Les secrets de l’autofocus et de la mise au point : collimateurs, mode AF (AF-S / one shot, AF-C / AI Servo)

Vous l’utilisez tout le temps. A chaque fois que vous appuyez à mi-course sur le déclencheur, votre appareil fait la mise au point tout seul comme un grand. Oui mais connaissez-vous vraiment toutes les ficelles de l’autofocus ? Je parie que non ! Voyons ensemble comment il fonctionne et comment en tirer parti au maximum !


Si jamais vous préférez ce format, sachez que j’ai aussi fait une vidéo où j’explique tout en 5 minutes, et où je fais quelques blagues (en espérant que je ne sois pas le seul qu’elles fassent marrer 😉 ) Sinon, vous pouvez continuer à lire l’article ci-dessous.


Les collimateurs autofocus

Si vous avez lu le cours sur les modes de mesure de la luminosité, vous vous souvenez peut-être de ce schéma qui représente ce que vous voyez dans le viseur, à savoir un certain nombre de collimateurs :

Schéma des collimateurs autofocus canon
Les collimateurs autofocus (ici pour le Canon 450D, mais vous devez avoir quelque chose d’équivalent sur votre appareil si c’est un reflex 😉 )

Attention : ceci est surtout valable pour les reflex. Certains hybrides fonctionnent différemment en faisant simplement la mise au point là où vous l’indiquez sur l’écran tactile. Le reste de l’article est valable quand même, cela dit 😉

Les collimateurs sont donc ces carrés et rectangles avec un point au milieu, qui s’allume quand la mise au point est faite. Ils sont en fait la représentation dans le viseur des cellules électroniques qui servent à faire l’autofocus.

Et bien les collimateurs sont la base du système de mise au point automatique de votre appareil. On va essayer de ne pas trop rentrer dans les détails techniques inutiles, et on va se concentrer sur deux caractéristiques essentielles que vous devez connaître de ces collimateurs.

Les 3 types de collimateurs autofocus

Vous ne l’avez sûrement jamais remarqué, mais le collimateur central est en général un carré, et les collimateurs périphériques sont souvent des rectangles, dont certains sont orientés verticalement et d’autres horizontalement (tout au moins sur les reflex d’entrée ou de milieu de gamme). Et ceci a une importance.

Le collimateur central carré représente en fait une cellule en forme de croix (voire d’étoile sur les reflex hauts de gamme), qui peut ainsi faire l’autofocus quelle que soit l’orientation du sujet qu’elle a en face d’elle.

A l’inverse, les collimateurs rectangulaires ne peuvent faire la mise au point que sur des sujets orientés perpendiculairement à leur propre orientation. Je parle chinois ? 😀 Prenons chaque exemple un par un pour mieux comprendre :

  • Un collimateur rectangulaire vertical pourra aisément faire la mise au point sur un sujet horizontal, mais aura du mal voire n’arrivera pas du tout à la faire sur un sujet orienté verticalement.
  • A l’inverse, un collimateur rectangulaire horizontal pourra faire la mise au point sur un sujet vertical, mais aura plus de mal sur un sujet horizontal.
  • Pour finir, un collimateur carré (en croix) est une espèce de combinaison des deux, et pourra aisément faire la mise au point quelle que soit l’orientation du sujet.

Pour mieux comprendre, essayez de faire la mise au point avec les différents types de collimateurs sur les bords de votre écran d’ordinateur par exemple : vous verrez que les rectangles verticaux ne parviennent à mettre au point que sur les bords haut et bas de votre écran, et inversement.

 

Explication des différents types de collimateurs autofocus
Parce qu’une image vaut toujours mieux qu’un long discours 😉

Ainsi, ce qui fait la performance des systèmes d’autofocus sur les boîtiers reflex haut de gamme, c’est qu’ils sont composés en majorité (voire en totalité) de cellules en croix voir en étoile, donc de collimateurs carrés, qui n’ont aucun mal à faire la mise au point selon l’orientation du sujet. Sans compter qu’ils possèdent beaucoup plus de cellules de mise au point, ce qui aide un peu également 😀

La taille des cellules autofocus

Il me semble très utile de le préciser, car cela peut facilement vous jouer des tours : la cellule est en général plus grande que le collimateur qui est affiché. Cela veut dire que la mise au point n’est pas faite précisément sur le petit point qui clignote, mais quelque part dans le carré/rectangle, et même un peu au-delà. Quel problème cela peut-il poser ?

Et bien quand vous travaillez à de faibles profondeurs de champ, si la mise au point ne se fait pas exactement là où vous le souhaitez, votre point focal peut se retrouver flou. Dommage pour un point focal, vous me l’avouerez 😉

D’autant plus que l’autofocus a tendance à choisir les zones contrastées pour faire la mise au point. Il peut donc faire la mise au point sur une zone contrastée proche de l’endroit exact où vous vouliez mettre au point.

Jessica, portrait de rue mise au point
J’aime beaucoup cette image, mais à y regarder plus près, il y a un petit défaut de mise au point qui me chiffonne…

C’est ce qui m’est arrivé pour un portrait à mes débuts : je jure que j’avais fait la mise au point sur l’œil, mais l’autofocus avait en réalité effectué la mise au point sur la mèche de cheveux proche. Et voilà, l’œil est flou, d’autant plus que je travaillais à f/1.8 !

