Sept ‘I’ pour retrouver votre œil : sortir d’un manque d’inspiration passager

Il est parfois difficile de puiser l’inspiration et l’énergie nécessaires pour sortir avec votre appareil. Peter Bower vous livre sept mots clefs, sept sources d’inspiration pour vous tirer du découragement passager et vous remettre le pied à l’étrier. Joignez-vous à lui et n’hésitez pas à partager vos conseils et suggestions pour partager votre passion de la photographie.

Cet article a été publié à l’origine le 29 avril sur DigitalRev, sous le titre Seven ‘I’s To Get Your Eye Back: How To Get Out Of ‘The Funk’. J’ai tellement aimé le contenu et le ton de l’article que j’ai voulu en faire profiter les non-anglophones parmi vous. J’ai donc contacté Peter Bower, son auteur, pour obtenir son autorisation. Je le remercie infiniment, car il fait des pieds et des mains en contactant DigitalRev (excellent site anglo-saxon que je vous conseille) et les auteurs de toutes les photos de l’article pour obtenir leur autorisation. Quelques mails et quelques jours plus tard, je peux vous proposer la traduction de cet article, qui je l’espère vous aidera à surmonter la petite traversée du désert que tous les photographes traversent. Il me semble que c’est toujours intéressant de voir les choses d’un point de vue un peu différent, en l’occurrence celui d’un Australien. Je laisse la parole à Peter 😉 (c’est donc lui qui s’exprime dans le « je » de cet article).

 

 

J’ai été absent quelque temps. Bienvenue aux nouveaux lecteurs et rebonjour aux habitués.

Les dix-huit mois qui se sont écoulés depuis mon dernier article pour DigitalRev ont été très riches pour moi. J’ai récemment rendu ma thèse de Master et cela a été une période très chargée : je crois n’avoir jamais été aussi absorbé de ma vie. Aussi ai-je décidé de renaître au monde, après avoir également dû, pour couronner le tout, affronter la santé déclinante de mon père.

Tout cela m’a laissé un goût amer. Si au cours des douze derniers mois, j’ai photographié mon premier mariage en tant que photographe officiel, je me suis procuré mon Canon 5DMkIII et j’ai même été publié en couverture d’un journal ; dans le même temps, j’ai beaucoup lutté pour prendre du plaisir derrière l’objectif et explorer,  me perfectionner. J’ai bien utilisé mon appareil pour travailler mais je ressentais alors de l’apathie, comme une indifférence inhabituelle dès lors qu’il me fallait shooter.

Si je reprends la plume pour DigitalRev, c’est notamment pour me replonger dans le monde de la photographie. Je voudrais que mes articles dépassent le cadre du : «  faites ceci, faites cela ». Je voudrais que ces articles soient avant tout une conversation, une invitation. Je me suis toujours vu cheminant sur une route d’apprentissages que j’aime à partager au fil de mes expériences. Je suis un peu en manque d’énergie créatrice, c’est pourquoi ma démarche sera de vous aider et de retrouver par la même occasion mon énergie.

Ma première question est donc tout naturellement : Comment sortir de périodes où l’on manque d’inspiration ?

Je vous livre dans cet article sept mots clefs en ‘I’ qui m’aident à me remettre à la tâche. Sept mots qui sont aussi le fruit d’échanges avec des amis photographes pour se retrouver, retrouver le sourire et l’inspiration. Ils pourront vous paraître évidents, mais prendre le temps de s’asseoir et d’y penser voire même de les coucher sur le papier pour les rendre bien réels est un moyen authentique de revitaliser votre passion.

Identifier

photo oeuf cassé montage

Servez-vous de compétitions pour stimuler votre créativité et ne manquez pas de prendre des clichés régulièrement. (Photo par Alison Crae)

Identifiez les raisons pour lesquelles vous manquez d’inspiration. Prenez le recul nécessaire et regardez la situation objectivement. Si vous ne parvenez pas à en saisir l’origine, vous ne pourrez pas la voir revenir.

En avez-vous marre de photographier les mêmes sujets ? Êtes-vous trop occupé au travail (et cela vous empêche de vous consacrer à la photo) ? La photographie est-elle devenue une activité professionnelle dans laquelle vous ne trouvez plus le plaisir que vous éprouviez quand il ne s’agissait que d’un passe-temps ? Souffrez-vous de la pression que vous vous imposez ou que d’autres vous imposent ? Ou bien ne trouvez-vous simplement plus le temps ?

