La photo de concert

18 novembre 2010

Quel photographe n’a pas eu envie un jour à se confronter à la photo de concert ? La difficulté n’est pas que technique, il s’agit également de retranscrire un moment vécu par le biais d’une image fixe.

Aujourd’hui, je vous propose un article invité, écrit par Rémy Lapleige, qui m’a gentiment proposé d’écrire un article concernant la photo de concert, son domaine de prédilection (et un des miens également !). Vous pouvez consulter ses photos sur son portfolio. Je laisse donc la place à son article !

Des conditions très particulières

Les conditions pour réaliser ce type de photos sont relativement difficiles :

  • Peu de luminosité : la lumière ne provient que des spots de multiples couleurs, beaucoup de contre-jour, la lumière change et bouge beaucoup.
  • Les acteurs/musiciens bougent  : Ils sont très souvent en mouvement. Même si leur position est statique, leurs gestes sont en mouvements.
  • La composition : beaucoup d’éléments peuvent la gêner : les micros, les câbles en tout genre. De plus, sur les gros concerts ou festivals, vous n’êtes pas seul(e)s … Imaginez que vous êtes dans un concert de funk ou de métal, les musiciens bougent, et les photographes bougent également.
  • La place du photographe : cette position est très délicate car toutes les salles ne sont pas équipées de crash barrières ou de fosse, et il ne faut en aucun cas gêner le groupe sur scène et le public. N’hésitez pas à protéger votre matériel. Je suis déjà rentré d’un concert de Metal (Ultra Vomit à l’EMB Sannois) avec des côtes fêlées et des traces de pied sur l’appareil, alors que j’étais en plein dans la fosse… N’oubliez pas que vous pouvez également shooter de loin, vous aurez une vue sur toute la scène.
Ultra Vomit @EMB Sannois

Ultra Vomit @EMB Sannois

Luke @VLG photo de concert

Luke @VLG. J’ai trouvé intéressant mettre le focus sur le public, partie intégrante et essentielle à un bon concert.

Ces difficultés sont inhérentes à toutes les salles de concerts et de spectacles.

Photo de concert chanteur Nosfell @ Clamart

Nosfell @ Clamart. L’ambiance de ses chansons s’est ressentie au niveau de l’éclairage. Il a été très difficile de faire face aux conditions lumineuses.

Maintenant que vous savez à quoi vous en tenir : comment jouer avec son appareil et comment le régler pour en tirer le meilleur ?

Comment y faire face ?

Avant toute chose, il faut prendre conscience qu’il faut obligatoirement maîtriser son boitier : être capable de passer en manuel s’il le faut, et connaitre les limites de son appareil. Le tout est d’en tirer le maximum possible et de sortir des automatismes.

Quels sont les réglages adéquats ?

Attention à ce point. Il n’existe pas de réglage parfait valable dans toutes les situations. Les réglages que nous vous proposons dans l’article sont « de base ». A vous bien évidemment de les faire évoluer, suivant votre pratique, suivant les salles et suivant vos besoins artistiques.

Avant l’arrivée du groupe sur scène, les ingénieurs sons et lumières font quelques tests. Cela peut vous donner une idée des lumières que vous aurez sur scène. Je me cale sur ces moments pour effectuer les réglages (même si je prépare toujours mes appareils avant) et les teste avant le concert. Maîtriser les commandes en aveugle de son boitier est selon moi primordial.

La Sensibilité

Il faut savoir que pour faire des photos de concerts et d’évènements, vous allez devoir vous confronter à des problèmes de luminosité. Or une partie de l’ambiance du concert est retranscrite par les lumières.

Je pars toujours toujours sur 800 ISO. Il s’agit de la sensibilité où le bruit numérique atteint une limite acceptable. Je ne monte au-dessus que si la vitesse d’obturation alors définie par l’appareil est très lente. Il peut m’arriver de shooter en 100, 200 voire 400 ISO lorsque je suis en extérieur. Les boitiers types Canon 5D, 7D et Nikon D700 ou D3 peuvent monter sans souci à 3200 ISO, voir 6400 ISO.

(Note de Laurent : Effectivement, les boîtiers d’entrée de gamme sont assez limités en termes de gestion du bruit, et je vous déconseille également de monter au-delà de 800 ISO. Cela dit, n’hésitez pas à taper le 1600 ISO si vous en avez réellement besoin, il vaut mieux ça qu’une photo floue : il existe de bons outils pour éliminer le bruit en post-traitement.)

Lorsque je shoote en argentique, j’utilise une pellicule Ilford 3200 ISO et qui peut être utilisée en 1600 ISO.

Mesure Spot, évaluative ou pondérée centrale ?

(Note : pour mieux comprendre vous pouvez lire l’article sur les modes de mesure de la luminosité 😉 )

La mesure évaluative (ou matricielle) permet de doser la lumière sur la totalité de l’image. La mesure à pondérée centrale joue ce rôle sur environ 15% à partir du centre de l’image et la mesure spot effectue la même chose mais sur 3% au centre de l’image. Les écarts de lumières sont malheureusement trop importants et directifs. N’hésitez pas à tester par vous-même et à choisir ce qui vous convient le mieux.

(En ce qui me concerne, j’utilise systématiquement la mesure spot qui permet de bien exposer votre sujet dans ces conditions de lumière changeantes, ce qui est quand même l’essentiel. Certaines photos sont surexposées à cause d’un spot qui arrive pleine puissance vers vous, mais c’est une toute petite minorité.)

Balance des blancs

Chacun sa méthode de travail. Avant toute chose, il faut prendre ses photos en RAW (concerts ou pas d’ailleurs). Cela vous permettra de modifier la balance des blancs en post-traitement. La lumière rouge est parfois trop présente sur scène et personne n’aime voir des photos rouges, cela passe très mal.

Sur mes boitiers, j’ai tendance à rester en mode automatique pour la balance des blancs. Celle-ci est très bien sur mes boitiers Nikon, et comme dit précédemment, au pire des cas, je repasse en post-traitement pour ré-équilibrer le tout.

Mode Manuel ? Semi-automatique ? Priorité à la Vitesse ou à l’Ouverture ?

Tout dépend de vos habitudes. Il m’arrive par moment de passer en mode manuel mais en dans 90% des cas, je suis en mode « priorité ouverture » (« Av » sur Canon et « A » sur Nikon). Je travaille régulièrement avec des objectifs qui ouvrent à f/2.8, très lumineux et qui ont pour but de beaucoup jouer avec la profondeur de champ en détachant les éléments de la photo.

Une des règles générales et importantes est que la vitesse ne doit pas être en dessous de la focale. Par exemple, si vous utilisez un 28mm, évitez de descendre en dessous de la vitesse 1/42ème (N’étant pas en full frame, mon boitier à un facteur de conversion de 1.5, donc 28mm donne en réalité un 42mm sur un capteur APS-C). Descendez au minimum en dessous de 1/42 afin d’éviter « le flou de bougé du photographe ».

(Pour la conversion entre les différentes tailles de capteurs, un article viendra dans le futur vous éclairer sur le sujet, mais pas d’inquiétude si vous ne comprenez pas ce concept 😉 )

Le Flash … oui ou non ?

L’utilisation de flash est interdite pendant les concerts, sauf si vous avez une autorisation du groupe ou des organisateurs. Étant un « anti-flash » (étant musicien également, cela me dérange énormément, même si c’est la famille qui vous prend en photo ^^), je ne m’amuse même pas à ramener mon flash cobra. De plus, pour des questions de rendu, j’ai trouvé peu de photos de concert faîtes au flash convaincantes. En backstage, je ne dis pas non, mais sur scène, je trouve que cela gâche le moment. Avis totalement personnel. (NdL : c’est le mien aussi, et celui de beaucoup d’autres photographes pros ou non.) Vous pouvez faire de très jolies choses au flash mais dans la mesure où cela est interdit, je vous le déconseille fortement.

