L’histogramme : définition, le comprendre, le lire, l’utiliser

Vous avez peut-être (sans doute ?) déjà entendu parler de l’histogramme. Vous l’avez au moins aperçu, que ce soit sur votre appareil photo, dans votre logiciel de retouche ou même dans la vidéo sur la balance des blancs 😉

Mais qu’est-ce que l’histogramme ? Est-ce important ou juste un truc de matheux incompréhensible ? Quelle information donne-t-il ? Comment l’utiliser ? Découvrez l’utilité de cet outil dans la suite de l’article !


J’ai aussi fait une vidéo sur le sujet, si vous préférez ce format au texte (et l’humour visuel à l’humour écrit 😉 ) :


Comprendre et lire un histogramme

Un nom barbare qui vous rappelle peut-être de sombres années pendant lesquelles vous étudiez les mathématiques. (Mes condoléances si c’est encore le cas :D)

Mais pas seulement. En photographie, l’histogramme vous permet de visualiser comment se distribuent les tons clairs et foncés dans votre image. Autrement dit il donne des informations sur l’exposition de votre image.

Plus simplement, à gauche de l’histogramme sont représentés les pixels sombres, et à droite les pixels clairs. Plus il y a de pixels pour telle ou telle tonalité (très sombre, moyen, très clair, et tous les intermédiaires), plus le « pic » sera élevé. Prenons d’abord un histogramme au hasard pour expliquer :

Histogramme photo exposition
Un exemple d’histogramme

Vous voyez l’idée ? Pour en être bien sûr, prenons maintenant une photo et son histogramme :

Donc ici, il y a un gros pic à gauche, car il y a beaucoup de pixels sombres. En fait, la photo est presque entièrement noire. Ici, c’était volontaire afin de faire ressortir l’ambiance intimiste à ce moment du concert des Têtes Raides à la Braderie de Lille. Rappelez-vous que l’exposition parfaite n’existe pas 😉

 

Cela dit, si ce n’est pas volontaire, un histogramme comme celui-ci indique une sous-exposition : il y a un gros pic « collé » à gauche. A l’inverse, un histogramme avec un pic collé à droite indique une sur-exposition (une image avec beaucoup de blanc).

Vous pouvez voir cet histogramme sur votre appareil photo (consultez le manuel), ou dans n’importe quel bon logiciel de retouche photo. Il existe également un histogramme pour chaque composant coloré de l’image (Rouge, Vert et Bleu) qui fonctionne sur le même principe, à part qu’il représente la gamme de tons uniquement de la couleur sélectionnée, évidemment.

Existe-t-il un « bon » histogramme ?

Comme je l’ai dit plus haut, un histogramme peut indiquer simplement une sous-exposition ou une sur-exposition. Si vous cherchez une exposition « standard » (où toute l’image est correctement exposée), vous allez donc chercher à obtenir un histogramme où toutes les parties centrales possèdent pas mal de pixels, avec un léger pic vers le milieu, mais où les « extrémités » droite et gauche n’en contiennent pas ou peu. Quelque chose comme ça par exemple :

Histogramme "parfait"
Voici ce que donne une histogramme d’une photo exposée de façon « standard ». Pourtant, je peux vous garantir que la photo d’origine n’est pas terrible 😉

Sauf que bien évidemment, ce n’est pas aussi simple que ça. La photo du guitariste que j’ai montrée plus haut possède un histogramme très nettement différent, et pourtant elle est bonne (enfin moi je l’aime bien, mais vous avez le droit de penser le contraire 😉 ).

L’histogramme est donc un outil qui vous donne des informations sur l’exposition de votre photo, et c’est à vous d’en faire bon usage. Il est normal d’avoir un histogramme qui s’éloigne du modèle « standard » dans certaines conditions comme les photos de silhouette, dans la neige, etc…

Comment bien utiliser cet outil ?

Tout d’abord, servez-vous des capacités votre appareil : quand vous prenez des clichés d’un sujet, regardez l’histogramme. Je vous conseille même de régler votre appareil de façon à ce qu’il l’affiche par défaut, ça vous évitera de fâcheuses découvertes plus tard. Notez que sur un appareil à visée électronique comme un hybride, vous pouvez même le voir dans le viseur avant la prise de vue.

Tout dépend de votre intention photographique comme je l’ai dit plus haut, mais si vous constatez à l’histogramme que votre photo est sous-exposée ou sur-exposée, essayez de régler le problème grâce aux connaissances que vous avez si vous avez bien lu le blog 😉

Sauf si c’est volontaire évidemment ! Parfois on peut le voir directement sur l’aperçu de l’image, mais vu la taille des écrans, l’histogramme est un outil plus sûr.

