Le tout manuel, ça craint

29 septembre 2011

Ces derniers temps, j’ai eu le sentiment via vos commentaires et vos mails que pas mal d’entre vous utilisaient systématiquement le mode manuel de leur appareil, voire la mise au point manuelle. C’est une très mauvaise idée, et voyons pourquoi.

Je ne sais pas trop d’où cette idée peut venir. Probablement d’un savant mélange entre des gens qui affirment que « quand on est un vrai photographe on fait son exposition et sa mise au point manuellement », ceux qui vénèrent Leica, et ceux qui pensent que c’était mieux avant, quand on avait que des argentiques tout manuels.

Pour être tout à fait franc, je pense que c’est complètement ridicule, et encore je suis très poli. En utilisant le tout manuel, je pense que vous allez surtout vous frustrer plutôt que de progresser, et que vous avez mieux à apprendre que de deviner les paramètres de l’exposition idéaux pour une scène comme ça, à l’instinct.

Le mode M

PENTAX mode manuel appareil photo molette réglage

Ne tombez pas non plus dans l’extrême inverse 😛
PENTAX K-x mode dial 22 by HAMACHI!

Commençons par le mode M, qui semble pas mal utilisé y compris par des photographes débutants. Qui après s’étonnent que leurs photos soient mal exposées.

Alors oui, de nombreux grands noms de la photographie ont utilisé le tout manuel. Et vous savez pourquoi ? Parce qu’il n’y avait rien d’autre ! Les cellules qui mesuraient automatiquement l’exposition et permettaient des modes comme la priorité à l’ouverture ou à la vitesse sont finalement arrivées relativement tardivement.

Mais aujourd’hui, nous avons la chance d’avoir entre les mains pour un prix relativement modique des systèmes capables de déterminer une exposition correcte de façon très précise.

Alors vous allez me dire :

Oui, mais tu prônes quand même de ne pas laisser l’appareil décider à notre place, ça ne va pas limiter notre créativité de s’en remettre aux automatismes de l’appareil ?

Oui, je le prône, et ce n’est pas près de changer. (Au passage, le système des nouveaux Nikon J1 et V1 censé choisir à votre place la meilleure photo parmi une série à votre place est une aberration pour moi.)

Seulement ces automatismes, vous en avez quand même le contrôle via divers mécanismes. Il suffit de les connaître. Si vous savez que vous souhaitez telle ouverture et c’est tout, je ne vois pas l’intérêt de déterminer vous-même la vitesse d’obturation. Au risque de me répéter, la mesure d’exposition de l’appareil fait ça très bien.

Et si elle se trompe, vous avez 3 outils très simples à utiliser qui vous permettront de faire ce que vous voulez dans bien des cas :

Rien qu’avec ça, vous pouvez régler 99% des cas où la mesure d’exposition se plante lors d’un premier essai. Et ces cas restent relativement rares.

Alors oui, parfois, la mesure d’exposition n’y arrive plus, parce que les conditions de lumière sont trop difficiles. Et dans ce cas-là, je vous dis au contraire : n’ayez pas peur de reprendre le pouvoir et passez en mode M !

Ça m’est arrivé, mais uniquement dans des situations où c’est indispensable parce que mon appareil s’emmêle les pinceaux. Typiquement en concert par exemple (et encore, ce n’est pas toujours obligatoire).

Bref, je ne vois pas pourquoi vous compliquer la vie avec ça. Si vous shootez en mode M, c’est du temps que vous ne passerez pas à composer votre image, et vous pourriez bien rater le moment décisif en plus de ça. Et ça ne fait pas de vous un « sous » photographe ! Si vous voulez mon avis, ce qui fait un bon photographe ou pas, ce n’est pas l’appareil ou le mode qu’il a utilisé, c’est la photo finale. Point barre. Comment vous y arrivez, franchement, on s’en fout.

La mise au point manuelle

Alors oui, au bon vieux temps, on shootait en mise au point manuelle. En même temps, il n’y avait pas d’autofocus. Et puis surtout, vous avez déjà regardé dans le viseur d’un vieux reflex argentique, même d’une gamme plutôt « grand public » ? C’est gigantesque, très clair et lumineux, bref rien à voir avec les viseurs de nos reflex actuels, qui ne représentent pas 100% de l’image, sont relativement sombres, bref totalement inadaptés à la mise au point manuelle.

En ce qui me concerne, je suis bien content d’avoir un autofocus performant qui me permet de faire la mise au point rapidement et précisément où je veux dans l’image. Les systèmes d’aujourd’hui sont extrêmement performants, mais comme tout automatisme il faut savoir les maîtriser, et vous avez une emprise dessus. J’ai déjà écrit sur l’autofocus par le passé, et plus récemment sur la sélection manuelle du collimateur. Rien qu’avec ça, vous réussirez 99% du temps à faire la mise au point où vous le souhaitez.

Alors évidemment, ce système n’est pas parfait, mais par rapport à la mise au point que vous arriveriez à effectuer en mode manuel, c’est largement meilleur ! Je ne sais pas vous, mais moi dans le viseur de mon 550D, la plupart du temps je ne suis pas capable de voir suffisamment précisément l’endroit le plus net de l’image. Je suis myope ok, mais enfin je pense que pour la plupart d’entre vous ça doit être la même chose 😛

 

Donc dans la plupart du cas, utilisez l’autofocus, mais à bon escient. Personnellement, j’utiliserai la mise au point manuelle en macro, où la profondeur de champ est si faible qu’on voit bien l’endroit le plus net de l’image, et dans des situations où j’ai particulièrement le temps.

Par exemple, si je fais un paysage en réglant tout tranquillement sur mon trépied, je peux me permettre d’activer le Live View, de zoomer à 10x, et de faire la mise au point manuelle, pour être sûr d’avoir la meilleure netteté possible.

 

Mais dans la plupart des situations photographiques, vous n’aurez ni le temps ni la capacité de l’utiliser correctement. Alors fiez-vous à l’autofocus, vous l’avez payé assez cher 😉

 

 

Voilà, tout ça pour dire de ne pas avoir peur du manuel, mais de ne surtout pas en faire une doctrine ridicule qui voudrait qu’on soit un « vrai » photographe qu’en shootant en manuel. Il faut savoir vivre avec son temps (sans non plus tomber dans ses travers 😉 ) Shootez en manuel si vous en avez besoin, ou pour expérimenter. Pas tous les jours.

P.S. : Si vous aimez l’argentique et que vous pensez à me descendre en flammes là tout de suite, prenez en compte que je vais aussi goûter à ses joies très bientôt, faut que je m’achète de la pelloche 😉
 
Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂
 

 
Vous avez aimé cet article ?

Vous pouvez le télécharger au format PDF pour l’avoir chez vous :
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (22 votes, moyenne : 4,09/5)

Loading...

Recherches utilisées :

tout sur la photographie, manuel photographie, focus manuel, mode manuel photo, manuel photo, photographier en manuel, photo en manuel, photo manuel

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

125 commentaires

  • Bonjour Laurent,
    Tout à fait d’accord avec toi il est préférable d’adopter le mode priorité ouverture A et d’avoir ainsi le choix du diaphragme selon la PdC désirée ou le mode priorité vitesse T ou S lorsque le sujet est en mouvements. Il en est de même pour la photo au flash, il vaut mieux utiliser le mode x-TTL que le mode manuel surtout lorsque les objectifs n’ont pas de bague de diaphragme. La technologie moderne nous offre plusieurs moyens de compenser ce que le mode manuel pouvait nous offrir au temps de l’argentique: correction d’exposition, décalage de vitesse,affichage de l’histogramme, autant de moyens de se libérer du manuel et de se consacrer au cadrage et à la composition.
    myrddindu13

    29 septembre 2011
    • Bonjour tout le monde et encore une fois bravo à Laurent pour cet article. En parlant de mise au point manuelle, justement hier, je l’ai utilisée pour la première fois, afin de faire la mise au point sur un décor de jardin visé entre les contrevents fermés en persienne de ma maison. Ce fameux autofocus dont j’use et j’abuse tant il me convient (moi je suis myope et en plus j’ai un glaucome…alors je suis pas prêt de m’en…. avec le « tout manuel ») m’a fait défaut et donc j’ai trouvé là une occasion parfaite de faire la MAP manuelle. Ceci dit, ce matin j’ai « réembrayé » mon autofocus, naturellement.

      29 septembre 2011
  • Bonjour Laurent,
    Chouette ! une baffe !
    Je me demandais aussi pourquoi … Pourquoi ? Tu l’as mentionné d’une façon assez claire et compréhensible. On dirait que cet article a été fait pour moi.
    Je fais partie de ces amateurs qui pensaient (pas pour tout mais en grande partie tout de même – soyons francs !) que le manuel …
    Bon, super je vais refaire mes mises au point, revenir aux modes ouverture et vitesse et laisser mon boitier décider – ça aura le mérite de faire des photos plus rapidement – beaucoup plus rapidement ? et aussi meilleures Lol !
    Donc merci pour ces précisions.
    Je me demande comment tu fais Laurent ? Tu as un Job, des tas d’autres choses à faire, l’énorme travail du comparatif encore pour nous autres les hésitants et les perdus des technologies… et 700 ça compte … et ce que nous ne connaissons pas (ah si, ton spitch pour le salon de la photo …).
    Alors merci encore et fais-nous encore plein d’autres articles ça nous sert !
    Charles-Henry

    29 septembre 2011
  • Salut Laurent..

    Le tout Manuel ça ne craint pas.. et inversement le Semi-auto ne craint pas plus..

    A titre perso, je n’utilise que très rarement le mode Manuel.. pourquoi? Je considère de mon D700 est plus précise et rapide que mon oeil + mon cerveau + mon doigt qui va régler la vitesse en fonction du dipah ou du diaph en fonction de la vitesse. De plus, la cellule fait partie du prix de l’appareil, donc JE L’UTILISE!! J’ai appris à me servir des corrections d’expo, de la mémorisation d’expo, du choix du mode de mesure et voilà point.
    Après, comme tu dis il y a de nombreux débutants que ne jurent que par le manuel (je le vois dans le petit club photo que nous avons monté avec des collègues à mon travail).. J’ai envie de dire, si ils se sentent à l’aise avec ça et que c’est leur sensibilité, quelque part tant mieux. Ce que j’en comprends c’est qu’ils se sentent plus en phase avec le fait de photographier.. Alors franchement, je ne cherche pas à leur faire changer de point du vue.. Mon avis est qu’ils mettront surement plus de temps à progresser, mais ils gagneront en maîtrise, j’en suis persuadé.

    Concernant la MAP manuelle.. Alors là, no comment.. hormis pour les paysages ou bien lorsque l’appareil est posé sur pied, je te rejoins à 100%.