 

Il est parfois difficile de puiser la motivation et courir après se révèle bien fatiguant. Gardez votre appareil dans un endroit facile d’accès ou bien gardez-le toujours avec vous de manière à ce que son utilisation ne devienne pas une corvée.

Alison Crea, Photographe primée.

Asseyez-vous, cherchez à comprendre ce qui ne va pas, trouvez un angle d’attaque. Evaluez votre volonté, allouez-vous du temps, parlez-en à un ami. Après tout, ce n’est qu’un appareil – rien de trop volumineux dont il faut vous encombrer pour en faire usage.

 

Isoler

Isolez la photographie des aspects du quotidien. C’est ce qui me fait lutter en ce moment, considérant que ma vie est plutôt intense actuellement. Si vous voulez shooter, ne vous en privez pas.

La photo, comme toute forme d’art, est une activité qui requiert toute votre attention. Extrayez-vous du bruit de la vie.

 Accordez-vous un mois que vous dédierez à un projet qui vous tient à cœur. Fixez-vous un objectif à atteindre à son issue et planifiez des séances de shooting régulières.

Giuliana Marshall, photographe professionnelle, spécialisée dans les photos de mariage et portraitiste.

Décidez d’un moment où vous souhaitez faire des photos et tenez-vous-y. N’ayez pas le réflexe matinal de consulter votre boite mail, mais prenez plutôt votre appareil. Désactivez même leur réception sur votre portable quand vous êtes à l’ouvrage. Et cette émission de TV que vous vouliez regarder ? Vous la regarderez après vous être acquitté de votre projet, comme une récompense.

N’oubliez pas l’élément le plus important : une fois dehors avec votre appareil, faites ce qui vous plait !

Ne vous forcez pas à photographier des choses qui ne vous intéressent pas. Prenez en photo ce que vous aimez.

 Photographier ne se résume pas à appuyer sur le déclencheur, le plaisir que cela représente implique aussi les étapes qui précèdent le cliché. Ne prêtez pas l’oreille aux distractions alentour et concentrez-vous sur votre passion.

Gavin Blue, Photographe professionnel et président de Heartfelt

Inventorier

Inventoriez les raisons pour lesquelles vous aimez la photographie. Cela peut sembler être la tache la plus idiote qui soit, comme copier des punitions lorsque vous étiez à l’école mais cela aide. Faites-moi confiance et écrivez.

Il y a forcément une raison pour laquelle vous prenez votre appareil. Même quand cela ne serait que pour photographier vos enfants. Il peut s’agir de motivations financières, pour ressentir ce que photographier vous procure comme émotions ou bien encore le défi de prendre une image qui sera plus qu’un simple cliché.

Moi, c’est plutôt l’environnement et le challenge qui me stimule à faire de belles images. Posez-vous la question : pourquoi fais-je des photos ?

Kevin Bull, Photographe musical professionnel et éditeur du magazine Reverb.

Qu’aimez-vous dans la photographie ? C’est une question difficile, mais vous pouvez y voir ce que vous souhaitez. S’agit-il de faire un album photo de vos enfants ou de vos voyages ? Est-ce une forme d’expression ?

Qu’aimez-vous photographier ? Les gens ? Des paysages ? Des bâtiments ? Vos enfants ? Concentrez-vous là-dessus.

 

photo homme dos tatouage

Explorez de nouveaux lieux, rencontrez du monde et essayez-vous à d’autres styles de photographie. L’inspiration et la motivation en découleront. Cette photo a été prise dans un train de nuit pour Sydney, à l’occasion d’efforts pour rencontrer et photographier de nouvelles personnes. (Photo par Katherine Williams)

Comment aimez-vous photographier vos sujets de prédilection (ou plutôt quelles techniques aimez-vous employer) ? Vous aimez la macro ? Ou préférez-vous le défi de la photo en basse lumière, ou jouer avec la lumière ambiante ? Est-ce enfin le plaisir de retoucher vos photos et d’en faire des bijoux Photoshop ?

Finalement, qu’est-ce qui vous tient vraiment à cœur ?

 Pensez à ce que vous voudriez vraiment prendre en photo, la série que vous souhaiteriez créer. Cela vous permet de ne pas sombrer dans la frénésie de clichés et être submergé par le nombre d’images que vous aurez pris une fois que vous serez rentré chez vous.

