Les secrets de l’autofocus et de la mise au point : collimateurs, mode AF (AF-S / one shot, AF-C / AI Servo)

Vous l’utilisez tout le temps. A chaque fois que vous appuyez à mi-course sur le déclencheur, votre appareil fait la mise au point tout seul comme un grand. Oui mais connaissez-vous vraiment toutes les ficelles de l’autofocus ? Je parie que non ! Voyons ensemble comment il fonctionne et comment en tirer parti au maximum !


Si jamais vous préférez ce format, sachez que j’ai aussi fait une vidéo où j’explique tout en 5 minutes, et où je fais quelques blagues (en espérant que je ne sois pas le seul qu’elles fassent marrer 😉 ) Sinon, vous pouvez continuer à lire l’article ci-dessous.


Les collimateurs autofocus

Si vous avez lu le cours sur les modes de mesure de la luminosité, vous vous souvenez peut-être de ce schéma qui représente ce que vous voyez dans le viseur, à savoir un certain nombre de collimateurs :

Schéma des collimateurs autofocus canon
Les collimateurs autofocus (ici pour le Canon 450D, mais vous devez avoir quelque chose d’équivalent sur votre appareil si c’est un reflex 😉 )

Attention : ceci est surtout valable pour les reflex. Certains hybrides fonctionnent différemment en faisant simplement la mise au point là où vous l’indiquez sur l’écran tactile. Le reste de l’article est valable quand même, cela dit 😉

Les collimateurs sont donc ces carrés et rectangles avec un point au milieu, qui s’allume quand la mise au point est faite. Ils sont en fait la représentation dans le viseur des cellules électroniques qui servent à faire l’autofocus.

Et bien les collimateurs sont la base du système de mise au point automatique de votre appareil. On va essayer de ne pas trop rentrer dans les détails techniques inutiles, et on va se concentrer sur deux caractéristiques essentielles que vous devez connaître de ces collimateurs.

Les 3 types de collimateurs autofocus

Vous ne l’avez sûrement jamais remarqué, mais le collimateur central est en général un carré, et les collimateurs périphériques sont souvent des rectangles, dont certains sont orientés verticalement et d’autres horizontalement (tout au moins sur les reflex d’entrée ou de milieu de gamme). Et ceci a une importance.

Le collimateur central carré représente en fait une cellule en forme de croix (voire d’étoile sur les reflex hauts de gamme), qui peut ainsi faire l’autofocus quelle que soit l’orientation du sujet qu’elle a en face d’elle.

A l’inverse, les collimateurs rectangulaires ne peuvent faire la mise au point que sur des sujets orientés perpendiculairement à leur propre orientation. Je parle chinois ? 😀 Prenons chaque exemple un par un pour mieux comprendre :

  • Un collimateur rectangulaire vertical pourra aisément faire la mise au point sur un sujet horizontal, mais aura du mal voire n’arrivera pas du tout à la faire sur un sujet orienté verticalement.
  • A l’inverse, un collimateur rectangulaire horizontal pourra faire la mise au point sur un sujet vertical, mais aura plus de mal sur un sujet horizontal.
  • Pour finir, un collimateur carré (en croix) est une espèce de combinaison des deux, et pourra aisément faire la mise au point quelle que soit l’orientation du sujet.

Pour mieux comprendre, essayez de faire la mise au point avec les différents types de collimateurs sur les bords de votre écran d’ordinateur par exemple : vous verrez que les rectangles verticaux ne parviennent à mettre au point que sur les bords haut et bas de votre écran, et inversement.

 

Explication des différents types de collimateurs autofocus
Parce qu’une image vaut toujours mieux qu’un long discours 😉

Ainsi, ce qui fait la performance des systèmes d’autofocus sur les boîtiers reflex haut de gamme, c’est qu’ils sont composés en majorité (voire en totalité) de cellules en croix voir en étoile, donc de collimateurs carrés, qui n’ont aucun mal à faire la mise au point selon l’orientation du sujet. Sans compter qu’ils possèdent beaucoup plus de cellules de mise au point, ce qui aide un peu également 😀

La taille des cellules autofocus

Il me semble très utile de le préciser, car cela peut facilement vous jouer des tours : la cellule est en général plus grande que le collimateur qui est affiché. Cela veut dire que la mise au point n’est pas faite précisément sur le petit point qui clignote, mais quelque part dans le carré/rectangle, et même un peu au-delà. Quel problème cela peut-il poser ?