    29 septembre 2011
    • Il semblerait que tu contredises Laurent dans ton message alors que si tu lis l’article, il te rejoint complètement!
      C’est vrai que c’est exagéré de dire que le mode M « craint » mais dans l’article, Laurent dis bien que le mode M est utile à certaines situations mais pas à toutes, d’où l’intérêt d’utiliser de mettre le mode auto pour les autres situations. Cela permettrait du coup d’avoir une meilleure réactivité pour la prise de photo, d’autant plus que personne ne s’intéressera au procédé que tu auras utilisé sur tes photos (je parle du mode utilisé, pas de l’objectif utilisé ou le traitement de la photo effectué).
      Merci Laurent pour ton article qui met une piqûre de rappel à tous ceux qui comme moi, veulent tellement perfectionner leur photo qu’ils ne font pas confiance à l’automatisme de leur boitier et laissent tout en manuel du coup. Je vais me pencher un peu plus sur les modes autos dorénavant.
      PS: LAURENT, j’ai acheté des lots de 3 pellicules iso 200 sur le site de la fnac (Fnac Marketplace) pour 22€, tu devrais en profiter 😉

      29 septembre 2011
  • Qu’est-ce que j’aime cet article !
    Moi le Manuel…zéro ! je sais, pas bien non plus mais je ne suis pas « équipée » pour savoir faire…
    Et c’est vrai que l’important…c’est la photo finale ! On ne vous demande pas à quel âge vous avez marché ou passé votre bac.. l’important c’est de marcher et d’avoir son bac !
    Moi, astigmate, presbyte et hypermétrope…je me fie beaucoup à mon appareil photo pour la netteté de mes photos.
    J’ai mitraillé samedi soir au spectacle Excalibur au grand Stade de France…et pas le temps de faire des finesses pour ne pas rater les bons moments …
    Et les ‘sachants » qui me font les crâneurs en ne me parlant que « chiffres »…ils me fatiguent…je prône le plaisir de photographier…même si je n’ai pas ma place au royaume des grands..
    Merci encore et bonne journée
    Mellie

    29 septembre 2011
  • Bonjour, Laurent,

    Merci pour cet article : ça me console…

    J’avais fait des essais d’utilisation des modes P, A, S, M de mon compact (je n’ai pas de reflex) : pas concluant.
    J’en avais conclu que j’étais trop nul, et je ne me sert plus que du mode Scène…

    Donc, ton article me rassure. En fait, sur mon compact, il ne me manque que la mémorisation d’exposition et un grand angle…

    29 septembre 2011
  • Super cet article, encore une fois ;o)
    Moi je suis souvent (quand je suis dans mon jardin avec les enfants) en M, pourquoi ? Je tente souvent de n’utiliser que la prio ouverture (j’ai encore fait le test ce matin) mes photos sont quasi toujours sous ex ..???? sombres ..??? POURQUOI !!?
    J’aimerais bien ne pas m’enquiquiner avec le reste et juste shooter, mais je trouve mes résultats souvent meilleurs en M qu’en A ..? Si tu arrives à me l’expliquer ;o)

    Sinon un jour (si ce n’est déjà fait), j’aimerais bien connaitre les astuces du fameux Live View et de la loupe. Merci

    29 septembre 2011
    • Bonjour Coccinelle,

      L’exposition de tes photos, en mode A ou S (T) est calculée automatiquement, certes, mais pas sans tes directives. Tu peux jouer dessus et il faut savoir comment pour que l’exposition de convienne.

      Laurent en parle dans son article et dans d’autres dont il a mis les liens, mais en gros : ton appareil peut calculer l’exposition de la scène de plusieurs manière : soit en un point très petit sur le collimateur choisi, donc au centre par défaut (mesure spot); soit sur ce même point unique, mais influencé par ce qui l’entoure (mesure spot pondérée) ; soit sur toute la scène, en entier ; et encore d’autres variantes…

      Essaye ces modes de mesure, voit comme ils influencent le résultat, et tu vas vite exposer parfaitement.

      Pour des enfants dans le jardin, tu as le choix, les trois se défendent, mais si tu choisi la mesure spot, met bien dans le collimateur sélectionné ce que tu veux voir correctement exposé, comme un enfant. D’ailleurs si le sujet n’est pas petit, prend plutôt la spot pondérée. Mais sinon normalement, la mesure scène entière devrait faire l’affaire.

      Ensuite, il est possible que tu aies laissé un réglage mal dosé, comme la correction d’exposition. Vérifie qu’elle est bien à 0.

      Je ne vois que ça pour l’instant, mais n’hésite pas à nous faire part de tes essais et problèmes.

      29 septembre 2011
  • Bonjour Laurent,
    tout à fait d’accord avec toi lorsque tu dis qu’il est dommage de ne pas profiter des mesures automatiques des reflex, qui feront dans la plupart des cas du bien meilleur boulot que nous (je suis dans ce groupe des débutants ;-)). Mais il y a des cas où on peut vouloir contrôler profondeur de champ, et temps d’expo, et dans ce cas je me mets en mode M mais en utilisant la fonction ISO-Auto. Je trouve cette alternative très intéressante, puisqu’on retrouve tous les avantages des mesures auto des modes A et S, mais en contrôlant les 2 paramètres à la fois.
    Que penses-tu de ce choix ?

    29 septembre 2011
    • Par principe, tous les boitiers permettent de régler le temps d’exposition en mode A et S. Le mode M n’est vraiment utile que quand on souhaite effectuer une prise de vue dans des conditions de lumière difficiles.

      29 septembre 2011
      • Je ne vois pas ce que tu veux dire.
        En mode S on règle le temps d’exposition, d’accord, et l’appareil règle automatiquement l’ouverture.
        En mode A on règle l’ouverture, et l’appareil choisit le temps d’expo correspondant, donc dans ce mode on ne règle pas le temps d’expo…

        29 septembre 2011
        • Si! Normalement, en mode S ou A, tu as un bouton d’exposition (symbolisé par +/- ). En appuyant dessus, tu peux régler l’exposition à -1 ou +1 (voire plus ou moins).
          Ces réglages permettent, par exemple, en mode A, d’augmenter plus ou moins ta vitesse d’obturation afin de régler l’exposition de ta photo.

          29 septembre 2011
          • On s’est mal compris je pense. Je considère que l’exposition choisie par l’appareil est bonne, donc je ne veux pas la modifier avec ce réglage.
            Je prends un exemple pour être plus clair.
            Je veux photographier un sujet en mouvement tout en ayant le fond/paysage net.
            Je me mets en mode S, à 1/500, et là l’appareil me choisit f/2 => sujet net, mais fond flou.
            Je me mets en mode A, à f/8, et l’appareil choisit 1/50 => fond net, mais sujet flou. (alors là avec +/- je peux faire varier la vitesse, mais seulement légèrement et en plus la photo ne sera plus correctement exposée au final).
            En mode M, je choisis 1/500 et f/8, et l’appareil règle la sensibilité Auto sur 1000ISO => j’ai le résultat que je voulais. (c’est toujours l’appareil qui a jugé de l’exposition, mais c’est moi qui ait choisi les 2 paramètres importants dans mon cas)
            (Attention, je donne des valeurs un peu au hasard juste pour illustrer)

            29 septembre 2011
          • Waw! en gros, tu souhaites palier, dans ton exemple, à une exposition basse avec tes ISO…
            C’est du gâchis de faire une photo à 1000 ISO? (je dois peut être me tromper, mais dés que je dépasse 800 ISO, personnellement, j’ai un grain pas possible sur mes photos, à moins de me mettre en mode réduction de bruit, mais là il me faudra plus de patience…)
            Bref, si je comprends bien, ton mode M te permet d’avoir la vitesse et l’ouverture que tu veux en compensant avec la sensibilité ISO… Why not (ce n’est pas du tout ce que je ferai, mais je ne veux pas critiquer).
            De plus la situation que tu décris est assez délicate : tu fais une photo d’un sujet en mouvement, de nuit (pas dans un lieu trop sombre), avec le paysage net, d’où un réglage de 1/500 – f2 de base.
            PS: je pense que pour f8 ce serait plus du 1/8 ou 1/4, je me trompe peut être par contre.

            29 septembre 2011
          • J’avais bien précisé que je donnais des valeurs « au hasard » pour illustrer, je n’ai pas les valeurs d’un cas réel sous la main…
            Et en ce qui concerne la sensibilité, sur les reflexs récents, (D7000 dans mon cas), tu montes à 1600 ISO sans aucun problème, et ça reste exploitable encore au dessus.
            Et donc tu dis que ce n’est pas la solution que tu choisirais, mais je ne sais pas quelles autres possibilités il y a (je précise de nouveau que je suis débutant et donc ne demande qu’à apprendre ;-)). Comment ferais-tu ?

            29 septembre 2011
          • Et petite précision, je ne suis pas en train de dire qu’il faut toujours utiliser le mode M, je l’utilise finalement peu souvent. Je suis plutôt d’accord avec l’article de Laurent. Je voulais juste apporter une solution qui n’était pas évoquée dans l’article et que je trouvais intéressante dans certains cas.

            29 septembre 2011
          • Oui c’est bien ce que j’ai compris Jérôme, je répondais juste à ta question. 🙂

            29 septembre 2011
          • Oui Jérôme j’ai bien noté qu’il s’agissait de valeurs au hasard 😉
            Ecoutes, je ne dis pas que palier au cas que tu décrivais est mauvais, c’est une alternative possible. Personnellement (et vois le comme un choix personnel), j’ai horreur d’aller outre 800 ISO car j’aime exposer mes photos chez moi, en fond d’écran de pc ou sur ma page Facebook (en version HD), et le fait de voir systématiquement ce petit (ou dés fois gros) bruit me pique les yeux. Et en général, c’est la première chose qu’on remarque sur une photo.
            De plus, monter en ISO ne permet de pallier que de peu en terme de vitesse d’obt. (voir l’article sur les ISO de Laurent). Du coup, il est souvent difficile de passer de (f8 – 1/8 ou 1/10 à 1/500 grâce aux ISO. à la limite tu peux arriver jusqu’à 1/150 ou 1/200 avec un bruit ultra présent.
            Cela dit, à ma connaissance, il ne s’agit que de la seule solution pour la prise de photo dans ton cas! Prendre une photo de paysage de nuit avec un effet de mouvement bien calculé sur un sujet et une profondeur de champ est impossible… à moins d’attendre le lendemain matin 😉

            29 septembre 2011
          • Ah, y a le commentaire de R_Z qui (sans le vouloir) rejoint mon avis, en bas de l’article.

            29 septembre 2011
    • J’ai tout de suite pensé à cette pratique en lisant l’article. En effet, je vois sur le Canon (et j’imagine que c’est pareil pour les Nikon), il y a un mode « choix de l’ouverture », un mode « choix de la vitesse » mais pas de réel mode « choix de la sensibilité ». Passer en mode manuel avec ISO automatique permet de simuler ce mode.

      Pour Alexandre : c’est utile quand tu veux choisir ton ouverture (typiquement, peut-être qu’avec f/1.4, tu n’auras pas assez de profondeur de champ) mais que tu as besoin de vitesse car le sujet est en mouvement. Alors oui, avec 1000 ISO, tu as un peu de bruit mais moins que si tu prends AV avec 3200 ISO fixé pour que l’appareil calcule une haute vitesse.