La composition

Pour être franc, oubliez la règle des tiers et autres règles. Remettez-vous en au feeling. Avisez sur le moment, en fonction de là où vous êtes placés. Repérez le lieu. Pourrez-vous bouger ?  Visez avec votre œil et déclenchez avec votre doigt. L’avantage des photos de concerts, c’est d’avoir une certaine forme de liberté en photographie.

(Je ne suis pas tout à fait d’accord. Les règles ont pour moi la même place qu’ailleurs : elles doivent être respectées ou prises à contre-pied. Mais effectivement, il vaut mieux déclencher pour capturer le bon moment plutôt que de trop réfléchir à sa composition. Cela dit, avec la pratique, composer correctement une photo deviendra une seconde nature pour vous.)

J’essaye par exemple d’utiliser un micro gênant en le plaçant dans le cadre. Cela n’est pas facile du tout. Combien de fois ai-je fait la mise au point sur le micro et non sur les yeux ? N’oubliez pas, pour les portraits, de faire une mise au point sur les yeux. J’utilise également des objectifs fish-eyes (NdL : très grand angles qui déforment l’image). Etant féru d’instruments, ces derniers font également partie intégrante du concert, selon moi.

Photo de concert guitariste guitare Ilis @ VLG

Ilis @ VLG. Type de photos que j’aime beaucoup : les gros plans sur le matériel.

Photo de concert guitariste guitare Ilis @ VLG

Ilis @ VLG. L’action, le look … du rock …

Un peu de matériel

J’utilise aussi bien du numérique que de l’argentique. En numérique, j’utilise deux reflex numériques Nikon (D80 et D200). Ils me suffisent à l’heure actuelle car les photos terminent souvent sur le web et leur résolution permet largement à un magazine de sortir du A4 (et A5).

Au niveau de mes objectifs, j’aime beaucoup mon Nikkor 50mm f/1.4. J’utilise également un fisheye Zenitar 16mm f/2.8, et un Sigma 28-70mm f/2.8.

(Pour plus d’infos sur une autre optique qui possède une très grande ouverture maximale comme les optiques que cite Rémy, pensez à lire mon article sur le 50 mm f/1.8 !)

Photo de concert guitariste guitare The Outburst @ Scène Bastille

The Outburst @ Scène Bastille. Utilisation du fisheye. Ce type d’objectifs, ainsi que les Ultra Grand Angle sont beaucoup utilisés dans la musique métal.

Concernant l’argentique, des pellicules Ilford 3200 ISO montées sur un canon A1 et des objectifs 28mm f/2.8 et un 105mm f/2.8 (pratique pour les batteurs). Étant relativement près de la scène, je n’ai pas besoin d’autres objectifs, cependant, posséder un téléobjectif pour les festivals en plein air comme le 70-200mm f/2.8 peut s’avérer royal.

Chacun de mes boitiers est donc pré-réglé et équipé d’un objectif différent. Cela évite de constamment perdre du temps à changer d’objectif. Les capteurs sont par ailleurs souvent nettoyés.

Quelques conseils

Ces conseils sont assez génériques mais joueront en votre faveur plus tard, surtout si vous souhaitez poursuivre dans cette voie. N’oubliez jamais que le monde de la musique est petit, très petit, et qu’il est difficile d’y entrer. Nombre de photographes essaient d’y rentrer sans toutefois y arriver.

  • N’espérez pas vivre de la photo de concert. C’est quasiment impossible. La plupart des photographes n’exercent cette activité qu’en passe-temps.
  • Constituez-vous un portfolio, cela permettra d’avoir des clichés à montrer et de se faire connaitre un peu.
  • Entraînez-vous avec de petits concerts près de chez vous, salles des fêtes, etc … Contactez les artistes et montrez leur ce que vous avez fait. Ils ont besoin de photos (attention à ne pas les donner non plus, vous avez fait un travail…), et vous avez besoin de leur avis, de leur concert. Un échange est toujours intéressant.
  • Pas d’accréditation, pas de photos … Le fameux sésame est assez difficile à avoir, surtout si les groupes sont pros. N’oubliez jamais que nous n’êtes pas seuls à les demander. Il faut également être patient. Attention cependant à rester dans la légalité, sinon cela peut vous coûter très cher. Si l’on vous donne une autorisation par mail, n’oubliez pas d’aller le jour du concert avec le mail imprimé. Il m’est arrivé de me faire refuser l’entrée mais avec le mail tout s’est bien passé. Il s’agissait d’un oubli tout simplement.
  • Soyez courtois et respectez les règles. Ceci est essentiel. Le monde de la musique est petit, les tourneurs donnant les accréditations font souvent tourner plusieurs groupes et sans le savoir, vous serez amené à les côtoyer à nouveau. En voyant votre travail et s’ils apprécient, il se peut que vous soyez présent au prochain concert de l’artiste… La plupart du temps, on vous donnera une accréditation pour les 3 premières chansons. Injuste ? Et oui, il faut se dire que vous n’aurez que ce temps-là pour réaliser des photos sans flash alors que le public va constamment utiliser le flash, filmer tout le concert avec leur téléphone, le tout pour se retrouver sans autorisation sur Youtube. Hélas, c’est un fait, mais pensez que vous n’aurez pas accès aux mêmes endroits. Imaginez que le groupe ou le tourneur aime les photos et vous contacte par la suite… Cela m’est arrivé et cela m’a permis de collaborer avec un artiste pour son projet solo. J’ai réalisé la pochette, la totalité des photos de son album ainsi que ses photos promos. Je collabore actuellement avec d’autres artistes pour les mêmes projets. Il faut être patient et à l’écoute. Avoir l’avis des artistes eux-mêmes peut s’avérer énorme.
  • Intéressez-vous à ce que fait l’artiste avant le concert. Connaissez leur musique. Cela peut vous permettre d’anticiper des actions (sauts, braveheart, focalisation sur le guitariste qui va jouer un solo, etc …) Ceci est très important. C’est ce que j’appelle l’improvisation contrôlée en musique.
Photo de concert guitariste guitare chanteur Luke @VLG

Luke @VLG

Photo de concert chanteur The Outburst @Elysée Montmartre

The Outburst @Elysée Montmartre

Photo de concert chanteur Delain @Elysée Montmartre

Delain @Elysée Montmartre

J’espère que cet article aidera les photographes de concert en herbe à réaliser des clichés dont ils rêvent, ce qui n’est pas facile dans ce contexte. Pensez à consulter le portfolio de Rémy Lapleige, et laissez un commentaire si vous avez des questions ou des remarques : je me ferai un plaisir d’y répondre !
 
Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂
 

 
Vous avez apprécié cet article ?

Ça tombe bien, j’ai créé un format PDF de l’article que vous pouvez télécharger:
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (14 votes, moyenne : 4,93/5)

Loading...

Recherches utilisées :

photo de concert, photo concert, réglage photo concert, comment prendre de bonnes photos de concert, faire des photos de concert, photos de concert, prendre des photos en concert, appareil photo pour concert

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

84 commentaires

  • Pour ce genre de photos, il n’y a pas de doute qu’on fera un meilleur travail avec un grand angle voir un 50 qui ouvre bien, plutôt qu’un zoom. Bravo, très bon article. Cordialement

    18 novembre 2010
    • Non, on utilise rarement des grands angles parce que ce qu’on veut avoir c’est surtout des portraits rapprochés des artistes. Le 70-200 f2.8 est l’objectif standard pour ce genre de travail. Il est vrai qu’un grand angle marche beaucoup mieux pour arriver à rendre l’ambiance globale du concert.

      Concernant l’article, j’ajouterai un conseil supplémentaire : toujours avoir des bouchons d’oreille :-).

      18 novembre 2010
      • Bonne précision pour les bouchons d’oreille !

        Pour ce qui est de l’optique utilisée, un 70-200 f/2.8 (excellent caillou) ne se révélera utile que si on est assez loin de la scène. Dans les salles de taille modeste (et même dans d’assez grandes salles) où la fosse est directement devant la scène, 70mm c’est déjà trop. À mon dernier festival, j’ai même trouvé une ou deux fois que 50mm c’était un peu long ! Encore faut-il avoir une accréditation pour accéder à la fosse évidemment 😉

        • Je ne sais pas ce que tu entends par « assez grandes salles », mais dès qu’il y tiens plusieurs milliers de spectateurs, un 50mm sera très juste pour ramener un portrait sympa. Je shoote chaque année au Nice Jazz Festival et à Jazz à Juan, on y est 30 ou 40 photographes, je t’assure qu’on a *tous* un 70-200.

