L’importance du format de l’image ou ratio d’aspect en composition

21 septembre 2015

En termes de composition, vous avez sans doute déjà entendu parler de règle des tiers, de place donnée au sujet, et peut-être même des concepts de masse visuelle et d’équilibre des éléments. Mais une composante dont on parle moins souvent, c’est le format de l’image, ce qu’on appelle aussi le ratio d’aspect (c’est un peu un anglicisme, mais c’est assez courant).

Et pourtant, ce format est très important et influence de manière majeure votre composition. Il est donc important de ne pas le choisir au hasard, et de comprendre à quel type de composition il est adapté, et comment l’utiliser dans vos images.

Le format d’image / ratio d’aspect, qu’est-ce que c’est ?

Très simplement, c’est le rapport hauteur/longueur de votre photo. Un format 3/2 par exemple, est un format qui ferait 30cm sur 20cm par exemple, donc avec un côté long qui fait 1,5 fois la taille du côté court. (Si ça vous donne déjà mal à la tête, rassurez-vous, pas besoin d’aimer la géométrie pour continuer.)

format d'image ratio d'aspect photographie photo 3/2

Le ratio d’aspect original de vos photos est déterminé par la taille de votre capteur :

  • Les capteurs Full Frame et APS-C (voire APS-H) qui équipent les reflex et une bonne part des hybrides sont de format 3/2.
  • Les capteurs micro 4/3 des hybrides Panasonic et Olympus sont de format… 4/3, comme leur nom l’indique.
  • Les petits capteurs des bridges et compacts sont en général des capteurs 4/3 également.

Seulement voilà, il existe aussi d’autres formats classiques en photographie, parfois liés au ratio d’aspect de pellicules argentiques peu usitées de nos jours, comme par exemple le format carré (1/1) ou le 4/5, ou encore le 16/9, dont l’usage s’est répandu plus récemment car il correspond mieux à celui de nos écrans.

format d'image ratio d'aspect photographie photo 16/9 3/2 4/3 1/1

Vous allez me dire : « mais puisque c’est déterminé par mon capteur, on ne peut rien y faire, non ? » Et bien, pas tout à fait…

En effet, il est possible de recadrer à la prise de vue sur pas mal d’appareils, notamment les hybrides, mais pas seulement (et parfois seulement en visée par écran sur les reflex). C’était plutôt rare il y a quelques années, mais recadrer à la prise de vue est devenue une possibilité assez courante aujourd’hui, et tant mieux, car ça multiplie nos possibilités créatives !

De plus, il est également possible de recadrer vos photos au post-traitement sans problème, en quelques clics dans Lightroom ou logiciel équivalent. Aucun souci avec ça, ce n’est pas « le mal ». Il n’y a aucune raison de vous priver de recadrer au post-traitement si vous pensez que ça va rendre votre photo meilleure.

Cela dit, si votre appareil le permet, je vous conseille de faire ce choix à la prise de vue (sachant que vous pourrez toujours changer d’avis au post-traitement bien sûr). En effet, le cadre a une très grande influence sur la composition de votre image, et il est très difficile de composer pour le format carré (par exemple) sans avoir d’aperçu de ce que ça pourrait donner.

Mais alors concrètement, quelle influence ont les différents formats d’image sur vos photos ? Gardez en tête que comme toujours en composition, il n’y a pas de règle magique et absolue, mais pour commencer il y a quelques principes qui vous seront utiles pour mieux prendre en compte cet aspect.

Utiliser les différents ratios d’aspect

À l’horizontale

Quand vous cadrez à l’horizontale (ce qu’on appelle improprement « au format paysage »), tous les formats peuvent fonctionner, mais ils vont transmettre des impressions différentes.

Les formats « longs »

Le format 16/9, de par sa forme très allongée, va favoriser des compositions plus dynamiques, où on va laisser la place au mouvement par exemple : vous vous doutez bien que pour un sujet qui se déplace par exemple de gauche à droite du cadre, il aura plus de « place » devant lui sur un format plus allongé. Il est également plus facile et plus intuitif d’utiliser des lignes diagonales, qui ont pour effet de dynamiser l’image (contrairement aux horizontales et verticales, qui la stabilisent).

Munkbroleden, Stockholm photo 16/9

Le format 3/2 est également relativement allongé et donne cette même impression tout en étant peut-être moins caricatural.

Fisherman in Marsaxlokk photo 3/2

 

Évidemment, ce serait trop simple si c’était toujours le cas. En effet, il existe des contre-exemples. Par exemple sur cette première photo ci-dessous, j’ai utilisé le format 16/9 pour souligner l’horizontalité en apportant plus de longueur, et surtout l’alignement des 3 sièges, mais pourtant la composition est très centrée et statique : aucune ligne ne vient mener le regard dans l’image.

format de l'image ratio d'aspect composition tabourets photo

 

Sur cette autre photo au format 3/2, vous voyez que même si le sujet est décentré pour équilibrer l’image, la composition est très statique : en effet, il n’y a que des lignes horizontales et verticales, je suis placé parfaitement face au sujet (sinon, le rendu aurait été complètement gâché), et en plus j’ai opté pour un cadrage assez rentre-dedans et une composition épurée avec cette couleur de fond unie. Tout ça contribue à donner un rendu statique à l’image, même si elle est en 3/2. Le ratio d’aspect est donc UN aspect parmi d’autres de la composition, mais ne fait pas tout à lui tout seul, évidemment.

