Savoir utiliser son flash : le guide pratique

20 février 2013

Il y a quelques semaines j’ai publié un article pour vous aider à choisir votre flash photo, si vous avez suivi mes conseils comme il faut vous devriez maintenant être équipés, alors rentrons dans le vif du sujet !

Ceci est un article invité de Samir du blog Studio Photo Numérique, qui distille ses conseils photo, en particulier sur le studio et le post-traitement. Après son article sur le choix d’un flash pour reflex, il m’a proposé de vous parler de son utilisation, en toute logique. Je lui laisse donc la parole 😉

Les bases de la photo au flash

Le flash en photographie est un élément “traitre”, en effet il est capable de vous sauver la vie et de vous donner d’excellents résultats pour peu que vous sachiez comment l’utiliser et surtout identifier les situations adéquates !

Beaucoup de débutants pensent qu’un flash en mode tout automatique suffit à éclairer une scène de la bonne manière pour une image “juste” c’est malheureusement faux dans la plupart des cas…

mur de Flash Photo

crédit photo : mhogan35

La loi de l’inverse du carré

La règle de base pour comprendre le fonctionnement d’un flash photo est la suivante :

Plus la distance entre votre flash et votre sujet est grande plus la puissance diminue

Ce principe peut paraitre vraiment simple mais il est essentiel de bien de le comprendre pour la suite, prenons un exemple :

Vous prenez en photo votre chien dans un environnement sombre, lorsqu’il est situé à 2 mètres de votre flash il est parfaitement éclairé.

distance flash appareil photo sujet

Si vous demandez à votre chien de reculer (à tout les coups il ne comprendra rien, donc je vous conseille que ce soit vous qui reculiez 🙂 ) une fois placé à 4 mètres du flash (distance doublée) alors seulement 25% de la lumière l’atteindra.

distance flash appareil photo sujet

En d’autres termes pour une distance flash-sujet doublée (x2), la puissance du flash doit être quadruplée (x4).

De plus cette perte de puissance est plus rapide si le sujet est proche, donc au final la déperdition de lumière est plus importante pour les gros plans !

Ouverture et vitesse, comment les utiliser avec son flash

L’utilisation d’un flash c’est grosso modo le même principe d’exposition que l’exposition standard en photographie.

Voici les 3 règles les plus importantes à retenir :

  • La distance entre le flash et le sujet permet de contrôler l’intensité de la lumière qui arrivera sur le modèle.
  • L’ouverture permet elle aussi de contrôler la quantité de lumière qui va éclairer le sujet.
  • La vitesse quant à elle permet de définir la durée pendant laquelle la lumière ambiante sera visible sur la photo.

Lorsque vous prenez une photo avec votre flash il faut toujours que vous analysiez la lumière ambiante, car c’est avec elle que vous devez “jouer”.

En général si vous prenez une photo de nuit celle lumière ambiante est très peu visible, en fin de journée par contre elle est assez importante.

La bonne technique pour comprendre simplement ces principes c’est de se dire que son flash c’est un peu un 2eme “soleil miniature”. La lumière du flash est plus puissante que la lumière ambiante, vous allez donc ajouter une source de lumière plus forte dans votre photo.

Pour rappel le principe du “Flash » est de produire un éclair durant une durée fixe qui va “freezer” votre scène indépendamment de la vitesse.

Vous contrôlez l’ajout de la lumière ambiante dans votre image avec la vitesse choisie, plus la vitesse est lente plus la lumière ambiante sera présente.

Attention, le choix de la vitesse ne modifiera pas la zone exposée par votre flash mais uniquement la lumière ambiante (en arrière-plan en général). Pour modifier l’exposition de votre zone “Flashée” il faudra jouer avec l’ouverture.

Utiliser son flash en mode manuel

Vous vous dites forcément que vous si avez acheté un flash c’est pour éclairer vos photos “sans vous prendre la tête” et en utilisant le mode automatique… quel dommage car en travaillant en manuel vous avez le contrôle total sur votre image et rien de mieux pour progresser !

Flash photo de groupe appareil photo mode manuel

crédit photo : Sean McGrath

La méthode du choix de la distance et de l’ouverture

Ce qu’il faut retenir, c’est que pour réussir une photo parfaitement exposée en manuel ce n’est pas du tout compliqué il faut s’efforcer à trouver la bonne ouverture en fonction de la distance flash-sujet.

La plupart des flashs récents vous permettent de sélectionner manuellement soit la distance, soit l’ouverture à utiliser. La méthode pour une photo réussie est donc très simple :

  • Si mon sujet est fixe, je saisis sur mon flash la distance et j’obtiens l’ouverture à appliquer sur le boitier pour que l’image soit bien exposée.
  • Si mon sujet peut être déplacé, alors je choisis mon ouverture en fonction de la profondeur de champ qui m’intéresse et j’obtiens la distance idéale, je n’ai plus qu’a déplacer mon modèle (si c’est toujours votre chien il serait temps de le dresser… 😉 )

Insérer la lumière ambiante dans son image

Si vous avez bien suivi l’article jusqu’ici vous aurez donc compris qu’il est possible de jouer avec la lumière ambiante en modifier la vitesse d’obturation.

Flash photo coucher de soleil

crédit photo :Mustafa Sayed

La méthode évolue donc pour ajouter un peu de lumière du jour :

1. Je détermine la vitesse nécessaire pour que ma lumière ambiante soit suffisamment visible, pour cela faites quelques essais avec différentes vitesses.

2. Selon le sujet ou la profondeur de champ voulue je fixe soit ma distance, soit mon ouverture et le flash me donne les valeurs nécessaires respectives.

3. Boom , je shoote.

4. Je donne un Os à mon chien, il l’a bien mérité 😉

Utiliser son flash en éclairage principal

L’éclairage principal d’une image est généralement le plus visible et le plus intéressant.

C’est pour cela qu’il faut qu’il soit le plus “puissant” la plupart du temps, si vous utilisez votre flash en lumière principale vous aurez donc besoin d’éclairer votre sujet avec suffisamment de lumière et en le “pointant” directement.

Il existe donc 2 contraintes à l’utilisation d’un flash en éclairage principal

  • Votre flash doit être proche de votre sujet, et s’orienter correctement vers lui
  • Votre arrière plan sera la plupart du temps plus sombre que le premier plan

Pour gérer la 1ère contrainte il faudra :

  • Soit utiliser votre flash cobra comme un “cobra” et le faire pivoter pour qu’il soit orienté vers la zone de votre sujet que vous voulez éclairer
  • Soit utiliser votre flash de manière déportée, mais ça c’est une autre histoire qui sera abordée sur mon blog Studio Photo Numérique

crédit photo : Hallenser Portrait au flash de nuit femme blonde veste rouge

Par contre pour pallier avec un arrière plan sombre lorsqu’on a son flash en éclairage principal il faut ajouter de la lumière ambiante, et là si vous m’avez bien lu depuis tout à l’heure vous aurez comprendre que c’est en jouant sur la vitesse d’obturation.

Ainsi pour faire apparaitre l’arrière plan de façon plus sombre (ou même plus clair selon le besoin) diminuez ou augmentez votre vitesse 🙂

Utiliser son flash en éclairage d’appoint

Flash en contre jour couple amoureuxL’autre usage très courant du flash en photographie c’est pour “déboucher » les ombres, en général on l’utilise donc en complément d’une lumière assez forte qui provoque des ombres sur le visage de notre modèle.

Les ombres peuvent êtres produites pas de nombreux facteurs, un soleil très dur (à midi), un élément perturbateur dans l’environnement (l’ombre d’un arbre ou d’un chapeau) etc.…

Dans ces cas précis le flash est votre meilleur allié, si la lumière ambiante est assez intense ajoutez un petit coup de flash sur le visage de votre modèle pour uniformiser le premier et l’arrière plan.

Cette technique est très utilisée lors des contre-jours, en effet le soleil étant plutôt derrière le modèle son visage se retrouve dans l’ombre et votre flash viendra corriger tout ça d’un coup de baguette magique 🙂

Attention tout de même à la puissance de votre flash, n’oubliez pas qu’il s’agit d’un éclairage secondaire la puissance ne doit donc pas prendre le pas sur l’intensité de la lumière ambiante.

Le flash et les ISO : Quoi faire ?

Un dernier point que je me dois d’aborder c’est l’influence de la valeur ISO sur votre flash, si vous maitrisez déjà les bases de la photographie vous savez que les ISO sont là pour vous aider à jouer avec votre exposition.

