Le tout manuel, ça craint

Ces derniers temps, j’ai eu le sentiment via vos commentaires et vos mails que pas mal d’entre vous utilisaient systématiquement le mode manuel de leur appareil, voire la mise au point manuelle. C’est une très mauvaise idée, et voyons pourquoi.

Je ne sais pas trop d’où cette idée peut venir. Probablement d’un savant mélange entre des gens qui affirment que « quand on est un vrai photographe on fait son exposition et sa mise au point manuellement », ceux qui vénèrent Leica, et ceux qui pensent que c’était mieux avant, quand on avait que des argentiques tout manuels.

Pour être tout à fait franc, je pense que c’est complètement ridicule, et encore je suis très poli. En utilisant le tout manuel, je pense que vous allez surtout vous frustrer plutôt que de progresser, et que vous avez mieux à apprendre que de deviner les paramètres de l’exposition idéaux pour une scène comme ça, à l’instinct.

Le mode M

PENTAX mode manuel appareil photo molette réglage

Ne tombez pas non plus dans l’extrême inverse 😛
PENTAX K-x mode dial 22 by HAMACHI!

Commençons par le mode M, qui semble pas mal utilisé y compris par des photographes débutants. Qui après s’étonnent que leurs photos soient mal exposées.

Alors oui, de nombreux grands noms de la photographie ont utilisé le tout manuel. Et vous savez pourquoi ? Parce qu’il n’y avait rien d’autre ! Les cellules qui mesuraient automatiquement l’exposition et permettaient des modes comme la priorité à l’ouverture ou à la vitesse sont finalement arrivées relativement tardivement.

Mais aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir entre les mains pour un prix relativement modique des systèmes capables de déterminer une exposition correcte de façon très précise.

Alors vous allez me dire :

Oui, mais tu prônes quand même de ne pas laisser l’appareil décider à notre place, ça ne va pas limiter notre créativité de s’en remettre aux automatismes de l’appareil ?

Oui, je le prône, et ce n’est pas près de changer. (Au passage, le système des nouveaux Nikon J1 et V1 censé choisir à votre place la meilleure photo parmi une série à votre place est une aberration pour moi.)

Seulement ces automatismes, vous en avez quand même le contrôle via divers mécanismes. Il suffit de les connaître. Si vous savez que vous souhaitez telle ouverture et c’est tout, je ne vois pas l’intérêt de déterminer vous-même la vitesse d’obturation. Au risque de me répéter, la mesure d’exposition de l’appareil fait ça très bien.

Et si elle se trompe, vous avez 3 outils très simples à utiliser qui vous permettront de faire ce que vous voulez dans bien des cas :

Rien qu’avec ça, vous pouvez régler 99% des cas où la mesure d’exposition se plante lors d’un premier essai. Et ces cas restent relativement rares.

Alors oui, parfois, la mesure d’exposition n’y arrive plus, parce que les conditions de lumière sont trop difficiles. Et dans ce cas-là, je vous dis au contraire : n’ayez pas peur de reprendre le pouvoir et passez en mode M !

Ça m’est arrivé, mais uniquement dans des situations où c’est indispensable parce que mon appareil s’emmêle les pinceaux. Typiquement en concert par exemple (et encore, ce n’est pas toujours obligatoire).

Bref, je ne vois pas pourquoi vous compliquer la vie avec ça. Si vous shootez en mode M, c’est du temps que vous ne passerez pas à composer votre image, et vous pourriez bien rater le moment décisif en plus de ça. Et ça ne fait pas de vous un « sous » photographe ! Si vous voulez mon avis, ce qui fait un bon photographe ou pas, ce n’est pas l’appareil ou le mode qu’il a utilisé, c’est la photo finale. Point barre. Comment vous y arrivez, franchement, on s’en fout.

La mise au point manuelle

Alors oui, au bon vieux temps, on shootait en mise au point manuelle. En même temps, il n’y avait pas d’autofocus. Et puis surtout, vous avez déjà regardé dans le viseur d’un vieux reflex argentique, même d’une gamme plutôt « grand public » ? C’est gigantesque, très clair et lumineux, bref rien à voir avec les viseurs de nos reflex actuels, qui ne représentent pas 100% de l’image, sont relativement sombres, bref totalement inadaptés à la mise au point manuelle.