Abblue Road photo exposition 3/2 bleu jaune

Vous pouvez également utiliser ces formats pour couper astucieusement certaines parties de l’image. Par exemple si vous êtes en 4/3 et que vous avez trop de ciel, passer en 3/2 ou en 16/9 va couper 2 « bandes » en haut et en bas de l’image, et en cadrant correctement vous aurez éliminé une partie d’un ciel qui prend trop de place. Vous pouvez donc aussi utiliser cet outil pour résoudre des soucis très simples 🙂

Les formats « courts »

À l’inverse, le format carré et dans une moindre mesure le format 4/3 favorisent plutôt des compositions plus statiques et centrées. C’est pour ça que je trouve parfois le format 4/3 un peu « mou » à l’horizontale.

Un bon exemple de composition centrée photo amoureux couple chandelier bougies

Un bon exemple de composition centrée.

composition photo guide le regard chapelle

Sans être extrêmement dynamique, la composition guide déjà nettement plus le regard ici.

À la verticale

Quand vous placez votre appareil à la verticale (parfois appelé « en portrait »), les choses changent beaucoup. En effet, notre œil est plutôt habitué à voir « à l’horizontale » (puisque nos yeux ne sont pas placés l’un au-dessus de l’autre :D), et donc l’orientation verticale est un peu plus délicate.

Le 16/9 est trop long pour être utilisé à la verticale, et à part un cas particulier extrême (par exemple pour insister sur la hauteur d’un élément de l’image), il est donc déconseillé de l’utiliser à la verticale dans la plupart des cas.

Le 3/2 est déjà beaucoup plus polyvalent. Il est utilisable dans pas mal de situations à la verticale, notamment le portrait, mais parfois il sera quand même trop long. C’est notamment souvent le cas en paysage : ce format va souvent donner trop de place au ciel (ou au sol, ou à l’eau, selon la direction de votre cadrage). J’ai remarqué que la plupart du temps il n’était pas très équilibré dans ces conditions.

D’où l’intérêt d’utiliser un format plus « court » à la verticale, à savoir le format 4/3. Je vous encourage à essayer si vous trouvez votre composition pas tout à fait équilibrée : parfois le simple fait de recadrer en 4/3 va énormément améliorer votre image, notamment pour cette histoire de ciel trop haut (c’est un peu le même principe que recadrer en 16/9 à l’horizontale).

4/3 vertical photo ville paysage ceil mer

Un cas typique où le format 4/3 fonctionne mieux en orientation verticale !

Aparté : les formats exotiques

Je sais que je vais avoir la question, je prends donc le temps d’écrire quelques lignes à ce sujet. En effet, on m’a déjà demandé s’il était possible de sortir des formats habituels, « classiques », comme ceux que je viens de vous citer, c’est-à-dire de recadrer librement sans suivre des proportions fixes.

Je le déconseille en général, pour plusieurs raisons :

  • Les formats classiques le sont pour une raison : ils ont des proportions harmonieuses. Rien ne dit que celui que vous avez inventé le soit.
  • Recadrer librement va rendre l’impression plus difficile, puisque les papiers sont prévus pour des formats bien déterminés.
  • Vous avez déjà des tonnes de possibilités avec les formats existants.
  • Si vous recadrez librement, c’est sans doute que vous n’avez pas été suffisamment rigoureux dans votre composition à la prise de vue. Veillez surtout à ne jamais utiliser le post-traitement par paresse, mais seulement pour sublimer une photo qui est déjà bonne à la base.

Après, vous faites ce que vous voulez bien sûr, mais essayez de rester dans les formats classiques la majorité du temps, ça vous fera du bien, promis 😉

 

Concrètement, comment choisir son format d’image ?

J’espère que vous avez un peu compris l’effet du ratio d’aspect sur vos images, mais avec des principes très souples et des contre-exemples convaincants, j’ai bien conscience que vous êtes peut-être toujours en train de vous demander : « mais comment diable choisir mon format à la prise de vue quand rien n’est clair ? » (oui, je viens d’utiliser « comment diable », bienvenue en 1882 :D)

Et bien c’est toute la beauté et la complexité de la composition : il n’y a pas de réponse simple.

En fait, le seul moyen que j’ai de vous répondre, c’est par une question. En effet, la seule chose que vous devez vous demander, c’est si tel ou tel ratio améliore votre image ou non, et surtout fait mieux passer le message ou l’impression que vous souhaitez rendre.

 

Si vous voulez photographier des motifs très graphiques dans une vue complètement de face et rentre-dedans, demandez-vous si le format carré ne pourrait pas vous aider à renforcer ce graphisme justement. (Comme par exemple sur cette photo de Sebastian Erras ci-dessous.)

Au contraire, si vous utilisez de fortes lignes diagonales dans votre image, demandez-vous si utiliser un format plus en longueur ne pourrait pas accentuer cet effet visuellement.