          Exemple :

          http://www.flickr.com/photos/glaurent/4894339728/in/set-72157624605271061/

          Maintenant je suis d’accord, une optique plus courte est bien plus appropriée pour rendre l’ambiance générale, avec un 70-200 tu isoles l’artiste du reste. En général on commence par les portraits (parce que c’est ce qui se vend), puis on passe au grand angle. J’en connais qui font tout au 70-200, mais je ne crois pas en connaitre un qui fasse tout au grand angle.

          20 novembre 2010
          • J’avais en tête quelques salles lilloises où la fosse est suffisamment proche de la scène pour ramener du portrait/en pied avec un 50mm. Je pensais à l’Aéronef qui peut accueillir 2000 personnes (et qui est une salle très importante dans là région). Je n’y ai jamais vu plus de 10 à 15 photographes, et encore rarement, donc ce n’est effectivement pas le même terrain de jeu 😉

            Après je ne connais pas les salles des autres régions. Toujours est-il que je suis d’accord avec toi : le 70-200 f/2.8 est indispensable en photo de concert à un certain niveau (mais ce n’est pas donné ^^). Par contre quand on débute, on est amenés à bosser dans des petites/moyennes salles, et 70mm ça peut être un peu grand, sans compter que l’optique est un peu chère 🙂

            21 novembre 2010
          • Non, par ici ce genre de petite salles actives manquent (on en a une seule, le Théâtre Lino Ventura – je leur fais un peu de pub au passage). Mais si tu vas dans une salle type Zenith, là tu es certain de vouloir un 70-200.

            Mais bon, nous sommes d’accord, j’ai débuté dans des petits trucs avec le 50mm f1.8, et ce petit caillou là a du en faire démarrer plus d’un :-). Et c’est vrai, le 70-200 coute un bras, mais il faut considérer que c’est un achat pour la vie. L’engin est construit comme un tank, j’ai un pote qui a le sien depuis 15 ans et il marche encore parfaitement. De plus il perd peu de valeur à la revente.

            21 novembre 2010
      • Je ne suis pas d’accord… perso j’utilise bien plus souvent des grands angles (voire des très grand angles), je trouve ainsi les cadrages bien plus dynamiques… Les portraits, c’est vite ennuyant et cela ne reflète pas toute l’énergie qu’il y a sur scène….

        19 mars 2014
        • Il semble évident que le 70/200 est le couteau suisse du photographe de concert. Personnellement, mais c’est encore un autre budget, je préfère bosser dans les grandes salles au 300 mm : on a alors des angles assez magique et des libertés fabuleuses.

          3 avril 2014
  • J’en ai déjà fait et j’aime beaucoup? C’est très technique. Quand on aime la musique de groupe, ca peut être vraiment jouissif, enfin je parle pour moi:-)
    Jamais de flash pour ma part.

    19 novembre 2010
  • Hello,
    je n’utilise pas le 80-200 f2.8. Je n’en ai pas ;-( Mais même sans cela, il serait rare de me voir avec, surtout dans les salles parisiennes, qui sont très petites (Scène Bastille, etc …) mais là où ce type d’objo est idéal, c’est également pour prendre les batteurs, qui sont malheureusement les musiciens les moins pris en photo.
    Des salles comme l’Elysée Montmartre ont une scène très haute et par moment, vaut mieux être dans le public pour faire de « meilleures photos » (tout dépend de ce que l’on aime bien sûr).
    Il m’est arrivé des fois de mettre de côté le 50mm car j’étais trop prêt (c’était le cas pour Ultra Vomit à l’EMB Sannois).
    Le plus difficile c’est de partir avec tout le matériel possible, surtout lorsqu’on ne connait pas la salle. A l’inverse, lorsqu’on connait la salle, on peut se permettre de ne pas tout prendre.
    Chacun voit la photo comme il l’entend et c’est ça qui est sympa justement ^^

    14 décembre 2010
  • Bonjour,

    Je viens de découvrir ce site et trouve le sujet intéressant. Je pratique moi-même la photo de concert, occasionnellement et pour le plaisir (et par sympathie pour plusieurs groupes locaux 🙂 ) depuis quelques années.

    En ce qui me concerne, au niveau objectif, je navigue entre un 18-55 et un 70-300. Le deuxième a l’avantage de permettre des gros plans, des portrait sympathiques.
    Je photographie beaucoup en bar ou en pleine air.
    Pour ce qui est du flash, j’essaie d’éviter même en faible luminosité.

    23 février 2011
  • Bonjour,

    voilà je suis une amie qui fait parti d’un groupe de musique à plusieurs reprise j’ai eu la chance de pourvoir la photographier. Mais je rencontre toujours le même problème, pas assez de lumière, car se sont des petite salle, voire des bars, restaurants. J’ai un 50mm à 1.8 et un 17-70mm à 2.8-4. Si je reste en mode « prio à ouverture » j’ai souvent du floue soit bougé soit les personnes qui bougent trop, car la vitesse ne descend pas assez. J’ai peur de passer en manuel et de ne pas savoir gérer!

    Une petite astuce peut être ?

    Merci

    15 juin 2011
    • Bonjour Nicolas,
      Effectivement, je photographie pas mal de concerts en bars, et la luminosité est souvent très insuffisante. Ce que je fais pour gérer ce problème:

      1. 1. Je monte mes ISO au max (logique, il n’y a pas de lumière)
      2. 2. Je calcule la vitesse minimum pour qu’il n’y ait pas de flou de bougé (1/80ème avec un 50mm par exemple)
      3. 3. Je shoote en priorité vitesse avec cette vitesse là (ainsi, j’évite tout flou de bougé, et potentiellement tout flou de mouvement du sujet : dans le cas contraire, tu peux essayer d’augmenter un peu la vitesse d’obturation)

      Résultat : l’appareil va décider d’ouvrir au maximum de l’objectif. Tes photos seront peut-être sous-exposées, mais ça peut se rattraper en post-traitement dans une certaine mesure.
      Tu remarqueras que ça équivaut quasiment à shooter en manuel à 1/80ème et f/1.8 d’ailleurs : n’aie donc pas peur de t’aventurer en manuel, ne serait-ce que pour quelques clichés 😉
      Mais cette technique a l’avantage de fermer le diaphragme s’il y a soudainement un flash de lumière (ce qui est cela dit rarement le cas dans les bars 😉 ).

      Par contre, il ne faut pas se faire d’illusions : si ton boîtier a du mal à monter haut dans les ISO, ce sera très difficile d’avoir des photos qui ne sont pas très bruitées. Moi-même, je trouve ces situations très compliquées à gérer, mon 450D ne montant qu’à 1600 ISO (et encore, en bruitant beaucoup).

    • Bonjour Nicolas,

      pour compléter ce qu’à écrit Laurent, j’ajouterai juste que personnellement j’utilise 90% du temps le mode manuel. Ensuite, soit je monte dans les iso, soit j’utilise un flash cobra (souvent les deux d’ailleurs). Attention ! Je ne le pointe jamais en direction du groupe, mais vers le plafond (ou un mur parfois, ou j’utilise un diffuseur ou les deux 🙂 ) et je le règle au minimum, de façon à ne pas « brûler » l’ambiance. Je le règle parfois également en mode 2ème rideau ce qui permet des effets. Cela demande un peu d’essai et d’échauffement avant la séance mais fonctionne bien. Autre chose, suivant les bars et l’ambiance, j’essaie d’utiliser un trépied, au moins pour une partie des photos (l’inconvénient du trépied c’est son encombrement, pas facile de se faufiler dans la foule avec 🙂 ).