      29 septembre 2011
      • 1000 ISO à la grande limite je suis d’accord (on est d’accord que les dépasser entraîne un bruit énorme sur les photos?!).
        Comme je disais, pallier à un manque de vitesse d’obturation avec les ISO est une alternative mais pas la meilleure.
        Dans l’exemple proposé par Jérôme, il parlait de faire une photo d’un sujet en mouvement avec une profondeur de champ à faible luminosité…. Je disais du coup que pallier en ISO ce genre de cas était une cata car l’ISO n’augmente pas de beaucoup la vitesse d’obt (elle la multiplie par 2 à chaque cran d’ISO).

        Cela dit, cette discussion va me permettre d’expérimenter un peu plus le mode M avec compensation ISO. Je vais voir si avec un traitement RAW on peut quand même rattraper un peu de bruit.

        29 septembre 2011
  • tout a fait d’accord aussi. j’ai commencé avec un canon EOS 500 argentique et rarement fait une photo que j’appreciait en mode totalement manuel. nous avons la technique aujourd’hui et me sers soit de la priorité vitesse ou ouverture quand je veux prendre la main (j’ai un canon 1000D) souvent les modes predefini sont tres pratique aussi et au pire il y a rawtherapie ou meme gimp qui permettent d’affiner et comme dit quand le resultat que l’on voulais est là on se fout des moyens tant qu’on fait pas prendre la photo par un autre pas de honte a avoir

    29 septembre 2011
  • Bonjour Laurent.
    Entièrement d’accord avec toi, même pour la macro ou je passe en manuel, surtout à cause d’utilisation de Flashs un peut anciens ou leurs automatismes ne répond pas bien de près.
    Amitiés.

    29 septembre 2011
  • Dommage de mettre autant de jugement de valeur dans cette article…
    Je suis très déçu d’une prise de position si ferme…

    Chacun est libre de progresser à son rythme, selon les modes qu’il souhaite, avec ses moyens et son matériel.

    Je pense qu’il aurait était beaucoup plus respectueux de tourner ces conseils (qui sont pour la plupart judicieux) d’une autre manière !

    29 septembre 2011
    • un peu dur comme jugement, je ne pense pas que Laurent ne soit pas respectueux dans ces articles, et justement un peu de respect pour lui, pour tout ce qu’il nous apporte et pour le temps qu’il nous consacre.

      29 septembre 2011
      • +1

        29 septembre 2011
      • Je pense que ce que Raf voulait dire, c’est que Laurent est un peu radical dans l’article. J’imagine quelqu’un qui utilise du tout manuel et qui est très bien avec qui lit l’article. Il doit se remettre en question et va peut-être même se forcer à utiliser un autre mode.

        29 septembre 2011
    • L’article est évidemment volontairement polémique, et il n’y a pas de manque de respect. C’est juste une manière de secouer un peu les idées reçues.
      Si quelqu’un se trouve très bien avec le mode manuel, tant mieux pour elle ou lui, mais j’ai la conviction que la majorité des débutants qui utilisent le mode manuel ne l’utilisent pas par confort, mais parce qu’ils ont lu quelque part que « c’était bien » 😉

      29 septembre 2011
  • Je suis d’accord avec toi pour la mise au point, tu as tout dis. Par contre, j’ajouterai quand même certaines réserves par rapport à l’exposition.
    Pour la photo au flash, j’utilise très souvent le mode manuel (quasiment à chaque fois en fait). Dès qu’on veut faire des rendus un peu particulier, les mode auto/semi auto sont vite limité (je pense notamment à la synchro lente ou à l’utilisation de flash déporté).

    Bref, je te suis dans ton raisonnement sur le principe (et c’est le meilleur conseil qu’on peut donner à un débutant) mais quand même…

    29 septembre 2011
  • Bien dit

    29 septembre 2011
  • Bon, bien moi je pense que chacun fait ce qu’il lui plait et progresse en utilisant les voies qui l’intéresse le mieux.

    Personnellement, j’ai toujours privilégié le mode M et je continuerais à le faire. Je n’ai jamais été frustré par les résultats obtenus, jamais.

    Je préfère toujours partir de ce mode et en sortir si la situation l’exige.

    Je ne comprend pas cette hargne dans ton billet cette fois-ci… :S

    29 septembre 2011
  • De toute façon, moi je n’ai jamais appris à utiliser le mode manuel, je ne sais pas pourquoi j’en voyais pas l’utilité. J’utilise beaucoup, mode ouverture ou mode vitesse.

    29 septembre 2011
  • Bonjour
    Je vois que ce billet provoque du débat ! Un brin provocateur, mais je ne le trouve pas « hargneux »… Personnellement je suis tout à fait d’accord pour dire que chacun doit suivre sa voie, mais je crois que ce que Laurent voulait pointer du doigt c’est un certain « snobisme » prônant le retour au tout-manuel, qui est sans doute lui-même une réaction naturelle aux excès du tout-informatique. D’ailleurs certains vénérables anciens ( ;)) ne traitent-ils pas les jeunots adeptes du numérique de « geeks » ?! Le problème c’est que les débutants (j’espère commencer tout juste à sortir de cette catégorie !) n’ont pas le recul nécessaire et peuvent se laisser décourager, ou dépenser de l’argent inutilement. Une de mes connaissances, munie d’un boitier non motorisé, s’était acheté un 50mm lui-même dépourvu d’autofocus, malgré mes conseils. « Je ferai la mise au point à la main c’est mieux… » Bilan 2 mois plus tard : 95 % des photos floues, une perte de temps et d’argent. Alors certes je sais qu’on apprend par l’échec, mais bon…

    29 septembre 2011
    • J’invite toutes les personnes qui sont « décus » par l’article de Laurent à lire le commentaire précédent de gwéolé…

      Il n’y a pas lieu d’être déçu de cet article. La plupart se sont focalisés sur les titres un peu « provoc' » de cet article ce qui est dommage car quand on lit bien TOUT son article, Laurent ne critique pas les gens qui utilisent la fonction M ou le tout manuel, il critique les personnes qui ne jurent que par le tout manuel (ou le tout auto). Il conseille d’ailleurs d’utiliser un condensé des modes autos et manuels selon le type de situation dans lequel on se trouve.

      29 septembre 2011
    • Gwénolé, tu as très bien résumé l’idée générale de l’article. La provocation était voulue, je trouve que c’est utile parfois pour bousculer quelques idées reçues et faire réfléchir.

      Mais comme je le dis, l’important c’est la photo finale. Si vous êtes bien avec le mode manuel, pas de souci. Mais ne le faites pas juste parce que vous avez lu que « c’est mieux » 😉

      29 septembre 2011
    • +1

      30 septembre 2011
  • Salut Laurent et merci pour cet article qui me rassure carrément car je suis incapable de shooter en mode M et de faire la mise au point manuellement. Et ça me taraudait quand même car voyant ceux, même débutant, qui n’hésitent pas à utiliser le mode M je me disais que j’étais à la ramasse et que j’avais du boulot (oui c’est vrai que j’ai quand même encore pas mal de chemin à faire… :-)).

    Pour la MAP, j’ai déjà du mal à faire des photos nettes avec l’autofocus, alors en manuelle… D’autant qu’il faut alors bien régler le viseur dioptrique…

    Enfin bref, merci de me décomplexer par rapport à tout ça et par voie de conséquence de m’encourager à persévérer dans cette voie.

    29 septembre 2011
  • Bonjour à tous !

    Tout à fait d’accord avec Laurent.
    Le mode M doit être utilisé dans des cas très particuliers ou les automatismes de l’appareil ne permettent pas certains effets. Il est surtout utile aussi pour comprendre la théorie de la photo.
    Pour ma part, j’utilise les mode A et S à 90% et le reste pour les autres modes.

    29 septembre 2011
  • Priorité ouverture ou priorité vitesse selon les besoins en ce qui me concerne lorsque je suis avec mon 550d, j’utilise rarement le mode manuel et jamais la mise au point manuelle.

    En revanche depuis quelques semaines/mois j’expérimente l’argentique et si les bases sont les mêmes le plaisir est totalement différent. C’est une pratique plus lente, plus réfléchie de la photographie je trouve. Et puis de faire la mise au point manuellement en plus du grain de l’image beaucoup plus sympa que le bruit numérique ça donne des images plus douces là ou trop souvent le piqué de nos numériques, leur précision donne des images tellement précises qu’elle sont taillées à la serpe et manque un peu d’âme parfois.

    Avis bien personnel d’un débutant (un an de pratique) qui aime les deux mondes.

    29 septembre 2011
  • Disons que le titre est racoleur 😉 mais je te rejoins sur le fond en tout cas. J’ai l’impression que ceux qui bossent en manuel, c’est surtout pour l’image que cela reflète : cela fait « pro » 😉

    le mode manuel pour l’expo, à la rigueur en studio où tu n’as pas vraiment le choix.

    la MAP manuelle, idem, mise à part en condition extrème (où l’AF n’accorcherait pas), ou pour de la mise au point à l’infini (paysage, paysage + longue pose / filtre), ce n’est pas utile dans 99 % des cas.

    29 septembre 2011
  • Bonjour à tous,
    Je vais amener ma pierre à cette discussion…
    Utiliser le mode manuel pour moi, sert à deux choses.
    – expérimenter et comprendre comment le lien PdC, ouverture, sensibilité, bruit, temps d’exposition… fonctionne
    – faire des photos hors normes comme à faire du lightpainting car aucun appareil ne sait ce que je vais vouloir faire avec la quantité de lumière que je lui donne au départ et à l’arrivée.

    Quand à la mise au point manuelle, je l’utilise systématiquement avec mon objectif le plus lumineux car il n’est pas autofocus et j’aime ça… En effet, il me permet de travailler en basse lumière naturelle sans risquer le flou car mes temps d’expositions sont divisés par deux.
    Cela dit, quand j’utilise en objectif autofocus, je ne fais jamais moi même la mise au point… Ou très rarement.

    Mais tout cela ne concerne que mon expérience.
    Je ne me permets pas de théoriser sur « ça craint », c’est snob, c’est incontournable…

    Tant qu’on y est, Laurent pourquoi pas un petit article sur le lightpainting puisque tu es une mine d’infos sur la photo et que tu as beaucoup de style dans ton écriture, je suis sûr que tu pourrais le faire découvrir à 80% de tes lecteurs, qui n’imaginent pas que ça existe.

    29 septembre 2011
    • 100 % d’ac avec Francois : on veut un article sur le lightpainting (je pratique des sessions régulières avec des gens sur Paris, si je peux m’améliorer dans le domaine, ca me plairait).
      Si je peux me permettre Francois, ce que tu ajoutes sur l’article a déjà été mentionné. Mais il est bon de relire sous une autre forme l’intérêt du mode M et du AF manuel.

      29 septembre 2011
    • J’y pense, mais je n’ai fait que quelques expérimentations moi-même, et donc je ne pense pas pouvoir écrire un article vraiment sympa sur le sujet pour le moment. Cela dit, je suis ouvert aux articles invités, donc si toi ou Alexandre vous sentez d’en écrire un, pourquoi pas ? 😉

      29 septembre 2011
      • Pourquoi pas, faut voir selon mes dispos. Il y a plus de chances que je fasse une session d’apprentissage au light painting sur Paris & alentours. Dans ce cas, là j’essaierai de te prévenir Laurent (si tu veux venir ou faire venir du monde).