Katherine Williams, Photographe professionnel et photojournaliste.

Inspiration

 Jack Picone Fotoreisel Sydney

Assistez à des conférences, à des marches et des ateliers photo. Ils sont toujours de bons aiguillons vous poussant à l’action. Il s’agit là d’un cliché où Jack Picone critiquant le travail d’un participant lors d’un atelier portant sur l’œuvre documentaire de Picone/Dupont au Fotoreisel à Sydney, l’année passée. (Photo par Owen Hammond)

Sortir de ce passage à vide tient autant de l’inspiration que de la motivation. Bien sûr, vous pouvez vous forcer à vous en débarrasser et à sortir, mais vous avez besoin d’idées à prendre avec vous.

Voici un conseil de Jack Picone et de Stephen Dupont : sortez acheter dix albums de photos réalisées par des artistes qui vous inspirent. Etudiez-les – étudiez les compositions, l’éclairage, ce qui rend ces clichés particuliers. Voici maintenant un conseil personnel : j’ai l’inspiration auditive et je préfère écouter un professionnel parler passionnément de son travail. Trouvez ce qui vous inspire.

Owen Hammond, Photographe documentaire.

Surfez sur les sites des photographes que vous affectionnez. Suivez les perles que l’on peut trouver parmi la communauté DigitalRev. Rendez-vous sur des sites comme 500px, 1x ou même l’Explore de Flickr. Inscrivez-vous aux flux de blogs et de magazines. Lisez. Assistez à des rencontres, des festivals et à des remises de prix reconnus.

Imprégnez-vous autant que possible de photographie, vous en tirerez profit.

Interagir

photo portrait femme profil coupe frange cheveux noirs

Identifiez votre passion et photographiez-la. Vous affectionnez les paysages ? Faites des paysages. Vous êtes plus portraits ? Mettez à contribution tous vos amis pour qu’ils posent pour vous. (Photo par Naomi Frost)

Entourez-vous de personnes créatives, à même de vous fournir l’élan d’inspiration. Et par-dessus le marché, ils ne manqueront également pas de vous encourager et vous motiver à sortir de votre mauvaise passe.

Si vous côtoyez des gens talentueux, pas seulement des photographes, vous aurez l’opportunité de vous en inspirer. Vous superposerez de nouveaux savoirs et partagerez de nouvelles idées sur celles qui sont vôtres, et vous vous dépasserez. La photographie est une route à deux sens : il s’agit autant de partager les expériences 0que de les gagner.

Naomi Frost, Photographe professionnelle, primée.

Investissez-vous dans des groupes photo. Moins pour les discussions que vous pourrez y avoir que pour les activités qui vous y seront proposées et qui vous fourniront un riche terreau dans lequel piocher lorsque vous aurez besoin de l’avis d’un œil étranger à votre travail.

photo vieux livre Dando aux Sept Péchés Capitaux

Dépoussiérez d’anciens classiques. Associez les idées entre elles pour donner naissance à de nouvelles pistes d’exploration, comme dans cette image qui mêle le célèbre Dando aux Sept Péchés Capitaux. (Photo par Kevin Cheng)

Participez à des concours photo avec des amis qui vous soutiendront (par expérience, si vous vous y essayez tout seul, vous abandonnerez sans leur encouragement !). Faites des marches, des chasses aux trésors photographiques en compagnie d’autres photographes. Laissez-vous aller et parlez à d’autres photographes, enthousiastes et encourageants. Rapidement vous vous retrouverez l’appareil en main.

J’ai beaucoup appris durant mon projet 365, à propos de photographie, de mon appareil, de moi-même et j’ai tissé de grandes amitiés. Faire partie d’une communauté m’a vraiment aidé à le compléter. L’une de mes périodes les plus fécondes a bien été lorsque j’ai réalisé Dando et les Sept Péchés Capitaux. Un thème commun, mais avec de grandes possibilités de le repenser. Ça m’a vraiment encouragé à expérimenter.

Kevin Cheng, Photographe primé.

Investiguer

Investiguez de nouvelles options. Notre manque d’inspiration provient parfois du fait que nous avons l’impression de toujours faire la même chose, comme si nous étions stationnaires. Essayez donc de mettre un peu de piquant dans votre travail (en restant vous-mêmes). Initiez-vous à de nouveaux styles, explorez de nouveaux espaces ou bien trouvez un nouveau sujet. Nul besoin de le faire de manière originale.

