existe , peut-être, tapie au fond de moi , une once d’artiste qui ne demande qu’à s’exprimer !. N’est-ce pas là où tu voulais nous emmener , Laurent ?
    En tout cas , tu es vraiment super et j’éprouve énormément de plaisir ( et j’apprends toujours plus de choses …..) à te lire . Merci pour tout et continue , Laurent .

    28 octobre 2013
  • « La photographie est elle un art mon brave monsieur ? »
    Voilà une bonne question pour faire parler les bavards.

    Si je poste sur ce fil ce n’est pas pour étaler ma philosophie sur l’art, mais pour réagir au fait que la maitrise technique serait un préalable nécessaire, sauf mauvaise interprétation de ma part.

    Non, juste mon témoignage: Ma femme arrive a faire avec son téléphone des portrait plus expressifs et à saisir des scènes plus émotives que moi avec mon EOS et toute ma technique.

    Autre fait; au club photo, (il y a déja 20 ans), petit nouveau, lors d’une séance de prise de vues, je me suis approché de celle qui était reconnue comme la meilleure photographe point de vue artistique, et lui ai demandé quels réglages elle utilisait. Sa réponse fut simple: « je suis toujours en automatique sur le carré vert ».
    En 20 ans plusieurs fois j’ai vu arriver des débutants qui faisaient des photos plus intéressantes, originales, créatives que les anciens à la technique bien maitrisée.

    Alors la maitrise de la technique, pour faire de belles photo, je dis non, c’est pas un nécessaire indispensable, il fait être doué point.

    28 octobre 2013
  • Bonjour Laurent,
    Il y a je pense également une différence entre prendre une photo et faire ressortir un objet ou comme tu le dis si bien une « expression ». Peu savent le faire et la plupart du temps il n’en sort que des commentaires comme « c’est joli » comme si on était face à un dessin. Ca demande du travail et un œil exercé qu’il faut aiguisé.

  • Bien sûr quand on fait une photo il ne faut penser à aucune technique, mais seulement à la beauté de la scène qu’on élabore

    29 octobre 2013
  • Il y a toujours un artiste qui se cache derrière un photographe…
    Cela se voit ou se ressent plus ou moins selon les personnes.
    Et pour prendre le contre-pied de la technique, je me surprends encore à me laisser transporter par des photos que j’avais fait il y a 10 ans avec un vulgaire compact de 4Mpx et qu’à cette époque là, ouverture et vitesse ne me parlait pas du tout !
    Comme quoi, même si la qualité n’y était pas… l’émotion, le message, l’oeil de l’artiste était déjà là.
    Je trouve que tu résumes tout en disant que l’artisanat est un support pour l’artiste, et je rajouterai ce n’est pas la maîtrise technique qui faite naître le côté artistique du photographe.

    29 octobre 2013
  • Voila ce que je relève de ton article. Tu parles d’intention et tu as raison car si notre intention primaire est par exemple que le maximum de personnes soient en admiration devant notre photo c’est que l’on fait de la photo par orgueil. Pensons donc en premier, pourquoi je fais de la photo ? Revenons à une intention de partage, d’amour, de don… donnons nous nous même à travers nos photos et même si une seule personne est touchée, elle sera touché dans son âme et cela touchera la notre en profondeur. Bien sur avant cela il faut travailler , la technique mais aussi son égo….
    Dieu pèse les intentions, les hommes regardent les actes.

    2 novembre 2013
  • Superbe article vraiment très complet et réaliste. Je suis entièrement d’accord, ils ne faut pas uniquement se concentrer sur le matériel mais plutôt sur les diagonales, les courbes, la règle des tiers, la composition, les sujets,…Ils vaut mieux passe du temps a regarder les photos des « grands » dans des livres ou sur internet plutôt que de comparer des tests d’objo ! Merci encore Laurent pour tes conseils, je n’en serais pas la en photo si je n’avais suivis tes conseils. Surtout l’importance d’un 50 mm fixe 😉
    Je n’utilise qu’un 550D avec malheureusement l’objectif de base (18-55), un vieu zoom Tamron et le fameux 50mm. Merci encore.

    http://www.flickr.com/photos/idivesharks/

    3 novembre 2013
  • Un très bon article dans un contexte où les gens regardent plus leurs appareils et leurs objectifs sans se concentrer sur la recherche d’une image qui vaut d’être regardée.