        29 septembre 2011
        • Slam dunkin like Shaquille O’Neal, if he wrote intfimaorve articles.

          12 août 2014
    • je te rejoins tout a fait , du lightpainting , de la pause longue , des effets fantômes , des chutes des cascade , des contre jour , du strobisme , des photos de oies lactée , des feux dartifice , voila quoi sert le mode M

      5 septembre 2013
  • Dire que « ça craint » est un peu provocateur, mais je suis d’accord avec toi, surtout face à un certain snobisme qui voudrait qu’un vrai pro n’utilise que le mode manuel.

    Pour avoir fréquenté de vrais pro justement, je peux dire qu’ils utilisent toutes les possibilités de leur matériel (chacun avec des préférences) mais n’utilisent le manuel que dans des cas très particuliers.

    Mon premier vieux réflex srt101b argentique était manuel, c’était excellent, mais tout était fait pour shooter facilement dans ce mode : Viseur très clair, cellule où il suffisait d’aligner l’aiguille dans le cercle, ou bien au-dessus ou en dessous pour les corrections, la bague de vitesse était assez accessible, le diaph sur l’objectif tombait sous les doigts.

    Quand à la mise au point, le centre du viseur comportait un cercle de microprismes dont le centre était occupé par un stigmomètre, lorsque l’image n’était pas cisaillée dans celui-ci, on était sûr de la netteté même avec une mauvaise vue.
    En fait, j’arrivais à régler le tout en moins d’une seconde pour prendre des vues sur le vif, ce que je serais incapable de faire maintenant avec mon D7000 positionné en manuel.

    J’ai eu aussi un Dx7i argentique entièrement automatique, avec lequel, je pensais mieux m »en sortir en tout manuel, mais comme j’étais curieux, je me suis battu contre la machine en testant mes première pellicules avec une photo en manuel et la suivante en auto (soit priorité ouverture, soit vitesse, soit tout auto)…

    Eh bien ça rend humble face à la technique.
    Dans 90% du temps, l’appareil faisait aussi bien voire mieux que moi, les autres 10% sortaient de ses compétences.

    Donc, à chaque matériel, boitier ou optique, il faut passer un peu de temps pour apprendre à en faire le tour et en connaître les limites. C’est à partir de ça qu’on saura choisir le bon mode et éventuellement le manuel dans les cas qui dépassent le matériel. Mais cela permet aussi de faire des choses qui seraient impossibles en tout manuel (shooter un oiseau à la volée par exemple), et puis, en numérique, c’est si facile et si peu coûteux !

    Mais ce qui compte avant la technique utilisée, c’est l’œil du photographe, sa vision, la composition de ses images, les émotions qu’il transmet. La technique est au service de cela, pas le contraire.

    29 septembre 2011
  • Merci pour cet article !
    J’ai relativement abandonné le mode Manuel au profit de la priorité ouverture ou vitesse. Par contre je continue de temps en temps à faire la mise au point en manuel, notamment quand mon sujet bouge parce que j’ai l’impression d’être plus rapide. Et il y a toujours le bip bip et les points rouges pour m’indiquer quand j’y suis !
    Mais bon je fais des photos de merde donc …

    29 septembre 2011
  • En effet, pour ma part, je suis quasiment toujours sur le mode priorité ouverture A, qui me permet de choisir mon ouverture en fonction de la luminosité environnante ou de la profondeur de champ voulu.

    Je jette ensuite un coup d’œil sur la vitesse d’obturation calculée automatiquement, et si elle est trop faible, je pousse l’ISO sans dépasser 800 !

    Et pour la mise au point, le choix du collimateur est rarement modifié, sauf dans les cas extrêmes. En général, je mémorise la mise au point avec le collimateur central avant de recadrer…

    Mmmmmmh. Que du bonheur ce D5000 !

    29 septembre 2011
  • Je vais donner mon avis qui est tout à fait personnel – et donc qui ne vise que moi. J’ai mon d3100 depuis la mi-mai 2011 et jamais, je dis bien JAMAIS, je ne me suis servie d’un autre mode que le manuel, même pas au début. Je n’avais eu qu’un contact avant, automatique, et j’ai du apprendre toute seule, j’en ai bavé au début… mais en me mettant tout le temps en manuel, j’ai appris cent fois plus vite. Mis à part bien entendu lorsqu’un membre de ma famille voulait l’essayer, alors seulement je le mettais en mode tout auto.

    Maintenant, je suis… je ne vais pas dire incapable… mais je n’ai aucune envie d’utiliser un autre mode. Notamment parce que sur mon reflex les réglages sont simples… et que j’adore créer des effets de style avec la surexposition ou la sous-exposition… également à cause des couleurs que je veux rendre.

    Bref, je ne vois pas pourquoi ça « craint » d’utiliser ce mode. Quant à la mise au point par contre, je la laisse tout le temps en auto sauf pour le choix des collimateurs. Trop dure à régler sur le petit viseur d’un réflex 😉

    29 septembre 2011
    • Pourquoi pas … Toutefois tu dis que sur le D3100 – que j’ai aussi – les réglages sont simples, je trouve au contraire qu’il n’est pas le plus commode à utiliser en tout manuel (notamment du fait de la présence d’une seule molette…). D’autre part j’imagine que cela dépend aussi du type de photos que l’on fait , ou alors il faut accepter de manquer souvent « l’instant décisif » : quand je fais un portrait d’enfants en pleine action ou de la photo « sur le vif » dans la rue, je trouve que les modes semi-auto voire même tout automatiques sont quand même infiniment plus pratiques et efficaces ! Mais je te suis complètement sur la créativité, et c’est ce qui compte au final (sauf pour les pros en commande… paradoxalement !)

      29 septembre 2011
    • Je me retrouve totalement et complétement dans ton commentaire.

      J’ai commencé la photo il y a moins d’un an et j’ai découvert tout de suite ton blog Laurent. Avant ça je n’utilisais que le modo Auto de mon 550D, et grâce à un article et beaucoup de témoignage je suis passé au mode manuel car je ne comprenais pas trop les modes , TV, AV ou A-dep (A-dep je ne sais toujours pas à quoi ça sert je l’avou honte a moi lol -_-‘)

      Et aujourd’hui je me sens vraiment plus alaise avec le mode M et en lisant ton article sur les mode semi auto , je sens que j’aurai du mal a m’y habituer. Et préfère rester en M car je ne trouve pas que je mette plus de temps que ça a choisir les réglages pour une photos et je ne pense pas trop me tromper sur le choix de la bonne exposition.
      Je me trompe peut être je ne suis qu’amateur en photo.

      http://www.flickr.com/photos/viivii84/sets/

      29 septembre 2011
  • Mouais…
    Dire dans le titre « ca craint », dans la manchette « une très mauvaise idée » pour finir par écrire dans l’article que ce qui compte « c’est la photo finale », je trouve cela très racoleur, pas très impartial et finalement tout autant snob que ceux qui ne jurent que par le manuel.
    Attention, c’est uniquement une remarque sur la forme et pas sur le fond car tous les arguments présentés sont intéressants.
    Après je rejoins totalement les commentaires « chacun sa méthode », c’est la diversité des approches et des sensibilités qui fait tout l’intérêt du monde de la photo et des univers de chaque photographe.

    29 septembre 2011
    • Comme je l’ai dit plus haut, c’est volontairement « racoleur » (j’aurais plutôt dit polémique ou provocateur mais admettons), et je n’ai aucune vocation à être impartial sur ce blog : ce que j’y apporte, c’est ma subjectivité.

      Si tu me lis bien, je n’ai jamais dit que je ne respectais pas ceux qui utilisaient le tout manuel, tant qu’ils sont bien avec et qu’ils ne le font pas par « doctrine ». Je trouve insupportable que l’idée coure que le tout manuel est le seul mode qui permettrait de devenir un « vrai » photographe, et ainsi incite de nombreux débutants à l’utiliser systématiquement alors qu’il n’est pas forcément adapté pour eux.

      29 septembre 2011
      • C’est une bonne remarque, je n’ai pas utilisé le bon terme. L’impartialité n’a rien à voir là-dedans.
        Note que je n’ai pas dit que tu ne respectais pas ceux qui utilisaient le manuel 😉
        Je trouve simplement qu’il y a un manque de cohérence entre le titre (à la limite du troll, si j’ose) et le contenu réel de l’article (plein de bon sens et des arguments pesés et intéressants, comme d’hab’ sur ton blog quoi 😉 ). D’où le terme racoleur plutôt que polémique (je ne me suis pas trompé là par contre ^^ )
        Enfin, je rejoins l’avis de Thibal (ci-dessous) sur la cellule en mode M, elle est encore utilisable et surtout utile 🙂

        29 septembre 2011
        • Le titre « vend le clic » si on peut dire, la lecture de l’article remet un peu de modération là dedans (enfin modération, tout est relatif 😉 ).

          29 septembre 2011
  • Voici un article qui suscite bien des discussions!
    Moi, je ne suis pas tout à fait d’accord:
    Je n’utilise jamais le mode M, pourtant j’ai appris en manuel, et j’ai appris à mes enfants en manuel.
    Mais souvent les meilleurs photos ne sont pas celles qui sont exposées selon les standards.
    Par contre contrairement à ce que dit Laurent l’autofocus, c’est quand j’ai le temps, sinon ,c’est mon appareil qui et myope! ou le sujet à coté qui est net. Quand à choisir ces points de mesure, il faut du temps…c’est plus rapide de tourner la bague.

    Jean Claude

    29 septembre 2011
  • Bonjour à tous
    Alors la moi je dit bravo à Laurent pour cet
    article
    Personnellement je me sert d’un peu
    tous les modes A,S ou M car je cherche
    encore la meilleure façon de me servir de mon
    1er reflex alors voilà je dit bravo car l’article vous a bien fait réagir et la moi j’apprends
    beaucoup de choses avec vos commentaires

    Merci à tous.

    29 septembre 2011
  • Bonjour à tous,
    je vais aller un peu a contre courant de l’avis général mais je pense qu’il n’est pas « aberrant » du tout de travailler en mode Manuel la plupart du temps. Alors c’est vrai que ça demande un peu de pratique au début et qu’on rate pas mal de photos, ce qui est je le cas de tous les débutants et qui est un de tes premiers conseil je pense( RATEZ DES PHOTOS!!!). Mais après quelques temps les automatismes viennent et on fini par ne plus réfléchir à ce qu’on fait.
    Les avantages pour ma part est que l’on appréhende beaucoup mieux ce que l’on fait et qu’on ressent bien les concepts d’ouverture, de vitesse et de sensibilité et les interactions qu’il y a entre les trois.
    Ca évite aussi de se tromper entre Tv ou Av puisqu’on est toujours en M.
    Et puis surtout contrairement à ce que tu laisses croire ça n’empêche absolument pas de se servir de la cellule si chèrement payée de son appareil, au contraire. Car on l’a en permanence dans le viseur et on peut directement et bien plus facilement jouer à sur ou sous exposer suivant la situation. Soit par envie créatrice ou limite technique (pas assez ou trop de lumière) et cela sans devoir utiliser des technique de corrections d’expo qui sont tout sauf pratiques.
    Je pense donc que ton article est beaucoup trop tranché à cet égards et pas très objectif (pas photo hein). Que ce soit ton ressenti et celui de beaucoup d’autre est une chose, que ce soit LA vérité en est une autre.

