Les 5,5 cadrages classiques du portrait

J’ai beaucoup dit ces derniers temps de ne pas trop respecter les règles établies en photo, mais il n’en reste pas moins qu’il faut les connaître avant de pouvoir s’en affranchir. Voyons donc ensemble les 5,5 différents types de cadrages utilisés classiquement pour le portrait, et qui fonctionnent donc bien pour mettre en valeur votre sujet.

(Oui, 5,5, il n’y a pas de faute de frappe, vous allez voir pourquoi 😉 )

Attention : ce ne sont bien évidemment pas les seuls cadrages possibles, et couper à tel ou tel endroit du corps ne garantit pas un bon portrait évidemment, de la même façon que ça ne vous empêche pas de trouver des poses un peu originales 😉

Prenez donc cette liste plutôt comme de grands principes que comme des règles à respecter absolument (comme d’habitude en fait, mais il vaut toujours mieux le rappeler 😉 ).

1. Le portrait en pied

Comme son nom l’indique, l’idée est de prendre le sujet en entier, de la tête aux pieds. Ce type de cadrage peut être utile si vous souhaitez présenter votre sujet dans un certain contexte, quand vous souhaitez donner des informations sur le sujet grâce au décor. Il est évident que le visage jovial d’un marchand de légumes bios sur un marché aura un impact différent en très gros plan centré sur le visage que si vous racontez son histoire en cadrant également son étal. Vous n’êtes évidemment pas obligé de le cadrer en entier pour ça 😉

En effet, je trouve que le principal défaut de ce cadrage, c’est qu’en plus de saisir une bonne expression, il faut également une bonne position du corps d’une manière générale pour qu’il soit harmonieux, ou tout au moins qu’il ne gêne pas le regard. Si vous faites poser votre modèle, il faudra donc aussi gérer cet aspect.

2. Le plan américain

Appelé ainsi en raison de son utilisation dans le cinéma américain (pensez aux westerns 😉 ), ce cadrage coupe le modèle à mi-cuisses. Je trouve que c’est une option intermédiaire intéressante si vous souhaitez montrer l’environnement du modèle sans pour autant vous embêter avec la position des pieds et des genoux.

Vous pouvez aussi jouer avec pour faire passer un message particulier. Jouer sur un aspect western un peu caricatural pour ajouter un peu d’humour par exemple 🙂 Mais ce cadrage peut aussi convenir à mettre en valeur une silhouette féminine dont la taille et les hanches sont un élément important (vous allez me dire, les jambes aussi ^^).

En tout cas, si vous souhaitez cadrer un peu large, c’est une option à considérer sérieusement.

3. Le plan taille

Un peu moins courant et classique, le modèle est coupé à la taille, au niveau de la ceinture. Ce cadrage peut mettre en valeur une élégance naturelle (pensez à un homme qui porte très bien le costume) ou une silhouette intéressante à elle seule.

C’est un conseil qui vaut pour tous les cadrages, mais veillez bien à ne pas couper les mains. En effet, je trouve qu’on peut facilement le faire en cadrant comme ceci, les mains étant naturellement à peu près au niveau du bord du cadre. Pensez donc à guider votre modèle sur ce point, ou à attendre le moment décisif.

4. Le plan poitrine

 

 

Coupé à mi-bras, entre l’épaule et le coude. Très classique et efficace, ce cadrage sied à quasiment tous les modèles, et permet d’apprécier la corpulence et d’une manière générale l’attitude du modèle. Il y a peu un ami m’a demandé une photo pour illustrer son CV, et après plusieurs essais c’est ce cadrage que j’ai choisi. En effet, le plan poitrine permet à la fois de visualiser suffisamment le visage et les yeux sans forcément le voir de trop près (pensez aux défauts de la peau), tout en donnant une idée de l’allure générale de la personne.

Ce plan peut également bien mettre en valeur une silhouette féminine aux jolies épaules (enfin d’une manière générale, mettez en valeur la silhouette de vos modèles 😉 ). J’avais l’habitude de beaucoup user du gros plan, mais avec les femmes je préfère dorénavant ce plan.

Avec des modèles féminins, il vous faudra faire attention à la poitrine et cadrer très précisément : vous le verrez vous-même si vous essayez, mais vous ne pouvez pas couper n’importe où sans risque que ça paraisse bizarre. Il est plus naturel de placer le bord du cadre nettement en dessous de la poitrine (on arrive presque au coude, à environ 2/3 du bras), ou alors de n’en laisser paraître que la naissance (environ 1/3) du bras. Comme une image vaut mieux qu’un long discours, j’ai défiguré une photo pour vous montrer ce que je veux dire. En vert, les cadrages qui passent, et en rouge, celui qui paraît moins naturel (vous avez le droit de ne pas être d’accord, c’est juste un truc que j’ai remarqué par moi-même).