Et bien avec un flash vous pouvez aussi contrôler votre image :

Augmenter la valeur ISO augmentera la puissance de votre flash, mais cela augmentera aussi toute l’exposition de votre image !

À maitriser donc avec modération, voilà pourquoi je préconise de travailler avec une valeur ISO basse (100 ou 200) lorsque vous utiliserez le flash 😉

Voilà vous êtes donc armés avec cet article pour utiliser au mieux votre flash, alors si vous suivez mes conseils en plus des bonnes résolutions à prendre en 2013 pour réussir vos photos vous serez ravis de vos futurs progrès !

Maintenant dites-moi dans les commentaires comment vous utilisez votre flash, et si vous êtes satisfaits du résultat !

À bientôt !

Samir

 

Cet article vous a plu ?

Vous pouvez le télécharger au format PDF pour le lire tranquillement chez vous :
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (30 votes, moyenne : 4,10/5)

Loading...

Recherches utilisées :

photo au flash, photo flash, flash photo, utilisation flash cobra, flash cobra, photo avec flash, photographier au flash, photographie au flash

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

134 commentaires

  • Très complet cet article, encore merci Samir (et Laurent ^^) !

    20 février 2013
  • Cet article vient parfaitement compléter le premier sur le choix du flash.

    Tout comme Laurent, la photo au flash n’est pas ma spécialité et je n’utilise mon flash cobra qu’en éclairage d’appoint ou lorsque je n’ai vraiment pas le choix 😉

    20 février 2013
  • J’ai lu cet article avec intérêt et je partage tes vues sur les méthodes à suivre.

    2 choses cependant m’interpellent :
    1. Les photos qui illustrent l’article sont faites avec des flash déportés, sauf peut-être la dernière. Le résultat qu’obtiendront tes lecteurs .. ne sera pas le même.
    2. « Augmenter la valeur ISO augmentera la puissance de votre flash, mais cela augmentera aussi toute l’exposition de votre image ! » .. écris-tu .. 🙂 … Je ne suis pas en phase avec cette affirmation.
    Augmenter la valeur ISO rend l’appareil plus sensible à la lumière. Pour une intensité lumineuse équivalente et pour une ouverture équivalente, doubler la valeur iso …. réduira le temps d’expo de moitié …
    Si tu es en manuel et que tu conserves la vitesse initiale, ton flash devra donner 2x … moins de lumière (et pas plus)
    Pour plus de certitude, je vais quand même faire quelques recherches là-dessus … 🙂
    A+

    20 février 2013
    • Bonsoir Eric Heymans,

      Prenons un exemple:

      Tu prends une premiere photo avec les valeurs suivantes 1/125 f/8 100 ISO et flash à 1/4 de sa puissance.

      Si tu double les iso en prenant donc ta seconde photo avec les valeurs suivantes:

      1/125 f/8 200 ISO et flash à 1/4

      ta photo sera donc surexposée de 1 IL et pour retrouver un expo correcte il te faudra donc shooter avec les valeurs suivantes:

      1/250 f/8 200 ISO

      Le fait d’etre passé à 200 ISO par contre fait que ton flash a doublé sa puissance, il est toujours à 1/4 de sa puissance, mais c’est comme s’il etait à 1/2 de sa puissance.

      Si tu veux retrouver la même expo que sur la toute premiere photo il te faudra donc diminuer la puissance du flash à 1/8.

      En espérant avoir expliqué de façon comprehensible.
      Cordialement

      20 février 2013
      • Bonjour cuda71 et merci pour cette explication .. 🙂

        Il s’agit donc bien d’une sorte d’écart de langage.

        Augmenter les iso .. n’augmente donc pas la puissance du flash .. mais augmente bien la sensibilité du capteur à la lumière .. du flash.

        Ceci dit, dans ton exemple, tu compenses la montée en iso par un temps d’expo 2x plus court.
        Le 1IL que tu gagnes par les iso .. tu le perds à nouveau en doublant cette vitesse.

        Je ne comprends toujours pas pourquoi il faut changer la puissance du flash si tu as déjà compensé les iso par la vitesse 😉

        Je prends un exemple :
        Imagine que le sujet éclairé par le flash à 1/4 de sa puissance .. réfléchit 1000 lux (j’invente) et que tu les captes aux valeurs que tu indiques : 1/125 f/8 200 ISO (et flash à 1/4)
        Sans toucher à ton flash, si tu passes à 400 iso et 1/250, l’expo est la même .. car tu captes 500lux et l’appareil amplifie le signal par 2. Tu retrouves donc une epo « équivalente ».

        Si tu réduis la puissance de ton flash de moitié (à 1/8) .. ta photo sera .. 2x moins exposée .. et si ce n’est pas le cas, il y a vraiment quelque chose qui m’échappe … 😉

        Je disais donc que je me documenterais .. et c’est ce que j’ai fait.
        De mes lectures, je retire qu’il s’agit bien, en augmentant les iso, d’augmenter la portée du flash. Cette « portée » est une distance théorique qui, pour une puissance équivalente de flash, augmente lorsque les iso .. augmentent. Mais c’est seulement parce que le capteur est rendu plus sensible .. et qu’il « voit » donc plus loin.

        Merci en tout cas pour ton temps
        Eric

        27 février 2013
        • Il faudra que j’aille essayer tout ça moi-même pour piger le truc à mon avis .. 🙂

          27 février 2013
        • Bonsoir Eric,

          en réalité en doublant les iso ce 1IL de plus agit en même temps sur l’exposition ambiante et sur le flash

          La perte de 1IL que j’obtiens en doublant la vitesse me sert a récupérer une exposition correcte sur la lumière ambiante.

          Il faut changer la puissance du flash parceque le changement de vitesse n’affecte pas le flash, mais uniquement la lumière ambiante capté par le boitier (a partir du moment ou l’on ne dépasse pas les synchro X du boitier)

          Pour résumer:

          Le flash n’est affecté que par l’ouverture et les iso et non pas par la vitesse d’obturation à partir du moment ou l’on ne dépasse pas la vitesse synchro X du boitier

          Donc: je double les iso je suis surexposé d’un 1IL en lumière ambiante et de 1IL pour le flash.
          Je met un temps de pose deux fois plus rapide (donc je passe à 1/250) pour récupèrer une exposition ambiante correcte.

          Le flash lui par contre n’étant pas affecté par ce changement de temps de pose, il sera toujours en surexposition de 1IL.
          C’est pour cette raison que pour retrouver l’expositon initiale de mon flash, il me faut baisser sa puissance d’un cran (donc de 1IL)

          Voilà j’espère que mon explication et comprehensible

          PS: De rien Eric 🙂

          27 février 2013
          • Bonsoir cuda71,

            Tilt .. J’ai pigé.
            Tu viens d’ajouter une notion très importante : « pour autant que l’on ne dépasse pas les synchro X du boitier »

            Avec cette notion .. additionnelle, je vois peux (enfin) visualiser le « truc » …

            Merci beaucoup pour ton temps .. et cette explication.

            Tout cela vient du fait que l’éclair prend .. beaucoup .. moins de temps que le temps d’expo.
            Donc la quantité de lumière « initiale » (avant de doubler les iso) diffusée par le flash .. reste la même.

            C’est cool de piger !

            1 mars 2013
          • De rien Eric avec plaisir 🙂

            4 mars 2013
      • Ah! enfin j’arrive à comprendre le fonctionnement de mon flash!!!
        Merci a toi Cuda71 et Eric pour leurs éclaircissements sur l’utilisation du flash et bien sur merci a toi Laurent pour ton blog.

        • I can’t believe you’re not playing with me-ath-t was so helpful.

          12 août 2014
    • Salut Eric,

      Merci pour ton commentaire, concernant la gestion des ISO je trouve la remarque de Cuda71 pertinente et je pense qu’elle répond à ta question.

      Effectivement les photos de l’article ne sont que des « illustrations » destinées à faire découvrir aux débutants la qualité des images que l’on peut obtenir si on s’intéresse à la photo au flash (déporté dans la plupart des cas) , il ne s’agit pas d’exemples liés précisément à cet article.

      Mais tu me donnes de bonnes idées pour de prochains articles sur mon blog j’en prends donc note et te remercie 😉

      A+

      21 février 2013
      • Bonjour Samir,
        Merci pour ta réponse.

