Comment faire des photos d’orages

18 juillet 2013

Outre le soleil, le sable chaud et les doigts de pied en éventail, l’été est aussi la période propice aux orages. Il n’est pas forcément très intuitif de les photographier, et il y a beaucoup de choses à savoir, ce qui méritait bien un article.

Mais vous avez de la chance, car la photo d’orage se rapproche beaucoup de la photo de feu d’artifice, que j’ai traitée récemment. Pas seulement parce que la période propice est en été, mais aussi parce que la technique de prise de vue est très proche.

Donc si vous ne l’avez pas encore fait, lisez l’article sur les feux d’artifice, vous allez encore mieux comprendre celui-ci.

Malgré tous mes conseils, il faut bien comprendre que la photographie d’orages est une discipline très aléatoire, et dont les résultats dépendent de beaucoup de facteurs que vous ne contrôlez pas. Il se peut donc tout à fait que vous rentriez totalement bredouille, même avec les conseils. Mais si vous les suivez, ça vous permettra de réussir si les conditions sont réunies.

Quelques précautions

Alors je ne vais pas en faire une gigantesque tartine, vous êtes des adultes responsables, mais il est évident que photographier des orages peut être dangereux. Donc pratiquez à vos risques et périls, mais surtout faites preuve de bon sens :

  • Restez à proximité immédiate d’une voiture, qui constitue une protection idéale contre un orage (il est impossible d’être foudroyé si on est à l’intérieur de l’habitacle)
  • Le signe précurseur qu’un éclair va tomber très près de vous : vos cheveux se dressent sur votre tête. Laissez immédiatement tomber la prise de vue et réfugiez-vous dans votre voiture. Il vaut mieux perdre votre matériel que la vie…
  • Tenez vous à distance de ce qui pourrait être foudroyé et vous tomber dessus (arbres isolés, vieux bâtiments, pylônes électriques, …). Là encore, c’est du simple bon sens.
  • Dans certaines zones, les orages violents peuvent provoquer des crues extrêmement soudaines. Ce phénomène se produit notamment régulièrement dans le sud de la France, qu’on désigne sous le nom d’épisode cévenol. C’est extrêmement dangereux, pour vous en convaincre regardez la vidéo de la crue de Vaison-la-Romaine en 1992 (300mm d’eau en 3h, ça calme).

Trouver le bon endroit

 

Photo orage éclair Australie lever de soleil

Lightning Sunset Gold Coast Australia by Luke Zeme

Une bonne part d’un cliché d’orage réussi, et je dirais même la majorité, c’est d’être au bon endroit au bon moment. Et c’est là que ça va se corser.

Un orage reste peu prévisible, et il est impossible de prédire précisément sa trajectoire. Cela dit, certains outils peuvent vous aider. Quand vous entendez des prévisions d’orage à la météo, foncez voir des cartes plus précises qui vous aideront à déterminer où va tomber la foudre.

Le meilleur endroit pour ça est le site de Chasseurs d’orages, qui possède une rubrique spéciale météo, dans laquelle vous pouvez trouver en particulier la carte « Données Zeus » qui recense les impacts de foudre, des plus récents (en pourpre puis rouge) au plus anciens (en vert puis bleu). Ça vous permet de visualiser la trajectoire de l’orage et de pouvoir faire un pari raisonnable sur l’endroit où pourrait frapper la foudre dans l’heure qui suit.

Il va vous falloir être extrêmement réactif et prendre la voiture tout de suite pour vous déplacer dans un endroit idéal pour photographier l’orage, c’est-à-dire légèrement en hauteur avec une vue dégagée sur la zone où frappera la foudre. Attention, ne faites pas l’erreur de vous placer carrément dans l’orage, le plus souvent la pluie vous bouchera toute la vue (en plus de détremper votre matériel…). Il vaut mieux se situer à quelques kilomètres pour observer l’orage de loin qui éclaire le paysage.