    Bravo

    3 novembre 2013
  • Hello
    Juste pour dire que si je me rappelle bien le statut d’artiste est issu de celui de l’artisan. Particulièrement au moment de la renaissance. L’artiste était directement soumis à la commande donc très éloigné de la vision actuel de l’artiste (le maudit des profondeurs de l’âme) héritée des romantiques du 19ème.
    Avant, il y avait des artisans et c’était pour une part de grands artistes.

    4 novembre 2013
  • ba oui, l’art c’est l’idée!!

    6 novembre 2013
  • Article original est très intéressant. La technique est une base et après la créativité fait le reste. Mais pas facile de se montrer créatif !! Heureusement, grâce à toi et à Anne-Laure, ont à tout pour progresser !!

    8 novembre 2013
  • Article intéressant pour effectivement remettre la technique à sa place.
    Il est possible de créer de réelles œuvres d’art avec un simple compact, un sténopé…
    Combien de photographes trop techniques, n’ayant rien à dire, fascinés par la technologie ne produisent que de banales images avec du matériel très sophistiqué…

    Pourtant, un sens artistique sans technique n’est qu’une mauvaise manie.
    S’il est essentiel de rappeler comme tu le fais, la nécessité de laisser parler ses émotions , il est tout aussi essentiel de dénoncer des pseudos artistes qui ne font que répéter un « truc » de prise de vue, un effet sympathique tombant au bon moment.
    Hormis ce truc, ils sont bien incapables de réaliser des photos de qualité.

    Dans la même veine, j’entends souvent dénoncer les horribles photographes de pub,
    Vils mercenaires ne travaillant que pour l’argent en opposition aux « artistes ».
    Regardez bien ces photos « commerciales ».
    Nombreuses sont de véritables œuvres artistiques réalisées par des photographes de talent. Leurs images seront reconnues plusieurs années après, après être sorties du contexte commercial.
    La photo dépend largement de la technique, il est évident qu’un photographe est un artisan et pour certains, des artisans d’art.
    En photo, comme dans n’importe quel art, il faut faire ses gammes.
    Il faut se confronter à la technique.
    Tenir un crayon, ça s’apprend et c’est loin d’être aisé.
    Et comme il ne suffit pas de multiplier les déclenchements, en répétant les mêmes erreurs, il ne suffit pas de frotter un crayon sur un papier pour progresser.
    Dans chaque art, il existe des tours de main qui se transmettent.
    Vouloir s’en émanciper, c’est soit perdre beaucoup de temps, soit s’auto-satisfaire d’images bancales.

    En fait, il faut les deux pour être capable de mettre sa technique au service de ses émotions.
    Chaque fois qu’un novice maîtrise une nouvelle technique, ses neurones sont régénérés !
    D’un seul coup, sa créativité s’épanouit, de nouvelles voies inconnues s’ouvrent.

    9 novembre 2013
  • Un grand MERCI pour cet article!!!!! Une belle façon de rappeler qu’on acquis un art en faisant des erreur et en photographiant toujours et encore et par passion sans savoir pour but la perfection mais l’émotion!!

    Merci!

    26 novembre 2013
  • Bonjour ,

    Cette article met la vérité au grand , car aujourd’hui faire de la photo est devenue la passion de beaucoup d’entre nous : merci la technologie d’avoir mis à dispositon de bons appareils à des prix corrects. Cependant comme vous le dites beaucoup d’entre nous sont capables de prendre des photos puisqu’ils maitrisent la technique cependant leurs clichés ne dégagent rien et c’est là pour moi la différence avec les véritables artistes. Je trouve d’ailleurs que de nombreuses boutique de photographe (photo de mariage etc) font des photos trop « superficielles » , je ne critique pas leurs savoir faire simplement pour moi ces photos sont dénués de charme. Je dirais en plus qu’un véritable artiste , peu importe l’appareil saura prendre une photo qui parle aux autres quand l’artisan prendre une photo banale.

    29 novembre 2013
  • Un article splendide, c’est ce que je m’évertue à faire en ce moment et cela n’a rien de simple. Ce lancer dans de nouveau cliché que « vous » trouvé jolis mais que certains autres aiment et d’autres n’aiment pas du tout, c’est pas facile ….
    Mais il faut aussi partir d’un autre concept : on ne peut pas plaire à tout le monde ^^.
    Et oui, c’est aussi ça l’art, chaque personne a un oeil différent sur des choses différentes …

    1 décembre 2013
  • Merci Laurent de ce partage de réflexion ! Il me ré-axe dans mon axe. ☺
    J’aime cette réflexion de base : Artisan ou Artiste ?