Mauvaise mise au point recadrage
Recadrage de l’image à 50% : on voit bien que les cheveux sont nets, mais l’œil légèrement flou.

Dans ce genre de situation, il peut donc être utile de travailler en mise au point manuelle, mais encore faut-il distinguer précisément la netteté dans le viseur, ce qui n’est pas toujours évident !

Les modes d’autofocus

Deuxième composante essentielle de ce système : le mode de mise au point automatique. Et oui, l’appareil a plusieurs façons de mettre au point, et cela peut changer beaucoup de choses.

Le mode One Shot /AF-S

One Shot chez Canon, AF-S chez Nikon et beaucoup d’autres marques, ce mode est le plus simple, celui que vous connaissez tous et qui est défini par défaut sur l’appareil. Il s’utilise de la façon suivante :

  • Vous appuyez à mi-course sur le déclencheur : la mise au point automatique s’effectue. Le/les collimateurs qui ont mis au point clignotent, et un bip se fait entendre, afin de vous confirmer que l’autofocus a bien été fait.
  • Tant que vous gardez le doigt à mi-course, la mise au point ne bouge pas, quels que soient les mouvements que vous ou votre sujet pourrez faire.
  • Quand vous appuyez à fond sur le déclencheur, le cliché est pris avec cette mise au point.

Ce mode est parfait pour les sujets immobiles ou presque. Il est simple et intuitif, et c’est presque la première chose qu’on apprend à maîtriser sur un boîtier.

Le mode AI Servo /AF-C

Ce mode est plus complexe de compréhension, mais peut être indispensable dans certaines situations. Dans ce mode, l’autofocus ne s’arrête jamais. L’appareil met constamment au point en suivant les mouvements de votre sujet.

Autrement dit, vous n’avez jamais de confirmation visuelle (le point qui clignote) ou auditive (le bip) de la mise au point, puisqu’elle s’effectue en continu. Quand vous déclenchez, le cliché est donc pris avec la dernière mise au point effectuée.

C’est un mode quasi indispensable sur sujets mobiles, en particulier à des profondeurs de champ réduites où le moindre mouvement de votre sujet peut le rendre flou. Ce mode peut vous être utile pour photographier votre chien qui court vers vous par exemple.
Un très bon exemple de son utilisation est la photo de concert : mettons que vous vouliez shooter dans un bar sombre le guitariste un peu agité du groupe de rock qui s’y produit. Ce mode répond à pas mal de problèmes :

  • Le sujet bouge beaucoup, et donc une mise au point en One Shot serait presque immédiatement foirée par ses mouvements.
  • Il y a peu de lumière : il est donc difficile de faire la mise au point, donc refaire le One Shot à chaque mouvement serait compliqué.
  • On shoote à grande ouverture (pour compenser le manque de lumière) et près du sujet : la profondeur de champ est faible, et donc il ne faut vraiment pas que le sujet ait bougé depuis le moment où vous avez fait la mise au point.

Les autres modes

Il existe un mode intermédiaire, AI Focus / AF-A, qui se comporte comme le mode One Shot, sauf quand il détecte un mouvement du sujet. Pour un sujet en mouvement, il vaut toujours mieux utiliser le mode précédent, car l’AI Focus / AF-A sera toujours plus lent à le détecter.

Selon la gamme des boîtiers, il existe également des modes plus avancés que je n’évoquerai pas ici, mais qui sans doute décrits dans le manuel 😉 (que vous devez lire !)

Comment bien maîtriser la mise au point et l’autofocus

(ou comment assembler les pièces du puzzle)

Ne pas utiliser la sélection automatique du collimateur

Si vous laissez le soin à votre appareil de décider où effectuer la mise au point, autant dire que vous lui laissez choisir un paramètre important. L’endroit où l’image va être la plus nette, c’est important non ? 😀

Bref, choisissez manuellement quel collimateur utiliser pour faire la mise au point.

Utilisez la molette pour sélectionner le collimateur

Pour sélectionner le collimateur, vous pouvez appuyer sur le bouton dédié puis naviguer entre les différents collimateurs avec la croix. Mais ça c’est bien quand vous avez le temps.

L’œil dans le viseur, vous aurez besoin d’une méthode plus rapide. Et bien il suffit d’appuyer sur ce même bouton et d’utiliser la molette : vous verrez dans le viseur s’illuminer les collimateurs au fur et à mesure que vous changerez votre sélection. Très pratique quand vous devez changer rapidement !

autofocus canon mise au point joystick
Le petit joystick ressemble à ça 🙂

Notez que sur certains reflex plus hauts de gamme, vous aurez un mini joystick qui vous permettra de bouger le collimateur sans appuyer sur un autre bouton. Encore plus pratique et intuitif !

Enfin, sur pas mal d’hybrides, vous pouvez bouger l’endroit de la mise au point grâce à l’écran tactile, et là c’est encore plus intuitif !

