La macro en 5 questions/réponses

13 février 2013

Le monde de l’infiniment petit est depuis longtemps une source d’inspiration pour beaucoup de photographes. Si vous vous y êtes intéressé de près ou de loin vous avez surement déjà entendu parler de la macrophotographie. Je vous propose de découvrir les différentes facettes de cette discipline et de vous dévoiler l’essentiel de ce que vous devez savoir avant de vous lancer dans la macro.

Ceci est un article invité de Fabien du blog Astuces Photo. Vous trouverez sur son blog de nombreux conseils pour débuter la photo ou pour vous perfectionner. En ce moment il offre à ses lecteurs son guide 12 points clés pour réussir vos photos.

1. Qu’est-ce que la macrophotographie ?

Pour beaucoup d’entre vous, la réponse à cette question peut paraitre évidente. Pourtant nombreux sont ceux qui englobent sous le terme macrophotographie n’importe quelle photo à partir du moment où il s’agit d’une prise de vue rapprochée. Je profite donc de cet article pour remettre les choses à leur place 😉

On parle de macrophotographie lorsque la taille de l’image formée sur le capteur est au moins aussi grande que celle du sujet photographié. Par exemple, si vous photographiez un insecte dont la taille est égale à 1cm dans la réalité, son image doit être au moins égale à 1 cm sur le capteur pour que l’on puisse dire qu’il s’agit d’une photo macro.

Lorsque la taille de l’image est plus petite que celle du sujet on parle de proxiphotographie. La plupart des appareils photo possèdent une fonction macro mais il s’agit là d’un abus de langage. Même si cette fonction permet de vous rapprocher de votre sujet, vous restez dans le domaine de la proxiphotographie. Pour faire de la macro au sens strict, vous devez vous équiper en conséquence et c’est ce que nous verrons un peu plus bas.

Une fois que cela est dit, ne vous focalisez pas trop sur ces deux notions. Macrophotographie ou proxiphotographie, là n’est pas le plus important ! Le choix du sujet, la composition, la mise au point, la gestion de la profondeur de champ ou de la lumière sont des paramètres bien plus cruciaux pour la réussite d’une prise de vue rapprochée. D’ailleurs certains sujets ne peuvent pas être photographiés en entier en macro car ils sont tout simplement plus grands que le capteur d’un appareil photo (imaginez la taille d’un grand papillon comparé à la taille d’un capteur).

2. Que peut-on photographier en macro ?

Lorsqu’on parle de macrophotographie, on pense naturellement aux insectes. D’ailleurs, qui n’est jamais resté scotché pendant de longues secondes devant une magnifique photo d’insecte ? Abeilles, fourmis et papillons sont certainement les sujets les plus populaires auprès des photographes mais il en existe bien d’autres. Si vous avez la fibre naturaliste, rien ne vous empêche d’aller explorer la vie trépidante des insectes !

Toujours dans le monde du vivant, les fleurs et notamment leurs parties internes sont également des sujets fascinants. Vous pouvez par exemple photographier les étamines ou le pistil d’une fleur ou encore la courbure des pétales d’un bouton floral. Intéressez-vous également aux nervures des feuilles des arbres, elles vous permettront de prendre des photos très graphiques.

Photographier en macro peut également être l’occasion de réaliser de superbes images de gouttes d’eau. La rosée du matin à la surface d’une plante en est le parfait exemple. Vous pouvez également créer vous-même ces gouttes d’eau (en utilisant un arrosoir par exemple) et disposer ainsi, à tout moment, d’un sujet à photographier. Essayez différentes surfaces et jouez avec les reflets pour obtenir un rendu captivant.

Enfin, la macro est aussi beaucoup utilisée par les fabricants de bijoux pour mettre en valeur leurs créations. De votre côté vous pouvez immortaliser les inscriptions gravées sur un bijou qui vous est cher, les pierres ornant une bague ou un collier ou encore mettre la lumière sur le mécanisme d’une montre.

Les sujets à photographier en macro sont nombreux et il ne s’agit là que de quelques exemples. De manière générale, essayez de surprendre le spectateur en lui proposant une vision inédite d’un sujet ordinaire.

3. Quels sont les termes techniques à connaitre ?

Lorsqu’on débute la macro, il y a deux termes techniques qu’il est absolument indispensable de connaitre : le grandissement et le tirage mécanique.

Le grandissement définit le rapport entre la taille du sujet photographié et celle de son image sur le capteur. Par exemple, si un sujet mesure 1 cm et que son image mesure 2 cm, alors on dit qu’il a été photographié au grandissement x2. On utilise également le terme de rapport de reproduction. Dans l’exemple précédent, le rapport de reproduction est égal à 2:1.

Par conséquent, on parle de macrophotographie lorsque le grandissement est au minimum de x1 ou que le rapport de reproduction est au minimum de 1:1. La proxiphotographie correspond, elle, aux grandissements compris entre x0,1 et x1 ou aux rapports de reproduction compris entre 1:10 et 1:1.

Le tirage mécanique correspond à la distance entre la bague de monture d’un objectif et le capteur. Cette notion est capitale car c’est notamment en faisant varier le tirage que vous allez pouvoir obtenir des grandissements importants : plus le tirage est élevé, plus le grandissement est important.