        Je suis ravi de te donner des idées .. 🙂

        Ceci dit, j’ai répondu à Cuda71 .. et je ne comprends toujours pas .. 🙁

        A+
        Eric

        27 février 2013
    • 21 février 2013
  • Comment faire si le flash ne permet pas d’y reporter les distances ou les ouvertures, mais permet (heureusement) des coefficients (1/1,1/2,…,1/32) ?
    Faut-il choisir une ouverture « au pif » puis faire des essais avec chaque coefficient jusqu’à trouver le bon réglage (plutôt long comme système) ?
    Merci pour cette précision.

    20 février 2013
    • Salut Pierre, quel flash utilises-tu ?

      Adepte des photos « strobist », en général j’ai tendance à commencer par la puissance moyenne de mon flash (1/8) pour ensuite ajuster en fonction du résultat.

      Avec la pratique tu commences à savoir quel valeur choisir pour une distance donnée, c’est un peu comme tout c’est avec l’expérience qu’on acquiert des automatismes et qu’on gagne du temps 🙂

      21 février 2013
  • Si la distance flash sujet n’est pas doublée, mais triplée il faudra un éclair 9x plus puissant ou 2² x 2 exposant 1/2 ?

    20 février 2013
    • Pierre,
      Si 1mètre vaut 100 lux
      2m vaut 25 lux (soit 4x)
      3m vaut 11,1 lux (soit 9x)
      4m vaut 4 lux (soit 16x)
      5m vaut 2,8 lux (soit 25x)

      E = 1 / d au carré
      E = Eclairement
      d = distance

      20 février 2013
      • Oups … petite erreur de ma part …

        4m vaut 6,3 lux (soit 16x)
        5m vaut 4 lux (soit 25x)

        Sorry

        20 février 2013
  • excellent article, précis, explications claires et précises fort utiles. Merci pour ce travail précieux

    20 février 2013
  • Merci Laurent,Samir,Eric a tous pour cet article très ludique.

    20 février 2013
  • a mon humble avis, si vous commencez à mettre plusieurs unités de mesure dans vos calcul de lumière, c’est la meilleur façon de vous planter ou de dégoûter un débutant voulant s’initier au flash…
    L’unité de mesure la plus facile à assimiler et à utiliser en photo serait le « stop ».
    1 « stop » c’est par exemple une vitesse de 1/100eme.
    si vous doublez cette valeur vous obtenez à 1/200eme : 2 « stop ».
    Pour avoir 3 « stop » il vous faut doubler 1/200eme donc 1/400eme.
    Cela marche également avec l’ouverture … si vous considérez que F2 equivaut à 1 « stop » et que vous voulez passer à 2″stop » vous fermez votre ouverture du double soit F4 et ainsi de suite avec F8 pour 3 « stop » et F16 pour 4″stop ».

    On fait pareille avec la puissance du flash, la sensibilité ISO et également la distance du flash par rapport au sujet …1 mètre équivaut à 1 « stop », 2 mètres à 2 « stop », 4 mètres à 3 « stop », 8 mètres à 4 « stop » et ainsi de suite…

    l’avantage de faire ainsi est qu’il n’y a aucune formule à retenir.

    Les « stops » vitesse d’obturation règlent la lumière ambiante (soleil, éclairage de la pièce ou vous vous trouvez)
    Les « stops » ouverture et puissance du flash régleront quant à eux la lumière d’appoint (le flash…)

    Si vous changez le réglage de sensibilité Iso vous devez changer le réglage d’ouverture et le réglage de vitesse d’obturation.

    Un schéma vaudrait mieux qu’un long texte mais je ne sais pas comment l’intégrer dans le commentaire…

    20 février 2013
    • Bonjour Guillaume, merci pour ton commentaire, c’est sans doute plus simple comme ça en effet 🙂
      Pour compléter ton propos et ne pas perdre le novice, je pense qu’il faut bien mettre des « – » et des « + » lorsqu’on parle de stops 😉

      J’en ai parlé dans mon article sur la correction d’exposition 😉

    • Merci Guillaume j’adore ton commentaire, effectivement à rentrer trop dans les calculs on risque de perdre les débutants !

      21 février 2013
    • Pour la quantité de lumière via l’ouverture c’est pas 1 stop à chaque augementation ou diminution d’ouverture? 2.8-4-5.6-8-…. Entre f/4 et f/8 il y aurait plutot 4 fois moins de lumière!

      26 février 2013
  • j’ai oublié de dire cependant …très bon article !

    Merci à vous

    20 février 2013
  • Merci pour ce nouvel article très complet, qui devrait en inciter plus d’un à se pencher sur l’utilisation de son flash.

    Au plaisir de vous lire Laurent, Samir.

    Aymeric

    20 février 2013
  • merci. .infos tjrs intéressantes !

    20 février 2013
  • Si certains hésitent encore pour utiliser le flash, c’est qu’ils n’y mettent pas du leur car ton article Samir est vraiment très complet, bravo !!

    20 février 2013
    • Merci Stéphane, j’étais moi aussi réticent à l’idée de me mettre à la photo au flash il y a quelques mois… avec de la persévérance et la bonne méthode c’est beaucoup plus simple pour tout le monde !

      21 février 2013
  • Super article, merci beaucoup, il tombe a pic j’ai justement commandé mon premier flash (un Yongnuo YN560-II) il y a quelque jour et je cherchais des infos en plus sur la meilleure façon de l’utiliser !!

    20 février 2013
  • bonsoir laurent et merci , encore une technique qui va nous faire progresser , je viens justement d’ acquerir un canon speedline 430 ex II , reste plus qu’ a maitriser la bete .. pour le chien sa va , le mien est dressé …lolll

    21 février 2013
  • Merci beaucoup pour les réponses au message #8.
    La formule E = 1/d² est parfaitement claire.

    Toutefois, je regrette qu’il n’y ait pas eu de réponse à ma question #7. En effet, je pense qu’il y a peu de flash qui permette que l’on y renseigne la distance du sujet ou l’ouverture choisie (hormis les très anciens flash avec thyristors !)

    21 février 2013
    • Bonsoir Pierre,

      Pour repondre au message #7 tu demande s’il faut faire des essais jusqu’à trouver le « bon réglage » sur les flashs non pourvus des fonctions ou tu rentre l’ouverture ou la distance.

      Pour te répondre je dirais que le « souci » c’est qu’il n’y a pas de bon réglage.
      En effet tout dépends de ce que tu veux obtenir.
      Faire ressortir plus ou moins l’arriere plan, légérement éclairer le sujet, ou presque le surexposer.

      Il n’y a pas de bon ou mauvais réglage les fonctions de distance ou d’ouverture ne sont donc absolument pas nécessaires

      21 février 2013
      • Cuda tes réponses sont très complètes, j’ajouterais comme je l’ai dit plus haut que seul l’expérience nous permets de gagner du temps et d’avoir des automatismes.

        Il faut se mettre dans les bonnes conditions pour s’entrainer, et petit à petit l’habitude fera le reste.

        21 février 2013
  • merci bien

    21 février 2013
  • bonjour,
    Très bon article pour l’usage d’un flash en manuel, mais tu fais l’impasse sur l’utilisation du multi-flashs et surtout du x-TTL ( x=e Canon, x=i Nikon,x=P Pentax, x=ADI Sony) qui automatise l’emploi des flashs avec diffuseur et/ou déportés et comme le dit G.Jacquin évite l’emploi de formules qui peuvent effrayer le débutant.
    Attention aux flashs low cost (comme les Yongnuo) qui souvent ne fonctionnent qu’en manuel imposant alors l’usage des formules (ou un flashmétre) pour adapter leurs réglages (c’est long et fastidieux) et le modèle peut s’énerver et/ou se crisper.
    Pour moi un troisième volet est nécessaire afin de dévoiler cette utilisation du flash.
    cordialement
    myrddin13

    21 février 2013
    • Effectivement myrddin13, l’utilisation du mode TTL est encore un autre volet dans la photo au flash.

      Mais je pense qu’il est quand même essentiel de comprendre les bases du fonctionnement manuel pour savoir ce qui se passe lorsqu’on utilise les automatismes des flashs récents, en tout cas merci pour ta remarque j’essaierais de traiter cette question sur mon blog 😉

      21 février 2013
  • est-il normale que le site http://www.studio-photo-numerique.com/ donne une page blanche ?

    21 février 2013
    • Salut Joël, non ce n’est pas normal, je te confirme que mon blog est toujours en ligne et fonctionne sans problème de mon coté…

      Je t’invite à me contacter par mail (je te l’envoi en privé) pour que je puisse t’aider et résoudre ton problème.

      Amicalement,

      21 février 2013
      • Visiblement c’est Joel qui as un soucis votre site fonctionne tres bien chez moi.