      15 juin 2011
      • Bonjour à vous 🙂

        Alors, c’était un spectacle de danse, et j’aurais mieux fait de lire l’article avant (je suis resté en priorité ouverture et je suis monté beaucoup trop haut dans les iso pour avoir une vitesse suffisante. Résultat, c’est (à peu près) net, mais il y a un bruit horrible !
        J’étais à 12800 (oups !) sur un D3100 dont on dit (je l’ai depuis une semaine 🙂 qu’il monte « bien » à 6400.

        Si je me mets en priorité vitesse que je modifie en fonction de ma focale, je n’aurais pas mon problème de bougé, le reste sera « optimal » dans des conditions très difficiles de lumière uniforme et faible (pas de spots = pas de point particulièrement lumineux), mouvements rapides du sujet et un 18-105 à 3.5-5.6.

        Au delà des questions matérielles :
        Le bruit que j’ai en moins si je passe à 6400 ou 3200 iso, je l’aurais en plus si je corrige au post traitement mon exposition non ?
        Ma seule possibilité, ou plutôt le meilleur choix que je puisse faire quand je suis aux limites matérielles des conditions de lumières, c’est d’avoir une photo non pixellisée, net et trop sombre.

        C’est bien ça ?

        Et de changer d’objectif évidemment, mais ma question est plus théorique que matérielle.

        2 janvier 2012
        • Le bruit que j’ai en moins si je passe à 6400 ou 3200 iso, je l’aurais en plus si je corrige au post traitement mon exposition non ?

          Oui, effectivement.

          Ma seule possibilité, ou plutôt le meilleur choix que je puisse faire quand je suis aux limites matérielles des conditions de lumières, c’est d’avoir une photo non pixellisée, net et trop sombre.

          En tout cas, nette. Que tu choisisses d’augmenter l’exposition (et donc le bruit) à la prise de vue (en augmentant les ISO) ou au post-traitement, le résultat ne sera pas très différent.

          C’est ta seule solution pour le moment effectivement, mais je te conseille fortement une optique plus lumineuse que la tienne 😉

  • Ok merci pour tous ces conseils. Je vais les mettre en application à ma prochaine sortie.
    Mon boitier est un D90, il monte assez bien jusqu’à 1600 ISO, il me semble.

    16 juin 2011
  • Tout à fait d’ accord avec l’ article, balance des blancs sur auto, mesure spot ( souvent) 70-200 f 2.8 et des réglages personnels pour la densité des couleurs, le contraste etc…

    http://www.flickr.com/photos/hansenne_robert/sets/72157627103859676/

  • La photo de concert semble pousser le matériel dans ses derniers retranchements…

    J’ai une question : j’ai vu que Rémy as trois boîtiers et un peu plus d’objectifs. Comment fait-il pour « trimbaler » autant de matos durant le concert ? Ça ne doit pas être facile !

    13 octobre 2011
  • Je suis super balèze c’est pour ça 😉 Je déconne, je suis petit et j’ai mal au dos ensuite 😉

    En réalité, j’ai un sac photo, précisément une sacoche d’épaule et un sac à dos. Avant le concert, je prépare tout mon matériel. Depuis peu, je ne mets qu’un objo par boitier, tout dépend du recul que je pourrais avoir.

    Donc en général, 50mm et 70-200. Le troisième objo reste dans le sac à dos, des fois je prends aussi mon fisheye suivant les groupes, la musique et la salle. L’envie et l’humeur aussi 😉

    Je pose mes affaires au sol (quand je peux) et j’ai un gilet style pêcheur où je garde 1 ou 2 batteries de rechange + cartes mémoires pour aller plus vite tout simplement.

    Pendant le concert, je ne shoote qu’avec un boitier, le second est tout prêt allumé dans la sacoche d’épaule. Il m’arrive également que mon matos déconne donc je change automatiquement de boitier.

    Bref, tout est une question de goût en matière photo, il m’est déjà arrivé de n’avoir qu’un objo et un boitier, c’est bien aussi d’essayer de composer avec ce que l’on a …

    Et des fois, je prends aussi mon argentique, mais c’est plutôt rare.

    Il m’est arrivé de rencontrer des photographes qui étaient beaucoup mieux et plus équipés que moi et là je dis chapeau …

    Mais il ne faut pas oublier que la plupart du temps, pour les artistes connus, comme tu n’as que 2 ou 3 chansons, avoir autant de matos est inutile. Se renseigner sur les salles n’est pas toujours simple …

    J’oubliais aussi le truc important … les bouchons d’oreilles 😉

    14 octobre 2011
  • Par contre, il m’arrive de faire des concerts et le flash, direct ou indirect, c’est super dérangeant … que ce soit un reflex ou un compact … ;-(

    14 octobre 2011
  • Merci Rémy !

    Mon cousin est dans un ou deux groupes et fait parfois des concerts (Simzinho – il a d’ailleurs jouer de la trompette pour accompagner Selah Sue à la fête de la musique organisée par Taratata cette année 😉 Fier du cousin :P). Peut-être bien qu’il acceptera que je leur fasse quelques photos 😀

    D’après ce que je comprend, pour le choix du matériel avant le concert, il faut y aller un peu au filing ( fill-in mais sans le flash :P) En tous cas, je retiens qu’il faut parfois se casser le dos 😉

    J’ai eu droit à mon quart d’heure de gloire 😛 dans un amphi lorsque j’étais étudiant (guitariste dans un groupe pour la fête du lycée) et je me souviens que le projecteur me gênait terriblement. J’en avais des sueurs froides… Je supposes que les flashes doivent avoir le même effet à la longue… Je n’aime pas utiliser le flash. Je ne l’utilise qu’en dernier recours en fill-in. J’aime aussi me faire discret : non seulement pour que les sujets conservent leur naturel mais surtout parce que je n’aime pas déranger. Bref… Si j’ai l’opportunité de couvrir un concert de mon cousin, je n’utiliserais pas mon vieux SB-28.

    Je suis équipé d’un D90 avec un 35mm f1,8, un 16-85 et un 70-300. Le premier à une bonne ouverture mais j’ai peur qu’il manque de proximité avec les sujets (je regrette un peu de ne pas avoir prix le 50mm à la place). Les deux autres manquent d’ouverture mais sont équipé du VR pour compenser. Je verrais bien, si ça se fait…

    Merci pour les bouchons d’oreilles : je n’y aurais pas penser 🙂

    14 octobre 2011
  • Hé hé 😉

    bien joué le coup du filing 😉 Je préfère un projo braqué sur moi qu’un flash. Le projo tu peux te retourner (quand tu es sur scène) ou à la rigueur aller ailleurs. Le flash, c’est le photographe qui potentiellement peut te suivre. Lorsque tu es sur une scène assez haute, tu aveugles aussi le public et tu le gènes.
    Le flash m’a déjà aveuglé quelques fois et pas simple à gérer pendant un solo 😉

    le 35 te permettrait d’avoir des vues d’ensemble … Sinon faut monter en iso pour tes autres objos.

    Mais bon, c’est bien pour les grosses scènes. Par exemple, j’ai eu la chance de faire quelques photos de Katie Melua, je tournais aux alentours de 400 voir 600 iso … dans les petites salles, bars, théâtre, c’est souvent l’enfer, et là il faut limite avoir un autre boitier comme un D700, D3 … mais ce n’est plus du tout les mêmes tarifs

    14 octobre 2011
  • C’était ma première et dernière scène et j’avoue que le trac m’avait cloué sur place… J’étais comme un lapin face aux phares d’une voiture 😛 J’imagine même pas si j’avais dû faire un solo 😉

    J’espérais ne pas avoir besoin de monter trop haut en iso mais je ne me faisais pas trop d’illusion. Tant pis… Si je ne dépasse pas les 800-1600 ça ne devrait pas être trop moche et même peut-être donner une certaine atmosphère à la photo ?

    Les capteurs font de plus en plus de progrès niveau sensibilité… Espérons que Nikon nous sorte un D400 avec un bon capteur. Le D7000 ne semblent pas beaucoup mieux que le D90 pour ce qui est de la montée en ozizos.

