Le Sony Alpha 7 IV (A7 IV) est un appareil photo hybride plein format Sony. Présenté en octobre 2021, il vient remplacer le l’Alpha 7 III, un modèle sorti en 2018 ayant rencontré beaucoup de succès. Souvenez-vous, c’était pour Sony déjà la troisième itération de son modèle A7, alors que Nikon et Canon débarquaient tout juste sur le marché des hybrides plein format 🙂 La concurrence n’était donc clairement pas au même niveau qu’aujourd’hui.

Le Sony A7 IV se positionne comme un appareil photo hybride polyvalent haut de gamme, destiné aux photographes ainsi qu’aux vidéastes exigeants. Il arbore un nouveau capteur plein format rétro-éclairé de 33 mégapixels, un système de stabilisation sur 5 axes du capteur, ainsi qu’une rafale pouvant atteindre 10 images par seconde.

Côté vidéo, le A7 IV peut filmer jusqu’en 4K 60 i/s avec un échantillonnage 4:2:2 10 bits en interne. Le boîtier est commercialisé au prix conseillé de 2 800€ nu. Voyons ce qu’il a dans le ventre en regardant ses caractéristiques techniques !

Sony A7IV

Caractéristiques techniques du Sony A7 IV

Voici les caractéristiques techniques détaillées de cet appareil photo Sony Alpha 7 IV (A7 IV) :

  • Nom : Sony Alpha 7 IV (ou Sony A7 IV)
  • Prix : 2800€ nu au lancement
  • Date de sortie : 2021
  • Taille du capteur : Capteur CMOS BSI Exmor R Plein Format
  • Définition du capteur : 33 mégapixels
  • Plage de sensibilité ISO native : 100 à 51 200 ISO (extensible à 50 – 204 800 ISO)
  • Processeur : double processeur BIONZ XR
  • Autofocus : hybride à détection de phase (759 points AF couvrant 94% du capteur)
  • Rafale : jusqu’à 10 images par seconde en RAW compressé, buffer illimité (avec carte CFexpress Type A)
  • Obturateur : mécanique et électronique jusqu’à 1/8000s
  • Stabilisation : Oui, stabilisation mécanique sur 5 axes
  • Visée : OLED 3,69 Mpx, jusqu’à 120 i/s
  • Écran : 3” tactile monté sur rotule et de 1,03 Mpx
  • Monture objectif : Sony FE
  • Vidéo : 4K UHD 60 i/s (avec recadrage), 1080p 240 i/s
  • Connectique : USB-C, HDMI type A, prise casque, prise micro
  • Stockage : Double emplacement pour cartes SD dont un compatible CFexpress Type A
  • Dimensions : 131,3 x 96,4 x 79,8 mm
  • Poids : 658 g avec batterie et carte mémoire
  • Tropicalisation : Oui
  • Batterie : NP-Z100
  • Autonomie : 610 images (norme CIPA)

Design et ergonomie du Sony Alpha 7 IV

Le Sony A7 IV adopte un design relativement anguleux typique de la marque. La finition est soignée avec un boîtier en alliage de magnésium résistant. L’appareil photo est légèrement plus grand et épais que son prédécesseur l’A7 III, mais conserve un poids très similaire d’environ 650 grammes.

Sony A7IV et Sony A7III
Sony A7 IV et A7 III (©Camerasize)

La poignée est plus creusée qu’auparavant et offre une excellente prise en main, même si vous avez de grandes mains (cela dit le boîtier reste assez compact). On retrouve les molettes et boutons configurables ainsi que le petit joystick AF très agréable. Le déclencheur a été légèrement revu pour un toucher plus doux.

Mention spéciale pour la molette placée sous celle des modes créatifs PASM, qui permet de séparer les modes photos et vidéo.

L’écran LCD de 3 pouces est cette fois-ci monté sur rotule contrairement à l’A7 III où il était inclinable. Ce choix de la rotule permet de se filmer soi-même en le retournant complètement. Cependant il est un peu petit par rapport à la concurrence et sa luminosité peut être juste à l’extérieur (par rapport à ce que propose Canon ou Nikon notamment).