4. Quel est le matériel nécessaire ?

Si vous souhaitez photographier des sujets relativement petits ou de fins détails vous allez devoir utiliser du matériel spécifique. Voyons ensemble quelques solutions possibles pour augmenter le grandissement.

La bonnette

bonnette macro photoLa bonnette est une lentille additionnelle qui se visse à l’avant de l’objectif. Elle se comporte comme une loupe et permet de grossir l’image du sujet sur le capteur. Une bonnette est caractérisée par sa puissance (en dioptrie) et par le diamètre de son pas de vis (en mm). Vous pouvez, selon le résultat souhaité, utiliser une ou plusieurs bonnettes simultanément.

La bonnette représente une solution simple et économique pour accéder à de forts grandissements. Le revers de la médaille est qu’elle est souvent à l’origine d’aberrations chromatiques et donc que la qualité d’image n’est pas toujours optimale. Si vous optez pour cet accessoire, préférez les modèles les plus performants pour limiter l’apparition de ce phénomène.

La bague-allonge

bague allonge macro photoLa bague-allonge (également appelée tube-allonge) est un tube qui s’intercale entre le boitier et l’objectif de l’appareil photo. Elle permet d’augmenter le tirage mécanique et donc, comme nous l’avons vu plus haut, d’obtenir un grandissement plus important. Les bagues-allonge sont définies par leur longueur (en mm) et sont souvent vendues par lots de trois (12, 20 et 36 mm, par exemple). Il est tout à fait possible d’utiliser plusieurs bagues-allonge simultanément pour avoir un grandissement important.

Contrairement à la bonnette, la bague allonge ne constitue pas un système optique et la qualité de vos images ne sera pas impactée. Par contre vous devez savoir que vous allez manquer de lumière, notamment si vous utilisez plusieurs bagues-allonge en même temps.

Le soufflet

soufflet macro photoLe soufflet a un principe de fonctionnement similaire à celui de la bague-allonge : en s’intercalant entre le boitier et l’objectif, il permet d’augmenter le tirage et d’obtenir des rapports de reproduction élevés. Le soufflet a cependant l’avantage d’avoir un tirage modulable qu’il est possible de régler au millimètre près. Il est ainsi possible d’obtenir de forts grandissements (parfois supérieurs à x10). A noter que le soufflet est relativement encombrant qu’il n’est donc pas adapté pour des sujets très mobiles.

L’objectif macro

Nikon AFS VR Micro Nikkor 105mm f2.8G IF ED objectif macro photoL’objectif macro est le moyen le plus simple d’arriver au rapport de reproduction 1:1, tout en conservant une qualité d’image irréprochable. Les modèles disponibles sur le marché sont généralement très performants et leur seul point faible est certainement leur prix. La plupart des objectifs macro ont des focales comprises entre 50 et 180 mm. Si vous photographiez des sujets relativement craintifs, vous privilégierez un objectif avec une longue focale (180 mm par exemple) pour conserver une distance de travail suffisante.

5. Quelles sont les contraintes lors de la prise de vue ?

La mise au point est l’un des paramètres les plus délicats à gérer en macrophotographie. En vous rapprochant de votre sujet, il est fort probable que l’autofocus de votre appareil photo éprouve des difficultés pour faire la mise au point ou qu’il la fasse au mauvais endroit. Pour éviter ce genre de désagrément, privilégiez la mise au point manuelle lors de vos prises de vue macro.

Avec un rapport de reproduction 1:1, la profondeur de champ est extrêmement réduite (à peine quelques millimètres !). C’est d’ailleurs ce paramètre qui m’a le plus surpris quand j’ai débuté la macro. Vous pouvez fermer le diaphragme de quelques stops mais, malgré cela, vous aurez peu de marge de manoeuvre. Autant vous dire que le moindre mouvement du boitier peut se traduire par une image complètement floue. Vous devez donc chercher à stabiliser l’appareil photo au maximum et pour cela le trépied est un accessoire quasiment indispensable.

Enfin, le manque de lumière est un facteur limitant en macrophotographie et ce pour plusieurs raisons. En augmentant le tirage, la quantité de lumière qui atteint le capteur est plus faible. Pour obtenir une profondeur de champ plus confortable il faut souvent diminuer l’ouverture du diaphragme et donc réduire la quantité de lumière qui rentre dans l’appareil photo.

Pour pallier le manque de lumière vous pouvez utiliser un éclairage artificiel. Le flash annulaire (souvent surnommé « flash macro ») se fixe autour de l’objectif et a l’avantage de produire un éclairage uniforme sur le sujet.

J’espère que cet article vous aura donné envie de vous lancer dans la macro ou permis d’approfondir vos connaissances. La macrophotographie est une discipline exigeante à plus d’un titre mais le jeu en vaut vraiment la chandelle, croyez-moi 🙂

Si vous avez déjà essayé la macro ou si cela vous tente, n’hésitez pas à faire part de votre expérience ou de vos envies en laissant un commentaire ci-dessous.
 

 

Vous avez aimé cet article ?

Vous pouvez le télécharger au format PDF pour l’avoir chez vous :
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (10 votes, moyenne : 5,00/5)

Loading...

