Choisissez manuellement votre collimateur d’autofocus !

20 septembre 2011

Il y a peu, on parlait de verrouillage de l’exposition, et donc indirectement d’autofocus. Ceci m’a rappelé que beaucoup utilisent la sélection automatique du collimateur autofocus. Or il faut que je vous dise une chose : c’est MAL !

En effet, vous vous échinez à composer correctement votre image, à faire vos réglages pour obtenir la photo que vous souhaitez, et vous laissez votre appareil décider de l’endroit où sera faite la mise au point, c’est-à-dire la zone la plus nette de votre image ? Permettez-moi de penser que c’est carrément illogique 😉

J’ai déjà évoqué ça dans mon article sur les secrets de l’autofocus (lisez-le avant de continuer si ce n’est pas déjà fait, car je considère que ce que j’y ai écrit est acquis 😉 ), mais je souhaitais aller plus loin pour être sûr que ça rentre bien 😀

En quoi ça va vous poser problème ?

Il faut savoir que quand la sélection du collimateur autofocus est en automatique, la plupart du temps l’appareil va essayer de faire le point sur l’objet le plus proche. C’est un comportement « relativement intelligent », puisque le sujet est souvent au 1er plan. Mais pas toujours, et c’est bien là le problème. Imaginez que vous vouliez faire un premier plan flou par exemple…

Et s’il n’arrive pas à faire le point sur l’objet le plus proche (trop sombre par exemple), il va le tenter sur l’objet d’après. Et ainsi de suite… Bref, vous risquez de mettre longtemps à avoir la mise au point où vous le souhaitez. Voire à ne pas l’avoir du tout !

Je ne vous parle même pas de la galère si vous utilisez le mode d’autofocus continu ! (AI Servo ou AF-C)

Et puis au-delà des difficultés purement techniques, j’imagine que si vous lisez le blog, c’est pour avoir la maîtrise de votre appareil, et vous passer d’une bonne partie des automatismes, en tout cas de ceux qui vous brident. Comme je le disais plus haut, ce serait totalement illogique…

 

Mais maintenant que vous êtes convaincu, vous devez vous demander comment gérer ce nouveau paramètre, vous qui apprenez tout juste à shooter dans les modes créatifs. Pas de panique, vous allez voir, ce n’est pas si compliqué !

Les bonnes pratiques pour en profiter pleinement

Utiliser le collimateur central

Le collimateur central est toujours le plus précis (de par sa conception). Si vous l’utilisez systématiquement, vous aurez l’avantage de ne pas avoir à y réfléchir (ce qui peut servir dans les situations « d’urgence »), de profiter d’une précision accrue, et d’une manière générale de prendre moins de temps à la mise au point.

Mais vous allez me dire : « oui mais tu conseilles toujours de ne pas mettre le sujet au centre, alors comment je fais si j’utilise le collimateur central ? »

Bon je vous taquine un peu car la réponse est évidente : la technique de mise au point-recadrage, que je ne détaillerai pas à nouveau, puisque je le fais dans l’article sur l’autofocus (je vous avais dit qu’il fallait le lire).

Seulement cette technique a ses limites, dans 2 cas principalement (si vous en voyez d’autres, laissez un commentaire 😉 ) :

  • En mode d’autofocus continu (AI Servo ou AF-C) : et oui, dans ce mode vous ne pouvez pas verrouiller la mise au point, donc vous êtes coincés, vous ne pouvez pas faire la photo.
    Non je plaisante, ne partez pas, il y a une solution ! ;D
  • A faible profondeur de champ : dans ce cas, le mouvement que vous faites pour recadrer peut faire bouger votre mise au point, et quand la profondeur de champ est faible, ça se voit très rapidement, ou tout au moins ça produit une image légèrement moins nette. Ce problème est bien réel : je l’ai déjà expérimenté, et vu ce qu’on peut trouver sur le web je ne suis pas le seul.

Mais il y a une solution qui doit vous sauter aux yeux :

Utiliser les autres collimateurs

Comment vous avez deviné ? Vous êtes trop forts ! 😀

 

Plus sérieusement, utiliser un collimateur situé sur votre sujet (sur l’œil pour un portrait par exemple) est évidemment la solution à ce problème. Sauf que dans ce cas, il va falloir le sélectionner à chaque fois, ce qui risque d’être fastidieux :

  • il faut enlever l’œil du viseur
  • puis appuyer sur le bouton de sélection
  • puis sélectionner le bon collimateur
  • puis valider la sélection
  • puis remettre l’œil dans le viseur

Oh mince, votre sujet est parti prendre un café ! 😛

Je force volontairement le trait, mais ça peut vous faire perdre un temps fou et rater un cliché, en particulier pour des situations fugaces.

 

 

Le meilleur compromis est d’utiliser une façon de changer le collimateur méconnue du débutant qui n’a pas lu le manuel de son appareil (moi le 1er quand j’ai eu entre les mains mon premier reflex 😉 ) : la molette.

Le grand avantage est que vous pouvez garder l’œil dans le viseur. Vous appuyez sur le bouton qui permet de sélectionner les collimateurs (il faut donc connaître son emplacement par cœur, oui !), et dans le viseur s’illumine d’une intense lumière carmin le collimateur sélectionné. Il devient rouge quoi 😉 Et après, vous n’avez plus qu’à tourner la molette pour changer la sélection.

Et puis « clic clac, merci Kodak ! » 😉

Et oui, le plus beau, c’est que vous n’avez même pas à sortir de ce mode en rappuyant sur le bouton, ça se fait automatiquement en appuyant à mi-course sur le déclencheur.

 

J’imagine que pas mal d’entre vous connaissent déjà cette technique simple à mettre en pratique, mais elle m’a sauvé tellement de clichés depuis le jour lointain où je l’ai découverte que j’ai jugé indispensable de la mettre en avant de nouveau.