Et bien quand vous travaillez à de faibles profondeurs de champ, si la mise au point ne se fait pas exactement là où vous le souhaitez, votre point focal peut se retrouver flou. Dommage pour un point focal, vous me l’avouerez 😉

D’autant plus que l’autofocus a tendance à choisir les zones contrastées pour faire la mise au point. Il peut donc faire la mise au point sur une zone contrastée proche de l’endroit exact où vous vouliez mettre au point.

Jessica, portrait de rue mise au point
J’aime beaucoup cette image, mais à y regarder plus près, il y a un petit défaut de mise au point qui me chiffonne…

C’est ce qui m’est arrivé pour un portrait à mes débuts : je jure que j’avais fait la mise au point sur l’œil, mais l’autofocus avait en réalité effectué la mise au point sur la mèche de cheveux proche. Et voilà, l’œil est flou, d’autant plus que je travaillais à f/1.8 !

Mauvaise mise au point recadrage
Recadrage de l’image à 50% : on voit bien que les cheveux sont nets, mais l’œil légèrement flou.

Dans ce genre de situation, il peut donc être utile de travailler en mise au point manuelle, mais encore faut-il distinguer précisément la netteté dans le viseur, ce qui n’est pas toujours évident !

Les modes d’autofocus

Deuxième composante essentielle de ce système : le mode de mise au point automatique. Et oui, l’appareil a plusieurs façons de mettre au point, et cela peut changer beaucoup de choses.

Le mode One Shot /AF-S

One Shot chez Canon, AF-S chez Nikon et beaucoup d’autres marques, ce mode est le plus simple, celui que vous connaissez tous et qui est défini par défaut sur l’appareil. Il s’utilise de la façon suivante :

  • Vous appuyez à mi-course sur le déclencheur : la mise au point automatique s’effectue. Le/les collimateurs qui ont mis au point clignotent, et un bip se fait entendre, afin de vous confirmer que l’autofocus a bien été fait.
  • Tant que vous gardez le doigt à mi-course, la mise au point ne bouge pas, quels que soient les mouvements que vous ou votre sujet pourrez faire.
  • Quand vous appuyez à fond sur le déclencheur, le cliché est pris avec cette mise au point.

Ce mode est parfait pour les sujets immobiles ou presque. Il est simple et intuitif, et c’est presque la première chose qu’on apprend à maîtriser sur un boîtier.

Le mode AI Servo /AF-C

Ce mode est plus complexe de compréhension, mais peut être indispensable dans certaines situations. Dans ce mode, l’autofocus ne s’arrête jamais. L’appareil met constamment au point en suivant les mouvements de votre sujet.

Autrement dit, vous n’avez jamais de confirmation visuelle (le point qui clignote) ou auditive (le bip) de la mise au point, puisqu’elle s’effectue en continu. Quand vous déclenchez, le cliché est donc pris avec la dernière mise au point effectuée.

C’est un mode quasi indispensable sur sujets mobiles, en particulier à des profondeurs de champ réduites où le moindre mouvement de votre sujet peut le rendre flou. Ce mode peut vous être utile pour photographier votre chien qui court vers vous par exemple.
Un très bon exemple de son utilisation est la photo de concert : mettons que vous vouliez shooter dans un bar sombre le guitariste un peu agité du groupe de rock qui s’y produit. Ce mode répond à pas mal de problèmes :

  • Le sujet bouge beaucoup, et donc une mise au point en One Shot serait presque immédiatement foirée par ses mouvements.
  • Il y a peu de lumière : il est donc difficile de faire la mise au point, donc refaire le One Shot à chaque mouvement serait compliqué.
  • On shoote à grande ouverture (pour compenser le manque de lumière) et près du sujet : la profondeur de champ est faible, et donc il ne faut vraiment pas que le sujet ait bougé depuis le moment où vous avez fait la mise au point.

Les autres modes

Il existe un mode intermédiaire, AI Focus / AF-A, qui se comporte comme le mode One Shot, sauf quand il détecte un mouvement du sujet. Pour un sujet en mouvement, il vaut toujours mieux utiliser le mode précédent, car l’AI Focus / AF-A sera toujours plus lent à le détecter.