Recherches utilisées :

macrophotographie, photographie macro, la macrophotographie, apprendre la macrophotographie, la macro, appareil photo macro, la photo macro, macro appareil photo

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

68 commentaires

  • Un très bon article Laurent qui conforte mon idée d’essayer une bonnette macro avant d’investir dans un vrai objo macro.
    Surtout que mes besoins vont se limiter à quelques photos par an… Et pas du grand art.

    Aymeric

    13 février 2013
    • Tout à fait, la bonnette ou la bague-allonge permettent de s’initier à la photo rapprochée sans trop se ruiner.

      Après, si l’envie est là et que le budget le permet la deuxième étape peut être l’objectif macro.

      Les bagues-allonge ne seront pas perdues car il est tout à fait possible de les utiliser en même temps qu’un objectif macro.
      C’est d’ailleurs l’une de méthodes possibles pour obtenir des grandissements supérieurs à x1.

      14 février 2013
  • Bonjour Fabien,

    Article très intéressant et qui, je dois avouer, m’intéresse beaucoup car j’adore photographier les insectes, les fleurs … De part ma passion qui est le jardinage.

    Souvent, je me demandais quels pourrait être le matériel le plus adapté et bien c’est tout trouvé 🙂

    Merci et à bientôt
    Yannick Hirel

    13 février 2013
    • Bonjour Yannick,

      Merci pour ton retour 🙂

      Tu ne vas pas être déçu du « voyage », le monde l’infiniment petit est absolument fascinant et permet d’avoir un nouveau regard sur la nature !

      Si tu t’intéresses aux insectes, par exemple, tu vas pouvoir découvrir des motifs et des textures incroyables à la surface de leur corps.

      14 février 2013
  • Je suis d’accord avec mes deux prédécesseurs, très bon article.

    J’hésite depuis un moment à investir dans un objectif macro, et comme le dis Aymeric, je vais peut être commencer par une bonnette ou une bague de rallonge.

    En tout cas, ces explications ne font que confirmer mes craintes: c’est très difficile de bien gérer la macrophotographie, car il faut maitriser la profondeur de champ, la quantité de lumière… Encore plus que jamais !

    Du coup, cette discipline ne permet-elle pas de s’améliorer en terme d’exposition ? (toute pratique aide, je suis d’accord, mais peut être celle plus qu’une autre).

    Merci !

    13 février 2013
    • J’aurais plutôt tendance à dire qu’il faut avoir déjà une certaine maitrise en terme de mise au point, d’exposition ou de profondeur de champ.

      MAIS, rien n’empêche d’essayer, il n’y a pas qu’une seule manière d’apprendre la photo 😉

      L’essentiel est de pratiquer et de choisir des sujets qui intéressent. Si la motivation est là, ça devrait aller tout seul 😉

      14 février 2013
  • Un article à découvrir et à apprécier, j’ailleurs de l’ai découvert et lu avec plaisir car je suis une fan de macro
    Par contre le lien du message ne fonctionnait pas chez moi et me renvoyait vers une page d’erreur..

    13 février 2013
  • Une manière bien sympathique d’aborder ce sujet.
    Ouvrir en grand le monde du très petit est toujours une expérience fascinante.

    Les contraintes de la photographie macro exigent de nous, les photographes, d’être rigoureux et patients. Le résultat est au bout .. avec souvent des images incroyables ..

    La macro est une discipline de la photographie que j’affectionne particulièrement .. mais que je ne pratique, hélas, pas assez à mon goût.

    Pour m’aider dans cette pratique, j’ai choisi le 105mm Sigma stabilisé .. qui me permet de pallier, dans une certaine mesure, aux contraintes dont tu parles, Fabien, dans ton article ..

    🙂
    A+

    13 février 2013
    • Moi aussi j’ai opté pour un 105 mm mais j’utilise son cousin, le Nikon 105 f/2,8 VR.

      Deux raisons principales ont motivé ce choix :
      – avoir une focale suffisamment longue pour avoir la possibilité de saisir des insectes farouches.
      – avec sa focale et sa grande ouverture c’est le candidat idéal pour le portrait.

      14 février 2013
  • Merci pour cet article. J’hésite justement à investir dans un obj macro 100mm pour mes photos aquariophiles. Je suis généralement éloignée de 20/40 cm de l’aquarium, et je peux être amenée à vouloir prendre en photo un poisson de 7 cm dans son entier avec une assez bonne profondeur de champ, ou alors des alevins de 5mm… Dans le second cas,il est évident que je ferais de meilleurs photos avec un obj macro. Mais dans le premier cas, j’ai l’impression que l’objectif macro n’est peut être pas adapté à cause de la faible profondeur de champ possible, est-ce bien ça ? Et il faudrait me reculer de plusieurs centimètres pour avoir le poisson en entier, et éclairer beaucoup pour fermer suffisamment le diaphragme et garder de la vitesse ?d’obturation. Actuellement je n’ai pas de flash externe, et je prends mes photos avec mon 50mm (récupéré de mon argentique minolta) et le résultat est correct mais je ne peux pas m’approcher suffisamment pour vraiment cadrer de prêt le poisson. Et quand je zoome sur la photo lors du développement, la précision de l’image n’est pas suffisante. Alors je suis un peu perdue. On m’a également conseillé un sigma 18-70mm avec une bonne ouverture, qui permettrait de couvrir ces différents besoins et qui donnerait la possibilité de s’approcher de l’aquarium suffisamment. J’ai mis quelques exemples sur mon flickr, mes meilleurs pour le moment. Merci d’avance si vous avez des conseils. Je débute.