Appropriez-vous ce que quelqu’un d’autre a déjà exploré et que vous n’avez jamais essayé vous-même, stimulez-vous avec quelque chose d’innovant (le light painting, des réglages créatifs), sortez de votre sac ce vieil objectif que vous cachez et essayez-le (comme par exemple un macro ou un 50mm), offrez-vous de nouveaux accessoires et de nouveaux jouets, ou bien cherchez simplement du côté de l’inhabituel. Je me rappelle Jackie Ranken me dire que lorsqu’elle se sentait en manque d’inspiration, elle armait son appareil d’un 50mm et s’élançait à l’assaut de la triste colline qui bordait sa maison.

Josh Bakkum, Photographe primé.

Immerger

photo enfant qui court joue jouet rue

Sortez vous promener l’appareil à la main. Même si ce n’est qu’un tour du pâté de maisons avec vos enfants. (Photo par Simon Pollock)

Ce conseil-là est court. Avec celui-ci en tête, prenez votre appareil, quittez votre domicile et photographiez ! Plongez-vous corps et âme dans le plaisir de prendre des photos.

 Cessez ce que vous faites, éteignez votre ordinateur et partez vous promener dans le voisinage muni de votre appareil – respirez et l’inspiration viendra…

Simon Pollock, fou de réseaux sociaux, buveur invétéré de café et photographe professionnel

 

Vous êtes désormais muni des sept mots clefs en ‘I’ ainsi que de quelques conseils glanés ça et là pour vous aider si vous veniez à manquer d’inspiration et à lutter pour retourner derrière l’objectif.

Pour clore cet article, je vous suggère cette courte vidéo inspirante que vous trouverez publiée sur Vimeo par TO-FU et dont j’ai récemment fait la découverte.

29 WAYS TO STAY CREATIVE from TO-FU on Vimeo.

Quelles seraient vos suggestions, vos conseils ou vos trucs à vous pour retrouver la joie, la motivation et l’inspiration ? N’hésitez pas à commenter dans l’espace dédié à cet effet ci-dessous afin que chacun (et moi également) puisse en faire bon usage !

 

P.S. : En plus de visiter son site web, vous pouvez également suivre Peter Bower sur Facebook et sur Twitter.
 

 

Cet article vous a plu ?

Vous pouvez le télécharger au format PDF pour le lire tranquillement chez vous :
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00/5)

Loading...

Recherches utilisées :

inspiration photo, inspiration photographie, manque d\inspiration, qualités dun photographe, avoir de linspiration pour faire des photo, inspiration en photo, apprendre la photo inspiration, comment sortir dunmanque

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

30 commentaires

  • Sympa cet article ! Et merci pour la traduction 😉

    La vidéo résume bien l’idée du billet 😉

    Je vais de suite dans la phase « investiguer »

  • Super article et encore une foi heureusement que tu es la Laurent!
    Il y a en effet des phases comme cela…j’espère que cette méthode m’aidera aussi !
    Amitiés

    8 mai 2013
    • Imsevpsire brain power at work! Great answer!

      24 août 2014
  • Article très intéressant Laurent, merci !

    Je retrouve les même principes que dans les arts martiaux que je pratique. Nous sommes aussi des artistes parfois en manque de ces 7 « i » ;).

    Cet article me donne une bonne idée pour bon blog sur la Passion Martiale… je vais la noter tout de suite dans Evernote.

    A très vite,
    Fabien

  • Salut Laurent,

    Très bonne initiative. Le web regorge de superbes articles uniquement accessibles à un public anglophone. Heureusement qu’il existe des mots similaires en français commençant par I sinon tu aurais été bien embêté 😉

    Investiguer et Interagir sont les deux mots-clés qui me parlent le plus.

    Investiguer pour ne pas s’enfermer dans un style et parce que je conçois la photo comme une découverte permanente !

    Interagir parce que dans la photo et dans la vie en général je pense que l’échange avec l’autre est un excellent moyen d’avancer.

    8 mai 2013
  • Merci pour cet article! C’était exactement le bon moment pour moi de le lire, il tombe pic…
    Et ça me rassure de savoir que tous les photographes ont des moments de bas régime, de manque d’inspiration…

    Merci à Peter pour l’article et à Laurent pour la traduction.

    8 mai 2013
  • j’ai trouvé cet article ennuyeux désolé.