 

L’important est surtout de comprendre l’effet de ce choix sur votre image, et sur l’impression qu’elle va dégager. Le choix en lui-même viendra instinctivement avec la pratique et l’affûtage de votre œil de photographe.

Mais pour finir, je vais quand même vous donner un exercice pour ne pas vous laisser là comme ça :

  1. Prenez 5 de vos meilleures images dans Lightroom ou votre logiciel favori (si possible des verticales et des horizontales).
  2. Essayez tous les ratios : 4/3, 3/2, 16/9, 1/1.
    outil Recadrer (raccourci clavier R dans le module Développement), menu « aspect »
  3. Regardez lesquelles fonctionnent le mieux avec quel format, et surtout demandez-vous pourquoi.
  4. Demandez-vous s’il y a un ratio qui vous plaît ou vous déplaît particulièrement.
  5. Si l’un d’entre eux vous étonne ou vous séduit, pensez-y à votre prochaine prise de vue !

 

J’espère que cet article vous aura aidé ! Et vous, c’est quoi votre format préféré ?
 

 

Vous avez aimé cet article ?

Vous pouvez le télécharger au format PDF pour l’avoir chez vous :
Cliquez ici pour télécharger

Votez pour cet article :
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 5,00/5)

Loading...

Recherches utilisées :

Format ideal pour canon 6d 4/3 ou 3/2, a quelle mesure correspond le format photo 1:1, villi de mayatake, apn ration aspect, apprendre la photo le ratio, image des canons contre le courant, le image ce ou, Lumiere image et theorie

Sur le même sujet

Prev
Next

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CommentLuv badge

62 commentaires

  • Salut Laurent,
    pour l’impression, j’ai tendance à adapter le format au papier, facile pour le 10*15 puisque c’est 3/2, mais même si la plupart des formats sont proches du 3/2 je n’aime pas trop avoir des marges différentes. Après c’est une préférence perso, au final ça n’enlève pas une grosse portion de l’image et ça n’est pas applicable si on veut un format différent du 3/2.

    21 septembre 2015
  • Sans oublier les recadrages « obligatoires » en fonction du support sur lequel est destiné la photo. Par exemple j’utilise mon iPad comme « album photo ». Pour éviter les disgracieuses bandes noires je recadre systématiquement mes photos à un format qui soit homothétique avec le format de l’écran de l’iPad (soit 2 048 x 1 536 pixels). Par contre, si je veux imprimer ma photo sur l’imprimante sur un papier au format A4 avec une image bien centrée sur le papier et un blanc tournant régulier de 1 centimètre, il faudra alors que l’image soit recadrée à 277 x 190 mm. Etc…

    21 septembre 2015
    • Sans compter si on veut les afficher en plein écran sur un moniteur ou une télé et donc ce sera généralement du 16/9ème (sauf cas particulier comme ton ipad où il faut du 4/3, certains écrans d’ordinateur 16/10ème etc…). Comme toujours c’est à la préférence de chacun.

      21 septembre 2015
      • Je trouve les formats de destination trop variables pour qu’ils deviennent un critère pour recadrer ses images :
        – les ordinateurs portables pour la plupart en 16/10
        – les ordinateurs de bureau et TV pour la plupart en 16/9
        – les téléphones qui varient du 16/9 au 15/10
        – l’iPad qui est en 4/3 (justement pour mieux se présenter à la verticale ! 😉 )

        Ces formats varient beaucoup, et rien ne dit qu’ils seront les mêmes dans 5 ou 10 ans. Ce qui doit guider le choix du format c’est la composition de l’image, surtout pas le média de destination, qui peut changer dans 2 jours. Le cerveau fait très vite abstraction des bandes noires (de la même couleur que le bord de la tablette, de toute façon 😉 ), et aussi de la différence de taille des marges sur le papier 🙂

        21 septembre 2015
        • Merci pour toutes ces informations, et j’ai eu les réponses à mes questions, je vais faire attention et me poser les bonnes questions sur le rendu de mes photos

          21 septembre 2015
        • Bonjour Laurent,
          J’ai beauoup de mal à imprimer à cause des formats précisément.

          Si on veut mettre son impression dans des cadres standards, on constate qu’ils n’ont pas les mêmes proportions

          Cadre 40×30, donne un format 4/3
          Cadre 50×40 donne un format 5/4

          Comment choir un format d’image qui permette d’imprimer indifféremment et d’encadrer dans des cadres de dimensions différentes ?

          Si tu arrives à me faire comprendre, tu es un génie 😉 , parce que je nage là-dessus depuis un moment.