    13 février 2013
    • A mon avis le 100 mm pourrait vous permettre de photographier les deux types de poissons.

      La faible profondeur de champ est surtout valable lorsque vous êtes au rapport de reproduction 1:1. Or pour photographier votre poisson de 7 cm en entier et laisser un peu de marge autour vous serez à un rapport bien inférieur. Vous aurez donc moins besoin de fermer le diaphragme pour avoir une profondeur de champ confortable et donc moins besoin de lumière.

      Pour les alevins, le 100 mm est surement le candidat idéal mais je m’interroge sur leur vitesse de déplacement. S’ils sont vraiment mobiles, cela peut être un véritable défi de les photographier.

      Il faut également réfléchir en terme de pratique photo. Faites-vous uniquement de la photo de poissons en aquarium ?
      Pensez-vous pratiquer d’autres thèmes dans un avenir proche ? Le 100 mm n’est pas l’objectif le plus polyvalent qui existe. Si vous souhaitez vous diversifier un zoom est surement plus approprié.

      14 février 2013
      • Merci pour votre réponse.
        Je connais quelques personnes qui utilisent les 100mm pour photographier leurs poissons mais je n’ai pas eu l’occasion d’essayer avec leur matériel. Pour les alevins, effectivement, suivant les âges et les espèces, ils peuvent être très mobiles et/ou timides mais ils peuvent aussi être très statiques pour ne pas se faire repérer des prédateurs potentiels, camouflés entre 2 feuilles de plantes.

        J’ai aussi un zoom de 18-135 f/3,5 que j’ai eu avec mon sony lors de l’achat. Il me sert pour les photos en extérieur mais depuis mi-décembre, je n’ai pas encore eu tellement l’occasion de le tester. Et sur les aquarium, j’ai testé, et ça ne m’aide vraiment pas par rapport au 50mm.

        14 février 2013
  • très bon article, très clair et qui résume bien le tout. J’avais déjà repéré ces fameuses bagues d’allonge comme moyen a privilégier pour débuter… et vérifier si on est accro…
    Mais c’est pas pour tout de suite, pour moi j’ai bien d’autres domaines photo qui m’attirent plus a approfondir avant !

    13 février 2013
  • Bravo,
    Article très intéressant, j’ai un 100mm macro, et j’ai fait déjà quelques photos et j’ai pu constater que le problème de la profondeur de champ sans trépied c’est pas évident, mais après sur l’ordi parfois on a de bonnes surprises.
    Il faut que j’essaie avec une bague allonge.
    En tout cas merci.

    13 février 2013
  • Bonjour Fabien,

    Bon article qui résume bien les ustensiles pour faire des photos macro. Si je puis me permettre il me semble qu’il en manque un: la bague d’inversion. Pour ce qui ne connaissent pas, c’est une bague qui permet de monter les objectif à l’envers sur le boitier. On obtient ainsi un fort grossissement, mais on est obligé d’être très près du sujet. J’utilise cet technique pour les photos d’insectes très petits et peu farouche et je trouve que ça va pas mal.

    • Bonjour Christian,

      Tu as tout à fait raison, la bague d’inversion est également une possibilité, surement la plus économique d’ailleurs.

      Personnellement je n’en ai jamais utilisé mais j’aimerais bien voir ce que ça donne.

      14 février 2013
  • très intéressant

    13 février 2013
  • Bonjour !

    J’ai commencé la macro en Décembre dernier lorsque j’ai obtenu mon Tamron 90mm. J’en suis pleinement satisfaite. Je suis encore une grande débutante dans ce domaine, mais personnellement, je préfères travailler sans trépied. Je suis habituée aux mises au point manuelles puisque j’utilise des objectifs argentiques et même si cela prend pas mal de temps parfois, je trouve que je suis plus à l’aise pour bouger autour du sujet !
    En tout cas, je ne veux plus me séparer de mon objectif macro !

    13 février 2013
  • Pour ceux qui hésitent sur l’objectif macro il ne faut pas hésiter, mon 100mm 2.8 Canon est une tuerie pour les portraits. Il ne prend pas de place et est plutôt léger, il remplace un petit télé dans le sac du photographe.

    13 février 2013
    • Je connais bien son concurrent de la marque jaune mais je ne doute pas que celui-ci est également excellent 😉

      Par contre, il faut garder à l’esprit que sur un reflex à petit capteur, le 100 mm Canon se comporte comme un 160 mm en équivalent 24×36 (facteur de conversion x1,6)

      Personnellement, je trouve que c’est un peu long pour du portrait et que son vrai potentiel se dévoile avec un reflex plein format.