        15 mars 2017
    • Ca sera plus simple ici, tu peux me contacter sur : samir@studio-photo-numerique.com

      21 février 2013
  • La lumière au flash est traitre surtout quand c’est le flash intégré, yeux rouges et diffraction dans l’humidité ajoutent de la difficulté.

    Pour pouvoir l’utiliser correctement il faut apprendre à lire la lumière … mais il arrive que l’on se fasse piéger par des bêtises.

    Avec le cobra c’est plus simple mais les pieges sont toujours présents … On en contourne certains plus facilement, d’autres apparaissent comme l’utilisation en mode manuelle..

    21 février 2013
    • Sauf que l’article parle de flash cobra

      15 mars 2017
  • Pour ceux qui souhaitent se servir d’un flashmètre, vous en avez un intégré à votre reflex … c’est l’histogramme !

    si vous savez lire un histogramme vous savez régler votre reflex et votre flash.

    Pour faire simple généralement les histogrammes sont divisés sur l’échelle horizontale avec des traits ou segments verticaux.
    Vous pouvez considérer ces segments comme la valeur d’un « stop » ( et oui encore eux d(^_^)b )
    Si votre histogramme est surexposé (trop a droite d’un segment par exemple ) vous baisserez de la valeur d’un « stop » votre puissance de flash, votre obturation ou votre ouverture suivant l’effet recherché…

    point besoin de flashmètre !

    Tch@o

    21 février 2013
  • j’utilise un canon 350 d comment me prendre pour avoir de belle photos?

    21 février 2013
  • L’article ne distingue pas assez clairement flash ttl et manuel. En ttl le flash va ajuster sa puissance donc on peut utiliser l’ouverture que l’on souhaite’

    Un flashmetre c’est très utile pour voir les ratios de lumières des que l’on a plusieurs flash.

    22 février 2013
  • Bonsoir
    -je suis en mode Av , priorité diaphragme , ISO Auto ,balance des blancs Auto. J’utilise parfois la mesure spot si besoin .
    Pour les photos lumière d’ambiance et déboucher les ombres j’utilise la fonction flash auto synchro lente (vitesse lente )
    -Bien sur les ISO augmentent pour les photo semi nocturnes
    -Je peux bien sur modifier l’expo pour l’ambiance et mais aussi l’expo du flash dans la fonction synchro lente , c’est indépendant .
    -En général c’est expo ambiance sans correction .
    -Pour le flash Cobra c’est souvent moins 0.7 IE .
    -Pas de correction pour le flash intégré .
     » Cela marche pour la plupart des photos et c’est presque du tout auto , c’est sans doute du à la mesure TTL pour le flash aussi , ( flashmètre intégré , peut-on dire cela) Je suis épaté par les résultats obtenus grâce au TTL pour le flash .
    Voila , ah ben peut-être le matos : Pentax K5 , flahs Metz 48 AF-1
    @+ J2m

    23 février 2013
  • Pour l’instant je n’ai pas acheté de flash externe car je veux prendre le temps d’étudier celui qui me correspondrait le mieux. La dernière fois que j’ai pris quelqu’un en photo j’ai mis une feuille de calque sur le flash interne afin de diffuser la lumière. C’est une bonne technique qui permet que le sujet ne soit pas trop éclairé.

    24 février 2013
  • Merci pour cette excellente analyse, c’est vrai que beaucoup de personne utilise le flash, alors que celui-ci casse trop l’image. Cela ne reflète pas ce qu’il faut et surtout ça dénature complètement toutes les couleurs.
    Mais bon, en général ce ne sont que les amateurs qui utilisent sans compter le flash ^^ du moins je l’espère pour ceux qui se disent photographe 🙂

    25 février 2013
    • Je ne suis pas trop d’accord 😉 Pour le flash interne, c’est vrai que certains l’utilisent à mauvais escient mais je connais peu d’amateurs qui utilisent mal un flash cobra. En général, mal utilisé le résultat est catastrophique!

      26 février 2013
    • Bonjour Mathilde,

      ça dénature les couleurs parceque il faut que la balance des blanc entre la lumière du flash et la lumière ambiante soit équilibrée par l’ajout de gélatines.

      Si la lumière ambiante ne rentre pas en jeux dans l’exposition il faut par contre que la balance des blanc soit bien sur flash.

      26 février 2013
      • Pas sur un flash un minimum moderne la balance des blancs se fait par le flash lui meme et le résultat est tres réaliste.
        Je vient d’acheter un Nikon SB 700 les couleurs sont magnifiques les images encore plus nettes et les lumières aussi, je l’ai testé pendant un concert dans un gymnase avec les lumières horrible résultat: de magnifiques couleurs et une belle lumière.

        15 mars 2017
      • Pas avec un flash moderne j’ai un SB 700 la balance des blancs est faite avec le flash et l’appareil photo mis en bDB automatique(D7000).
        En gros le flash discute avec l’appareil pour lui dire quel correction apporté a son réglage, et cela fonctionne tres bien j’ai des couleurs tres précises.

        5 juillet 2017
  • Merci pour cette excellente analyse, c’est vrai que beaucoup de personne utilise le flash, alors que celui-ci casse trop l’image. Cela ne reflète pas ce qu’il faut et surtout ça dénature complètement toutes les couleurs.
    Mais bon, en général ce ne sont que les amateurs qui utilisent sans compter le flash ^^ du moins je l’espère pour ceux qui se disent photographe 🙂

    25 février 2013
  • Excellente introduction ! Merci !

    25 février 2013
  • Manque plus que quelques indications sur les gels et la balance de couleurs, et ça aurait été absolument parfait.
    Super article comme d’habitude.

    26 février 2013
  • Bravo Samir pour cet excellent article et la simplification des différents points « complexe » du flash (loi du carré inverse, impact de l’ouverture et vitesse d’obturation notamment)

    26 février 2013
  • Encore une fois très bon article, plein d’informations utiles aux novices de mon style! Merci à vous

    26 février 2013
  • Attention, Coup de gueule !

    Alors là, Pas d’accord avec cette pédagogie qui consiste à commencer par le plus difficile, et à dire vrai par le moins utilisé, je veux parler de l’utilisation du flash en mode manuel pour un débutant, a part en studio, qui conseillerais à un débutant d’utiliser son flash en mode manuel alors que les cellules des boitiers modernes sont si performantes, sans compter les possibilités du RAW !…

    Pour les débutants, commencer par l’utilisation en mode automatique c’est à dire en TTL, ou la cellule du boitier se charge de doser finement la puissance de l’éclair est le bon sens même.
    Cela permet au photographe de se concentrer sur les bases de la prise de vue avec le flash .

    A mon sens, il convient de commencer par maitriser les points classiques suivants :

    1/ L’orientation du flash et l’utilisation de diffuseurs (bricolés ou achetés), l’utilisation du flash en plein jour, parfois si utile et si facile en 2013 .

    2/ Le fameux Nombre Guide, NG, ou est il passé dans cette leçon sur les bases de la photo au flash ?
    Un cour sur le flash sans la formule de base D=NG/f , base de la compréhension du rapport ouverture / sensibilité/distance, faut le faire.
    Ou sont les fameuses formules , les caciques de tout bon cours d’initiation au flash :

    Formule de base à connaître par cœur pour calculer la portée du flash (en mètres):
    distance(d) =NG / Diaph(f)

    D’où il découle que pour savoir quelle ouverture de diaph choisir si la distance est connue la formule est :
    Diaph (f) = NG / distance(d)
    ???

    Et je laisse aux connaisseurs cette curieuse affirmation: “ L’ouverture permet elle aussi de contrôler la quantité de lumière qui va éclairer le sujet. »
    Ah bon, c’est à travers l’objectif que passe la lumière du flash maintenant ?!?.

    Fait attention à ce que tu publie Laurent.
    La technique photo, pour l’amateur, c’est simple pourquoi la compliquer encore une fois ?

    Un cours

    26 février 2013
    • Bonjour damdam,

      Crois bien que je lis tous les articles invités avant de les publier, évidemment 🙂

      Je laisserai Samir répondre sur le reste, mais concernant l’affirmation que tu cites, je pense qu’il est assez clair que ce que voulait dire Samir, c’est que l’éclair du flash ayant une durée fixe, ce n’est pas la vitesse d’obturation qui va influencer l’exposition des parties qui sont éclairées au flash, mais plutôt l’ouverture (et les ISO). De la même façon qu’en prenant la foudre en photo, le temps de pose va déterminer l’exposition du paysage à la lumière ambiante mais pas celle de l’éclair, qui sera déterminée par l’ouverture.