          17 octobre 2015
    • C’est quand même une très mauvaise démarche que de cadrer une photo pour un support de sortie. Laurent a raison d’insister sur ce qui doit guider, c’est à dire la composition. Là où je diverge de son opinion, c’est la rigidité des formats hérités des formats de pellicule et papier. Ceux qui ont connu les boitiers moyen format ont, par rapport au standard 24×36, pu expérimenter le 6×6 et le 4.5×6. J’estime que le « ratio » choisi fait parti de la composition. Allez voir l’exercice de Trey Ratcliff avec la série « Cropped for Pinterest ». Au final, ce travail de cadrage fait parti de ce que le photographe veut exprimer en photo et un simple rognage d’aspect peut tout faire perdre. Ce n’est pas pour rien que même la licence CC prévoit du SA, share alike = sans modifications.
      Dernier article de Darko : Il était une fois un cygne noir et Mérida

      21 septembre 2015
  • Bonjour Laurent,

    Merci pour cet article très pertinent ! J’ai pour ma part opté pour le 16/9 parce que je destine mes photos à la diffusion sur TV HD elles-mêmes en 16/9. N’étant pas encore au stade de la photo « artistique », j’estime que la cohérence des formats optimise forcément l’affichage. Cependant, je confirme que le format 16/9 n’est pas du tout adapté au mode « portrait » surtout quand on destine le cliché à l’affichage TV. Du coup, je permute l’appareil (hybride Sony Nex 6) du 16/9 en 3/2 mais ça reste moins adapté que le 4/3 (pas dispo) et c’est très contraignant à chaque fois de changer manuellement.

    Aurais-je manqué la fonction qui tient compte du gyroscope de nos appareils pour basculer sur un autre ratio selon l’orientation de la prise de vue ? Peut-on programmer une touche au moins pour gagner du temps ?

    Et plus globalement, en regardant de vielles photos de mes parents et grands-parents, je vois que l’affichage sur TV HD 16/9 de diapos passe très mal alors que deviendra le 16/9 quand nos murs seront des écrans ? A quoi devons-nous nous attendre ? Quelle est l’option la plus conservatrice pour optimiser l’affichage dans 5 ans, dans 10 ans ?

    Merci

    21 septembre 2015
    • Bonjour Frédéric, et merci pour ton commentaire 🙂

      L’orientation verticale est de toute façon inadaptée aux écrans : même un 4/3 présentera de larges bandes noires de chaque côté.
      Je ne connais pas de fonction qui permette de lier un ratio à la fonction de gyroscope malheureusement, mais ce serait une bonne idée ! Certains appareils permettent d’accéder rapidement à cette fonction, mais ça dépend beaucoup du modèle.

      Quant à la pérennité de l’un ou l’autre format, on ne peut pas le savoir, mais un format harmonieux le sera toujours, même dans le futur. L’option la plus conservatrice pour optimiser l’affichage restant… le papier ! 😉 (mais comme je l’ai dit, il faut surtout penser à sa composition plutôt qu’à l’affichage, elle est bien plus importante)

      21 septembre 2015
  • Bonsoir Laurent,

    Merci pour cet article très intéressant.

    21 septembre 2015
  • Bravo pour cet article qui traite d’un sujet que l’on ignore généralement.
    J’aime beaucoup les photos du couple avec le chandelier, la petite église ainsi que le village au bord de la falaise ; dommage que ces clichés soient de travers ; pour le dernier, le défaut vient sans doute que l’appareil était équipé d’un grand angle.

    21 septembre 2015
    • Merci pour ton commentaire 🙂 Par contre, les clichés ne sont pas de travers, je suis ultra rigoureux là-dessus ! (et s’il y a un décalage, je le corrige au post-traitement avec l’outil adapté, qui ne ment pas)

      21 septembre 2015
      • Je te crois volontiers super rigoureux mais moi je suis un vicieux : je remarque toujours le truc qui cloche (et pas seulement en photo). Le chandelier peut être de travers mais pas la flamme des bougies et si tu tires une droite à partir de l’axe de la croix jusqu’au milieu du portail, elle ne sera pas parallèle au bord de la photo. Cela n’enlève rien à la qualité de tes photos qui sont magnifiques. J’aimerais bien en être l’auteur.

        21 septembre 2015
  • Bonsoir Laurent (j’espère que tu as apprécié la douche 😉 )
    J’aime cet article car j’y retrouve tout ce que je ressentais intuitivement et que tu exprimes clairement. Au début de ma pratique photographique, je « rognais » à tout va, sans cette notion d’harmonie, et je me suis vite rendue compte de ce qu’apportait les différents formats (ratio) …
    Quand je suis passée du reflex à l’hybride, la première chose que j’ai changé dans les réglages est le ratio du 4/3 à 3/2. Le 4/3 en mode horizontal me déplaît vraiment, il fait un peu « bâtard », comme amputé d’une partie de l’image et du coup, j’aurais du mal à y inscrire une composition harmonieuse. En revanche, j’avoue qu’il est beaucoup plus « photogénique » en format vertical, et je recadre quasi tout le temps au post-traitement. Mais le pourcentage de mes photos en mode « portrait » est assez faible.
    Quand au 16/9, il me fait tellement penser au cinéma que je l’utilise aussi de temps en temps. En tout cas, l’exercice de tenter au moins l’un ou l’autre format (3/2 ou 16/9… ou carré) est parfois très utile pour « booster » une photo et lui donner bonne mine !
    Il me semble que le 4/3 est né avec le numérique, quand les écrans des télés et des ordis étaient de ce format, non ? N’était-il pas aussi plus facile à fabriquer compte-tenu de la taille plus petite des capteurs ? En tout cas, il semble illusoire de se conformer aux formats actuels des écrans, qui peuvent changer encore.