      14 février 2013
  • Bonsoir,
    Je pratique la photo depuis plus de 30 ans,et malgres mon expérience ,je suis toujours
    Interressé par vos conseil que je trouve tres
    Pertinent et d ‘un langage simple à la portée de tout amateur.
    Je tenais à vous remercier et au plaisir de lire vos prochains Articles.

    13 février 2013
  • Article très intéressant ! Et qui tombe à pic puisque je vais certainement investir dans un 105 pour l’initier à ce type de prise de vue !

    13 février 2013
  • Juste une précision : il est faux de dire que les bagues-allonges n’impacte pas la qualité des images, c’est une idée reçue. Au contraire, elles impactent parfois très fortement cette qualité surtout lors de forts rapports. Dans ce cas des bonnettes peuvent être préférables. La plupart permettent d’obtenir en effet une excellente qualité, au moins au centre l’image… moins sur les bords, certes (mais cela pas gênant si recadrage il y a…).

    13 février 2013
    • Oui, la qualité d’image peut s’en ressentir, mais surtout à des rapports de reproduction élevés, comme vous le soulignez.

      Pour une utilisation plus « classique » je pense que la qualité
      d’image est meilleure avec une bague-allonge qu’avec une bonnette car on s’affranchit des aberrations optiques inhérentes à ce système.

      La qualité d’image dépend aussi beaucoup de l’objectif qui est utilisé avec les bagues-allonge.

      Après je trouve cela un peu dommage d’avoir à recadrer l’image, mais bon parfois il faut faire des compromis. C’est aussi cela la photo 😉

      14 février 2013
    • En quoi les bagues-allonges impactent-elles la qualité de l’image ? Elles ne comprennent aucun élément optique et ne font qu’augmenter le tirage de l’objectif, contrairement aux bonnettes qui intercalent une nouvelle lentille sur le chemin de la lumière, avec tous les risques que cela comporte. Le seul problème des bagues allonges, c’est qu’elles consomment de la lumière et donc de la profondeur de champ.

      14 février 2013
  • très bon article, simple et complet. juste un petit oubli. pour faire de la macro il ne faut pas hésiter a s’allonger dans l’herbe (dans le meilleur des cas) et donc prévoir les vêtements haddock. perso j’ai le canon 100 mm f/2.8 usm c’est une tuerie. que du bonheur avec des souvenirs de tête à tête avec notamment des mantes religieuses que je souhaite à tous le monde.

    13 février 2013
    • C’est très juste, faire de la macro c’est aussi donner de sa personne…
      Il est parfois nécessaire de rester allongé de longues heures dans l’herbe (bonjour les cervicales !!) ou de se contorsionner…

      Quand on aime, on ne compte pas 😉

      14 février 2013
  • Un article sur la macro \o/, un de mes sujets favoris.

    Par contre, pour cette activité, contrairement à ce qui est proposé, je n’utilise quasiment jamais de trépied. Ce dernier est très pratique pour un sujet fixe type macro studio mais se révèle contraignant quand il s’agit d’un petit animal en mouvement par exemple.

    En parlant de mouvement, l’une des contraintes de la macro (et je crois que ça n’a pas été dit), c’est que le sujet est rarement fixe. Même une fleur en apparence immobile peut se révéler fort indisciplinée devant un objectif macro, de part le vent. Je pense que c’est important de le souligner.

    C’est une des caractéristiques de la macro : tout est amplifié. Le vent devient une tornade, la moindre ombre la nuit, une faible profondeur de champ peut passer sous le millimètre… En plus de ça, on perd vite la mise au point automatique (ou elle se montre catastrophique) voire l’ouverture automatique (pour certaines bagues par exemple). Ce qui en fait une discipline très technique mais passionnante.

    Pour ce qui est du matériel, le soufflet est encombrant pour de la macro extérieur. Quant aux bonnettes, elles modifient la qualité de l’image et sont dépendantes du diamètre (donc souvent, vous avez une bonnette pour un objectif donné). Je préconise les bagues allonges (qui ne sont pas forcément chères) et/ou un objectif macro.

    Pour 20 euro (http://www.amazon.fr/BAGUES-ALLONGES-MACRO-CANON-1000D/dp/B003839SAY/ref=sr_1_5), on peut avoir un triplet de bague qui transforme un 50mm f/1.8 en objectif macro (attention : dans ces gammes de prix, l’ouverture est manuelle. C’est un coup à prendre mais c’est fonctionnel). En plus cher (mais en bénéficiant de l’ouverture contrôlée par le boitier), vous avez les bagues Kenko (environ 250e http://www.amazon.fr/Kenko-Jeu-Tubes-36mm-Canon/dp/B000JGD9JY/ref=sr_1_2) souvent utilisées par les professionnels.

    Pour les objectifs macro, il existe un 100mm ou un 105mm f/2.8 dans beaucoup de marque (je pense notamment à Canon, Nikon et Sigma). Ces objectifs ont une très grande qualité d’image. Par contre, ils coutent facilement 800 à 1000 euro. Si besoin, le Canon non stabilisé ou le Sigma permettent d’alléger la facture (500e pour le premier, 600e pour le second). Vous pouvez voir aussi côté occasion.
    Attention : si vous partez sur du 50mm ou du 60mm macro, il faudra être encore plus près du sujet pour être au bon grossissement. Et beaucoup d’animaux se méfient et ne vous attendent pas. Evitez le Canon MP-E 65mm si vous débutez. C’est un excellent objectif mais tout manuel.