En ce qui me concerne, je suis bien content d’avoir un autofocus performant qui me permet de faire la mise au point rapidement et précisément où je veux dans l’image. Les systèmes d’aujourd’hui sont extrêmement performants, mais comme tout automatisme il faut savoir les maîtriser, et vous avez une emprise dessus. J’ai déjà écrit sur l’autofocus par le passé, et plus récemment sur la sélection manuelle du collimateur. Rien qu’avec ça, vous réussirez 99% du temps à faire la mise au point où vous le souhaitez.

Alors évidemment, ce système n’est pas parfait, mais par rapport à la mise au point que vous arriveriez à effectuer en mode manuel, c’est largement meilleur ! Je ne sais pas vous, mais moi dans le viseur de mon 550D, la plupart du temps je ne suis pas capable de voir suffisamment précisément l’endroit le plus net de l’image. Je suis myope ok, mais enfin je pense que pour la plupart d’entre vous ça doit être la même chose 😛

 

Donc dans la plupart du cas, utilisez l’autofocus, mais à bon escient. Personnellement, j’utiliserai la mise au point manuelle en macro, où la profondeur de champ est si faible qu’on voit bien l’endroit le plus net de l’image, et dans des situations où j’ai particulièrement le temps.

Par exemple, si je fais un paysage en réglant tout tranquillement sur mon trépied, je peux me permettre d’activer le Live View, de zoomer à 10x, et de faire la mise au point manuelle, pour être sûr d’avoir la meilleure netteté possible.

 

Mais dans la plupart des situations photographiques, vous n’aurez ni le temps ni la capacité de l’utiliser correctement. Alors fiez-vous à l’autofocus, vous l’avez payé assez cher 😉

 

 

Voilà, tout ça pour dire de ne pas avoir peur du manuel, mais de ne surtout pas en faire une doctrine ridicule qui voudrait qu’on soit un « vrai » photographe qu’en shootant en manuel. Il faut savoir vivre avec son temps (sans non plus tomber dans ses travers 😉 ) Shootez en manuel si vous en avez besoin, ou pour expérimenter. Pas tous les jours.

P.S. : Si vous aimez l’argentique et que vous pensez à me descendre en flammes là tout de suite, prenez en compte que je vais aussi goûter à ses joies très bientôt, faut que je m’achète de la pelloche 😉
 
Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (28 votes, moyenne : 4,00 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

126 commentaires
  1. L’article date un peu et il me semblerait important de notifier que depuis 2011, le progrès du numérique dans les hautes sensibilités fut tel que je travaille désormais depuis peu entièrement en manuel au lieu du mode priorité à l’ouverture que j’ai usé pendant 15 ans. Le mode manuel est une technique difficile à mettre en oeuvre en argentique ou en numérique quand on travaille à ISO constant. En revanche, avec les appareils les plus modernes capables de produire des images propres jusqu’à 6400 ISO, travailler en mode totalement manuel ne pose absolument aucun problème. Tout est une question de se référer au triangle photographique Ouverture-Vitesse-Sensibilité. Le mode de priorité à la vitesse ou à l’ouverture demeure pertinent si vous travaillez à ISO fixe. En revanche, le mode manuel devient particulièrement pertinent et créatif à partir du moment où vous travaillez avec une ouverture et une vitesse déterminée avec un ISO automatique piloté par la cellule de l’appareil. Dans ce cas, vous travaillez en mode manuel avec l’assurance d’avoir en plus des photos parfaitement exposées car le boitier se charge d’adapter la sensibilité ISO en fonction de l’ouverture et de la vitesse de votre choix. Le mode manuel, en ce qui me concerne, s’est imposé comme la solution incontournable pour la photographie instantanée de reportage où le respect d’une ouverture et d’une vitesse précises est incontournable pour la réussite de l’opération. Sur les boîtiers numériques les plus récents, la vraie révolution avec le mode manuel, c’est que c’est finalement la véritable révolution : un mode double priorité Ouverture-Vitesse. Elle est pas belle la vie ? Raison qui fera revoir la copie de l’auteur sur le terme ridicule ! 🙂 🙂 Indiscutablement, le tout manuel, çà craint !! :p

  2. Pauvre tache, l’avantage du manuel est de faire la photo de notre choix. Choisir le mode Av, c’est choisir le mode de celui qui se croit un pro et qui, en fait, n’a aucune idéa de ce qu’est réellement la photo. Il ne s’agit pas simplement de faire un flou en fond mais de choisir jne luminosité et une image en fonction d’une idée. Pauvre con.