    8 mai 2013
  • Bonjour Laurent,
    Très beau cadeau que tu nous fait. Merci aussi pour tes démarches auprès de Peter. La photographie est comme notre vie aussi et ces 7 « I » sont si importants. Continue ton beau travail.

    8 mai 2013
  • comme tony je n’ai pas tellement apprécie cet article.
    Surement parce que je n’ai encore jamais éprouvé de manque d’inspiration. Pour qui sait garder les yeux ouverts, notre environnement est plein de sujets qui n’attendent qu’a être photographier.
    A mon sens le manque d’inspiration est valable pour les écrivains qui doivent inventer des histoires de toutes pièces. Nous autres photographe n’avons qu’a nous pencher pour cueillir les beautés du monde qui nous entourent…
    Si prendre des photos vous ennuie, trouvez vous un autre hobbie, pas besoin de faire des photos par force ou de chercher des méthodes pour avoir envie d’en faire…

    8 mai 2013
  • Très motivant car parfois ,je me trouve mille raisons pour ne pas faire de photos.Est ce vraiment des raisons valables .Je ne pense pas

    8 mai 2013
  • Très sympa cet article…pour tous ceux qui peuvent arriver dans cette situation. Et je peux comprendre aussi ceux pour qui cet article n’a pas d’intérêt.
    En effet, manquer d’inspiration, ça veut juste dire ne pas trop comprendre pourquoi on fait des photos et je dirais qu’en période de manque d’inspiration, il s’agit juste de se poser ou re-poser la question de pourquoi on fait des photos. Si c’est juste pour le fun alors, oui, les périodes de manque d’inspiration peuvent arrêter et même très souvent.
    Par contre, le fait de se (re)poser la question de pourquoi des photos ça peut faire remonter à la surface du cerveau la nature profonde de ce que doit être la photo : un plaisir avant tout.
    Un plaisir lorsqu’on n’en vit pas, je veux dire.
    Quand on vit de la photo, c’est plus délicat. Son plaisir ne suffit pas, il faut aussi penser au plaisir des autres, sinon on vend pas ce qu’on fait, et on bouffe pas.
    Pour ceux qui n’en vivent pas, bien souvent, on démarre la photo par le côté technique qui passionne ou donne envie, on essaie des trucs ça fait plaisir ou pas. Parfois le manque d’inspiration ça peut être aussi le fait de se dire qu’on voudrait bien faire ça ou ça mais on a essayé plusieurs fois mais ça merde à chaque fois et on se lasse. Du coup, on reste sur ce qu’on sait faire. Sauf que, au bout d’un moment, en restant dans ce qu’on sait faire, on tourne en rond et le manque d’inspiration arrive.
    Dans d’autres cas, on va s’interdire des choses car trop compliquées à priori. Et c’est dans ces occasions là, qu’on doit se poser la question de pourquoi la photo. Il ne doit pas y avoir de trucs compliqués ou de trucs abandonnés car ça merde à chaque fois.
    On doit faire des photos par passion d’abord, il faut donc trouver cette passion, sinon inlassablement, le manque d’inspiration revient ou alors les photos qu’on fait ne nous plaisent plus car on tourne en rond.
    Et cette passion trouvée ou re-trouvée nous donne l’envie de re-re-tenter un truc qui merde et qui, d’un coup, ne va plus merder, d’aller dans des domaines inconnus ou « super compliqué » etc.
    La passion aide grandement à trouver quelque chose de différent dans un sujet. Tout le monde a pris une fleur en gros plan, c’est surfait chiant et tout et tout. La passion va permettre de refaire une photo avec cette fleur mais à sa façon. Ca va être un éclairage une pdc différente etc.
    Perso, je fais de la photo depuis 10 ans, toujours en couleur car j’adore les couleurs et j’ai toujours eu du mal avec le noir et blanc. Sauf que, y a pas longtemps, je me suis dit, y a pas de raison, pourquoi j’ai dû mal avec le noir et blanc c’est idiot, c’est par là que la photo a commencé.
    Depuis un moment je me disais qu’il fallait que je m’y mette et je suis tombé comme ça sur deux revues expliquant super bien le noir et blanc, pourquoi comment quand etc. Et là, ça s’est débloqué dans ma tête, tout seul, et depuis quelques semaines, j’ai fait mon entrée dans le noir et blanc et voilà, nouveau domaine pour moi, totalement exclu il y a encore quelques semaines.

