La vitesse d’obturation (ou temps de pose) en photographie

Après l’article sur l’exposition en général et sa suite concernant l’ouverture du diaphragme (que vous DEVEZ lire pour comprendre cet article), abordons aujourd’hui la vitesse d’obturation, autre « angle » de notre triangle de l’exposition.
Mal maîtrisée, la vitesse d’obturation peut gâcher vos photos voire vous frustrer si vous ne la comprenez pas du tout. Sur le modèle de l’article sur l’ouverture, découvrons ensemble la théorie et la pratique sur cet aspect fondamental de la photographie. Suivez le guide !

Note : plus récemment, j’ai réalisé une vidéo courte pour vous expliquer la vitesse d’obturation (ou temps de pose). Si vous préférez ce format ou que vous voulez voir ce concept expliqué d’une autre façon, la voici 😉


Définition

La vitesse d’obturation, c’est le temps pendant lequel l’obturateur s’ouvre au déclenchement, c’est-à-dire le temps pendant lequel votre capteur est exposé à la lumière. Si vous préférez la métaphore de la fenêtre : le temps pendant lequel vous ouvrez la fenêtre.

Sur l’appareil

Cette vitesse s’exprime en secondes, et plus communément en fractions de secondes : 1/125s, 1/3200s, etc… Plus la vitesse est élevée, moins le temps pendant lequel vous ouvrez la fenêtre est long, moins vous laissez rentrer de lumière. Ainsi, vous laisserez rentrer plus de lumière à 1/125ème de seconde qu’à 1/3200ème de seconde, par exemple.

Comme pour l’ouverture, à chaque cran le temps est (environ) divisé ou multiplié par 2 : 1/4000, 1/2000, 1/1000, 1/500, 1/250, 1/125, 1/60, 1/30, 1/15, 1/8, 1/4, 1/2, 1 seconde, etc… jusqu’à 30 secondes en général.

 

Comme je l’avais dit dans l’article sur l’ouverture, si vous souhaitez garder la même exposition, vous pouvez baisser d’un cran l’ouverture et augmenter le temps d’exposition (donc diminuer la vitesse) d’un cran également.

Si vous souhaitez aller plus loin avec cette histoire de crans, vous pouvez lire mon cours sur l’indice de lumination 😉

Comment régler la vitesse d’obturation

Ici, tout se passe un peu comme pour l’ouverture. (pour plus de détails, voir l’article sur les modes de l’appareil photo)

En mode manuel (M)

En mode manuel, quand vous tournez la molette, vous modifiez directement la vitesse d’obturation. Non, ce n’est pas plus compliqué que ça. Oui, c’est tout.

Là encore, modifier cette vitesse influe sur l’exposition et il faut compenser avec l’ouverture ou les ISO. Je vous déconseille donc (encore 😉 ) d’utiliser ce mode tant que vous n’avez pas compris tous les tenants et les aboutissants de l’exposition, ou tout au moins les bases (c’est-à-dire après l’article sur les ISO ! :D)

En mode priorité à la vitesse d’obturation (Tv ou S)

Encore une fois, je vais légèrement me répéter : dans ce mode, votre priorité est de régler la vitesse d’obturation (on verra dans quels cas juste après). Vous ne réglez que la vitesse, et l’appareil fait le reste, c’est-à-dire qu’il s’occupe de l’ouverture et des ISO (là encore si vous avez laissé l’option ISO auto).

Le flou de bougé

Vous devez vous souvenir que dans l’article sur l’ouverture (décidément), nous avons vu le flou d’arrière-plan (ou « bokeh« , pour ceux qui aiment le jargon 😉 ). Ce flou est en général voulu et peut être simplement contrôlé grâce à l’ouverture.

Il existe également un autre type de flou : le flou de bougé, qui est dû aux mouvements du photographe. Ce flou est en général indésirable, et vous allez chercher à l’éviter.

flou de bouge vitesse d'obturation
Cette (très vieille) photo toute moche est prise à 1/5s : la vitesse est insuffisante et mon mouvement se voit sur l’image. C’est flou, on ne voit rien, bref : on veut éviter ça.

Qu’est-ce qui influence ce flou et pourquoi j’en parle dans cet article sur la vitesse d’obturation ?