    A part ça je trouve ton blog très bien fait et tes articles souvent intéressant et pertinent mais attention à ne pas te laisser dépasser par ta parole( enfin ton écris) et ton succès;)

    29 septembre 2011
    • Je n’ai jamais dit que c’était LA vérité : implicitement, tout ce qui est sur ce blog est parfaitement subjectif et découle de mon ressenti et de mes opinions (qui effectivement, valent ce qu’ils valent).

      Je suis d’accord avec toi sur l’utilisation de la cellule en mode M, mais malgré tout il faut faire quelque chose pour que l’expo soit correcte, alors qu’en semi-auto non.
      Moi je trouve la correction d’exposition plutôt très pratique, et je l’utilise assez souvent. J’aimerais qu’elle soit plus accessible, mais bon ça dépend aussi de l’ergonomie de l’appareil, en partie liée à la gamme je pense.

      29 septembre 2011
  • Pour ma part, je suis presque tout le temps en manuel mais j’utilise l’AF 99,99% du temps ^^

    29 septembre 2011

  • Laurent Breillat:

    Moi je trouve la correction d’exposition plutôt très pratique, et je l’utilise assez souvent. J’aimerais qu’elle soit plus accessible, mais bon ça dépend aussi de l’ergonomie de l’appareil, en partie liée à la gamme je pense.

    Ah voilà le truc, moi j’ai l’impression de perdre du temps avec la correction d’expo, j’ai le sentiment d’être plus efficace directement avec le mode M… Comme quoi les goûts et les couleurs 😉

    29 septembre 2011
  • Moi idem ThisisLouloute .
    Ma préconisation dans ce domaine c’est de réaliser une photo en mode Auto, de voir les exifs et ensuite de créer SA photo en exploitant les données qui me permettront d’obtenir ce que je souhaite. Mais c’est vrai que je ne suis pas « totalement » débutant. Quoi que !!!

    29 septembre 2011
  • Laurent, je suis d’autant plus d’accord avec cet article que je pense pareil depuis longtemps.

    Cependant, le message selon lequel l’appareil (qui fait mieux que nous, je suis d’accord) ne peut gérer l’exposition qu’en A ou S (ou P) est faux pour moi : Tout APN a un indicateur d’exposition dans le viseur et sur l’écran, non ? En mode M on peut donc aussi facilement s’assurer d’avoir une bonne exposition. Aussi bonne qu’en A ou S. Sauf qu’en plus du confort de la gestion de l’exposition par l’appareil, on contrôle au choix la vitesse ou l’ouverture, sans changer de mode.

    Je dirai que tous ces modes se valent en fait, ils utilisent tous le triptyque, mais en manuel il faut le vérifier du coin de l’oeil 🙂

    29 septembre 2011
  • Bonjour,
    Je suis assez d’accord sur l’usage de l’auto-focus quand il est disponible, qui est plus rapide et précis la plupart du temps que la mise au point manuelle, alors pourquoi s’en passer ? Mais il y a quand même un côté plaisant, sensuel presque, à tourner la bague de MAP … certes il faut avoir un peu plus de temps mais c’est une des choses que j’apprécie quand j’utilise mon 50mm dépourvu d’auto-focus.
    En revanche, je trouve que le réglage manuel des paramètres d’exposition est très pédagogique, et sans en faire une obligation, je pense qu’il est important de maîtriser ce mode M, ne serait-ce que pour mieux utiliser les modes priorité vitesse et ouverture.

    En ce qui me concerne, c’est mode M ou priorité ouverture, mais rarement MAP manuelle.

    29 septembre 2011
    • Your posting is abtuolsely on the point!

      12 août 2014
  • En préambule à mon commentaire : chacun est libre de ses choix. Ceci étant posé, j’ai eu mon premier appareil « sérieux » en 1968 et il était déjà doté d’une cellule photoélectrique. C’était rudimentaire et pas très précis mais c’était déjà mieux que le pifomètre ! On choisissait un couple vitesse-diaphragme (ouverture) pour que l’aiguille d’un galvanomètre se cale sur un repère. Et on était bien content parce que les pellicules diapos coutaient cher et n’admettaient pas beaucoup l’erreur. Les pros qui travaillaient en manuel le faisaient avec du négatif N et B, beaucoup plus tolérant, ils connaissaient par cœur le comportement de leur émulsion préférée et rattrapaient beaucoup de choses sous l’agrandisseur. Et ils ne venaient pas nous dire s’ils sortaient de leur poche une superbe cellule Gossen (le top de l’époque) car il y avait déjà une forme de snobisme et d’élitisme du tout manuel. Alors avec la puissance de calcul de nos appareils, j’utilise les modes priorité ouverture (à 90%) ou vitesse et honnêtement ça marche très bien.

    Je serais plus nuancé pour l’autofocus. La mise au point manuelle c’est très bien aussi quand on se sert de l’HYPERFOCALE. Pour cela plusieurs conditions : une focale fixe pas trop longue (l’autofocus est imbattable avec les focales longues car la profondeur de champ est très réduite), une vraie bague de mise au point (souple et de grande amplitude) et une échelle de profondeur de champ. Supposons que j’ai un 28 mm, et que je travaille à F16 par exemple. En réglant ma mise au point sur 1.3 m, tout sera net de 0.70 m à l’infini. Et basta, je ne touche plus à rien. Et ça, c’est plus rapide que le meilleur autofocus du monde.
    Malheureusement les optiques modernes autofocus ne sont pas adaptées à cette utilisation si pratique et donc, je fais comme tout le monde : je me sers de l’autofocus. C’est d’ailleurs une pitié de voir que Samyang qui sort d’excellentes focales fixes à mise au point manuelle à prix concurrentiel oublie tout simplement de les doter d’une échelle de profondeur de champ, leur faisant perdre ainsi tout intérêt à mes yeux.

    29 septembre 2011
  • Un article qui « jette le pavé dans la marre ».

    Tout à fait d’accord pour dire :
    Pourquoi se priver du mode « A » ou « S » alors qu’ils existent et rendent bien des services ?

    Mais comme tu le dis, dans un pour cent des cas, le recours à la correction d’exposition n’est pas concluant, et passer en mode « M » dans des conditions spécifiques d’éclairages (je repense à une soirée photographiée récemment avec zéro lumière et uniquement des LED d’ambiance…), le mode « M » peut sauver tes photos. Quand je prends la décision de passer en manuel, je reprend généralement les réglages du mode précédent (soit les ISO et l’ouverture) et j’ajuste ma vitesse pour obtenir l’effet désiré. Basique, mais ça fonctionne bien et permet d’être plus « fin » que la correction d’exposition (que j’utilise rarement). Chacun ses goûts et ses habitudes, mais ceci dit, il est vrai que j’ai mis du temps à passer au mode « M », toute est question ensuite d’habitude.

    29 septembre 2011
  • Quant ça provoque, ça chauffe !!!
    Ben, moi, quand je sais que je n’aurais pas le temps et que je vais faire beaucoup de photos, non seulement je shoote en JPEG, mais je choisis le mode P, ce qui permet quand même de modifier si besoin l’exposition +/-, les isos, la balance des blancs… Très pratique en voyage organisé, s’il y a de l’action, ou des enfants… Si cas particulier, je passe en A ou S… En M si vraiment mauvaises conditions de lumière pour pouvoir « forcer » l’exposition si je peux dire ainsi…
    Je m’essaie bien sûr au RAW sur des projets particuliers mais le post-traitement prend du temps et je ne suis pas encore très à l’aise.
    Voilà, ne riez pas et ne tapez pas trop fort SVP, 😉

    29 septembre 2011
  • Je suis une grande débutante, et bêtement (sûrement !) je m’imaginais que shooter en manuel c’était le top du top… Depuis que je lis ton blog, Laurent, je me suis mise au RAW, et je shoote majoritairement en mode A. Ce qui est déjà une énorme avancée pour moi ^^ Merci pour cet article, le mode « tout manuel » a perdu en crédibilité (à mes yeux, bien sûr !) et je me sens moins complexée… Je rejoins la quasi-totalité des avis : ce qui compte, c’est la photo finale !

    29 septembre 2011
    • Quand je lis que tu te sens « moins complexée », je me dis que j’ai vraiment bien fait d’écrire cet article 😀 C’est vraiment l’idée : il ne faut pas complexer de shooter en semi-auto 😉 (et même en P à la limite !)

      30 septembre 2011
  • Bon soir, voici un article très intéressant de plus.

    Ça me réconforte de voir que je ne suis pas le seul à utiliser Live View + Zoom pour pour faire des MAP manuel.

    J’ajouterais une technique intermédiaire : ISO auto + mode M,
    quand on veut maîtriser la PDC et la vitesse ( pour des pauses longue, sujets en mvt, …)
    Ainsi, il est possible de sélectionner l’ouverture et la vitesse tout en gardant l’automatisme sur l’exposition.

    29 septembre 2011
    • Concernant ta « technique intermédiaire » (manuel + ISO auto), citée par d’autres commentateurs, j’avais commencé comme ça aussi.
      Mais finalement, je me suis trouvé trop souvent avec des ISO très élevés et donc du bruit. Je ne supporte plus de ne pas maîtriser le bruit sur mon image.
      Je shoote donc maintenant principalement en mode « priorité ouverture » (A) pour contrôler ma profondeur de champs, et j’ai affecté le réglage des ISO à une des molettes pour faire évoluer la sensibilité si la vitesse choisie par l’appareil ne correspond pas à ce que je veux faire.

      30 septembre 2011
      • Sur mon 550D, il est possible de limiter la montée en ISO et ainsi éviter le bruit avec un ISO max de 800 voir 1600.
        Mais c’est vrai que je l’utilise que dans les quelques cas ou je veux maîtriser l’ouverture et la vitesse.

        30 septembre 2011
  • Bravo Laurent pour cet article…
    C’est un plaisir de parcourir ton site web. C’est aéré, c’est clair, C’est net.
    J’adore ces échanges qui s’enchainent qui démontrent encore une fois que la photo reste une passion…
    A suivre …

    29 septembre 2011
  • je seconde Jean-Claude!

    Bravo!

    30 septembre 2011
  • Excellent article ( une fois de plus). j’apprends beaucoup à lire ces articles ET les commentaires qui les accompagnent .
    Bravo à tous !

    30 septembre 2011
  • Hum. En fait, plus j’y pense (grâce à tous ces commentaires), moins je suis d’accord finalement. Pourtant Laurent, j’adore ton site. Mais là j’ai un doute :

    M, A, ou S, quelle différence ? En A, je règle mon ouverture, l’appareil règle la vitesse pour obtenir une expo à 0. En M, je règle mon ouverture, puis la vitesse pour obtenir l’expo à 0 (indiquée dans le viseur). En S… vous avez compris le principe.