    21 septembre 2015
  • Bonjour Laurent,
    Merci pour cet article sur le format d’image à adopter. Par contre il aurait été bien de nous préciser quel format de tirage est le mieux adapté au format d’image retenu.

    21 septembre 2015
    • Bonjour Nora,
      Et bien, si c’est en 3/2, tu tires en 3/2, et ainsi de suite 🙂 Si tu tires à domicile, tu le feras sans doute avec des marges de toute façon, donc même si le format du papier n’est pas le même ce n’est pas dramatique du tout.

      21 septembre 2015
      • Ah désolée, c’était loin d’être aussi évident pour moi oup’s….comme quoi parfois je me complique la vie pour rien 🙂
        Merci à toi !

        21 septembre 2015
  • Article intéressant en effet!!!
    Et pour cause ,quand j’imprime mes photos ,je trouve très facilement des cadres en ratio 4/3.
    Je râle donc d’avoir a changer le ratio 2/3 pris au reflex.
    Quel est ton avis?Je fouine et investis dans des cadres au format adaptés(ca existe surement…???),je rogne sur le passe partout au risque « d’enfermer « un peu ma photo dans le cadre ou alors je change de support et j’imprime sur des supports contrecollés(alu dibond,…) mais plus cher.
    Quel est ton sentiment la dessus ?
    Merci
    Bruno.
    Dernier article de Bruno : Balbutiements macrophotographiques(ou le repas de Gilberte)

    21 septembre 2015
    • Ah, la question du cadre ! En dehors des formats classiques, c’est un peu pénible effectivement, et il faut se tourner vers le cadre sur mesure. Vu le prix, autant faire imprimer ses photos directement chez un bon imprimeur qui propose l’encadrement (comme par exemple artdeqo.fr).

      Personnellement, j’imprime mes photos moi-même pour les voir sur papier (sans forcément toutes avoir envie de les afficher au mur), et si je veux les encadrer je passe par ArtDeqo, le plus souvent en caisse américaine.

      21 septembre 2015
      • En Ford ou en Chevrolet? (caisse américaine…ouais bon j’ai pas pu résister lol).

        22 septembre 2015
        • Mwaha 😀 Perso, je préfère la Corvette 😉

          22 septembre 2015
      • merci pour l’article 😉

        Oui, c’est rageant de ne pas avoir dans le commerce des cadres pour des photos au format normal 2/3, voir 4/3.
        combien de cadres au format 70*100, 40*50, 50*70, A4 (on est presque 2/3, j’ai déjà essayé, parfois ça passe …).
        en partant du sur-mesure, les prix sont délirants !

        18 octobre 2015
  • Bonjour,
    Trés bon article.Avec LR5 j’effectue souvent des recadrages libres ou proportionnels et je comprend maintenant pourquoi parfois les photos me semblaient meilleures.Merci cordialement

    21 septembre 2015
  • Bonsoir Laurent.

    Enfin un article intelligible et intelligent sur le cadre dans lequel on inscrit nos images. Et pourtant c’est un élément très important dans la composition et dans la lecture de la photo.
    Ta conclusion est primordiale regarder le cadrage que l’on a choisit et s’interroger sur sa pertinence. Dans sa « Petite philosophie de la prise de vue photographique » Jean-Christophe BECHET y consacre un chapitre très intéressant.

    Une question cependant si sur son appareil on privilégie un cadrage, est-ce que l’appareil ne va « impressionné » le capteur que sur la taille choisie et est-ce valable à la fois pour le JPEG et/ou le Raw.
    Dernier article de Amor : Réduire le bruit

    21 septembre 2015
    • Bonjour Amor !

      Excellente question 🙂 En fait, la taille du capteur n’est jamais changée, donc le fichier RAW contient l’intégralité des données captées. Donc par exemple sur un micro 4/3, tu auras beau recadrer en 3/2 ou 16/9, ton image RAW gardera toute l’information du 4/3. Seulement dans le logiciel (enfin en tout cas dans Lightroom avec les appareils que j’ai pu utiliser), l’image apparaîtra directement recadrée comme tu l’as faite à la prise de vue (mais en allant dans l’outil Recadrage, tu pourras voir la partie laissée en dehors, toujours présente). Donc tu as le meilleur des deux mondes finalement 🙂

      En JPEG, évidemment, le recadrage est définitif.

      21 septembre 2015
  • Mais pourquoi rester cantonné dans ces formats? Effectivement, ils sont les plus usités.

    Mais malgré cela, pourquoi ne pas sortir se ce « cadre » étriqué et se laisser aller dans la mise en page……

    Michel

    22 septembre 2015
    • Bonjour Michel,
      Si tu as bien lu, j’ai fait un paragraphe là-dessus dans l’article, sachant qu’on allait me poser la question 😉

      22 septembre 2015
  • Bonjour Laurent,
    Et bien grand merci pour cet article. Car je ne m’étais en fait jamais posé la question de savoir si mon appareil offrait différents formats.. Ce qui est le cas (un compact Fuji gros zoom et avec RAW+JPEG), et qui propose tous les formats 16/9, 4/3, 3/2 et 1/1.
    Au lieu de jouer avec le zoom à la prise de vue, puis de recadrer ensuite dans lightroom pour obtenir la compo que je voulais, je vais pouvoir m’amuser directement à la prise de vue, excellent !
    Nathalie
    http://nattulga.canalblog.com

    22 septembre 2015
    • Hello Nathalie,
      Ravi de te l’avoir fait découvrir alors ! 🙂

      22 septembre 2015
  • Bonjour Laurent,
    Voilà quelques semaines que je lis avec attention et soif d’apprendre tes articles et je te te remercie pour tous ces précieux conseils que tu mets à disposition des passionnés photos. Merci pour ce nouvel article qui me donne une nouvelle vision façon d’aborder mes compositions que je limite trop souvent par habitude au format 3/2 qui est plus adapté au visionage sur écran et aux développements standards.