    • Bonsoir damdam ,

      tu dit:

      « Et je laisse aux connaisseurs cette curieuse affirmation: “ L’ouverture permet elle aussi de contrôler la quantité de lumière qui va éclairer le sujet. »
      Ah bon, c’est à travers l’objectif que passe la lumière du flash maintenant ?!?. »

      Je ne vois réellement pas ce qui est incorrect dans une telle affirmation

      Si je prends une photo à ISO 100 1/60s et f/8 et que j’ai une exposition correcte.

      Si je passe à ISO 100 1/60s f/5.6

      J’ai bien une surexposition de 1 stop que ce soit au niveau de la lumière ambiante mais aussi pour ce qui est du flash.

      L’ouverture controlant à la fois l’exposition du flash et de la lumière ambiante j’aurais bien une surex de 1 stop en lumière ambiante et en flash.

      Par ailleurs si la lumière du flash ne passait pas à travers l’objectif, je ne vois réellement pas comment le capteur pourrait capter quoique ce soit.
      Pour moi donc, oui la lumière du flash passe bel est bien à travers l’objectif.
      Par qu’elle autre endroit pourrait-elle bien passer sinon ???

      PS: j’suis d’accord avec les affirmations de Pierre

      27 février 2013
    • Salut damdam,

      Tout d’abord merci pour ta critique c’est ce qui permet d’avancer !

      Comme tu l’as remarqué je suis attaché à la photo en studio (plus particulièrement en « Strobist ») et j’ai effectivement choisi l’approche du manuel (plus « compliqué ») vers l’automatique (le plus simple).

      Pourquoi ce choix ? Parce que c’est comme cela que j’ai appris et de part mon expérience personnelle j’ai trouve cette façon de voir beaucoup plus efficace pour ensuite maitriser les modes automatiques/TTL.

      Concernant le nombre guide j’ai volontairement essayé de ne pas alourdir mes articles avec « trop » de formules mathématiques, même si c’est une notion vraiment importante, à telle point que j’en parle dans mon article (et les commentaires) sur mon blog : Choisir un flash

      Et enfin je viendrais compléter ta remarque :


      damdam:

      « La technique photo, pour l’amateur, c’est simple pourquoi la compliquer encore une fois ? »

      Mon intention n’a jamais été de compliquer les choses, je suis moi même amateur et j’essaie de partager avec d’autres passionnés les notions qui m’ont permis de progresser, de la manière que j’ai jugée efficace pour moi.


      damdam:

      « Désolé si j’en ai froissé certains, mais j’ai trouvé cet article mal fichu et j’estime être en droit de le dire , de façon argumenté me semble il, je m’appuie pour cela sur une vingtaine d’année d’enseignement de la photo au sein de club. »

      Ne sois pas désolé tu exprimes ton avis et je t’en suis reconnaissant, à l’avenir je tacherais de mieux justifier ma « méthode » et d’être le plus clair possible. Malheureusement pas évident de satisfaire tout le monde, mais je compte m’améliorer.

      Amicalement,

      Samir

      28 février 2013
  • @ dadam, post #46…
    Au même titre que l’influence des ISO, l’ouverture va effectivement déterminer l’importance de la lumière d’ambiance dans la photo (celle existant sur place, donc), pas celle du flash qui, elle, ne sera que ponctuelle pour « figer » la scène et apporter un « complément » de lumière.
    Cela a toujours existé; rien de nouveau !

    Pour ton édification personnelle, essaye 4 PDV comme suit :
    – appareil en manuel et flash en auto;
    – ISO 200 puis ISO 400;
    – f:4 puis f:8;
    – vitesse 1/50ième;
    Compare ensuite les résultats; tu en auras les yeux tout ronds.
    Tu pourras ensuite encore peaufiner avec une durée d’exposition variable pour constater que celle-ci n’a aucune influence !

    Là, tu comprendras que, en intérieur surtout, « l’appareil en manuel » (avec flash en auto ou manuel) est la seule « bonne » méthode ! Sorry, mais je n’ai « que » 30 ans d’expérience et seulement 6 heures de studio !

    27 février 2013
  • En complément pour damdam, post #46…

    Si les cellules des appareils + mesure « auto » du flash étaient si performantes que tu l’affirmes, il n’y aurait plus de mauvaise photo dans cette technique !

    La méthode la plus simple, pour un débutant aussi, est l’utilisation impérative de l’appareil en manuel pour « corriger » l’influence brutale d’un flash. Il n’existe aucune autre méthode (pas en auto, pas en P, pas en A ou Av, pas en S ou Tv).

    27 février 2013
  • Diable, je n’ai pas de tête, donc plusieurs messages !

    Concernant la partie « formules » : jamais eu besoin de cela ! Je fais deux à trois photos au début pour trouver le bon couple ISO ouverture puis je shoote ainsi non stop… tant qu’il n’y a pas de différence dans la lumière ambiante.
    Exemple : soirée de Noël, fêtes, etc…
    Après quelques occasions de ce genre, on connaît les couples de réglages habituels de base et on ne rate aucune photo au flash même en prise rapide unique. La seule chose importante : mettre l’appareil en situation pour; cela veut dire préalablement régler l’appareil pour photo avec flash quand on sait « qu’on en aura besoin » (ce qui est le cas 99 fois sur 100). Ainsi, on n’est jamais surpris. Tu verras, question d’habitude…

    27 février 2013
    • ca me rassure ! en lisant les formules plus haut j’ai eu un petit coup de chaud… enfin plus que quelques jour a attendre pour recevoir mon flash, je verrai bien a ce moment la…

      27 février 2013
      • Simple à faire :
        Mettre le flash sur l’appareil (!), réglage initial : auto
        Appareil en mode « M » =manuel (n’a rien à voir avec l’autofocus);
        Ouverture 4 ou 5,6 (voire moins si désiré);
        ISO 400 (c’est mon réglage habituel)
        Vitesse basse (exemple 1/40) essayer un peu + vite pour les sujets remuants;
        et …
        Vogue la galère (= 2 à 3 essais autour de ces paramètres, puis on shoote !)

        27 février 2013

  • Laurent Breillat:

    Bonjour damdam,
    Crois bien que je lis tous les articles invités avant de les publier, évidemment
    Je laisserai Samir répondre sur le reste, mais concernant l’affirmation que tu cites, je pense qu’il est assez clair que ce que voulait dire Samir, c’est que l’éclair du flash ayant une durée fixe, ce n’est pas la vitesse d’obturation qui va influencer l’exposition des parties qui sont éclairées au flash, mais plutôt l’ouverture (et les ISO). De la même façon qu’en prenant la foudre en photo, le temps de pose va déterminer l’exposition du paysage à la lumière ambiante mais pas celle de l’éclair, qui sera déterminée par l’ouverture.

    Bien sur c’est la vitesse ET la sensibilité ISO choisie, mais ce que je veux souligner, c’est le risque de confusion pour un débutant, ainsi que le fait que les systèmes de mesure de la lumière TTL des boitiers et des flash est tres performant, on peut leur faire confiance pour commencer, histoire de ce concentrer sur les pièges à éviter;
    Par exemple comment éviter les yeux rouges , les ombres portées, le flash trop violent en pleine figure , pourquoi et comment comment adoucir la lumière du flash en se rapprochant du sujet etc …

    Désolé si j’en ai froissé certains, mais j’ai trouvé cet article mal fichu et j’estime être en droit de le dire , de façon argumenté me semble il, je m’appuie pour cela sur une vingtaine d’année d’enseignement de la photo au sein de club.

    27 février 2013

  • Pierre:

    Simple à faire :
    Mettre le flash sur l’appareil (!), réglage initial : auto
    Appareil en mode « M » =manuel (n’a rien à voir avec l’autofocus);
    Ouverture 4 ou 5,6 (voire moins si désiré);
    ISO 400 (c’est mon réglage habituel)
    Vitesse basse (exemple 1/40) essayer un peu + vite pour les sujets remuants;
    et …
    Vogue la galère (= 2 à 3 essais autour de ces paramètres, puis on shoote !)

    Tout à fait d’accord avec toi sur ce point.

    c’est la recette que je conseille pour commencer, et que personnellement j’applique; même s’il y en a d’autres tout aussi valables .

    j’aurais préféré la voir exposée et expliquée dans cet exposé.