C’est normal si au tout début vous êtes un peu perturbé, ne paniquez pas, ça va venir avec un peu de pratique.

 

Bref, j’espère que vous allez tout de suite enlever ce vilain mode de sélection automatique afin de mieux contrôler la mise au point. N’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez des questions, des remarques, ou si vous voulez me pendre pour mon humour douteux ! 😉
 
Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂
 

 
Cet article vous a plu ?

Ça tombe bien, j’ai créé un format PDF de l’article que vous pouvez télécharger :
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (11 votes, moyenne : 4,18/5)

Loading...

Recherches utilisées :

collimateur photo, collimateur autofocus, collimateurs, collimateur, mise au point manuelle, collimateur autofocus définition, photo collimateur, collimateur photographie

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

94 commentaires

  • Bonjour Laurent,
    Merci pour ce nouvel article, encoer une astuce que je ne connaissais pas, grâce à toi on en apprend tout le temps.
    Bonne journée
    Cordialement
    Edith

    20 septembre 2011
  • Sur mon D3100 c’est un jeu d’enfant !!!
    Merci pour cette astuce…

    20 septembre 2011
    • Stephane, comment fais tu avec le d3100 ?

      20 septembre 2011
      • Bonjour Jean Marc.
        Si tu n’a pas trouvé la solution (moi aussi galéré!) ce n’est pas avec la molette ,quand on est en visé reflex, mais également avec la croix directionelle (comme en live view)…. moins pratique.

        6 octobre 2011
    • bonjour, comment faites vous avec votre d3100

      4 février 2012
  • Bonjour Laurent, une excellente astuce qui nécessite en effet la lecture du mode d’emploi (quand celui-ci est rédigé clairement) et que j’utilise en permanence quand je photographie des Line Dancers (groupes de danseurs en country), ils sont toujours surpris quand je vais chercher une personne bien nette perdue au milieu de 30 autres (surtout si on a la chance d’être placé un peu en hauteur). J’avoue que le Sigma 70-200 F 2.8 est d’une aide précieuse ! 🙂

    En quelques minutes on apprend très vite à utiliser la molette et on sait dans quel ordre les collimateurs sont sélectionnés ! Au pire, dans le cas de mes danseurs, je « pré-sélectionne » le collimateur supérieur gauche ou droit et je met ainsi au point sur le visage, le tout est de le savoir quand on « vise » son sujet et on ne se soucie même plus de la molette !

    Bonne journée et bonne continuation !

    20 septembre 2011
  • Salut Laurent,

    Très bon article et très utile !

    Juste un détail à prendre en compte avec la technique de mise au point/recadrage. Si tu es en mesure matricielle, pas de problème, mais en mesure spot (et aussi pondérée centrale il me semble, à vérifier), le boîtier recalcule l’expo après recadrage, ce qui donner une photo complètement loupée. D’où l’intérêt de la mémorisation d’expo (*) avant de recadrer.
    C’est valable chez Canon. Je ne connais pas les autres boîtiers mais je crois que c’est pareil.

    20 septembre 2011
  • Bonjour Laurent,

    Ton article soulève un point qui me taraude depuis quelques temps : ce conseil (et d’autres que tu prodigues), adapté aux reflex est-il valable pour un bridge « expert » ? J’ai un Fuji S100FS, mais je rage de ne pas réussir des sujets nets avec un flou prononcé en arrière-plan. Une idée ? Super blog au demeurant, tu devrais songer (si ce n’est fait) à donner des formations !!!

    20 septembre 2011
    • Pour ce qui est de la netteté, la même chose est valable, mais l’autofocus des bridges est plus lent et moins précis, c’est inhérent à la technique utilisée.

      Pour ce qui est du flou prononcé, il est impossible qu’il le soit autant que sur les reflex, car il est lié à la taille du capteur, que les compacts classiques et bridges ont beaucoup plus petit que les reflex.

      20 septembre 2011
    • Pour ressortir ton sujet avec un minimum de bokeh… Il n’y a pas 56 moyens avec le bridge ( y compris avec le S100FS ). Il te faudra zoommer, et plus ton arrière plan sera loin, plus le bokeh sera nickel.

      un p’tit exemple de ce que j’ai pu faire avec un S100fs il y a qques mois :http://www.parlonsphoto.com/setopic_158220-.html. Le zoom était à 400mm, l’arr plan assez loin pour donner ce bokeh et l’APN à environ 1m – 1.50m du sujet. C’est d’ailleurs l’un des rares moments ou la MaP manuelle ait pu se faire carla MaP automatique patinnait, et je sais comment la MaP sur un s100fs est des plus agaçants.

      A+

      22 septembre 2011
  • Bonjour Laurent,

    Tu évoques une solution en AF-C mais la suite de ton article n’est pas très claire pour ce domaine particulier. Pour moi, utiliser un seul collimateur (centré ou non) dans ce mode relève du masochisme ou de l’exploit, au choix. En mode rafale sur un oiseau en vol on est très content de disposer d’un maximum de collimateurs en espérant que l’un d’entre eux voudra bien accrocher sur le sujet et ne plus le lâcher. De plus, cela permet de décentrer sans se poser de question.
    Ceci dit, je suis en AFS, collimateur central et mode Av pour les sujets statiques. Je décentre rarement le collimateur, je préfère recadrer, sauf pour les sujets rapprochés en raison du risque de parallaxe sous réserve d’en avoir le temps, même si la manip est relativement rapide .