Si vous êtes en ville ou n’avez pas de voiture, très honnêtement ça va être plus difficile. Je vous conseille de trouver un endroit dégagé comme une place par exemple, sur laquelle vous pourrez peut-être capturer quelque chose avec de la chance.

Si vous êtes vraiment intéressé par le domaine, je vous conseille de fouiller le site de Chasseurs d’orages. C’est une véritable mine d’or, ne vous laissez pas arrêter par le design vieillissant 😉

La technique

C’est là que vous allez voir que ça ressemble beaucoup à la photo de feu d’artifice. En effet, comme les feux d’artifice, les éclairs sont des sujets « Harry Potter » (et rien à voir avec la cicatrice 😉 ) : quelle que soit la vitesse d’obturation utilisée, un éclair ne durera qu’une fraction de seconde. Son exposition sur l’image ne sera donc pas influencée par le temps de pose, mais uniquement par la sensibilité ISO et l’ouverture.

De la même façon que les feux d’artifice, et même encore plus, il ne faut donc pas essayer de capturer sur le vif un éclair, c’est absolument impossible. Il va falloir employer une pose longue, si possible de nuit, ce sera plus simple et plus esthétique (mais on verra après comment faire de jour).

Le matériel nécessaire

Je pourrais presque copier-coller le matériel du feu d’artifice :

  • Un appareil capable de faire une pose longue
  • Un très bon trépied : il y a souvent beaucoup de vent lors d’un orage, il faut qu’il soit très stable. Pensez à le lester si possible.
  • Une télécommande de préférence.
  • Un objectif plutôt grand-angle, mais pensez à emmener un téléobjectif au cas où.

La prise de vue

Comme vous ne savez jamais quand un éclair va tomber (s’il tombe un jour…), il va falloir maximiser vos chances d’en avoir un sur l’image. Ce qui implique principalement deux choses :

  1. Être en permanence en train de prendre une photo : vous ne voudriez pas rater le bon moment !
  2. Utiliser une longueur focale assez grand-angle, pour englober une plus grande partie du paysage, quitte à recadrer par la suite.

 

En ce qui concerne les réglages :

  • Placez votre appareil sur trépied, et branchez la télécommande. Activer le blocage du miroir (dispo dans les options de pas mal de reflex, consultez votre manuel).
  • Faites la mise au point manuelle sur l’infini (bouton MF sur le côté de l’objectif en général)
  • Placez vous en mode Manuel M : ISO au minimum, diaphragme moyen du genre f/8 ou f/11, et mode Bulb (ou pose de 30s).

 

On a vu que l’exposition de l’éclair ne serait influencée que par l’ouverture et les ISO, mais celle du décor le sera par l’ensemble des réglages. Donc il conviendra de prendre un 1er cliché pour estimer les réglages qui permettent d’exposer correctement le paysage, si vous voulez qu’on le voie. Cela va dépendre principalement de votre environnement : en ville, vous ne pourrez pas faire une pose trop longue sans surexposer. En campagne à l’inverse, s’il n’y a pas trop de pollution lumineuse, vous pourrez faire des poses bien plus longues. Faites donc un premier cliché test : tentez 10 à 20 secondes en ville, 30 secondes et plus en campagne, et ajustez pour avoir une bonne exposition.

Ces réglages sont une base pour commencer, mais il vous faudra peut-être les adapter. En effet, il est difficile de prévoir l’intensité lumineuse des éclairs, et ils pourraient être cramés (surexposés). Plus il sera près, plus il sera lumineux : si vous avez 3 images cramées de suite, fermez le diaphragme d’une ou deux valeurs. Pour compenser l’exposition du paysage, multipliez le temps de pose par 2 ou 4, respectivement.

Si votre temps de pose idéal est inférieur à 30 secondes, plutôt que d’utiliser le mode Bulb, le plus pratique est de fixer le temps de pose, et d’utiliser le mode rafale avec une télécommande. Par exemple si vous mettez 10 secondes, le mode rafale, et que vous gardez le bouton appuyé, l’appareil va reprendre une photo de 10 secondes immédiatement après la précédente, ce qui maximise vos chances d’avoir un éclair. N’oubliez pas, vous devez tout le temps être en train de prendre une photo !