    27 février 2013

  • cuda71:

    Bonsoir damdam ,
    tu dit:
    « Et je laisse aux connaisseurs cette curieuse affirmation: “ L’ouverture permet elle aussi de contrôler la quantité de lumière qui va éclairer le sujet. »
    Ah bon, c’est à travers l’objectif que passe la lumière du flash maintenant ?!?. »
    Je ne vois réellement pas ce qui est incorrect dans une telle affirmation
    Si je prends une photo à ISO 100 1/60s et f/8 et que j’ai une exposition correcte.
    Si je passe à ISO 100 1/60s f/5.6
    J’ai bien une surexposition de 1 stop que ce soit au niveau de la lumière ambiante mais aussi pour ce qui est du flash.
    L’ouverture controlant à la fois l’exposition du flash et de la lumière ambiante j’aurais bien une surex de 1 stop en lumière ambiante et en flash.
    Par ailleurs si la lumière du flash ne passait pas à travers l’objectif, je ne vois réellement pas comment le capteur pourrait capter quoique ce soit.
    Pour moi donc, oui la lumière du flash passe bel est bien à travers l’objectif.
    Par qu’elle autre endroit pourrait-elle bien passer sinon ???
    PS: j’suis d’accord avec les affirmations de Pierre

    2 erreurs blockquote

    1/ Le flash fait varier la puissance de l’éclair en fonction de la lumière réfléchie par le sujet, afin que celui -ci soit « correctement » éclairé si l’ouverture varie , même en gardant la même vitesse et la même sensibilité, l’électronique du flash va ajuster la puissance du flash afin que le sujet soit toujours éclairé de la même façon, fait des tests, tu verra.
    Ce n’est donc pas l’ouverture, mais le calcul de la cellule qui envoie plus ou moins de lumière sur le sujet.ne pas confondre le rôle des un et des autres dans cette mécanique.

    2/ Ce n’est pas la lumière du flash qui passe à travers l’objectif, mais la lumière réfléchie par le sujet (luminosité ambiante ET éclair du flash) qui vient frapper le capteur à travers l’objectif, nuance qui ne devrait pas échapper à un « expert ».

    27 février 2013
    • Bonsoir,

      2 réponses:

      1) Tu parle ici d’utilisation de flash x-TTL, donc oui je suis d’accord ce que tu dit est tout à fait exact.
      Je parle pour ma part de l’utilisation du flash telle que décrite dans l’article donc en mode manuel.

      2) Oui évidemment que c’est de la lumière réflechie, mais réflechie ou pas ça passe bien par l’objectif.
      Si j’illumine un sujet avec une lampe torche, ça sera toujours la reflection de cette lumière de la lampe sur le sujet qui rentrera dans l’objectif.

      Ce que je veux dire c’est que réflection ou pas, la lumière ne va pas etre enregistré par le capteur en passant par le viseur (en principe)

      27 février 2013
  • Bonsoir,
    Utiliser de nos jours un flash sans recours à une cellulle, franchement il faut être maso, mais bon, ce n’est pas mon article, chacun fait ce qu’il veut.
    Pour moi le plus simple si l’on veut sur ou sous exposer sa photo au flash est d’utiliser le correcteur d’exposition du boitier, avec un flash en TTL bien sur.

    Sur le deuxième point, ce que je veux dire c’est que oui évidement la lumière passe bien par l’objectif, mais ce n’est plus la lumière émise par le flash.

    28 février 2013
    • Oui mais en général, l’utilisation d’un flash en manuel agrémenté du boite à lumière genre soft box donne de bien plus beau résultat au niveau artistique j’entends, qu’une simple utilisation en TTL sur la griffe de son reflex.

      Après c’est ce qui fait ou pas que votre photo « déchire » ou ressemble à celle de monsieur tout le monde…
      mais chacun sa pratique de la photo d(^_^)b

      28 février 2013
      • Le but de cet article n’est pas d’utiliser des softboxes, mais l’utilisation d’un flash cobra sur l’appareil dans des situations habituelles… par une personne ne dominant pas cette technique (qui fait peur à tort, car méconnue).
        Je comprends mieux l’intervention de damdam en ce sens et cela a permis de compléter le très bon travail de Samir.

        Le flash style « studio » est encore autre chose ! Un pas à la fois !!!

        28 février 2013
      • Pour dire autrement :
        Je me vois difficilement sortir des softboxes à l’occasion d’une soirée de fête familiale pour avoir des photos qui « déchirent ». Là, c’est de la photo « souvenir ».
        Alors, autant apprendre à bien utiliser son flash cobra (et même le flash intégré à l’appareil) pour ce genre d’occasions, non ?

        3 mars 2013
        • Une soft box peut être, mais un flash cobra pourquoi pas !?
          Le ridicule ne tue pas…
          Que le flash soit déporté (dans une main ) ou sur l’appareil,
          le réglage sera le même (en mode manuel je parle).

          3 mars 2013
  • Salut, je n’ai pas vraiment eu le temps de lire tous les commentaires et je suis débutant en photo (j’ai reçu mon appareil avec 2 objectifs et un flash hier).

    Je pars shooter ce soir et ma question ne vas surement pas me poser de problèmes mais je la pose quand même pour plus tard.

    Je ne comprends pas ce que tu veux dire par Si mon sujet est fixe, ‘je saisi sur mon flash la distance et j’obtiens l’ouverture à appliquer sur le boitier’ pour que l’image soit bien exposée.

    Je ne comprends en fait tout simplement pas ou saisir la distance.

    Ma question est surement très bête mais c’est peut être du au fait que je n’avait pas de manuel avec le flash.

    Sinon, je te remercie pour ton travail qui m’a beaucoup aidé à comprendre l’exposition et ses 3 facteurs.
    Je ne les maîtrise bien sur pas encore mais je joue avec, je comprends et j’expérimente.

    Merci encore,

    Axel.

    1 mars 2013
  • Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué !

    Faire une photo au flash, c’est faire simultanément deux photos superposées :
    – une éclairée avec la lumière ambiante ;
    – l’autre éclairée avec le flash.

    1 Vous travaillez en lumière ambiante, flash en débouchage.
    Appareil en auto priorité diaph normal et flash réglé sur -1( correcteur expo)
    2 Vous travaillez en flash en lumière principale et la lumière ambiante en débouchage.
    Appareil en auto priorité diaph correcteur expo à -1 et flash normal.

    C’est pas plus compliqué que ça, quelque soit le nombre d’ISO !

    4 mars 2013
    • Bonsoir Patrick,

      Je vois mal comment tu peux gérer correctement la quantité de lumière ambiante entrant dans ta photo finale en étant en priorité diaph ou dans n’importe quel autre mode priorité soit dit en passant.
      Par ailleurs, une correction d’expo de flash (utilisé en TTL) à -1 ????
      Oui pourquoi pas, malheureuseument (ou hereuseument) chaque photo ne demande pas la même correction d’expo au flash.

      4 mars 2013

      • cuda71:

        Bonsoir Patrick,
        Je vois mal comment tu peux gérer correctement la quantité de lumière ambiante entrant dans ta photo finale en étant en priorité diaph ou dans n’importe quel autre mode priorité soit dit en passant.
        Par ailleurs, une correction d’expo de flash (utilisé en TTL) à -1 ????
        Oui pourquoi pas, malheureuseument (ou hereuseument) chaque photo ne demande pas la même correction d’expo au flash.

        Tu ne crois quand même pas qu’en reportage on s’enquiquine à travailler en manuel !
        Si tu ne sais pas comment travailler en TTL à -1 en auto, relis ton mode d’emploi…
        Si tu ne peux pas le faire, tu es très mal équipé, change d’équipement !
        Ensuite, effectivement, si tu veux t’écarter d’un rendu standard, tu peux faire -1 et 1/3 ou 2/3, exceptionnellement -2, mais après ce choix, toute ta série se fera en auto, sans problème.
        Mais je sais qu’il reste des inconditionnels du mode manuel…
        J’ai même entendu dire qu’il y a des gens de par le monde qui préfèrent le tam-tam au Smartphone !

        5 mars 2013
        • Tu parle d’une utilisation en reportage.

          Dans ces conditions effectivement le mode x-TTL peut rendre des services non négligeables.

          Pas besoin d’être désagréable Patrick
          Je sais très bien comment faire une correction d’expo à -1 aucun besoin de relire le mode d’emplois.

          Je faisais simplement remarquer (à simple titre informatif pour les gesn que ça peut intéresser) qu’en mode priorité de diaph, on ne peut pas correctement gérer l’expo de lumière ambiante comme on le souhaite sans changer la profondeur de champ.
          C’était tout simplement pur rester dans le cadre des sujets traités dans l’article.