 

S’il vous n’arrivez pas à totalement supprimer une sur-exposition ou une sous-exposition, ne vous inquiétez pas, vous pourrez travailler plus finement sur l’histogramme en post-traitement grâce à la magie des fichiers RAW ! Attention, ça ne veut pas dire que vous pouvez faire n’importe quoi et tout rattraper après sur l’ordinateur : il faut quand même avoir une bonne base 😉

 

Retenez bien cette notion, car elle servira beaucoup dans beaucoup de tutoriels sur le post-traitement, deux outils tout bonnement extraordinaires. Mais ce n’est pas le sujet de cet article !

 

S’il vous reste des questions ou des remarques, n’hésitez pas à poster un commentaire, et pensez à vous abonner à la newsletter (à droite) ou au flux RSS si vous souhaitez être tenu(e) informé(e) des prochains articles simplement et gratuitement bien sûr 😉

 

Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (142 votes, moyenne : 4,44 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

89 commentaires
  1. Super la vidéo mais l explication sur les histogrammes ne sont que avec des photos noir et blanc. Est ce que ça marche aussi avec les photos couleur?
    En tout cas super blog

  2. Bon, avant d’écrire mon précédent commentaires, je n’avais vu que le texte écris mais pas la vidéo. Celle çi me donne quasiment la réponse mais quid des noirs mal « captés »?
    Bon, quelque soit la réponse, j’ai enfin découvert dans la vidéo qui m’avait piqué mon chapeau 🙂

    1. Bonjour Grinchoflash,
      Si à la prise de vue certains noirs sont bouchés, tu ne pourras pas les rattraper au post-traitement en effet.
      En fait c’est à toi de voir ce que tu préfères « sacrifier » suivant ton intention photographique.
      Un exemple caricatural : si tu souhaites qu’on distingue l’oiseau en silhouette sur fond de ciel clair, mieux vaut boucher les noirs puisque tu n’auras pas besoin des détails de l’oiseau 😉

  3. Bonjour
    Certains cas d’expostions sont difficiles à traiter. Par exemple, je reviens d’Islande et avec la roche volcanique et des oiseaux ou le ciel très clairs, on déborde très facilement des deux cotés avec l’histogramme. Pour vous , vaut il mieux avoir une image sous exposée et récupérer au logiciel d’image (luminar pour moi) les fonds trop noirs où à l’inverse, exposer la photo normalement et récupérer ce qu’on peut dans les clairs un peu cramés? Dans les blogs photos, j’ai les deux sons de cloches.
    Pour ma part, j’ai évité toute surexposition mais j’attends les résultats sur ordi.

  4. l’histogramme …..est un moyen …d’analyse…et de pilotage pour mieux reussir l’image….et saisir mieux sa personnalitè…
    un outil precieux ….pour mieux..comprendre…la photographie….saisir ses secrets…
    je suis touchè par unr telle abnegation…..

  5. Très bien, bien fait, un rappel bien utile. Comme d’habitude. Merci.
    Une suggestion pour la version « vidéo » : donnez des exemples de photos avec la correction d’expo : +1 + 2 – 1 -2, avec à chaque fois la même photo. Ce » serait très parlant.
    Merci encore, longue vie au blog.

  6. C est trés bien d utiliser l histogramme,mais sur mon reflex Pentax kx il faut passer en mode live wiew pour l afficher,alors que les reflex sont plutot destinés à la visée par le viseur

  7. J’ai compris enfin la lecture d ‘un histogramme et cela va m’aider à poursuivre mes recherches afin d’améliorer la qualité de mes clichés
    Merci

  8. Merci debutant en photo je suis passer d’un smartphone a un reflex Pentax ks2 ,j’avais peur. de rien comprendre a la photo Grace a tes video, j’ai tt compris le top du top , »explication simple ,exemple … » ect encore merci

  9. Enfin un peu de lumière dans le jungle des jpeg de Raw des histogrammes des pixels du bruit de l’image de la balance des blancs et de la résolution et j’en passe. merci !

  10. Sympa l’article, bon, tu ne rentres pas dans les détails avec moultes exemples de photos et histogramme à l’appui, mais c’est sympa pour comprendre le concept et ne pas s’angoisser à la lecture des histogrammes 😉 Merci pour ton travail, tu aides la communauté 😉 🙂

Voir plus de commentaires