Ça implique évidemment beaucoup de photos qui seront sans éclairs, et donc ratées, mais c’est la seule solution.

 

Si vous souhaitez prendre des orages en plein jour, il y a 2 options en gros :

– Faire des poses plus courtes en rafale, en fermant beaucoup le diaphragme.

– Utiliser un filtre ND (type 400 ou 800) pour pouvoir faire une pose longue, comme en pleine nuit. Cette technique a un désavantage : les ramifications des éclairs se verront peu, car elles sont moins lumineuses et le filtre ND trop puissant.

 

Voilà, j’espère que cet article vous aidera aux prochains coups de tonnerre ! Et vous, avez-vous déjà photographié des orages avec succès et sans griller comme une merguez ? 😉
 

 

Vous avez aimé cet article ?

Vous pouvez le télécharger au format PDF pour le lire tranquillement chez vous :
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (23 votes, moyenne : 4,39/5)

Loading...

Recherches utilisées :

photo orage, photographier des eclairs, photographier orage, photographier les orages, comment photographier un orage, comment photographier les éclairs, comment photographier un eclair, photographier eclair

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

57 commentaires

  • Sympa l’outil de prévision des orages, j’y penserai quand j’aurai une voiture ! 🙂

    • Sympa l’outil voiture, j’y penserai quand il y aura des orages 😉

      28 juillet 2013
  • Salut Laurent,
    Une question sans doute idiote……est il possible de faire des clichés d’orages avec un Panasonic FZ 200,il n’y a pas de mode bulb et en mode manuel je pense qu’il est limité a 8 secondes !!! ?

    18 juillet 2013
    • Salut !
      Théoriquement c’est possible, même si des poses plus longues sont préférables. Il est probable qu’après chaque prise de vue, l’appareil mouline un peu (il y plus de données car c’est une pose longue), donc on va dire que tu as un peu plus de chances de rater un éclair pour ces raisons. Mais ce n’est pas totalement impossible non plus 😉

  • Vraiment sympa cette article, Je suis arrivé à prendre une fois une éclaire, l’an passé le 14 juillet en même temps que le feu d’artifice mais ce fût vraiment un coup de chance. Mais depuis, plus rien 🙁

    18 juillet 2013
    • Wow, un éclair en même temps qu’un feu d’artifice ! On veut voir la photo ! 🙂

  • salut laurent,
    vraiment sympa ton article sur les orages, j’ai pu tester celui des feux d’artifice dimanche dernier . j’ai bien galéré car les conditions n’étaient pas révées, je n’avais jamais fait ça et le feu n’etait pas terrible…
    j’ai néammoins pu sauver quelques clichés et j’en ai mis 2 sur flickr et j’ai eu quelques bonnes appréciations et messages d’encouragement… ça fait plaisir…
    je vais attendre un bon orage et je recommence…
    à bientôt… et merci encore de tes conseils avertis

    18 juillet 2013
    • bonsoir

      j’en fais des photos de feux d’artifice.

      alors je mets en 5 secondes de temps , ev de l’ambiance à -1 ev et je vois une trainée je declenche et j’attends.

      attention à la « poussiere » prendre un bout de ficelle et vérifier le vent ou alors le truc de la salive dans le nez. Si le vent arrive dans la narine ca fait du froid. Si le vent vient du feu ca fait vite un voile qui empeche tout.

      Si ca arrive, baisser les ev de 1 ev mais ca bouffe aussi le feu.

      9 août 2014
  • C’est assez difficile de réunir toutes les bonnes conditions pour photographier les orages si on n’est pas bien placé avec une vue sur l’orage. Pour ma part, j’ai pu en photographier facilement en montagne vu que les orages y sont plus fréquents mais surtout plus intenses (et qu’on voit arriver de loin). J’avais d’ailleurs fait un article pour expliquer comment les photographier ici : http://www.vivrelaphoto.com/photographie-eclair-mode-demploi/

    • Salut Cathy,
      Effectivement, le coin où on habite joue pas mal ! Dans le Nord, c’est très urbanisé, et notre réputation de « plat pays » n’est pas usurpée : c’est compliqué de trouver du relief.