Selon la gamme des boîtiers, il existe également des modes plus avancés que je n’évoquerai pas ici, mais qui sans doute décrits dans le manuel 😉 (que vous devez lire !)

Comment bien maîtriser la mise au point et l’autofocus

(ou comment assembler les pièces du puzzle)

Ne pas utiliser la sélection automatique du collimateur

Si vous laissez le soin à votre appareil de décider où effectuer la mise au point, autant dire que vous lui laissez choisir un paramètre important. L’endroit où l’image va être la plus nette, c’est important non ? 😀

Bref, choisissez manuellement quel collimateur utiliser pour faire la mise au point.

Utilisez la molette pour sélectionner le collimateur

Pour sélectionner le collimateur, vous pouvez appuyer sur le bouton dédié puis naviguer entre les différents collimateurs avec la croix. Mais ça c’est bien quand vous avez le temps.

L’œil dans le viseur, vous aurez besoin d’une méthode plus rapide. Et bien il suffit d’appuyer sur ce même bouton et d’utiliser la molette : vous verrez dans le viseur s’illuminer les collimateurs au fur et à mesure que vous changerez votre sélection. Très pratique quand vous devez changer rapidement !

autofocus canon mise au point joystick
Le petit joystick ressemble à ça 🙂

Notez que sur certains reflex plus hauts de gamme, vous aurez un mini joystick qui vous permettra de bouger le collimateur sans appuyer sur un autre bouton. Encore plus pratique et intuitif !

Enfin, sur pas mal d’hybrides, vous pouvez bouger l’endroit de la mise au point grâce à l’écran tactile, et là c’est encore plus intuitif !

La technique de mise au point / recadrage

Si votre sujet n’est pas situé sur un de vos collimateurs, vous allez être obligé d’employer cette technique. Vous devez pour cela employer le mode One Shot / AF-S décrit plus haut. Il s’agit tout simplement de :

  • mettre au point sur votre sujet
  • verrouiller cette mise au point en gardant le doigt appuyé à mi-course sur le déclencheur
  • recadrer votre image comme vous le souhaitez avant de déclencher

Il est préférable d’employer le collimateur central qui est plus précis pour utiliser cette technique.

 

Attention : à des profondeurs de champ faibles, le fait de bouger l’appareil entre la mise au point et le déclenchement peut foirer votre mise au point. Dans ce cas, il vaut mieux faire la mise au point avec un collimateur plus proche de votre point focal, voire utiliser la mise au point manuelle.

Voilà, j’espère que cet article vous aidera à maîtriser au mieux l’autofocus de votre appareil, et donc à obtenir des images correctement mises au point et les plus nettes possible ! N’hésitez pas à poster un commentaire si vous avez des questions, et pour ceux qui ne sont pas encore abonnés à la newsletter, attention, je vous ai dans le collimateur ! (oui, je suis parfaitement hilarant 😀)

Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (89 votes, moyenne : 4,49 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

147 commentaires
  1. Bonjour
    J’ai une petite question concernant un problème qui empoisonne mes photos. L’appareil (Sony RX 100) fait toujours un autofocus sur une partie seulement du cadre, ce qui fait que, comme ta photo en illustration, j’ai une partie de mon sujet qui reste flou. J’ai essayé le mode « A » avec forte valeur pour la profondeur de champ, mais il faut rester immobile plusieurs secondes, ce qui donne toujours un résultat décevant (toute la photo est floue).
    Aussi, connais-tu un mode « basique » pour avoir une photo à l’ancienne, c’est à dire nette sur tout le cadre, sans que l’appareil ne privilégie une zone au détriment d’une autre ?
    Merci

    1. Bonjour Jakkadi,
      Avoir une photo nette sur tout le cadre n’est pas toujours possible car cela dépend de la focale, de ta distance aux sujets et entre eux, de ton ouverture, de la taille de ton capteur.
      En fonction de tout cela, tu peux essayer d’avoir l’ensemble de ton cadre net en réglant la mise au point à l’hyperfocale :
      https://apprendre-la-photo.fr/lhyperfocale/
      Je te mets aussi la référence de l’article complémentaire qui te permettra de comprendre de quoi dépend ta profondeur de champ :
      https://apprendre-la-photo.fr/video-profondeur-de-champ-flou-darriere-plan-bokeh/

      à bientôt!

  2. Bonjour,

    Tout d’abord merci pour ce blog que je lis régulièrement et qui fait partie de mes « références ». C’est toujours bien expliqué, avec simplicité mais clareté !