    Pour l’artisan, le savoir-faire est une fin en soi. Pour vous, l’artiste, le savoir-faire est le véhicule nécessaire à l’expression de votre vision. Le savoir-faire est la face visible de l’art.
    David Bailles

    Alors oui, c’est effrayant. Il est plus facile de se concentrer sur le faire. Au moins, si ce n’est pas le cas, ce n’est pas de votre faute, c’est celle de l’outil. Ou de votre savoir-faire (mais vous avez une excuse, vous débutez encore).
    Par contre, si vous avez mis toutes vos tripes dans une réalisation et que quelqu’un n’aime pas, ça fait mal. Car c’est vous, cette réalisation. S’exprimer pleinement, ça fait peur. Et c’est normal. Mais ce qui fera que vos créations seront vraiment les vôtres, que vous vous exprimerez grâce à elles, que vous serez heureux ou ému en les observant, c’est votre intention derrière. Celle de produire une œuvre d’art, et non pas qu’une pièce d’artisanat. Donc arrêtez de passer à des heures à vous demander comment. Exprimez-vous, créer.
    Laurent Breillat

    Derrière l’artisan, on peut sentir le verbe faire, le comment, l’employé, le gouvernement, la société, le masculin, des limites, etc.
    Derrière l’artiste, on peut sentir le verbe être, le pourquoi, le créateur d’entreprise, l’association, la nature, le féminin, des libertés, etc.
    Besoin des deux

    5 décembre 2013
  • Je pense surtout que ce ne sont que des mots. On peut aussi s’exprimer en artisanat car il existe plusieurs types d’artisanats: des très complexes avec des pièces plus uniques, moins demandées, pas systématiquement copiées (vitraux par exemple) et d’autres avec une production beaucoup plus importante de mêmes objets comportant peu de variations (céramique ou poterie par exemple) et même dans ces domaines il peut y avoir des pièces d’exception. Il me semble donc que ce qui fait d’une photo une œuvre d’art c’est à la fois son caractère original et unique (parce que faire comme moi 36000 fois des photos de feuilles ou de chats sous des angles parfois flatteurs mais pas forcément originaux c’est du vu et revu même si je voudrais exprimer ci ou ça) mais aussi sa valeur sur le marché de l’art. Il y a tellement de photos aujourd’hui, tellement de visions, souvent très proches, que ça devient difficile de juger ce qui relève de l’art, de l’artisanat, de l’industriel, du familial… et d’ailleurs pourquoi vouloir forcément des catégories? Pourquoi pas juste de « la photo »?
    Personnellement, en tant que photographe amateur, je ne me pose plus de questions et je me fiche de plaire. Je prends mes photos, souvent sans anticipation. Je suis là. Je contemple, j’observe, j’essaie de comprendre. Je mets en ligne. On n’est pas obligés d’avoir un message à faire passer ou en tout cas rien de compliqué, on peut aussi juste « vivre » l’expérience. Que la photo soit réussie ou ratée et même s’il n’y a pas de photo au bout. On ne prend pas plus ou moins plaisir à faire original, technique, correct, populaire… ça concerne ce que chacun attend, ce que chacun expérience, ça devrait être une affaire avec soi-même et au bout on touche, ou pas, d’autres personnes et alors un dialogue ou une communion peut s’instaurer. Ça rejoint un peu le débat sur « faut-il publier ou non ses photos? » où les deux réponses se défendent parfaitement…

    18 décembre 2013
  • Bonjour et merci pour ce très joli billet.
    Je me pose une question sur le plan juridique lorsque l’on décide de faire de la photographie un véritable métier. En effet, en France aujourd’hui, un photographe est invité à choisir soit le statut d’artiste photographe ou bien celui d’artisan photographe, les deux ne bénéficiant pas des mêmes avantages et n’étant pas rattachés aux mêmes entités. La France semble considérer qu’un photographe dit « social » qui va photographier des événements tels que des mariages, baptêmes etc est un artisan qui fournit une prestation à un client, tandis que l’artiste va exprimer son art à travers des photos qu’il va vendre sous différentes formes et les exposer par exemple dans une galerie.
    Personnellement, lorsque je photographie une situation, un événement, j’y mets forcément ma vision, mon oeil, mon interprétation et ma personne. Aussi, en quoi photographier un mariage ne serait pas artistique ? et je m’interroge donc. Cela signifie-t-il qu’en France il n’est pas possible d’être photographe de mariage et artiste en même temps ? existe-t-il sur votre site un article consacré aux différents statuts juridiques du photographe en France ?
    Merci d’avance pour votre réponse et bonne continuation

    13 juin 2014
  • Bonjour Laurent,

    Merci pour ton article. Je suis entièrement d’accord avec la philosophie de celui-ci. Etant dessinatrice à la base, j’ai de temps en temps entendu des gens me demander quel crayon j’ai utilisé, comment j’ai procédé ou quelle règle j’applique pour ne pas me tromper dans les proportions. Et là, je me sens toujours un peu bête de devoir leur repondre : « Ben euh, je ne sais pas moi. Je ne me suis pas posé de questions, j’étais dans mon monde 🙂 » Une fois que les bases sont acquises, on s’améliore finalement un peu inconsciemment juste en pratiquant. Et on peut se perdre dans son propre univers d’inspiration.