      D’où l’intérêt de bien connaître sa région pour pouvoir se placer sur un point culminant quand l’occasion se présente.

      • bonsoir

        moi j’ai un souci, je veux une ambiance et alors les orages sont lointains (j’ai pas envie de prendre dans tous les sens du terme, un eclair à f/16 qui veut dire que l’eclair est sur moi et moi mort!!!)

        comme je mets une ambiance, et l’orage lointain on m’a indiqué d’ouvrir à 5.6 mais alors l’environnement demande une seconde de temps d’expo. là y a autre chose qui est mort.

        9 août 2014
      • je suis en ville et j’ai un vélux et mon toit domine les autres maisons.

        10 août 2014
  • Bonjour Laurent,
    Sympa l’article, mais je suis chauve…. blague à part, il faut surtout déconseiller l’usage d’un trépied ou monopode en carbone part temps d’orage et en terrain découvert.
    Merci pour tout.

    18 juillet 2013
  • Franchement bravo pour cet article, novice en photo, j’avais énormément de mal à prendre un éclair alors que c’est une de mes passion(je sais il y a des fous sur terre) j’ai hâte d’appliquée la méthode

    18 juillet 2013
  • Super pour ces conseils, je pars demain en montagne et cela m’a permis de remettre quelques données techniques en mémoire. Je ne vais pas croiser les doigts pour qu’il y ait de l’orage mais s’ils viennent je serai préparé . MERCI

    18 juillet 2013
  • merci Laurent pour cet article très intéressant , même si je ne vais pas m’y risqué pour l’instant .lollll
    mais cela me tente quand même .
    bonne semaine a vous toutes et tous

    18 juillet 2013
  • guillaut soulève un point sécurité essentiel. Mon 600D sur un trépied, il risque pas de faire un peu « para tonnerre » ???

    19 juillet 2013
    • moi je mettrais tout le monde dans la voiture à travers la vitre… comme on prends souvent en dehors de l’orage pas de souci que la vitre soit voilée par la pluie.

      9 août 2014
  • Bonjour, très bon article, auquel j’aimerais apporter une précision. Depuis peu, il existe sur le marché des produits appelés « cellules de déclenchement ». Cela se branche sur l’entrée de la télécommande filaire, et déclenche un cliché lorsqu’un éclair se produit. C’est suffisamment rapide pour capturer la ramification.

    Son intérêt est bien entendu la photo d’éclair de jour.
    Pour la nuit c’est plus discutable sauf à vouloir réduire le nombre de photos ratées, en ayant la certitude d’avoir un éclair pendant la pause longue (éclair survenant en tout début de pose, ce qui n’exclue pas la présence d’autres éclairs par la suite).
    Historiquement la « cellule de Walt » est connue des amateurs d’orage. Mais il en existe d’autres…

    19 juillet 2013
  • peux tu donner des conseils pour l’achat d’un trépied ? prix -qualité -poids
    peut)être l’as tu déjà fait mais j’ai pas trouvé

    merci

    19 juillet 2013
  • bonjour Laurent, merci pour tes deux articles sur les orages et sur le feu d’artifice , mes je crois que je préfère éviter les orages , encore merci alain

    19 juillet 2013
  • en bien relisant ton article sur les orages, je me suis aperçu que j’avais oublié d’enlever l’autofocus pour les feux d’artifice… il y avait beaucoup de choses à se rappeler dans la précipitation et pour un baptéme du feu……
    j’attends le prochain orage ou le feu d’artifice du 15 aout à gerardmer
    a bientôt