    1. lol ! Je ne sais pas pourquoi mais j’adore les types comme vous 🙂

      Et sinon, en mode civilisé, vous avez quelque chose d’intéressant à dire ?

      1. Je ne pense pas que ce Môssieu est quelque chose d’intéressent à dire.

        Il ne sais pas parler normalement et s’il n’a pas de complexe sur sa façon de faire ses photos (ce que je ne trouve pas anormal), il devrait en avoir un pour son attitude sur un forum qui à priori sert à échanger des idées mais où on peut se passer de vulgarité.

        Comme dis Laurent,

        A bientôt et bonnes photos

    2. Vous êtes d’une délicatesse impressionnante !

      Vous devez savoir ce qu’est la SIMA et comment la gérer vous ?

      Nous attendons tous votre réponse.

      Mais faite tout de même de bonnes photos avec votre méthode de prise de vue qui doit dater des années 60.

      Vous n’avez que 50 ans de retard !

  3. Bonjour Laurent! Moi, je suis adepte du Manuel en terme d’exposition. Par contre, comme tu dis, je me fie à mon autofocus pour la mise au point. Parfois, je me laisse tenté par la mise au point manuel quand j’ai envie de monter en adrénaline. :p. Personnellement, je pense que la photo a quelque chose à avoir avec la pêche. Bien sûr qu’il s’agit de vouloir rapporter un gros poisson mais-avouez tout de même – qu’on serait plus fier de ramener le même gros poisson que le voisin avec son artillerie de malade sachant qu’on l’a pêché à l’ancienne (canne en bambou etc …). C’est un peu ce plaisir là que j’éprouve en manuel. Bien sûr que ça me sécurise de penser qu’il y a tout de même l’automatisme pour recourir en cas de force majeur! 🙂 J’adore le manuel! C’est mon avis! 🙂

  4. Bonjour,
    Pour la mise au point manuel, il est souvent possible de changer de verre de visée pour avoir une meilleur appréciation de la mise au point.
    Également, il est possible d’utiliser des bagues avec « AF confirm » (pour les montures du genre M42, K, etc…), qui va faire bipper l’appareil, en indiquant avec un point rouge dans le viseur l’élément mis au point.

    Il est vrai que sans ces éléments, la mise au point tiens plutôt de la roulette que de la maitrise.

    Concernant le mode M, sauf cas très particuliers, je le trouve également inutile. Le mode Av est très pratique, surtout quand on utilise des optiques avec bague diaph (sans contrôle sur le boitier).

  5. Merci pour vos articles…je les étudie consciencieusement .J’espére être prête
    pour mon prochain voyage dans le Nord Est de l’Inde,pour le moment je suis
    en Thailande et je vais « travailler » sur les pagodes..j’ai un Canon 5D Makro 3

  6. Salut! J’utilise le tout manuel personnellement, déjà parce que ça me permet de garder le contrôle, mais comme je sais comment on fait maintenant, je n’ai plus aucun problème vis à vis de ça… et la MAP manuelle simplement parce que j’ai un objectif qui ne me permet que ça (50mm F/1,8 et mon boitier n’est pas automatisé [D3100]). Ça me fait rater ma MAP dans certains cas, mais même en étant myope, je pense que les « ratages » diminuent progressivement… Enfin j’ai pas vraiment le choix de toute façon, je suis pauvre =D.

  7. Ping : Vandenberghe – Photographe Immobilier » Faut-il mettre la sensibilité ISO en automatique ?
  8. Tout d’abord je m’excuse pour la traduction française, au cas où quelqu’un lit l’anglais, je l’ai laissé en place

    Je serai tout à fait honnête et dire que je suis choqué par cet article et les commentaires.
    J’ai eu la chance de débuter ma carrière avant que le monde des caméras automatiques, il semble que tout le monde parle bonne exposition et les techniques de la photographie.

    Alors que nous devrions parler de l’aspect créatif, lors de l’utilisation manuelle je peux très rapidement changer la profondeur de champ, ou mouvement dans mes images, tout en tournant deux roues donc me laisser plus de temps pour la composition :)).

    En mode automatique, je dois prendre mes yeux de l’apparence du viseur au sommet de la modification de la caméra de priorité à l’ouverture ou priorité vitesse d’obturation ou le diable lui-même entièrement automatique. Avec manuel ces changements sont faits comme un éclair.