    20 septembre 2011
    • Encore une fois, je pense que ce que Laurent a voulu faire, c’est montrer que l’utilisation des automatismes … n’est pas automatique. Bien entendu, dans certains cas particuliers, comme celui que tu expose, maximiser le nombre de collimateurs est primordiale.
      Pour le recadrage que tu effectues, si ton capteur te le permet, tant mieux^^. Personnellement, sur mon D70, je minimise l’utilisation d’un recadrage post traitement. Je préfère (sauf cas exceptionnel où je n’ai pas le temps), effectuer la meilleure composition dès le shoot. A chacun sa technique, à chacun ses habitudes. Le principal, réussir de beaux clichés 😉

      20 septembre 2011
      • Pour clarifier, le terme recadrage n’est sans doute pas le bon, je ne voulais pas parler d’un post-traitement mais bien de l’action de viser et mettre au point avec le collimateur central puis de recomposer l’image avec un cadrage plus harmonieux.
        J’ai depuis l’écriture de ce commentaire fait une recherche sur Google en tapant : « choosing AF points » pour voir ce que l’on trouve en anglais sur le sujet.
        Le lien suivant :http://www.all-things-photography.com/focus-points.html amène vers un article très clair pour ceux qui pratiquent un minimum. Il préconise également d’utiliser majoritairement l’AF central et recomposer sauf dans le cas de sujets rapides comme ……des oiseaux en vol.

        21 septembre 2011
    • Bonjours je ne connait pas les reflex Canon je suis sur Nikon j’ai un D7000
      et sur le D7000 ya une solution pour utiliser le collimateur central en AF-C sans qu’il ce barre au premier mouvement,
      il existe sur le D7000 un petit levier marqué L que l’ont baisse ou lève qui sert justement a locker (bloquer en français) le collimateur choisis résultat même en AF-C on peu utiliser le technique de mise au point recadrage sans problème,

      je l’ai justement testé en faisait des photos d’athlétisme résultat elle sont parfaitement nette et l’AF est bien plus réactif me semble t’il.

      15 octobre 2013
  • Bonjour,

    En effet c’est complètement indispensable. Je connaissais la fonction mais je m’en privais souvent car je n’avais pas le réflexe « molette »…et là ça change tout…merci !!

    20 septembre 2011
  • J’utilise cette technique depuis le début…même que les gens, ils pensent que mon appareil c’est un « flipper ».
    Pourtant je le fais sans décoller l’œil du viseur, puisque les mollettes avant et arrière du boitier permettent, aussi, l’affinement des réglages.
    J’ai un D700 et un D80 Nikon.
    Amitiés.

  • Moi je me sers tout le temps de la sélection du colimateur.
    Sur mon Ninon d90, ça se fait avec le treffle multidirectionnel. Une pression sur ‘ok’ au centre du treffle ramene la sélection au colimateur central. Pas besoin d’enlever l’oeil du viseur, et cette fonction peut se désactiver avec le levier ‘lock’.
    Je me sers pratiquement tout le temps du mode af-c, le mode af-s est trop aléatoire en cas de faible profondeur de champ : il suffit de reculer ou d’avancer le boitier d’un milipoil après la mise au point pour avoir une perte de netteté.

    20 septembre 2011
  • Tilt ! j’ai enfin compris pourquoi le doigt laissé à mi-course ne bloque pas la mise au point ! c’est l’AF automatique, qui doit choisir, puisque je bouge, d’être ne continu !
    tout ça fait rêver. ça a l’air un jeu d’enfant. Ici, tout m’est compliqué par le manuel Nikon en Anglais (eh oui, dans la zone pacifique, c’est comme ça, même pour un appareil acheté sur un territoire français). Mais je ne désespère pas d’y arriver ! Merci encore Laurent, et tous les commentateurs.

    20 septembre 2011
  • Bonjour Laurent,
    Une petite question: tu parles toujours du sujet à mettre à feux avec un des collimateurs ou avec la technique de mise au point-recadrage. Mais si les sujets sont deux un à droite et un à gauche de l’image, ou bien si c’est une photo de groupe, comment je les règle les collimateurs à ce moment-là ?
    Dans le sens, si je laisse l’appareil choisir lui-même les collimateurs il peut en choisir plusieurs mais si c’est moi je peux en choisir un seul, si je ne me trompe pas… Et dans le cas de la photo de groupe si je sélectionne celui du milieu les personnes à l’extrémité ne vont pas être floues ?
    Merci pour ta réponse et merci pour ton blog très précieux pour les débutants comme moi.

    20 septembre 2011
    • Je suis également intéressé par une réponse à cette question.

      20 septembre 2011
    • Si les personnes sont sur un même plan, ça va. Sinon, il te faut sélectionner une ouverture suffisamment petite pour maximiser la profondeur de champ, et pour ça il faut tester avec le bouton de contrôle de la profondeur de champ.

      Dans tous les cas, si tu ouvres beaucoup, même avec une sélection automatique des collimateurs, la mise au point sera quand même faite sur les personnes au 1er plan, et celles derrière pourraient être floues.

      Sinon chez Canon, il y a un mode qui s’appelle A-DEP et qui permet de sélectionner automatiquement une ouverture suffisamment petite pour que tous les sujets d’une photo de groupe soient nets. Et dans ce cas-là, l’appareil ne te laisse forcément pas le choix du collimateur, il les utilise tous ^^
      Mais attention, il va souvent fermer beaucoup (trop ?) et donc ça peut aboutir à des vitesses d’obturation trop faibles en intérieur.

      20 septembre 2011
  • Personnellement, j’ai de mauvais retours de cette molette, justement parce qu’on met trop de temps pour choisir le collimateur (un 550D, ça a 9 collimateurs, le temps de faire le tour…). Cela vient surement du fait que je prends des sujets parfois « remuants ».
    Pour ma part, j’opte pour :
    * le collimateur centrale : soit en shoot direct pour recadrer en post-traitement (genre pour un oiseau en vol), soit avec la mise au point recadrage
    * pour tout le reste => focus manuel. En général, si on a le temps de choisir un collimateur, on a le temps de faire une mise au point manuelle.