    Avant de vous lancez dans un investissement, vous pouvez tester la proxy-photographie avec par exemple le 18-55mm (souvent fourni par défaut avec le boitier) ou autre objectif de votre sacoche permettant de se rapprocher du sujet. Ce n’est pas vraiment de la macro mais ça s’en rapproche et donne une petite idée de ce qui peut être photographié et des différentes contraintes.

    14 février 2013
  • http:// merci pour cet article. j’aime beaucoup faire de la macro et ces informations vont me servir.

    14 février 2013
  • je pratique aussi la macro, j’ai le 90mm tamron, j’en suis satisfaite, tout régler en manuel mais c’est une habitude a prendre, je ne prends pas de pied j’essaie de caler mon appareil sur le bord de quelque chose( je ne fais que lichens, gouttes) je me régale
    merci pour cet article

    14 février 2013
  • Je rajouterai qu’un objectif macro est également un objectif classique même si son ouverture est un juste (sauf pour les plus fortunés qui peuvent se payer les bijoux des grandes marques). Je possède un 85mm Macro/f3.5 et sur mon DX et il fait régulièrement office d’un 135mm (équivalent 35mm) lors de mes balades dans la nature, idéal pour se balader léger.
    Pour ceux qui souhaitent retrouver leurs souvenirs , un autre usage sympa de l’objectif macro est la reproduction de diapositives et de négatifs, 10 fois plus rapide qu’un scanner et avec des résultats honorables pour un visionnage sur un écran TV.

    14 février 2013
  • Bonjour,
    Et merci pour ces petites astuces toujours bonnes à prendre. J’ai commencé la macro l’été dernier avec des insectes. Nikon 105/2.8. Mon soucis est en effet la profondeur de champ, quand je prends en photo le coeur d’une fleur, je me retrouve vite dans le flou avec une ouverture de 2.8. je dois donc fermer. je passe aussi en manuel pour la netteté, par contre quel est le focus à utiliser : spot matriciel ou autre ? J’ai un D800. merci

    14 février 2013
    • Bonjour,

      C’est un vaste sujet que vous abordez là, je vais essayer d’être clair et concis.

      Le choix du mode de mesure de la lumière se fait en fonction des conditions d’éclairement de la scène.
      Si la lumière est relativement uniforme la mesure matricielle devrait convenir dans la majorité des situations.
      Par contre si la scène est très contrastée vous devrez recourir à la mesure spot ou à la mesure pondérée centrale pour exposer correctement votre sujet.

      14 février 2013
  • Un article très intéressant, qui donne envie de s’y mettre ! Dommage qu’il faille investir, à chaque fois qu’on se met à un type de photo particulier, dans du matériel… A budget serré, compromis pénibles ^^ !
    Et les photos de Thomas Shahan sont magnifiques… !

    14 février 2013
    • Je suis content que les photos de Thomas Shahan vous aient plu 🙂
      Il y a de véritables trésors sur son compte Flickr.

      14 février 2013
  • Bonjour,
    Je trouve ton article très intéressant, je m’étonne de ne pas voir la bague d’inversion macro dans les solutions peu onéreuses
    Elle permet d’utiliser des objectifs de n’importe quelle marque (souvent pas chers) et donne de bons résultats
    Qu’en penses-tu?

    14 février 2013
    • Bonjour Marcel, le sujet a été évoqué plus haut dans les commentaires (Christian- conseils jardinage)

      14 février 2013
  • Oui oui oui
    Petite question technique par ici:
    donc quand on agrandis le tirage (la distance entre ma première lentille et le capteur)j’agrandis l’image bon ça c’est clair mais personellement avec mon compact nikon p7100 les plus gros agrandissement d’objets « sur lequel je peux faire le point » que je peux faire c’est quand mon zoom est le plus reculé…. et la ça contredis un peu la théorie et donc je ne comprend plus….
    Donc voila ce qui me turlupine c’est le focus…

    14 février 2013
  • C’est tout simplement que tu fais erreur sur la définition du tirage qui ne se calcule pas à partir de la lentille frontal mais à partir du centre optique de l’objectif.

    14 février 2013
  • Un article qui qui donnera sans aucun doute l’envie de s’y essayer aux photographe non initiés à la photo macro.

    Pour ma part j’ai aussi opté pour un sigma, Sigma 150 mm APO DG HSM

    14 février 2013
  • Oui et donc? J’ai besoin de plus de précision! Un article m’expliquant le phénomène? une page web? Merci d’avance

    14 février 2013
  • Difficile à expliquer sans un dessin… Le centre optique, c’est l’endroit où les rayons de lumière se croisent. Plus la focale est longue et plus l’angle qu’ils forment est étroit. A la même distance de mise au point, lorsque la focale augmente, le champ étant plus étroit pour une même taille de capteur, l’objet photographié est grossi. http://fr.wikipedia.org/wiki/Distance_focale

    15 février 2013
  • Je pense vraiment que je vais m’y mettre! Les photos sont vraiment sublimes et impressionnantes de détails! Reste plus qu’à mettre de côté pour un objectif macro.