En fait, la vitesse d’obturation influence fortement la présence ou non de flou de bougé pour plusieurs raisons :

  • La stabilité du photographe : c’est tout bête, mais si vous vous tenez sur un pied pour imiter le flamand rose, ou si vous avez 3g d’alcool/litre de sang (ou autres substances tueuses de neurones :P), vous allez plus bouger et donc l’appareil aussi. Par ailleurs, il faut tenir son appareil de la bonne façon, et pour ça je vous renvoie à mon article sur les conseils de base !
    Photo Flamant rose flou de bouger
    J’aurais pu mettre quelqu’un avec 3g/litre, mais ça aurait compromis certaines réputations ! 😛 (Photo J.-R. Guillaumin, CC BY-ND)

    Cela dit, même si vous vous tenez bien en équilibre sur vos 2 pieds et avez la même hygiène de vie qu’un moine bouddhiste, il subsistera toujours des micro-mouvements qui provoqueront du flou de bougé. Globalement, en dessous d’une vitesse de 1/60ème, vous commencez à risquer un flou de bougé si vous ne faites pas attention.

    Attention : cette valeur varie selon les individus, leur nervosité, etc… Donc ne fumez pas, ne buvez pas de café, pratiquez la méditation et le yoga ! 😛 (on rigole, mais on gagne facilement un ou deux crans comme ça).

  • La longueur focale : plus la longueur focale (le zoom) est importante, plus vous serez susceptibles d’avoir un flou de bougé tout moche sur vos clichés. Pour ceci, retenez une règle simple : à 50mm, pas plus lent que 1/50ème, à 100mm, pas plus lent que 1/100ème, etc…(Pour les utilisateurs un peu plus avancés, ça nécessite une précision : sur des petits capteurs, la focale doit être multipliée par environ 1,6 à cause du facteur de conversion)
  • La stabilisation ou non de l’objectif (ou de l’appareil) : la plupart des reflex modernes sont équipés de stabilisateurs qui compensent vos micro-mouvements. Chez Sony ou Panasonic par exemple, elle est intégrée au boîtier, et donc active qu’elle que soit l’objectif utilisé.Chez Nikon et Canon au contraire, elle est intégrée aux objectifs, et il faut donc veiller à ce qu’elle soit présente (le 18-55 vendu avec le Canon EOS 1000D n’en est pas pourvu par exemple).Ce dispositif permet de faire gagner environ 2 à 4 crans sur la vitesse d’obturation (selon les optiques). Autrement dit, vous pouvez réduire de 2 crans les valeurs théoriques citées dans les points précédents. Mais en théorie seulement, en pratique ce n’est pas toujours aussi spectaculaire (vous en verrez surtout l’effet en photographiant au téléobjectif et donc à des longueurs focales importantes).
  • Le trépied : Si vous avez besoin d’utiliser une (très) faible vitesse d’obturation (on verra pour quelle(s) raison(s) juste après), l’utilisation d’un trépied vous permet de stabiliser suffisamment votre appareil pour régler à 1s ou plus sans avoir de flou de bougé.

Pour aller plus loin, vous pouvez lire l’article sur les 5 astuces pour rendre les photos plus nettes 😉

Le flou de mouvement du sujet

À l’inverse, quand votre appareil est relativement stable mais que votre sujet bouge, votre sujet (une personne, un animal, etc…) pourra être flou sur le cliché. Ce flou de sujet est influencé par 2 facteurs :

  • la vitesse de mouvement de votre sujet : plus il bouge vite, plus vous aurez de flou de sujet et inversement
  • la vitesse d’obturation : plus elle est faible (lente), plus vous obtiendrez de flou de sujet et inversement.

Autant vous ne pouvez pas jouer sur la vitesse de votre sujet, autant c’est à vous de choisir quelle vitesse d’obturation utiliser, selon la photo que vous souhaitez obtenir. Tout dépend si vous souhaitez figer un sujet rapide, comme par exemple ce kayakiste en pleine descente (prise à 1/4000ème), ou si vous souhaitez donner une impression de mouvement comme je l’ai fait avec les bras de ce batteur (photo prise à 1/50ème).

photo vitesse d'obturation élevée
Ici j’ai du utiliser une vitesse de 1/500 pour figer le mouvement du guépard qui s’ébroue, et les gouttes d’eau qui sont projetées. L’objectif n’ouvrant qu’à f/6.3, j’ai du monter les ISO à 5000 pour avoir une image bien exposée !
photo vitesse obturation lente flou bougé volontaire
J’ai volontairement pris cette photo à 1/8 pour que les passants soient floutés par leur mouvement. J’ai réussi à avoir le chien net en me stabilisant bien (coudes contre le corps), et grâce à une très bonne stabilisation.

 

Dans ce domaine, il est impossible de donner des cas typiques ou des conseils selon la situation. Par exemple, en photographie de sport, on peut donner une impression de rapidité à la fois en figeant le mouvement (grâce à une vitesse d’obturation importante) ou en créant un peu de flou de sujet (grâce à une vitesse d’obturation plus faible). Il vous incombe de prendre cette décision, et pour ça rien ne vaut des tests ! Je vous laisse donc vous amuser avec la vitesse d’obturation puis découvrir l’article sur la sensibilité ISO.