    22 septembre 2015
  • Bonjour à tous,merci Laurent pour cet article qui m’a ouvert les yeux sur l’importance du format dans la composition. En reprenant des photos qui ne me satisfaisaient pas complètement
    Je me suis aperçue qu’un autre format leur convenait mieux. Encore merci pour tous tes conseils.

    22 septembre 2015
  • Très bon rappel de synthèse pour y voir plus clair,… et à garder à l’esprit lors de la prise de vue!

    22 septembre 2015
  • Pour ceux que ca intéresse, il serait bon de rappeler qu’en recadrant ou en changeant de format sur le boitier on perd en définition (nombre de megapixels).
    Dernier article de lolhangman : Takehito Miyatake – Night Lights

    22 septembre 2015
    • Oui, on perd en définition, mais en réalité c’est tout à fait négligeable : le côté long ou le côté court gardant la même dimension, ça ne joue pas sur la taille d’impression possible au final.

      22 septembre 2015
  • Si on veut voir plus d’images de Sebastien Erras, outre son Instagram (@parisianfloors / https://instagram.com/parisianfloors/) que nous voyons dans l’article, voici une vue de son travail http://www.fubiz.net/2015/09/16/parisian-floors-series/
    C’est très agréable de voir toutes ces formes géométriques, je n’avais jamais vu Paris sous cet angle, je tacherai de faire plus attention au fil de mes balades 🙂

    22 septembre 2015
  • Et pourquoi pas un petit mot sur le nombre d’or ?

    22 septembre 2015
  • Bonjour Laurent, j’ai beaucoup apprecie voter dernier article,cela va beaucoup m’aider.Merci davantage

    22 septembre 2015
  • Bonjour Laurent,

    Effectivement, un thème d’article qui est plutôt rare sur la toile. Personnellement, mon format préféré est le carré, mais tous les sujets ne s’y prêtant pas, je prends pas mal de photos en 3/2. J’ai une sainte horreur du 4/3, mais évidemment c’est très personnel. J’ai récemment fait l’acquisition d’un hybride micro 4/3 et je suis allée changer le ratio de suite. Je reconnais que ta photo de paysage en mode portrait en 4/3 rend très bien, elle est bien équilibrée.
    Dernier article de Anne LANDOIS-FAVRET : Interview en série #1

    22 septembre 2015
    • Hello Anne,
      Je comprends ta défiance vis-à-vis du 4/3. Je ne l’utilise qu’en vertical, mais il fait des petits miracles 🙂

      22 septembre 2015
      • Bonjour Laurent,
        Pour ma part j’ai toujours été fan du 4/3 (et effectivement surtout en vertical) et du 16/9 pour les très grands paysages. J’utilise très rarement le 3/2 (je photographie avec un compact). Je suis sur le point d’acheter un reflex aps-c pour faire évoluer ma pratique de la photo, je pense partir sur un modèle de milieu de gamme (canon eos700d) mais je constate qu’au viseur je ne peux photographier qu’en 3/2. Pour le 16/9 et le 4/3 il faut passer par l’écran. Qu’en penses-tu ? Existe-t-il des appareils permettant de viser directement en 4/3 ou 16/9 ?

        20 octobre 2015
  • Bonsoir Laurent
    Article très intéressent.
    Je n’ai pas lu tous les nombreux commentaires, mais j’ai trouvé que ceux de Esther FR et Lolhangam assez proches de ma façon de penser. J’ai un hybride panasonic DMC-G2K qui me permet de faire les 4 formats courrants et je me suie pris à faire la même photo(Sur Pieds)dans chacun des formats et j’obtiens : En 4/3 = 4000×3000, en 3/2 = 4000×2672, en 16/9 = 4000×2248, en 1/1 = 2992×2992. J’oublie le 1/1 que j’utilise très rarement et je constate que les 3 autres formats ne diffèrent que par la hauteur, le 4/3 les contenant toutes les 3. Conclusion : je shoute toujours en 4/3 avec l’ouverture la plus grande possible. J’ai donc le maximum de pixels, et je recadre au post traitement sous LR, suivant mes besoins. Cela me donne toute latitude : 3/2 pour impression,(Je n’imprime pas mes photos car cela reviens trop cher et est trop contraignant. Je fais imprimer mes meilleutres photos sur internet dans un livre contenant les 500 ~~ plus bellles de l’année dans le format 30 x 30 cm qui me permet 6 photos 3/2 par page maxi. Ou A4 pour un évennement particulier). Je recadre aussi en 16/9 pour la vidéo ou les diaporamas. Au passage, ton 2ième graphique ne me parrait pas juste car tu donne la même hauteur à tous les formats, à moins que ton appareil soit très différent du mien ?…. Je serais heureux de connaitre ton commentaire sur ma fçon de procerder, (Un peu simpliste), et sur ce dernier point.