    Merci pour ton retour d’expérience, Rémy. Je n’ai plus qu’à faire la mienne 😉

    14 octobre 2011
  • Chouette article 🙂
    Depuis que j’ai mon appareil, je fait beaucoup de photo de concert. Faut dire que je traine beaucoup dans la petite salle du coin 🙂

    Cependant, je viens à peine de trouver comment régler mon appareil cette semaine!
    Le tout en manuel mais avec les iso en auto! Franchement, j’étais sur le cul de voir que certaines photo en vitesse 1/200ème, j’étais sous les 1000 iso! Et donc bien pratique, surtout avec les tarés qui étaient sur scène.

    28 octobre 2011
  • Très bel article ! Bien résumé et bien documenté. J’ajouterais deux petites choses (que je ne crois pas avoir vues) : ANTICIPEZ ! Tentez de toujours deviner ce que va faire l’artiste, a force vous le saurez naturellement. Soyez aux taquets pour les moments où il va se retourner, faire une moue, prendre une posture particulière et deuxième point, n’hésitez pas à mitrailler ces instants ! La photo de concert c’est comme la pêche ! On ne sait pas trop ce qu’on va prendre mais avec l’instinct du chasseur on peut faire des miracles ! Petit exemple d’une photo de Selah Sue prise avec un D70 (sisi !) comme quoi le matériel ne fait pas tout 😉 http://www.arras-online.com/up_/dyn/articles/2011_07/Main_Square_Festival_Arras_2011__10_.JPG

  • Merci pour cet article très intéressant, perso j’ai déjà couvert quelques concerts avec du matériel de base (350d et 18-55… je sais ça fait mal), franchement il est très difficile d’assurer 5 bonnes photos dans ces conditions!
    Pour le dernier, j’avais un 50mm f1.8, franchement ça ma changé la vie, même avec mon vieux apn!

    Ce week-end je dois couvrir un festival de métal, j’appréhende énormément la fosse, peur pour mon matériel qui est neuf (7D, 17-50 f2.8 et 70-200 f2.8 is), l’histoire de tes cotes est loin de me rassurer!!!

    4 juillet 2012
  • Bonjour,

    J’aimerai avoir vos conseils en matière de réglages.
    J’ai un D700 Nikon et une optique 70-200 2.8.
    Je dois faire des photos d’un concert, quel réglage me conseillez-vous, étant donné que je travail en manuel que préconisez vous?

    Merci pour vos conseils

    Stéphane Lavoine

    23 septembre 2012
    • Bonjour Stéphane,
      Si tu poses cette question, c’est que tu ne dois pas travailler en Manuel. Ouvre à fond en priorité ouverture et en faisant monter les ISO suffisamment pour que la vitesse soit exploitable à main levée.

      23 septembre 2012
      • Merci beaucoup, ainsi aurais-je des photos nette???

        23 septembre 2012
        • Pour être tout à fait honnête, vu tes questions, je pense que tu as besoin de connaître les bases de la photo, en particulier avant de te lancer dans quelque chose d’aussi complexe que la photo de concert.

          Tu as déjà le bon matériel, mais ça ne fait pas tout. Je te conseille de lire mon guide « Faites-vous plaisir en photographiant », puis le best-of du blog, ça devrait déjà répondre à la majorité de tes questions 😉

          23 septembre 2012
          • Merci, je fais déjà des photos de théâtre et ça se passe très bien.
            Désolé de vous avoir déranger

            23 septembre 2012
  • Bonjour,
    Je possède un Canon 450D, avec un 18-55 et un 70-300 qu’il m’arrive de prendre pour certains concerts. Ceci dit j’ai actuellement un dilème sur le 50 que je souhaite acquérir. A savoir, ouverture 1/4 ou 1/8 car la différence de prix est tout de même assez nette. Pouvez-vous me conseiller ?

    27 septembre 2012
  • nous sommes un petit groupe de Folkeux , et j’ai trouvé cet article très interessant. Il est toujours très difficile de mettre le groupe en valeur au travers des photos.Merci de ces conseils

    1 février 2013
  • Ravie de lire des articles clairs, simples et bien explicites sur les bases théoriques de la photo.
    Ca change des sites où la seule chose que l’on comprend c’est… qu’on est pas prêt de comprendre.
    Merci pour vos précieux conseils qui éclairent mon boîtier

    13 mars 2013
  • Bonjour,

    Je fais partie d’une asso qui organise des concerts donc j’aimerai réussir à prendre des photos pas trop moche sans flash. J’ai un nikon D3100 avec un 18-55mm et un 55-300 Est ce que vous pensez que je peux faire quelque chose sympa avec ça ? Ou il me faut autre chose. Merci

    5 avril 2013
  • Salut,

    Oui tu peux bien sûr faire quelque chose ! Evidemment ce sera moins confortable qu’avec du matériel plus adapté mais c’est une excellente école. Perso j’ai démarré la photo de concerts avec un Nikon D70 et un 70-300 – 4.5 et si sur 100 photos j’en avais que 10 d’exploitables et 3 superbes ça m’a bien appris le contexte de la prise de vue concert. Avec ça j’ai quand même shooté -M-, Ben Harper, Simple Minds, Jamiroquaï, Pearl Jam, Shaka Ponk, Selah Sue, Brigitte, Two door cinema club, M83, Birdy nam nam, Incubus, etc… etc… Avec quelques clichés très sympas !

    Mais si tu as un peu de budget tu amélioreras ton confort sans forcément améliorer tes compétences. Ca dépend de ce que tu recherches… Désormais je travaille avec un objectif en 70/200 2.8 stabilisé. Je tire moins loin mais quel pied ! Je le testerais vraiment cet été sur de nouveaux concerts mais c’est plus adapté avec cette focale quand on a pas de flash.

    Après ne rêvons pas il restera toujours des conditions difficiles : Fumigènes et spots rouges à outrance par exemple. Il faut souvent anticiper les choses et il m’arrive même d’essayer d’anticiper les jeux de lumières (Tous les temps de temps il mettent un blanc) et shooter comme un foufou quand il est là ! :o)

    Donc si tes photos ne sont pas « primordiales » fais toi la main avec ton matériel actuel (entraînes toi avant mais pas simple de reproduire des conditions type concert !) et si tu as des sous d’avance et que tes photos sont importantes alors je te dirais de partir sur un f2.8 stabilisé en 70-200 pour pas crever le budget mais ça n’empêche que tu devra t’entraîner un peu quand même ! 🙂

    Quelques exemple de photos prises avec mes vieux D70 et 70-300 (avant que je ne change de boitier et d’optique), tu verras qu’avec du matériel « moyen » on peut bien s’en sortir (j’en ai plein d’autres, il faut que je les regroupe sur un site…) :

    http://www.arras-online.com/up_/dyn/articles/2010/main_square/main_square_2010_04.jpg

    http://www.arras-online.com/up_/dyn/articles/2010/main_square/main_square_2010_03.jpg

    http://www.arras-online.com/up_/dyn/_articles2012/msf_illus_05.jpg

    http://www.arras-online.com/up_/dyn/msf2012/shaka_ponk_main_square_arras_2012_05.jpg

    http://www.arras-online.com/up_/dyn/msf2012/incubus_main_square_arras_2012_03.jpg

    http://www.arras-online.com/up_/dyn/msf2012/pearl_jam_main_square_arras_2012_03.jpg

  • Merci pour toutes ces infos.
    J’ai essayé sur plusieurs dates dans des bars, mais mes photos sont tjs flou ou trop sombre, c’est frustrant.
    Que me conseilles-tu comme réglage, plutôt priorité vitesse ? Je reteste vendredi prochain.
    Un ami m’a parlé d’un focal fixe 50mm ouverture 1.4 ou 1.8 Tu en penses quoi ?
    Merci

    6 avril 2013
  • De rien 😉

    Flou ou trop sombre : C’est bien là tout le problème de la photo de concert ! (si on ne compte pas bien sûr certaines couleurs de jeux de lumière, la fumée, le monde, le stress…).