Exemples de plan poitrine photo portrait cadrage

 

5,5. Gros plan / Très gros plan

photo regard femme portrait gros plan cadrage

Sur ce très gros plan, peu de déformation visible car c’est la visière de la casquette qui est au centre de l’image, la partie la plus déformée.

Je regroupe ces deux cadrages très proches, qui se différencient uniquement par la présence du haut des épaules dans le cadre ou non (respectivement).

Ces deux cadrages mettent surtout l’accent sur le regard, les traits du visage et l’expression faciale. Ils fonctionnent très bien sur les personnes aux traits marqués, que ce soit par l’âge, les conditions de vie, ou autre. Mais attention, ce type de cadrage très serré a tendance à révéler tous les défauts du visage : à utiliser avec parcimonie donc selon vos modèles et le but de la photo.

J’attire également votre attention sur la focale à utiliser. En effet, avec une focale relativement courte (80mm équivalent 24×36, c’est-à-dire ce que vous obtenez en utilisant un 50mm f/1.8 sur un capteur APS-C), vous allez pas mal vous rapprocher de votre modèle. Comme je vous l’avais expliqué dans l’article sur les secrets de la perspective, plus vous vous rapprochez, et plus vous déformez les perspectives (en pratique, ça fait un gros nez à votre modèle :P). C’est pour cette raison qu’on évite le plus souvent de faire des portraits au grand-angle, car il force à se rapprocher pour resserrer le cadrage. On peut difficilement parler de grand-angle pour un équivalent 80mm, mais en se rapprochant pour un très gros plan, on peut voir une déformation (pas forcément flagrante, mais présente). C’est pourquoi je vous conseillerais d’utiliser une focale plus longue (100mm équivalent 24×36 devraient suffire), ou alors de faire attention à cette déformation (et peut-être de vous en tenir au plan poitrine, voire au gros plan).

 

Voilà, j’espère que ces cadrages « classiques » vous aideront à mettre en valeur vos modèles comme vous le souhaitez : ça peut vous être utile si vous débutez le portrait, car c’est toujours bien d’avoir quelques lignes à suivre pour se concentrer sur autre chose (détendre le modèle, saisir le bon instant, faire attention à la lumière, trouver des poses sympas, etc…).

Postez un commentaire si vous avez une question ou une remarque, et si ce n’est pas encore fait il y a la newsletter pour être averti des prochains articles et recevoir un bonus qui est bien, m’a-t-on dit 😉
 
Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂
 

 
Cet article vous a plu ?

Ça tombe bien, j’ai créé un format PDF de l’article que vous pouvez télécharger :
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (8 votes, moyenne : 3,88/5)

Loading...

Recherches utilisées :

portrait américain, portrait en pied, cadrage portrait, cadrage photo, cadrage photo portrait, photo plan américain, type de portrait, Différent Type de Portrait

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

24 commentaires

  • Personnellement, je pense que le plan américain est vraiment une bonne idée quand on souhaite des plans larges. 😉 Mais, je dois avouer que je préfère les cadrages beaucoup plus rapprochés. 😀
    Très bon article 😉

    9 août 2011
  • Merci d’avoir résumé ces différentes formes de cadrage. J’y penserai la prochaine fois que je voudrai faire des portraits ! 😉

    9 août 2011
  • Bon article avec quelques rappels de base.
    Dans le portrait,je pense que « quasi tout » est permis à condition bien sûr de savoir ressortir ce qui doit ou peut-être ressorti. Par contre, l’éclairage, l’arrière plan (net ou flou),le choix du sujet et de l’objectif sont très importants. Mais, comme toujours en photo, c’est une question de « point de vue ».Cordialement à vous tous. defeluy

    9 août 2011
  • Dans les propositions de cadrage n° 4 « Plan Poitrine », il serait peut-être souhaitable de décaler le sujet vers la gauche afin que son regard ne bute pas contre le cadre et donner ainsi un peu plus d’air…

    9 août 2011
  • La définition de ces quelques possibilités de cadrages classiques permet d’être plus rapidement opérationnel et de démarrer une prise de vue sur de bonnes bases.
    Pour les très gros plans, j’utilise un cadrage qui n’est pas a priori naturel : placer les yeux du sujet au tiers supérieur du cadre, le haut du cadre est coupé, mais l’image y gagne beaucoup en force d’expression.

