Apprendre le lightpainting en 10 minutes

Le lightpainting, c’est une discipline de la photo qui peut sembler complexe de prime abord. Et d’ailleurs, elle l’est ! Seulement avec l’expérience, on peut plus facilement expérimenter un domaine, car on sait précisément comment fonctionnent la photographie et la lumière. C’est ce que j’ai décidé de vous prouver dans cette vidéo.

logo la boîte à photos
Merci à Laurent Vaissade de jogg.com pour le logo ! 🙂

 

Note : Cette vidéo est réalisée dans le cadre de la sixième édition de la Boîte à Photos, événement qui réunit une quinzaine de blogueurs autour d’un même thème. Pour cette édition du premier anniversaire de la Boîte à Photos, nous avons choisi de nous concentrer sur le vaste et abstrait thème de l’expérience. Cette sixième édition est organisée par Sébastien Fanger de sfphotos.fr, sur lequel vous retrouverez en fin de semaine une synthèse des articles postés au long de cette édition.

 

Si vous ne voulez rien rater, pensez à suivre la Boîte à Photos sur Facebook ou Twitter ! 😉


 

J’ai donc décidé de traiter ce thème de l’expérience par la preuve : je veux vous montrer qu’avec l’expérience, on peut découvrir un domaine, y prendre du plaisir, et réussir ses premières images très rapidement. Vous allez donc découvrir dans la vidéo ci-dessous comment j’ai réalisé la photo que vous pouvez voir, sans jamais avoir fait ce type d’image auparavant.

Hifi vintage light painting

Alors évidemment, ce n’est qu’un premier essai, mais j’ai déjà réussi à obtenir un résultat proche de ce que je voulais en moins de 10 minutes. Avec la pratique du light painting, je m’améliorerais sans doute beaucoup et obtiendrais des images encore meilleures.

Cela dit, le but n’est pas de vous dire que vous avez besoin d’années d’expérience pour ça. En réalité, si vous maîtrisez vraiment bien les bases de la photo, vous pourrez résoudre facilement ce genre de situations, même si ce sera peut-être plus long et plus laborieux. Ici, mon expérience m’a surtout servi à comprendre très rapidement et instinctivement ce qui ne fonctionnait pas, et à m’adapter en conséquence.

Bref, n’ayez pas peur d’expérimenter et de chercher à résoudre les problèmes : vous avez sans doute déjà les connaissances nécessaires, vous auriez pu faire la même chose que moi (si si), et en mettant plus de temps, vous auriez gagné… en expérience !

Et vous, quel domaine de la photo avez-vous envie d’expérimenter ? 😉

 

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 4,50 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

56 commentaires
  1. Merci pour ton expérience de lightpainting. Le résultat donne envie d’essayer à son tour.
    La pause longue est quelque chose qui me fascine également.

  2. Super cette vidéo!
    J’avais déjà fait du lightpainting (enfin, disons quelques essais) mais je n’avais jamais envisagé de l’utiliser de cette manière. J’ai le sentiment que ça va m’inspirer pour mes prochains clichés.

    En tout cas, je vous suis depuis quelques mois et j’aimerais vous remercier pour tous les articles que vous réalisez. Votre blog m’a encouragée à persévérer dans la photo et vos articles m’ont été utiles plus d’une fois.
    C’est le premier blog que je consulte lorsque je me pose une question.
    Très bon boulot 😉

  3. Salut Laurent, salut à tous,

    Juste un petit complément à ton article qui me semble INDISPENSABLE; je me suis essayé au lightpainting après lecture de ce dernier. J’ai également visionné quelques vidéos sur le web. Et tout le monde s’accorde sur la nécessité de travailler à petite ouverture (f8, f11…) ce qui empêche hélas, de jouer avec le bokeh (+ perte de piqué) en light painting.

    Eh bien la réponse à ma problématique est tombée tout à fait par hasard; pour mes premiers essais j’ai ressorti une petite torche Maglite dont les piles s’avéraient être d’une usure avancée… Il est vrai que nos capteurs ne sont pas initialement prévu pour le lightpainting et que même en ISO 100, la sensiblité est trop élevée pour travailler avec une source lumineuse standard. j’ai pu donc aisément travailler à F2.8 🙂 J’ai donc récolté à droite à gauche qlq vieilles piles usée et jongler avec de sorte à trouver le plus faible éclairage possible. Je pense qu’on peut également travailler en plaçant des filtres opaques en bout de torche. (et pourquoi pas en couleur tant qu’à y être 🙂 )

    Ah j’oubliais; voici l’exemple à l’appui après qlq heures d’essai tout de même :

    http://www.flickr.com/photos/91173144@N08/8638682633/

    Pour ce faire je vous conseille de dévisser complétement le déflecteur (ampoule nue)

    A vos torches donc!

    Cordialement

    Gilles

Voir plus de commentaires