    Je pense que la photo c’est la passion et no limit sur les domaines et toujours chercher à s’améliorer techniquement et les périodes de manque d’inspiration se feront de plus en plus rares jusqu’à totalement disparaître. 🙂

    8 mai 2013
  • je vous remercie beaucoup pour cet article ,
    on a tendance a faire souvent des photos trop globalisé
    j’ai parfois le manque d’inspiration et cest pas évident de prendre des photos diferements ,et de trouver autre chose que de faire des photos banales

    8 mai 2013
  • Encore merci pour cette découverte, et tes démarches pour la traduction, et bien sur merci à Peter Bower !
    Interagir et immerger sont mes points faibles.

    8 mai 2013
  • Laurent : Stoppe d’utiliser les photos des autres en Creative Common et n’utilise que les tiennes !

    8 mai 2013
  • Tout d’abord merci de nous permettre de partager. Et cet article et tous les autres, j’en profite au passage, ils apportent TOUJOURS un plus !….
    Envie d’intervenir même si pas (encore ?) touchée par un manque d’inspiration.
    Moi, ça se joue au niveau du manque de temps…… vous savez, le boulot, les enfants, la maison et tout le reste MAIS quand je pars avec mon appareil, « j’oublie » de rentrer 🙂
    C’est toujours un super moment de détente et de décompression.
    Des photos râtées….. ouai, j’en ramène pas mal mais pas grave du tout, c’est toujours avec plaisir que j’y retourne ! …… une araignée par ci, le Canigou (montagne des P.O) par là, la bouille d’un enfant, un coquillage sur la plage…….. il n’y a pas de limites que celles que je me fixerais alors c’est bien là tout ce qui compte, se faire plaisir.
    Là où je vais, j’embarque toujours mon appareil.
    Je suis une femme et je craque plus pour les accessoires photos que pour les chaussures !!!!! (et pourtant j’adore croyez-moi ;))
    ….
    Mon commentaire ne me semble pas très construit et peut-être même ininterressant (reste d’anesthésie ?….. pffff….. concentration difficile 🙂 )mais je tenais à intervenir, entre passionné(e)s de photos, nous devrions parvenir à nous comprendre !
    A +

    8 mai 2013
    • Bonjour Léna,

      si, si! intéressant ton commentaire…
      peut-être parce que je suis une femme 😉

      Je fais comme toi : je pars quasiment tous les jours avec mon reflex dans mon sac à main.
      Je profite de la pause déjeuner pour faire quelques photos

      Et effectivement, parfois au lieu d’acheter des chaussures, je dépense mon argent pour la photo 🙂

      Bonne continuation à toi !

      9 mai 2013
  • Salut tous,

    pour la photo animalière c’est la même chose : il y a des dizaines de blogs et donc d’articles d’excellente qualité mais seulement accessibles en anglais. Mon petit niveau me permet d’en suivre quelques uns mais parfois c’est chaud !

    Alors je ne peux qu’apprécier Laurent ton initiative de traduire un article comme celui-ci. En plus d’accéder à du contenu original, on découvre de nouveaux photographes !

    Tu peux renouveler la chose quand tu veux ! 🙂

  • Merci pour l’article et la traduction, même si je ne suis d’accord qu’avec le dernier I.
    Identifier, c’est le contraire de regarder.
    Isoler : impossible, la photographie étant une pratique artistique qui se nourrit d’autres pratiques artistiques et littéraires.
    Inventorier : ça finit toujours par un inventaire à la Prévert, au moment où j’ai besoin de concentration, de regard, d’essentiel.
    Inspiration : oui mais non… les passages à vide sont nécessaires. La vie est faite de vides et de pleins. L’univers fonctionne ainsi. Le passage à vide est une manière très puissante de se ressourcer.
    Interagir : « il faut aimer la solitude pour être photographe » (Depardon)
    Investiguer : pas besoin de se lancer dans une pratique pour découvrir de nouvelles conditions de lumière, explorer, rester étonné. C’est une façon d’être, disponible aux choses, c’est tout.
    Immerger, s’immerger : d’abord se connaître pour créer. Mais allez au coeur des choses me paraît aussi une bonne devise (« Go close » disait Robert Capa). Cela ne veut pas forcément dire se rapprocher, mais apprendre à sentir l’âme d’un sujet.