Sony A7 IV écran arrière

Le viseur électronique OLED affiche une définition de 3,69 Mpx, bien supérieure aux 2,36 millions de points de l’A7 III. Que de confort ! Vous n’aurez plus d’excuses pour les photos à la composition approximative 😉

Côté connectique, rien ne manque à cet appareil photo hybride pour une utilisation classique : USB-C, HDMI type A (c’est à dire un “vrai” port HDMI), prise casque, prise micro.

Le double emplacement pour cartes SD dont un compatible CFexpress Type A est très pratique si vous avez un stock existant de cartes SD. Vous pouvez commencer à utiliser le boîtier avec ses deux slots et investir plus tard dans des CFexpress Type A. Bien joué Sony !

slot carte mémoire Sony A7 IV
Un des deux slots est compatibles à la fois SD et CFexpress Type A

Autofocus et rafale du Sony Alpha 7 IV

Le Sony Alpha 7 IV embarque le système de suivi en temps réel issu des Sony A1 et A9. Autant vous dire que ça envoie du lourd 😀 Avec ses 759 points AF à détection de phase couvrant 94% du capteur et son double processeur BIONZ XR, il assure une mise au point extrêmement rapide et précise.

La détection et le suivi des visages et des yeux est très bonne, avec la reconnaissance des humains mais aussi des animaux comme les oiseaux, même en rafale. Le suivi du sujet en mouvement est excellent, mais attention, ce n’est pas au niveau d’un Sony A1 ou d’un A9 (oui, car ils ont notamment un capteur d’image plus rapide…)

En rafale, le boîtier peut shooter à 10 i/s en RAW compressé, 6 i/s en RAW normal avec un buffer quasi-illimité (avec une carte CFexpress Type A) ce qui est suffisant pour la plupart des usages, mais un peu frustrant si vous souhaitiez shooter à 10 i/s en RAW pleine taille. L’obturateur mécanique est assez bruyant, mais c’est aussi un son qui peut plaire et faire le charme d’un boîtier (sauf au moment des voeux des mariés à l’église :D)

L’obturateur électronique est limité à 1/8000s et pâtit d’un fort rolling shutter (déformation des sujets rapides dans le cadre) ainsi que du phénomène de banding (dû aux scintillement des sources lumineuses artificielles). Il est donc préférable d’utiliser l’obturateur mécanique autant que possible pour éviter toute mauvaise surprise (petit clin d’œil au Sony A9 III qui a pallié à ce défaut, je vous laisse découvrir comment !)

Malgré ces limitations, l’autofocus du Sony Alpha 7 IV fait partie des meilleurs du marché et satisfera la plupart des utilisateurs, sauf les professionnels du sport qui veulent la crème de la crème (en français dans le texte). Vous savez, ceux qui ont des accréditations pour photographier les matchs de Coupe du Monde ou des JO 😉 )

Qualité d’image du Sony A7 IV

Grâce à son nouveau capteur rétroéclairé Exmor R plein format de 33 Mpx (contre 24 Mpx pour l’A7 III), le Sony A7 IV délivre des images riches en détails, avec un excellent piqué même en cas de recadrage important. C’est un compromis détail/vitesse intéressant entre les capteurs classiques de 26 Mpx et ceux à plus haute définition comme les 45 Mpx du Nikon Z8.

La dynamique du capteur Full Frame permet de récupérer beaucoup d’informations dans les ombres sans dérive colorimétrique (clairement, c’est dans le haut du panier du marché !) Le profil couleur par défaut été amélioré et offre des couleurs plus riches et plus justes (tons de peau, etc) dès la sortie du boîtier. Bravo aux ingénieurs Sony sur ce travail.

La gestion du bruit est maîtrisée jusqu’à 6400 ISO, où on note une légère baisse de piqué, mais les photos restent utilisables. Le bruit est plus présent que sur le Sony Alpha 7 III de manière générale. La limite haute en RAW est sans doute à 12800 ISO, où la perte de détails devient plus problématique.

Cela dit, vous pouvez désormais supprimer le bruit avec des algorithmes basés sur l’IA, comme celui directement intégré à Lightroom, donc le bruit ne vous tracassera probablement plus jamais comme avant 😉

A noter que ce capteur de 33 Mpx n’est pas du même type que celui équipant le A9 ou le A1, qui sont eux dits “empilés” (“stacked” in English), et donc plus rapides, capables de réduire les déformations en obturation éléctronique et aussi de proposer des rafales plus rapides.