    15 février 2013
  • Bonjour à tous, premier commentaire de ma part, oui les articles sont toujours source de progrès pour moi, je ne fais pas encore de la macro, je débute aussi, ayant un 550 D Canon, j’ai lu dans un livre que pour pour son capteur APS-C le 60 mm de Canon était le plus indiqué ce qui nous donne en x par 1.6 un 96 mm, juste ? mais peut être est ce mieux d’acheter un 100 mm… comment savoir…merci pour les réponses !!

    15 février 2013
    • Bonjour Stefano,

      Le 60 mm est effectivement un très bon choix pour un capteur APS-C. Vous pourrez photographier pratiquement n’importe quel sujet et vous aurez largement de quoi vous faire plaisir !
      En outre, avec sa focale de 96 mm (en équivalent 24×36) c’est l’objectif idéal pour le portrait. Quand on investit dans un objectif il est toujours appréciable de pouvoir l’utiliser dans différents contextes.

      Le 100 mm permet de bénéficier d’une distance de travail plus confortable. Vous partirez plutôt vers ce modèle si vous prévoyez de photographier essentiellement des insectes ou des petits animaux craintifs (papillons, lézards, etc.)

      17 février 2013
      • Merci pour votre réponse Fabien,
        il faudra juste choisir à présent…

        17 février 2013
        • Bonjour a tous,
          Merci a Stefano pour la question,j’avais exactement le même problème de choix entre le 60 ou le 100 mm par rapport au capteur (Canon 600 D). !!!
          Merci Fabien,je pense que mon choix se portera plutôt sur le 100 mm étant plus « macro » que « portrait ».
          Bien a vous,
          p’titJo

          19 février 2013
      • Attention !! Avec un 60mm, il faut être plus près qu’avec un 100mm pour être à « distance macro ». Et les insectes n’attendent pas avant de s’enfuir.
        De plus, le 60mm est un EF-S. Donc si tu investis un jour dans un plein format, tu ne pourras plus t’en servir.

        24 février 2013
  • J’ai eu la chance de gagner un livre Maccro par un concours organisé par Vanguard. Je devrais m’essayer bientot …

    16 février 2013
  • Merci pour ce bon article! c’est une excellente 1ere approche à la macro. J’ai aimé apprendre sur le matériel notamment l’utilisation de la bonnette.

    21 février 2013
    • Attention à la bonnette : elle a un diamètre fixe (donc il faut quasiment acheter une bonnette par objectif que l’on veut « macro-iser »), elle dégrade la photographie et elle supprime toute mise au point à l’infini.

      21 février 2013
  • Salut Laurent!
    J’aime votre article sur le macrophotographie, c’est formidable. Et merci pour tout les materiels que tu nous a propose a travers ton article, je souhaite les utilises pour la reussite de mes photos Macro

    25 février 2013
  • j’aouterai également à la liste des gadgets : la bague d’inversion d’objectif, qui permet donc de montrer son objectif à l’envers et d’avoir un énorme grossissement.
    (Et ça coute 4€ sur Ebay, solution peu couteuse bien que contraignante à utiliser)

    11 mars 2013
  • Bonjour,
    D’abord merci pour cet article synthétique mais néanmoins complet.
    Après une période bridge Konika Minolta Z3 (en position macro la distance mini du sujet à 1cm) , je viens de passer à un D5100 + Micro-Nikor 60mm qui vient d’arriver que je vais tester ce weekend.
    Effectivement, le 100mm est une solution plus confortable qu’un 60mm (distance au sujet) mais il me semble qu’il faut aussi tenir compte de plusieurs aspects (qui m’ont fait choisir le 60mm) :
    – Quand on fait de la billebaude, le poids d’un objectif est à prendre en compte (environ 250 g d’écart entre un 60mm et un 100mm) qui peut faire la différences au bout de plusieurs heures de marche
    – plus on monte en longueur focale, la profondeur de champ est de plus en plus réduite (si j’ai bien compris) plus on est proche.
    – quand on fait de la « macro », il me semble que l’on fait une bonne proportion de « proxyphotographie » plus que de la macro sensu stricto
    – pour les insectes, mise à part pour les Odonates, c’est plus l’approche que la distance qui fait partir nos charmantes petites bestioles (10cm de différences entre le « bout » de l’objectif et le sujet entre le 60mm et le 100mm surtout avec un objectif comme le Tamron 90mm qui s’allonge)
    – au regard des points, le prix est aussi un point à prendre en compte (200€-300€ d’écart entre un 60mm et un 105mm chez Nikon.