    La vitesse, en M, sur mon Nikon, est très facile à régler, avec la molette. L’ouverture est moins urgent en générale donc ce n’est pas grave qu’il faille maintenir un bouton en tournant la molette pour la changer.

    Donc c’est vraiment pareil, sauf qu’en plus, en M, je maitrise au poil l’exposition, sans chercher un autre réglage (correction expo, qui est dans le menu, lui).

    Et les différentes méthodes de mesure de l’exposition n’y change rien, puisque mon indicateur en tient compte aussi.

    Non, maintenant là franchement, je trouve le M plus pratique. Je vais faire des essais ce week end 😉

    Ou alors j’oublie un truc ?

    30 septembre 2011
    • C’est simple : en M, il faut faire quelque chose pour que l’exposition soit correcte. En A ou S, si la lumière change, ton appareil adapte la vitesse ou l’ouverture instantanément.

      Tout dépend les appareils, mais quand la correction d’exposition n’est pas dans le menu, je la trouve personnellement plus pratique. Mais c’est avant tout un goût personnel 😉

      30 septembre 2011
      • Oui, on est d’accord, le M demande une action, enfin en tous cas de surveiller en permanence le curseur. Ceci dit, en face de ça tu gagnes en maitrise et en rapidité de gestion de l’exposition. Il n’y a même plus vraiment besoin de passer en globale ou spot etc. Il suffit de rester tout le temps en spot et on trouve vite où placer le collimateur pour vérifier l’exposition.

        Du coup, même si ça ne remet pas en cause tout ce que tu expliques sur les avantages des modes A et S (voire P), je trouve maintenant que M, A, ou S, ça se vaut complètement, et qu’aucun ne craint plus qu’un autre 😉

        J’aurai un meilleur avis lundi !

        30 septembre 2011
        • Oui mais as-tu tout le temps besoin de rapidité de gestion de l’exposition ? Et surtout, par rapport à ce que tu perds en rapidité d’adaptation aux changements de lumière, est-ce réellement un avantage ?
          (réponse : ça dépend :P)

          Je n’ai jamais dit que le manuel était inférieur en soi, je critique plutôt la doctrine du « le manuel c’est mieux, il faut absolument faire ça ». Je respecte évidemment les pratiques photographiques de chacun, ça va sans dire 😉

          30 septembre 2011
          • Pour ta première phrase : je dirai que la molette pour réajuster le curseur n’est qu’un peu plus lente que l’automatique, mais que pour un certain nombre de situation, tu as raison, c’est trop lent.

            Sinon, j’avais en fait quand même l’impression que tu n’étais pas loin du bannissement du M dans ton article, mais à le relire, c’est plus modéré. On est donc tous d’accord 🙂

            30 septembre 2011
  • bonjour,
    Les tenants du mode Manuel sont à respecter s’ils comprennent les réglages qu’ils s’imposent (j’ai des doutes avec la correction d’exposition et la sensibilité ISO d’après certaines réponses). Pour des débutants et mêmes les amateurs avertis il est préférable d’utiliser les modes prioritaires (qui fixent volontairement un paramètre privilégié et laisse les autres évoluer vers la bonne exposition) que les modes scènes qui appliquent des valeurs moyennes à des prises de vues par comparaison à des situations enregistrées dans la mémoire du boitier, impossible donc d’optimaliser cette dernière. Il faut bien se rappeler qu’il existe une liaison directe entre les paramètres de prises de vues et qu’il faut savoir réagir dans le bon sens selon l’action du boitier ou du photographe. En manuel cela peut ralentire ce temps de réaction.
    cordialement
    myrddin13

    1 octobre 2011
  • Bonjour,
    C’est un sujet interessant, et je suis surpris d’aprendre qu’il y a autant de débutants pour se mpetre en mode M, j’aurais parié que la plupart du temps ils se coincent en mode « résultat » ou « tout aut ».
    toutefois e trouve qu’il y a des confusions dans ton article laurent.
    A propos de l’autofocus je te cite:
    « Alors évidemment, ce système n’est pas parfait, mais par rapport à la mise au point que vous arriveriez à effectuer en mode manuel, c’est largement meilleur ! Je ne sais pas vous, mais moi dans le viseur de mon 550D, la plupart du temps je ne suis pas capable de voir suffisamment précisément l’endroit le plus net de l’image.  »

    Et au paragraphe suivant:

    « Personnellement, j’utiliserai la mise au point manuelle en macro, où la profondeur de champ est si faible qu’on voit bien l’endroit le plus net de l’image, et dans des situations où j’ai particulièrement le temps.

    Alors Largement supérieur l’autofocus ?
    Plus précis ou pas le réglage manuel de la mise au point ?

    Ne serait il pas plus juste de dire que l’autofocus est plus RAPIDE que la mise au point manuel mais moins précis ?

    1 octobre 2011
  • chouette!!! un article qui fait polémique!!!
    Dommage, ce ne sera pas par moi car globalement je suis d’accord avec toi. Je ne savais pas qu’il y avait autant d’adeptes du M.
    Pour ma part il a son utilité dans certains cas bien précis. Mais ils sont restreints.
    Et à ceux qui disent qu’ils aiment sur ou sous exposer, je dirais que moi aussi, mais j’utilise dans ce cas la compensation d’exposition, c’est autrement plus facile, rapide et précis.

    2 octobre 2011
  • Merci pour cet article qui va permettre à bon nombre de photographes débutant de se décomplexer!

    En tant que débutant, j’avoue que je n’ai encore pas touché une seule fois le mode manuel de mon reflex… J’avais commencé avec les modes « scène », puis ayant compris à quel réglage correspondait chaque mode, je suis passé au mode priorité ouverture que j’utilise désormais 90% du temps. La prochaine étape pour moi étant de maîtriser le mode priorité vitesse (je fais peu de photos « en mouvement » pour l’instant). Alors pour le mode manuel j’ai encore le temps de voir venir… 😉

    2 octobre 2011
  • p.s à ceux qui pensent qu’on débutant commence nécessairement pas le mode automatique, puis passe progressivement au modes programmables pour faire de « meilleures photos » : si vous lisez l’anglais je vous recommande la lecture des articles percutants de Ken Rockwell (grand photographe, enseignant la photo et testeur reconnu de matériel…), notamment celui sur l’exposition http://www.kenrockwell.com/tech/modern-exposure.htm.
    Il nous y explique qu’après avoir longtemps cru à l’importance du matériel et de sa maîtrise technique, il photographie désormais le plus possible en « tout-automatique », avec une focale fixe, pour une raison très simple : moins on passe de temps à se préoccuper des réglages de l’appareil, plus on s’intéresse à l’essentiel : la composition de sa photo, et meilleure sera l’image… A méditer !

    3 octobre 2011
    • Apparemment il fait couler beaucoup d’encre, mais je ne le connais pas en particulier. (Cela dit, le fait qu’il fasse de la photo depuis la naissance de l’univers, qu’il donne des cours ou qu’il teste du matériel ne veut pas forcément dire qu’il ait raison, mais passons 😉 )
      Je suis d’accord : la composition est extrêmement importante. Mais shooter en tout auto en utilisant uniquement la correction d’exposition uniquement, c’est nier tout potentiel créatif à l’utilisation de l’ouverture et de la vitesse d’obturation, ce qui est évidemment une aberration. Une image exposée de la même façon mais shootée à f/2.8 au lieu de f/8 ne rendra pas le même effet (l’un et l’autre étant préférable selon les situations).

      3 octobre 2011
    • Hum. Il y a toujours « un grand nom » de chaque matière qui débarque un jour avec un chamboulement de pensée. Je trouve ça un peu facile, et ça ne m’inspire que rarement confiance. Là en l’occurrence, j’ai lu l’article rapidement, et je trouve qu’il en fait trop justement, comme souvent dans ces cas là.

      Ce qu’il décrit correspond à un type de situation précis (il ne le cache pas ceci-dit), et vouloir l’appliquer à tout est suicidaire. Je rajouterai même qu’il fait ce qu’il veut le bonhomme. S’il maitrise tellement son matériel qu’il peut shooter en auto. Mais concrètement, c’est se fermer la porte à une créativité instantanée.

      Bon, je n’ai pas le niveau pour argumenter plus. mais bof bof le message qu’il fait passer je trouve.

      3 octobre 2011
  • Mdr à tout lire…
    Perso, suis toujours en manuel et je m’en porte très bien….
    Ca me permet de réfléchir, de décider….. et c’est mon cerveau qui compose, réagit….
    Mais chacun son monde, chacun ses envies… l’important est de se faire plaisir, le reste, on s’en fout non ?
    Philippe

    3 octobre 2011
  • alors là ça sent l’ego a plein nez. mdr aussi. et l’emotion dans tout cela?

    4 octobre 2011

  • Malet philippe:

    Mdr à tout lire…
    Perso, suis toujours en manuel et je m’en porte très bien….
    Ca me permet de réfléchir, de décider….. et c’est mon cerveau qui compose, réagit….
    Mais chacun son monde, chacun ses envies… l’important est de se faire plaisir, le reste, on s’en fout non ?
    Philippe

    Moi j’utilise dans 99,999 % des cas le mode Av (priorité à l’ouverture chez Canon), et je pense que moi aussi, je réfléchis, je décide, et que c’est mon cerveau qui compose et réagit

    En effet, je réfléchis à l’ouverture du diaphragme adaptée à mes besoins et envies, j’évalue la luminosité générale et les pièges d’exposition à éviter et je décide alors quelle correction d’exposition appliquer (je bosse à 99,999 % en mesure évaluative de la lumière). Pour avoir une vitesse correspondant au sujet, je réagis en choisissant l’ISO nécessaire et, pour finir, selon ce que mon cerveau compose, je choisi un collimateur approprié. Si besoin je change l’AF (One shot ou AI-servo). Ça va plus vite à dire qu’à faire !

    Tout ça c’était pour dire qu’un mode semi-auto comme le mode AV permet d’agir sur tous les paramètres comme la vitesse, le diaph, la sensibilité, aussi bien qu’en M, mais plus rapidement et en tâtonnant moins.

    Ce qui est primordial est, on n’en n’a pas beaucoup parlé ici, le type de sujet photographié. Moi ce sont des bêtes (oiseaux) et bébêtes (macro et proxi) où le mode M ferait souvent perdre un temps précieux sans rien apporter.

    Les débutants qui pensent que l’on comprend mieux les réglages en M se trompent pour moi car on agit sur tous ces réglage également en Av.

    Par contre, un type de photos où je trouve le M indispensable pour avoir une expo homogène sur toute la série d’images à prendre, c’est le panorama. J’utilise alors le trépied, je règle l’expo avec une photo test prise en mode AV, puis j’applique ces réglages en M et je map en AF, puis zou je shoote la série de photos à « panoramiser » à la maison avec un logiciel sympa pour ça en logiciel libre (et sous Linux Madame, oui 😉 ) : Hugin.

    Je n’utilise par contre jamais le mode TV (priorité vitesse) car le mode AV me permet d’obtenir la vitesse minimum en jouant sur l’ISO. Il est important de garder la maîtrise du diaph réglé avant toute chose.