    19 juillet 2013
  • Voilà un excellent article, complet et fouillé. Tu penses même à nous rappeler quelques consignes de sécurité 😉 Il ne reste plus qu’à pratiquer et attendre le moment propice ! Merci. http://www.flickr.com/photos/yvessouris/

    19 juillet 2013
  • L’article synthétise bien la technique pour prendre un orage en photo.
    Je voulais juste apporter des précisions.
    Il est très utile de repérer les lieux auparavant en fonction de la vue et de l’axe habituel des orages in situ.
    Ensuite j’ai trouvé sur internet des sites qui indiquent les impacts de foudre en direct:
    http://www.meteofontenay.fr (onglet en bas à gauche ) qui propose une carte google sur toute la France.
    http://www.romma.fr qui lui concerne les alpes
    Mais aussi une application android gratuite : blitzortung lightning
    Voilà pour les précisions
    Bonne chasse et prudence

    20 juillet 2013
  • juste un petit mot pour un grand merci grâce a votre article je viens de réussir mon premier éclair qui est a mes yeux  » magnifique  » !!!
    merci beaucou p !
    steph

    21 juillet 2013
  • Article très sympas, très détaillé comme toujours.
    Je me suis mis depuis peu à la photographie d’éclair et c’est quelque chose que j’adore! Mon petit conseil pour ceux qui sont en ville : trouver un toit assez haut, un parking par exemple. Cela peut permettre d’avoir une vue assez dégagée pour faire de jolis clichés! 🙂

    Matt

    22 juillet 2013
  • Une fois bien expliqué cela parait simple ! merci Laurent 🙂

    23 juillet 2013
  • Merci Laurent pour ces explications.
    Une discipline qui demande pas mal de temps à mon avis mais c’est tellement beau un cliché d’éclair que ça doit valoir la peine !

    Il y a quelques semaines, il y avait un superbe orage pas loin, j’étais en voiture et à proximité de hauteurs, mais pas d’appareil en poche, j’ai retenu la leçon !
    Toujours se balader avec un petit trépied (une pince peut faire l’affaire) et son appareil au cas où :p

    23 juillet 2013
  • Merci beaucoup pour cet article qui m’a été très utile pour réaliser mon premier cliché d’un éclair !

    http://flic.kr/p/ffyDfn

    24 juillet 2013
  • Merci pour cet article complet!
    Je n’ai jamais eu l’occasion de photographier un orage, mais tes conseils donnent envie de s’y mettre. Au niveau compo en plaine tu conseilles quoi, juste laisser une bande de terre en bas pour garder un point d’accroche et privilégier le ciel et les éclairs éventuels?

    Du coup sur une séance il doit y avoir très peu de photos réussies et beaucoup de photos vides d’éclair, un vrai jeu de patience (sauf si on tombe sur le super orage qui éclate dans tous les sens), je suis admiratif des photographes spécialisés là dedans.

    25 juillet 2013
    • Si tu n’as pas de point d’intérêt en plaine, laisse la place au ciel oui. Avec de la chance, t’auras une belle cellule orageuse et des gros nuages dessus, ça peut être très joli ! 🙂

  • Gros orage en soirée juste au dessus de mon village 🙂
    Occasion rêvée pour mettre en pratique donc ^^

    J’ai sorti la pince en guise de trépied et l’appareil dans la hâte et j’ai réussi à avoir 5 clichés, une grande première dans ce domaine !

    A voir sur http://www.flickr.com/photos/dudes-trips/ si ça vous intéresse

    Encore merci pour les conseils Laurent en tout cas !

    27 juillet 2013
  • Bon article de Laurent, comme d’hab. Je voudrais ici souligner que le réglage ISO – ouverture – vitesse dépend aussi de la distance par rapport à l’orage et qu’il vaut mieux parfois sous-exposé. Voir l’article de daniel Verschueren sur http://www.chasseurs-orages.com/photographier-orage.htm. Voir aussi l’article (et surtout les photos) de Christophe Suarez sur http://www.webemoi.com/comment_photographier_les_orages.htm.