    27 juillet 2014
  • Dans un livre dédié aux Compagnons et à leurs « chefs d’œuvre », je lis que ce sont d’abord les qualités d’état d’esprit qui priment sur une perfection qui, tout d’abord , est individuelle et propre à chacun, chacun son chemin et son évolution….Et qu’il est toujours temps d’avancer et de perfectionner son « art »au fur et à mesure….Intention, bienveillance, curiosité, enthousiasme, émerveillement , clefs d’une Belle et même Serrure!
    Un travail, une musique peuvent être techniquement « parfaites », mais sans âme….Je pense à Maurice Baquet jouant de son violoncelle en donnant l’impression de bâcler son interprétation en faisant le pitre, mais qui m’a donné les plus belles sensations musicales dont je me rappelle. Il y avait l’essentiel, le lâcher prise, génial!Il ne cherchait pas l’effet, mais donnait le meilleur….
    Voilà, Laurent, ce que ton article m’inspire….Je te l’offre volontiers et à nos amis….

    25 novembre 2014
  • Oui je suis bien d’accord avec cet article. Quand je prends 2/3 photos de travers, flou ou avec un effet de mouvement, on me dit que la photo est ratée! Alors des fois ce n’est pas volontaire mais ça donne de très beaux clichés!

    30 décembre 2014
  • bonjour,

    Intéressant comme réflexion mais je ne suis pas tout à fait d’accord!
    Je m’explique ,je compose de la musique,je peints aussi et donc c’est tout naturellement que j’aborde la photo comme un art, mais je conçois parfaitement que cela n’est pas un objectif obligatoire pour tous.

    Je pense que certains photographes peuvent prendre leur pied à maîtriser la technique, à sortir des images les plus propres possibles, des images qui font impression par leur maîtrise et pas par ce qu’elles expriment. Et qui avec passion, photographie des voitures, de gâteaux ou des oiseaux qui s’envolent. Tiens justement, les photographes animaliers sont ils obligés d’avoir une démarche artistique ? Je ne crois pas.
    Halte à la dictature de l’art 🙂 Vive les bons artisans!Quand on voit la qualité médiocre de certaines pubs dans nos boites aux lettres, on aimerait bien que de bons artisans fassent des jolies photos de bifteck ou de jambon à l’os!

    Continue comme ça, passionnant ton blog!

    1 mai 2015
  • Monsieur,
    Je suis paralysé par vos conclusions péremptoires sur la prédominance de l’art sur l’artisanat.
    L’art est le résultat d’un labeur, pouvant procurer une émotion esthétique. Ceci est valable dans toutes les disciplines, dans toutes les matières, pour tous les peuples, les intellos d’occasion, les philosophes, y compris les juristes.
    L’art ne s’arrête pas aux « arts plastiques » dans un langage populiste (ou qui se voudrait populaire, sinon banal), il est transcendant de la matière (entendue comme discipline) dans la recherche d’une perfection.
    La maîtrise de l’expression est un moyen et non une fin en sois ; dans ce cas ci, la fin justifierait les moyens, et le post traitement, une tromperie.
    Comparer art et l’artisanat ( s’entendant comme le pendant de la fabrication industrielle) est une réduction de « petits pieds », et pourquoi pas le bricolage à l’avenant.
    Non, notre Pays a suffisamment baissé les niveaux de compétences et de travail (seules sources de plus values). Pitié, ne piétinez pas le savoir faire, pour se raccrocher à l’art, qui deviendrait la planche de salut, un radeau de survie. Les peuples s’y étant laissé aller s’y sont échoués, fondus, disparus.

    24 février 2016
  • Article qui m’a le plus parlé (jusqu’à present). Peut être celui ou tu as mis le plus de toi-même dedans ? Auquel cas… Il s’agirait d’une oeuvre d’art, au même titres que tes photos ?
    Merci pour ce petit moment hors du temps.

    24 juillet 2016