    22 septembre 2015
    • Bonjour Paul,
      Tu as bien compris, mais tu te compliques la vie pour rien sans doute (à moins que le G2 diffère beaucoup du GX1).

      En fait, la taille du capteur n’est effectivement jamais changée, donc le fichier RAW contient l’intégralité des données captées. Donc par exemple sur un micro 4/3, tu auras beau recadrer en 3/2 ou 16/9, ton image RAW gardera toute l’information du 4/3, comme tu as pu le deviner avec ces histoires de taille.

      Seulement dans le logiciel (enfin en tout cas dans Lightroom avec les appareils que j’ai pu utiliser), l’image apparaîtra directement recadrée comme tu l’as faite à la prise de vue (mais en allant dans l’outil Recadrage, tu pourras voir la partie laissée en dehors, toujours présente). Donc tu as le meilleur des deux mondes finalement 🙂

      Ca te permet de pouvoir cadrer directement au format choisi à la prise de vue ET de ne pas perdre de données si tu en as besoin par la suite. Magie 🙂

      22 septembre 2015
      • Bonjour Laurent,
        Merci beaucoup pour cet article et surtout pour ce commentaire. Je suis comme Paul, je préfère le ratio 3:2 en « paysage » et au début j’avais réglé mon appareil sur ce ratio, avant de faire comme Paul, repasser en 4:3 et recadrer en 3:2 en post production après m’être aperçu que le passage en 3:2 faisait juste perdre des pixels en hauteur. Mais si effectivement on garde tout dans le raw, autant cadrer directement en 3:2 pour mieux composer et recadrer éventuellement par la suite.
        Par contre ça implique de rechanger le ratio pour chaque photo en « portrait », car comme toi je préfère le ration 4:3 en vertical…

        22 septembre 2015
        • Oui effectivement, ça implique une petite manip supplémentaire. Ce n’est pas trop un souci sur des scènes plus posées comme du paysage. Sinon, sur quelque chose de plus vif, je te conseille de garder le même format. Mais comme c’est souvent du portrait ou assimilé, je trouve le 3/2 moins gênant en vertical 😉

          22 septembre 2015
      • Merci Laurent pour ta réponse rapidecomme toujours.
        Tu dis : »En fait, la taille du capteur n’est effectivement jamais changée, donc le fichier RAW contient l’intégralité des données captées. Donc par exemple sur un micro 4/3, tu auras beau recadrer en 3/2 ou 16/9, ton image RAW gardera toute l’information du 4/3, comme tu as pu le deviner avec ces histoires de taille ». Non : Sur mon G2, si je shoute en 3/2 ou 16/9, je ne pourrez jamis rajouter (Au besoin) sous LR les bandes haut et bas manquantes pour recréer un 4/3 ! Alors que si j’ai la totalité du 4/3, je peux choisir la porton de photo qui me convient en définitive !
        Peut étre que ton GX1 est différent de mon G2 mais as-tu fait le même essa

        24 septembre 2015
      • Je reprends la suite de ma prose, partie un peu trop vite.
        Peut étre que ton de mon G2 est différent, mais as-tu fait le même essai avec ton GX1 que moi sur les dimentions des différents formats qui pour mon G2 n’ont pas la même hauteur mais toujours la même longueur, (si on prend la même image sans rien changer d’autre), contrairement à ton 2ième graphique.
        Je viens de refaire l’essai de shouter en 3/2 et d’essayer de recadrer 4/3 sous LR 6 et je ne retrouve pas les bandes haute et basse que je devrais avoir si le fichier RW2 le avait conservées, la photo est seulement réduite en longueur. Ou quelque chose m’échappe, ou c’est mon hybride qui est spècial ?

        24 septembre 2015
        • Mon 2ème graphique n’est là que pour illustrer simplement les aspects des différents formats d’image, ce n’est pas censé représenter la façon dont un appareil coupe l’image.
          Ton capteur étant un 4/3 au départ, il est évident que pour couper au format 3/2 ou 16/9, qui sont plus long (et qui ont donc une « hauteur » plus réduite), il va couper en haut et en bas.

          C’est étrange que tu ne les retrouves pas sur LR6, peut-être que le RAW ne les conserve pas chez toi, ça peut dépendre de l’appareil oui.

          29 septembre 2015
  • Bonsoir

    mon format préféré en premier lieu est le format carré (héritage d’une grosse utilisation de rollei en son temps)c’est aussi un format pas évident qui force a la réflexion et qui « surprend » .
    mon second format le 3/2 plus facile a l’impression .
    mais il m’es déja arrivé , pour des expos , d’utiliser des formats hors normes (décidés en fonction du sujet lors de la prise de vue).
    le format choisi peut et doit compter dans la composition d’image.