Vidéo

Avec le Sony Alpha 7 IV, Sony frappe fort puisque le boîtier filme jusqu’en 4K 60 i/s avec un échantillonnage 4:2:2 10 bits en interne et sans limite de durée grâce à sa dissipation thermique performante.

Je ne vais pas développer davantage l’aspect vidéo, mais il faut retenir que le A7 IV est un outil vidéo excellent (autofocus, qualité d’image, dynamique).

Points forts et points faibles du Sony A7 IV

Points forts :
  • Qualité d’image jusqu’à 12800 ISO
  • Capacité de recadrage des images de 33 Mpx
  • Autofocus rapide, précis et fiable
  • Buffer illimité en RAW (avec une carte CFexpress Type A)
  • Suivi avancé des visages et des yeux en photo/vidéo
  • Ergonomie et finition soignées
  • Viseur électronique très confortable
  • Nombreuses options vidéo dont 4K 60 i/s
  • Bonne autonomie de 600 photos ou plus selon usage
Points faibles :
  • Rafale limitée à 6 i/s en RAW non compressé
  • Obturateur mécanique assez bruyant
  • Déformations en obturateur électronique
  • Fort recadrage 1,5x en 4K/60p et absence de DCI 4K
  • Pas de chargeur externe fourni (pour 2800€ le boîtier, hum hum !)

Comparaison avec les appareils concurrents

Canon EOS R6

Le Canon EOS R6 est l’un des principaux concurrents du Sony Alpha 7 IV sur le segment des hybrides polyvalents haut de gamme. Son capteur de 20 Mpx est moins défini mais offre une légère meilleure montée en ISO surtout à partir de 12800 ISO. L’autofocus et le suivi sont peut-être un peu meilleurs sur le R6. Côté vidéo, le R6 est limité à la 4K 30p avec un crop 1,07x et une surchauffe au bout de 30 min. Le Sony A7 IV prend le dessus pour la vidéo avec son 4K 60 i/s sans limite d’enregistrement.

©Camerasize

Nikon Z6 II

Le Nikon Z6 II embarque un capteur de 24 Mpx et propose une qualité d’image similaire au Sony A7 IV, avec un meilleur contrôle du bruit en hautes sensibilités. Son autofocus est un cran en dessous, car Sony reste le meilleur sur ce point 🙂 Sa partie vidéo reste basique, cantonnée à la 4K 30 i/s avec un fort recadrage. Le Sony A7 IV lui est supérieur pour la vidéo avec son échantillonnage 4:2:2 10 bits et ses codecs professionnels.

©Camerasize

Fujifilm X-T4

Le Fujifilm X-T4 avec son capteur APS-C de 26 Mpx ne joue pas dans la même cour que le Sony A7 IV et son plein format. Il se démarque par son style vintage, son obturateur totalement silencieux et sa rafale à 15 i/s exempte de blackout. Son autofocus est en retrait dans le suivi des sujets en mouvement et il ne propose pas les mêmes fonctions vidéo avancées que le A7 IV. Ce dernier reste supérieur en termes de qualité d’image et de polyvalence. Mais le X-T4 est un meilleur rapport qualité-prix, à la fois pour l’acquisition du boîtier que pour les objectifs (pensez à l’occasion !)

©Camerasize

Panasonic Lumix S5

Le Lumix S5 de Panasonic constitue une alternative intéressante avec son capteur 24 Mpx, sa très bonne gestion du bruit jusqu’à 12800 ISO et son mode vidéo 4:2:2 10 bits. Son AF à détection de contraste est en revanche moins performant, tout comme son mode rafale limité à 7 i/s. Le Sony Alpha 7 IV conserve une longueur d’avance pour l’autofocus, la rafale et l’ergonomie.