    Et ensuite, j’aurais une petite question que je me pose depuis un certain temps et à laquelle je n’arrive pas a trouver vraiment de réponse :
    Comment fait-on pour réussir à faire une mise au point très précise sur un un sujet en mouvement rapide ? Par exemple, pour faire la mise au point sur l’oeil d’un chien qui court vers nous, tout en souhaitant photographier à une ouverture de f/1.8) ?
    Est-ce qu’il y a une technique particulière (et également des réglages particuliers -comme ajuster la sensibilité de la MaP-) ?
    (Me concernant, j’ai un Olympus EM1 Mark ii (que j’adore))

    Merci beaucoup d’avance !

    Bonne journée !
    Maëva

    1. Bonjour Maëva,
      Hélas pas de miracle non plus pour ce genre de situation photographique pour le moins complexe :
      tu cumules changement incessant de zone de netteté + faible profondeur de champ, donc…
      Le seul secret dans ces cas là c’est de faire des rafales et d’avoir de la chance 🙂
      En fouillant bien dans le menu, tu verras qu’en plus tu peux faire des rafales sur des très courts laps de temps (inconvénient : gros temps de latence après de genre de rafale car il a beaucoup de données à enregistrer, du coup, tu dois attendre avant de pouvoir en refaire). Bref, pas sûr que ce soit mieux que la rafale classique.
      Après, là où tu peux gagner encore du temps, c’est en décorrélant mise au point et déclenchement avec le back button focusing, mais c’est d’un niveau un peu avancé 😉

      1. Bonjour,

        Merci beaucoup pour la réponse !
        Et d’accord, c’est un peu comme tout le reste alors : expérience et persévérance !! 🙂
        Il faut donc s’allier de patience et tenter jusqu’à obtenir le résultat qu’on souhaite. C’est ce dont je me doutais mais je me suis dit qu’il existait peut-être des petites astuces en plus :p

        Quant à l’article sur le « Back button focusing », oui je l’ai lu (c’est même lui qui m’a mené ici) mais il faudrait que je le mette en pratique car là, par écrit, ça ne me parle pas beaucoup. Je tenterais.

        Bref, encore merci ! Et bonne continuation !

  3. Bonjour! Merci pour cet article et pour les vidéos sur youtube! génial et super pédagogique!
    Question: Comment fait-on pour faire une mise au point sur une zone plus importante qu’un oeil par exemple? c’est-à-dire un paysage ou un espace avec par exemple 2 personnes côte à côte et où l’on voudrait avoir les 2 personnes en entier et de façon très nette. Est-ce qu’on peut choisir plusieurs collimateurs qui se suivent? (ce serait top! mais j’ai pas trouvé…)
    Merciiiii!

  4. Merci Laurent, pour ce rappel qui m’a évité de me retrouver en face de mon manuel d’utilisateur, et avec un ton tellement plus amusant et pédagogique. 😉

  5. bonjour,

    J’étais fascinée par les expositions de photos, les festivals.
    J’admirais ces photographies qui, par le regard aiguisé de l’auteur.e. sublime un paysage, une situation, un portrait,un animal.
    A la retraite, je vais faire de la photo !!
    Et bien je n’y comprends rien ….. ce trio infernal : ouverture,vitesse,iso me déconcerte, m’angoisse.
    Alors merci pour vos articles très bien réalisés et vôtre humour qui dédramatise la technique et vont je l’espère me permettre d’avancer.
    Bonne journée et merci encore.

  6. Bonjour
    J’ai une question par rapport à cet article svp :
    Si on choisit le collimateur manuellement, il n’y a qu’un collimateur qui s’affiche tandis qu’en automatique il y en a plusieurs ?
    Salutations Antoinette

  7. MERCI …. On a toujours besoin de se rappeler les fondamentaux ( comme au rugby )…..

    Mais il y a toujours un temps de latence de l’autofocus… Donc la mise au point manuelle permet d’enclencher plus rapidement qu’avec l’autofocus … mais à condition de ne pas changer la distance appareil et sujet …..

  8. Un grand merci à Laurent pour son blog et cet article, de même qu’à vous tous pour la qualité de vos commentaires.

    J’utilise un Nikon D5300 + af-s 18-105.