    22 septembre 2015
  • Bonjour Laurent,
    Merci une fois de plus pour cet article, mais tu aurais pu nous mettre une photo de toi, du moins de ta coiffure hirsute, par manque d’eau chaude, ce qui nous a permis de lire ces éléments sur le ratio d’apect

    23 septembre 2015
  • Bonjour Laurent,

    Je suis inscrit depuis peu et je découvre chaque jour la richesse de ton site, qui ,de plus, est accessible à tous gratuitement. Je tiens sincèrement à t’en féliciter.

    Ton article vulgarise des notions importantes.
    Mais il y a un point sur lequel je ne suis pas d’accord.
    Pour moi, les formats horizontaux longs représentent la sérénité, le calme et la détente. Le 4/3 et le format carré, plus réduits, focalisent l’action.

    Divergence ou erreur d’interprétation ?

    24 septembre 2015
    • Bonjour Denis,
      Comme je l’ai dit dans l’article, il y a des contre-exemples à tout ce que je dis, donc aucune règle absolue 🙂 Peut-être que ton oeil te pousse à montrer de la sérénité dans des formats longs.
      Le fait de focaliser l’attention n’est d’ailleurs pas incompatible avec la sérénité 😉

      29 septembre 2015
  • Merci pour vos commentaires : je vais reconsidérer le format 4/3 de mon Lumix que je n’aimais pas trop! En effet, j’ai longtemps privilégié le 2/3, comme sur mon reflex Canon (rappel du 24×36), et en paysage, puisque ça correspond à l’orientation de l’écran d’ordinateur.
    J’ai participé pendant 2 ans à des « randonnées-images » en shootant en 2/3 paysage. La 3ème année, il fallait quelque chose de neuf et j’ai opté pour la prise de vue 1/1 via l’écran (possible avec mon Canon) : génial !!! On retrouve la sensation de l’Agfa 4×4 argentique de la première communion (!!!) et il faut tout réapprendre. Et maintenant, quand je veux utiliser la visée par écran, je me retrouve avec un appareil réglé en 1/1. La plupart du temps, je ne change pas le format et je recompose la photo projetée en format carré.
    Et je constate que le carré me plait bien…

    24 septembre 2015
  • Bonjour Laurent,
    Merci pour tes articles !
    Je ne m’étais jamais occupée du cadrage de mes photos à la prise de vue : je le faisais après, « à tête reposée », pour être sûr de ne pas me rater ! Et finalement, je m’aperçois que j’aime beaucoup le format carré qui va à l’essentiel.
    Pour l’impression, je copie mes photos dans un dossier word à la taille voulue et j’imprime sur du papier photo en A4 max. Après je découpe ma photo en laissant ou non une marge autour !
    Je suis ta formation de photographe et je vais arriver au module de post-traitement j’espère que le mien est compatible avec tes explications : j’utilise Corel Paint shop pro : qu’en penses-tu ?

    25 septembre 2015
    • Bonjour Cécile, et merci pour tes encouragements.
      Pour le module post-traitement de Devenez un Photographe Accompli, il est délivré sous RawTherapee et Lightroom, donc je ne parle pas de Paint Shop Pro (qui est correct mais loin d’être le meilleur choix à mon avis). Cela dit, je donne des conseils qui ne sont pas trop liés au logiciel, j’essaye vraiment de parler de l’image avant tout. Donc tu devrais pouvoir les adapter 🙂

      29 septembre 2015
  • Merci pour ces informations ! J’ai encore appris en photo, grâce à toi ! Question : j’ai l’habitude de faire imprimer mes photos en 4X6 (6X4) . Si je change le ratio, par exemple en 16/9 , en quel format je devrai faire imprimer ?

    26 septembre 2015
    • Bonjour Lucie,
      Et bien… en 16/9, tout simplement 🙂 Le ratio n’est que la proportion des deux bords, ce n’est pas une dimension précise en fait.
      Par exemple une photo de ratio 3/2 pourra être en 30x20cm, ou en 60x40cm, le ratio entre les 2 est toujours de 1,5 (3/2).

      29 septembre 2015
  • Effectivement, vouloir innover pour ne pas suivre la même démarche que tout le monde en terme de cadrage, c’est bien, mais ça apporte souvent plus d’ennuis que tout autre chose ! J’ai moi-même fait l’expérience en cadrant n’importe comment lors d’un shooting de Gala de danse. Résultat ? Aucune photo imprimable, et des parents très contents
    Dernier article de Preset Lightroom : Le-mode-Auto

    15 octobre 2015
  • Bonjour,

    j’ai très bien saisi l’article, néanmoins lorsque je sélectionne ratio 1:1 sur mon canon 6D et que je veux voir ma photo elle apparait en 16:9, est-ce normal?
    Merci

    13 mai 2016
    • Bonjour Léa,
      Si tu le sélectionnes sur ton appareil photo, dans Lightroom, cette préférence devrait rester enregistrée et s’afficher en 1:1 dans l’onglet développement.
      Mais peut-être n’affiches-tu pas ta photo avec Lightroom?…

      • Merci,
        si si je suis bien sur lightroom, mais étrangement elle apparait en 16:9,
        et fait encore plus étrange, à la lecture de mes photos sur l’appareil, elle apparait en 16:9 également, alors que mon ratio est réglé à 1:1…

        18 mai 2016