    Pour l’autofocus, je suis en manuel-focus (ou MF) quelques fois en macro (c’est alors trépied + live-view et loupe x5 – x10, le viseur de mon 450D n’étant pas assez fiable pour moi question MF) et en panos comme dis plus haut.

    4 octobre 2011
    • + 1
      j’ai la même méthode, à partir du moment où je ne cherche pas des effets de filés ou de flous de mouvement (du sujet !), je me fiche de savoir si la photo sera prise à 1/125s ou 1/400s, donc j’utilise le mode A (je ne suis pas aussi extrêmiste que notre ami Ken Rockwell ;)), en jouant sur la correction d’exposition si nécessaire. De même pour les ISO, je garde un oeil dessus, mais dans la très grande majorité des cas, peu m’importe que la photo soit prise à 100 ou 400 ISO. Je pense qu’en mode manuel ça me rendrait beaucoup plus de temps de trouver le bon équilibre ouverture/vitesse/iso. Même en photo de nuit je n’utilise que rarement le mode manuel à vrai dire, je me mets d’emblée en sensibilité maximale « acceptable » (1600), je fais un essai en mode A et je corrige l’expo si besoin.
      Encore une fois (est-il besoin de le dire ?) chacun fait comme il veut, mais l’idée de ce blog c’est bien d’échanger sur la technique afin de s’améliorer – merci Laurent ! -, et personnellement je trouve que cette méthode fait gagner du temps sur les réglages, que je peux consacrer à la composition (mais il est vrai que je n’ai pas toujours beaucoup de temps, ma femme et ma fille étant plutôt du genre impatientes ;)).

      4 octobre 2011
  • Bonjour,

    Moi aussi, j’ai tendance à laisser faire les automatismes le plus souvent possible et reprendre la main sur l’APN uniquement quand ceux-ci montrent leurs limites. Ça me laisse plus de spontanéité à la prise de vue. J’irais même jusqu’à utiliser les modes scènes si je n’ai pas le temps de faire de la photo mais juste des photos si je suis dans un groupe de non photographes afin de ne pas les faire attendre.

    Dans le cas de l’exemple de la photo de concert, j’aurais tendance à préférer autant que possible le mode A ou S et monter les ISO voire les laisser en automatique en espérant que ça suffise voire laisser les flous de bougé du musicien afin de montrer le mouvement. Mais c’est vrai que j’ai un D90 avec un capteur qui peu monter jusqu’à 1600 ISO sans que le grain rende la photo immangeable 😉 et que je pense ce type de prise de vue avec des optiques avec stabilisateur (OS, VR…)

    Pour donner un autre exemple de l’usage du mode M : toute situation qui nécessite de verrouiller le couple vitesse/obturation comme par exemple, lors de la réalisation d’un panoramique afin d’éviter d’avoir deux expositions différentes sur deux photos qui vont être juxtaposées en post-traitement.

    Merci pour ces articles… J’apprend à me perfectionner grâce à eux 🙂

    Un article que je me permet de suggérer serait sur le thème de l’organisation d’une sortie photo un peu dans le même style que celui de la sortie photo nature mais plus général : je ne sais jamais quoi prendre comme matériel et du coup, j’emporte tout (heureusement que je n’en ai pas beaucoup ;)). Peut-être qu’il y a un moyen de s’organiser pour ne sortir que le matériel dont on a réellement besoin ?

    9 octobre 2011
  • Bravo pour cet article plein de bon sens. Lorsque je suis passée de mon premier reflex, un Pentax P30 non autofocus au Canon EOS 100, qui lui était aufocus, j’ai trouvé que c’était vraiment un progrès fantastique, surtout pour photographier des enfants qui n’ont pas forcément la faculté de rester en place le temps de la mise au point. L’autofocus a vraiment fait progressé la qualité globale de mes photos. J’avoue avoir du mal à comprendre les raisons de ceux qui préfèrent s’en passer, hormis effectivement pour une mise au point + fine en macro ou pour un paysage. Quant à l’exposition, j’utilise pricipalement le mode Av qui permet de jouer sur la profondeur de champ.

    11 octobre 2011
  • cool Laurent,
    je pense que cet article est bien fait pour moi, surtout ce matin, au port de Nice, il y a des belles photos à faire, mais mon mon probléme c’était le fait que je voulais vraiment me mettre au manuel (en plus je suis débutante ), donc c’est la grosse galére !!!
    merci encore !!

    16 octobre 2011
  • Je suis Martin et c’est mon photo et mon appareil photo. Je suis Hollandais, je parle francais, mais pas tous les jours, donc je m’excuse.
    Cette photo n’est pas pour sembler mieux que des autres etc etc. Je n’ai pas le niveau pour satisfier cet camera.
    Mais j’aime le photographie. Pour moi, le photographie est sentir, voyer. L’aspect de technique et moins important pour moi. Technique est: aperture, shutter, focus et c’est tout. Pas de magique dans le technique, pas de sécrets. Avec ou sans ordinateur.
    Aussi en utilisant les cameras digitales c’est tout.
    On dit que photoshop peut faire tout. Ce n’est pas vrai. Un mauvais photo ne sera jamais beau.
    Au film noir et blanc on a beaucoup d’espace de jouer. Avec DSLR j’utilise beaucoup le mode « Aperture priority ». Et flash et plus plus plus mieux en DSLR.
    Donc votre division entre « manuel » et « automatique », je ne vois pas et pour moi ce n’est pas du tout significant.

    6 juin 2012
  • Je suis étonné que cet article ait généré tant de réactions ! A mon sens les automatismes sont clairement un progrès en photo. Comme je l’ai dit dans un autre post, je fonctionne généralement en P, si nécessaire en corrigeant le couple ouverture/vitesse , ce que permet mon 40D. Quand je recherche un effet de profondeur de champ, je passe en Av, et sur un sujet en mouvement, ou a des très grosses focales, en Tv. Rien de très original donc.
    Il m’arrive d’utiliser le M, dans des circonstance très particulières : faible lumière (nuit) pour éviter d’écraser les zones éclairées, ou feu d’artifice par exemple.
    Quand à la mise au point, pourquoi se priver de l’autofocus, d’autant qu’en choisissant ses collimateur on peut en général faire la mise au point que l’ont veut. De plus mes objectifs USM permettent de corriger le point si nécessaire.

    17 juin 2012
  • Alors je suis tombé au hasard sur cette article :
    Oui le tout manuel c est pas automatique, oui il vaut mieux débuter par une prio ouverture mais light painting, eclairage studio, strobist, pose B, exposition multiple, high speed ect.. sont des techniques ou la maitrise du mode M est indispensable.

    Bien sur que dans des cas hors éclairage déporté, studio, ou composition particulière je ne m ******** pas en mode M.
    Il en va de même avec l auto-focus dans certaines conditions.

    Bien sur les photos de vacances, de famille, d’evenement, d animaux domestique, de paysages ne necessite pas ce soin. Mais apprendre a maitriser son mode manuel au fur et a mesure et pour moi essentiel.
    Cela ne veux nullement dire que la personne prendra de mauvais cliché ou sera un mauvais photographe mais ca amoindri les possibilité.

    25 juillet 2012
  • Bonjour à tous,
    Cela me fais un peut penser à ceux qui prétendent être photographe car propriétaire d’un Canon ou d’un Nikon ….. (Même si ils sont en auto en permanence 😉
    Pour ce qui concerne l’article sur le mode (M) il reste néanmoins un mode qui permet de bien comprendre le fonctionnement de son APN.
    Et je pense que le but final, que ce soit en A, S, P, M le tout est de comprendre ce que l’on fait !!!!
    Le but final étant de faire de la photo, et de se faire plaisir, tout en ayant le choix du mode qui peut ou pas, plaire à un ou à l’autre.
    Le monde de la photo « des photographes » est quand même assez bizarre, il semble qu’il faut être de l’avis de son interlocuteur pour ne pas passer pour un idiot…… et pour ma part je suis un grand idiot car je ne suis pas du même avis sur tout avec les gens à qui je parle photos.
    Voili, voilà, vive la photo APSM.
    Marc.

    20 décembre 2012
  • Salut,
    J’utilise parfois le mode manuel quand je trouve le résultat avec les autres modes pas à la hauteur.
    Mais je suis d’accord, on peut perdre son temps dans les réglages. Quant au Focus Manuel, je suis d’accord aussi… Sauf quand on a des vieux objectifs MF dans son sac!
    J’ai acheté des vieux cailloux en focale fixe et MF (ouverture auto) pour me faire la main, et je dois perdre beaucoup de temps à faire le focus. Mais comme ce sont des cailloux de vieux appareils argentiques (full frame), je dois choisir la correspondance d’objectif sur mon appareil en APS C. Et je ne suis pas sûr du coup que les réglages qu’il propose en automatique soient les mieux adaptés (d’autant qu’il reste à faire le focus).
    Mais je suis content du résultat.

    10 juillet 2013
    • AFAICT you’ve covreed all the bases with this answer!

      11 août 2014
  • Je vais écrire mon commentaire a chaud et sans même avoir lu le reste de larticle (que je vais faire et reposter un com si jai changé d’avis)
    comment peut ton tenir dans tes premières phrases de tel propos : « mauvaise idée »

    Même si j’utilise le plus souvent le mode av , le mode M est le mode qui te rend fier de ta photo , le mode qui te fait comprendre les regles photographique , et quel fierté de se dire j’ai obtenu ça grâce a moi-même

    Autant tes articles en général , même si souvent apprécié , et imprécis mais bien écris et souvent de bon conseils , ici …

    merci a toi

    5 septembre 2013
    • J’ai envie de dire, lis l’article… (et comprends que c’est écrit à destination d’un public débutant, pas de toi en particulier)

      Si tu tires ta fierté de la méthode qui t’as amenée à faire la photo, et pas de la photo elle-même, c’est un sérieux problème honnêtement. Il n’y a aucune fierté particulière à tirer d’avoir obtenu en 5 minutes en tâtonnant en Manuel les mêmes réglages que t’auraient donné le mode Av en 1 seconde (avec éventuellement une correction d’exposition). C’est même assez idiot d’y perdre 5 minutes je trouve.

      Question : entre une mauvaise photo faite en mode Manuel et une bonne faite en mode Av, laquelle préfères-tu ?

      5 septembre 2013
  • Autant on s est empresser d expliquer le av et tv , le mode m je lexperimente tt seul. Je suis autodidacte et je me considere encore debutant . Je shoot a 90 pour cent en av et tv , pour la rapidite dexecution , et le M ma permis de voir les effets des trois paramètres du triangle.. qd tu as compris le systeme tu fais ta mesure en 30 secondes avec une photo test , tu perds autant de temps a mettre la correction .et puis si tu rates la photo , cest quand meme bien de se demander pq?et de vouloir corriger le tir non ?