    Ma question: l’ouverture (en tant que telle, et non-pas la luminosité mesurée qui doit être de toute façon suffisante) a-t-elle une influence sur la fonctionnalité ou le réglage AF ?

    Ce que j’essaye de comprendre pratiquement: lorsque l’AF « rame » sur des sujets peu contrastés, peut-on ouvrir au max (chiffres faibles), mettre au point AF, verrouiller en réglage AF seul (bouton AF/AE), refermer le diaphragme à l’ouverture souhaitée, mesurer/déclencher ?

    D’avance merci pour vos éclaircissements.

    1. Bonjour!
      Plus on ouvre plus on amincit la zone de netteté et bien souvent l’autofocus devient plus difficile à faire pour l’appareil 🙂
      Donc oui en effet, l’ouverture peut avoir une influence sur la facilité à faire la mise au point.
      Le processus que vous décrivez ne serait donc pas efficace en plus d’être beaucoup trop long. Le plus simple, s’il rame vraiment trop c’est de trouver un sujet plus contrasté à côté et de finir d’ajuster manuellement si c’est possible.
      Voire même de diminuer l’ouverture (chiffre plus grand) pour être plus sûr que le sujet soit net (quand c’est possible, bien sûr!).

  9. Bonjour,
    Ayant un Canon EOS 1100D, je ne comprenais pas pourquoi à chaque fois que je voulais prendre une photo d’un véhicule ou d’un sujet en mouvement, celui-ci était toujours flou et l’arrière plan était net.
    Cette année, je vais passer la semaine du 14 au 19 Juin 2016 au Mans pour les 24h du Mans et du coup, pour pouvoir prendre de belles photos, j’ai commencé des recherches pour plus de réponses sur les sujets flous en mouvement et je suis tombée sur votre blog qui m’a beaucoup aidé.
    J’ai compris qu’il fallait que je mette le mode AI Servo, qui est « TV » (Priorité vitesse : Régler la vitesse d’obturation pour figer des sujets en mouvement ou saisir flou de mouvement) sur la molette de mon appareil, mais sur le mode d’emploi de base, ils disent qu’il faut mettre le mode « Sport » (Pour des sujets en mouvement. PdV en continu avec sujets toujours nets). Pouvez-vous m’éclairer et me dire lequel serait le mieux ?
    Merci d’avance.

    1. Bonjour Solenn!
      Le mieux est bien le mode TV 🙂
      Bien sûr, il te restera à choisir la vitesse suffisante pour figer tes sujets, mais au moins tu pourras maîtriser la situation, ce qui n’est pas possible en mode « Sport » qui choisira pour toi à la fois le sujet sur lequel faire la mise au point, et à la fois la vitesse à laquelle le prendre pour le figer (peut-être en se trompant).
      Avec le mode AI Servo, en effet, surtout si tu n’es pas très loin des voitures.
      Je te conseille de lire (ou relire) cet article et surtout d’essayer si tu le peux avant d’être sur place. C’est la meilleure façon d’optimiser tes chances de réussir tes photos le jour J!
      Bonnes photos!

  10. je suis un adepte de courses cyclistes, difficultés pour la mise au point.
    Espère résoudre un peu mes soucis.
    d’autres astuces sont les bien venues.

    Merci beaucoup.

  11. ce blog une mine d’or pour moi ☺
    merci j le dit a chaque commentaire mais on m’a toujours apprie a feliciter ce qui etait extra sans limite donc…

    j’ai 1 ptit qestion je voudrais savoir ou faire la mise au point sur un sujet mobile? ( j photographie mon fils qui fait des galipettes et la j m’apprete a photographier le bal de mariage a ma soeur ?

    1. Bonjour Sophie!
      Je pense que Laurent appréciera toujours autant tes compliments 😉
      Ah, les sujets mobiles, pas faciles 🙂
      Personnellement pour les petits qui bougent vraiment tout le temps j’utilise un collimateur en mode autofocus continu.
      J’ai bien essayé le mode « suivi du sujet », mais il a tendance à le perdre quand il y a beaucoup d’éléments contrastés dans le décor.
      Je te conseille cet article pour compléter 😉
      à bientôt!

  12. Bonjour,
    Est il possible de sélectionner un point de netteté mais de sélectionner une autre zone pour mesurer la luminosité ?

    Bien cordialement

    Raphaël
    Panasonic gx7

Voir plus de commentaires