    Quant à mise au point automatique Je l’utilise pour la vitesse, mais jamais sur le travail important, car il mettra l’accent sur mon sujet, que la concentration augmente de 1/3 vers la caméra pour 2/3 de la caméra, il faut parfois se concentrer en face du sujet trop obtenir la profondeur de champ dont j’ai besoin.

    S’il vous plaît, croyez-moi quand je dis que la grave photographe créatif trouver ce manuel va ajouter trop la longue liste d’outils dans un sac de photographes.
    Phillip McCordall

    Firstly I apologise for the French translation , in case someone reads English I’ve left it in place

    I’ll be quite honest and say I was shocked by this article and the comments .
    I was lucky enough to start my career before the world of automatic cameras, it seems that everyone is talking about good exposure and the technicalities of photography.

    Whereas we should be talking about the creative aspect, when using manual I can very quickly change the depth of field, or movement in my images , just by turning two wheels therefore allowing me more time for composition :)).

    In automatic mode I would have to take my eye from the viewfinder look at the top of the camera change from aperture priority or shutter speed priority or the devil itself fully auto. With manual these changes are done like lightning.

    As for auto focus I use it for speed but never on important work, as it will focus on my subject, as focus increases 1/3rd towards the camera for 2/3 away from the camera it sometimes requires focusing in front of the subject too get the depth of field that I require.

    Please believe me when I say that the serious creative photographer will find that manual will add too the long list of tools in a photographers bag.
    Phillip McCordall

    1. le mode tout manuel permet une plus grande liberté et c’est tellement facile de le régler avec les Sony car ce que l’on voit dans le viseur est l’image final… et la mise au point avec de vieux objectif et tres facile grace au focus peaking et la loupe si ca vous suffit pas…

  9. Bonjour Laurent,

    Je lis attentivement tes articles ce matin, et je sais que tu l’as dit lors de la conférence du 11 juin, mais franchement je n’arrive pas à décrocher du mode M. Je t’explique mon problème : quand je suis en A ou S, mon appareil me laisse choisir aussi les iso, et du coup, j’ai deux choses à régler sur trois, et donc souvent le 3e paramètre n’est pas compatible avec ce que j’ai choisi, et donc ça clignote et ça veut pas (ou ça veut mais c’est loupé). Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire. Du coup j’ai l’impression de perdre moins de temps en mode M où je choisis tout, et où je sais que ce sera compatible.
    Peut-être y a-t-il une astuce qui me manque ?
    Merci pour tes conseils en tout cas !

    1. L’astuce, c’est de se mettre en ISO Auto. Dans ce mode l’appareil choisit une sensibilité cohérente avec les choix d’ouverture et de vitesse faits manuellement. A noter : on peut en général régler le maximum autorisé en ISO Auto, ceci pour éviter des photos trop bruitées sans s’en rendre compte à la prise de vue. Si le maximum est atteint et que l’exposition n’est pas suffisante, là ça « clignote ».

      Je trouve que le mode M en ISO Auto est excellent car ça revient à un mode où on fixe les contraintes souhaitées (sous peine de ne plus vouloir faire la photo).

      Mais mieux que le mode M, il y a le mode A avec la possibilité de fixer la vitesse minimale (le réglage ISO Auto faisant le reste). Tous les boîtiers ne le permettent pas ou bien sous une forme un peu cachée : sur le mien il prend la vitesse de synchro lente du flash, même quand celui-ci n’est pas actif.

  10. quel beau débat entre les partisans du « je veux garder le contrôle » et du »faite confiance à la technique de votre appareil » mais je pense qu’il faut mixer les deux à bon escient et pour ma part:
    mode manuel quand j’ai le temps de peaufiner les réglages ou avec mes « vieux »objectifs très lumineux mais qui ne sont pas auto focus !!! la MAP n’est pas toujours facile mais je suis un « ancien » de l’argentique et je m’adapte mais les résultats sont très souvent excellents.
    mode A et ou S quand les situations ne me permettent pas d’avoir le temps de « peaufiner » et le numérique fait très bien son job.
    l’utilisation du mode M est souvent utilisé par les anciens mordus de l’argentique par habitude mais n’a souvent rien à voir avec le fait de vouloir passer pour un PRO.je déplore le ton agressif de certains car je pense que chacun a droit de photographier selon son choix et que seul le résultat obtenu reste important.