    Voilà, ceci ne vaut pas pour vérité mais il me semble qu’il faut vraiment prendre en compte plusieurs points avant de faire choisir son caillou (on en change pas tous les jours)

    Cordialement

    20 mars 2013
  • Je suis débutante en photographie et j’avoue que votre site est juste parfait pour en apprendre d’avatage chaque jour! Cela fait plusieurs années que je suis facinée par la macro du coup j’ai décidé de me lancer et d’investir un petit peu, seul problème c’est que j’ai du mal à trouver les bons réglages (surtout pour les insectes, toutes mes photos sont floues!) Je m’explique. Niveau matériel je suis équipé d’un Canon 600d et 3 tubes allonges de la marque Kenko (12, 20, 36mm). Pour la macro j’utilise mon objectif Canon 50mm 1:1.8 II. J’avais tendance à prendre mes photos à mains nues sans trépied mais peut-être que mon problème vient de là? Faut-il que j’utilise les 3 tubes en même temps? Si non que me conseillez-vous? Pour la mise au point il vaut mieux en manuel? Mais comment faire quand mon insecte n’arrête pas de bouger? Et comment faire pour prendre en photo un insecte sans le faire fuir alors qu’avec mes tubes allonges je suis obligée de me rapprocher trés prés de mon sujet? Voilà j’espère que vous pourrez m’aider en me donnant tous vos conseils, techniques, réglages et méthodes! Merci beaucoup et continuer ainsi votre site car je l’adore!!! Angélique

    26 juillet 2013
  • J’ai toujours appriécié la photographie et encore plus la macrophotographie mais malheureusement je n’ai pas le bon matériel, grâce à cet article je sais quoi acheter, enfin presque j’hésite encore entre la bonnette ou la bague-allonge. Sinon cet article est magnifiquement rédigé et expliqué !

    Merci, Fabien

    6 août 2013
    • De rien Natacha !

      C’est toujours un plaisir de partager ma passion 🙂

      6 août 2013
  • Bonjour,

    je viens tout juste d’acquérir le nikon d3100 avec l’objectif 18-55 mm.
    Je souhaite photographier des détails du visage comme les yeux mais avec une belle qualité d’image et très très rapproché. Est-ce que pour réaliser ce type de cliché je dois investir dans un objectif macro? et si oui lequel me conseilleriez-vous pour une débutante comme moi?

    20 janvier 2014
  • Pouvez vous aller voir mon site Laurent ?et m’en dire ce que vous penzez..
    Je n;ai pas trouver ou je peux vous parlez personnellement  » ! :/

    Merci 🙂

    12 juin 2014
  • Merci pour les conseils, je débute,mais j’adore vos chronique. J’essaie la macro et je t’en donne des nouvelles

    Bye Michele

    6 août 2014
  • Hello,
    Bonjour Laurent, bonjour à tous,
    Je viens de recevoir pour mon anniversaire l’objectif macro 105 mm f/2,8 G. Quel bonheur !
    Merci pour ton article (et bien d’autres) sur le sujet.
    Je vais de ce pas essayer de m’améliorer dans ce domaine.
    Bonne fin de séjour au Royaume Uni et encore merci pour les bons conseils.
    Bien à toi, Myriam.
    18 août 2014

    18 août 2014
  • Bonjour, j’aimerais votre avis, dernièrement une personne m’a fait comprendre que mes photos étaient floues. Je n’arrive pas mieux niveau rendu, j’utilise le canon 100 mm 2.8 couplé au 600D de canon. Moi aussi j’aimerais avoir des insectes nets en entier mais je pense que cela vient de mon APN qui ne correspond pas. J’ai beau faire comprendre à la personne qu’avec mon matériel je ne peux pas mieux faire, ça m’a découragé, pour dire le mot mes photos c’est de la merde.
    http://beliam45.free.fr/L45_PHOTOGRAPHIES/album/Nature%2010/index.html#IMG_1011.JPG
    J’ai d’autres beau clichés sans flou mais pris de plus loin, ce que je recherche c’est le très très près.

    Je sais qu’on peut faire mieux mais je n’ai pas le matériel de professionnel et n’en ai pas les moyens….
    Ci joint quelques lien mais vous pouvez regarder mon site et me dire franchement ce que vous en pensez.
    http://beliam45.free.fr/L45_PHOTOGRAPHIES/album/Nature%2010/#IMG_1037.JPG
    http://beliam45.free.fr/L45_PHOTOGRAPHIES/album/Nature%2010/#micro-fleur%20%283%29.JPG
    http://beliam45.free.fr/L45_PHOTOGRAPHIES/album/Nature%2010/#IMG_1093.JPG
    Merci sincèrement pour vos remarque que j’attends avec impatience, je n’attends que ça pour m’améliorer.

    20 août 2014
    • Excusez pour les fautes j’ai honte. J’ai écrit trop rapidement.

      20 août 2014
  • Bonjour j’ai une question, peut-être idiote due à mon ignorance.

    J’ai un sigma 150 Marco OS et je pensais acheter une bonnette macro (Canon 500D) pour augmenter le grossissement. La question qui me turlupine est la suivante. Si a une certaine distance du sujet ma netteté est de l’ordre de 2 mm (imaginons que, pour simplifier qu’un 1/3 de l’insecte est net), si j’ajoute une bonnette, j’aurai un agrandissement, mais concernant la nattée, je serai toujours net sur 1/3 de l’insecte , ou ma profondeur de champ va diminuer? Je suppose que ça va rester la même chose, le 1/3 qui était net avant le sera aussi, mais simplement j’aurai plus de détail dû au grossissement. Pourriez-vous me confirmer, s’il vous plait?
    Merci

    24 juin 2016