    Pour le shoot de jour, concernant la cellule de Walt, c’est ce qui se fait de mieux par rapport au prix (189 euros). Pour ceux que cela intéresse, l’adresse : http://www.radio-cb-services.com/DETECTEUR-D-ECLAIRS.html

    cordialement
    Daniel

    27 juillet 2013
  • J’ai eu l’occasion de tester ce matin, merci pour cet article qui m’a vraiment bien aidé
    http://www.flickr.com/photos/97397412@N02/9378988682/

    27 juillet 2013
  • Je m’étais deja fais la réflexion par le passé mais je le dis tout haut aujourd’hui :

    « Que dois t on penser des illustrations de cet article ? »

    Sont elles le symbole de l’inexpérience laissant penser que tes conseils ne sont que synthèse de ce qui se fait/dit deja ailleurs ou alors sont elles juste meilleures que tes expérimentations dans ce domaine.

    Quel crédit devons nous accorder à tes propos sur ce sujet et sur d’autres que tu illustres de la même manière ?

    Pour parler du sujet, je dirai qu’un orage ça s’anticipe et pas seulement sur une carte en temps réel (ou presque) comme sur « Chasseurs d’orages », il existe de nombreuses communautés web qui permettent d’affiner les prévisions de météo France, et de faire des rapports en temps réel de la situation orageuse.

    Avec l’expérience, il devient possible d’anticiper sur l’orage sans tous ces moyens mais il faut avoir passé du temps à observer les orages.

    Pour les photos il est préférable d’éviter la pluie, le matériel n’aime vraiment pas l’eau mais surtout cela perturbe la lumière qui devient plus diffuse lorsqu’elle traverse le rideau de pluie. Une bonne connaissance du terrain est alors nécessaire pour bien se positionner en anticipant sur les évolutions possibles.

    Pour la composition des images (point oublié de cet article) c’est comme pour toutes les photos, et particulièrement les photos de paysage. Même dans une région de plaine il est possible de trouver un élément qui sort de l’ordinaire et vient casser la monotonie du lieu.
    Il faut à mon sens proscrire les photos prises dans le jardin en bordel ou qui montre le balcon, il faut aussi faire attention à comment on coupe le bâtiment qui se situe en face de son poste d’observation.

    Bref la photo d’orages c’est avant tout de la photo …

    11 août 2013
    • Bonjour Pyrros,

      Je pense que ton commentaire est signe d’un manque d’expérience dans la pédagogie. Le propre d’un pédagogue n’est pas de savoir tout faire et d’être spécialiste en tout (et donc spécialiste en rien), mais de simplifier quelque chose de complexe pour le mettre à la portée de tout le monde.

      Ca peut paraître contre-intuitif, mais le fait que l’article ne soit pas illustré par mes images n’est pas important. D’abord parce que la réalisation de photos d’orages telles que celles que j’utilise ici implique à la fois une localisation privilégiée (va t’en photographier une vue dégagée quand tu habites en plein centre ville de Lille) et beaucoup de pratique (la chance), mais aussi parce qu’il n’est pas indispensable d’avoir pratique intensément quelque chose pour pouvoir le comprendre, le décortiquer, et l’expliquer de manière claire et simple.
      La preuve en est, les autres commentaires de personnes qui ont pu réussir leurs premières photos d’orages grâce à cet article 😉

      Car c’est évidemment le but : mettre les lecteurs sur la bonne voie pour toucher à ce domaine, dans lequel ils s’amélioreront avec le temps s’ils le veulent. En ce qui me concerne, je ne suis pas ultra intéressé par la photo d’orages (je veux dire que je n’en deviendrai pas un spécialiste), ce qui n’empêche en aucun cas d’écrire sur le sujet.

      Au passage, quasiment aucun sujet sur la photo ne peut être inédit aujourd’hui, tant tout a été traité. L’essentiel est que ça aide ceux qui lisent, et en l’occurrence, ça semble être le cas 😉

      Merci pour tes compléments d’infos sur la discipline, qui nécessite il est vrai de l’expérience pour obtenir d’excellents résultats (comme dans n’importe quel domaine de la photo en fait 😉 ).