    9 août 2011
  • voila un article intéressant pour moi qui ne suis pas un spécialise du portrait.
    Une bonne base à respecter et surtout à laquelle penser.
    Le genre de truc à lire avant de se lancer dans une séance.

  • Intéressant comme article, tu aurais du nous illustrer chaque type de prise.

    9 août 2011
  • C’était ma première newsletter et je suis vraiment devenu fan de ce site. J’ai fait l’aquisition d’un 35mm f/1.8 il y a pas longtemps et ça m’a « redonné » goût à la photo.

    A part ça cette article est pas mal et le plan américain est vraiment intéressant.

    Bon shooting à tous

    Phil

    9 août 2011
  • Salut
    Juste pour info, le plan américain a été adopté sous cette forme effectivement pour westerns. Et savez-vous pourquoi ? …
    Comme l’a dit Laurent, le sujet est coupé à mi-cuisse pour pouvoir montrer ses colts ! 🙂
    Imaginez un duel à la Sergio Leone avec des plans taille … pas top 😉

    9 août 2011
  • Bonsoir à tous,

    Pour répondre à Régis, Phil et les autres, c’est vrai que quand on est passionné de photo, on peut toujours s’étonner, découvrir, apprendre et se faire continuellement plaisir …
    Merci à Laurent pour son site et sa fervente participation dans l’évolution de cette grande discipline qu’est la Photographie. Bonsoir à tous et bonne continuation. defeluy

    9 août 2011
  • Pas mal l’anecdocte sur le plan américain. Merci Régis.

    10 août 2011
  • merci pour ces conseils je débute en photo , et ça me permettera à l’avenir de bien faire attention aux cadrage car effectivement après avoir lu cet article très instructif je sais ou il faut et ou il ne faut pas couper pour avoir un meilleur rendu, il me reste plus qu’a prendre mon appareil et m’entrainer, encore merci pour tout ces conseil hyper instructifs

    11 août 2011
  • Excellents conseils ! Croyant ET pratiquant du plan serré et très serré sur les enfants, ça fait ressortir idealement la douceur d’un regard, notamment sur les yeux clairs !

    25 août 2011
  • Bon article sur les cadrages…
    Je souhaite juste apporter une info supplémentaire sur le gros plan/très gros plan ; pour avoir un portrait non déformé il faut une focale de 135mm (eq 24×36).
    Lors de reportage j’utilise un 200mm F2.8 et le rendu est très bien.
    J’ai beaucoup entendu dire : « pour faire des gros plan, le 50mm ne déforme pas l’image quand j’ouvre à 1.8 » attention !! La déformation vient bien de la focale et non de l’ouverture !!!

    2 septembre 2011
  • Peut-on qualifier de déformation une accentuation importante de la perspective due à une position trop rapprochée du photographe ?
    La « déformation » ne vient pas de la focale, ni bien évidemment de l’ouverture, mais de la distance photographe-sujet.
    Fais l’essai avec un zoom : sans bouger de place tu peux constater que l’image en position télé est exactement la même que l’image du même cadrage central correspondant en position G.A., c’est seulement l’angle de champ qui change.
    Dit autrement : si tu n’a pas de télé et que tu veux faire un portrait sans « gros nez et petites oreilles », photographie du même endroit avec une focale normale et recadre ensuite en post-traitement.

    2 septembre 2011
  • Tant d’avis différents sur la déformation d’une image : focale, ouverture, distance appareil sujet, chacun fait ses tests et adopte la technique qui lui convient. Selon mes bons souvenirs de mes années d’études en photographie c’est bien le 135mm en 24×36 qui vous fournira une image non déformée. Ce n’est qu’une info à chacun de faire comme il l’entend.

    5 septembre 2011
  • Oui, bien évidemment, chacun fait ce qu’il veut, même un photographe de parler de déformation quand il s’agit de la vision normale d’un objet !
    J’ai seulement voulu apporter un éclaircissement sur cet aspect de perspective qui est particulièrement mis en évidence quand on regarde une photo à une distance ne correspondant pas à celle de la prise de vue…

    5 septembre 2011
  • Merci Laurent pour cet article, je me posai des questions sur les portrait et j’ai eu les réponses. J’ai aussi visionné les photos prises à l’Aéronef, mais je n’ai pas pu (ou su) voir les exifs, est-ce possible?

    Amicalement
    Christian

    9 juillet 2014
  • Ces quelques recommandations sont très instructives. Moi qui débute dans la photo, je n’en ferai pas l’économie.

    3 août 2015