    Après, c’est un choix personnel 😉

    20 septembre 2011
    • Et encore, ce n’est pas un 7D ^^
      Effectivement, ça dépend du sujet, et à chacun d’adapter la technique à son utilisation.

      Cela dit, je n’utilise jamais le focus manuel. Dans un viseur comme celui d’un reflex entrée de gamme (550D par exemple), on y voit pas très bien, et je trouve ça risqué de mettre au point manuellement, à moins d’être très rapproché de son sujet (typiquement en macro). Je pense que l’AF reste bien plus précis que l’oeil humain si on sait bien l’utiliser.
      Je l’ai vu par exemple en prenant des vidéos, où le focus manuel est obligatoire. La plupart du temps j’y arrivais bien (mais je regardais sur l’écran, pas dans le viseur), mais il reste des moments où je pensais avoir bien fait le focus, alors qu’en réalité il était légèrement décalé.

      Après, ça dépend aussi de la profondeur de champ dont on dispose 😉 (moi qui suis un grand fan de shooter à f/1.8… :P)

      20 septembre 2011
      • Je suis aussi un fan des grandes ouvertures. Je projette même de remplacer mon 50/1.8 par un 50/1.4.
        Pour le focus manuel, le mode liveview est bien pratique. En zoomant, on a un réglage bien plus précis que n’importe quel AF et on choisit vraiment sur quel élément faire la MEP. Pour la macro par exemple, c’est vraiment l’idéal.

        20 septembre 2011
      • Personnellement j’utilise toujours le collimateur central et recadre ensuite, et quand je n’ai pas le temps , je fais le recadrage en pst-traitement.

        Sinon quand j’ai vraiment le temps avec mon 550d j’utilise la mise au point manuelle et je me mets en Live View et utilise le (+) a coté de (*) pour faire un zoom sur la zone à rendre net.

        http://www.flickr.com/photos/viivii84/sets/

        20 septembre 2011
      • Ou le D7000 avec ses 39 colimateurs………..

        Perso, c’est colimateur central la plupart du temps avec recadrage après MaP. Je décale le collimateurs si shoot statique ( paysage en l’occurence ), boitier sur trépied, télécommande… en clair je bouge le collimateur quand je prends tout mon temps pour une prise et que la MaP sera sur un élément décalé.

        En ce qui concerne la MaP manuelle, même sur le d7000 me semble délicat ( malgré le Liveview ). J’ai jusqu’à ce jour réussit aucune photo avec MaP manuelle… Je pense donc m’orienter vers le remplacement du verre de visé par celui de Katzeye.

        22 septembre 2011
  • Merci Laurent, je m’en servais également souvent sur mon D40x mais avec ses 3 coco ça allait … j’attends mon D90 demain, j’espère m’en sortir avec ses 11 coco …?

    Zouzou31 (es-tu du Sud Ouest) ? Ne peux-tu pas trouver ta notice en FR sur internet ??

    20 septembre 2011
  • je viens de lire l’article sur le choix du collimateur. Je pense que même en continu je peux choisir le collimateur avec mon navigateur (?) ; sur mon nikon D5100 j’ai ‘continu’ et ‘dynamique 3D’ et j’avoue que j’ai du mal à vraiment faire la différence….

    20 septembre 2011
    • Oui, en continu on peut choisir le collimateur, mais par définition si on recadre il va faire la mise au point.

      Je ne connais pas le mode « dynamique 3D » du D5100, mais il doit être expliqué dans le manuel 😉

      22 septembre 2011
      • Apparemment le mode « dynamique 3D » des Nikon permet de suivre un sujet qui se déplace dans le champ de collimateur en collimateur.

        Si le sujet s’éloigne du collimateur choisi au départ, l’appareil est sensé déterminer quel collimateur doit prendre le relais d’icelui. Je ne sais pas si c’est efficace : pas encore essayé (et même pas sûr d’avoir bien compris…)

        16 mars 2014
  • j’utilise cette technique et j’ai un souci car je trouve que les collimateurs sont trop centraux pour respecter la règle des tiers. donc je suis souvent contraint tout de même de verrouiller la mise au point et décaler la prise de vue, même si j’utilise un collimateur sur le côté.

    20 septembre 2011
  • je connaissais pas merci je vais tester ce soir !!!

    20 septembre 2011
  • Bonjour Laurent,
    Sur mon Nikon D90, il est possible de verrouiller la mise au point en mode AF-C (mode d’autofocus continu).
    Peut-être est-ce différent selon les marques et les modèles ?
    A+
    Fabien

    20 septembre 2011
  • Un article qui traite d’un sujet dont on n’entend peu parler et qui change effectivement tout sur une photo, notamment si vous devez réaliser un portrait avec une très faible profondeur de champs. Le regard (et donc les yeux) doit être net, si le collimateur fait la MAP où bon lui semble, bonjours les dégâts.
    Pour compléter la remarque #18, je ne sais pas si la technique de l’hyper-focale pourrait être utiliser pour des larges groupes de personnes (normalement plutôt utile sur du paysage).

    20 septembre 2011
  • Bonsoir Laurent et a tous les autres
    voila un article qui intéresse tout le monde,
    alors me voila parti samedi dernier pour essayer de faire quelques essais de photo de rallye dans mes Vosges avant le rallye de France qui a lieu dans deux semaines
    j’ai donc regardé sur internet pour avoir quelques bases de réglages pour faire des photo
    filées et la je me suis posé cette question quelle
    AF et quel collimateur
    j’ai essayer avec AF-Continu et collimateur
    centrale seulement
    J’aurais voulu savoir les réglages appropriés si
    quelqu’un fais ce genre de photos parmi vous
    Merci bonne soirée.