    Alors bien sur, plus ton ouverture sera grande (donc plus le chiffre marqué sur l’objectif sera petit) et plus tu fera entrer de lumière vers le capteur donc moins tu auras de soucis de sombre ou de flous (Voir l’excellent article de ce site http://apprendre-la-photo.fr/louverture/ ). En gros tu as du sombre ou du flou parce-que le couple ouverture / vitesse n’est pas bon, soit ca n’ouvre pas assez « grand » pour faire entrer assez de lumière et si tu tente d’augmenter le temps d’ouverture pour compenser bah forcément le chanteur a fait trois fois l’aller-retour de la scène avant la prise :o)))

    As tu regardé un peu à tes Isos ? A combien les a tu réglés ? Le fait de les augmenter peut améliorer les choses. Ils correspondent à la sensibilité de la « pellicule » de ton appareil et plus ils sont élevés moins tu auras besoin de lumière ambiante. Contrepartie ? Oui. Plus tu pousse les Isos plus tu risque d’avoir du « grain » sur tes photos. encore une fois il faut trouver le bon équilibre… As tu aussi pensé a regardé à ta balance des blancs ? Dans certaines conditions ça peut être très utile 😉

    Donc oui, un objectif de type 50mm / f1.8 t’offrira certainement de meilleurs résultats mais fini le zoom et en concerts ça peut parfois être utile un zoom :o)

    Pour ma part je laisse le boitier en mode auto sans flash car pour du concert on est souvent une soixantaine de photographes à se marcher dessus dans la fosse et pas trop le temps de régler vitesse / ouverture toutes les 2 secondes car les artistes sont souvent imprévisibles (et puis je suis fainéant aussi). Par contre je joue sur les Isos en manuel selon les conditions. Je ne vais passer en mode ouverture manuelle que dans des conditions extrêmes mais je constate souvent que dans ces conditions des photographes bien plus aguerris que moi galèrent aussi malgré leurs optiques à 8000,00 € et leur expérience…

    Voilà ! Je ne sais pas si j’ai su répondre à ta question mais n’hésites pas si besoin ! (Et si d’autres veulent donner leur avis ça m’intéresse aussi !).

    ++

  • Je complète un peu mon précédent post car je suis allé lire l’article de ce site sur le 50mm – f1.8 et il est très instructif pour ton « soucis » : http://apprendre-la-photo.fr/50mm-f1-8.

    Après tout dépend du type de concerts que tu veux shooter. En concert « intimistes », si tu as accès d’assez près aux artistes alors oui le 50mm-f1.8 sera sans doute l’arme idéale. De mon côté, quand je fais de la photo de concerts, c’est généralement de grosses scène et les photographes sont confinés dans l’espace entre cette scène et le public. La scène fait souvent plus de 2 mètres de haut donc le zoom est obligatoire d’où pour moi le 70-200 – f2.8 ! Mais c’est vrai que c’est lourd et encombrant…

    Avec tous ces éléments et selon tes besoins, tu devrais maintenant pouvoir y voir plus clair ! 😉

  • Oui c’est plutôt des concerts intimistes.
    Je réglais mes iso à 1600 j’ai pas osé + et ma balance des blancs, je l’ai laissé en auto, je vais peut être essayée un autre réglage.
    Je vais encore essayer vendredi, et je me forcerai à laisser mon objectif sur 50mm voir si ça pourrait le faire avec un focal fixe F1.8
    À partir de là, je prendrai une décision d’un achat ou pas.
    Encore merci en tout cas.

    8 avril 2013
  • Ci-dessous un lien avec tout le lexique Nikon qui te permettra d’en savoir plus si les différences « C », « G », etc… 😉

    http://www.nikonpassion.com/17-abreviations-et-sigles-nikon-expliques-en-detail-pour-tout-savoir-sur-les-objectifs-nikkor/

  • Un petit exemple de photo de concert (déjà du gros concert) avec Indochine au Main Square Festival ce 7 Juillet 2013 (Bien sûr j’avais une accréditation pour pouvoir être au pied de la scène).

    Le matériel utilisé est un D90 avec un Sigma 70-200 f2.8. Ce genre de concert est assez difficile à prendre et on a souvent beaucoup de déchets (flous, surex, noirs…) mais je pense que ça fait partie du jeu. En effet les conditions de prises de vue changent souvent plusieurs fois par seconde ! Flashs blanc, fumée, fonds rouge ou mauve, tout noir, tout blanc, puis le chanteur qui se pose, qui sautille, qui décide d’aller à droite ou à gauche sans prévenir !

    Pas question pour moi de jouer sur le temps ou sur l’ouverture d’autant qu’on a le droit dans ces conditions qu’aux trois premiers titres de l’artiste. Mode automatique sans flash donc et confiance au bon vieux D90. Autofocus en mode statique sur le centre pour toujours prioriser le visage.

    J’ai commencé à 800 isos mais j’entendais l’ouverture un peu faiblarde donc hop ! Passage à 1000 isos. Ensuite, comme l’appareil est sensé gérer sa partie, à moi de gérer la mienne… Et c’est là que l’appareil ne fait pas tout ! Anticiper les jeux de lumière et être réactif ça sert beaucoup dans ces cas là. Une rythmique régulière où le rouge s’estompe pour laisser place au bleu ou au blanc ? Il faut en profiter ! On tente de retenir le rythme et on shoote au bon moment !

    Voila ce que ça donne en gros, en espérant que cet exemple frais et concret vous aide !

    http://www.arras-online.com/up_/dyn/_Articles2013/main-square/indochine_main-square_2013_04.jpg

    ++

    • Merci pour ton exemple et ton retour d’expérience. J’ai photographié le Main Square hier aussi, j’étais de l’autre côté de la scène pour Indochine 😉

      C’est rigolo, j’ai aussi croisé un lecteur du blog ! 😀

  • Je crois voir qui tu es ! On a très brièvement échangé (juste une phrase sur la green room je crois) et si c’est bien toi tu es d’un abord très souriant ! Moi je suis le type plutôt frisotté, grisonnant avec des pattes qui était aussi dans le backstage.

    Pour mon information personnelle, comment étais tu réglé toi pour indochine ?

  • Bon demain je doit voir les tambours du bronx je vais me mettre en priorite d ouverture

    13 juillet 2013
  • je possede un canon 60 d et j’aime beaucoup la photo de concert , mais je n’arrive pas à d »clencher en silence surtout si le concert est plutot calme et reposant
    y-a-t-il une solution pour eviter les bruits de declenchement avec un reflex ?
    ou faut-il utiliser un appareil type compact ou bridge pour ne pas avoir ce problème ?

    13 septembre 2013
  • Bonjour a tous je suis un très très grand amateur j’ai acheter un pentax k30 et depuis j’ai fais uniquement des photos en mode scène auto ou P avec mon flash externe. Je suis un mordu de photo et on ma laisser la chance de faire des photos en concert. C’est un très grand concert ou il y aura environ 2000 a 2500 personnes mais ne c’est pas du tout comment régler mon appareil est ce que quelqu’un pourrait me donner un coup de main svp

    29 septembre 2013
  • Il y a un autre point qui me semble très important pour ne pas avoir de flou des artistes :
    1-la mise au point : toujours la faire sur les yeux mais les artistes bougent sans cesse. Comment faire pour que la MAP se fasse au bon endroit ? Utiliser un mode autofocus particulier ? une astuce à partager ?
    2- si on ferme le diaphragme (F1.8) pour un maxi de lumière et on utilise une vitesse élevée, la profondeur de champs est très faible donc tout ce qui n’est pas dans le champs de la mise au point sera flou, artistes compris. Comment faire pour avoir une profondeur de champs maxi et ainsi avoir tous les artistes nets ?

    6 octobre 2013
    • Now that’s sublte! Great to hear from you.

      23 août 2014
  • C’est un article très intéressant avec des photos très poétiques. Avec les nouvelles caméras numériques, l’on peut atteindre de très bon résultats grâce à la photosensibilité.
    Tout de même l’on a besoin de talent et d’un œil pour l’essentiel afin de découvrir les détails.
    Tous mes compliments pour ce site professionnel et les commentaires divers à propos de la photographie dans tous les domaines.

