En termes de composition, vous avez sans doute déjà entendu parler de règle des tiers, de place donnée au sujet, et peut-être même des concepts de masse visuelle et d’équilibre des éléments. Mais une composante dont on parle moins souvent, c’est le format de l’image, ce qu’on appelle aussi le ratio d’aspect (c’est un peu un anglicisme, mais c’est assez courant).

Et pourtant, ce format est très important et influence de manière majeure votre composition. Il est donc important de ne pas le choisir au hasard, et de comprendre à quel type de composition il est adapté, et comment l’utiliser dans vos images.

Epinglez cet article sur Pinterest pour le consulter dans le futur !

Qu’est ce que le format d’image (ou le ratio d’aspect) d’une photo ?

Le format d’image d’une photo est son rapport hauteur/longueur. Un format 3/2 par exemple, est un format qui ferait 30cm sur 20cm ou bien 60cm sur 40cm par exemple, donc avec un côté long qui fait 1,5 fois la taille du côté court.

format d'image ratio d'aspect photographie photo 3/2

(Si ça vous donne déjà mal à la tête, rassurez-vous, pas besoin d’aimer la géométrie pour continuer.)

Le format ou ratio d’aspect original de vos photos est déterminé par la taille de votre capteur :

  • Les capteurs Full Frame et APS-C (voire APS-H) qui équipent les reflex et une bonne part des hybrides sont de format 3/2.
  • Les capteurs micro 4/3 des hybrides Panasonic et Olympus sont de format… 4/3, comme leur nom l’indique.
  • Les petits capteurs des bridges et compacts sont en général des capteurs 4/3 également.

Seulement voilà, il existe aussi d’autres formats classiques en photographie, parfois liés au ratio d’aspect de pellicules argentiques peu usitées de nos jours, comme par exemple le format carré (1/1) ou le 4/5, ou encore le 16/9, dont l’usage s’est répandu plus récemment car il correspond mieux à celui de nos écrans.

format d'image ratio d'aspect photographie photo 16/9 3/2 4/3 1/1

Vous allez me dire : « mais puisque c’est déterminé par mon capteur, on ne peut rien y faire, non ? » Et bien, pas tout à fait…

En effet, il est possible de recadrer à la prise de vue sur pas mal d’appareils, notamment les hybrides, mais pas seulement (et parfois seulement en visée par écran sur les reflex). C’était plutôt rare il y a quelques années, mais recadrer à la prise de vue est devenue une possibilité assez courante aujourd’hui, et tant mieux, car ça multiplie nos possibilités créatives !

De plus, il est également possible de recadrer vos photos au post-traitement sans problème, en quelques clics dans Lightroom ou logiciel équivalent. Aucun souci avec ça, ce n’est pas « le mal ». Il n’y a aucune raison de vous priver de recadrer au post-traitement si vous pensez que ça va rendre votre photo meilleure. Tout ce qui compte, c’est de vous laisser guider par votre intention, et c’est le fil rouge de ma méthode de post-traitement que j’enseigne dans Sublimez vos Photos.

Cela dit, si votre appareil le permet, je vous conseille de faire ce choix à la prise de vue (sachant que vous pourrez toujours changer d’avis au post-traitement bien sûr). En effet, le cadre a une très grande influence sur la composition de votre image, et il est très difficile de composer pour le format carré (par exemple) sans avoir d’aperçu de ce que ça pourrait donner.

Mais alors concrètement, quelle influence ont les différents formats d’image sur vos photos ? Gardez en tête que comme toujours en composition, il n’y a pas de règle magique et absolue, mais pour commencer il y a quelques principes qui vous seront utiles pour mieux prendre en compte cet aspect.

Utiliser les différents ratios d’aspect

À l’horizontale

Quand vous cadrez à l’horizontale (ce qu’on appelle improprement « au format paysage »), tous les formats peuvent fonctionner, mais ils vont transmettre des impressions différentes.

Les formats « longs »

Le format 16/9, de par sa forme très allongée, va favoriser des compositions plus dynamiques, où on va laisser la place au mouvement par exemple : vous vous doutez bien que pour un sujet qui se déplace par exemple de gauche à droite du cadre, il aura plus de « place » devant lui sur un format plus allongé. Il est également plus facile et plus intuitif d’utiliser des lignes diagonales, qui ont pour effet de dynamiser l’image (contrairement aux horizontales et verticales, qui la stabilisent).

Munkbroleden, Stockholm photo 16/9

Le format 3/2 est également relativement allongé et donne cette même impression tout en étant peut-être moins caricatural.