          Cordialement

          5 mars 2013
          • C’est toi qui t’es montré désagréable le 1er, n’inverse pas les rôles !

            En mode priorité diaph, tu gères ta profondeur de champ, puisque tu choisis ton diaph.

            Que tu le fasses en manuel ou en auto, pour une quantité de lumière donnée tu aura toujours le même IL.
            Donc tu auras la même expo.
            Travailler en auto ne t’empêches nullement de gérer ton ratio lumière jour/lumière flash.
            Tu travailles plus vite et ça t’évite de rater pas mal de prises de vues !
            Après, tu fais ce que tu veux.

            Mais conseiller de shooter comme çà à un débutant, ça l’impressionne sans doute, mais ce n’est certainement pas un bon service à lui rendre !

            5 mars 2013
          • Ok, tu parlais d’une correction d’expo sur le boitier (en mode priorité ouverture) pour la gestion de la lumière ambiante.
            J’avais compris que du agissais uniquement sur la correction du flash, c’est la que ça me paraissaits bizarre.

            Oui, dans certains cas les modes priorité peuvent être utiles.

            J’avais pas l’impression d’avoir été désagréable si c’est le cas je m’en excuse.

            5 mars 2013
          • Tes nombreux points d’interrogation m’ont un peu agacé mais j’aurais pu rester plus Zen !
            Bonne soirée.

            6 mars 2013
  • En réponse aux questions de base concernant l’influence des paramètres sur l’exposition lorsqu’un flash est utilisé, j’ai fait un petit tableau « pense-bête » qui pourrait aider jusqu’à ce que l’habitude puisse le remplacer.
    Il est hébergé ici : Un petit tableau pourrait aider au départ.
    J’en ai hébergé un à l’adresse suivante :
    http://i74.servimg.com/u/f74/11/84/36/72/flash_10.jpg

    5 mars 2013
    • Salut Pierre,

      Très bien fait ce tableau

      5 mars 2013
      • Merci.
        Content que quelqu’un l’ait vu.
        J’espère qu’il aidera pour un bon départ. Ensuite, l’habitude le rendra caduc… quoique, pas si sûr !

        Réponse postée par erreur sous le n° « 85.

        5 mars 2013
    • Encore des croûtes à manger avant de le comprendre 🙁

      9 juillet 2016
  • Du calme, on reste civilisé et poli. Il y a 2 façons de voir les choses, qui ont probablement leurs avantages et leurs inconvénients.

    Je suis d’une manière générale plutôt partisan de laisser la place aux automatismes, tant que ça ne bride pas la créativité. Typiquement, on peut utiliser les modes de priorité pour se faciliter la vie, et utiliser la correction d’exposition en cas de besoin.

    Je ne m’exprimerai pas sur le flash étant donné que je ne l’utilise pas moi-même. Continuez à débattre, mais en restant courtois 😉

    • Pas de souci Laurent, désolé s’il y a eu des tensions, et encore plus désolé si cela est parti de moi.

      Merci encore pour ton super blog 🙂

      5 mars 2013

      • cuda71:

        … encore plus désolé si cela est parti de moi.

        Ce n’est pas du tout l’impression que j’ai eue.
        Disons que Patrick était simplement « chaud » et qu’il n’a pas compris que tu ne cherchais, tout comme lui-même d’ailleurs, à faire avancer le schmilblick.
        Ses interventions, tout autant que tes réponses, était d’ailleurs fort intéressantes; c’est toujours très positif de pouvoir bénéficier du vécu et de l’expérience d’un pro sur le terrain. Grâce à cela, on se pose des questions, ont essaye et, éventuellement, on adopte.
        Dans tous les cas, il y a remise en question de ses acquis.

        5 mars 2013
  • Merci.
    Content que quelqu’un l’ait vu.
    J’espère qu’il aidera pour un bon départ. Ensuite, l’habitude le rendra caduc… quoique, pas si sûr !

    5 mars 2013
  • Bonjour, encore un article très intéressant . Je suis debutant , toujours me posant des questions dans tous les sensL Tu parles de vitesse d’obturation pour l’arrière-plan OK Tu parles de choisir un des paramètres soit la distance soit l’ouverture en fonction de ta profondeur de champ. +/- OK car si tu travailles sur l’ouverture, donc la profondeur (?) donc la netteté de l’arrière-plan,(?) , celui sera moins sensible au flash , non ? Et risque dêtre sous-exposé par rapport au premier plan sauf…si tu diminues ta vitesse d’obturation, non ? Et quid de la puissance du flash ? Quand intervient-elle ?
    Merci

    13 mars 2013
  • encore une question : EOS 650 D + speedlite 430
    photo, de groupe d’amis le soir dans un village peu eclairé.
    mode Av, focale ouverte à 5 par ex iso 800 mais faible luminosité donc vitesse lente avec gros, risque de flou de bougé ou d’amis qui bougent.

    Je rajoite mon flash, je baisse iso à 200 mais ma vitesse d’obturation restera la meme, non ?

    14 mars 2013
  • Très bon article qui saura me servir et que je recommanderai à des ami(e)s débutant(e)s et expérimenté(e)s.
    Etant photographe studio je connais bien les milieux de lumières artificielles, mais j’ai du mal a utiliser cette lumière en extérieur. Vivement des soirées un peu plus chaude pour testé tout cela !
    Encore merci pour ces quelques conseils.

  • Merci Laurent pour cet article encore bien complet et clair, ne reste plus qu’à mettre tout ça en pratique des que j’aurais reçu mon flash cobra! ; )

    1 août 2013
  • Je n’ai pas lu tous les commentaires, mais pourquoi augmenter les ISO augmente la puissance du flash ?? On augmente la sensibilité du capteur, donc la puissance du flash devrait logiquement diminuer non ?

    20 novembre 2013
    • Bonjour Hervé,
      A puissance égale du flash, si on augmente :
      – le temps de pose, ça n’a pas d’effet sur la luminosité de ce qui est éclairé au flash, puisque la durée de l’éclair reste la même
      – l’ouverture ou les ISO, ça a un effet, car la quantité de lumière émise par le flash reste la même, mais la quantité qui « rentre » dans l’appareil est supérieure

      C’est ça que ça veut dire, pour faire très simple 🙂

  • Bonjour,
    Ce que je n’arrive pas à comprendre c’est pourquoi quand on augmente l’iso ou ouverture, la vitesse ne peut pas être augmenté. Je pensais qu’avec un flash je pourrais en condition de faible luminosité fermer plus le diaph et/ou augmenter la vitesse. Raison principale de mon achat, aprés des mois de réflexion (430 exII)

    Je vais continuer à chercher, tâtonner…

    Merci pour vos lumières 😉

    29 novembre 2013
  • Guillaume,

    Rien ne t’interdit de jouer sur la vitesse, évidemment. Mais celle-ci n’impactera que sur la lumière d’ambiance et non sur la vitesse ou la puissance du flash.
    Si tu reprends le petit tableau que j’ai créé (voir post #83), tu y comprendras que l’on peut évidemment faire varier la vitesse. Tu as d’ailleurs intérêt à lfaire tes réglages de base « comme si » tu n’utilisais pas le flash afin de fixer l’impact désiré de la lumière d’ambiance (= celle qui n’a rien à voir avec la lumière du flash).
    Plus la vitesse sera rapide, plus tu devras « ouvrir » le diaphragme et monter en ISO. Plus la vitesse sera lente, plus de lumière « ambiante » entrera dans l’appareil, mais moins les mouvements seront figés. N’oublies toutefois pas que la vitesse maximale utilisable avec le flash est figée par l’appareil. Elle est généralement bien lente (1/250s max, très rarement plus), mais toutefois trop rapide pour avoir une photo suffisamment éclairée avec la seule lumière d’ambiance. D’où l’utilisation du flash pour compléter ce manque.

    As-tu essayé la petite recette que j’ai donnée en post #65 ?

    29 novembre 2013
  • C’est un must d’avoir ce genre de conseils. Merci et persévérez

    27 décembre 2013
  • Merci Samir pour les conseils.Mais je t’avoue que c’est asser complex. Si tu as du temps pour parler des (HURTZ) la puissances de la lumière j’aimerais bien.

    Merci encore
    Yves

    16 janvier 2014
  • donc si j’ai bien compris…. pour régler mon flash je calcule la distance ensuite je calcule le diaph de l’appareil pour faire rentrer plus d’eclairage du flash et comme l’eclair dure peu de temps la vitesse est pour intégrer de l’ambiance.