  • Je ne savais pas que c’était les mêmes réglages que pour un feux d’artifice. J’y penserai la prochaine fois qu’il y a un orage. Merci de partager tous tes conseils 😉 C’est très agréable !

  • Bonjour,

    L’article a déjà 1 mois, mais je voudrais juste dire que l’on peut faire des photos d’éclairs avec des poses moyennes (1/4-1/8), mais pour cela, il faut avoir des bon réflexes, ne pas utiliser de télécommande et avoir pas mal de patience et/ou un orage vraiment intense…à la fin d’une séance, je réussis une photo sur 2 ou 3…c’est pas si mal !
    en voila quelques une qui datent un peu ( http://www.flickr.com/photos/matthieuviteau/sets/72157630502561444/with/7538481520/ ), mais j’ai pas encore eu d’autre bonne occasions…!

    13 septembre 2013
    • Slt
      Elles sont pas mal tes photos !!!!!
      Je possède un bridge (Sony CYBER-SHOOT DSC-H400), j’ai bien du mal à prendre des clichés d ‘orages, je n’ai reussi qu’à en prendre qu’un seul.
      Quelques conseils. Merci.
      Salutations

      13 juillet 2015
  • Jamais de filtre ND supérieurs à du ND8 sous les orages diurnes, sinon on perd carrément l’éclair vu que le paysage est venu se réimprimer par dessus l’éclair (vu que le paysage est très lumineux contrairement à la nuit), voire même que l’éclair n’arrivera pas à « traverser » le filtre trop gris.
    Ainsi, il faut se limiter à deux secondes de pose le jour au risque de ne rien voir sur son écran ! On peut pousser jusque vers 5s quand la nuit commence à tomber. Le mieux de jour est encore une cellule de déclenchement capable de déclencher l’appareil au moindre changement de luminosité, comme ça, on allonge la durée de vie de l’obturateur (prendre 1000 images en rafale ne lui plait pas)

    25 septembre 2013
  • j’ai eu un copain qui justement en filmait des inondations genre vaison la romaine.

    il mettait sur les rivieres une planche avec un cable de facon à couper un contact si le cable cassait. Et ca l’avertissait qu’une grosse crue arrivait sur lui.

    mais un jour un malade a mis un shunt de facon à lui « apprendre à vivre ». et la crue lui est arrivée dessus sans qu’il soit averti.. et le mec a jamais été devant un juge.

    13 octobre 2013
  • Je suis prêt et j’attends maintenant le prochain orage ! C’est vrai qu’elles sont magnifiques les photos avec des éclairs. Si en plus le paysage arrière s’y prête bien c’est parfait !

  • Une précision utile et nécessaire : si les cheveux se dressent, il est déjà trop tard. Dans la plupart des cas, l’arrivée des précipitations, sous forme de gouttes d’eau lourdes et froides, est un signal d’alarme : Il est temps de se mettre à l’abri. La foudre est parfois moins prévisible, elle peux frapper plusieurs kilomètres à l’avant d’une cellule, sous forme d’éclair extra-nuageux. Méfiance donc.
    En ce qui concerne la photographie de foudre diurne, comme le précise Vivien, ne pas aller au delà du ND8, sous peine de voir les ramifications, voire le canal principal disparaitre. La troisième et la meilleure solution consiste à utiliser une cellule de détection. Un nouveau modèle, plus performant, est proposé sur le site des chasseurs-orages.com .