  11. Bonjour,
    Je viens de découvrir ce site de Laurent et je le trouve passionnant.
    Globalement d’accord avec l’article, jusqu’ici je n’employais que les modes AV et TV.
    Parfois aussi le mode A, mais en décalant soit l’ouverture, soit la vitesse avec les molettes, en fonction du résultat désiré (appareil Canon EOS 6D).
    Récemment, en conditions difficiles, j’ai opté pour le mode manuel, mais pour d’autres raisons : j’en avais assez d’obtenir des photos soit sans suffisamment de profondeur de champ, soit floues (cas des oiseaux en vol ou des fleurs, par exemple). Alors je suis passé en mode manuel pour fixer une vitesse satisfaisante (1/125) et une ouverture également satisfaisante (f/8). Par contre je laisse l’ISO en Auto. Ce n’est donc pas véritablement du Manuel, mais j’obtiens ainsi des photos avec une bonne vitesse d’obturation et à la fois une bonne profondeur de champ. Au prix, évidemment, d’une montée en ISO qui peut bruiter les photos si elle augmente exagérément.
    Mais le 6D (full frame) possède un faible bruitage des photos, même pour des ISO élevés (en restant raisonnable) et on peut limiter sa valeur maximale.
    Ensuite, je ne prends que des photos en mode Raw, que je traite systématiquement sous Lightroom 5.3 et Photoshop CC, en 16 bits Prophoto. Et là, ces logiciels font des miracles : traitement du bruit, balance des blancs, augmentation de la dynamique (qui m’ont même fait abandonner le HDR), traitement de la netteté, amélioration des couleurs… et également traitement par zones pour augmenter leur luminosité ou inversement, en plus d’autres réglages. Les résultats sont spectaculaires.
    Par contre, si je n’abandonne pas les modes Av et Tv, j’utilise systématiquement l’autofocus à une zone centrale : visée sur le sujet avec le déclencheur à mi-course, puis décalage pour le cadrage (avec visée « spot » le cas échéant). C’et une habitude et je l’emploie instinctivement.
    Naturellement, des objectifs à grande luminosité sous toutes les focales améliorent les résultats (Canon EF 24-70 2.8, Canon EF 70-200 2.8), ainsi que Canon 50 1,4 et Canon EF 100 2,8 Macro.
    Mais je n’affirme pas avoir raison pour ce mode Manuel particulier. Qu’en pensez-vous ?

  12. Autant on s est empresser d expliquer le av et tv , le mode m je lexperimente tt seul. Je suis autodidacte et je me considere encore debutant . Je shoot a 90 pour cent en av et tv , pour la rapidite dexecution , et le M ma permis de voir les effets des trois paramètres du triangle.. qd tu as compris le systeme tu fais ta mesure en 30 secondes avec une photo test , tu perds autant de temps a mettre la correction .et puis si tu rates la photo , cest quand meme bien de se demander pq?et de vouloir corriger le tir non ?

  13. Je vais écrire mon commentaire a chaud et sans même avoir lu le reste de larticle (que je vais faire et reposter un com si jai changé d’avis)
    comment peut ton tenir dans tes premières phrases de tel propos : « mauvaise idée »

    Même si j’utilise le plus souvent le mode av , le mode M est le mode qui te rend fier de ta photo , le mode qui te fait comprendre les regles photographique , et quel fierté de se dire j’ai obtenu ça grâce a moi-même

    Autant tes articles en général , même si souvent apprécié , et imprécis mais bien écris et souvent de bon conseils , ici …

    merci a toi

    1. J’ai envie de dire, lis l’article… (et comprends que c’est écrit à destination d’un public débutant, pas de toi en particulier)

      Si tu tires ta fierté de la méthode qui t’as amenée à faire la photo, et pas de la photo elle-même, c’est un sérieux problème honnêtement. Il n’y a aucune fierté particulière à tirer d’avoir obtenu en 5 minutes en tâtonnant en Manuel les mêmes réglages que t’auraient donné le mode Av en 1 seconde (avec éventuellement une correction d’exposition). C’est même assez idiot d’y perdre 5 minutes je trouve.

      Question : entre une mauvaise photo faite en mode Manuel et une bonne faite en mode Av, laquelle préfères-tu ?

Voir plus de commentaires