    Mais si vous n’avez pas envie, si vous n’êtes pas disponible pour la création, oubliez tout cela et recommencez plus tard. On ne se force pas à devenir artiste, comme on ne force pas un artiste à créer quelque chose, à aller dans un sens, à trouver une voie. La photographie est une nécessité intérieure.

    • Bonjour Pascal,

      oui c’est vrai : la photographie est souvent une activité pratiquée en solitaire… Mais cela n’empêche pas l’interaction :

      publier ses photos, c’est déjà de l’interaction, puisque d’autres les regarderont… voire même les commenteront!
      et discuter sur ce blog, c’est déjà de l’interaction, non?

      🙂

      9 mai 2013
      • Bien d’accord oui. Je voulais simplement dire que les I ne sont jamais systématiques, et qu’il vaut mieux fuir toute recette.

  • Ce genre d’article résonne comme une méthode dolto pour la photo. Des évidences mises bout à bout, qui forment un syncrétisme, qui ne mène nulle part. L’inspiration ne résulte pas d’une association de mots-clés ou d’une démarche froide.

    L’environnement, l’ambiance du moment se chargent bien souvent d’éveiller l’inspiration, et ça, ça ne se calcule pas en amont.

    9 mai 2013
  • Bon article pour (re)motiver les troupes !
    Merci Peter et a Laurent pour la traduction.

    9 mai 2013
  • Bel article motivant.

    Merci a Peter pour cet article et a Laurent pour la traduction.

    11 mai 2013
  • Oui, un article intéressant, mais avant tout je crois qu’il faut avoir la motivation et oser.
    Patrick

    12 mai 2013
  • Je comprends les critiques négatives sur cet article, il n’y a pas, en effet, de recettes miracles, surtout dans 7 mots, fussent-ils en « i »…
    Et pourtant, je trouve pour ma part cet article fort intéressant, merci beaucoup Laurent, d’avoir pris le temps de nous le traduire…
    Les quelques conseils qui émaillent de l’article sont autant de pistes de réflexions.
    Je ne pense pas qu’il faille prendre cet article au pied de la lettre, comme une méthode infaillible et absolue, mais plus comme un témoignage, comme des réflexions, des pistes…
    Peut-être est-ce justement parce qu’en ce moment, je n’ai aucune motivation à faire un peu de photo que je cherche de ce côté aussi…
    (Moi, ma léthargie photographique du moment, je l’ai clairement identifié, le boulot a sérieusement tendance à me bouffer ces temps-ci, en temps, en énergie, en motivation…)
    Mais j’apprécie aussi certains commentaires, la vie est faite de plein et de vide, il est vrai que le lâcher-prise (entre pratiquant d’AM, on se comprend…), faire le vide, est un moyen puissant de se reconstruire…
    Tiens ! Bon sujet, ça, pour une petite séance photo, le vide… 😉

    16 mai 2013
  • Un article magnifique, je pense même que je vais appliquer une ou deux des idées. La photographie animalière en mouvement a tendance à me « lasser » en ce moment. Alors pour les vacances, je tente à l’affut pour changer un peu, je vais bien voir si cela me remotive un peu ^^. En tout cas, bravo à Peter et à Laurent pour cet article qui tombe à point en cette période de début de congé.

    14 juin 2013
  • Merci pour cet article oui très riche en conseils c’est vrai que des fois on à besoin d’appliquer ces I… pour retrouver une meilleure relation avec la photographie. Dans un monde ou c’est pas facile de toujours suivre le train et bien ces I constituent comme un marquage qui permet de le rattraper à ses arrêts. Bravo et bonne continuation!

    11 octobre 2013
    • I’d venture that this article has saved me more time than any other.

      24 septembre 2014
  • Quand on doit souvent renouveler son approche d’un sujet photographique, comme par exemple dans le cas de la photographie de mariage que je pratique, il faut absolument trouver de l’inspiration pour être capable de toujours s’améliorer. Il existe différentes manières de trouver de l’inspiration et il est toujours intéressant de voir différentes approches.

  • Excellent article qui permettra à tout un chacun de se remettre en question dans le domaine de la photographie. J’ajouterai un dernier I qui est simplement Voyager car en voyageant, on est instantanément en immersion. Les voyages donne l’occasion d’interagir également. Je pense donc qu’un photographe qui veut évoluer doit obligatoirement voyager 😉

    17 février 2014