La technique de mise au point / recadrage

Si votre sujet n’est pas situé sur un de vos collimateurs, vous allez être obligé d’employer cette technique. Vous devez pour cela employer le mode One Shot / AF-S décrit plus haut. Il s’agit tout simplement de :

  • mettre au point sur votre sujet
  • verrouiller cette mise au point en gardant le doigt appuyé à mi-course sur le déclencheur
  • recadrer votre image comme vous le souhaitez avant de déclencher

Il est préférable d’employer le collimateur central qui est plus précis pour utiliser cette technique.

 

Attention : à des profondeurs de champ faibles, le fait de bouger l’appareil entre la mise au point et le déclenchement peut foirer votre mise au point. Dans ce cas, il vaut mieux faire la mise au point avec un collimateur plus proche de votre point focal, voire utiliser la mise au point manuelle.

Voilà, j’espère que cet article vous aidera à maîtriser au mieux l’autofocus de votre appareil, et donc à obtenir des images correctement mises au point et les plus nettes possible ! N’hésitez pas à poster un commentaire si vous avez des questions, et pour ceux qui ne sont pas encore abonnés à la newsletter, attention, je vous ai dans le collimateur ! (oui, je suis parfaitement hilarant 😀)

Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (119 votes, moyenne : 4,53 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

161 commentaires
  1. Bonjour. Une petite question pour laquelle je peine à trouver des réponses : est-ce que le mode A d’un reflex Nikon récent est capable de sélectionner une profondeur de champ plus grande si la zone autofocus large détecte plusieurs sujets à des distances différentes ? Un arrière plan flou peut être sympa pour un portrait mais destructeur pour une photo ge groupe où un seul visage serait net. Si ce n’est pas le cas, qu’est-ce sont les critères pris en compte par ce mode pour agir sur la profondeur de champ.
    Merci pour votre feedback

  2. Merci pour vos articles très pédagogiques.
    Je me pose une question sur le Canon Eos 77D dont je viens de faire l’acquisition : quelque soit le type de collimateurs que je choisisse (mode manuel), à savoir de la zone autofocus la plus large au collimateur unique, mon boitier fait la mise au point absolument où il veut, ce qui est profondément frustrant (surtout en macro). Je n’avais pas ce problème là avec mon vieux 450D, et en plus, le nombre de collimateurs a été un critère de choix du modèle.
    Merci à vous.

    1. Bonjour Estelle,
      Il doit y avoir un souci dans tes réglages, car ce que tu décris est le comportement d’un appareil qui choisit le collimateur de façon automatique 🙂
      Peut-être es-tu restée en mode « tout automatique » ou, au contraire en mise au point manuelle (si tu ne vois pas de collimateur apparaître au déclenchement à mi-course).
      Ensuite attention, en macro, il est plutôt conseillé de faire la mise au point manuellement pour le coup (donc sans utiliser de collimateur, juste la bague de mise au point).

  3. Bravo pour ce blog où l’on apprend énormément et qui est très complet.
    J’ai tout de même une petite question :
    Est-ce vraiment nécessaire de choisir son collimateur pour une photo de paysage où l’on souhaite que toute la photo soit nette ?

  4. Au vu de vos explications claires et précises, c’est à vous que je pose ma problématique.

    J’utilise un appareil Nikon d5600, avec un.objectif 18-140mm. J’ai donc la possibilité de viser sur l’écran. C est a dire le live view . Et dans ce cas-là la mise au point automatique est parfaite .

    Mais quand je souhaite utiliser le viseur c’est une autre histoire. J’ai bien compris que lorsque j’appuie à mi-course sur le bouton et que je regarde dans le viseur la mise au point doit se faire puis ensuite on déclenche la photo.
    Sauf que dans mon cas lorsque j’appuie a mi course sur le bouton déclencheur la mise au point ne se fait pas.
    Je n’ai plus d’image sur l’écran ce qui est bien normal puisque je regarde dans le viseur.
    Mais quand je regarde dans le viseur aucune mise au point ne se fait et donc lorsque je déclenche la photo est floue.
    Mon seul recours dans ce cas et de jouer avec la bague pour faire la mise au point.

    Est-ce normal?
    Est-ce que c’est moi qui n’ai rien compris (débutante en photo), où est-ce que c’est un défaut de l’appareil?

    Ça doit faire au moins 3 semaines que je cherche la solution.
    Au secours pouvez-vous m’aider s’il vous plaît?

    Merci beaucoup à vous
    Audrey

  5. bonjour,
    d’abord merci pour l’ensemble de ces superbes articles.
    Je suis l’heureux propriétaire d’un GX8.
    Avez vous constaté des différences entre AFF et AFC et lequel conseillez vous d’utiliser?

    merci par avance

    cordialement

  6. Très bonnes explications, tant en vidéo qu’à l’écrit. Le blog est tout simplement génial, le système d’enseignement tout entier devrait prendre exemple ! Explications claires, allégories et humour pertinents. J’adhère totalement.
    Et le bêtisier, excellent l’auto-dérision ! Quant au bout de chocolat qui tombe au début de la vidéo, on en parle ??? hahaha

Voir plus de commentaires