©Camerasize
Appareils photos
  • Prix
  • Note
  • Date de sortie
  • Capteur
  • Sensibilité ISO
  • Visée
  • Ecran
  • Objectif
  • Vitesse de la rafale
  • Stabilisation
  • Carte mémoire
  • Vidéo
  • Dimensions
  • Poids avec batterie
  • Tropicalisation
  • Voir l'offre
    • 2489 €
    • 2021
    • FF - 33 Mpx
    • 100 - 51200
    • électronique - 3,69 Mpx
    • 3'' - 1,04 Mpx - tactile - sur rotule
    • -
    • 10 i/s
    • oui
    • 1 SD + CFexpressA
    • 4K UHD 120 i/s - 1080p 120 i/s
    • 131 x 96 x 80 mm
    • 659 g
    • oui
    • Voir le prix sur
    • 1700 €
    • 2020
    • FF - 20 Mpx
    • 100 - 102400
    • électronique - 3,69 Mpx
    • 3'' - 1,62 Mpx - tactile - sur rotule
    • -
    • 20 i/s
    • oui
    • 2 SD
    • 4K UHD 60 i/s - 1080p 120 i/s
    • 138 x 98 x 88 mm
    • 680 g
    • oui
    • Voir le prix sur
    • 1950 €
    • 2020
    • FF - 25 Mpx
    • 100 - 51200
    • électronique - 3,69 Mpx
    • 3,2'' - 2,1 Mpx - tactile - inclinable
    • -
    • 14 i/s
    • oui
    • CFexpressB/XQD + 1 SD
    • 4K UHD 30 i/s - 1080p 120 i/s
    • 134 x 101 x 70 mm
    • 705 g
    • oui
    • Voir le prix sur
    • 1316 €
    • 2020
    • APS-C - 26 Mpx
    • 160 - 12800
    • électronique - 3,69 Mpx
    • 3'' - 1,62 Mpx - tactile - sur rotule
    • -
    • 20 i/s
    • oui
    • 2 SD
    • 4K DCI 60 i/s - 4K UHD 60 i/s - 1080p 240 i/s
    • 135 x 93 x 84 mm
    • 607 g
    • oui
    • Voir le prix sur
    • 1000 €
    • 2020
    • FF - 24,2 Mpx
    • 100 - 51200
    • électronique - 2,36 Mpx
    • 3'' - 1,84 Mpx - tactile - sur rotule
    • -
    • 7 i/s
    • oui
    • 2 SD
    • 4K UHD 60 i/s - 1080p 60 i/s
    • 133 x 97 x 82 mm
    • 714 g
    • oui
    • Voir le prix sur

Conclusion

Avec l’Alpha 7 IV, Sony frappe fort et propose un appareil photo hybride polyvalent abouti. On sent que Sony a amélioré sa copie au fil des modèles en fonction des retours clients et on atteint ici un certain degré de maturité. Ses points forts sont la qualité d’image et la haute définition de 33 Mpx, l’autofocus made by Sony et les capacités vidéo étendues. Comme on dit trivialement, c’est un boîtier qui fait le job 🙂 Cela dit, il a des défauts avec son obturateur mécanique bruyant, sa rafale un peu juste en RAW pleine taille, ou son obturateur électronique sujet aux déformations.

Avec l’immense parc d’objectif Sony (article sur les objectifs ici si besoin 🙂 ), le Sony Alpha 7 IV répondra aux attentes du plus grand nombre, à l’exception peut-être des professionnels de la vitesse qui lui préfèreront des références plus typées sport avec un autofocus et une rafale encore meilleurs comme le Sony A9 II, A1. Ou carrément le Sony A9 III et son obturateur central pour carrément supprimer complètement les déformations en obturation électronique, ou travailler au flash à haute vitesse.

Si vous êtes l’heureux possesseur de cet appareil, faites un retour d’expérience en commentaires, ça en éclairera plus d’un !

Pour finir, je vous glisse en dessous la vidéo de Laurent qui explique pourquoi il a choisi l’A7 IV comme boîtier principal, non pas pour vous dire d’acheter absolument cet appareil, mais pour que vous vous inspiriez de la réflexion qui mène au choix final 🙂

Où trouver le Sony A7 IV ?

Questions fréquemment posées sur le Sony A7 IV

 

 

Clément Belleudy
Je connais Laurent depuis le tout début d’Apprendre.Photo. Depuis 2020, je lui prête main forte sur la création de contenu, et comme apprendre est plus efficace en s’amusant, j’ai à cœur de créer des contenus pédagogiques et plaisants à lire, sans jamais trop se prendre au sérieux !
Télécharger l'article en PDF
Vous avez aimé cet article ?

Votez pour cet article

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de note)
Loading...