Comme d’habitude, laissez un commentaire pour donner votre avis sur l’article, poser des questions, ou me contredire ! 😀

Et n’oubliez pas de partager l’article ! 🙂

Téléchargez l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (83 votes, moyenne : 4,84 / 5)
Loading...
Votre guide gratuit

Recevez mon guide pour éviter les 5 erreurs des débutants, ainsi que les nouveaux articles du blog.

  • En vous inscrivant à cette newsletter, vous acceptez également de recevoir des conseils pour vous aider à vous améliorer en photographie et des offres promotionnelles sur mes livres et formations.

    Votre email ne sera jamais revendu. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.
    (Voir mentions légales complètes en bas de page.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

239 commentaires
  1. Bonsoir, je suis désolée de ma question mais je debute et j’ai un peu mal à comprendre pour avoir un fond flou. J’ai trouvé l’article d’ouverture mais je n’aie pas trouvé d’infos concernant les fonds flous que vous citez dans l’ouverture via cet article je sais pas si j’ai réussi à me faire comprendre . Car je fais des photos de personnages à DisneyLand et je souhaite avoir de belles photos pendant la parade des personnages . Merci à vous .

  2. Salut !

    Je tombe beaucoup sur ton site et tu me sauve beaucoup la vie ! Non seulement la encore avec tout tes article geniaux super bien expliquer qui m’aide beaucoup a faire mon projet de fin d’année pour mon école d’art ! Alors je me prend 5 minutes pour t’écrire ce commentaire et pour t’encourager a continuer tu a une nouvelle fan sur ta page youtube 😉

    Mille merci encore !!!

  3. bravo encore une fois c’est vraiment très intéressant ce que vous avez mit à notre disposition votre façon d’expliquer les les différents sujet sur la photos et bien m’a aider à comprendre ce que je n’avez pas comprit depuis plus d’un mille merci, continuer c’est super… vous etes vraiment trop fort

  4. Bonjour,
    Tout d’abord Merci ! car si je prend des photos depuis quelques dizaines d’années je me satisfaisais de mon absence de connaissances mais pas entièrement ce pourquoi je suis allé sur votre blog. Je me régale et il me semble en avoir déjà appris et testé dans mon salon !
    Par contre une petite remarque quand vous dites : Plus la vitesse est élevée, moins le temps pendant lequel vous ouvrez la fenêtre est long, moins vous laissez rentrer de lumière. si cela est vrai à «  luminosité «  constante , cela dépend donc de la luminosité ! Je comprends bien sûr ce que vous voulez dire mais la simplification me paraît incorrecte ! ( idem pour l’ouverture )

    1. Bonjour Lolo,

      c’est vrai peu importe la luminosité, qu’il fasse clair ou sombre si on réduit le temps de pose on laisse rentrer moins de lumière et vice versa. Idem pour l’ouverture et idem pour la sensibilité ISO.

  5. Bonjour,
    j’ai un canon 7D ( mon premier reflex) et je me mets en mode Tv, je règle sur 1/1000 et l’appareil photo se met tout seul en 1/30
    Pourquoi ? et comment changer ça ?

  6. bonjour,
    toute nouvelle sur ton blog…je trouve cela génial et un grand merci pour l’amatrice que je suis… des infos vraiment précieuses pour un début dans la photo…encore merci.

  7. Bonjour,

    J’ai une question sur les appareil photo hybride.
    Il y a la possibilité dans les réglages que l’obturateur soit sur mécanique, électronique ou automatique.

    Quel serait le meilleur réglage ?

    Merci de votre réponse

    Cordialement,
    Yvan

    1. Bonjour Henry,
      En gros :
      L’obturateur mécanique : il balaie le capteur plus rapidement MAIS est bruyant. A utiliser absolument pour les sujets aux mouvements rapides.
      L’obturateur électronique : il balaie plus lentement le capteur MAIS est silencieux. A proscrire pour les sujets trop rapides et en éclairage fluorescent et scintillant (et pour l’utilisation du flash).
      DÉCLENCHEUR MÉCANIQUE : active l’obturateur mécanique uniquement
      DÉCLENCHEUR ÉLECTR. : active l’obturateur électronique uniquement
      AUTOMATIQUE : donne la priorité à l’obturateur mécanique, mais active automatiquement l’obturateur électronique au delà du 1/4000s

      1. Bonjour Antonine,

        Merci pour ta réponse c’est plus claire, mais il reste un point.

        Si je met mon appareil en automatique, cela à t’il des inconvénients ?

Voir plus de commentaires