    C. Suarez

  • intéressant comme article, j’aurais du le lire avant de tester les photos d’orage (mais finalement je suis arrivé sensiblement aux mêmes conclusions que vous).
    je me permets néanmoins quelques remarques :
    – je ne comprends pas l’intérêt de relever le miroir pour un temps d’expo de 30s (les vibrations dues aux mouvements du miroir ne durent qu’un temps très bref en n’auront aucune influence sur l’image … contrairement à ce qui peut se passer sur des temps de pose plus bref) d’autant plus que sur certains boîtiers (le mien en tout cas) ça consomme de l’énergie. déjà que les poses longues tirent sur la batterie, je ne trouve pas pratique de risquer d’avoir à changer d’accus sous la pluie!
    – d’autre part dire qu’il est impossible d’être foudroyé quand on est à l’intérieur de l’habitacle d’une voiture me semble un peu rapide (une voiture, même avec une carrosserie métallique, n’est pas une cage de Faraday parfaite; les antennes peuvent conduisent l’électricité, les surfaces vitrées limitent l’efficacité sans parler des carrosseraient en fibre de verre…. pas de chance pour celui qui roule en Renault espace 3 avec toit panoramique et qui est nostalgique de la cibi, bon d’accord, il ne doit pas y en avoir beaucoup!).
    – enfin je me demande s’il n’est par pertinent de désactiver la réduction du bruit (je ne l’ai pas fait et le temps de latence entre 2 prises de vue était carrément interminable) quitte à traiter plus sauvagement et post prod.

    12 juin 2014
  • Salut à tous!

    J’ai une petite question, je n’ai que 16 ans et je me passionne pour les orages et j’aurais aimé savoir si un appareil photo reflex NIKON D3100 avec un focale 18-55mm irais pour faire mes photos ?

    Merci d’avance.

    31 juillet 2014
  • Salut à toi Laurent et merci pour ces infos sur la prise de vue d’un orage.
    Pour une fois que je peux partager, si je puis me permettre je te rajoute un lien vers le site de l’Observatoire français des tornades et orages violents qui peut aider. C’est un météo-France en temps réel version orage en gros et bien plus encore…
    http://www.keraunos.org/temps-reel/carte-temps-reel.html

    12 août 2014
  • Bonjour,

    je viens de commander un boîtier déclencheur par éclair, donc je voudrais connaître le réglage du boîtier car je ne serais pas en M sauf pour l’objectif
    Dois-je respecter ces conditions :
    100 ISO
    f/8 à f/11
    Je vais sois utiliser un 18.300 mm NIKON ou un 16.85 mm NIKON et un boîtier NIKON D7100

    au plaisir de vous lire
    Dan

    11 septembre 2014
  • bonjour à tous…
    hier, pour la première fois, j’ai enfin pu prendre des photos de l’orage qui est passé au dessus de chez moi…
    bon c’est pas du grand art mais pour une première, j’en suis grandement satisfait …
    j’ai suivi les conseils et j’ai fait mon possible pour les mettre en application …
    donnez moi votre avis s’il vous plait..!!
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1465738410381792&set=pcb.1465738510381782&type=1&theater&viewas=100000686899395
    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1465738400381793&set=pcb.1465738510381782&type=1&theater&viewas=100000686899395

    merci

    18 septembre 2014
  • Salut,

    Je ne sais pas si ça a été dit mais pour ma part j’ajouterai une ou des batteries de secours dans la liste du matériel, essentielles pour la pose longue.

    Anto

    8 décembre 2014
  • Merci pour cette article. Je vais essayer. Le seul soucis pour moi, je suis chauve et c’est raté pour les cheveux qui se dressent sur la tête.

    13 juillet 2015
  • Bonjour
    Je possède un Bridge (Sony cyber-shoot DSC-H400, cela fait quelques temps que j’essaie de prendre des photos d’ orages, malheureusement depuis le temps je n’ai réussi qu’à prendre q’ un seul cliché.
    Quelques conseils pour un bridge.
    Merci

    13 juillet 2015
  • Bonjour Laurent !

    Je me demandais pourquoi faut-il bloquer le miroir ? (Dans l’article sur les feux d’artifice, tu n’en parlais pas.) 😉

    13 juillet 2015
  • Pas préparé du tout, j’ai réussi quelques clichés :
    http://hiddenshown.com/albums/orages/content/2-dsc-4152-dxo/

    14 août 2015