  • Bonjour a tous, je suis super content d’être tombé sur cette discussion. Je cherchais justement des conseils de réglage pour mon boitier avant mon premier concert et la je dois dire que je suis comblé.
    Photographe amateur, j’ai eu ma première accréditation pour aller a un concert dans une petite salle de Perpignan spécialisee dans la musique un peu métal, punk etc. Donc je me posais vraiment beaucoup de question sur quoi prendre en cailloux, comment régler mon boitier pre concert pour ne pas perdre 45mn une fois le concert commencé. Ayant un 5D mark 3 j’ai compris que je pourrai monter en iso sans soucis au moins jusqu’à 3200 si nécessaire sans trop avoir de perte. J’ai un 16-35, 24-70 et 70-200 tous ouvrent a 2,8 donc je ne pense pas prendre le 70-200 car petite salle de 200 personnes, je ferai le premier ainsi équipé le 22 et rectifierai le 26 pour mon second si nécessaire.
    Je suis a votre écoutes si vous avez des conseils de dernière minute, un grand merci a vous.

    15 novembre 2013
    • Bonjour Stéphane,
      Je shoote au 5D3 également. Tu peux monter jusqu’à 6400 ISO, aucun souci. Pour l’optique, monte le 24-70mm par défaut, ce sera le plus polyvalent. Tu pourrais avoir besoin du 16-35mm éventuellement. Le 70-200mm n’est pas forcément à jeter si tu veux faire des plans très serrés (ou choper le batteur), ça dépend pas mal de la configuration de la salle et de la scène aussi.

  • Un grand merci pour ta réponse Laurent, je monterai donc a 6400 iso ce qui me permettra de gagner en ouverture, je prendrai le 24-70 et le 16-35 le 70-200 je ne pense pas c’est une petite salle. Au pire le 22 je ferai avec et rectifierai le 26 pour le second live. N’ayant qu’un boitier je me vois mal changer mes objectifs alors que les gens pogottes ce serait risqué… Encore merci a toi.

    16 novembre 2013
  • Bonjour. Débutant avec un reflex…je demande votre indulgence …
    Pour faire court : j’ai beaucoup utilisé un canon bridge pour photos de concert (groupe d’amis donc pas de problème accréditation et accès)…des centaines de clichés…et rien de bon !!! beaucoup de corrections de photos pour en « récupérer » quelques unes nécessaires à mes montages audio-visuel (je mixte vidéo et photo).
    Donc je viens d’investir dans un Reflex Canon EOS 600D avec un 18-55mm et un 55-200mm…mais après de nombreuses lectures sur ce site , je comprends bien que les ouvertures (f3.5 au mieux) ne suffisent pas pour éviter le flou…
    Je craints que mes prochaines photos ne soient du même ordre, malgré la qualité de l’appareil…
    J’ai tout à fait compris qu’il n’y a pas de réglage type et beaucoup de paramètres entrent en ligne de compte, mais j’aimerai ne pas trop décevoir au prochain concert.
    Voici donc ma question :
    Avec mon 18-55mm, ouverture maxi f3.5 (voire moins) , et admettons 1600 iso, est-ce-qu’en modulant uniquement la vitesse, je pourrai obtenir des photos nettes ( malgré beaucoup de mouvements des musiciens et éclairage aléatoire : groupes métal )???
    Merci d’avance.

    7 décembre 2013
  • bonjours Laurent, merci pour toutes ces infos, et merci de nous offrir ton retour d’expérience,

    Seulement, j’ai une ou deux questions, que pensez vous du tout dernier 18-35 sigma a ouverture f1.8 Art ?
    en fait, je suis dans une ville ou se jouent des concerts en petites salles, ou bien même des bars, pour info, je possède le 50 mm f1.8 ll canon, le 100mm macro stabilisé F2.8, et un 70-200 f4 L USM, tous montés sur capteur APS-C (60d). les deux premiers sont je pense adaptés, à part peut être le 100mm selon la salle, je souhaiterais donc connaitre vôtre avis sur le possible investissement d’un 16-35, ou encore le fameux 18-35, et la pertinence d’un tel achat.

    – quand au 70-200, est il possible de l’inclure dans mon sac lors d’un concert plus important sachant qu’il ouvre au maxi a f4, j’ai cru comprendre qu’il était préférable d’avoir le 2.8 pour ce type d’évènement, seulement, un trépied peut il être utile dans CERTAINS cas ? j’ai tout a fait compris qu’il me faut une vitesse d’obturation suffisamment haute afin d’éviter tout flou de bouger, mais aussi de figer les mouvements des artistes, donc, travailler en ISO élever (3200 maxi) serait il une solution ? ou faut il tout simplement que j’envisage, à l’avenir, de me pencher sur un f2.8 ?

    D’avance merci beaucoup, les retours d’autres utilisateurs, amateurs, pros, sont les bienvenues.

    11 décembre 2013
    • Bonjour,
      Les test sont unanimes, c’est une tuerie 😉 Je viens justement de l’avoir en prêt grâce à Sigma, je publierai le test très bientôt (sans doute avant la fin de l’année).

      Pour des concerts dans des bars, avec une très très faible luminosité, il sera parfaitement adapté. Le 50mm doit déjà être un peu long parfois, et le 100mm souvent trop long je pense.

      Pour le 70-200, il vaut toujours mieux f/2.8 en concert, mais bon ça coûte aussi plus cher. Si ton appareil monte bien en ISO et/ou que les lumières sont plutôt bonnes (donc pas dans un bar), il peut te servir quand même. Il faudra forcément monter les ISO, c’est ton seul levier une fois que t’es à ouverture maximale + vitesse assez rapide pour figer les artistes. Un trépied ne te servira jamais, et gênera les autres photographes.

      11 décembre 2013
  • Bonsoir,

    Merci beaucoup pour toutes ces infos, j’attend vôtre test sur le sigma 18-35mm.

    12 décembre 2013
  • C’est toujours le dilemme de savoir quel caillou monter sur son boitier et pas que pour les concerts… On met un 70-200 puis on se dit qu’une vue plus globale serait sympa aussi alors on change en cours de route dans la pénombre avec un cache objectif dans la bouche, un objectif dans une main et l’autre main qui essaie péniblement de mettre l’autre objectif sur le boitier ! Sans parler des réglages à modifier en fonction de l’objectif et pendant qu’on fait tout ça on peut rater des moments… A ne pas rater ! :o)

    Laurent > Tu refais le MSF en 2014 ? Je vais à la conférence de presse de Live Nation ce 16 décembre, on devrait avoir de premiers noms mais comme ça va être les 10 ans du festival on peut s’attendre à du lourd ! Si tu y vas prépares tes sous pour m’offrir une bonne bière bien fraîche ! ;o) ++

    12 décembre 2013
  • for sympa l’article! Dommage l’avoir découvert après avoir appris les mêmes choses en lisant de tonnes de matériel 😉

    Je me permet juste de rajouter une petite chose: comme la photo ne commence pas sur scène (il faut, préparer le bon matériel, étudier ce que le groupe fait comme musique pour anticiper, etc.), il ne se termine même pas après avoir pris la photo: il y a des tonnes de choses qui peuvent être faites après en phase de développement (pour réduire le bruit faire sortir les couleurs, etc.).

    si vous êtes curieux: http://www.tiberti.eu ou mieux encore http://www.flickr.com/photos/pictures_tell_stories

    et bientôt mon 50mm 1.4 😀

    merci,
    Alessandro

    31 décembre 2013
  • Bonjour, j’ai une question étant donnée que je vais faire de la photo concert mais pas de ce genre mais concert d’un groupe Orchestre harmonie accompagné de Choral!
    Ils seront sur une scène le publique sera dans le noir mais l’orchestre et Choral bien éclairer il n’y aura donc pas de jeux de lumière! Je serai normalement seule photographe (mon pere est un musicien je fait donc sa pour aider)
    J’ai un Nikon D5100, est ce que mon 18-105 du kit sera plus utile ou mon 50mm?
    Le Mode AF 1 seul point est un bon choix ou non?
    Je début la photo depuis peu donc appréhende assez cette événement!