    5 septembre 2013
  • Bonjour,
    Je viens de découvrir ce site de Laurent et je le trouve passionnant.
    Globalement d’accord avec l’article, jusqu’ici je n’employais que les modes AV et TV.
    Parfois aussi le mode A, mais en décalant soit l’ouverture, soit la vitesse avec les molettes, en fonction du résultat désiré (appareil Canon EOS 6D).
    Récemment, en conditions difficiles, j’ai opté pour le mode manuel, mais pour d’autres raisons : j’en avais assez d’obtenir des photos soit sans suffisamment de profondeur de champ, soit floues (cas des oiseaux en vol ou des fleurs, par exemple). Alors je suis passé en mode manuel pour fixer une vitesse satisfaisante (1/125) et une ouverture également satisfaisante (f/8). Par contre je laisse l’ISO en Auto. Ce n’est donc pas véritablement du Manuel, mais j’obtiens ainsi des photos avec une bonne vitesse d’obturation et à la fois une bonne profondeur de champ. Au prix, évidemment, d’une montée en ISO qui peut bruiter les photos si elle augmente exagérément.
    Mais le 6D (full frame) possède un faible bruitage des photos, même pour des ISO élevés (en restant raisonnable) et on peut limiter sa valeur maximale.
    Ensuite, je ne prends que des photos en mode Raw, que je traite systématiquement sous Lightroom 5.3 et Photoshop CC, en 16 bits Prophoto. Et là, ces logiciels font des miracles : traitement du bruit, balance des blancs, augmentation de la dynamique (qui m’ont même fait abandonner le HDR), traitement de la netteté, amélioration des couleurs… et également traitement par zones pour augmenter leur luminosité ou inversement, en plus d’autres réglages. Les résultats sont spectaculaires.
    Par contre, si je n’abandonne pas les modes Av et Tv, j’utilise systématiquement l’autofocus à une zone centrale : visée sur le sujet avec le déclencheur à mi-course, puis décalage pour le cadrage (avec visée « spot » le cas échéant). C’et une habitude et je l’emploie instinctivement.
    Naturellement, des objectifs à grande luminosité sous toutes les focales améliorent les résultats (Canon EF 24-70 2.8, Canon EF 70-200 2.8), ainsi que Canon 50 1,4 et Canon EF 100 2,8 Macro.
    Mais je n’affirme pas avoir raison pour ce mode Manuel particulier. Qu’en pensez-vous ?

    4 février 2014
  • quel beau débat entre les partisans du « je veux garder le contrôle » et du »faite confiance à la technique de votre appareil » mais je pense qu’il faut mixer les deux à bon escient et pour ma part:
    mode manuel quand j’ai le temps de peaufiner les réglages ou avec mes « vieux »objectifs très lumineux mais qui ne sont pas auto focus !!! la MAP n’est pas toujours facile mais je suis un « ancien » de l’argentique et je m’adapte mais les résultats sont très souvent excellents.
    mode A et ou S quand les situations ne me permettent pas d’avoir le temps de « peaufiner » et le numérique fait très bien son job.
    l’utilisation du mode M est souvent utilisé par les anciens mordus de l’argentique par habitude mais n’a souvent rien à voir avec le fait de vouloir passer pour un PRO.je déplore le ton agressif de certains car je pense que chacun a droit de photographier selon son choix et que seul le résultat obtenu reste important.

    30 avril 2014
  • Bonjour Laurent,

    Je lis attentivement tes articles ce matin, et je sais que tu l’as dit lors de la conférence du 11 juin, mais franchement je n’arrive pas à décrocher du mode M. Je t’explique mon problème : quand je suis en A ou S, mon appareil me laisse choisir aussi les iso, et du coup, j’ai deux choses à régler sur trois, et donc souvent le 3e paramètre n’est pas compatible avec ce que j’ai choisi, et donc ça clignote et ça veut pas (ou ça veut mais c’est loupé). Je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire. Du coup j’ai l’impression de perdre moins de temps en mode M où je choisis tout, et où je sais que ce sera compatible.
    Peut-être y a-t-il une astuce qui me manque ?
    Merci pour tes conseils en tout cas !

    27 juin 2014
    • L’astuce, c’est de se mettre en ISO Auto. Dans ce mode l’appareil choisit une sensibilité cohérente avec les choix d’ouverture et de vitesse faits manuellement. A noter : on peut en général régler le maximum autorisé en ISO Auto, ceci pour éviter des photos trop bruitées sans s’en rendre compte à la prise de vue. Si le maximum est atteint et que l’exposition n’est pas suffisante, là ça « clignote ».

      Je trouve que le mode M en ISO Auto est excellent car ça revient à un mode où on fixe les contraintes souhaitées (sous peine de ne plus vouloir faire la photo).

      Mais mieux que le mode M, il y a le mode A avec la possibilité de fixer la vitesse minimale (le réglage ISO Auto faisant le reste). Tous les boîtiers ne le permettent pas ou bien sous une forme un peu cachée : sur le mien il prend la vitesse de synchro lente du flash, même quand celui-ci n’est pas actif.

      27 mars 2015
  • Tout d’abord je m’excuse pour la traduction française, au cas où quelqu’un lit l’anglais, je l’ai laissé en place

    Je serai tout à fait honnête et dire que je suis choqué par cet article et les commentaires.
    J’ai eu la chance de débuter ma carrière avant que le monde des caméras automatiques, il semble que tout le monde parle bonne exposition et les techniques de la photographie.

    Alors que nous devrions parler de l’aspect créatif, lors de l’utilisation manuelle je peux très rapidement changer la profondeur de champ, ou mouvement dans mes images, tout en tournant deux roues donc me laisser plus de temps pour la composition :)).

    En mode automatique, je dois prendre mes yeux de l’apparence du viseur au sommet de la modification de la caméra de priorité à l’ouverture ou priorité vitesse d’obturation ou le diable lui-même entièrement automatique. Avec manuel ces changements sont faits comme un éclair.

    Quant à mise au point automatique Je l’utilise pour la vitesse, mais jamais sur le travail important, car il mettra l’accent sur mon sujet, que la concentration augmente de 1/3 vers la caméra pour 2/3 de la caméra, il faut parfois se concentrer en face du sujet trop obtenir la profondeur de champ dont j’ai besoin.

    S’il vous plaît, croyez-moi quand je dis que la grave photographe créatif trouver ce manuel va ajouter trop la longue liste d’outils dans un sac de photographes.
    Phillip McCordall

    Firstly I apologise for the French translation , in case someone reads English I’ve left it in place

    I’ll be quite honest and say I was shocked by this article and the comments .
    I was lucky enough to start my career before the world of automatic cameras, it seems that everyone is talking about good exposure and the technicalities of photography.

    Whereas we should be talking about the creative aspect, when using manual I can very quickly change the depth of field, or movement in my images , just by turning two wheels therefore allowing me more time for composition :)).

    In automatic mode I would have to take my eye from the viewfinder look at the top of the camera change from aperture priority or shutter speed priority or the devil itself fully auto. With manual these changes are done like lightning.

    As for auto focus I use it for speed but never on important work, as it will focus on my subject, as focus increases 1/3rd towards the camera for 2/3 away from the camera it sometimes requires focusing in front of the subject too get the depth of field that I require.

    Please believe me when I say that the serious creative photographer will find that manual will add too the long list of tools in a photographers bag.
    Phillip McCordall

    6 septembre 2014
    • le mode tout manuel permet une plus grande liberté et c’est tellement facile de le régler avec les Sony car ce que l’on voit dans le viseur est l’image final… et la mise au point avec de vieux objectif et tres facile grace au focus peaking et la loupe si ca vous suffit pas…

      18 septembre 2014
  • Salut! J’utilise le tout manuel personnellement, déjà parce que ça me permet de garder le contrôle, mais comme je sais comment on fait maintenant, je n’ai plus aucun problème vis à vis de ça… et la MAP manuelle simplement parce que j’ai un objectif qui ne me permet que ça (50mm F/1,8 et mon boitier n’est pas automatisé [D3100]). Ça me fait rater ma MAP dans certains cas, mais même en étant myope, je pense que les « ratages » diminuent progressivement… Enfin j’ai pas vraiment le choix de toute façon, je suis pauvre =D.

    26 octobre 2014
  • Merci pour vos articles…je les étudie consciencieusement .J’espére être prête
    pour mon prochain voyage dans le Nord Est de l’Inde,pour le moment je suis
    en Thailande et je vais « travailler » sur les pagodes..j’ai un Canon 5D Makro 3

    11 novembre 2015
  • Bonjour,
    Pour la mise au point manuel, il est souvent possible de changer de verre de visée pour avoir une meilleur appréciation de la mise au point.
    Également, il est possible d’utiliser des bagues avec « AF confirm » (pour les montures du genre M42, K, etc…), qui va faire bipper l’appareil, en indiquant avec un point rouge dans le viseur l’élément mis au point.

    Il est vrai que sans ces éléments, la mise au point tiens plutôt de la roulette que de la maitrise.

    Concernant le mode M, sauf cas très particuliers, je le trouve également inutile. Le mode Av est très pratique, surtout quand on utilise des optiques avec bague diaph (sans contrôle sur le boitier).

    10 juillet 2016
  • Bonjour Laurent! Moi, je suis adepte du Manuel en terme d’exposition. Par contre, comme tu dis, je me fie à mon autofocus pour la mise au point. Parfois, je me laisse tenté par la mise au point manuel quand j’ai envie de monter en adrénaline. :p. Personnellement, je pense que la photo a quelque chose à avoir avec la pêche. Bien sûr qu’il s’agit de vouloir rapporter un gros poisson mais-avouez tout de même – qu’on serait plus fier de ramener le même gros poisson que le voisin avec son artillerie de malade sachant qu’on l’a pêché à l’ancienne (canne en bambou etc …). C’est un peu ce plaisir là que j’éprouve en manuel. Bien sûr que ça me sécurise de penser qu’il y a tout de même l’automatisme pour recourir en cas de force majeur! 🙂 J’adore le manuel! C’est mon avis! 🙂

    26 juillet 2016
  • Pauvre tache, l’avantage du manuel est de faire la photo de notre choix. Choisir le mode Av, c’est choisir le mode de celui qui se croit un pro et qui, en fait, n’a aucune idéa de ce qu’est réellement la photo. Il ne s’agit pas simplement de faire un flou en fond mais de choisir jne luminosité et une image en fonction d’une idée. Pauvre con.

    26 juillet 2016
    • lol ! Je ne sais pas pourquoi mais j’adore les types comme vous 🙂

      Et sinon, en mode civilisé, vous avez quelque chose d’intéressant à dire ?

      26 juillet 2016
      • Je ne pense pas que ce Môssieu est quelque chose d’intéressent à dire.

        Il ne sais pas parler normalement et s’il n’a pas de complexe sur sa façon de faire ses photos (ce que je ne trouve pas anormal), il devrait en avoir un pour son attitude sur un forum qui à priori sert à échanger des idées mais où on peut se passer de vulgarité.

        Comme dis Laurent,

        A bientôt et bonnes photos

        26 juillet 2016
    • Vous êtes d’une délicatesse impressionnante !

      Vous devez savoir ce qu’est la SIMA et comment la gérer vous ?

      Nous attendons tous votre réponse.

      Mais faite tout de même de bonnes photos avec votre méthode de prise de vue qui doit dater des années 60.

      Vous n’avez que 50 ans de retard !

      27 juillet 2016