    20 septembre 2011
  • Coïncidence, ce weekend j’ai posté un fil sur le forum de Chasseur d’images à ce sujet. Je pense avoir bien amusé la galerie. En effet je suis possesseur depuis une dizaines de mois d’un Nikon D700. Je me suis rendu compte depuis quelques temps que ma netteté était perfectible sur certaine photo. Certaines personnes sur le forum, m’ont fait remarquer que l’utilisation de la mise au point en automatique était très loin d’être judicieuse et leurs explications rejoignent les tiennes. Mais j’ai une question. Sur mon boitier, je peux également, dans les réglage personnalisé de l’appareil, attribuer un ensemble de capteurs, pour affiner la mise au point, au cas où le sujet bougerait légèrement par rapport au collimateur sélectionné.
    Ces points son au nombre de 9, 21, 51 (la totalité) ou 51 points + suivi 3D. Quelle sélection serait la plus à même d’être la plus polyvalente en photo générale et/ou reportage ? Photos où il faut généralement se déplacer et se pencher légèrement pour éviter une main, un bras ou tout autres éléments venant perturber le cadrage.
    J’espère que cela est compréhensible.
    PS tu peux regarder sur mon site une photo dans l’album de la Croix Rouge ou justement la mise au point a été faite en auto et où elle n’est pas sur le personnage mais juste devant !!!!

    21 septembre 2011
    • Personnellement, quand j’ai acheté mon 7D, j’ai choisi les collimateurs par ensemble. Et comme toi avec la mep automatique, je trouvais que mes photos manquaient complètement de piqué voire même étaient floues. Après un tour sur le forum d’eos-numerique, j’ai aussi amusé la galerie. On m’a proposé de faire des test avec le collimateur central pour voir si ça venait d’un réglage ou du boitier et depuis, je n’utilise que ça ou presque. En ensemble de collimateur, le boitier fait visiblement des compromis en faisant une moyenne de plusieurs collimateurs qu’il choisit dans l’ensemble. Du coup, la mise au point n’est fait nul part. Pour moi, ça rejoint la mise au point automatique (ou alors, je ne sais pas m’en servir).

      Donc, comme je disais plus haut, j’utilise principalement le collimateur central avec la méthode de « mise au point-recadrage ». Je n’ai pas trouvé plus rapide, efficace et précis. Après, j’utilise beaucoup de grande ouverture. Tu peux peut-être aussi trouver ton compte avec d’autres modes (après tout, si ils sont sur les boitiers, c’est qu’il doit y avoir une raison et un usage).

      21 septembre 2011
  • Salut a tous,

    La technique que donne Laurent est excellente, l’utilisation des collimateurs excentrés permet de bien composer ses images. Cependant, il faut aussi être conscient qu’en règle générale, l’AF est plus performant en position centrale : ceci signifie que votre mise au point pourra être plus laborieuse avec un collimateur sélectionné excentré, notamment en basse lumière. Dans ces cas là on pourra plutôt privilégier la technique de la mise au point avec le collimateur central puis faire un recadrage pour avoir une belle compo. C’est une technique que je pratique souvent 🙂

    21 septembre 2011
  • c’est vrai tellement pratique cet autofocus …je vais essayer de changer mon habitude vu l’article …. bonne soirée

    21 septembre 2011
  • Pour ma part, j’utilise le choix du collimateur en permanence en mode Manuel à 100%pour avoir un contrôle total de l’APN.
    Je changeais les collimateurs en appuyant sur les boutons de l’APN et en tournant la molette dédiée mais cela entraîne une rotation peu pratique dans un sens ou dans un autre pour tomber sur le collimateur voulu.
    Ensuite, j’ai trouvé une fonction « cf. » qui, quand elle est activée, permet de choisir le collimateur directement avec le joystick : la manipulation est grandement facilité car le choix se fait « en direct », sans avoir besoin d’actionner un bouton au préalable et permet instantanément, suivant la direction de la pression de choisir le bon collimateur.
    Une pression au centre actionne le collimateur central, et une pression sur les côtés actionne les collimateurs périphériques.
    Vu que je ne prends mes photos qu’en mode Manuel, je ne sais pas si les autres (Av, Tv, P) le permettent ni quel boîtier en dispose mais une petite lecture du mode d’emploi apportera une réponse.
    A essayer !

    • Jean-Christophe, tu as quoi comme boitier ? Ta manip m’intéresse … Saurais-tu comment faire sur un D90 ?

      22 septembre 2011
    • PI : Chez Canon, le joystick commence au 7D. 60D et en dessous doivent se contenter des boutons et de la (les à partir du 60D) molette(s).

      22 septembre 2011
  • Super ! Merci beaucoup pour l’astuce de la molette c’est exactement ce dont j’avais besoin !

    22 septembre 2011
  • Merci pour tout tes conseils
    Tes articles sont tout simplement superbe
    Avant de lire cette article je ne savais même pas que ce reglage étais disponible(faute de lectuRe du manueL loOl) jE comprend pourquoi parfois j’avais l’impression davoir de bonne photo et en agrandissant l’oeil etais flou.

    22 septembre 2011
  • Mon APN est vraiment bizarre! Les colimateurs sont disposés précisement aux endroits où il est déconseillé de placer le sujet: c’est-à-dire qu’ils forment une croix bien centrée verticalement et horizontalement !!! Absurde non? Je suis contraint de me servir du colimateur central et de recadrer mais comme je travail beaucoup sur trépied cette méthode n’est pas appropriée non plus! du coup, je perds mon temps en focul manuel sur le liveview et c’a me bouffe un temps énorme (et des piles…)
    Y’a un truc qui m’échappe là…
    Une des règles la plus élémentaire en photos est la règle des tiers, c’est vraiment  »le truc de base » et malgré cela, il existe des APN reflex numérique avec des colimateurs absurdes et presqu’inutiles disposés aux centres de l’image !!?!? C’est à n’y rien comprendre… Existe t-il des complexités techniques à placer des colimateurs sur les lignes de tiers?