    4 janvier 2014
  • Bonjours Laurent,

    Vendredi dernier j’ai eu la chance de profiter de concerts au printemps de Bourges pour prendre quelques photos avec l’ OM-D E-M5 et le 12-50mm et le 100mm canon avec bague adaptatrice.
    Seulement, j’ai besoins de critiques et conseils sur mes quelques photos, et choses importantes à retenir pour les prochaines fois, c’était mon premier essai avec mon matériel en concert. Donc savoir si je peut t’envoyer quelques exemples et éventuellement en discuter ? Si oui, ou puis-je poster mes photos, j’en est pris pas mal, mais j’ai déjà une petite sélection de 5 photos environ. (raw ou jpeg)

    p.s : je comprendrais si tu refuse, et dans ces cas la, quel site (non payant eventuellement) serait interessant pour un jeune amateur comme moi ?

    En tout cas merci pour ton site et tout ces articles.

    28 avril 2014
  • je debute avec et sa fait plaisir de trouvé des blog de set qualité surtout dan un langage compréhensif BRAVO!!!!!!!!! et merci

    19 mai 2014
  • Bonjour,
    Pour la fête de la musique, avec mon pentax K110D, j’ai essayé de faire des photos du groupe d’un ami, mais elles sont toutes ratées et du coup je me remet en question… Est-ce moi qui ait mal compris les bases, ou mon appareil qui n’est pas fait pour ça?
    Le concert était en extérieur, à 22h, avec pour seule lumière un lampadaire un peu gênant. Les musiciens sont tous flous sauf le chanteur qui lui ne bougeait pas trop…

    Je vais retenter l’expérience ce samedi mais avant je voudrais savoir si vous avez des conseils à me donner pour faire des photos qui ne seront pas floues (les guitaristes et le batteur bougent beaucoup…) ce coup ci, ce sera l’après midi à 17h. Je ne veux pas me spécialiser dans la photo de concert mais j’aimerais réussir quelques photos pour mon ami! Franchement je suis à 2 doigts de me dire que je ferai de meilleures photos avec un flash ou avec un téléphone…

    J’espère que vous pourrez me donner quelques conseils avant le jour J! Je vous souhaite une bonne journée et vous remercie par avance.

    26 juin 2014
  • Bonjour
    J’ai beaucoup appris grâce à cet article et ai ainsi pu faire des photos sympas lors d’un concert.
    J’ai néanmoins un petit problème : beaucoup de mes clichés sont désagréablement atteintes de bruit numérique. Je crois en comprendre la raison mais le mal est fait! Pourriez-vous m’indiquer quel type de logiciel pourrait me permettre de retravailler ça en post-traitement svp?
    Merci d’avance!

    7 décembre 2014
  • Bonjour!

    Je vais pouvoir, grâce à un ami, photographier un concert de heavy métal dans « le coin » réservé aux photographes .
    Le problème c’est que je suis loin d’être experte .
    J’ai le Nikon D3100, et deux objectifs, le 18-55 f/3.5 et 55-200 f/4 ; se sont les objectifs de base et ils ne sont pas stabilisés . Jusque la ils m’allaient bien mais je me rend compte qu’ils ne sont pas adaptés pour la situation, à savoir que la salle est quand même relativement sombre, mais bon je penses quand même que les jeux de lumières pourront compenser ?
    Du coup je penses prendre l’objectif 24-85f/3.5 4.5 qui lui est stabilisé , mais comme c’est un objectif fx il se transforme sur mon boîtier, en 36-127.5 :p

    Bref je voulais savoir si cette objectif conviendrait ? Et aussi avoir quelques astuces, car c’est la première fois que je vais dans « le coin » des photographes ,et du coup je me demandais si il y avait des « règles  » et j’ai pas trop envie de déranger ni le public ni les autres photographes ! haha
    Voila je demande beaucoup de choses mais j’espère que vous pourrez m’aider ! 🙂

    28 avril 2015
  • J’ai trouvé également intéressant de jouer sur le réglage de l’exposition automatique. Cela permet de réduire la vitesse d’exposition et donc les flous de bougé. Dans la mesure où les photos sont au format raw, on peut les redresser plus tard tant qu’elles ne sont pas brûlées.

    18 juin 2015
  • Bonjour,

    Dans 1 mois je vais, pour la première fois, photographier des groupes pour un festival. Je possède un Nikon D3100 et comme objo un nikkor 40mm et un sigma 70-300mm dg apo. Lequel me conseilleriez vous de prendre ?
    J’appréhende beaucoup mais en mettant en pratique tous ces conseils j’espère faire de belles choses :).

    Merci !

    25 avril 2016
    • Bonjour Laura!
      Tout dépend où tu te trouves dans la salle : si tu peux bouger, le 40mm peut te suffire et mieux s’adapter aux conditions de lumière parfois difficiles car il ouvre plus (si c’est bien 2.8 ?).
      Si tu es dans le public et que tu ne peux pas bouger, surtout si tu es loin, prends le 70-300mm qui te permettra de faire des plans variés, de zoomer beaucoup. Même s’il ouvre moins a priori (4-5.6 je crois).
      Tu devrais aussi lire ça 😉
      à bientôt!

  • Bonjour Laurent,
    J’ai lu attentivement cet article. J’ai fais pas mal de photo concert il y a quelques années, avec un Nikon FE, et je reprend depuis quelques temps, en mode amateur et pour des ami(e)s musicien(ne)s donc dans des petites salles. Aujourd’hui, j’ai un Nikon D610 (ah Nikon quand tu nous tiens) que j’ai équipé de l’objectif argentique de mon ancien boîtier, un Nikkor 50 mm f/2, donc au niveau du mode de prise de vue, je n’ai pas le choix, c’est 100% manuel, et je trouve cela parfait !
    Pour ce qui est du flash, je suis aussi absolument contre, déjà pour le public et les musiciens (sur 1 heure de concert, je shoote environ 400 fois, donc ….) et de plus, je trouve que cela « écrase » la photo. Je shoote en couleur, mais au post traitement, par gout perso, je repasse au N&B. Pour ce qui est de la composition de l’image, je m’efforce de laisser de l’espace devant le regard lorsque je fais un portrait, mais pour le reste, je recadre au post traitement, en respectant un minimum certaines règles, même si parfois je les oublient au profit d’un angle original. Evidemment, la lumière est ma pire ennemie ! Une scène entièrement rouge et bleue, c’est pénible pour le photographe, mais c’est à la mode, même si cela ne met pas forcément le groupe en valeur. Je rejoins Remy sur le fait que les instruments font aussi partie du show, et je n’hésite pas à shooter un ampli ou une grosse caisse.
    Et pour finir, cet article est très bien écrit, m’a conforté dans mes choix, tant au niveau du matériel que de mes réglages ou que de mes compositions. Je garde ma personnalité instinctive, sans finalement faire trop d’erreurs.
    Merci pour cet article !!!!!

    12 octobre 2016
    • Bonjour Betty,
      Ravie que tu te fasses autant plaisir en photo 🙂
      Pour ce qui est des couleurs, tu peux jouer énormément dessus au post-traitement, les désaturer (notamment avec les profils proposés par ton appareil photo), voire même les changer 😉

  • Bonsoir,
    Merci pour cet article très interessant et ces précieux conseils.

    Je regrette simplement de l’avoir lu trop tard . J’ai été bénévole photographe sur un festival de musique (festival de Neoules). C’était ma première fois « devant les barrières », c’était génial !!!
    Mais c’est super dur de s’adapter aux différentes luminosités du concert extérieur : 2 scènes dont une à contre jour, concert de 18h à 1h (soleil, crépuscule, nuit…).
    J’ai reconnu toutes les contraintes dont vous parlez en début d’article et j’appliquerai tous vos conseils des demain
    J’ai une petite question sur la mise au point ; je dois utiliser l’autofocus car je ne peux faire confiance à mes yeux. J’utilise en général le capteur central et je décale pour le cadrage. Mais c’est pas évident à appliquer… Comment procédez vous ?

    Merci encore

    25 août 2017