Fisherman in Marsaxlokk photo 3/2

Évidemment, ce serait trop simple si c’était toujours le cas. En effet, il existe des contre-exemples. Par exemple sur cette première photo ci-dessous, j’ai utilisé le format 16/9 pour souligner l’horizontalité en apportant plus de longueur, et surtout l’alignement des 3 sièges, mais pourtant la composition est très centrée et statique : aucune ligne ne vient mener le regard dans l’image.

format de l'image ratio d'aspect composition tabourets photo

Sur cette autre photo au format 3/2, vous voyez que même si le sujet est décentré pour équilibrer l’image, la composition est très statique : en effet, il n’y a que des lignes horizontales et verticales, je suis placé parfaitement face au sujet (sinon, le rendu aurait été complètement gâché), et en plus j’ai opté pour un cadrage assez rentre-dedans et une composition épurée avec cette couleur de fond unie.

Abblue Road photo exposition 3/2 bleu jaune

Tout ça contribue à donner un rendu statique à l’image, même si elle est en 3/2. Le ratio d’aspect est donc UN aspect parmi d’autres de la composition, mais ne fait pas tout à lui tout seul, évidemment.

Vous pouvez également utiliser ces formats pour couper astucieusement certaines parties de l’image. Par exemple si vous êtes en 4/3 et que vous avez trop de ciel, passer en 3/2 ou en 16/9 va couper 2 « bandes » en haut et en bas de l’image, et en cadrant correctement vous aurez éliminé une partie d’un ciel qui prend trop de place. Vous pouvez donc aussi utiliser cet outil pour résoudre des soucis très simples 🙂

Les formats « courts »

À l’inverse, le format carré et dans une moindre mesure le format 4/3 favorisent plutôt des compositions plus statiques et centrées. C’est pour ça que je trouve parfois le format 4/3 un peu « mou » à l’horizontale.

Un bon exemple de composition centrée.
Sur un portrait très serré, ça fonctionne aussi !

Notez que j’ai fait toute une série de photos au format carré, et que j’en ai fait une vidéo, à voir ici :

Ici, avec un ratio de 4/5 (obtenu sur un appareil argentique), on a une composition assez “classique”, si on peut dire, sans vraiment emmener le regard quelque part.

À la verticale

Quand vous placez votre appareil à la verticale (parfois appelé « en portrait »), les choses changent beaucoup. En effet, notre œil est plutôt habitué à voir « à l’horizontale » (puisque nos yeux ne sont pas placés l’un au-dessus de l’autre :D), et donc l’orientation verticale est un peu plus délicate.

Le 16/9 est trop long pour être utilisé à la verticale, et à part un cas particulier extrême (par exemple pour insister sur la hauteur d’un élément de l’image), il est donc déconseillé de l’utiliser à la verticale dans la plupart des cas.

Evidemment, j’ai comme toujours un contre-exemple 🙂 J’ai tenté deux photos très verticales en dyptique pour ma mini-série “Solitudes Kenyanes”, que je présente notamment dans la vidéo ci-dessous :

Le 3/2 est déjà beaucoup plus polyvalent. Il est utilisable dans pas mal de situations à la verticale, notamment le portrait, mais parfois il sera quand même trop long. C’est notamment souvent le cas en paysage : ce format va souvent donner trop de place au ciel (ou au sol, ou à l’eau, selon la direction de votre cadrage). J’ai remarqué que la plupart du temps il n’était pas très équilibré dans ces conditions.

D’où l’intérêt d’utiliser un format plus « court » à la verticale, à savoir le format 4/3. Je vous encourage à essayer si vous trouvez votre composition pas tout à fait équilibrée : parfois le simple fait de recadrer en 4/3 va énormément améliorer votre image, notamment pour cette histoire de ciel trop haut (c’est un peu le même principe que recadrer en 16/9 à l’horizontale).

4/3 vertical photo ville paysage ceil mer
Un cas typique où le format 4/3 fonctionne mieux en orientation verticale !

Aparté : les formats exotiques

Je sais que je vais avoir la question, je prends donc le temps d’écrire quelques lignes à ce sujet. En effet, on m’a déjà demandé s’il était possible de sortir des formats habituels, « classiques », comme ceux que je viens de vous citer, c’est-à-dire de recadrer librement sans suivre des proportions fixes.

Je le déconseille en général, pour plusieurs raisons :

  • Les formats classiques le sont pour une raison : ils ont des proportions harmonieuses. Rien ne dit que celui que vous avez inventé le soit.
  • Recadrer librement va rendre l’impression plus difficile, puisque les papiers sont prévus pour des formats bien déterminés.
  • Vous avez déjà des tonnes de possibilités avec les formats existants.
  • Si vous recadrez librement, c’est sans doute que vous n’avez pas été suffisamment rigoureux dans votre composition à la prise de vue. Veillez surtout à ne jamais utiliser le post-traitement par paresse, mais seulement pour sublimer une photo qui est déjà bonne à la base.

Après, vous faites ce que vous voulez bien sûr, mais essayez de rester dans les formats classiques la majorité du temps, ça vous fera du bien, promis 😉

Concrètement, comment choisir son format d’image ?