    23 septembre 2011
    • Le collimateur central est, il me semble le plus performant et précis par raaport aux autre collimateur. ce qui dès lors justifie son emplacement, à savoir au centre. Ceci dit, je raconte un bêtise… Si quelqu’un peut confirmer ou informer mes propos, il n’ya pas de Pb.

      Ceci dit, tu peux aussi faire la MaP avec le collimateur central pointant sur ton sujet, ensuite débrayer l’AF en poussant le commutateur sur M, cadrer conformément à ta compo, et enfin shooter… C’est en tout cas comme ceci que je procède si j’utilise un trépied.

      A+

      23 septembre 2011
      • Le probleme avec la tokina 11-16: débrayer l’AF peut faire bouger legerement la bague et dérégler le focus, c’est pour cette raison que je focus en manuel.

        24 septembre 2011
  • De mon coté j’utilise souvent le colimateur central, appuie à mi-course et ensuite décale ma prise de vue si je veux respecter la règle des tiers. Finalement on gagne beaucoup plus de temps que de jouer avec les boutons pour replacer le collimateur où on veut, non? C’est marrant je pensais qu’il fallait faire comme ça, mais personne n’en parle et du coup je me mets à douter de ma façon de faire ou alors je suis passé complètement à coté de la bonne technique?

    23 septembre 2011
    • Ben si… on en a souvent parlé (comme en #23 ou #47 par exemple). Même dans l’article de Laurent, il est mentionné sous l’appellation « la technique de mise au point-recadrage ».

      23 septembre 2011
  • Debrayer les collimateurs automatiques, est la première chose que j’ai faite en ayant mon reflex.
    Par contre, je n’avais pas trouvé l’utilité des autres.
    J’ai trsté votre technique, ça marche nickel !!!
    Merci.

    27 septembre 2011
  • Bonjour,

    Quelqu’un saurais comment ça fonctionne sur un Sony α390 ? J’ai beau lire et relire la notice, impossible d’y arriver…

    29 septembre 2011
    • Voici le lien avec l’essai du 380 (à priori similaire au 390) par DPreview. C’est en anglais mais les illustrations sont très claires. En souhaitant que cela puisse t’aider.

      http://www.dpreview.com/reviews/sonydslra380/page7.asp

      29 septembre 2011
      • Je viens de comprendre grâce à la page qu’il fallait choisir dans le menu quel collimateur utiliser et non pas pendant qu’on prend la photo comme je cherchais…

        Merci beaucoup,

        30 septembre 2011
        • Ben si… .en gardant l’œil dans le viseur comme le dit Laurent…Avec la molette et le bouton qui va bien…relis l’article…et la doc de ton AP

          30 septembre 2011
          • Bonjour Dany,
            Ton site est très bien fait et tes photos sont superbes , bravo! Mais je doute que tu travailles avec un alpha 390. et donc ce n’est pas la peine d’embrouiller Vincent.
            Tout ce que je lis sur les différents sites confirme qu’il faut bien passer par les menus pour cette manip pas très pratique sur ce boitier.
            Pour preuve le commentaire de l’essai suivant:

            lhttp://www.magazinevideo.com/tests-en-ligne.php?Clef=a11387
            « la transformation du pavé de navigation a permis de supprimer des boutons sur le boîtier, mais a considérablement dégradé l’usage de l’autofocus localisé. Il faut maintenant passer par la touche Fn et le mode Mode AF pour sélectionner le collimateur de mise au point. Encore un mauvais point pour les experts, alors que c’était direct sur l’ancienne gamme. Dans la même veine, le dessin du cercle de mesure de l’exposition « spot » n’est plus présent dans le viseur. »

            30 septembre 2011
          • Navré, je suis allé un peu vite en besogne…je n’avais pas vu le com #53 de Vincent. Loin de moi l’idée d’embrouiller qui que ce soit… J’essaie moi aussi de m’y retrouver… et j’apprends au fur et à mesure des trucs et astuces que je découvre ici.

            30 septembre 2011
  • Merci pour toutes ces infos! A mettre en pratique…

    Et j’aime beaucoup la citation qui accompagne le portrait de la demoiselle: « Tout vrai regard est un désir ».

    NowMadNow

    8 avril 2012
  • Je pense qu’il est intéressant de moduler cette affaire de collimateurs. Cela dépend aussi largement de l’appareil utilisé. Pour parler de la gamme Canon qui est celle que je connais, sur un boitier de série XXX, comme le 550 D que Laurent utilise si j’ai bien compris, en effet, il n’y a pas d’inconvénient majeur a « verrouiller » sur le collimateur central (même si je ne suis pas partisan de cette technique).

    Sur les gammes supérieures, ça n’est plus vrai. D’abord, la précisions des collimateurs autres que central est meilleure, mais surtout les mesures de réglage ouverture vitesse sont évaluatifs pondérés sleon les collimateurs actifs. Autrement dit, l’exposition est réglée en fonction des collimateurs actifs, et fixer un seul collimateur pourra dans certains cas générer une mauvaise exposition de la photo.

    Inversement d’ailleurs, fixer un collimateur est aussi un moyen de « forcer » une exposition, et pas uniquement de définir une mise au point.

    Certes on peut aussi définir un mode d’exposition, mais sauf a utiliser le mode « spot », l’exposition sera différente selon les collimateurs utilisés.

    Bien sur, il m’arrive assez souvent de choisir mon collimateur, quand cela est nécessaire par rapport à la photo voulue, mais je n’utilise cette possibilité que lorsque la mode automatique ne me satisfait pas. Il n’y a pas de mauvaise surprise en la matière puisque les collimateurs actifs sont affichés dans le viseur. Quand besoin est, le « joystick » du 40d permet de choisir très rapidement son collimateur.