    Sinon c’est vrai que j’ai essayé et la vitesse change rien du tout de l’exposition du sujet au flash. J’ai pas encore compris la raison mais ca marche…

    13 avril 2014
  • Merci Laurent ; tes articles : une montagne d’excellentes information !!!

    18 avril 2014
  • Merci pour ce tuto instructif et bien écris !

    3 mai 2014
  • J’ai lu aussi avec intérêt cet article , je suis un débutant , j’ai un canon Eos 600D et j’ai acheté un flash cobra Speedlite 430 Ex ii pensant naïvement qu’il allait résoudre mes problèmes de gestion de lumière mais il n’en est rien . J’ai encore beaucoup à apprendre . J’ai du mal à comprendre pourquoi mon boitier en mode tout auto arrive à prendre parfaitement une photo dans un endroit sombre au flash et que moi en mode ouverture je n’y arrive pas . Ceci dit je ne désespère pas et je persevère .
    Merci pour ce blog vraiment génial.
    Cordialement
    Jacky

    5 juillet 2014
  • bonjour, merci pour tout ces conseils, ici, vous parlez plutôt du flash cobra. mais qu’en ai t’il du flash habituellement intégré au boitier? est il different du flash cobra? et comment avoir le même résultat avec ces deux types de flash ?

    merci.

    13 juillet 2014
    • d’après ce que j’ai lu sur le net on peut utiliser une balle de ping pong pour que la lumière ne soit pas directe
      mais le principe de la distance l’ouverture et la vitesse d’obturation reste le même

      11 novembre 2014
  • Bonjour
    Article très bien fait sur l’utilisation du flash.
    Pourriez-vous expliciter un peu plus ou me renvoyer vers un article qui explique un plu plus en détail l’utilisation du flash pour le fill-in ?
    D’avance je vous remercie
    Olivier

    20 juillet 2014
  • bonjour juste pour vous remercier pour cette leçon de flash cobro bref et claire 1000 merci

    27 juillet 2014
  • Bonjour et grand merci pour ce superbe tuto, j’y ai appris des « choses » (à propos des chiens aussi, tiens!) Sinon, où est-ce que je pourrais apprendre à utiliser les différents « marquages » sur mon flash ? (je l’ai acheté d’occaz et il n’y avait plus le manuel d’utilisation avec) Cdt. IsraJ

    5 août 2014
  • Merci , grand merci pour ce tuto qui m’a beaucoup aidé à mieux utiliser mon flash

    11 novembre 2014
  • Bonjour,
    Lecture attentive car je cherche toujours à comprendre une chose délicate, la lumière ambiante. Ma pratique est la macro sur sujets vivants.

    Est-ce possible en synchro haute vitesse ?

    une faible vitesse d’obturation va imposer du flou de bougé. voilà tout le problème et j’aimerais bien trouver une parade.
    Certaines choses m’échappent encore avec les flashs et il se peut que je passe à côté de certaines choses essentielles.

    A+

    25 novembre 2014
  • Article intéressant mais il y a un point que je cherche toujours à comprendre. Lorsque je me sert du flash, incorporé ou le SB700, que fait ton de la mesure du posemètre ? (je débute en photo) Je m’explique: quand j’utilise le flash, il m’es presque impossible d’ajuster le posemètre à un niveau « 0 » Qu’est-ce que l’on fait?

    5 décembre 2014
  • merci pour ce cours débutant confirmé. Bien essayé le chien haha. Je suis bon public.

    29 avril 2015
    • J’ai lu avec intérêt toute cette discutions sur l’utilisation d’un flash d’ou il ressort que cela n’est pas simple !!!!
      je rappelle que pour une sensibilité donné pour qu’une photo soit correctement exposée, il faut une quantité de lumière qu’il n’y en a qu’une de bonne et qu’elle est invariable, il faut donc trouver cette quantité et faisant varier soit le diaph soit la vitesse soit les 2.
      et avec un flash c’est pareil.
      les facteurs qui influencent cette quantité de lumière sur le capteur sont multiple et très difficile à maîtriser
      la distance, le diaph, la vitesse, l’angle, le sujet s’il est blanc, moyen ou très foncé le nombre guide qui est calculé pour un flash dans une pièce standard aux murs clairs et plafond blanc
      aussi il me semble que le plus sage et le plus simple pour avoir une bonne expo c’est d’apprendre à lire l’histogramme et de connaître comment le faire varier pour obtenir des blancs non cramés et des noirs non bouchés.
      Comme le dit Guillaume Jacquin dans son commentaire du 21 fev 2013

      Car en photographie il est beaucoup plus facile d’amener une valeur de résultat connue au bon endroit (on analyse un écart sur l’histogramme) que d’essayer d’avoir une exposition correct en corrigeant les facteurs d’exposition : diaph, vitesse, Iso puissance des sources de lumière.

      Merci pour tout ce débat et bravo à Samir pour avoir tenté une explication simple sur un des sujets les plus compliqués à comprendre et à maîtriser en photographie.
      Denis

  • J’utilise un D90 Nikon avec un flash Metz 40MZ.
    Mes photos sont systématiquement surexposées.
    j’utilise le flash en mode TTL et le D90 sur « auto ».
    Que faire ? Quel sont les bons réglages ?
    merci

    15 août 2015
  • Bonjour,
    Je possède un flash cobra, et plusieurs réglages manuels sont possibles. Suivant le style de shooting, je n’arrive pas à savoir quelle mesure il me faut. Je m’explique:
    – Si mon sujet et statique, et que je me trouve à quelques petits mètre de lui, je ne sais pas quelle intensité il faudra mettre. Il me propose du 1/16, 1/32 etc….
    – Si mon sujet et mobile, c’est la même chose. En fait, je ne distingue pas la différence entre tous ces réglages.. Auriez-vous une aide pour moi ? Ou peut être ai-je loupé un de vos articles ?
    Merci à vous

    25 novembre 2015
  • MON FLASH olympus t32 propose manual 26 OU 32 ou normat auto, mon boitier n est plus olympus, en manual la cellule sert elle à qq chose, idem en normal auto? merci

    3 décembre 2015
  • Bonjour j’ai un vieux flash cobra auto 250 est-ce que je peux l’utiliser sur mon Nikon D3300? Merci

    16 février 2016
  • Je vous remercie, votre cour m’a permis de comprendre beaucoup de points sombres sur le flash .
    Cordialement.
    Gilberte

    28 février 2016
  • Bonjour, je viens d’acquérir un canon eos 1200d et celui ci ne fait que de flasher durant la mise au point (pour effectuer une photo sombre) puit prend la photo. Est-ce normal?

    7 juillet 2016
    • Bonjour Clémence,
      Effectivement, le flash peut envoyer une série d’éclairs pour aider à faire la mise au point dans des conditions de basse lumière.
      A toi de voir si tu veux qu’il flashe ensuite la photo ou non, ça doit être réglable, je t’invite à chercher dans ton manuel 🙂
      De même, si tu ne veux pas utiliser cette option (qui n’est pas de la plus grande discrétion ^^), à mon avis en mode PSAM si tu n’ouvres pas le flash il ne le fera pas.

  • Bonjour, j’ai un flash yongnuo IV, j’aimerai faire du strobisme en voyage mais je débute et ne connais pas encore grand chose. j’aimerai à la fois intégrer le paysage et le modèle (donc on est plus entre le 35mm et 50mm full frame). Je désire avoir une belle lumière douce.
    donc que me conseillez vous ?
    -une softbox de 70cm ? 80cm ? 90cm ? ou bien celle de 120cm (en achetant un flash plus puissant comme godox).
    -quelle bonne softbox portative me conseillez vous ?

    on m’avait recommandé le speedbox70ici: http://www.digixo.com/studio-photo/accessoires-flash-cobra/smdv/p300433-diffuseur-dodecagon-70.html

    mais j’ai peur que la lumière ne soit pas assez douce ! qu’en pensez-vous ?

    merci, cordialement.

    20 septembre 2016
    • Bonjour Damien,
      Je ne sais pas trop… La focale ne compte pas tant que la partie du modèle que tu souhaites intégrer. Plus tu souhaites faire du portrait de plein pied, plus il te faut une softbox de grande taille.

  • Bonjour Des exemple de valeurs
    Les mode du flash TTL etc je m excuse mais j ai compris la théorie de la vitesse Pour le dosage et De l ouverture pour l exposition du sujet mais je suis Toujours Aussi perdu Avec mon flash et il y a Des réglage dans le menu du boîtier pour le flash Bref j suis paumé

    23 mars 2017