J’espère que vous avez un peu compris l’effet du ratio d’aspect sur vos images, mais avec des principes très souples et des contre-exemples convaincants, j’ai bien conscience que vous êtes peut-être toujours en train de vous demander : « mais comment diable choisir mon format à la prise de vue quand rien n’est clair ? » (oui, je viens d’utiliser « comment diable », bienvenue en 1882 :D)

Et bien c’est toute la beauté et la complexité de la composition : il n’y a pas de réponse simple.

En fait, le seul moyen que j’ai de vous répondre, c’est par une question. En effet, la seule chose que vous devez vous demander, c’est si tel ou tel ratio améliore votre image ou non, et surtout fait mieux passer le message ou l’impression que vous souhaitez rendre. Pour vous aider à apprendre ce langage photographique, j’ai édité en français la formation Composition Captivante de David duChemin, une des références mondiales sur le sujet (eh, rien que ça ^^)

Si vous voulez photographier des motifs très graphiques dans une vue complètement de face et rentre-dedans, demandez-vous si le format carré ne pourrait pas vous aider à renforcer ce graphisme justement. (Comme par exemple sur cette photo de Sebastian Erras ci-dessous.)

Au contraire, si vous utilisez de fortes lignes diagonales dans votre image, demandez-vous si utiliser un format plus en longueur ne pourrait pas accentuer cet effet visuellement.

L’important est surtout de comprendre l’effet de ce choix sur votre image, et sur l’impression qu’elle va dégager. Le choix en lui-même viendra instinctivement avec la pratique et l’affûtage de votre œil de photographe.

Mais pour finir, je vais quand même vous donner un exercice pour ne pas vous laisser là comme ça :

  1. Prenez 5 de vos meilleures images dans Lightroom ou votre logiciel favori (si possible des verticales et des horizontales).

  2. Essayez tous les ratios : 4/3, 3/2, 16/9, 1/1.

    outil Recadrer (raccourci clavier R dans le module Développement), menu « aspect »

  3. Regardez lesquelles fonctionnent le mieux avec quel format, et surtout demandez-vous pourquoi.

  4. Demandez-vous s’il y a un ratio qui vous plaît ou vous déplaît particulièrement.

  5. Si l’un d’entre eux vous étonne ou vous séduit, pensez-y à votre prochaine prise de vue !

J’espère que cet article vous aura aidé ! Et vous, c’est quoi votre format préféré ?

 

 

Laurent Breillat
J'ai créé Apprendre.Photo en 2010 pour partager ma progression et aider les plus débutants que moi, en créant ce que je n'avais pas trouvé : des articles, vidéos et formations pédagogiques, qui se concentrent sur l'essentiel, battent en brêche les idées reçues, tout ça avec humour et personnalité.
Download the post in PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (148 notes, moyenne : 4,64 sur 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

81 commentaires
  1. Merci pour ton travail, car je me sens tout, mais tout petit devant le monde immense de la photo.
    Je me sens comme parachuté en pleine foret amazonienne, de nuit, sans carte et boussole !
    C’est pas évident à 63 ans de s’y mettre, mais vaut tard que jamais !
    Pour l’instant j’utilise mon cellulaire pour prendre des photos et j’ai téléchargé ”Darktable” pour classer mes photos, plus tard je verrai au post-traitement.
    Encore merci pour ton aide à démystifier cet univers.

  2. Très bon article
    je commence à comprendre
    Merci
    merci également a jean Dominique pour son partage de recherches que j’ai aussi conservé

  3. Bonjour,
    Félicitation pour ce superbe article.
    Je pense que c’est un sujet très important et trop rarement traité. J’ai fais quelques recherches dernièrement. J’ai trouvé 3 format “classiques” qu’on retrouve en peinture : le format “P” pour Paysage ou autrement appelé Porte d’Harmonie et qui correspond à notre fameux A4 (et ses multiples ou sous-multiples) ; le format “M” pour Marine qui est basé sur le nombre d’or et qui correspond approximativement au 3:2 ; et le format “F” pour Figure qui correspond à 2 format “M” juxtaposés par leur grand côté et qui correspond au 4:3… Ces formats ont fait leurs preuves (c’est le mois qu’on puisse dire) et le conseil de s’y tenir est plus que raisonnable à moins d’avoir une intention clairement définie pour sa composition.
    Je n’ai pas trouvé de références claires pour le format carré. Je suis preneur si quelqu’un en a.
    Par contre je peux témoigné qu’après avoir pratiqué la photo argentiques 24×36 (donc en 3:2) à mes débuts, j’ai eu la joie de pratiquer le 6×6 pendant très longtemps (avec image inversée gauche – droite) et c’est un exercice fantastique. Cela vous met dans un inconfort permanent qui impose de travailler la composition.
    Je pense qu’il est conseillé de changer souvent de format de prise de vue pour stimuler et casser les habitudes. Mais pour être honnête, je ne le fait pas (ou plus) car j’ai peur de manquer de cohérence dans mes images (séries). Je me contente de recadré en carré de temps en temps en post production.

Voir plus de commentaires