    17 juin 2012
  • Bonjour à tous.

    tout d’abord, merci pour ce site qui est très bien fait.

    Ensuite, j’ai lu avec attention cet article. Ainsi que la majorité des commentaires (pas tout, je l’avoue).
    Malgré cela, je ne comprends toujours pas un point qui a été pourtant abordé:
    Je souhaite faire des photos de personnes ou d’animaux qui bougent (parfois vite, comme des enfants ou des oiseaux).
    Je suis donc en mode Ai-Focus.
    Par contre côté collimateur, que dois-je choisir ?

    J’ai un 7D donc les choix possibles:
    a. 1 collimateur en mesure « Spot »
    b. 1 collimateur « normal »
    c. 1 zone de 5 collimateurs
    d. Auto parmi les 19 collimateurs disponibles

    Merci bcp !

    11 novembre 2012
  • Je précise mon commentaire du dessus:

    Les sujets que je prends: les enfants et les oiseaux.
    Dans certains articles, je lis qu’il faut faire la mise au point sur les yeux.
    Donc il faut être précis. Là j’aurais tendance à choisie soit « spot », « 1 collimateur ».
    En //, le sujet bouge.

    Comment quel réglage dois-je choisir si je pense ne pas être assez bon pour suivre les yeux du sujet (hypothèse où je reste en mode « 1 collimateur »)?

    11 novembre 2012
  • Question sans doute idiote, mais une fois le collimateur sélectionné, faut-il tourner la bague de l’objectif sur infini si l’objet est loin par exemple ? ou choisir le collimateur suffit à faire la mise au point ?

    22 juillet 2013
  • @aumigny: Je pense que le fait de choisir le collimateur suffit à faire la mise au point…mais je demande quand même confirmation! 🙂

    23 juillet 2013
  • Je ne parviens pas sur le d7100 à bloquer la mise au point sur le collimateur central… Quelqu’un peut m’éclairer svp ?

    20 octobre 2013
  • Lorsqu’on sélectionne un collimateur en manuel, il suffit de le positionner là ou l’on souhaite faire la mise au point et de déclencher à mi-course. Le map est mémorisée (si on est bien en mode One-shot) on peut alors recadrer (si besoin) et déclencher.
    Ne pas hésiter à lire, à relire et relire encore les deux billets de Laurent sur ce sujet (celui-ci et celui sur l’autofocus) en tenant son appareil à la main et en faisant des essais. Il est essentiel de bien maitriser ce sujet (entre autre)
    Sinon il se passe des choses et on ne comprend pas pourquoi…

    8 novembre 2013
  • Bonjour,
    Je n’ai pas compris si en mise au point manuelle, on peut recadrer sa photo après la MAP, pour décentrer son sujet.
    Si oui, est ce qu’on procède de la même manière qu’en AF (appuyer à moitié sur le déclencheur et recadrer)?
    Merci.

    23 janvier 2014
  • Bonsoir à tous

    L’autofocus (les collimateurs et les modes AF) et la manière de les traiter avec le boîtier sont des sujets assez complexes à traiter. J’ai ramé de nombreuses heures pour commencer seulement à m’y retouver et je ne suis pas encore au bout de mes peines. Dans la formation, Laurent tu dis systématiquement qu’on peut changer de point AF en faisant tourner la molette…C’est à dire autrement car, sur le Nikon, cela se fait avec le sélecteur multidirectionnel (pad) et non la molette avant ou arrière et il ne faut pas être en autofocus automatique (AF-A).
    Après avoir râlé sur ce manque, j’ai compris que ce sujet est assez complexe à traiter en des termes généraux car les commandes et les possibilités diffèrent, je crois, assez bien d’un boîtier à un autre…et on entre vite dans des subtilités qui peuvent dépasser les débutants (j’en suis toujours !!) si on n’a pas le courage de rentrer dans le sujet. Donc j’ai envie de pardonner à Laurent pour ce manque et son soucis pédagogique de ne pas tomber dans le détail superflu, ce que cet article tente de faire… Laurent, cela mériterait quand même un ajout à tes formations de base et quelques exemples vidéo de manipulations car, pour ma part, j’ai cherché longtemps cette « molette » ou cette façon de basculer d’un collimateur à l’autre…
    Ceci dit, pour ceux qui ont un Nikon (moi c’est le D7000), si cela peut aider voici mes constats:
    – Je ne sais toujours pas dire si les collimateurs sont tous multidirectionnels ou pas; je pense que les 9 centraux le sont mais je ne sais pas pour les 30 autres
    – Il faut bien sûr mettre la commande de « Mode AF » en position AF et non M
    – Ensuite, en gardant le doigt appuyé sur le bouton de cette commande, la molette arrière permet de basculer d’un « Mode d’Autofocus » à l’autre, et la molette avant permet de choisir le « Mode de Zones AF » possible en fonction du choix fait pour le mode d’autofocus
    – Endin, c’est avec le sélecteur multidirectionnel (pad) et non une molette que l’on peut basculer d’un (groupe de) collimateur(s) à un autre, sauf en Mode Autofocus « AF-A » où cela n’est pas possible.

    2 avril 2014
  • Bonjour,
    Je découvre le site et je trouve cet article très intéressant.
    J’aurai justement une question autour des ses collimateurs …
    J’envisage de changer mon appareil photo actuel (un petit compact tout simple qui a 8 ans) dans le but justement de pouvoir maîtriser un peu plus mes photos notamment au niveau de la mise au point avec le choix du collimateur.

    Connaissez-vous des compacts qui permettent ce type de sélection ?

    J’ai cherché du coté des compacts « pro » comme par exemple chez Canon, avec le powershot G1X… mais il me semble, d’après ce que je comprends en lisant le manuel de l’appareil (Je reste une débutante), que la mise au point se fait automatiquement et non avec sélection de collimateur.

    4 mai 2014
    • Bonjour Aline,

      Effectivement, les collimateurs n’existent pas sur les compacts malheureusement.

  • Merci pour cet article. Est-ce qu’utiliser la bague de mise au point manuelle sur un objectif est une bonne chose? Ou utiliser l’autofocus (mais pas en automatique 😉 )est mieux?

  • Laurent, je ne vais pas te pendre pour ton humour, mais pour n’avoir pas mentionné dans la video N°7 sur l’exposition qu’on ne peut pas utiliser la mesure spot avec l’autofocus sur AI-Servo. J’ai passé des heures à tenter de comprendre pq mon autofocus patinait et pq l’appareil refusait de déclencher, grrr!

    2 août 2014
  • Bonjour,
    Je suis débutant en matière de photo dans les modes créatifs et j’utilise mon premier réflex (un Canon EOS 1100D).
    Il m’est déjà arrivé (surtout depuis que j’ai mon objectif f/1.8) de vouloir avoir deux zones nettes sur une photo.
    Je prends un exemple : j’avais deux modèles, elles étaient assises dos à dos et légèrement penchées en avant. Leurs têtes étaient au niveau des collimateurs externes dans mon viseur. En automatique, alors que parfois il m’en propose plusieurs en simultané, là il ne voulait pas m’activer les collimateurs que je voulais. Et manuellement je ne pouvais en sélectionner qu’un seul (donc j’avais soit une modèle floue et l’autre nette, soit aucune des deux…).
    Existe il une solution pour mon cas ?

    Merci d’avance

    4 novembre 2014
    • Bonjour Laurent,
      J’ai un Nikkon D3200, je ne trouve pas la fonction pour choisir manuellement le collimateur.
      J’ai cherché dans la notice, mais je n’ai pas trouvé!

      Ton site est vraiment génial! Du coup, je me suis inscrite à ta formation!!!

      14 décembre 2014
  • Bonjour,
    Je débute sur mon canon 100d (et a déjà perdu le manuel xD) et je voulais savoir quel était le bouton de sélection de collimateur en utilisant la molette avec un canon EOS 100d.
    Merci pour votre aide et votre site qui m’aide énormément dans mes débuts!

    31 juillet 2015
  • Bonjour
    Très bien expliqué mais prenons pour ex le Canon 7Dmkii ou 5D
    Canon propose en dehors de colli central ou Grande zone »tout auto » ,4 choix:
    Extension Central + 4 adjacents
    Extension Central + 8 colli qui entourent le central
    Zone AF (9 zones, le dessin indique des colli au centre)
    Zone AF (3 Zones , larges???)
    La notice complète en PDF est trop imprécise .
    Donc en AI servo , par exemple pour MAP oeil personne à gauche dans un groupe , que prendre sachant qu’on ne veut pas avoir de colli qui changerait de cible

    26 novembre 2015
    • Bonjour Sabe!
      En gros, le collimateur ne changera pas de cible s’il parvient bien à faire la 1ère mise au point sur le collimateur au centre de chacune de ces zones.
      Les différents modes proposés permettent d’aller encore plus loin dans la façon dont le collimateur que tu auras choisi fera sa mise au point. Et cela va dépendre de tes besoins.
      Le principe est que la priorité est mise sur le collimateur au centre de la zone et que les “extensions” autour voire les “zones” entières permettront de continuer à gérer la mise au point sur le sujet choisi au départ (au 1er appui à mi-course sur le déclencheur) si celui ci a bougé – ou que vous avez bougé! ^^
      Dans ton cas, si les sujets sont relativement statiques, je pense qu’il faut choisir le mode “spot AF” ou bien le mode “collimateur simple”.
      Pour aller plus loin, les différents modes et leur utilisation conseillée sont très bien expliqués ici, à partir de la p.32 :
      http://www.eos-numerique.com/perso/AF_5DMarkIII_Guide.pdf

  • Je ne peux pas choisir le collimateur sur mon Canon EOS MC

    6 février 2016
  • Bonjour,

    Une question qui parle collimateurs même si elle est un peu hors-sujet :-p. J’ai lu qu’il y a des collimateurs compatibles f/8 ou que le central est évidemment un collimateur f/2.8. Que cela signifie-t-il ?

    Merci :-).

    5 juillet 2016
    • Bonjour Serge!
      D’après ce que je sais, un collimateur f/2.8 est un collimateur dont la sensibilité augmente jusqu’à atteindre son maximum avec les objectifs ouvrant à 2.8.
      Concrètement, le plus important à retenir c’est que souvent le collimateur central est le plus sensible, et la précision est importante surtout lorsqu’on shoote avec une faible profondeur de champ 😉
      Mais cela dépend des appareils et des objectifs, alors vous de tester si vous avez du mal à faire la mise au point avec les autres collimateurs dans les situations les plus difficiles (basse lumière, faible profondeur de champ, zones peu contrastées…), auquel cas le collimateur central peut peut-être vous sauver la mise!
      à bientôt!

  • Que doit-on faire lorsqu’il y a deux sujets, mais un seul collimateur accessible? Merci Laurent.

    16 octobre 2016
  • Bonjour Laurent,
    j’utilisé cette technique mais je trouve que la photo perd en piqué. Depuis que j’utilise le collimateur central mes photos sont bien meilleures. Je cadre un peu plus large et refais le cadrage en post traitement

    31 octobre 2016
  • Bonjour

    Est-ce qu’on peut sélectionner plus d’1 collimateur pour la mise au point? (très très débutante dans la photographie)

    14 mars 2017
  • Merci pour ces associations très précieuses !!#

    12 avril 2017
  • Bonjour,
    Article très utile mais en AI Servo peut-on utiliser une autre technique que le choix d’un autre collimateur comme la méthode CFn 4? J’en ai entendu parler mais aucune idée en quoi cela consiste.

    16 mai 2017